Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
groupama_small.png

Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cm.jpg
groupama_medium.png

Les effets vertueux d’une catastrophe, si tant est qu’il y en ait au plan éthique, sont de procurer de fragiles instants de pause au lendemain de sinistres événements. Fussent-ils si tragiques, voire inacceptables à nos esprits, ils occasionnent toujours de fugaces moments où nos âmes et consciences se libèrent et sont propres à de grandes réconciliations pseudo fraternelles. On dirait alors que le temps est suspendu à d’infimes petites choses.

Le dramatique incendie de Notre-Dame de Paris, flamboyant édifice de l’art gothique dans toute sa splendeur architecturale, ne déroge pas à cette règle. A l’unisson, Françaises et Français ont vécu avec compassion, stupeur et tristesse la rapide agonie de la toiture de ce joyau unique de notre patrimoine. De minute en minute, jusque tard dans la nuit de ce mardi 16 avril, le peuple de France s’est muré dans le silence absolu afin de suivre le déroulement des opérations de sauvetage de ce grand bateau à la dérive.

Il n’en aura fallu pas de beaucoup pour que l’ensemble de la construction moyenâgeuse ne s’écroule en amas de pierres et de gravas sur l’île Saint-Louis, ravagé par les flammes. Le travail des cinq cents sapeurs-pompiers mobilisés, ceux de la fameuse Brigade de Paris qui étaient renforcés par la présence tout aussi courageuse des soldats du feu de l’Ile de France, aura été judicieux dans ses aspirations tactiques. Si ce n’est déterminant pour la préservation globale de l’édifice.

Au péril de leur existence, même si ces femmes et ces hommes ont choisi d’embrasser la carrière, leurs actes de bravoure, suivis et relayés par des centaines de caméras dans le monde entier, n’auront été que gestes de prouesse, de solidarité, de respect, d’altruisme et d’humilité. Bref, l’archétype parfait du sapeur-pompier en exercice qui possède en son for intérieur ce code déontologique et cette foi,  justifiant à eux seuls son engagement.

Gloire à eux pour tant de maîtrise dans la sécurisation du site ! Les honneurs, leur ont été rendus légitimement par la présidence de la République, le ministère de l’Intérieur, la Ville de Paris et au final par la Nation toute entière.

Comment imaginer que, dans d’autres contextes, plus pernicieux et face à des situations à la dangerosité tout autant exacerbée, ces valeureux « combattants » de l’extrême (l’incendie qui a ravagé la charpente de la cathédrale universelle était particulièrement difficile à circonscrire) peuvent être pris à partie, violentés, recevoir de la caillasse, être insultés, voire être battus ! Honte à celles et ceux qui prennent les représentants de ce corps d’élite du courage et de l’abnégation pour des cibles un trop facile qui doivent expier !

Il était essentiel que la France leur accorde un hommage digne de cette appellation. Cela s’est déroulé sur le parvis de l’hôtel de ville de Paris. Sous les applaudissements nourris des Parisiennes et des Parisiens qui se souviendront longtemps de ce jour mémorable.

C’est vrai, le temps s’est suspendu depuis quelques jours. Dégageant une sensation étrange d’intemporalité irréelle alors que de lourds nuages ne cessent de s’amonceler et de flotter au-dessus de nos têtes.  

Première conséquence de ce « faits divers » qui n’avait rien de banal : le président de la République Emmanuel MACRON a fait abstraction de son allocution télévisée. Celle, attendue par des millions de nos concitoyens qui n’en connaîtront pas tout de suite l’épilogue. Même si quelques informations, plus ou moins crédibles, ont déjà fuité de cet entretien enregistré au préalable.

Retraités, chômeurs, actifs, étudiants, rentiers, ruraux, urbains devront faire montre de patience pour en découvrir la substantifique moelle. Sans doute dès la semaine prochaine. Car, c’est promis, Emmanuel MACRON donnera les grandes lignes directionnelles inhérentes au long intermède des grands débats nationaux après le week-end pascal.

Comme un seul homme, et de manière respectueuse peut-on le signaler, tous les ténors des partis de l’opposition ont choisi de faire de même. Et d’intégrer ce processus de communion dans leur conduite à tenir. Un exercice œcuménique qui confine à la perfection tant les joutes ordinaires et habituelles émanant de la frange politique ne cessent de s’immiscer dans notre quotidien.

Seconde conséquence : la campagne des européennes s’est donc figée de manière inaltérable ces jours-ci. On ne parle plus de programme ni de scrutin. Les majors de l’information audiovisuelle se sont rabattus sur les sujets de préoccupation de l’instant : la reconstruction de Notre-Dame de Paris.

Derrière l’élan généreux et solidaire qui n’aura pas tardé à se mettre en branle (plus d’un milliard d’euros figurant déjà comme promesses de dons à l’issue des premières vingt-quatre heures) – et c’est tant mieux pour la restauration de ce monument patrimonial vénéré sur toute la planète, les premiers signes ostensibles de division sont réapparus. Notamment sur la pertinence et la sincérité de ces dons, au vue de la valeur de leurs montants.

Les riches de ce pays ne chercheraient-ils pas à faire encore du profit sur le dos d’une œuvre caritative en pratiquant la défiscalisation à outrance ? Voilà ce que l’on a pu entendre et lire de-ci de-là, au détour de messages diffusés abondamment sur les réseaux sociaux ou via les médias.

Qu’est-ce que l’on aurait dit si les puissants de la planète n’avaient pas lever le petit doigt pour soutenir le vaste mouvement de solidarité en faveur de la sauvegarde de notre patrimoine ?

Décidément, l’homme demeure l’homme dans son comportement et sa bêtise ! Le temps de l’œcuménisme et de l’entente parfaite s’éloigne, vive le retour des divisions de tout poil !       

Thierry BRET

    

Dire que la rencontre opposant l’AJ Auxerre au FC Sochaux ce vendredi soir à l’Abbé Deschamps lors de la 33ème journée de Ligue 2 possède déjà des relents de mélodrame ne serait qu’une simple gageure. En cruel manque de points, la formation nord-bourguignonne qui se morfond dans la seconde partie de tableau doit impérativement s’imposer face à ses cousins francs-comtois. Si elle ne veut pas connaître les affres d’un doute irréversible qui la rapprocherait davantage des abîmes de la relégation…

AUXERRE : Sur le papier, l’affiche est belle. Entre ces deux clubs au glorieux passé de l’histoire footballistique de Ligue 1 et de Ligue 2. Mais, la réalité pourrait en être tout autre. Un dénominateur commun existe entre ces équipes : le ratage significatif de leur saison. La formation de Montbéliard n’a rien à envier à celle de la capitale de l’Yonne. L’une figure à la dix-septième place (33 points) d’un classement qui se profile de façon quasi définitive à quelques encablures de son terme. L’autre, l’AJA, reste engoncé dans le ventre mou du championnat, en quatorzième position avec un crédit de 35 points au compteur. Dans les deux cas, les tergiversations devront être exclues des esprits dès que les deux onze du départ occuperont le terrain.

Les Icaunais ont néanmoins des arguments positifs à faire valoir dans ce match que l’entraîneur Cédric DAURY considère comme « capital ». L’hémorragie a été jugulée après plusieurs défaites qui ont ramené les joueurs auxerrois à la dure réalité. Les nuls se succèdent depuis deux rencontres (Metz, Niort) sans que le moindre but n’ait été marqué à l’adversaire. Un dilemme délicat à encaisser.

Trouver le chemin des filets s’inscrit comme un leitmotiv dans la pensée du nouveau coach. C’est devenu une priorité. Lors des séances d’entraînement et au moment des traditionnelles conférences de presse où Cédric DAURY s’épanche.

« Il faut trouver des solutions à ce problème récurrent, concède-t-il, on cherche, on se créé des occasions, on déstabilise souvent l’adversaire mais on ne marque pas ! En restant humbles, nous retrouverons de l’efficacité… ».

A grand renfort de discussion et de travail sur la pelouse, l’entraîneur espère enfin remettre son équipe dans le sens de la marche. Un judicieux mélange auquel il croit.

« Quand les choses ne vont pas dans un collectif, il faut savoir mettre le doigt dessus. Afin de nous améliorer pour gagner en efficacité. Lié le geste juste à un engagement total, reprendre de la confiance, être dans la bonne posture, faire preuve de générosité et d’agressivité sur le terrain. On doit se préparer dans la tête afin de remporter le combat du mental… ».

Le maintien, c’est l’affaire de tous…

Désireux de satisfaire les supporters, Cédric DAURY souhaite que la victoire revienne vite auréoler ses joueurs. « Nous avons envie de battre ces adversaires d’un soir même si nous savons que ce match se présente tel une rencontre couperet ».

Une issue victorieuse à cette partie apposerait un baume salvateur à un cœur meurtri. Mais, la vigilance prédomine à vingt-quatre heures du coup d’envoi.

« Le FC Sochaux est une équipe très déterminée qui a obtenu des résultats intéressants, face entre autres, au Paris FC et Niort, argumente Cédric DAURY, face à un adversaire qui est engagé également dans la course au maintien, il n’y a pas d’expectative : il faut répondre présent ! ».

On aura compris le message du coach : une victoire contre le club franc-comtois permettrait de faire baisser un peu la pression. Même si tout ne serait pas terminé pour autant.

Proposée par l’institut Pierre FABRE de tabacologie, cette distinction a pour objectif la mise en lumière et l’accompagnement d’un projet novateur qui améliore la prévention et la prise en charge du sevrage tabagique au profit des professionnels de santé ou des patients. Cette année, dix-sept structures avaient déposé au préalable leur dossier de candidature. In fine, c’est l’entité bourguignonne qui a su remporter les suffrages auprès du jury…

AUXERRE : Présidente du jury, en charge de la gouvernance de la Société francophone de tabacologie (SFT), le docteur Anne-Laurence LE FAOU ponctuait la cérémonie protocolaire de remise de prix en offrant un chèque d’une valeur de cinq mille euros à son heureux bénéficiaire. En l’occurrence, le médecin tabacologue, coordonnateur de l’association lauréate, Jean-Loup DUROS.

Un joli résultat pour TAB’AGIR ! L’association a su convaincre par la pertinence de ses actions proposées au plan de la région Bourgogne les membres du jury de ce prix de l’innovation 2019. Devançant ainsi les seize autres candidats qui venaient quérir le trophée national.

Acteur incontournable dans la lutte menée contre le tabac et ses effets nocifs, TAB’AGIR décline des possibilités opérationnelles qui se sont avérées efficaces à l’usage.

Pour mémoire, l’offre se compose de cinq consultations de suivi vers un prescripteur (médecin, sage-femme, infirmière), de quatre consultations gratuites auprès d’une diététicienne pour le suivi du poids et de quatre interventions où la gratuité est de mise pour la dépendance gestuelle et comportementale, recommandées par la Haute autorité de santé (HAS). Ces séances consultatives étant assurées par un psychologue.

Précisons que l’ensemble des professionnels sollicités par ce programme bénéficient de formations à la tabacologie. Quant aux psychologues, ils sont également formés aux thérapies comportementales et cognitives.

Le personnage a marqué ceux qui l'ont rencontré un jour. Plutôt que de revenir sur sa carrière exceptionnelle au sein d'un grand groupe, il nous invite à regarder l'avenir, avec optimisme. Sa conviction profonde : entretenir notre curiosité. A la lecture de ce texte, vous allez la réveiller et être encore plus performant dans vos activités habituelles !

TRIBUNE : Notre homme a dirigé nombre de sites industriels et a exercé de hautes responsabilités au sein d'un grand groupe. Il a été également acteur des premières actions de revitalisation en France, pour le compte de Saint-Gobain Développement.

Personne charismatique, son autorité naturelle a inspiré René GOSCINNY pour le personnage de César, dans la célèbre bande dessinée « Astérix et Obélix » !  Sa sagesse lui permet d'apporter des réponses simples (et pertinentes) à des questions complexes. Il nous propose dans cet entretien d'ajouter un défaut à votre management car il pense que la curiosité en est un…

Pourquoi êtes-vous convaincu de l'importance d'être curieux ?

Parce que j'ai expérimenté très tôt l'inconvénient qu'il y a à ne pas être curieux. En effet, j'ai réalisé des études d'ingénieur électricien, simplement parce que je m'étais mal informé sur la réalité de ce métier. Conséquence : j'ai perdu du temps à faire ce qui ne me passionnait pas réellement.  Heureusement, j'ai, par la suite, découvert une carrière de manager qui m'a correspondu beaucoup mieux.

Je rencontre encore aujourd'hui des jeunes qui mènent des études par défaut. LA véritable question à se poser, c'est pourquoi je m'engage dans cette voie ? Dans quel but ?

Aujourd'hui, nous disposons d'une opportunité géniale, avec internet, de disposer d'une information complète, immédiate et facile,  pour explorer les voies sur lesquelles on s'engage. Et prendre une décision éclairée est synonyme d'envie et donc d’efficacité.

Comment exercer cette curiosité ? 

Dès que vous avez une décision à prendre, qu'elle soit personnelle ou professionnelle, ayez le réflexe de réactiver votre curiosité.  Pour cela, faites tourner votre radar de recherche. Soyez modeste,  cherchez autour de vous, renseignez-vous de façon complète et efficace.

Utilisez Internet pour accéder à l'information. Mettez à profit les réseaux sociaux pour optimiser votre réseau. Demandez l'avis de votre entourage. Vous verrez que votre radar de recherche va vous détecter des pistes, va vous révéler des territoires inconnus, des opportunités que vous n'aviez même pas imaginées !

En tant que bon manager, vous aimez votre équipe. Quand on aime ses collègues, on les écoute, on s'intéresse à eux. On est donc curieux de qui ils sont.

En tant que manager efficace, on est amenés à leur apporter des réponses, des pistes éclairantes, des ouvertures à valeur ajoutée.  Et comment avoir des réponses modernes, nouvelles, si par curiosité, vous n'êtes pas allés chercher de nouveaux angles, des informations approfondies ?

Votre curiosité, quant à l'évolution de votre métier, aux techniques actuelles, aux technologies à venir, et votre passion sont une source importante d'inspiration pour votre équipe. C'est souvent dans cette démarche que l'on découvre son cap.

milieu articles

Concrètement, dans votre expérience, comment cela s'est-il traduit ?

Trois souvenirs me viennent instantanément à l'esprit :

1) Celui qui m'a recruté, le regretté Georges D'Argenlieu, un homme extrêmement intelligent et curieux, qui m'a inspiré et a impacté, par l'exemple, ma carrière dans cette voie.

2) Un peu plus tard, lorsque je manageais dix entreprises de cinquante personnes chacune, j'ai eu la chance de m'appuyer sur des gérants curieux qui m'alimentaient (Internet n'existait pas) de leur curiosité, matière première d'une stratégie gagnante.

3) Puis, à la tête d'une entreprise de 500 personnes spécialisées dans la production de parebrises, j'avais pour mission de redresser la production répartie sur les sites de Pise, d'Aix-la-Chapelle et de Compiègne. J'ai pris le temps d'écouter attentivement, d'observer, d'analyser trois méthodes de production radicalement différentes, issues de cultures  différentes. L'observation, sur le terrain, de ces trois sites industriels, l'écoute de leurs managers, la compréhension de leurs logiques très différentes : l'une rigoureuse, l'autre astucieuse, la troisième technologique ont conduit à un succès marquant.

La mobilisation de tous, la productivité, l'esprit d'équipe, la cohérence,  étaient à portée de main à la simple condition de faire preuve d'une vraie curiosité.

4) Après cette carrière, j'ai monté un cabinet de consulting. La prise du premier gros marché qui nous garantissait plusieurs années de chiffre d'affaires tient à une offre différente de ce que présentaient tous les concurrents, plus expérimentés, mais enfermés dans leur métier, et moins ouverts à de nouvelles solutions.

Même avec des robots performants, c'est le curieux qui invente le monde, se crée son monde et se connecte à son propre talent.

Quels seraient les écueils de cette approche basée sur la curiosité ?

J'en vois deux : oublier que cette curiosité doit en priorité porter sur l'entourage proche et dans le rapport à l'autre ; papillonner, c'est-à-dire s'intéresser un peu à tout, sans fil directeur,  sans objectif ou sans persévérance. C'est chaque jour, avec constance, que votre curiosité vous apportera le plus !

 

L'application 16 h44 : soyez curieux 

Dans les 5 prochaines  minutes :

Découvrez les hobbies de vos collaborateurs 

Dans les prochaines heures :

Définissez  l'objet de trois sujets de recherche vers lesquels vous allez  orienter votre curiosité 

Dans le mois :

Choisissez un thème de la performance de votre entreprise que vous allez sublimer grâce à une approche proactive curieuse.  

Au cours de l'année : étudiez  votre métier, son histoire, ses fondements. Découvrez les secrets de vos « leaders d'excellence »… 

Philippe CARPENTIER

Déciderjuste.com

 

Période faste pour l’exploitant de l’infrastructure auxerroise : le premier quart de l’année se révèle déjà fructueux au niveau de ses résultats. L’ensemble des indicateurs virent au vert. Les objectifs commerciaux, prévus par la feuille de route initiale, sont désormais atteints. Sans que l’entité ait eu besoin de lancer une quelconque dynamique de développement ! Cet état des lieux s’avère très positif pour le directeur-adjoint de Centre France Parc Expo, Sébastien FUENTES. Ce dernier a dû renforcer son effectif en procédant à l’embauche d’une chargée de développement événementiel. Un poste supplémentaire qui s’officialisera le 09 mai prochain…

AUXERRE : Début mai, le nombre de collaborateurs de la filiale icaunaise de Centre France Evènements, évoluera à la hausse. Un élément de mieux intégrera l’équipe actuelle. La structure qui exploite administrativement et commercialement le parc des expositions de la capitale de l’Yonne diversifie de plus en plus ses domaines de compétences. Elle s’apparente au fil des saisons à une agence spécialisée dans la conception évènementielle. Conséquence : cela entraîne d’heureuses répercussions en matière d’emploi.

Ainsi, un poste supplémentaire, à décliner au féminin, permettra d’accueillir une chargée de projet corporate. Sa mission est simple : assurer le développement du pôle événementiel. La jeune femme prendra ses fonctions le 09 mai.

milieu articles

Une portée stratégique prégnante vers le monde de l’entreprise…

En ajoutant une ligne de plus sur l’organigramme opérationnel des ressources humaines, Centre France Parc Expo vise une cible clairement identifiée. Les milieux professionnels. C’est-à-dire une clientèle de grands comptes, établie en région francilienne mais aussi en Bourgogne Franche-Comté. Les faire venir à AUXERREXPO devient la priorité. Tant pour y suivre des séminaires à vocation formative que des colloques. Mais, aussi pour y réaliser leur assemblée générale annuelle, voire des salons et forums.

C’est la définition de ce nouveau poste qui vient d’être porté sur les fonts baptismaux. Face à la demande croissante, Centre France Parc Expo ne pouvait se priver de la compétence de la nouvelle arrivante.

Cette dernière a exercé durant une quinzaine d’années dans le milieu de la viticulture à Chablis. Développant pour le compte d’un domaine viticole de belle facture les relations publiques et le marketing.

Parmi les gros dossiers qui mobilisera la cellule du développement événementiel au cours de ces prochaines semaines, citons les anniversaires des sociétés CORA et BERNER (cinquante ans), le congrès national de l’EPNAK ou encore la convention nationale de l’UNAF.

Plusieurs pistes sérieuses en état d’avancement optimum pourraient déboucher sur des contrats fructueux pour Centre France Parc Expo, notamment le congrès national des Alcooliques Anonymes ou le synode de l’Eglise de France. Seules manquent à cette heure les signatures au bas des documents officiels !

Page 1 sur 82
Bannière droite accueil
Bannière footer