Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
110 Bourgogne
Région Bourgogne France-Comté
Criquet Magazine
Lycée Saint-Joseph de la Salle
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
chambre des métiers et de l'artisanat
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat
logo-110-bourgogne-ok.png

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Il est tout sourire, le maire de Pau et président du MoDem. Visiblement, très satisfait d’être là, loin de l’agitation parisienne (et des bruissements des alcôves politiques !), profitant d’une brève excursion en terre de Bourgogne pour y respirer l’air plus pur de Villeneuve-sur-Yonne. Un air de campagne, au sens propre comme au figuré, avec le soutien apporté de fait à la candidate de la majorité présidentielle sur la troisième circonscription, l’ancienne députée Michèle CROUZET, rayonnante comme aux plus beaux jours ! De ceux qui évoquent sa victoire de 2017…

 

VILLENEUVE-SUR-YONNE : Il pose des questions à la manière d’un intervieweur. S’intéressant à la vie de l’entreprise à laquelle il rend une visite plus que de politesse, sous une chaleur orageuse très accablante. Surprenant sans doute le duo de dirigeants, Thomas BARRE et Mickaël BOUILLET, sollicités par autant d’interrogations de l’ancien (et éphémère) garde des Sceaux, sous l’ère d’Emmanuel MACRON, et ancien prétendant à la présidence de la République qui fut à deux doigts de créer la surprise pour le camp centriste.

François BAYROU s’invite donc dans la campagne des législatives dans l’Yonne afin d’accorder sa totale confiance à cette femme, qualifiée par ses soins de « courageuse et prête à relever les défis » (Michèle CROUZET) qui doit faire face au Rassemblement National et à son insolente poussée. « Une candidate compétente et très enracinée dans le terroir qui doit jouer un rôle face à cette situation très compliquée… ».

Sous ses apparences tranquilles et sereines, presque décontractées dans son approche avec la presse, le président du MoDem n’en a pas moins la dent dure lorsqu’il critique le principal adversaire de la majorité présidentielle, le RN, « on ne peut pas construire l’avenir d’un pays sur la détestation et sur l’exclusion des autres, sur des idées absolument nuisibles… ».

Se référant au blocage des échanges, ce qui serait catastrophique pour la vie économique et les entrepreneurs, citant à titre d’exemple l’activité florissante de la société BARRE & BOUILLET dont il vient de visiter les ateliers.

 

 

La perte de confiance, ce sont les taux qui explosent !

 

Ayant tombé la veste du fait de la touffeur environnante, entouré des deux porte-étendards de la majorité présidentielle dans le nord de l’Yonne – outre Michèle CROUZET que l’on ne présente plus, on découvre à ses côtés le juvénile visage de son suppléant, un garçon âgé de 19 ans, Gautier BLANCHARD, étudiant de Sciences Po et déjà très engagé en faveur de la démocratie et de l’Europe -, l’édile de Pau poursuit méthodiquement son analyse constructive et son travail de démolition idéologique des arguties du parti bleu marine et de LFI.

« Tout le monde devrait s’inquiéter de ce risque-là en cas d’accession au pouvoir de l’un ou l’autre des deux blocs des extrêmes, la perte de la confiance. Et si la confiance s’effondre, ce sont les taux d’intérêt qui explosent, prévient-il prophétique. Les familles ne pourront plus acheter de maison, ni de voitures, ni de l’électroménager. C’est notre niveau de vie qui va en pâtir. Ces programmes sont dirigés contre les familles françaises… ».

A l’instar de ne plus réguler l’immigration, ce qui serait « une idée folle ! », visant cette fois-ci le Nouveau Front Populaire. D’où le rassemblement de toutes celles et tous ceux qui ne veulent pas de ces dérives…à voter en faveur de la ligne politique présidentielle.

 

 

Fier de combattre les deux blocs de l’extrême…

 

S’humectant un peu les lèvres d’un salvateur verre d’eau (le liquide a été servi dans une coupe de champagne sans l’effervescence habituelle !), le tribun du centre ne se montre pas défaitiste vis-à-vis du contexte.

« Il ne faut jamais baisser les bras, renchérit-il, on doit bâtir un pays où l’on droit vivre ensemble et écarter ceux qui plaident la détestation du voisin, l’enjeu, c’est la prise de conscience ! Nous, les citoyens, ne pouvons pas entrer dans cette existence que l’on veut nous imposer, cette dérive qui vise à cibler les gens selon leurs religions, leurs origines, ce n’est pas la France ! Il y a une démarche de réalisme économique et de respect de nos principes : c’est la nôtre ! ».

Pas tendre avec Jordan BARDELLA ni avec Jean-Luc MELENCHON (« les copains de Vladimir POUTINE ! »), le président du MoDem ne manquera pas de parler l’Ukraine et des conséquences du conflit sur le sol européen.

« Nous avons le devoir de combattre cet ensemble de risques à terme pour l’Europe, martèle-t-il avec fermeté. Sur les trois choix qui se proposent aux Français, il y en a deux qui sont particulièrement inquiétants pour le pays. Et je suis fier de porter ce combat afin de les empêcher de prendre le pouvoir… ».

Satisfait de la tournure des évènements, au vu de la semaine écoulée et de la clarification, voire de la simplification des idées, François BAYROU est persuadé que « les Français ont bien compris les règles du jeu politique actuel ».

Favorable à la proportionnelle – il n’a jamais réussi pourtant à convaincre ses pairs par le passé – le président du MoDem rappellera le poids et la force de la Vème République qui peut s’adapter aux situations conjoncturelles parce que « le garant est la fonction présidentielle ».

Une petite leçon de constitutionnalité qui fera du bien aux oreilles et aux esprits qui essaient de comprendre le contexte, en ces périodes de nébulosités qui s’abattent sur le pays depuis quelques temps…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

A deux semaines du premier tour des législatives, la gauche dans ses différentes composantes s’est mobilisée pour dire non au Rassemblement National. Une initiative à l’appel de l’intersyndicale, d’associations et de forces de gauche, qui a réuni notamment un demi-millier de personnes à Auxerre. L’occasion pour la candidate du Nouveau Front Populaire dans la première circonscription, Florence LOURY – elle s’adressait pour la première fois en public sous les couleurs de cette coalition - de lancer un appel à la mobilisation pour les scrutins des 30 juin et 7 juillet prochains.

 

AUXERRE: Ce n’est pas tous les jours que Cadet-Roussel, du haut de sa statue, voit plusieurs centaines de personnes patienter à ses pieds une heure durant ! Faute d’autorisation de la préfecture pour défiler dans les rues d’Auxerre, les opposants à Jordan BARDELLA ont dû se contenter d’un rassemblement statique place Charles-Surugue, forts d’un accord accouché au forceps après d’âpres négociations, pour se présenter unis devant les électeurs. Même si l’accord semble fragile toutefois, à en juger par les réactions de certaines personnes présentes, suite à la décision de la direction de LFI de retirer l’investiture du mouvement à plusieurs députés sortants, parmi lesquels Raquel GARRIDO, Alexis CORBIERE ou Danièle SIMONNET. Tous coupables du crime de lèse-majesté d’avoir osé critiquer en son temps le « lider maximo » Jean-Luc MELENCHON… Une purge qui n’est pas sans rappeler les heures sombres du maoïsme ou du stalinisme !       

 

Les couleurs de l’arc-en-ciel politique des forces de gauche

 

Vert écolo, violet LFI, orange CFDT, rouge CGT et PCF, bleu UNSA, rose PS… : les cieux auxerrois se sont teinté des couleurs arc-en-ciel alors que la perspective d’une entrée du Rassemblement National à Matignon n’a jamais été autant d’actualité. La margelle de la fontaine Cadet- Roussel a fait office de tribune et les interventions se sont enchaînées pour appeler à la mobilisation et au sursaut républicain : « il nous faut redonner ses lettres de noblesse à notre chère République… ». Chacun était conscient d’écrire une page d’histoire de notre pays, « un électeur sur deux dans notre département vote extrême droite ! Nous sommes à un point de bascule, tout est possible... ».

En toile de fond, un slogan né des années 80, signé du groupe BERURIER NOIR : « La jeunesse emmerde le Front National… ». Une époque où, voir le parti de Jean-Marie LE PEN enregistrer 11 % de suffrages aux élections européennes, suffisait à faire office d’électrochoc dans l’opinion.     

 

 

« Ne pas essayer le Front national »…

 

Cheveux blancs oblige, Claude a « revisité » à sa façon le titre culte de l’ancien groupe phare de la scène punk française. Sur sa pancarte, une pièce de tissu rouge héritée de son grand-père et de la guerre de 1914, attire les regards : « c’est le pantalon rouge garance qu’il portait alors. Il a toujours lutté toute sa vie pour l’unité et je me place dans sa continuité… ».

