Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
110 Bourgogne
Région Bourgogne France-Comté
Criquet Magazine
Lycée Saint-Joseph de la Salle
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
chambre des métiers et de l'artisanat
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat
logo-110-bourgogne-ok.png

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Plus de deux cents personnes sont venues applaudir l’ambassadrice de l’Yonne dans son interprétation des plus belles chansons hexagonales à la salle des fêtes de Paron, il y a quelques jours. A la grande satisfaction de l’élu Jean-Luc GIVORD, fort généreux au nom de sa localité, avec son bouquet de fleurs ! Samedi, c’est au tour du comité des fêtes de Pourrain d’honorer l’artiste icaunaise, férue d’Edith PIAF et de Juliette GRECO. Rendez-vous est pris en l’église de la bourgade, à 20h30…

 

POURRAIN : Elle enchaîne les récitals, celle qui ressuscite les grandes voix de la chanson française traditionnelle. Une tournée de printemps qui l’a mènera ce samedi aux alentours de 20 heures 30, en l’église de la petite localité, sise entre Auxerre et Toucy. Pour le plus grand plaisir de ses fans, un public qui lui est fidèle depuis longtemps désormais.

Christelle LOURY qui vient d’ajouter une autre spécialité artistique à son arc avec la publication de son premier opus littéraire – « Lettre n°0 » paru aux éditions Les Souliers Blancs – et dont nous reparlerons prochainement dans ces colonnes, convie les spectateurs à plonger en sa compagnie, avec bonheur et nostalgie, dans cette France des années 30 à 70, des périodes synonymes de sérénité, de joie de vivre, de convivialité, de camaraderie, d’insouciance. Tout ce qui est à l’opposé de cette France du vingt-et-unième siècle au bord de la crise d’apoplexie et de la paranoïa sur fond de guerre nucléaire et de catastrophes climatiques !

Un public qui ne restera pas sans voix (voie ?) pour accompagner l’artiste dans ses interprétations d’œuvres à l’estampille de Charles AZNAVOUR dont on vient de célébrer le centenaire de la naissance mais qui reste toujours autant d’actualité, BARBARA, Yves MONTAND, Léo FERRE, Gilbert BECAUD, Françoise HARDY, et tant d’autres encore. Du rêve à l’état pur pour nos âmes d’éternels optimistes !

 

 

En savoir plus :

Concert « Paris et les belles chansons françaises » avec Christelle LOURY (Hommage à Paris et aux grands interprètes des années 30 à 70)

Accès : Entrée payante

Tarif : 15 €

Réservation sur internet

Contact info/resa : 03 86 41 13 96 (Mairie de Pourrain)

Site web : www.christelleloury.com

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Un seul mot d’ordre pourrait résumer cette manifestation, initiée depuis le 22 mai et devant courir jusqu’au 29 de ce mois : la préservation de l’environnement. La priorité des priorités pour les collectivités territoriales hexagonales, et à ce titre, la CC du Jovinien n’y fait pas abstraction. Comme devait le préciser son président, Nicolas SORET, dans son discours inaugural, « pour préserver, il faut comprendre ». Un message reçu cinq sur cinq, vu le nombre de participants à ce premier rendez-vous…

 

JOIGNY : Pour diminuer les effets du changement climatique sur le territoire et fédérer l’ensemble de ses habitants, il faut posséder une vision approfondie et exacte des choses. C’est en substance le message limpide qui aura été passé lors de la première soirée de cette nouvelle opération évènementielle (la Semaine de la Biodiversité) qui est apparue au sein du paysage du Centre Yonne. Entouré de bon nombre d’élus de la communauté de communes, Nicolas SORET vêtu d’un costume de couleur marron – un choix chromatique rappelant le bois et la forêt ? – devait donner les trois coups de cette manifestation qui comporte au bas mot une soixantaine de déclinaisons tangibles durant cette période féconde en activités. De toute évidence, pour l’élu de l’Yonne, le pari semble gagné.

