Jusqu’au 13 mars, les automobilistes de l’Yonne ont la faculté de pouvoir faire contrôler leurs véhicules dans le cadre de la campagne de prévention « Voir et être vu ». Une initiative, traditionnellement portée par la coordination de la Sécurité Routière de la préfecture de l’Yonne. L’opération est relayée sur le terrain avec le concours de deux partenaires : les centres FEU VERT et NORAUTO.

AUXERRE : Le contrôle de la bonne qualité de l’éclairage des véhicules, propriétés des automobilistes de l’Yonne, a débuté ce mercredi.

Précisément à Sens où une session qui sera par ailleurs reconductible ce samedi 27 février au centre au FEU VERT de 10 heures à 16 heures route de Maillot aura permis de relever un certain nombre de corrections à apporter.

Déclinée d’ordinaire une à deux fois par an, la campagne « Voir et être vu » offrira l’opportunité aux automobilistes de notre territoire de faire contrôler l’état de leur moyen de locomotion et surtout de vérifier le bon fonctionnement des phares.

Les intervenants départementaux de la Sécurité Routière (IDSR) de la coordination se chargeront de ces vérifications.

Un stand sera installé sur l’un des parkings des centres auto partenaires pour accueillir les conducteurs. C’est-à-dire à Auxerre, Monéteau et Sens. Précisons que ces contrôles sont proposés de manière gracieuse.

 

 

Les dates de cette opération :

 

27 février de 10 h à 16 h au centre auto FEU VERT CARREFOUR à Sens, 84 Route de Maillot

03 mars de 10 h à 16 h au centre FEU VERT de Saint-Martin-du-Tertre 9, route de Voulx

06 mars de 10h à 16h au centre FEU VERT Fontaines des Clairions à Auxerre

13 mars de 10h à 16 h au centre NORAUTO du Centre commercial Cora à Monéteau.

 

Thierry BRET

 

Les acteurs de l’insertion professionnelle l’intéressent. Tout autant que les managers et autres dirigeants des structures entrepreneuriales des secteurs privés et publics. A la tête de son cabinet de formation, Loïc CHEVALLARD agit en qualité de coach impliqué, s’engageant vers des voies novatrices qui lui permettent de désamorcer des situations complexes, voire inextricables. Sa méthode : provoquer le déclic au niveau des consciences.

CHEMILLY-SUR-YONNE : Les conflits qui éclatent en entreprises ne possèdent plus de secrets pour ce coach de l’Yonne. Il offre en effet l’opportunité aux managers de pouvoir renforcer la cohésion sociale et l’engagement qu’il soit individuel ou collectif dans un contexte très anxiogène.

Celui que les entrepreneurs de l’Hexagone traversent à l’heure actuelle du fait de la pandémie ne manque pas de piquant, convenons-en !

Invité à partager ses retours d’expériences et à prodiguer d’utiles conseils auprès de l’Institut des Dirigeants, un atelier pédagogique initié par la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, le responsable d’ADN Potentiel utilise des outils qu’il a su développer au fil du temps. Notamment dans les domaines complémentaires que sont les neurosciences et la psychologie humaine.

D’ailleurs, sa ligne directrice professionnelle n’est autre que cette formule dont il a fait son leitmotiv : « être un déclencheur de déclics pour managers ». Il nous livre en quelques réponses ses réflexions sur son entreprise et ses projets…

 

 

Des projets pleins la tête dont la rédaction d’un ouvrage…

 

Pourquoi avoir nommé votre entreprise, ADN Potentiel ?

A la naissance, nous avons tous une mémoire cellulaire et génétique. C’est-à-dire un potentiel. Nous pouvons l’activer, le faire évoluer dans le temps comme notre ADN, à l’aide de facteurs internes (notre vécu) et externes. Soit l’environnement dont les managers que nous avons eu dans notre vie peuvent jouer un rôle clé s’ils sont inspirants.

Quels sont les services que vous proposez ?

Il s’agit d’apporter une meilleure compréhension des profils des équipes, avec une communication et un management adaptés. Il faut aider l’entrepreneur à identifier le potentiel des candidats, en créant des conditions favorables à leur plein épanouissement. En les fidélisant, on se prémunit de situations potentiellement conflictuelles.

Regardons vers l’avenir. Quels projets allez-vous encouragé en cette année 2021 ?

Dans le cadre du développement de l’activité, j’ai recruté une collaboratrice afin de m’accompagner dans ma stratégie de communication. Cela présage de belles perspectives pour la suite avec la mise en place de nouveaux partenariats. Parallèlement, je prépare avec la complicité d’un co-auteur un livre sur l'entreprise et le management aux côtés d’autres experts et d’universitaires.

Cet ancien manager commercial grands comptes intervenant dans la formation est aussi un passionné par la transmission des savoirs. Les relations humaines et la dimension stratégique au sein des organisations l’interpellent tout autant.

L’idée d’entreprendre lui est donc venue de son entourage professionnel. Des dirigeants, des partenaires l’ont fortement incité à créer sa propre entreprise, au vu de ses interventions qualitatives, ses ateliers et formations assurés en afterwork.

 

Thierry BRET et Maryline GANDON

 

Maudite crise sanitaire ! Elle aura fait voler en éclats la premier Festival des Solutions écologiques au printemps 2020. Que de regrets pour ses organisateurs ! Plus de deux cents dossiers, émanant de citoyens, d’associations, d’entreprises, de collectivités, de lycées, avaient été approuvés par le jury. Las, la Région fut contrainte de reporter puis d’annuler cet évènement en présentiel en le déclinant sous une forme digitale. Mais, cette année, le Conseil régional espère aller jusqu’au bout de l’initiative…

DIJON (Côte d’Or) : Le rendez-vous est d’ores et déjà prévu à l’automne. Du 06 au 12 septembre, bien que le lieu d’accueil ne soit pas encore défini. Peut-être y verra-t-on un peu plus clair dans l’évolution de la crise sanitaire à ce moment-là ?

C’est ce que souhaite la meilleure ambassadrice de l’initiative qui a pour objectif de valoriser les projets permettant de préserver l’environnement et le climat. Elle le martèle depuis le commencement de son mandat mais la transition écologique demeure l’un des credo préférés de la présidente de l’exécutif régional, Marie-Guite DUFAY.

Alors, profiter d’une conférence de presse pour baliser dans les grandes lignes la philosophie de la future édition du Festival des Solutions écologiques lui revenait de droit.

D’autant que l’année dernière, la COVID-19 avait passablement entachée le bon déroulement de cette manifestation promise à un joli succès avec plus de deux cents dossiers sélectionnés par le jury.

Ce second rendez-vous automnal connaîtra-t-il un sort funeste similaire à l’année 2020, du moins sur sa représentation en présentiel ? Tout le monde retient son souffle et croise les doigts en espérant le contraire au niveau de ses organisateurs !

Pour autant, le schéma reste le même. La sélection des projets les plus opportuns en matière de valorisation écologique concernera les particuliers lambda, le tissu associatif, les collectivités, le milieu scolaire (lycées) et universitaire, les centres de formation, les entreprises. Aider toutes ces structures dans leur besoin d’investissements représente le ciment de cette judicieuse opération. Surtout que le coup de pouce accordé par la Région peut s’élever jusqu’à 22 000 euros.

Le dépôt des dossiers doit s’effectuer avant le 28 mars 2021. Après, selon la formule consacrée, il sera trop tard.

 

 

Trois possibilités pour bénéficier du soutien de la Région…

 

Il est donc prioritaire pour celles et ceux des acteurs concernés par l’environnement de se mobiliser. Les items qui pourraient être distingués par le jury ne manquent pas : la mobilité, l’habitat, la consommation, l’agriculture, la biodiversité, l’alimentation, etc.

L’évènement de l’automne s’il se réalise en conformité avec son cahier des charges proposera conférences, rencontres-débats, expertises sur la biodiversité, l’environnement et la transition écologique. Trois modes opératoires sont à découvrir en cas de participation.

On peut s’inscrire à ce festival afin d’y présenter une initiative ou d’y organiser un évènement spécifique en lien avec la transition écologique. La Région versera alors une aide au fonctionnement de 500 à 2 000 euros pour soutenir l’action.

Deuxième possibilité : le projet d’intérêt collectif valorisé au cours de ce festival nécessite une aide à sa réalisation (construction d’un potager, achat de ruches ou d’un four solaire). Une aide à l’investissement sera alors octroyée par la Région dans une fourchette de 1 500 à 20 000 euros.

Enfin, présenter une initiative mais sans le besoin d’une aide financière est également du domaine du possible. Le Conseil régional  l’optimisera en matière de communication en relayant son existence grâce à une campagne d’information.

 

En savoir plus :

Festival des Solutions écologiques

Du 06 au 12 septembre 2021

Inscription avant le 28 mars 2021

Contact : alexandra.perrin@bourgognefranchecomté.fr

 

Thierry BRET

 

Les stigmates douloureux de la Guerre du Golfe sont toujours visibles sur les plages maculées de boulettes de pétrole de l’émirat de la péninsule arabique. Le Koweït a décidé de lancer une vaste campagne de nettoyage afin de sensibiliser la population à la sauvegarde de l’environnement. Une société de l’Yonne, le groupe YCARE, spécialiste de l’exploitation de carrières, de mines et de travaux publics, fournira le matériel adéquat à ce grand nettoyage de printemps…

 

LEUGNY : Madagascar, Mauritanie, Jordanie…autant de pays à connotation exotique où les équipes de l’entreprise YCARE interviennent déjà en temps normal pour apporter savoir-faire et expertise à leurs partenaires internationaux dans la gestion de chantiers et autres sites d’exploitation minières et carrières.

Mais, cette fois-ci, c’est une toute autre destination du Moyen-Orient qui mobilisera le dirigeant de la SAS aux 7 millions d’euros de chiffre d’affaires, Georges FERRARY d’ici quelques semaines.

L’émirat du Koweït, théâtre du fameux conflit armé du début des années 1990 opposant les forces de Saddam HUSSEIN à la coalition internationale emmenée par les Etats-Unis de Georges BUSH, a fait appel à la société nord-bourguignonne via une structure partenaire implantée localement pour entreprendre dans ce petit état richissime un nettoyage de ses plages.

 

 

 

 

Cause de ces nuisances préjudiciables à l’environnement et à la biodiversité : de fines particules de pétrole qui correspondent à des résidus de nappes de carburant issues des deux guerres du Golfe ayant entaché la tranquillité de cet état bordé de l’Arabie Saoudite et de l’Irak.

YCARE fournira le matériel nécessaire permettant de laver le sable à l’aide de fioul pour diluer ces fameuses boulettes très polluantes.

La Société de la protection de l’environnement locale a entamé depuis l’an 2000 une suite d’opérations de sensibilisation consacrées à l’environnement dans le pays, en se focalisant sur l’importance des côtes et de leurs cadres naturels, ainsi que des organismes marins et de leurs habitats.

 

Thierry BRET

 

 

En 1967, les BEATLES au plus fort de la période psychédélique embarquaient à bord d’un autocar lors d’une itinérance désopilante dans la verte campagne anglaise où le groupe y multipliait les aventures en compagnie de passagers pour le moins cocasse. En 2021, l’association C7 Lieux sollicite l’économie participative pour investir dans un bus à vocation culturelle à la rencontre des habitants, des associations et des collectivités. Un remake de « Magical Mystery Tour » se rejouerait-il en Puisaye-Forterre ?

TREIGNY : Le film que le célèbre groupe de Liverpool a présenté en avant-première mondiale le soir de la Noël 1967 est-il la source d’inspiration principale de la jeune association C7 Lieux, localisée à Treigny ?

On pourrait presque le supposer à la lecture de la feuille de route explicative justifiant la raison d’être de cette entité et les similitudes faisant référence au légendaire groupe de pop-music !

L’idée de créer des espaces de rencontres et de concertations collectives sous l’égide de l’angle culturel et des aspects festifs à bord d’un moyen de locomotion mobile qui sillonnerait le territoire de Puisaye-Forterre ressemble étrangement à la démarche artistique du fameux quatuor.

Mélange de contacts constructifs entre le monde des arts et celui de la science, qu’elles soient naturelles, physiques ou humaines, le concept imaginé par les têtes bien pensantes de cette structure associative insolite ne manque pas de piquant.  

Le credo de l’entité est simple. Créer de la réflexion, de la cohésion sociale et des échanges positifs à travers ce secteur occidental de l’Yonne par le prisme de la culture, d’expositions photographiques, d’animations, d’ateliers, de réunions citoyennes, de musique, bref, de la vraie vie !

A ceci près que ce joyeux et éclectique programme permettant d’aller à la rencontre des habitants, des associations, des créatifs et des collectivités est tout bonnement localisé à bord d’un bus ! De là, le parallèle évident avec la démarche originale pour l’époque du groupe britannique !

 

 

 

Acquérir un bus pour pouvoir décliner ce projet de cohésion sociale…

 

Or, pour que puisse exister ce réseau générateur de convivialité et d’expériences dynamiques, C7 Lieux a besoin de son support mobile : un bus !

Depuis le 02 février, une campagne de financement participatif a été lancée via une plateforme ad hoc.

Ouverte aux internautes inspirés par tant de prouesses créatives, cette contribution via le crowndfunding a pour objectif d’atteindre sous un délai de trente jours la somme de 6 500 euros.

A ce jour, près de 1 660 euros ont déjà été récupérés grâce à cet élan de sympathie et de générosité. Soit 25 % du montant global du projet. Sachant que la date butoir de ces dons via Internet a été fixée au 23 mars. Il reste donc encore suffisamment de temps pour combler le reliquat nécessaire pour favoriser l’acquisition de ce bus servant à développer ce génial projet.

En avril 1970, à l’implosion des BEATLES, John LENNON avait eu ses mots demeurés depuis dans les annales : « Le rêve est fini ».

Pour les responsables de C7 Lieux (Marc ANDRIEN, son président, Pierre FAUCHEUR, son vice-président ou Guillaume MOISZAN, son chargé des relations avec la presse), « le rêve ne fait que commencer » grâce à cette campagne de financement participatif qui est loin d’avoir rendu son verdict définitif…

 

En savoir plus :

Cette campagne est effective via le site « helloasso » sur le lien : https://www.helloasso.com/associations/ces-7-lieux/collectes/le-bus-de-7-lieux

 

Thierry BRET

 

 

Page 1 sur 280

Articles

Bannière droite accueil