Les mots de cet ancien prof d’histoire sont sans appel : « il ne faut pas « essayer » le Front National, c’est un chemin sans retour et il faut lutter pour l’unité de la gauche, à tout prix ! ».

Jusqu’à envisager un nouveau front républicain au second tour ? Pas question répond Denis, échaudé par le souvenir du second tour de la présidentielle de 2002, « on a vu ce que cela a donné après, avec CHIRAC ! A mon avis, le mécanisme du front républicain a du plomb dans l’aile aujourd’hui… ».

 

 

Est-ce que l’unité va tenir dans le temps ?

 

Encarté au Parti Communiste, Patrick est d’un avis contraire : « j’ai toujours été clair et ferai au second tour si nécessaire, comme j’ai toujours fait jusque-là, même si ça fait mal… ».

Les slogans et les chants s’amplifient, sous le regard parfois courroucé de certains passants, à l’image de ce couple auxerrois venu effectuer quelques achats en centre-ville : « ça suffit maintenant ! Le peuple a parlé, il faut le respecter… ».

Un peu plus loin, cet habitué des manifestations et de la lutte sociale, s’interroge : « l’unité va-t-elle tenir ? CORBIERE, GARRIDO…, ça la fout mal quand même ! Je crois qu’ils ne se rendent pas compte… ».

 

Dominique BERNERD

 

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Sans doute, doit-il surveiller d’un œil attentif les prévisions météorologiques de la semaine prochaine. Seront-elles annonciatrices du beau fixe et de températures agréables dont il faudra profiter à satiété sur le green du parcours golfique de Roncemay, le vendredi 28 juin ? Nul ne le sait encore, à date, avec exactitude. Même si les prévisionnistes optent pour des conditions climatiques clémentes, cela doit rassurer le maître de cérémonie de ces troisièmes « Trophées Prestige & Patrimoine », Gilles GENEST qui planche sur ce rendez-vous, à mi-chemin entre pratique du sport et échanges autour de l’économie, depuis…un an !

 

AUXERRE: Ultime semaine à patienter, tout en rongeant son frein avant le grand bain évènementiel des « Trophées Prestige & Patrimoine » ! Plus que sept jours à tenir, avant de fouler le green si verdoyant et très bien entretenu du Domaine de Roncemay et ses dix-huit trous que les aficionados de cette manifestation « bon chic, bon genre » aiment à fréquenter depuis maintenant trois saisons.

Adepte de l’adage, « ne changeons pas une formule qui gagne tout en l’améliorant d’année en année de nouveautés et de partenaires », Gilles GENEST a une fois encore su concocter une programmation au top, afin de recevoir sur le site golfique de l’Yonne, les disciples des clubs et des petites balles blanches de niveau amateur mais aussi vingt-deux professionnels du circuit hexagonal qui ne manqueront pas de jouer crânement leur chance afin d’inscrire leur patronyme au palmarès lors de l’épreuve Pro-Am dont on savoure déjà le moindre geste technique à venir.

Pas sérieux s’abstenir dans ce tournoi, mêlant pro et amateur (de bon niveau), l’essentiel est bien de participer mais aussi de gagner ! Les néophytes de ce sport pourront toujours apprécier les « putts » des esthètes des terrains verts !

 

 

Des conférences orientées vers la sphère entrepreneuriale

 

Concept évènementiel sorti tout droit de l’imaginaire fécond et constructif de l’ancien dirigeant du cabinet auxerrois « J3G Patrimoine » - Gilles GENEST a depuis cédé l’affaire à Guillaume LECLERCQ -, ce trophée ne ressemble pas à un autre dans le landerneau.

Il y mêle astucieusement la pratique (et la découverte) d’une discipline sportive, en l’occurrence le golf, très en vogue auprès des dirigeants et le milieu économique, voire dans son prolongement celui de l’entrepreneuriat pur jus. Le tout saupoudré de présences partenariales ayant ainsi l’opportunité de démontrer leur savoir-faire via des stands appropriés, de conférences aux connotations économiques fortes à l’instar de la protection sociale dans l’entreprise, la cyber sécurité et les risques de la cyber, les placements financiers et retraite (PEE, PER), les couleurs du leadership avec une Florence POULAIN, encadrante de la Maison de l’Entreprise dans le rôle inattendu de la conférencière ce qui est rarissime, ou encore les relations presse et leur perception auprès des entreprises, où les duettistes Antoine GAVORY et Stéphane BOURDIER – ils viennent de créer leur GIE Bourgogne Média et de lancer leur magazine, « Entreprendre dans l’Yonne » - démystifieront lors d’une table ronde tout ce qui colporte de vérités et d’intox à ce sujet…Histoire de rassurer un peu plus leur auditoire sur les us et coutumes de journalistes pas toujours bienveillants avec celles et ceux qui créent la richesse économique de ce pays !

 

 

 

Un feu d’artifice en guise de bouquet final

 

Bien sûr, le rendez-vous sera aussi placé sous le sceau de la convivialité. De l’échange, de la courtoisie, de l’amitié, de la dégustation avec quelques produits du cru – une manière sympathique de joindre l’utile à l’agréable ! -, du repas de gala, de l’animation (France Bleu Auxerre ou la Télé de l’Yonne qui rivaliseront en plateaux informatifs autour de l’évènement en direct), de la détente, de la fête !

La soirée où devraient se presser entre 400 et 500 convives, le tout Yonne de l’économie et de la vie institutionnelle, en somme, sera régie par un dress code strict mais très classieux – le concept est emprunté aux nocturnes épiques du regretté Eddy BARCLAY dans ses soirées tropéziennes -, où chacun devra se présenter vêtu tout de blanc !

Le tout servi en musique et avant le feu d’artifice. Il mettra un bouquet final sur le must des évènementiels économiques de l’année 2024 ! En attendant la prochaine édition. On comprend que Gilles GENEST ait le regard rivé sur les prévisions de la météo si importantes à huit jours de l’échéance…

 

Thierry BRET

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Ira-t-il ? N’ira-t-il pas ? Les conciliabules d’avant conférence de presse entre les journalistes du cru, patientant sur le parvis de l’hôtel « Le Normandie » – l’établissement auxerrois accueillera d’ici une poignée de minutes le Rassemblement National lors de la présentation des candidats investis aux législatives – tournent autour de la désignation ou pas du député sortant, celui de la première circonscription de l’Yonne, Daniel GRENON. Double surprise, en définitive lors de ces échanges très nourris : non seulement, le député est bien dans les starting-blocks ; quant à Sophie-Laurence ROY, nouvelle venue dans l’échiquier électoraliste – elle arbore les couleurs des LR, favorables à la ligne de conduite d’Eric CIOTTI -, elle tentera de briguer le mandat de député dans la deuxième circonscription face à André VILLIERS…

 

AUXERRE : Ils arrivent à pied, l’allure tranquille, ayant laissé leurs véhicules stationnés un peu plus loin sur le boulevard Vauban ou se faisant déposer juste devant l’entrée de l’hôtel qui accueillera sous peu cet exercice oral indispensable à la clarification des enjeux et des idées : la conférence de presse permettant de détailler la liste de ces législatives, aussi soudaines qu’inattendues.

Un peu plus tôt dans la journée, une première réunion avait déjà eu lieu du côté de Villeneuve-sur-Yonne. Ceci expliquant, sans doute, le léger retard de la délégation qui accompagnait les trois porte-flambeaux des couleurs bleu marine lors de cette échéance 2024, sur l’horaire prévu.

Le premier à pénétrer dans la cour de l’hôtel « Le Normandie » n’est autre que Julien ODOUL. Souriant, détendu, serein… : l’exercice oratoire lui sied à ravir, il est vrai que le porte-parole hexagonal du RN a l’habitude des plateaux de télévision qu’il fréquente davantage depuis quelques jours !

Puis, l’autre député sortant de l’Yonne, Daniel GRENON arrive à son tour, accompagné de son…suppléant, Jean-Marc PONELLE, une figure du barreau, originaire de Saint-Fargeau. A la vue du député de la première circonscription, toutes les rumeurs et autres intox qui circulaient sur les réseaux sociaux depuis quelques temps quant à sa potentielle reconduction sur la liste RN icaunaise se sont évanouies immédiatement, façon « psichtt » !

  

Exit Audrey LOPEZ, place à Sophie-Laurence ROY !

 

Les journalistes s’attendaient alors à voir arriver les autres personnalités habituelles de la formation souverainiste, notamment Audrey LOPEZ, la conseillère régionale – elle forme un binôme souvent très représentatif sur les manifestations territoriales avec l’autre élu de la Région de formation Avenir Français Pascal BLAISE – et …il n’en fut rien !

Pas d’Audrey LOPEZ donc, pour se présenter sur la seconde circonscription détenue par l’Horizon André VILLIERS mais bel et bien une femme, issue des…Républicains, et de « l’union des droites », chère au chef de file du parti LR toujours en place, Eric CIOTTI, au grand dam des têtes dirigeantes (et plus modérées) du mouvement gaulliste, et des cadres du parti mariniste.

Sophie-Laurence ROY salua l’assistance avec une pointe de timidité. Logique, quand on se lance dans le grand bain !

Nonobstant, cette avocate parisienne s’est installée dans le département depuis de nombreuses années. Elle est élue à Flogny-la-Chapelle en qualité de conseillère municipale. L’a retrouvé là n’est pas une surprise en soi. Ce qui a donc justifié son investiture sur la deuxième circonscription, englobant Avallon, Migennes, Saint-Florentin et Tonnerre. Elle s’en est expliquée…

« Les observations et constats de Julien ODOUL sur la situation catastrophique de la France et de notre département – ce fut le préambule de cette conférence de presse sur le volet sécuritaire, les difficultés économiques et l’immigration -, je les partage, affirme-t-elle, nous vivons néanmoins un moment exceptionnel dans la gravité. Nous devons tous – en sous-entendu RN et LR – prendre des mesures radicales, claires et fortes pour permettre de changer complétement de gouvernement, de politique et de mode de pensée… ».

Responsable dans sa vie associative de la Guilde des Goûteurs de Gougères, la néo-investie de 68 ans sera épaulée pour cette quête du Graal politique à Paul NONAT, son suppléant qui est également le responsable des Jeunes du Rassemblement National de l’Yonne.  

 

Les LR « mous », Les LR « durs » : l’analyse de Daniel GRENON…

 

Ancien artisan et commerçant – il tint une boutique à Toucy avant de prendre sa retraite et se consacrer à la vie publique après une carrière professionnelle des plus éclectiques -, Daniel GRENON – la grande surprise de 2022 face à Florence LOURY (NUPES), Guillaume LARRIVE (LR) et Victor ALBRECHT (majorité présidentielle) – va donc rempiler comme prétendant à la députation d’ici quelques jours, avec le premier tour des élections qui se préfigure fin juin.

Le retraité de la vie professionnelle précise dans son intervention « qu’il s’est promené de la campagne à la ville (Auxerre en substance) pour y rencontrer les citoyens… ».   

Pourquoi sa nouvelle candidature ? « J’ai envie de continuer le travail que j’ai commencé, je veux aller au bout de mes engagements au service des citoyens ».

Puis, il énumèrera ses grands thèmes de prédilection dont il a fait ses dossiers : les fins de mois de ses administrés, la cherté du prix des carburants, les problématiques de l’emploi et de la mobilité pour se rendre au travail.

Lors de cet échange avec les journalistes, il insistera beaucoup sur…la ville d’Auxerre et ses réalités. Même celles qui lui ont été défavorables en 2022.

« Lors de la précédente élection, je n’ai pas été très soutenu dans cette ville. Mais, aujourd’hui, j’ai compris pourquoi… ».

Et Daniel GRENON d’apporter ses commentaires sur la question : « A Auxerre, il y a bien sûr les gens de la gauche qui se sont écroulés en 2022 et ceux des Républicains, où il y a différentes castes. Dont les LR « mous », qui vivent entre eux et qui ont oublié par qui ils ont été élus ! Par contre, il y a d’autres LR (moins mous sans doute !) qui veulent sortir de tout ça et qui ont compris que l’union des droites est indispensable avec le RN pour sortir de l’ornière…. ».

 

 

Puis, Daniel GRENON confia qu’il avait reçu beaucoup de courriers d’habitants auxerrois qui connaissent des fins de mois délicates.

« Ces gens ont besoin de travailler, observe-t-il, à Auxerre, le problème est que les élus raisonnent beaucoup plus sur le foncier et bien peu sur l’économie en créant des entreprises… ».