D’une part, il est vrai, le public s’était vraiment mobilisé en nombre pour assister à cette séance inaugurale dans la salle d’honneur de l’hôtel de ville, peu alourdie de protocole un peu trop soporifique à leur goût ; d’autre part, les exposants devant mettre en exergue en les faisant déguster ou apprécier les produits de la forêt furent assaillis de questions. Rien que cela augurait déjà du succès de l’évènement.

 

Le martin-pêcheur, nouvel emblème du Jovinien

 

Si la logique avait été respectée – Dame Météo ayant encore fait des caprices avec une pluviométrie abondante ! -, la réception aurait dû s’effectuer dans la cour extérieure du bâtiment municipal. Là, où sont présentées les photographies en version XXL puisque attachées sur les murs de l’édifice de l’Atelier Photos Passions de Joigny. De superbes clichés mettant en exergue la faune locale dont un martin-pêcheur (ce fameux oiseau aux couleurs chatoyantes et insolites immortalisé dans le cas présent par…un Jean-Michel LORAIN qui aime délaisser ses fourneaux pour la prise de vue animalière), preuve que l’espèce est bien répertoriée localement. A la grande joie de Nicolas SORET !

« Je voulais une représentation de cet animal, expliqua le troisième vice-président de la Région Bourgogne Franche-Comté, car nous en avons fait l’emblème de notre plan climat et énergie territorial, un martin-pêcheur transformé en logo sur nos diverses communications à l’avenir… ».

Très riche et éclectique, le programme de cette semaine un tantinet spéciale a de quoi séduire. Entre ateliers et expositions, conférences et projections, expressions artistiques et visites. Des déclinaisons à mettre dans toutes les mains et dans les esprits ! Y compris auprès des plus jeunes. Les scolaires ne sont pas oubliés de cette programmation abondante.

 

 

« L’enjeu vis-à-vis des enfants est grand : ils doivent tout comme nous s’approprier notre biodiversité, ajoute Nicolas SORET enjoué d’avoir accueilli cette manifestation en ces murs, il faut mieux comprendre l’environnement et ce milieu naturel quand on habite dans la communauté de communes du Jovinien… ».

Une manière de mettre le doigt aussi sur les risques encourus par l’humanité du fait de cette dégradation de la biodiversité au quotidien.

« Les chiffres sont dramatiques, souligne l’élu icaunais le ton grave, quand on voit l’érosion de la biodiversité, y compris dans des zones comme les nôtres… ».

 

 

Un thème qui s’avérait évident, l’arbre et la forêt

 

Plein d’acteurs se sont donc mobilisés à la réalisation de ce concept didactique. A la fois, du public telles la Ville et la Communauté. Mais, aussi de l’univers associatif, issu de l’écosystème local, ainsi que des artisans, des commerçants (la librairie « Au saut du livre »).

Cette année, le thème retenu paraissait évident : celui de l’arbre et de la forêt. Ce qui expliqua les différents produits soumis à la sagacité gustative du public qui aura eu tout le loisir lors de cette soirée de se sustenter à volonté de miels, de liqueur de frênes, de confitures de fruits rouges, etc.

L’Office National des Forêts, l’Agence régionale de la Biodiversité, l’Office du Tourisme, la Ligue de Protection des Oiseaux et beaucoup d’autres proposaient des stands en parallèle de cette inauguration.

L’évènement avait été adoubé à l’unanimité par les dix-neuf localités de l’intercommunalité il y a quelques mois, une assemblée communautaire qui avait voté en faveur de la stratégie actuelle de développement durable, pour faire que le territoire demeure vivable ces prochaines décennies. Avec de telles initiatives, peut-être que l’on en prend le chemin…

 

 

En savoir plus :

Le programme est consultable sur la référence suivante : https://www.ccjovinien.fr/semaine-de-la-biodiversite-2024_175

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

La députée de Gironde et vice-présidente du Rassemblement National Edwige DIAZ accompagnait Julien ODOUL à Saligny ce samedi à l’occasion d’une réunion publique pour motiver les foules et rappeler les objectifs de la formation bleu marine au sein du Parlement européen.

 

SALIGNY : Le Rassemblement National (RN) continue de mobiliser ses électeurs. Fer de lance du parti, la lutte contre l’abstentionnisme est clairement devenue une priorité. Et pour cause, malgré une hausse de participation ces dernières années, les élections européennes sont toujours boudées par le public, avec un taux d’abstention toujours très élevé (49,88 % en 2019). Un phénomène qui risque d’empêcher le parti d’obtenir plus de sièges au Parlement européen (aujourd’hui de 18 sur 79 sièges français) et d’atteindre ses objectifs. Si le mot d’ordre était déjà la défense de la souveraineté parmi les eurodéputés, ces derniers avaient donc un champ d’action plutôt limité. Mais aujourd’hui, les représentants du RN sont persuadés d’être « les seuls » en mesure de s’opposer à « l’Europe de Macron » (23 eurodéputés « Renew » à l’heure actuelle), à conditions que les électeurs se rendent aux urnes.

 

L’attente d’un discours d’autorité mais en vain de la part de Nicolas SARKOZY

 

Pour ce faire, le RN ne change pas stratégie, surtout depuis le début de sa précampagne en septembre 2023 : aller vers le public. Jordan BARDELLA était venu lui-même à la rencontre de ses électeurs sur la Foire de Sens le 27 avril. Samedi, c’est sa vice-présidente, Edwige DIAZ, également députée de la Gironde, qui s’est déplacée à Saligny à l’occasion d’un meeting. L’élue de 36 ans a fait ses premiers pas au sein du groupe en 2014 en tant que militante, puis comme déléguée départementale de la Gironde en 2015. Elle avait intégré le bureau national en 2018.

« Comme beaucoup de Français, j’attendais de travailler plus pour gagner plus. J’attendais la concrétisation d’un discours d’autorité et je ne l’ai pas eu. Je croyais à ça, la méritocratie, la récompense du travail, ce n’est pas du tout ce que j’ai vu » confie-t-elle.

Déçue par la politique de Nicolas SARKOZY, Edwige DIAZ lui a tourné le dos en votant pour Marine LE PEN en 2012, convaincue par le programme de la candidate.

 

Plus de 380 000 entrées illégales au niveau de l’immigration en 2023

 

« Le patriotisme économique, la priorité nationale, l’envie de voir l’ordre revenir en France » sont autant de valeurs qu’Edwige DIAZ aimerait voir transparaitre dans les textes adoptés par le Parlement. Elle dénonce particulièrement « le bilan de l’Europe de Macron » en termes d’immigration avec 380 000 entrées illégales en Europe selon les chiffres de l’agence FRONTEX (+ 17 % depuis 2022).

D’autres dossiers nationaux retiennent l’attention dont celui de l’agriculture française. Edwige DIAZ espère « la fin de la folie normative, la fin de l’écologie punitive, la fin des traités de libre-échange avec la terre entière ».

Concernant la « constitution d’une Europe de la défense » évoquée par Emmanuel MACRON dans son discours du 25 avril, les représentants du RN restent cohérents en s’opposant formellement à « ce transfert de compétences » et à « cette fédéralisation de l’Union européenne ».

 

Floriane BOIVIN

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Dans cette période troublée par le vacarme des révoltes et des guerres, il existe encore des traditions qui apportent un peu de répit, de paix et de sérénité. La fête des mères, c’est l’occasion d’honorer celle qui nous a donné le jour, fait grandir la liberté, en chacune et chacun de nous. C’est aussi la joie de donner à la femme, l’honneur qui lui revient : « La femme est l’avenir de l’homme » comme l’écrivait si bien Louis ARAGON…

 

TRIBUNE: La « fête des mères », c’est plus de 2 500 ans d’histoire. Dans la Grèce antique, c’est la mère des dieux, Rhéa (ou Cybèle) que l’on fêtait au printemps. Puis du temps des Romains, au Vème siècle avant JC, on fêtait les femmes et les mères sous le nom de « matraliae », et on célébrait «mater matuta », la déesse de l’aube et de l’enfantement.

Le Moyen-Age connaît l’avènement de l’ère chrétienne, le mois de mai est décrété, « mois de Marie », pour consacrer Marie, mère de Jésus. Une tradition, réfutée par l’Eglise, propose de ne pas se marier durant tout ce mois…

Si l’idée de fêter les mères françaises a d'abord été évoquée par Napoléon Ier, elle ne voit le jour qu’à la fin du XIXe siècle. Après la défaite de 1870, la France connaît un regain de nationalisme, qui s’exprime notamment par le rejet du malthusianisme et une course à la natalité, certainement pour tenter de rattraper l’Empire allemand, cet ennemi si fécond. Plusieurs associations natalistes apparaissent dans le paysage politique français, dont certaines sont très proches des membres du gouvernement.

 

Un petit aperçu de l’historique…

 

L'une d’entre elles, baptisée « Alliance Nationale pour l’accroissement de la population de la France », use de son influence et développe une propagande efficace, qui passe par la célébration des mères et pères de familles nombreuses.

Notons que l’on doit la première célébration de la « fête des mères », au village d’Artas en Isère. Nous sommes en 1906 et un certain Prosper ROCHE organise une cérémonie festive en l’honneur des mères. Il remet le prix « du Haut Mérite Maternel » à deux mamans de neuf enfants !

Il faudra attendre le début du XXème siècle aux Etats-Unis, pour entendre le combat d’Ana-Marie JARVIS qui se bat pour que l’on consacre une journée nationale pour les mères. Sa revendication est née d’un déclic : elle apprend qu’elle ne pourra plus porter d’enfant après une grave opération. L’Allemagne adoptera cette fête en 1923 et le Royaume-Uni en 1917. En Angleterre, la fête s’appelle le « Mothering Sunday » et est célébrée le quatrième dimanche de carême. A cette occasion, chacun doit se rendre en famille dans son « église mère », c’est-à-dire l’église de son enfance.

 

 

Quand Philippe PETAIN politise le concept…

 

Lorsque les troupes américaines arrivent en France en avril 1917, la tradition du « Mother’s day », s’installe dans la culture française. A la suite de la Première Guerre mondiale, certaines villes françaises décident de rendre hommage aux femmes ayant perdu des enfants durant les combats. Par la suite, on fête les mères de familles nombreuses afin d’encourager les femmes à avoir davantage d’enfants. Le pays est exsangue et tant d’hommes sont morts au champ d’honneur.

En avril 1926, voyant l’importance que prend cette coutume, le gouvernement décide de créer officiellement une Journée nationale des mères de familles nombreuses. Cette fête représente un vrai pilier pour la politique nataliste en France, qui va même jusqu’à remettre des médailles de la Famille Française aux mères de plus de trois enfants.

Le maréchal Philippe PETAIN n’a fait que reprendre ce qui existait déjà, en lui donnant toutefois une tournure plus idéologique et conforme aux préceptes de l'État français. La journée des mères de familles nombreuses est fixée le 25 mai 1941,  et prend une ampleur nationale et très solennelle.

La fête est, pour le régime de Vichy, un vrai symbole du triptyque « travail, famille, patrie » et présente une mère idéalisée qui incarne ces valeurs. C’est ainsi que la fête des mères en France, s’ancre dans les habitudes des Français. La  Quatrième République fait le choix de ne pas s’en débarrasser. Au contraire, le président de la République Vincent AURIOL l’intègre à la loi du 24 mai 1950, qui démocratise cette fête sous la forme que l'on connaît aujourd'hui. C’est le Général Charles de GAULLE qui fixe la date de la « fête des mères » au dernier dimanche de mai.

 

 

La seule fête laïque qui soit aussi spirituelle !

 

N’oublions pas les mères qui ont perdu un enfant dans les combats en Israël, en Palestine, en Ukraine, en Russie ou ailleurs… Les mères des soldats français morts en Afrique ces dernières années et plus récemment, les mères de nos forces de l’ordre et agents de la pénitentiaire qui ont péri en France et en Nouvelle-Calédonie.

Personne n’a oublié les petits cadeaux personnels qui ont été précieusement gardés par leur maman : des colliers de nouilles, un pot de fleurs personnalisé, un cadre rempli de bonbons (qui va les manger ?), un cadre photos avec des bâtonnets de glace, un bouquet de pompons, un porte-savon avec le portrait de maman, un vide-poche en forme de main, des broderies... Et ces éternels poèmes d’enfants écrits parfois sous la houlette des institutrices ! Le tout, réalisé dans le plus grand secret… Alors oui : « bonne fête maman ! ». Et comme le disait Jean GASTALDI, « la fête des mères » est la seule fête laïque qui soit aussi spirituelle ».

 

France C.

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

L’association « Ukraine Solidarité 89 » est toujours mobilisée par le soutien à la cause ukrainienne. Alors qu’elle boucle l’organisation du prochain transport vers l’Ukraine des collectes de produits alimentaires, d’hygiène, de soin, de matériel médical…, l’association a choisi de programmer, pour deux représentations, la pièce « Ukraine mon Amour ». Première représentation ce soir à la Scène des Quais…

 

AUXERRE : Nous sommes en février 2022. Irina et François, tous deux acteurs, répètent à Lyon une pièce d’un auteur russe. Mais voilà, le 24 février, la Russie envahit l’Ukraine.

Plus question, pour Irina, de jouer la pièce d’un auteur russe. Que faire alors ? Le théâtre est réservé depuis longtemps et la date de la première déjà fixée en mars… Irina décide alors d’entreprendre un pari fou : avec l’aide de François, écrire une pièce dédiée à son pays, l’Ukraine, et de la jouer à la date initialement prévue, soit le 17 mars 2022 !

Trois semaines pour écrire, répéter et mettre en scène le spectacle : pari tenu et pari gagné ! C’est cette pièce, déjà jouée de nombreuses fois, présente au Festival Off d’Avignon l’année dernière et à nouveau cet été, que l’association « Ukraine Solidarité 89 » propose de découvrir.

En s’appuyant sur ces faits bien réels, le spectacle raconte, non sans humour, une histoire profondément humaine d’amitié et de trahison, miroir des relations mondiales pendant cette guerre, tout en vous faisant voyager avec beaucoup d’amour dans l’histoire et la culture ukrainienne.

Laissons Irina LYTIAC, co-autrice et actrice, parler de cette pièce de théâtre : « À travers « Ukraine mon Amour », je partage une vision extrêmement personnelle de mon pays à travers l’histoire de ma propre famille, si singulière et pourtant si représentative. C’est un témoignage intime qui permettra au public de découvrir l’Ukraine, de comprendre ses valeurs, ses rêves, ses rires et ses douleurs. Ce spectacle se veut un message d’espoir, d’amour et de paix, et j’ai réalisé, en l’écrivant, l’importance d’éclairer l’identité ukrainienne pour le peuple français, qui a spontanément apporté son aide à un peuple qu’il connaissait à peine. Cette générosité m’a profondément touchée et je souhaite que mon travail serve à combler cette méconnaissance et à construire des ponts entre nos deux nations ».

Deux représentations sont programmées à La Scène des Quais d’Auxerre, mise à disposition gracieusement par Mathilde PELEN, propriétaire de la péniche.

Ce sera ce jeudi 23 mai à 20h30 et le samedi 25 mai à 15 heures. Tarif de soutien fixé à 20 euros. Réservation conseillée sur le site internet de La Scène des Quais. Après chaque représentation, les spectateurs pourront engager la discussion avec les acteurs, Irina LYTIAC et François MAYET, tant sur la pièce en elle-même que sur la situation en Ukraine…

 

Denis HACQ

Président de l’association Ukraine Solidarité 89

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil