Le dispositif de la cérémonie s’annonce comme exceptionnel. En prévision de la très grande affluence attendue ce mercredi matin près de la cathédrale Saint-Etienne de Sens aux alentours de 10 heures, la municipalité installera un écran géant sur le parvis de l’édifice religieux, place de la République, et deux écrans à l’intérieur du bâtiment. Alors que les hommages continuent de pleuvoir pour honorer la mémoire de l’édile de Sens, disparue soudainement à l’âge de 71 ans…

 

SENS : « L’Etat salue l’action de Marie-Louise FORT qui aura marqué le territoire de son engagement continu en faveur des Sénonais tout au long de ses mandats successifs. Le préfet de l’Yonne Pascal JAN adresse ses sincères condoléances à sa famille, époux, enfants et petits-enfants et exprime toute sa sympathie et son soutien au conseil municipal, aux agents et aux habitants de la commune de Sens… ». Les déclarations officielles se succèdent trois jours après la terrible nouvelle qui a endeuillé le département de l’Yonne. A celle du représentant de l’Etat, s’est aussi ajouter celle de la présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté, Marie-Guite DUFAY.

 

Le souci de la proximité et de l’attachement à sa ville…

 

« Femme d’engagement au travers des nombreux mandats qu’elle a exercés, figure politique de l’Yonne, elle a toujours mis sa détermination au service l’intérêt général et a profondément marqué de son empreinte la vie politique de son département. Au-delà de nos divergences d’engagement politique, nous partagions beaucoup de valeurs et avions plaisir à échanger, notamment sur les questions de formation professionnelle, pour lesquelles elle avait beaucoup travaillé au Conseil régional. J’ai apprécié lors de nos rencontres sa profonde connaissance du territoire, son souci de la proximité et son attachement à sa ville de Sens et au département de l’Yonne qu’elle a tant servis.

A sa famille, à ses proches, aux habitants de Sens, la ville dont elle était maire et qu’elle aimait tant, et plus largement aux habitants du Grand Sénonais et de l’Yonne, je présente, en mon nom et en celui de la collectivité régionale, mes plus sincères condoléances »…

Des hommages qui devraient être rendus en public lors de la cérémonie funéraire devant se dérouler ce mercredi 28 septembre à partir de 10 heures en la cathédrale de Sens.

 

 

Les choses devraient se dérouler de la manière suivante, selon le service communication de l’agglomération sénonaise : un cortège composé de la brigade motorisée de la police municipale escortera le véhicule funéraire jusqu’à l’entrée de la cathédrale Saint-Etienne. Sur le parvis, devant l’entrée principale du monument, des agents de la police municipale et nationale ainsi que des sapeurs-pompiers de l’Yonne et des porte-drapeaux constitueront une haie d’honneur.

Côté pratique, et ce dès 08 heures, un dispositif de bouclage de l’Amande sera mis en place. Quant aux rues de la République et Drapés, elles seront interdites à la circulation jusqu’au terme de la cérémonie.

Des registres de condoléance ont été mis à disposition au sein des services qui accueillent du public, à l’Hôtel de Ville mais aussi à la Communauté d’Agglomération, dans les centres sociaux ou en mairie annexe.

Un registre de condoléances dématérialisé est également accessible sur le site de la Ville de Sens, www.ville-sens.fr

 

 

Un sourire radieux et enthousiaste en guise d’au-revoir…

 

C’est donc toute une ville, une agglomération et un territoire qui vont ainsi accompagner demain la maire de Sens et présidente du Grand Sénonais, chevalier de la Légion d’Honneur et Chevalier des Arts et des Lettres, jusqu’à son ultime demeure.

Ainsi disparaît une grande dame de la politique régionale qui manquera désormais au paysage, à l’animation des projets, et à ses débats. Une Marie-Louise FORT que nous avions croisée il y a quelques jours encore, visiblement en pleine forme, arborant un joli ensemble jaune citron et un sourire radieux qui disait avec enthousiasme sa fierté d’avoir obtenu les quatre lauriers de l’Attractivité et la Sportivité nationale pour sa ville.

Elle qui se projetait sur les futures échéances olympiques de Paris 2024 avec Sens comme possible ville étape de la flamme et lieu d’accueil de probables délégations internationales. Elle n’en verra donc jamais ni les reflets médiatiques ni les retombées économiques pour la ville qu’elle aimait tant…

 

Thierry BRET

 

On appelle cela de la générosité. L’altruisme, aussi. Voire l’amour de son prochain ? Sans doute, le regretté artiste peintre, Pierre GIRARDIN, n’en manquait pas. Surtout, il voulait laisser une trace bien au-delà de ses peintures, une fois quitté ce monde d’ici-bas. La vente d’une trentaine de ses toiles fait aujourd’hui des heureux. Les responsables de l’antenne départementale des « Restos du Cœur ». Ces derniers ont perçu un chèque de 6 550 euros. Une somme qui sera convertie en près de deux mille repas…

 

AUXERRE : Son sourire jovial irradie son visage. Posant fièrement, le temps d’une séance photographique, aux côtés des deux responsables des « Restaurants du Cœur » auxerrois, Naïma LECLERC – elle-même professionnelle de la restauration en compagnie de son époux, Dominique, « Le Cercle » à Auxerre – brandit devant elle le document officiel qui fait foi : le don de 6 550 euros obtenu par la célèbre structure associative, sortie de l’imaginaire fertile de l’éternel COLUCHE.

Un grand jour pour la jeune femme, qui est aussi une artiste aux multiples facettes. C’est dans son établissement gastronomique de très bel aloi que s’est tenue l’exposition vente de la trentaine de toiles du regretté Pierre GIRARDIN. Un peintre au grand cœur qui n’a pas hésité à réaliser une ultime pirouette ; avant de tirer sa révérence et son départ définitif de la surface du globe, vendre ses pièces – des tableaux inspirés de son métier originel, celui d’urbaniste architecte – au profit d’une action caritative. En l’occurrence, celle des « Restos du Cœur ». Un vœu qui s’est depuis réalisé après plusieurs semaines de présence de ces toiles dans l’estaminet gourmand du centre-ville d’Auxerre.

Il faut croire que les gastronomes sachant apprécier les subtils délices de la cuisine orientale servie au « Cercle » furent également en joie au plan culturel car la trentaine de tableaux s’inspirant de « la ville habitée par la colère », « la métropole en gestation » ou encore « l’évolution architecturale de la cité » furent conquis par le style symbolique et humaniste de l’artiste. Tout sera cédé dans les meilleurs délais, générant un joli pécule s’élevant à plus de 6 500 euros in fine.

Alain SAUVION, président des « Restaurants du Cœur 89 » et Michel PANNETIER, responsable de la communication, furent comblés d’apprendre la bonne nouvelle, annonciatrice de « beurre dans les épinards » supplémentaire pour aider les familles en précarité qui fréquentent quotidiennement leurs locaux. Un équivalent de deux mille repas, non négligeable avec la période automnale qui commence et le contexte de crise particulièrement exacerbé à vivre pour les plus démunis.

Précisons que la prochaine collecte des Restos, concoctée dans toutes les grandes surfaces de la place, se déroulera du 07 au 09 octobre prochains. Soyez aussi généreux qu’aura pu l’être cet artiste au cœur gros comme çà avant de mourir !

 

Thierry BRET

 

 

Tradition, quand tu nous tiens ! C’est dans l’enceinte auréolée de lumière de la cathédrale Saint-Etienne que s’est déroulée la cérémonie de remise des diplômes de la certification « Cambridge » - du nom de la célèbre université britannique qui perpétue les joutes nautiques par aviron interposé contre Oxford chaque année – vendredi soir. Devant 840 invités, 170 jeunes apprenants, du collège au BTS, ont reçu la fameuse distinction…

 

AUXERRE : Solennité oblige, c’est au son si caractéristique des cornemuses que s’est ouverte la traditionnelle manifestation de remise de diplômes concoctée comme chaque année dans le principal édifice religieux de la ville.

Une cathédrale Saint-Etienne pleine comme un œuf et qui accueillait, outre les lauréats de la session 2022 de la certification « Cambridge », familles et professeurs d’anglais, ainsi que quelques personnalités du sérail dont le président du Conseil départemental de l’Yonne, Patrick GENDRAUD, visiblement impressionné.

Il incombait à François-Xavier WILLIG, chef d’établissement du groupe scolaire Saint-Joseph-la-Salle, de présider cette cérémonie où l’émotion était palpable parmi les plus jeunes de ces impétrants.

On notait aussi la présence de Jean-François ADAMCZIK, président de l’OGEC (Organisme de Gestion de l’Enseignement catholique) de Saint-Joseph et Philip GOMIS, représentant de l’Université de Cambridge en Bourgogne Franche-Comté, qui est le responsable du centre d’examen de Dijon, organisateur de cette certification en phase directe avec la célèbre université d’Outre-Manche.

 

 

Un vrai outil de communication linguistique moins artificiel que les salles de classe...

