Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

ETAIS LA SAUVIN : La pièce se nomme « Marianne dans tous ses états ». Clin d’œil sympathique et astucieux, le jeu de mot fait référence à ce pays, la France, qui s’est profondément modifié le 04 octobre 1958 avec la promulgation de la Cinquième République, souhaitée par le Général de GAULLE. Mais, ce ne sont pas sous les ors du Palais de l’Elysée que nous invite le metteur en scène Jean-Claude DUQUESNOIT (également acteur principal aux côtés de Dianne van den EIJINDEN) mais bel et bien dans le Café des Travailleurs, côté bar…

Les guirlandes sont en place. Le vin blanc est au frais. Tout est prêt pour la commémoration. Derrière son  bar,  Maria prépare l’événement. À ses côtés, Jean-Claude, pilier de bar intarissable, fidèle parmi les fidèles et mémoire du lieu. Au travers de l’histoire de ce bistrot populaire, c’est l’histoire de la Cinquième République qui sera évoquée. Parmi les événements passés en revue : la guerre d’Algérie, Mai 68, la libération des mœurs, l’alternance… Mais aussi d’autres épisodes apparemment anecdotiques qui ont bouleversé en profondeur notre mode de vie. Une réflexion piquante et drôle sur plus d’un demi-siècle de politique…

Samedi 26 mai à  20h30  et  Dimanche 27 mai à 16h00

Prix d’entrée : participation aux frais (PAF) 15 € ou 11 € si adhérent.

Réservation par site : http://www.lacloserie-spectacles.fr/

Par courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Par téléphone : 03.86.47.28.16.

Présent à Dijon, au soir de ce vendredi 25 mai, l’auteur présentera deux de ses plus récents ouvrages consacrés à son thème de prédilection, l’histoire de France avant de procéder à une séance de dédicaces…

DIJON (Côte d’Or) : Vénérable institution de la découverte littéraire et culturelle de notre territoire, le Club des écrivains de Bourgogne, piloté entre autres par notre confrère, le journaliste Bernard LECOMTE, lui-même auteur de nombreux opus consacrés aux méandres historiques vécus par la papauté au Vatican et à la Russie, accueillera un orateur et auteur de référence en la personne de Jean-Christian PETITFILS. La conférence débat qui en découlera permettra à l’historien de dévoiler les arcanes de deux de ses derniers ouvrages, l’un paru aux éditions Fayard, « L’Histoire de France », l’autre, concocté de manière collective pour les éditions Perrin, « Les énigmes de l’Histoire de France ». Le quatre-vingt-quatrième invité du club promènera les auditeurs dans le département de l’Yonne, précisément à Fontenoy en 841, où les héritiers de l’empereur Charlemagne se disputèrent dans le cadre d’une terrible bataille les parts de l’héritage. Et de surcroît l’inévitable séparation avec l’Allemagne. Une immersion dans l’Histoire avec un grand « H », et un écrivain passionnant…

GY L’EVEQUE : Programme des plus sympathiques à prévoir en cette future journée dominicale dans la commune située à la périphérie d’Auxerre. En proposant un divertissement musical, s’agrégeant lui-même à la présence de danseurs, Didier RIMBAULT, l’instigateur de cette manifestation commerciale qui tente à prendre petit à petit davantage d’ampleur dans le canton, distille avec efficacité sa vision personnelle d’un marché à la sauce originalité.

Outre la dizaine de commerces non sédentaires invités à créer l’animation depuis plusieurs semaines au cœur du village, le marché de Gy l’Evêque trouvera une nouvelle source d’inspiration insolite auprès de l’univers artistique et culturel. Ce dimanche 27 mai, en matinée, les chalands férus de retrouver l’ambiance particulière et chaleureuse des marchés champêtres profiteront de ces innovations. Celles-ci devant se poursuivre et s’intensifier au gré de la saison estivale qui s’amorce.

Exerçant des activités professionnelles au sein du groupe pédagogique de Saint-Joseph La Salle à Auxerre, Didier RIMBAULT a eu la géniale idée de concevoir ce rendez-vous hebdomadaire, aujourd’hui très prisé de la population locale mais aussi des bourgades des alentours. La place de Gy l’Evêque ne désemplit jamais le dimanche matin depuis le mois de mars. Et l’on peut penser que ces attractions supplémentaires, concoctées en présence d’artistes et de musiciens, mettront en lumière cet événement commercial, soutenu par les représentants de la municipalité.

Optimiste, le responsable de ce rendez-vous souhaite sensibiliser quelques joueurs professionnels de l’AJ Auxerre afin de créer l’événement dans un décor totalement décalé. Une bourse aux plantes et aux graines animerait, quant à elle, les matinées dominicales de l’été.

Enfin, les aficionados des marchés retrouveront avec grand plaisir les étals bien garnis de commerçants et artisans de qualité, issus du terroir, et proposant d’excellents produits à consommer sans modération…

Plus de trente mille visiteurs sont attendus lors de ce week-end de Pentecôte, quai de la République, pour découvrir les produits culinaires et viticoles de nombreuses régions françaises et européennes. Près de 400 spécialités seront à découvrir à satiété par les amateurs de bonne chair et les épicuriens en goguette qui profiteront de ces journées, normalement très ensoleillées, pour s’adonner aux plaisirs des arts de vivre en famille ou entre amis…

AUXERRE : Chaque année, à pareille époque, la Fête de la Gastronomie et du Vin revient titiller les esprits des Icaunais qui adorent participer à cet événement, inscrit dans le marbre depuis ses origines. Il est vrai que les splendides promenades du quai de la République à Auxerre se prêtent à merveille à l’accueil des stands des exposants, mais aussi aux diverses animations musicales et ludiques qui font de ce rendez-vous extérieur unique un moment de pur bonheur pour ses suiveurs.

De la nourriture à satisfaire les plus affamés…

Cette année, quatre-vingts professionnels ont choisi de faire étape à Auxerre pour y présenter leurs réalisations culinaires : charcuterie, conserverie, fromage, escargots (logique quand on est en Bourgogne !), pâtes fraîches, foie gras, gougères…autant de savoureuses victuailles qui devraient nous remémorer que notre terroir demeure un paradis de la succulence et du bon goût.

Aux côtés des fruits et légumes, se grefferont d’autres exposants qui aborderont ce salon avec des articles aux saveurs sucrées (miel, confiserie, confiture, pop-corn, chocolat, marrons, biscuits…), mais aussi acides (condiments, épices), des boissons aux vertus apaisantes (thés) ou encore les produits de la ferme à base de lait : fromage de brebis, beurre, etc.

Outre la Bourgogne Franche-Comté, cette quatrième édition accueillera aussi d’autres terroirs qui ont fait la richesse gastronomique de l’Hexagone : la Champagne, l’Auvergne, la Bretagne, la Corse, l’Alsace, le Sud-Ouest, la Savoie, la Réunion…L’internationalisation de ce rendez-vous pour les adeptes de Lucullus se personnifiera par la présence de représentants de l’Espagne et de l’Italie.

Naturellement, il sera aussi question de se sustenter durant ces trois journées où il ne faudra pas trop surveiller sa ligne. Les organisateurs de l’évènement (Centre France Parc Expo et la Ville d’Auxerre) ont prévu large côté boutiques de dégustation avec des points de restauration spécifiques servant méchoui, poêlée lyonnaise, spécialités savoyardes, des Antilles, de l’Auvergne ou encore du lointain Mexique. Les férus de burgers et de sandwiches y trouveront aussi leur compte ; à l’instar des indéfectibles mangeurs de pâtes fraîches ou d’escargots. Crêpes et gaufres calmeront les estomacs des inconditionnels de sucrerie !

Pédagogie et activités ludiques s’invitent sur la manifestation…

Pléthore d’animations seront ainsi proposées en parallèle de ces attractions gastronomiques. L’ambiance musicale sera assurée par le groupe folk aux influences celtiques, MALTAVERN (500 concerts et six albums à leur actif). La danse sera l’une des invitées de cette manifestation avec la célèbre compagnie auxerroise, EVI DANSE (une scénographie bien huilée et qualitative) et ICONA LATINA, avec ses danses latines d’inspiration sud-américaine.

La pâtisserie et la confiserie, des items qui plaisent aux petits comme aux plus grands, se découvriront grâce à des ateliers ludiques (Les Délices de Nina avec la conception de gâteaux conçus sur mesure ou Bille de Sucre qui proposera des biscuits de fabrication artisanale, des cookies et même des meringues (nouveauté 2018).

Seront également présents : La Vache à roulettes (lait cru fermier et présence de deux veaux), La Ferme des Courlis (fromages de chèvre frais et présence animalière originale composée de boucs, chèvres et chevreaux) ainsi que la ferme équestre de Pesteau (balade gratuite en poneys).

Pour en savoir davantage sur l’intégralité de la programmation : il suffit de contacter le 03.86.42.06.00.

Alors que la jeune génération est en quête d’un autre chose, fait de libertés et d’émancipation dans les rues de Paris, la marque française au double chevron innove en ce mois de mai 1968 en dévoilant, à la date du 11 mai au golf de Deauville, un nouveau modèle de véhicule de loisirs très avant-gardiste : la fameuse MEHARI. Cinquante années après son apparition, ce cabriolet atypique reste un symbole emblématique de l’audace automobile à la française. Voulant marquer les esprits, le constructeur a sollicité le créateur Jean-Charles de CASTELBAJAC pour concevoir une « art-car » exclusive et originale…

PARIS : Prototype même de l’hédonisme à la française et d’une certaine forme de liberté jouissive y compris dans la pratique de la conduite automobile, la MEHARI, concoctée par le constructeur CITROEN, demeure un spécimen rare dans l’approche d’un design qui collait avec son époque. Celle de Mai 68, de sa liberté d’expression, de ses modes exploratoires ouvertes vers l’irréel et le psychédélique…

Un « art-car » à la configuration exceptionnelle qui évoque le Made in France créatif…

C’est précisément avec cet état d’esprit de mise en exergue des formes et des coloris que CITROEN s’est enjoint les services du créateur de mode universel. Objectif : concevoir à l’aune des cinquante ans de ce véhicule mythique qui fit rire la France entière lorsque Michel GALABRU, éternel adjudant-chef GERBER, pilotait l’une d’entre elles, dans les petites rues caractéristiques de Saint-Tropez, aux abords de la célèbre gendarmerie, un modèle dont on parlera longtemps.

Œuvre forte et chromatique, vibrant plaidoyer au graphisme colorisé, cette figure de la mode a délaissé, un tant soit peu, l’univers du vêtement pour habiller à sa guise la carrosserie de cette dame cinquantenaire relookée et résolument empreint de modernisme. A travers cet « art-car » exceptionnel, le créateur qui a débuté lui-aussi sa carrière en…mai 68, optimise la nouvelle mouture de ce solide fleuron de l’automobile nationale (la E-MEHARI) en un joyeux emblème de l’art de vivre « Made in France », auréolé d’optimisme et de joie de vivre cocardière.

Véritable pièce de collection et œuvre d’art à part entière, parce que dans l’esprit débordant d’imaginaire du créateur français, « il est interdit d’interdire » selon les fameux préceptes historiques de l’époque, ce véhicule trouve grâce aux yeux des aficionados de la marque par sa conception créative absolue.

Le véhicule le plus iconique de toute une génération…

Modèle révolutionnaire à plus d’un titre, le mythique véhicule s’offre une salvatrice cure de jouvence au détour des formes et des coloris chatoyants. Tout en permettant un clin d’œil de circonstance à la génération de contestataires, d’intellectuels et d’artistes qui auront posé les jalons en cet honorable printemps de cette nouvelle révolution française dont CASTELBAJAC rend ici, grâce à sa création, un vibrant hommage…

Page 1 sur 14
Bannière droite accueil