Le député sortant profita de son temps de parole explicatif pour lancer aux Républicains un appel à rejoindre cette « union des droites » qui provoque depuis une semaine de sérieux remous chez les gaullistes traditionnels. Evoquant 2026, c’est-à-dire les municipales, Daniel GRENON se voulut prophétique : « les enjeux vont beaucoup changés d’ici à cette élection… ».

Doit-on traduire les propos du pensionnaire du Palais Bourbon par une éventuelle candidature à Auxerre dans deux ans ?

Réponse de l’intéressé : « il faut prendre les choses étape par étape, rétorque-t-il, place aux législatives tout d’abord avant de parler des municipales… ».

Même s’il dit qu’il n’a pas à date de prétentions sur la question.

 

« La France n’est plus un Eldorado pour les migrants »

 

Sur la troisième circonscription de l’Yonne, pas de surprise en revanche avec la reconduction comme tête de liste de Julien ODOUL. Il sera supplée par son fidèle allié, Ludovic MASSARD. Le député rappela le désaveu cinglant du Président de la République, sévèrement sanctionné dans les urnes lors des européennes. Il salua les 42 % du RN obtenus dans l’Yonne, avec parfois trente points d’avance sur la majorité présidentielle.

« Les Icaunais voient en nous une forte opposition aux « macronistes » et une forte espérance pour l’alternance de demain. ».

Placer l’intérêt national au-dessus des clivages partisans habituels figure parmi les motifs de satisfaction du président du groupe RN à la Région : « il y a une désespérance de nos concitoyens qui n’arrivent plus à vivre ni à survivre (électricité plus de 10 % au 01er juillet, gaz plus 25 %). La classe moyenne survit pour ne pas tomber dans la précarité…D’où la baisse de la TVA de 20 à 5,5 % afin de redonner du pouvoir d’achat à chaque ménage que nous allons proposer en cas de victoire. On la supprimera également sur les produits vitaux et de première nécessité… ».

Au-delà du pouvoir d’achat, la sécurité est le second axe de réflexion du RN.

« Il y a de l’ensauvagement partout et la peur des Français en permanence est importante, dans les transports publics ou ailleurs, du fait de la faiblesse et du laxisme d’un Etat qui ferme les yeux… 450 000 personnes étrangères sont accueillies chaque année en France. L’immigration de masse doit s’arrêter avec de la fermeté…».

Julien ODOUL souhaite ainsi la remobilisation des Français pour assurer le sauvetage du pays et l’application du troisième volet stratégique sur l’immigration maîtrisée (« l’Hexagone est menacé par l’idéologie de la puissance publique et la soumission au libéralisme qui a précarisé le pays »), face au « Nouveau Front Populaire » (« la version deux de la « NUPES » en pire).

Le parlementaire ne se privera pas ensuite de passer à la moulinette tous les griefs qu’il a à l’encontre de ses adversaires : « Ce nouveau front est constitué des amis du Hamas, de la NPA, et de ceux qui appellent à l’interdiction des médias qui ne pensent pas comme eux (« CNews »), et la privation de libertés. C’est un immense danger pour notre cohésion nationale, nous sommes un rempart national attaché aux valeurs de la République pour faire barrage à ces « fous dangereux »… ».

Il ne manquait plus, parmi les arguments contradictoires avancés par le responsable du RN que « le soutien de ce front de gauche par les islamistes radicaux… ».

Un reproche que Julien ODOUL ne manqua pas de relever avec véhémence contre le camp d’en face ! Mettant ainsi un terme à cet exercice qui aura duré plus d’une heure…et offert son lot de surprises.

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Sa devise, il l’explique volontiers avec un large sourire. « Me rendre utile… ». Pas dans la sphère politique. Non, ce serait plutôt dans son métier. Celui de la restauration, une filière qui le passionne depuis tant d’années. Sans omettre le milieu associatif. D’où son appétence à s’immerger dans les arcanes de la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises. Une CPME de l’Yonne qu’il préside depuis quelques mois, maintenant. Portrait d’un garçon généreux, aimant la vie…

 

AUXERRE : Rien qu’à l’énoncé de l’appellation de son entreprise, on sait à qui l’on a à faire ! « La Farandole Gourmande » ! La belle enseigne. Elle invite à se sustenter autour de plats de qualité et de recettes de terroir. L’artisanat ? Didier BARJOT est tombé dedans presqu’au sortir de l’enfance. A la puberté ! « 14 ans, les Gauloises… chantait si bien dans les années 70 le regretté Eric CHARDEN. Didier BARJOT, lui à 14 ans, débutait dans sa filière corporatiste qui n’allait plus le quitter. Celle de cuisinier traiteur. Une vocation se muant en sacerdoce, qui ne l’a jamais lâchée.

Aujourd’hui à 55 ans, le nouveau  président de la CPME (Confédération des Petites et Moyennes Entreprises) de l’Yonne, natif d’Appoigny, aime son existence. Il a tout connu ou presque. Avec son CAP et BEP cuisine en poche, aux quatre coins de l’Europe, tant en Espagne qu’au Portugal, qu’en Suisse ou en Autriche ! Histoire de vivre de nouvelles aventures. De se perfectionner en maîtrisant toutes les subtilités de la cuisine. Sa soif d’apprendre lui permit même d’obtenir une qualification en pâtisserie vécue dans la maison LENOTRE !

 

Une nouvelle mission à la présidence de la CPME 89…

 

On l’a découvert dans l’Yonne dès 2003 avec sa boulangerie pâtisserie du côté de Bassou. Puis, cinq années plus tard, avec son commerce de traiteur à Cheny aux côtés de sa chère et tendre, son épouse Virginie. A Saint-Georges-sur-Baulche, impossible de ne pas s’arrêter dans sa boutique où il régale ses aficionados de bons petits plats ! En 2019, la restauration, enfin, avec cette « Farandole », toujours aussi gourmande où il propose une cuisine traditionnelle à l’ardoise ou à base de menus du marché. Œufs en meurette, jambon à la Chablisienne ou coq vin figurent dans son top cinq de ses spécialités.

Bénéficiant d’un nouvel espace, jouxtant le précédent, Didier et ses équipes – cinq collaborateurs travaillent à ses côtés - accueillent les séminaires, les réunions associatives, les entreprises désireuses de privatiser l’endroit. Une stratégie lui permettant aussi de réunir en ces murs des séances de  travail avec les représentants de la CPME de l’Yonne.

« Je suis adhérent de la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises depuis 2004, souligne-t-il, j’y ai gravi tous les échelons significatifs en termes de responsabilité...".

 

 

Se rendre utile. Le credo ne le quitte pas. Vice-président de la section artisanale, Didier BARJOT prend au pied levé, après le retrait de Baptiste CLERIN, la présidence de l’organisme départemental. Suite à des élections soudaines, survenues fin mars de cette année. Un mandat qui court sur une période de trois ans.

Ses mentors se nomment Olivier TRICON, l’ancien responsable de la CPME 89 et Baptiste CLERIN, aujourd’hui porte-étendard de la cellule artisanat. Son bureau s’arcboute autour de trois valeurs sûres de la CPME icaunaise : Emmanuelle REMY, en charge de la communication et vice-présidente de la cellule service, Philippe SERRANO, le patron de la société ANDOPACK à qui échoit la fonction de trésorier et la jeune Peggy PRINCE, secrétaire.

 

Même le pôle « femmes » est hyper actif !

 

Volontaire, Didier BARJOT veut exercer ses missions en toute transparence et en concertation avec ses plus proches collaborateurs. Son objectif avoué : aider le plus possible les entrepreneurs qui en éprouvent le besoin. Normal quand on connaît la conjoncture économique…

La CPME 89 représente un poids indéniable dans le paysage économique de l’Yonne, avec ses 150 adhérents. « C’est la première organisation patronale de notre territoire, confirme le nouveau président, et notre appétence à détenir des mandats représentatifs dans le département se développe… ».

Prud’homme, Tribunal de commerce, AIST, CPSTI de Bourgogne Franche-Comté… : la CPME de l’Yonne est partout et a su placer ses représentants qui défendent les intérêts des chefs d’entreprise. La féminisation dans l’entrepreneuriat n’est pas un sujet tabou depuis la création d’un pôle « femmes » hyper actif !

Natif du bélier – un sacré tempérament, précisent les esthètes en la matière ! -, Didier BARJOT donne rendez-vous à ses ouailles lors de la soirée barbecue organisée fin juin, évènement convivial qui scelle la fin de l’exercice en cours. Un exercice qui aura finalement vu un changement à la présidence mais aussi une recrudescence dans les adhésions.

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99
Page 1 sur 520

Articles

Bannière droite accueil