 

Cette année, le cru était de belle qualité avec pas moins de 170 collégiens et étudiants, de la 6ème aux classes de BTS, qui ont planché durant toute la saison scolaire, avec le précieux concours de leurs enseignants, afin de décrocher le judicieux sésame. Un accessit qui traduit cette acquisition de compétences orales et écrites dans la langue la plus pratiquée de la planète : l’anglais.

Ce dispositif « Cambridge », fort apprécié des jeunes pousses en quête de savoir, permet d’approfondir les connaissances et les compétences linguistiques, voire culturelles, autour de la pratique de la langue anglaise. En y développant l’expression orale et en s’en servant comme un vrai outil de communication qui favorise le goût de cette langue.

 

 

Bref, c’est une manière moins artificielle que dans la salle de classe de lier l’apprentissage d’une langue étrangère à de vraies situations de communication usuelles. Précisions que les épreuves se déroulent de manière orale mais aussi écrite au centre d’examen de Dijon.

François-Xavier WILLIG, de son côté, rappela « l’importance de l’apprentissage des langues qui permet aux jeunes générations de s’ouvrir à l’international ».

Le rituel de ce cérémonial ficelé au cordeau par les organisateurs s’acheva avec le lancer dans les airs du fameux « motarboard » - la coiffe atypique des étudiants britanniques – sur le parvis de la cathédrale auxerroise. Sous le feu nourri des applaudissements familiaux et les regards emperlés de larmes de parents, très fiers de leur progéniture ! On les comprend !

 

 

En savoir plus :

 

La remise des diplômes s’est déroulée pour les certifications suivantes :

A1 Movers - 50 lauréats

A2 Key - 53 lauréats

B2 First - 27 lauréats

B1 Preliminary - 36 lauréats

B1 Business Preliminary - 1 lauréat

C1 Advanced - 3 lauréats

 

 

Thierry BRET

 

 

 

La période automnale aidant, celle où il fait bon se retrouver douillettement chez soi près d’une cheminée où ronfle un sympathique feu de bois, est propice à la pratique des loisirs créatifs. Au féminin comme au masculin, d’ailleurs ! Un secteur en pleine effervescence aujourd’hui en France qui pèse plus de 1,250 milliard d’euros de chiffre d’affaires ! Pas étonnant que les manifestations faisant la part belle à la broderie, au patchwork ou à la décoration font florès aux quatre coins de l’Hexagone. Comme celle qui sera concoctée par l’association « Un Patch dans la Main », les 07 et 08 octobre à Champs-sur-Yonne…

 

CHAMPS-SUR-YONNE : Le cadre s’y prête très bien : la vaste salle de « Podium 89 » ne devrait pas désemplir les 07 et 08 octobre à l’occasion de l’un des premiers salons consacrés aux loisirs créatifs de la nouvelle saison. Un projet qui est porté par la toute jeune structure « Un Patch dans la Main », porte-étendard local de ces disciplines distrayantes où se passionnent de plus en plus d’adeptes, jeunes et moins jeunes.

Vitrine des multiples travaux manuels que l’on retrouve sous le vocable de ces loisirs créatifs, cette animation, ouverte à tous, dévoilera le savoir-faire de ces aficionados de la débrouille, à l’imaginaire fertile et esthètes dans l’art et la manière de créer des choses décoratives et artistiques avec leurs doigts !

Portée sur les fonts baptismaux en décembre dernier, la structure associative « Un Patch dans la Main » - une appellation plutôt malicieuse en vérité ! – propose ainsi son premier évènementiel. A dimension départementale.

Outre les ateliers de démonstration, et les échanges avec les spécialistes de la question, il y sera également proposé une très belle exposition de patchworks, ces pièces assemblées à partir de différents éléments hétéroclites…

Un salon qui devrait trouver son public. En France, plus de 60 % de nos compatriotes se disent interpellés par la pratique de ces loisirs créatifs qui ont connu une hausse exponentielle avec les périodes de confinement successifs. Des activités manuelles qui procurent satisfaction, fierté, sensation de créer quelque chose, personnalité auprès de leurs auteurs. Parfois, des rentrées d’argent substantielles pour celles et ceux qui veulent partager leurs expériences autour du scrapbooking ou du tricot.

 

 

En savoir plus :

Salon des Loisirs Créatifs

Salle Podium 89

Champs-sur-Yonne

Ouverture : de 13 h à 19 heures le vendredi 07 octobre

De 10 h à 18 heures le samedi 08 octobre

Entrée : 3 euros

Gratuité jusqu’à 15 ans

Pochettes surprises 100 % gagnantes à 2 euros.

Buvette et restauration rapide sur place.

 

Thierry BRET

 

Fidèle d’entre les fidèles de la candidate des présidentielles Marine LE PEN, le député européen, et actuel président par intérim du parti bleu marine, Jordan BARDELLA, s’est fendu d’une visite plus que de courtoisie dans l’Yonne, ce samedi, à l’occasion de la Fête des Nationaux, le grand raout annuel concocté par la fédération départementale du RN. Une immersion rappelant la campagne d’influence qui bat son plein au sein de la formation, avant la connaissance du verdict final en octobre...

   

AUXERRE : Depuis septembre 2021, l’un des jeunes loups de la politique hexagonale, aux dents longues et aiguisées, Jordan BARDELLA, dirige à 27 ans le premier parti d’opposition de France, en lieu et place de Marine LE PEN. Une direction qui statutairement se corrélait à la notion d’intérim du fait du changement stratégique de responsable au moment où la candidate à la dernière présidentielle tentait de briguer un mandat électoral de cinq ans pour assurer la gouvernance du pays en entrant en campagne.

Oui mais voilà, l’intérim assuré par le jeune homme qui a connu une ascension exponentielle dans la sphère du RN en un laps de temps très court ne devrait plus durer très longtemps. Marine LE PEN avait fait connaître sa décision de passer la main de la présidence du mouvement politique dont elle a hérité de son père, afin de mieux se consacrer à sa fonction de présidente de groupe au Palais Bourbon où les élus du RN sont entrés en force à la surprise générale en juin avec 89 députés. Muant cette charge intérimaire en responsabilité de titulaire.

Il n’en fallait pas davantage pour que Jordan BARDELLA officialise sa candidature à la présidence du parti et espérer convaincre les militants de conforter ce qui fut à l’origine un « contrat d’intérim » en un désormais « contrat à durée indéterminée » de titulaire puisque la jeunesse plaide pour lui à ce poste. Son opposant lui portant la contradiction n’est autre que Louis ALIOT, maire de Perpignan et ancien compagnon de route dans le privé de Marine LE PEN.  

 

Moins d’abondance mais plus de factures pour les Français !

 

Le 31 août, lors du dépôt de sa candidature à ce mandat interne, le natif de Seine-Saint-Denis (Drancy) publiait sur Twitter ces quelques lignes, donnant un sens à sa prise de position : « Je suis candidat pour que nous demeurions cette grande force cohérente populaire, méritocratique et enracinée dans les territoires… » ».

Se plonger dans les territoires au plus près des militants-électeurs, précisément, c’était le leitmotiv de cette visite dans l’Yonne, ce samedi 24 septembre, où aux côtés des deux parlementaires du cru, Julien ODOUL, député de la troisième circonscription et Daniel GRENON, député de la première circonscription, Jordan BARDELLA aura pu disserter tranquillement avec plus de cent cinquante personnes sur l’actualité.

Après le sacro-saint exercice de la conférence de presse, qui fut accueilli dans les salons d’un établissement hôtelier auxerrois.

Incarnant « une forme de continuité » dans la ligne directionnelle du parti souverainiste, Jordan BARDELLA a rappelé devant les adhérents de l’Yonne que « le succès populaire obtenu lors des échéances présidentielles et législatives n’aurait pas pu être acté sans la mobilisation militante mais aussi le soutien grandissant de millions de Français qui subissent chaque jour un peu plus les désastres de la politique d’Emmanuel MACRON… ».

Puis de renchérir : « plutôt que de nous parler de la fin de l’abondance, le président de la République devrait nous parler de moins de migrants, moins d’insécurité, et moins de factures pour les ménages ! ».

 

 

 

La sécurité : le credo vedette du Rassemblement National…

 

De son côté, jamais avare en flèches acerbes décochées vers les arcanes du  pouvoir, Julien ODOUL insista « sur la politique de désindustrialisation de la France, la fermeture des services publics ou la présence de parc éoliens qui enlaidissent les campagnes ».

Soutien de la candidature de Jordan BARDELLA à la présidence du RN, le député de l’Yonne devait conclure son intervention en évoquant l’un des sujets vedette du parti bleu marine, son cheval de bataille identitaire en quelque sorte, la sécurité et son refus de « voir arriver des migrants dans les campagnes au nom de la nouvelle politique de répartition voulue par l’Etat » !

Reste à savoir si au nom de l’équité des débats et de la pluralité intellectuelle  – même en interne ! -, l’autre postulant à la présidence du RN, Louis ALIOT, sera invité à rencontrer des militants icaunais tout acquis à la cause du presque trentenaire Jordan BARDELLA ! Auquel cas, il n’y aura pas une minute à perdre : le scrutin s’étalant sur le mois d’octobre…

 

Thierry BRET

 

 

Page 1 sur 390

Articles

Bannière droite accueil