Trois longues années de phase préparatoire. Une éternité, tout de même, quand on a l’âme chevillée au corps pour vivre à fond la passion de cette discipline qui permet de tutoyer les nuages. Pourtant, l’abnégation était au rendez-vous en ce jour de festivité nationale qui n’aurait pas déplu à Jacques TATI ! Car, au-delà de la tentative, celle de battre le record de France en séquence de grande formation, c’est bel et bien à un « Jour de Fête » que nous ont conviés les vingt-quatre parachutistes réunis sur la base de « Paris Jump »…

 

SAINT-FLORENTIN : Sur le papier, et vu de la terre ferme, cela semble si facile. La règle du jeu apparaît d’une aisance extrême. Il s’agit de construire deux figures accueillant vingt-quatre parachutistes en chute libre. Un vol en formation qui s’appréhende toutefois à 4 400 mètres d’altitude, très haut au-dessus de nos têtes. Une paille pour les sportifs chevronnés qui ont décidé de tenter le coup et de s’offrir un nouveau titre de gloire à ajouter à leurs brillants palmarès !

Le projet se nomme « le Challenge 2022 ». Ce n’est ni plus ni moins qu’une tentative de record hexagonal à réaliser dans le ciel du Florentinois, un jour de 14 Juillet.

Plusieurs essais ont eu lieu la veille. En vain. Mais, pas grave : c’était surtout pour se mettre en jambe, façon de parler quand on est suspendu à son parachute le nez dans les nuages, et trouver les bonnes sensations, favorables à la confiance collective. Rappelons que pour être homologuée et validée par les trois juges internationaux, la séparation entre les deux figures doit être totale. Logique, car tout le monde doit avoir lâché la main de son coéquipier avant de construire la seconde image.

 

 

Motiver les quadragénaires de la discipline autour d’un projet…

 

Partis de deux avions, les vingt-quatre champions réussiront donc l’exploit avec pugnacité le 14 juillet. Donnant encore plus de relief et de cocorico à leur tentative ! Précisons que pour mener à bien cet exercice qui sera immortalisé désormais dans le livre des records des parachutistes, les sportifs étaient coachés par Paul (Polo) GRISONI, un cador de la discipline qui possède l’un des plus beaux palmarès tricolore, et Nicolas DAVID. Le tout aura été filmé et photographié par Guy MARCEAU, Olivier JEAN et Pascal HONS.

Programmé depuis 2019, le projet repose sur l’initiative portée par Alain LIMONIER. Le proposant à Paul GRISONI, l’objectif est de préparer un record de France, catégorie « vétéran », qui soit réservé aux adeptes de la discipline de plus de quarante ans. Après moult séances d’entraînements, conçues en soufflerie, à bord d’avions, la motivation est intense entre ces quadras toujours verts, prouvant ainsi que la dynamique au sein des parachutistes passionnés n’atteint pas le nombre des années !

On connaît la suite. Il aura fallu au total trois saisons pour peaufiner chacun des gestes minutieux indispensables à la conception de la double figure, au sol et dans les airs, avant de se lancer avec bonheur dans le grand bain.

La performance est belle. Engendrant de facto les records tellement espérés par ses auteurs, tant vétéran que national, qui sont tombés comme de jolis fruits mûrs et juteux dans l’escarcelle de ces acteurs de l’impossible posée sur l’aérodrome de Saint-Florentin.

 

Thierry BRET

 

Il a décidé de traverser l’Atlantique au beau milieu de l’été afin d’y poursuivre une carrière déjà bien remplie sur le volet de l’international. Exit Abou Dhabi et le Liban ! Oublier ou presque les saveurs acidulées du chablis découvertes lors de son passage de trois ans dans l’Auxerrois – il en sera désormais un ardent ambassadeur à l’instar de sa fibre footballistique pour l’AJA -, le directeur départemental de la Sécurité publique de l’Yonne Raphaël JUGE devra désormais s’habituer à vivre à l’heure américaine…

 

AUXERRE : Grandeurs et démesures de la société américaine. Profitera-t-il du court répit que lui confère la période estivale, synonyme de vacances amplement méritées, pour potasser tous les ouvrages consacrés à la real politique et aux arcanes du pouvoir lui permettant de mieux appréhender le poste qui lui tend désormais les bras aux States ?

Un poste éminemment stratégique d’attaché de sécurité intérieure à Washington que l’intéressé, déjà un brin globe-trotter dans ses vies antérieures aux multiples facettes, aura tout le loisir de découvrir d’ici quelques semaines une fois arrivé aux Etats-Unis.

Un réseau qui dépend de la direction de la Coopération internationale, placée sous l’égide du ministère de l’Intérieur, et qui se déploie à date dans une centaine d’ambassades qui couvrent 157 pays du globe.

 

 

Pas besoin de pendule pour vivre la conquête de l’Ouest…

 

Après le Moyen-Orient, région du monde dont il s’est pris d’affection – le commissaire divisionnaire de l’Yonne possède dans sa besace culturelle universaliste de sérieux rudiments de dialectes libanais dont il a la maîtrise et dont il n’aura pas fait usage lors de la cérémonie de son départ même à la demande du préfet de l’Yonne Pascal JAN pour une note d’exotisme ! -, Raphaël JUGE prend donc la tangente professionnelle en mettant cette fois-ci le cap vers l’Ouest.

A la façon d’un Tryphon TOURNESOL qui munit de son indispensable pendule pour les aficionados d’HERGE et de son célèbre reporter « Tintin », se complaît parmi ses aventures épistolaires à se diriger systématiquement avec ce précieux ustensile vers ce point cardinal où l’astre diurne se couche.

 

 

Là-bas, dans la capitale américaine, Raphaël JUGE n’aura nullement besoin de pendule pour trouver ses marques afin d’apposer sa patte de professionnel aguerri dans ses futures fonctions. Un attaché de sécurité intérieure a pour objectif d’assurer la protection des citoyens français et des intérêts de l’Etat tricolore à l’étranger. L’exécuter au cœur des arcanes de la première puissance mondiale devrait lui occasionner quelques battements de cœur accélérés supplémentaires !

En outre, le nouveau promu à l’ambassade française aura également pour tâche de lutter contre toutes les formes de criminalité internationale en renforçant la coopération opérationnelle avec le pays hôte.

 

 

La parfaite alternance entre la fonction territoriale et les missions à l’étranger…

 

Or, en la matière, les Etats-Unis n’ont rien à apprendre des autres puisque le pays du gigantisme possède à lui seul plus de 1 800 organismes différents qui agissent sur le domaine de la sécurité intérieure !

Enfin, pour être tout à fait complet sur les futures missions de l’ex-commissaire divisionnaire auxerrois, charge au futur attaché de sécurité intérieure qu’il devient de contribuer également à la sécurité des membres de la communauté française expatriée ou de passage, ainsi qu’aux intérêts de la nation à l’international.

Un poste qui sied à merveille à la ligne conductrice de Raphaël JUGE. Il est vrai que le garçon pratique depuis le début de sa carrière l’alternance entre des fonctions territoriales et des missions à l’international. Une diversité qui reflète l’une des qualités professionnelles du nouvel impétrant, sa capacité d’adaptation aux environnements des plus éclectiques.

Durant trois années vécues dans l’Yonne, le directeur départemental de la Sécurité Publique a su mettre en application les dimensions managériales, opérationnelles et stratégiques de son poste. En répondant du mieux possible avec ses équipes aux problématiques de la violence conjugale et intrafamiliale ou la lutte contre les violences urbaines.

L’accession attendue de l’AJ Auxerre parmi l’élite aura a contrario évité à Raphaël JUGE, passionné de la chose footballistique, d’exiger des renforts supplémentaires afin de pallier l’afflux de supporters extérieurs lors de futures rencontres qui ne manqueront pas de donner quelques suées à son successeur. Celui-ci devant arrivé dans l’Yonne à la fin du mois d’août. Pendant ce temps-là et loin de ces préoccupations, Raphaël JUGE vivra outre-Atlantique son nouveau rêve américain. Comme le chantèrent si bien en 1979 les membres cousus d’or de SUPERTRAMP dans « Breakfast in America »…

 

Thierry BRET

 

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil