Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Marché médiéval, tournois, fauconnerie, spectacles équestres, exposition, conférences, campements, concerts… : « Cravant la Bataille » - la judicieuse dénomination de la structure organisationnelle de l’évènement – a bien fait les choses en ce premier week-end de juillet ! Célébrant de fait un anniversaire qui a traversé les siècles malgré la méconnaissance quasi unanime du grand public autour de cette lutte farouche ayant opposé Français, Ecossais et Anglais ! Bienvenue le 31 juillet de l’an de grâce 1423…

 

CRAVANT : C’est sûr : on ne fêtera pas de sitôt le septième centenaire de la bataille de Cravant ! Alors, ne boudons pas notre plaisir et commémorons comme il se doit, selon les us et coutumes empruntés à l’époque médiévale ce rendez-vous festif qui promet d’être haut en couleur, les deux jours qui viennent.

Des couleurs éclatantes et bigarrées à l’instar de celles portées par la soldatesque qui assurera la reconstitution d’une joute entre Anglais, Ecossais et Français – ces deux derniers étant ralliés sus le même panache contre l’envahisseur de la Rose afin de les bouter hors du continent ! -, piment de cette commémoration de belle ampleur.

On doit tout ce travail méthodique, minutieux et visuel à une structure associative, « Cravant la Bataille », épaulée par une cohorte – non pas de légionnaires ! – de complicités intellectuelles et historiques, mais aussi de sponsors investis dans cette célébration médiévale de belle facture.

Une liste de partenaires et soutiens financiers, longue comme le bras – c’est dire l’intérêt de la sphère institutionnelle et économique départementales pour les reconstitutions historiques – qui occupe deux pleines pages du dossier, adressé à la presse ! Chapeau, mesdames, messieurs les organisateurs !

 

Des érudits sur un plateau d’argent pour éclairer nos lumières…

 

Et dire que « Cravant la Bataille », pilotée par sa présidente Françoise HOUNSOME, se qualifie de structure éphémère ! Elle aura été créée juste pour remettre un peu de lustre et de lumière sur cette bataille homérique – l’une des plus importantes de la fameuse Guerre de Cent Ans et sans doute très meurtrière – afin de redorer le blason de son illustre passé.

Combinant culturel et festif, ce double rendez-vous – samedi 01er juillet et dimanche 02 juillet -, comprend une kyrielle de choses toutes aussi passionnantes les unes que les autres qui permettront à tout un chacun de renouer avec l’histoire, une discipline qui ne séduit que les érudits et les amoureux des vieilles pierres. Une matière parfois galvaudée dans les enseignements scolaires !

Se voulant didactique, « Cravant la Bataille » a même édité un livret qui retrace avec moult détails et différents textes historiques, glanés çà et là, la fameuse bataille du 31 juillet 1423 à se procurer sur place, pour les puristes mais aussi les autres !

 

 

Parmi les temps forts de ce week-end à vivre en mode plongée à travers les siècles : la présence de quatre campements médiévaux, un défilé moyenâgeux dans les rues du village, coupé à toute circulation – fort heureusement des parkings ont été prévus afin d’accueillir le flux de véhicules devant converger vers l’évènement -, un spectacle de chevalerie avec tournoi, voltige et dressage, une conférence (Valérie TOUREILLE, historienne éminente spécialiste du Moyen-Age) et table rondes avec la présence du comte de Chastellux, Patrice WAHLEN et Gilles BOUE, historiens ainsi que Patrick GILLES, président de l’Auld Alliance et auteur de plusieurs ouvrages dont l’un consacré à Jeanne d’Arc, vol libre d’oiseaux (fauconnerie), exposition, etc.

Ce dernier nous gratifiant d’un autre moment fort de ces retrouvailles joyeuses, le dimanche matin, avec un focus argumenté sur le rôle exact de l’armée d’Ecosse venue au secours du royaume de France entre 1419 et 1429.

 

La présence de Luc ARBOGAST, le contre-ténor du médiéval…

 

Mention spéciale en soirée avec la présence musicale du « Pipe Band » d’Aubigny-sur-Nère, de l’ensemble OBSIDIENNE – un concert vocal et instrumental donné en l’église de Cravant, oyez, oyez ! – et le concert pyrotechnique de Luc ARBOGAST (« Via Antika « ), devant clôturer la journée de samedi aux alentours de 21h30, moyennant une participation financière de cinq  euros.

Un artiste est fort connu pour celles et ceux qui sont férus de musique et chansons d’inspiration médiévales. S’accompagnant de vielle à roue, de grelots, d’un bouzouki aux origines celtes, le chanteur chante l’amour courtois ou la communion avec la nature, interprétant ses propres textes comme ceux écrits jadis par la célèbre Hildegarde de BINGEN ou Guillaume de MACHAUT. Envoûtant et onirique…, du supplément d’âme dont il faut s’enivrer !

 

 

En savoir plus :

Fête de la Bataille de Cravant

Marché médiéval et animations pour la commémoration du 600ème anniversaire de la bataille.

Samedi 01er juillet à partir de 13 heures jusqu’à tard dans la soirée.

Dimanche 02 juillet dès 09 heures à 19 heures.

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Avec 52 000 visiteurs accueillis en trois jours dans le parc de l’Arbre Sec auxerrois, la capitale de l’Yonne a vu en l’espace de quelques heures sa courbe démographique repartir au beau fixe ! Un joli coup de boutoir pour la cité de Paul Bert qui ne cesse pourtant de perdre ses habitants, à l’instar de l’Yonne et de la Bourgogne Franche-Comté depuis plusieurs années. Alors, pourquoi ne pas organiser régulièrement des festivals afin d’attirer de nouveaux habitants ?!

 

TRIBUNE :

Lundi 

Rouge de honte, rouge de colère, rouge sang… L’affiche éponyme placardée par la propagande raciste de Vichy et l'occupant allemand en 1944 sur tous les murs de France refusait alors toute reconnaissance politique aux 23 condamnés à mort du groupe MANOUCHIAN, qualifiés « d’armée du crime », fusillés par les nazis le 21 février de la même année. Ils avaient tous une « gueule de métèque », patibulaires, hirsutes, bandits de grand chemin, juifs, communistes ! Des « rouges » avides d’envahir la « vraie France »… Le 21 février prochain, Missak MANOUCHIAN et sa belle Mélinée entreront pour l’éternité au Panthéon, sur décision du président Emmanuel MACRON. Un geste qu’il convient de saluer à sa juste valeur, en se remémorant ces vers d’ARAGON, écris en 1955, mis quelques années plus tard en musique par Léo FERRE : « Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent, vingt et trois qui criaient la France en s’abattant, La justice viendra sur nos pas triomphants… »…

 

 

Mardi 

Propos troublants lus dans « Le Figaro » le week-end dernier : interrogé sur l’impossibilité pour Emmanuel MACRON de se représenter une troisième fois en 2027, Richard FERRAND, ancien président de l'Assemblée nationale, se dit favorable à bousculer la constitution et permettre à un président de la République, de se représenter « trois ou quatre fois de suite » ! Tout en garantissant la main sur le cœur, qu’il souhaite « préserver le bicamérisme et le Conseil constitutionnel ». Et pourquoi pas un président de droit divin élevé au rang d’empereur, élu « ad vitam aeternam » ! Si avec tout ça, l’intéressé ne s’inscrit pas en tête de liste des favoris dans la course au remplacement d’Elisabeth BORNE à Matignon, c’est à désespérer de tout !

