Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png

On l’avait laissé au printemps dernier sur les planches de son spectacle « Seule en scène », adapté de son premier roman, « le Journal d’une Pétasse au volant » ; la voilà qui nous revient toujours aussi affriolante et incisive avec son dernier opus, un essai collectif dont il faut se délecter autour du désir au féminin. Aux côtés de l’inoxydable Guy ROUX, du déjà très certifié Erik POULET-RENEY ou de la lumineuse Evelyne DRESS, la plus pétillante adepte de l’art épistolaire de l’univers automobile, Anne-Charlotte LAUGIER, ne devrait pas passer inaperçue lors de la 31ème édition du FESTILIVRES 2022 !

 

MONETEAU : Un plateau de choix pour cette trente-et-unième édition du salon des auteurs de livres et de bandes dessinées, un rendez-vous très attendu des bibliophiles et autres collectionneurs d’ouvrages à conserver pieusement à la maison !

Les aficionados des bonnes feuilles, du style ampoulé et de l’imaginaire créatif ne manqueront pas de se rendre dans le complexe du SKENET’EAU, lieu propice pour y recevoir une vingtaine d’écrivaines et écrivains qui possèdent la plume alerte et le verbe facile. Car, évidemment : il sera question de les rencontrer, tous ces auteur(e)s en quête d’échanges fructueux avec leur lectorat.

Librairie recevant les honneurs officiels des organisateurs – ce salon couplé d’une foire aux livres et de la BD est l’œuvre de l’association ANICOM 89 (Association pour l’animation culturelle et la communication) –, « L’Arbre aux 100 000 Rêves », localisée à Thury en Puisaye, proposera une sélection d’ouvrages et de produits dérivés destinés aux enfants et adultes sur une thématique quelque peu de circonstance avec la période d’Halloween : la féérie, le fantastique, la science-fiction, les croyances, les grands mystères.

Parmi les auteures dont le retour sur le devant de la scène est très attendu : on notera ainsi Anne-Charlotte LAUGIER, dont la dernière livraison livresque, réalisée à la suite d’un travail en collectif avec d’autres écrivaines, mérite amplement le détour. D’autant qu’il y est question, Messieurs, du « désir au féminin » !

 

Sans désir, les étoiles s’éteignent et le monde devient noir…

 

« Le feu sous la glace » est la nouvelle rédigée par cette amoureuse de la mécanique et du monde de l’automobile – il suffit de se référer à l’excellent support numérique « Charlotte au Volant » - où l’Icaunaise fait l’éloge du désir qui sauve le monde et permet à l’être humain de pleinement exister.

« Sans désir, les étoiles s’éteignent, le monde est noir, vide de sens. Il faut que la vie soit histoire de désir… ». Un recueil parmi tant d’autres à faire circuler le plus largement possible autour de soi afin de rabibocher ces relations devenues déshumanisées dans ce triste monde…

Précisions que la journaliste-écrivaine-artiste possède une autre corde à sa harpe : elle est aussi altruiste puisque ses droits d’auteur sur cet ouvrage édité chez RAMSAY sont reversés à l’association « Le Filon », une entité humaniste qui œuvre aux côtés des femmes vivant dans la rue. Joindre l’utile à l’agréable, donc…tout en se cultivant !

 

En savoir plus :

FESTILIVRES

Salon du livre et de la bande dessinée au Skenet’éau de Monéteau

Dimanche 30 octobre 2022

De 08 heures à 18 heures.

Organisation : ANICOM 89.

 

Thierry BRET

 

Le rire exprimé dans tous ses éclats ! Voilà ce qui attend les passagers de la fameuse péniche cabaret, amarrée sur les quais de l’Yonne à Auxerre, et ce jusqu’au lundi 31 octobre inclus. Une manière ultra positive de conjurer le sort de la sinistrose ambiante en cette « joyeuse » période de Toussaint, faite de crise économique, d’incertitude sanitaire et de mouvements belliqueux à nos frontières. Une explosion de bons mots, de gags et de situations loufoques qui est proposée dans le cadre d’un festival reconnu d’intérêt public pour les zygomatiques !

 

AUXERRE : La « Scène des Quais » voudrait-elle plagier l’esprit bon enfant de la « Croisière s’amuse » ? En tout cas, le festival « Rire à flots » nous revient pour la troisième édition consécutive à bord de la célèbre péniche cabaret ; un rendez-vous automnal que les aficionados de bons mots, de situations cocasses, voire totalement ubuesques, ne doivent manquer sous aucun prétexte ! Surtout en cette période où l’humour est en disette et semble s’être exilé vers une autre planète !

Inaugurée mercredi soir en présence d’un public malheureusement un peu trop clairsemé, cette animation fait pourtant la part belle à cette forme humoristique qui manie le verbe et le geste.

Entre l’absurde et le farfelu, la finesse de l’exercice – l’improvisation à titre d’exemple -, la créativité qui confine au génie. Au-delà des nouveautés, certains de ces comiques sont des habitués des lieux et reviennent depuis trois éditions à Auxerre avec grand plaisir.

Mille mercis, encore une fois à adresser, à la structure associative qui porte ce festival à bout de bras (ARTEM) et à « La Scène des Quais », qui en est le réceptacle idéal.

 

 

Une quinzaine de spectacles en six journées de programmation…

 

Hormis le côté « nautique » de l’endroit, rappelé par la péniche faisant office d’espace culturel original, on se croirait installé à l’intérieur d’un café-théâtre parisien où la gouaille des artistes n’a d’égal que leur interprétation désopilante pour nous faire sortir les larmes des yeux. Et ils y réussissent les bougres !

Cette année encore, la programmation de cet évènement plus que caustique et parfois à la limite du trash s’appuie sur la qualité et le sérieux pas s’abstenir.

Avec des humoristes qui ont été repérés par un dénicheur de talents ayant propulsé sur le haut des affiches Sophie ARAM ou Florence FORESTI (excusez du peu !) et qui fréquente les festivals de l’Hexagone, à l’instar de celui d’Avignon pour dégoter le meilleur.

Pas moins d’une quinzaine de spectacles sont ainsi proposés en l’espace de six jours pour emmener le public de l’autre côté du miroir : celui de l’abandon total en toute quiétude et à gorge déployée !

Comme devait le stipuler Mathilde PELEN, hôte de ces lieux qui méritent amplement le détour, « la liste des bienfaits du rire est si longue que vous auriez tort de vous en priver ! ».

Message reçu cinq sur cinq : les passagers de la péniche « La Scène des Quais » sont priés d’embarquer le plus vite possible pour effectuer une excursion salvatrice dans l’univers de l’humour à haute dose !

 

 

En savoir plus :

 

Festival « Rire à flots »

Jusqu’au 31 octobre 2022

A La Scène des Quais à Auxerre

Tous les renseignements sur le site www.lascenedesquais.fr

 

 Thierry BRET

 

 

Sortir d’une « pseudo » zone de confort la personne touchée par la maladie. En n’hésitant pas à lui faire prendre des risques, parfaitement maîtrisées, en terme d’image pour qu’elle puisse réaffirmer son goût en la vie. Oser, aussi, dévoiler une partie de son anatomie, abîmée par la pathologie en la sublimant de couleurs vives et chatoyantes. De cette rencontre puissante et ô combien riche en chaleur humaine, l’artiste peintre-photographe et plasticienne Silvana VUCIC ressortira totalement chamboulée. Le fruit de son travail illustre l’exposition « Femme au Corps », dévoilée ce vendredi à Sens…

 

SENS : Au-delà de l’incommensurable tristesse qui se lit dans la profondeur des yeux de ce modèle qui prend la pose, subsiste une lueur d’espérance. Une sensibilité à fleur de peau qui ne peut que nous faire dresser les poils de l’épiderme. Fragile, certes, mais toujours combattive pour mieux lutter contre ce fléau qui pourrit l’existence !

Du courage, il en aura fallu pour ces femmes, au nombre de six, qui se sont livrées volontairement à cette expérience si originale et résolument artistique.

Unique et presque irréelle, en somme : devenir elles-mêmes, au-delà des souffrances physiques et psychiques endurées au fil des mois par leurs corps et dans leurs âmes, des êtres de beauté, à l’esthétisme affirmé par les coups de pinceaux judicieux de l’artiste et la mise en lumière toute en finesse de la photographe.

 

 

Se mettre à nue pour montrer une autre facette de soi-même…

 

Au total, ce sont vingt-quatre prises de vue, aux lignes épurées, tellement naturelles qui vont être soumises à l’appréciation curieuse des visiteurs de cette exposition dont le vernissage officiel se déroulera ce vendredi 28 octobre au terme de l’après-midi, dans le bel espace de la salle de la Poterne à Sens.

Vingt-quatre clichés qui confèrent de la magnificence à ces femmes de tout âge et de toute condition, égales face à l’adversité et à la maladie. Des femmes qui ont osé transgresser les règles coutumières de la pudeur. Se mettant à nues pour renvoyer une autre facette d’elles-mêmes. Pas à la manière de Narcisse se contemplant altière devant le miroir mais différemment, comme si elles voulaient se montrer dans la plus simple des expressions corporelles. Renvoyant au passage ce message fort de l’espérance et de la victoire sur le mal…

 

 

Une renaissance vécue de l’intérieur qui s’étale sur les clichés…

 

L’expérience a été vécue intensément par l’artiste elle-même. Une Silvana VUCIC, d’ordinaire adepte de l’esthétisme magnifié par la pratique du body painting (la peinture sur les corps) et de la photographie « underground » où parfois brûle dans ses œuvres décalées l’impétuosité tangible d’une libération sexuelle établie, bien loin des convenances pudibondes habituelles.

Ici, dans le cas présent, le résultat fait fi d’un quelconque voyeurisme de mauvais aloi, laissant la place à la rêverie, à l’émotion, à la sensibilité, à une renaissance, en somme vécue de l’intérieur.

On sent la bienveillance attentionnée de l’artiste qui aura travaillé patiemment avec ses mannequins en y mettant les formes et le fond. En les bousculant gentiment, afin de leur extraire la peur indicible qu’elles pouvaient avoir en elles, lorsqu’il fallait prendre la pose et être enduites de ces peintures si salvatrices pour le moral.

 

 

Une fresque de huit mètres carrés pour tirer un trait sur la « dictature des beaux seins »…

 

Créer des capsules de joie et des pépites de bonheur au détour de différentes thématiques (florale, exotique…) était la vocation première de cette expérience visuelle très forte à vivre émotionnellement pour Silvana. Un ressenti partagé par les autres acteurs de ce concept si décapant.

Quatre personnes se sont en effet investies dans cette action de sensibilisation du dépistage du cancer du sein portée par la Ligue contre le Cancer de l’Yonne.

Outre l’artiste auxerroise qui aime aussi jouer avec le feu dans sa déclinaison concrète de l’art, on notera la participation d’une photographe – l’excellente Séverine CANESTRARO originaire de Sens qui aura usé de ses objectifs pour immortaliser les plus belles expressions de ces sujets -, une coiffeuse ainsi qu’une esthéticienne.

En sus de ces portraits éblouissants de vie, le public aura l’opportunité de (re)découvrir la fresque de huit mètres carrés, baptisée « Stand’Art », composée d’une série de soixante visuels captés en 2019.

Ce sont des images de femmes dévoilant leurs poitrines afin de couper court à la « dictature des beaux seins » - clin d’œil malicieux en lien avec la maladie- comme se plaît à le préciser l’artiste d’origine serbe. Une fresque de seins anonymes qui donne du sens à cette exposition éphémère.

 

 

En savoir plus :

Exposition Photographique « Femme au Corps »

Soirée événementielle dans le cadre d’Octobre Rose avec la Ligue contre le Cancer de l’Yonne

Salle de la Poterne

19, boulevard du 14 juillet

89100 Sens

Vernissage à 18 heures.

 

Thierry BRET

 

 

La rencontre sera ouverte au public. Profitant du confortable complexe cinématographique d’Auxerre – le CGR -, elle permettra à ses participants de se projeter dans le futur patrimonial de l’Auxerrois. Il y sera présenté, en effet, cinq projections dessinées de ce que pourrait être le futur de la ville et de son agglomération, en version architecturale et urbanistique. Des esquisses nées de l’imaginaire et de la créativité des 130 étudiants de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy en résidence cette semaine dans l’Yonne…

 

AUXERRE: Intéressante initiative pédagogique et prospectiviste que celle-ci ! Mêlant matière grise et imagination débridée ! Avec en toile de fond, la Ville d’Auxerre qui sera passée à la moulinette intellectuelle de la fine fleur des futurs architectes diplômés devant sortir de l’ENSA, la fameuse Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy. Ils sont cent-trente étudiants de troisième année au total à être du voyage en terre icaunaise, accueillis durant une semaine dans la capitale de l’Yonne, afin de prendre part à cette étude de cas proposée en format grandeur nature.

Issus d’un établissement de prestige – l’ENSA est l’une des vingt écoles supérieures hexagonales de France à délivrer le diplôme d’architecture d’Etat -, ces jeunes gens à la tête bien faite ont été reçus à l’abbaye Saint-Germain (une excellente manière de rentrer dans le vif du sujet côté édifice patrimonial local !) ce lundi par l’élu en charge de l’Urbanisme, l’adjoint Nordine BOUCHROU.

Il était accompagné de la responsable municipale du pôle jeunesse, de la formation professionnelle et de l’attractivité, l’adjointe Emmanuelle MIREDIN, et de Francis HEURLEY, vice-président de la Communauté d’agglomération de l’Auxerrois, et maire de Quenne.

 

Un projet qui conjugue la créativité et la pédagogie…

 

Une semaine d’immersion qui ne se limitera pas à admirer les vieilles pierres de l’ancien bâtiment religieux, symbole de l’attractivité culturelle et touristique de la cité de Paul BERT. Bien au contraire !

Ces spécialistes de la règle, l’équerre et le compas – aujourd’hui, les logiciels en 3 D se sont substitués à ces éléments de base de la filière ! – auront pour tâche d’imaginer l’Auxerrois de demain.

Chemin faisant, ces étudiants vont donc aller à la découverte des sites les plus emblématiques de la ville et de ses alentours ainsi que des sites « projets » en compagnie des services de la direction Stratégie et Aménagement du territoire. Il en ressortira nécessairement tout un tas d’idées et de préconisations esquissées sur des plans qui constitueront le socle de la présentation du samedi.

Un exercice plutôt astucieux qui offre la possibilité à la créativité de s’exprimer tout en stimulant les aspects formatifs de l’initiative.

 

 

In fine, les étudiants devront gérer cinq projets de valorisation du patrimoine et de l’urbanisme, dont l’un se rapportera à la commune de Saint-Bris-le-Vineux. Il s’agira de travailler à la transformation du cœur de village en lien avec l’église, l’école et la mairie. Du concret, rien que du concret !

Du côté d’Auxerre, les architectes en devenir s’intéresseront à des endroits névralgiques de la ville : le quartier de l’Abbaye Saint-Germain, la place de l’Arquebuse, celle des Cordeliers, et évidemment compte tenu de la récente actualité la concernant la « Maison de l’Eau » ainsi que le quartier Batardeau-Montardoins.

Cerise sur le gâteau : les cent-trente universitaires auront aussi la faculté de participer à une conférence grand public sur l’architecture, assurée par le parrain de cette opération, Grichka MARTINETTI, membre de l’agence PNG à Paris et lauréat de l’Equerre d’argent 2021.

 

 

 

En savoir plus :

 

La semaine d’accueil des étudiants de l’ENSA Nancy à Auxerre comprend deux évènements ouverts au public :

Le mercredi 26 octobre à 19 heures à l’Abbaye Saint-Germain à Auxerre : conférence ouverte au public en présence du parrain de l’opération Grichka MARTINETTI.

 
Samedi 29 octobre à partir de 9h00 (Cinéma CGR Auxerre) : présentation publique des cinq projections dessinées par les étudiants durant la semaine en présence des élus municipaux et communautaires ainsi que des enseignants de l’ENSA.

 

Thierry BRET

 

Sa prestation sur scène tirera d’un trait définitif la première édition des « Misters Class en Zone rurale », un évènement se déroulant du 03 au 06 novembre à Châtel-Censoir en présence de SMAIN et concocté par TRIODARTS. Incarnant un aristocrate loufoque, décalé et si précieux, l’excellent comédien Amaury de GONZAGUE narrera à sa manière sa « journée du patrimoine ». Vécue en version « sa race » où le public peut donc s’attendre au pire !

 

CHATEL-CENSOIR : Ce spectacle à la verve délicate et à l’humour décapant servira donc de point d’orgue à ce grand rendez-vous porté par l’excellente association TRIODARTS – elle vient de commémorer son cinquième anniversaire – à la campagne. Une représentation satirique de la noblesse et de l’aristocratie qui est confrontée à l’ouverture de ces édifices patrimoniaux faisant le fleuron de l’Hexagone : ses châteaux !

Une journée du patrimoine très particulière attend donc le personnage interprété par l’imprévisible Amaury de GONZAGUE – on peut y ajouter les noms de CHARDON QUIQUETTE au patronyme ! - qui nous fera part durant plus d’une heure de ses états d’âme et de sa réelle situation dans ce monde actuel qui semble être aux antipodes de ses préoccupations.

D’ailleurs, s’il ne comprend rien à rien à l’époque dans laquelle il se meut, notre « châtelain » qui appartient à une espèce en voie de disparition s’interroge avec pertinence sur le sens de son existence. Le tout servi avec un langage fort bien choisi !

C’est drôle, souvent savoureux, et très cocasse. Le parcours de cet aristocrate ruiné et haut en couleur se découvre avec délectation grâce à cette succession de sketchs ubuesques dont on s’abreuve sans relâche avec le même bonheur. Une histoire qui prend pour cadre un camping municipal, bien loin des fastes de la vie à la cour royale !

Après des essais dans l’imitation et la chanson, l’artiste s’est reconverti avec malice dans le milieu des cabarets et de l’humour dans la capitale. On aura pu l’applaudir dans de célèbres maisons : « Le Don Camilo », « La Main au panier » ou encore « Le César Palace ».

 

 

En savoir plus :

Spectacle « Ma Journée du patrimoine sa race »

Avec Amaury de GONZAGUE

A la salle des fêtes de Châtel-Censoir à 15 heures

Le dimanche 06 novembre 2022

Prix d’entrée : 10 euros.

Réservation auprès de TRIODARTS au 06.37.35.37.50.

 

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil