Dans cette tribune, l’édile d’Auxerre et président de l’Agglomération de l’Auxerrois invite ses administrés à poursuivre les règles strictes du confinement. L’une des parades pour contrecarrer la propagation rapide du coronavirus partout dans le monde.

TRIBUNE: Voilà trois semaines que nous vivons confinés pour lutter contre les ravages que peut provoquer le coronavirus. C’est une séquence déjà longue qui nous a forcés à bouleverser nos habitudes en nous repliant sur notre sphère familiale ou individuelle.

C’est une période que nous avons traversée globalement dans l’ordre et la discipline et je vous en remercie. De son côté, la Ville et la Communauté d’agglomération ont tout mis en œuvre pour que le confinement des habitants puisse se dérouler avec efficacité : les déchets et ordures ménagères sont collectés, les enfants des soignants gardés, les transports assurés, les formalités essentielles de l’état civil maintenues et les personnes seules ou fragiles accompagnées.

La police municipale, en lien étroit avec la police nationale, veille au respect des consignes.

Je salue ici tous vos efforts. Mais tout indique que les mesures de confinement qui nous obligent à limiter nos déplacements et nos sorties ne seront pas levées dans les prochains jours. Cela va nous contraindre à des efforts répétés.

C’est collectivement que nous sortirons de cette épreuve. Pour cela j’en appelle au bon sens de tous. Certes, le printemps et l’arrivée du soleil pourraient nous inciter à enfreindre les règles strictes pourtant édictées pour que la pandémie soit vaincue au plus vite. Nous devons, individuellement et collectivement, faire preuve de discipline et limiter au maximum nos déplacements aux activités indispensables comme l’achat de nourriture.

Même si nous espérons tous retrouver notre ancien mode de vie le plus rapidement possible (je travaille d’ailleurs dès maintenant aux aides qui permettront à notre économie, nos entreprises, artisans et commerçants de redémarrer), il est trop tôt pour envisager les modalités pratiques du retour à la normale.

Aujourd’hui et pour quelques temps encore, je vous demande donc de respecter scrupuleusement le confinement.

Guy FEREZ

 

Une première machine découpe-laser devrait arriver du nord de l’Italie ces jours-ci. A condition que l’autorisation préfectorale soit suffisante pour faciliter la traversée de la frontière transalpine à cet appareil indispensable à la production. Mais, le dirigeant de la start-up industrielle de l’Yonne Frédéric ROURE est formel. D’autres de ces systèmes seraient nécessaires pour espérer fabriquer jusqu’à 300 000 masques de protection au quotidien. A partir de la fibre naturelle du chanvre…

LEZINNES: Il ne s’agit que d’une simple question de jours. Mais, d’ici peu, sans doute avant la fin de la semaine, le fabricant de géotextiles, toiles de paillages biodégradables et de textile végétal à base de fibres naturelles cultivées dans l’Hexagone sera en capacité de produire en quantité importante des masques de protection pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Comme d’autres secteurs de cette filière dans le pays, GEOCHANVRE se mobilise à son tour dans cette quête effrénée à la conceptualisation du précieux ustensile protecteur.    

La PME aux dix salariés travaille activement à la modélisation d’un masque à partir d’intissé en fibres naturelles. L’enjeu est de répondre aux besoins de sécurité dans un cadre non médical.

L’entreprise s’appuie sur une technologie novatrice qu’elle a brevetée dans 140 pays. Celle-ci consiste à lier des fibres végétales par projection d’eau sous haute pression sans avoir recours à des adjuvants. On appelle ce procédé : l’hydroliage. Il favorise la production de manière industrielle des géotextiles intissés 100 % biodégradables.

Pour réaliser ce challenge, l’ingénieur à la tête de la structure entrepreneuriale, Frédéric ROURE, s’est appuyé sur les services de l’Etat et de la Région. Au terme de sa dernière conférence de presse vendredi 03 avril, la présidente de l’organe institutionnel régional Marie-Guite DUFAY devait tresser des lauriers élogieux à l’endroit de l’entrepreneur icaunais pour cette prise d’initiative.

« D’ici une huitaine de jours, avait déclaré l’élue franc-comtoise, GEOCHANVRE sera en mesure de concevoir des masques qui seront destinés à la protection des salariés dans les entreprises… ».

 

 

Les prototypes de masques ont reçu l’aval de la DGA…

 

D’autres partenaires sont entrés dans la danse. La société SO BAG, implantée à Blanzy en Saône-et-Loire et LASERTEC, basée à Arceau en Côte d’Or.

La première est devenue le référent sur la fabrication de « big bag » en France. La seconde est spécialisée dans le marquage, la gravure et la découpe au laser en sous-traitance depuis une vingtaine d’année sur le marché national.

Pour couronner le tout, le dirigeant de GEOCHANVRE a fait également appel aux bonnes volontés des élèves du Lycée professionnel Eugène Guillaume de Montbard (Côte d’Or).

Des tests conduits sous l’égide de la DGA (Direction générale de l’armement) ont conclu à la validation le 30 mars du prototype suggéré par la PME de Lézinnes le positionnant de facto dans la catégorie 2 des masques à usage non sanitaire.

Quinze mille de ces ustensiles jetables 100 % en matière végétale pourraient être conçus dès les premières semaines d’avril. Avant que ne survienne la montée en puissance progressive et logique liée à l’installation du nouvel équipement.

 

 

 

Interrogé par téléphone, Frédéric ROURE confirme que l’entreprise est dans sa phase de réorganisation afin de pouvoir répondre au mieux aux demandes urgentes des entreprises et des collectivités (la Communauté de communes du Tonnerrois en phase de test).

Si elle réussit son pari, GEOCHANVRE qui a déjà acquis une sérieuse notoriété depuis le lancement de sa gamme de paillage en vendant plusieurs centaines de milliers de mètres carrés à des maraîchers, vignerons, paysagistes ou services techniques de collectivités (Paris, Dijon…) remplirait à la perfection son rôle d’entreprise citoyenne. Au moment où on a le plus besoin de ce type d’initiatives dans l’Hexagone.

Mais, pour mieux optimiser son plan de bataille contre le coronavirus, Frédéric ROURE aimerait acquérir d’autres machines de découpe laser à son fournisseur italien. Histoire de renforcer encore plus le potentiel productif de son unité industrielle au quotidien. Mais, il est impératif qu’il obtienne les subsides adéquats.

Au-delà des soutiens de principe de la part des institutionnels, les aides financières sont en revanche toujours à l’étude auprès des organismes ad hoc. Or, Frédéric ROURE sait que chaque minute compte aujourd’hui dans cette guerre sans merci qu’il faut livrer contre la progression de l’épidémie.

Le temps presse alors que les masques de protection sont presque à porter de mains…

 

 

Deux réquisitions de masques en moins d’une semaine par l’Etat : c’est trop pour le président du Conseil départemental de l’Yonne. Regrettant ce nouveau loupé avec beaucoup d’amertume, l’élu de l’Yonne s’insurge contre de telles méthodes et en appelle à une meilleure unité dans la gestion de ces répartitions…

AUXERRE: Une fois encore, la cargaison de masques protecteurs devant être distribués par les services du Département aux EHPAD et aux professionnels de santé nous passe sous le nez ! Les services de l’Etat se sont servis dès que les produits expédiés de Chine sont arrivés sur le tarmac de l’aéroport de Bâle Mulhouse dimanche. Au simple motif, mais après coup, de la réquisition.

De facto, ce nouvel épisode dans la guerre de tranchées que se livre depuis plusieurs jours l’ensemble des nations de la planète et leurs organismes institutionnels pour se procurer la précieuse matière protectrice gagne en intensité. Y compris par chez nous !

Intervenant deux semaines après une première commande effectuée par la Région qui a connu un sort identique, cette nouvelle réquisition est mal vécue par le président du Conseil départemental de l’Yonne.

 

 

« Je suis profondément indigné de la situation relative à l’acheminement de ces masques, confie-t-il. On peut comprendre certaines priorités du gouvernement pour faire face à l’épidémie du coronavirus. Mais, il est aujourd’hui urgent d’organiser au mieux les différentes commandes et leurs bonnes réceptions à qui de droit. Sans qu’il y ait de nouveaux loupés ! ».

S’insurgeant contre ce temps perdu pour la collectivité, Patrick GENDRAUD rappelle son désir de protéger au mieux la population.

A l’instar de ses homologues, présidents des huit départements de Bourgogne Franche-Comté, le président de l’assemblée départementale de l’Yonne se rallie à l’initiative de la responsable de l’exécutif régional, Marie-Guite DUFAY.

Celle va saisir le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier VERAN pour faire le point sur la situation. En espérant qu’une meilleure régulation soit enfin adoptée dans cette lutte solidaire contre l’infection virale.

 

 

Ce sont des méthodes à la hussarde qui ne conviennent à personne. Surtout pas aux élus de notre territoire régional qui se voient ainsi lésés de la substantifique moelle pour lutter avec efficience contre la propagation du coronavirus. Une cargaison de deux millions de masques protecteurs arrivée le 05 avril sur l’aéroport de Bâle Mulhouse en provenance de Chine a été intégralement récupérée par l’Etat. Sans qu’il n’y ait en amont eu la moindre concertation, ni information. Colère noire de l’exécutif…

DIJON : C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Alors que le 02 avril dernier, une commande de ces précieux masques de protection avait déjà été retenue par les services de l’Etat sur le même aéroport frontalier entre la France et la Suisse, la Région vient de vivre une nouvelle et cruelle désillusion.

Sa deuxième commande n’aura pas connu de meilleur sort ce dimanche 05 avril puisque à peine arrivée sur le sol helvète, la cargaison de deux millions d’unités aura été immédiatement, et dans son intégralité, fait l’objet d’une réquisition.

L’Etat a pris sur lui de prioriser la lutte contre l’épidémie de COVID 19 en livrant certaines commandes de ces produits vers des secteurs en grande tension sanitaire comme l’Est du pays.

Si l’intention est certes louable, la méthode l’est nettement moins. D’autant que la Bourgogne Franche-Comté (Côte d’Or, Saône-et-Loire, Doubs, Jura…) enregistre depuis plusieurs jours une très nette accélération du nombre de patients atteints par l’infection virale.

La présidente de l’exécutif régional, Marie-Guite DUFAY, a fait part de sa réaction. En interpellant l’Etat sur la manière dont il gère la crise en Bourgogne Franche-Comté, plus précisément.

 

Une meilleure régulation par régions est nécessaire…

 

« Soit l’Etat considère que les masques commandés par la Région, en complément des dotations nationales, ne sont pas nécessaires à leur protection ; soit avec les masques réquisitionnés, il organise une régulation entre les régions de façon solidaire…. ».

Rappelons que ces masques en provenance d’Asie ont pour objectif d’être acheminés via une logistique assurée par les départements auprès des EHPAD, aux personnels d’aide à domicile des personnes âgées et aux structures d’accueil de personnes handicapées.

Le 10 avril, une nouvelle rotation aérienne permettant d’importer 2,35 millions de masques supplémentaires est prévue à Bâle Mulhouse. La présidente régionale s’inquiète et espère que cette cargaison ne connaîtra pas une énième confiscation par les services de l’Etat.

Le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier VERAN sera saisi par Marie-Guite DUFAY à ce propos. Elle souhaite rétablir le dialogue avec le représentant du gouvernement et retrouver ainsi une unité dans l’action de l’Etat et les régions, indispensable pour combattre cette épidémie. Et ce dans l’intérêt de tous…

 

Terriblement impactés par la crise du COVID 19, les artisans toute activité sectorielle confondue souffrent depuis le début de la période de confinement. Les conseillers de la chambre consulaire régionale restent mobilisés afin de les accompagner du mieux possible durant cette épreuve si particulière pour le moral et complexe dans les affaires…

DIJON : La Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Bourgogne Franche-Comté vient de publier les premiers chiffres à l’issu de la mise en place de son dispositif exceptionnel d’accompagnement, imputable à la période de confinement.

Ce sont aujourd’hui plus de cinq mille structures qui bénéficient des services de suivi par les conseillers de la vénérable institution. Depuis la mise en exploitation de la ligne spécifique qui favorise les contacts avec les conseillers consulaires de la région, ce sont 1 700 demandes de rappel qui ont déjà eu lieu.

Mobilisés au quotidien, les personnes qui se rendent opérationnelles en appui des entreprises ont multiplié l’envoi de newsletters aux artisans de la région Bourgogne Franche-Comté.

 

 

Relayées sur Facebook, les informations de la Chambre ont été vues par 160 000 personnes. Quant aux formateurs, ils assurent toujours à distance l’apprentissage de 1 700 stagiaires via les outils multimédia.

Les secteurs impactés au niveau national et par ordre d’importance sont ceux des services à hauteur de 60 %, du bâtiment (17 %), de la production (12 %) et de l’alimentaire (11 %).

La nature de ces impacts se rapporte au ralentissement de l’activité, la baisse de fréquentation de la clientèle, l’annulation des commandes, celle des évènements et l’allongement des délais d’approvisionnement.

 

Pour contacter la Chambre régionale de Bourgogne Franche-Comté :

https://artisanat-bfc.fr/detail-offre/covid-19/contact

Plateforme numérique : artisanat-bfc.fr

 

 

 

Page 1 sur 338

Articles

Bannière droite accueil