 

 

Mercredi 

Après Singapour en 2020, les Etats-Unis deviennent le second pays au monde à autoriser la vente de viande de poulet cultivée en laboratoire. Une mixture obtenue in vitro à partir de cellules souches, après cinq à sept semaines de « culture », moulée ensuite dans sa forme finale, pouvant aussi bien prendre l’apparence d’un steak haché que d’un filet de poulet ! Si les gallinacés disent merci aux deux entreprises initiatrices de la chose, « Upside Foods » et « Good Meat » (ça ne s’invente pas !), qui leur éviteront peut-être de passer par la case abattoir, pas certain que la gastronomie y trouve son compte ! De quoi nous faire regrette le bon vieux « poulet aux hormones » chanté naguère par Jean FERRAT… Peut-être sera-t-on amené un jour à pratiquer une nouvelle forme de langage : « Passe-moi le tube, j’aimerais reprendre du poulet ! »… 

 

 

 

Jeudi 

Après RONALDO fin 2022 et Karim BENZEMA le 8 juin dernier, c’est au tour de l’international champion du monde 2018, N’Golo KANTE, de rejoindre l’Arabie Saoudite et ses ponts d’or. En quelques mois, le football saoudien est entré dans une quatrième dimension, comme s’il passait subitement de National 3 à la Champions League ! Des contrats en centaines de millions de dollars qui permettront sans nul doute au pays spécialisé dans la découpe d’opposant journaliste de se refaire une virginité médiatique à bon compte. Après l’attribution des Jeux asiatiques d’hiver 2029, à quand les Jeux Olympiques à Ryad ? Sans doute pour bientôt, moyennant quelques « cheikhs en blanc » !  

 

 

Vendredi 

Plus d’un siècle après son naufrage, le mythe du  « Titanic » demeure et le sort des cinq passagers du sous-marin « Titan », disparus lors d’un voyage touristique au-dessus de l’épave a tenu en haleine la Terre entière depuis quatre jours. Les plus superstitieux y voyant même un signe du destin, Stockton RUSH, fondateur de la société « Ocean Gate », opérateur de l’excursion et pilote du submersible étant l’époux de l’arrière-arrière-petite-fille d’Isidor et Ida STRAUSS, couple richissime disparu dans le naufrage du plus célèbre des paquebots, la nuit du 14 au 15 avril 1912. L’on sait aujourd’hui que les infortunés passagers du « Titan » ont sans doute trouvé la mort dans l’implosion de l’engin. Reste qu’à 250 000 dollars le ticket par personne, cela fait cher pour avoir comme tombeau les profondeurs de l’Atlantique Nord, même pour des milliardaires happy few… A moins que cela ne donne des idées aux passeurs fossoyeurs sévissant en Méditerranée pour relever leurs tarifs !   

 

 

Samedi 

L’ours soviétique se fait mordre par son chien de garde et le monde entier s’interroge… La rébellion du chef de la milice Wagner, Evgueni PRIGOJINE contre le pouvoir russe, s’apparente-t-elle à une bataille d’egos ? Un coup de bluff ? Contribuera-t-elle à remplacer POUTINE par un sbire encore plus nationaliste ? Sera-t-elle le signal déclencheur d’une fin des hostilités en Ukraine… ? Bien malin qui peut répondre à cette équation à plusieurs inconnues. Si la situation ne prête pas à rire (ou du moins, pas encore !), elle fait penser à une réplique célèbre du regretté Paul PREBOIST, dans le film culte de Gérard OURY qu’est « La Grande Vadrouille » : « Ah ben v’la qu’ils s’arrêtent entre eux maintenant, ça doit pas marcher ben fort ! »…

 

Dimanche

La météo aidant, l’édition 2023 du festival CATALPA aura battu tous les records en termes de fréquentation, faisant quasiment doubler la population d’Auxerre sur trois jours. Une organisation au top, un plateau de qualité, un lieu agréable, autant d’ingrédients au rendez-vous pour assurer la renommée grandissante du festival au fil des années. Puisse-t-il, devenu trop conséquent, ne pas souffrir un jour de sa notoriété, le parc de l’Arbre Sec n’étant par définition, pas extensible ! Comment pour terminer, ne pas saluer ces dizaines de bénévoles et petites mains sans qui chaque année CATALPA ne pourrait exister… Chapeau bas et merci ! 

 

Dominique BERNERD

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

De retour à Auxerre dans le cadre des « Conversations de l’Abbaye », le cinéaste Jean-Paul RAPPENEAU a évoqué les souvenirs qui le lient à la ville qui l’a vu naître, émaillés de quelques anecdotes croustillantes sur ce monde du cinéma dont il est désormais une légende et l’un des doyens. Une soirée « Tout feu, tout flamme » pour conter le parcours de toute une vie, une « Vie de château » bien sûr !

 

AUXERRE: Le lycéen qui usait ses fonds de culotte sur les bancs du lycée Jacques-Amyot à la fin des années 40 se doutait-il que trois quarts de siècle plus tard, à quelques mètres de là, le réalisateur de légende qu’il était devenu, tiendrait conférence en l’Abbaye Saint-Germain pour y retracer le parcours d’un jeune Rastignac de province, fou de cinéma… ?

C’est au « Select », ancêtre du cinéma le « Paris », aujourd’hui disparu, situé dans la rue du même nom, que se tenaient les activités du premier ciné-club auxerrois. Un lieu où le jeune Jean-Paul se découvrit une vocation en découvrant « Citizen Kane », le chef d’œuvre d’Orson WELLES : « ce soir-là, en sortant de la salle, je me suis dit, « mais c’est ça que je veux faire ! ». Je ne suis pas le seul d’ailleurs, le grand Milos FORMAN a eu la même réaction… ».

Le cinéma « Familia », devenu aujourd’hui comme tant d’autres, un parking, fut aussi le lieu des premières émotions cinématographiques, avec au programme des films comme « Blanche Neige et les Sept nains », ou « Robin des Bois », avec le mythique Errol FLYNN : « et pour moi, pendant très longtemps, le cinéma, c’étaient des gens qui se battaient en duel à l’épée. En faisant « Cyrano », j’avais l’impression de revenir un peu dans la salle du « Familia »… ».

 

« Un garçon bien sage » qui fait tourner Liliane, un amour de jeunesse…

 

Le cinéaste faillit pourtant ne jamais voir le jour, Jean-Paul RAPPENEAU vouant dans sa prime jeunesse un amour pour le théâtre, notamment après la représentation d’une troupe de passage au « grand Casino » : « en 1942, j’y ai vu Hamlet avec ma sœur Colette et revenu à la maison, n’avais qu’une idée en tête, jouer la pièce devant les parents… ».

Puis vint l’envie du cinéma, mais de l’autre côté de la caméra, après avoir lu que Claude AUTANT-LARA recherchait un jeune acteur pour son film « Le blé en herbe » : « j’ai écrit, en disant que j’étais le personnage, mais n’ai jamais reçu de réponse… ». Et c’est tant mieux pour l’histoire du cinéma français qui y aurait beaucoup perdu sur le plan de la réalisation ! Dire que, imitant en cela le célèbre cinéaste autrichien Michael HANEKE, c’est pour « épater les filles », que le jeune Auxerrois fit ses premières armes derrière la caméra !

Plus exactement, celles du lycée Paul-Bert jouxtant celui de Jacques-Amyot, à l’époque (que les moins de soixante ans ne peuvent pas connaître !) où toute mixité était interdite. Et notamment une certaine « Liliane », dans ces années où une ruelle séparait les deux établissements : « il me fallait briser cette ligne pour franchir ce terrible passage et comme dans les petits films que je faisais alors, j’avais besoin de filles, cela m’obligeait à prendre contact avec celles d’en face… ».

Liliane, qui figure au générique de son premier court métrage tourné en 16 mm, « Un garçon bien sage » (sic !), élue des années plus tard lors d’une soirée à Joigny, « Miss Yonne » sans qu’il ne la revît jamais.

 

 

Quand Catherine DENEUVE marche pieds nus sur une abeille…

 

A l’aube des années 50, bac en poche, le jeune Auxerrois « monte » à Paris. L’époque des premières armes dans le cinéma en qualité d’assistant réalisateur et scénariste, mais aussi du premier film, réalisé en 1958, toujours en 16 mm, au nom prédestiné, « Chroniques provinciales ». L’époque également de la « Nouvelle Vague », sans pour autant que Jean-Paul RAPPENEAU s’inscrive dans ce mouvement qui comptait tant de noms devenus célèbres, de Jean-Luc GODARD à Claude CHABROL, en passant par François TRUFFAUT, Éric ROHMER ou Louis MALLE : « tous ces films de la Nouvelle Vague étaient alors projetés dans un petit cinéma de l’avenue Hoche à Paris et plus j’en voyais, plus je me disais que rien ne m’amusait ! Même si un film comme « Hiroshima, mon amour » me bouleversait, j’avais envie, moi qui ai toujours adoré la comédie américaine, de faire rire, c’était l’une de mes ambitions… ».

Un pari réussi, à en juger par le succès populaire de son premier long métrage, « La Vie de château », avec au générique des noms aussi prestigieux que Catherine DENEUVE, Philippe NOIRET ou Pierre BRASSEUR…Excusez du peu ! Un scénario et des personnages directement inspirés de l’histoire familiale et d’une maison occupée en partie par les Allemands : « Un étage seulement et ma mère disait fièrement, « quand je vois mes locataires (sic !), je ne les regarde même pas ! ». Ou l’on apprend également que Catherine DENEUVE, sur les conseils de sa sœur Françoise DORLEAC, jouait pieds nus, ce qui lui valut de marcher sur une abeille et d’interrompre le tournage à peine le premier coup de manivelle donné !

 

 

« C’est fou de raconter des histoires de famille… »…

 

En presque cinquante ans de carrière, « seulement » huit films au compteur pour le cinéaste Auxerrois, mais ne vous avisez pas à lui demander quel est son préféré : « c’est comme des enfants, on les aime tous ! Et comme il n’y en a que huit, manquerait plus que ça que je ne les aime pas ! ».

Avec pour réputation, de ciseler au mot près ses dialogues et d’être un artisan exigeant. Autant de qualités qui font les clés du succès, à en juger par l’adhésion du public, jamais démentie. L’homme est pudique et ne se livre pas facilement, surfant entre blagues et émotion : « c’est fou de raconter des histoires de famille, comme ça, ici, devant tout le monde… ».

Et tant pis si le micro se fait parfois baladeur, empêchant de capter tous les propos, ou si les réponses se font hasardeuses aux questions posées, parce que trop de blancs sur l’écran noir de la mémoire… La salle des conférences était comble ce soir-là à Saint-Germain et le public présent a fait un triomphe à l’enfant du pays. Peut-être même qu’en regardant bien, là-bas, tout au fond, assise au dernier rang, l’on pouvait y apercevoir Liliane, cachant ses larmes et offrant ses yeux de Chimène à celui qu’elle n’avait jamais oublié… Roxane avait enfin retrouvé son Cyrano !

 

 

Indiscrétions :

Dans le film « La Vie de château », jouait également la pétulante Mary MARQUET : « elle fut la dernière maîtresse d’Edmond ROSTAND, elle avait 17 ans à l’époque quand il mourut dans ses bras. On se lève et on applaudit… ».

 

« Finalement, on ne se rend pas compte à quel point j’ai passé plus de temps sur des films qui n’ont jamais vu le jour que de films arrivés à leur terme… Le cinéma français a des limites financières qu’on ne peut dépasser… ».

 

« Si les metteurs en scène ne sont pas amoureux des filles qui jouent dans leurs films, il faut faire autre chose… ».

 

Depuis la disparition de ses frères et sœurs, Jean-Paul RAPPENAU se fait rare à Auxerre. Il n’y était pas revenu depuis le tournage de son dernier film, « Belles Familles » en 2015. Ses interrogations en témoignent : « Le cinéma « Familia » existe toujours… ? Et la librairie STAUB… ? Et le grand bazar MAILLET ? » Il se murmure qu’il pourrait revenir prochainement pour y présenter l’ouvrage biographique retraçant sa vie, actuellement en cours d’écriture…

 

Dominique BERNERD

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Elle est malheureusement bien trop courte, cette exposition ! A peine, quarante-huit heures chrono pour se rassasier, sans aucune modération, de ces œuvres aux coloris chatoyants, aux personnages – les « Grandes Gueules », rien à voir avec l’émission culte de RMC ! – si atypiques, aux interprétations diverses que l’on peut se faire de ces toiles insolites qui plongent les contemplateurs que nous sommes entre esprit festif, cher aux Africains, et mysticisme le plus profond, à la limite de la transe ! A ne manquer sous aucun prétexte pour mieux s’imprégner du génie créatif de JACOBLEU !

 

AUXERRE : L’art africain dans ses formes les plus abouties. Chatoyantes, colorées, chaudes, sensuelles, suggestives, envoûtantes, mystérieuses…C’est un peu tout cela à la fois que propose l’une des sommités picturales de ce beau pays qu’est la Côte d’Ivoire, patrie du cacao et des « éléphants » footballistiques, avec sa présence artistique, deux jours durant, à la Galerie Saint-Germain, dans la capitale de l’Yonne.

Une exposition quasi éphémère – elle s’estompera non pas de nos mémoires mais de notre acuité visuelle dès ce samedi, quel dommage ! -, et que les inconditionnels des arts premiers et de la culture éclectique offerte par ce continent prolixe en matière de créativité se doivent de visiter pour en apprécier toute sa quintessence.

L’artiste du jour se nomme JACOBLEU. La contraction originale et amusante du prénom Jacob et du mot, Bleu, qui est en fait le véritable patronyme de cet artiste sympathique, jouissant d’une solide notoriété internationale.

 

 

Un artiste pluridimensionnel, pédagogue de surcroît…

 

Chevalier de l’Ordre du Mérite Culturel, en version africaine, titulaire du Prix d’excellence des Arts visuels et cinéma en 2016, JACOBLEU est à l’initiative de moult projets artistiques à vocation mondiale permettant de tisser des liens culturels avec des artistes des cinq continents.

Possesseur d’une galerie d’art à Abidjan, Jacob promène sa silhouette habillée de ses propres créations du plus bel effet entre l’Afrique et l’Europe, afin de faire rayonner ses œuvres qui aujourd’hui s’arrachent auprès des collectionneurs avisés. Des œuvres – il en présente une petite illustration avec cette étape auxerroise -, entre pastels et peintures, qui ne demandent qu’à enrichir la collection d’investisseurs de l’Auxerrois !

Devant un public féru de culture et amateur de tableaux, l’artiste a pu expliquer avec humour et décontraction le fruit de son travail, lors du vernissage de cette trop brève manifestation. On pourrait qualifier JACOBLEU d’artiste polymorphe, pluridisciplinaire, touche à tout de génie, passant de la littérature – il a dévoilé l’existence de l’un de ses ouvrages -, à la photographie, le stylisme, la peinture. Il se définit aussi comme un pédagogue – le garçon à la carrure athlétique est professeur de couleurs et de dessin à l’Ecole d’architecture d’Abidjan – et cela lui réussit plutôt bien, notamment avec son « filleul », ABOUDIA, talent en conquête affirmée entre New York et l’Afrique qui voit ses œuvres atteindre déjà le firmament chez « Christie’s » avec des sommes vertigineuses à la vente ! L’élève aurait-il dépassé le maître ? Cela provoque les rires de JACOBLEU.

 

 

Le souffle du visible et de l’invisible pour mettre en transe…

 

De cette complicité éducative entre les deux artistes est né un remarquable travail à quatre mains que les visiteurs ont pu admirer au cours de cette conviviale soirée à laquelle assistait la conseillère départementale Emmanuelle MIREDIN – elle se fendit d’un petit discours appréciateur sur ce qu’elle voyait – et Estelle LACOUR, qui en sa qualité de conseillère en gestion de patrimoine (HEXA Finance) n’a pas hésité à franchir le cap du mécénat pour soutenir ce projet pictural du plus bel effet et un tantinet exotique, porté par Ambre DELCROIX, instigatrice de ce projet d’exposition monté en quelques jours, chantre de la valorisation de la culture africaine à travers la planète et…journaliste/consultante en relations publiques.

Du pur bonheur pour ces Auxerroises et Auxerrois qui seraient presque tomber en transe devant ces tableaux s’inspirant directement des traditions rituelles africaines. Un voyage hors du temps et de notre dimension européenne, parfois trop cartésienne, qui nous aura fait naviguer vers des rivages inconnus où les rites des peuples Dan, Dogon, Bantou et Massaï se dévoilaient ainsi à nos yeux d’Occidentaux, comme une initiation à vivre…

Entre le visible et l’invisible, et au-delà du réel… : l’exotisme et l’onirique se conjuguent à l’unisson avec cet évènementiel.

 

 

En savoir plus :

Exposition vente des œuvres de JACOBLEU et ABOUDIA

Galerie Saint-Germain à Auxerre

Vendredi 23 juin et samedi 24 juin 2023

De 11h à 19 h

25 rue Cochois Auxerre.

 

Thierry BRET

 

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Des anneaux et des cercles qui s’imbriquent les uns dans les autres. Comme des modules étranges gravitant sur eux-mêmes et qui ne sont pas sans rappeler la complexité géométrique d’un système sidéral, situé peut-être à des millions d’années-lumière de notre globe. L’imaginaire a du bon ! Mais, le travail de l’artiste originaire de l’Aisne, baptisé « Les Or et Brun », nous propose aussi une subtile découverte de cette osmose insolite entre sculpture et peinture…en trois dimensions !

 

GURGY : On y voit des visages. Peints sur un support pour le moins original dans sa texture et sa présentation. Non pas sur une toile, comme il est de coutume de manière habituelle dans une galerie. Mais, bel et bien sur des anneaux et des cercles qui se déploient dans l’espace. Comme des modules à la remarquable dimension suspendus dans les airs, de ceux qui égayent encore nos souvenirs d’enfant.

Les dimensions ? C’était justement l’un des soucis essentiels du plus fervent aficionado de ces artistes qui se posent avec la régularité d’un métronome durant la saison à l’Espace culturel de la commune : l’édile local, Jean-Luc LIVERNEAUX.

Mais, au vu du résultat définitif, il n’y a pas eu de problématiques particulières pour intégrer dans cet espace clos les œuvres de ce peintre-sculpteur d’exception qu’est Bruno CLOGNIER.  

Cet esthète des arts plastiques dont il est par ailleurs diplômé (Ecole des Beaux-Arts de Paris où il obtiendra la plus belle des références en 1986 pour ses travaux), a choisi la localité périphérique de l’Auxerrois pour y présenter son travail de créatif fécond, en quête de son « Graal » artistique personnel.

 

 

Un artiste touche à tout à l’imaginaire fécond…

 

Le fruit de ses réflexions imaginatives repose sur le dessin, la base essentielle de son œuvre qui lui permet de structurer ses réalisations. De recherches en investigations, Bruno CLOGNIER s’investit dans cette expression nouvelle, une expression efficiente qui, à grand renfort de curiosité, l’entraîne à diversifier ses pratiques artistiques. Tâtant, au passage de la sculpture.

« Toutes ces pratiques ont en commun ce vecteur de faire sentir « l’être » ou « être », soit par le mode d’une représentation avec les « Or et Brun », soit par le mode de la non-représentation au travers le paysage de la série « Relief et Panoramique » - un autre reflet de son travail -. Toutes ces pratiques ont en commun d’investir picturalement cet acte de présence au monde, explique-t-il dans sa biographie.

Une quête artistique profonde et inspirée à laquelle nous convie le natif de Laon. « Puisse-t-elle desceller et déceler le meilleur des possibles que nous sommes et nous serons, car je l’espère sous vos yeux, mon œuvre ne mentira pas… ».

A vous, visiteurs, de juger ! Les œuvres de Bruno CLOGNIER sont visibles jusqu’au 25 juin inclus.

 

 

En savoir plus :

Exposition de l’artiste peintre et sculpteur Bruno CLOGNIER les « Or et Brun »

Espace culturel de Gurgy

Du 03 juin au 25 juin 2023

Visite mercredi, samedi, dimanche de 14h à 18 h

Place de l’Eglise

Entrée libre.

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil