Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-ccap-vital-sante-auxerre.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-ccap-vital-sante-auxerre.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Accompagné de Michel AMSELLEM aux claviers et de Naomi GREENE, chanteuse, harpiste et guitariste, l’artiste débutera une tournée de vingt-cinq concerts exceptionnels parmi différents sites religieux de France et de Belgique par la cathédrale Saint-Etienne de Sens, le jeudi 27 septembre. Une immersion éthérée dans le monde du sacré que Laurent VOULZY affectionne plus particulièrement. Lui qui a déjà interprété ses plus grands succès à la Basilique de Saint-Denis ou à la Saint-Johns Smith Square Church de Londres, près de Westminster…Une date exceptionnelle avant un second retour dans l’Yonne, le 16 novembre à Auxerre.

SENS : Après une série de récitals, complets en termes de fréquentation, au début de l’été, Laurent VOULZY qui se fait rare dans le département de l’Yonne, aura l’opportunité de fouler par deux occasions le sol de ce territoire du nord de la Bourgogne. Une première fois, le jeudi 27 septembre en la cathédrale Saint-Etienne de Sens en soirée. Avant de revenir jouer à Auxerre, le vendredi 16 novembre, à quelques jours de la clôture de cette tournée exceptionnelle.

Les puristes de belles mélodies harmonieuses et de compositions cristallines devraient se délecter à l’écoute de ces tours de chant, qui seront proposés dans des lieux hors du commun, très éloignés du monde profane.

Après la sortie de l’album « Lys & Love » (paru le 28 novembre 2011) et son immense succès (plus de 300 000 exemplaires commercialisés ce qui valut à l’artiste d’être certifié trois fois disque de platine), une tournée s’en suivit. Celle-ci avait débuté par la Basilique de Saint-Denis. Mais, c’est en l’église Saint-Eustache à Paris que furent enregistrés CD et DVD de la prestation.

Au début de l’été, l’auteur-compositeur-interprète de « Jeanne » ou de « Ma seule amour » où l’on notait la présence surprenante du chanteur des WHO, Roger DALTREY, s’est produit dans la collégiale Notre-Dame de Dole, les églises Notre-Dame de l’Annonciation à Lyon et Saint-Jean à Grenoble, avant de poursuivre par Vienne (cathédrale Saint-Maurice) et Carpentras (Saint-Siffrein).

« Chanteur en ces lieux procure un bonheur immense… »

Interrogé sur cette présence scénique et musicale dans les églises et cathédrales de France et de Belgique, Laurent VOULZY a précisé qu’il aimait se rendre dans ces lieux religieux où les bruits extérieurs qu’on entend parfois semblent irréels.

« On franchit la porte et on est hors du temps. Entre ciel et terre. L’église est un peu comme un vaisseau spatial, plantée là, au milieu des villes et des villages. Y jouer, et y chanter représente un bonheur car ce lieu n’est pas neutre. Ses murs, ses voûtes, ses vitraux, ses piliers nous imposent leur résonance. Ce sont des partenaires avec lesquels il faut compter… ».

L’actualité du comparse et complice d’Alain SOUCHON est riche en cette période de rentrée. Laurent VOULZY travaille sur une pièce musicale et chantée autour de Jeanne d’Arc. Décidément, un personnage pour qu’il voue une admiration sans borne, lui qui adore cette époque chevaleresque de notre histoire…

L’Artothèque de la Ville d’Auxerre expose son travail étonnant jusqu’au samedi 20 octobre au théâtre municipal. C’est une excellente opportunité pour lancer la nouvelle saison…

AUXERRE : Pour la seconde fois, cette exposition qui accompagne la présentation de la saison 2018-2019 incite au pétillement des esprits parmi le public, en inventant de nouveaux parcours culturels de traverse.

Englobant pêle-mêle, tout en tissant des liens étroits, le théâtre, la danse, la comédie musicale, le cirque, les concerts, les spectacles de marionnettes et cette belle collection produite par l'Artothèque de la ville.

Le public pourra y découvrir des œuvres mais aussi les artistes : Gérard TITUS-CARMEL, Daniel DEZEUZE, Yona FRIEDMAN, Karel APPEL, Barbara KRUGER, Zao WOU-KI. Des femmes et des hommes au regard si singulier sur notre monde à travers leur sens créatif.

Bref, cette première immersion dans ce paysage culturel de rentrée représente une magnifique opportunité d'aller à la rencontre des arts contemporains dans leur grande diversité.

Et de contempler la complicité artistique qui unit ces deux lieux remarquables d'Auxerre que sont le Théâtre et l'Artothèque. Une exposition visible jusqu’au samedi 20 octobre.

En marge de leur prestation scénique très attendue lors de la nocturne de la Foire exposition d’Auxerre ce samedi 15 septembre (19 heures), la légendaire formation, star de la Disco, remettra à l’édile de la ville Guy FEREZ le disque d’or saluant ses quarante années d’existence synonyme d’une carrière aboutie. Une distinction élégante de la part des trois filles qui constituent désormais l’ossature de ce combo mythique, aujourd’hui encore auréolé par la grâce musicale, et ce malgré le décès de son leader masculin, le charismatique Bobby FARREL, disparu le 30 décembre 2010…

AUXERRE : Groupe de référence de l’époque « disco », inoubliable formation dansante et musicale auprès d’une multitude de nos concitoyens, BONEY M figurera en tête d’affiche principale de la 88ème Foire exposition d’Auxerre cette année. Un retour en force sur scène pour ce trio qui a conservé deux de ses membres originelles, Maureen et Anthéa, choristes de chic et de charme.

Usine à tubes (« River of Babylon », « Daddy cool », « Belfast », « Raspoutine », « Sunny », « Ma Baker »...), ce groupe vocal créé et dirigé au milieu des années 1970 par le producteur allemand Franck FARIAN, pur produit de la filière électronique d’Outre-Rhin avec Giorgio MORODER, aura connu la gloire en vendant plus de 50 millions de singles et 60 millions d’albums dans le monde.

L’évènement point d’orgue de la 88ème Foire exposition…

Maintes fois remodelés, le groupe connaît un regain de jouvence depuis le début des années 2000 sous l’appellation « BONEY M The Original Tribute » avec la petite dernière, Beckie.

Ce phénomène musical d’une époque dont beaucoup ont encore la nostalgie profitera de ce mouvement revival et passéiste positif pour se produire pour la première fois en terre icaunaise.

Un rendez-vous qualifié de point d’orgue exceptionnel pour le directeur de Centre France Parc Expo, Guy ROS, à la veille de l’ouverture du premier évènement commercial de l’automne dans la région.      

Au terme de leur concert, les filles de BONEY M salueront leur passage à Auxerre de la plus belle manière qu’il soit : elles offriront le disque d’or de leur quarantième année d’existence au maire d’Auxerre, Guy FEREZ, certainement conquis par l’élégance du geste.

A quelques jours de l’ouverture de la 88ème édition de la Foire commerciale d’Auxerre, la seconde en Bourgogne en nombre de visiteurs accueillis sous une structure couverte, le directeur de Centre France Parc Expo explique sa stratégie en matière de programmation et de communication. Deux axiomes complémentaires de poids dans la balance de la réussite et du futur succès de cet évènement populaire, qui marque le début de la nouvelle saison pour le centre d’exposition auxerrois…

AUXERRE : L’objectif est double pour le responsable de Centre France Parc Expo avec l’organisation de la 88ème Foire exposition : conforter l’évènement dans sa posture de premier évènementiel commercial sur le territoire de l’Yonne et lui garantir une notoriété suffisante en sa qualité d’organisateur de spectacles vivants. D’ailleurs, cette année, ils seront au nombre de cinq, proposés au quotidien durant la manifestation. Leur thème évoquera la richesse musicale et artistique de la Disco, une période faste ayant sublimé les années 1975/1985, avant qu’elle ne s’étiole de façon subite et définitive.

Mais, que les nostalgiques des paillettes, des light-shows et des voix haut perchées à la BEE GEES se rassurent, ils ne devraient pas être déçus par le copieux cocktail que leur ont concocté Guy ROS, Sébastien FUENTES, son directeur-adjoint et leur équipe pour le contenu de la partie festive de l’évènement.

Une aire de stationnement de 800 places à proximité de l’entrée…

Entre les bonnes affaires que les visiteurs sont en droit d’attendre de leur découverte des 160 stands tenus par des professionnels de la France entière et le programme des réjouissances, l’apothéose risque d’être au rendez-vous ! A l’intérieur parmi les différents univers du complexe qui a subi sa cure de jouvence à l’automne 2017 ; mais aussi sur le parvis. Le réaménagement des zones de stationnement, nouveauté de cette édition 2018, constituait l’une des priorités voulues par l’hôte de ces lieux.

« Gagner en accessibilité demeurait la priorité, insiste Guy ROS, il fallait que les visiteurs puissent stationner au plus près de l’entrée principale de la foire. La zone située à côté de l’infrastructure qui accueillait jusqu’alors les exposants de l’extérieur (jardinage, véranda, pôle automobile…) deviendra le parking officiel de l’évènement, pourvue de 800 places. Avec les autres espaces identifiés dans un périmètre proche, ce sont plus de mille places qui seront ainsi à disposition… ».

Un service supplémentaire et gracieux offert aux potentiels trente mille visiteurs qui sont attendus durant ces cinq jours (12 au 16 septembre). Revendiquant son désir de renouveler les exposants (de 20 à 30 % à chaque nouveau rendez-vous), Guy ROS prône que chacun doit vivre un moment d’éclectisme durant cette foire.

« On essaie toujours de trouver dans le domaine de la gastronomie et des vins des spécialistes des saveurs d’ailleurs. La variété évite toute forme de lassitude : c’est fondamental quand il y a récurrence annuelle d’un évènement… ».

Gratuite, la Foire d’Auxerre le restera. Y compris lors de ses nombreux divertissements. En particulier, les concerts autour de cette thématique fédératrice de la Disco.

« Des animations pléthoriques seront proposées sur ce souvenir musical qui reste très vivace dans nos consciences, ajoute le directeur de Centre France Parc Expo, je peux vous citer pêle-mêle des projections de film, un bar karaoké, une exposition dévoilant CD et vinyles de l’époque, des affiches de concert. Le public changera d’époque dès qu’il pénétrera dans cet espace découverte qui n’a rien de kitsch pour y retrouver les chanteurs et les groupes vedettes de cette période : ABBA, BEE GEES, Donna SUMMER, CERRONE, Patrick JUVET, Giorgio MORODER, ELO (Electric Light Orchestra) ou encore EARTH, WIND & FIRE. Trois artistes devraient capter davantage l’intérêt de cette foule : SHEILA, Claude FRANCOIS et BONEY M… ».

L’exposition dévoilée sur 300 mètres carrés pourrait devenir itinérante par la suite au sein du groupe de presse CENTRE France dont sa filiale évènementielle organise l’importante foire de Limoges au printemps (100 000 visiteurs).

Un évènement économique aux fortes retombées locales…

S’il est difficile de posséder une estimation au cordeau du chiffre d’affaires généré par la foire auprès de ses exposants, en revanche, on sait que plus de 500 personnes professionnelles sont présentes sur le site. D’où une poussée consumériste obligatoire dans le landerneau qui se traduit par une fréquentation accrue via les postes de l’hôtellerie et la restauration, les débits de boisson, les distributeurs de tabac, les commerces de proximité.

« L’impact est considérable, affirme Guy ROS, les retombées économiques sont trois fois supérieures à la normale pour les commerces auxerrois en période de foire… Plus la foire se développe et plus il y aura des effets bénéfiques ».

Cette année, pour la 88ème édition, Guy ROS n’a pas hésité à s’adjoindre les services d’un directeur artistique pour la création graphique de l’affiche et des supports de communication. Celle-ci a été très largement déployée sur le département de l’Yonne, l’est du Loiret et sur une frange de la Nièvre.

 

 

Enigmatique, sensuel, à la limite de la provocation, avec son zeste d’érotisme à peine voilé contenu dans son œuvre, le travail iconographique de l’artiste « London Eye », alias Sylvie VUCIC dans le civil, intrigue l’observateur qui ne peut décemment pas rester de marbre face à ces étonnantes réalisations, pleines de facéties oniriques. Fruit d’une spontanéité débridée et assortie d’une perception visuelle nourrie de talent, l’exposition estivale de la jeune femme se poursuit après le Domaine BROCARD sur les cimaises, et ce dès le 07 septembre, du bar-restaurant le « 87 » à Auxerre…

AUXERRE : « Nina & Michka » sont les prénoms de deux adorables félins que la photographe a pris sous son aile. Deux chattes, espiègles et joueuses, aimant se chamailler à longueur de journée et que parfois tout oppose. Une dualité faite de complicité, de tendresse, de colère, de joie. C’est cette relation binaire entre ces animaux de compagnie qui sera la source d’inspiration de l’artiste pour cette exposition qu’elle a baptisée du nom de ses petits protégés.

Des prises de vue éparses, morcelées, immortalisant des faits et gestes de la vie courante au détour de grandes capitales européennes, Prague, Londres dont la jeune femme a une passion sans borne, Paris. Des villes de province, aussi à l’image de Troyes ou d’Auxerre.

C’est précisément dans cette dernière agglomération que Sylvie VUCIC présentera l’inventivité de son travail dans l’un des lieux de loisirs, le bar-restaurant « 87 » ce vendredi 07 septembre. Soit in fine 23 représentations de ce que l’artiste a voulu partager avec le public en assemblant les morceaux de ce kaléidoscope étrange et suggestif, où l’érotisme fourmille à fleur de peau. Suscitant la curiosité de spectateurs dont l’imaginaire et la sensibilité sont mis à contribution.

Oser sans choquer pour susciter la réflexion…

On ne peut rester indifférent devant la finesse psychologique de ces assemblages de pellicules. Les questions pleuvent intérieurement. Et l’on ose s’aventurer vers ce chemin où la sensualité nourrit des réactions. A la limite de la provocation. Celle qui est suggérée par petite touche humoristique, voire déconcertante. Oser sans choquer : tel pourrait être le credo de « London Eye » qui se joue du regard scrutateur du public.

Le coup de cœur n’est jamais exclu quand on visionne de plus près la qualité de ce travail. La preuve, un collectionneur néerlandais ne vient-il pas d’acquérir l’une des pièces de cette exposition. Un satisfecit supplémentaire pour l’ancien mannequin free-lance qui était elle-même la muse de plusieurs photographes de mode dans une vie antérieure.

Page 1 sur 20
Bannière droite accueil