Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

A l’étude depuis le mois de mai dernier sur le territoire de Puisaye-Forterre, le Contrat local d’éducation artistique (CLEA) représente une excellente opportunité de réduire les inégalités artistiques et favoriser l’accès à la culture dans le cadre scolaire. Concept cofinancé par la Direction régionale des Affaires Culturelles de Bourgogne Franche-Comté (DRAC) et le Département de l’Yonne, il permet à la Communauté de communes de Puisaye-Forterre de bénéficier désormais d’un dispositif promotionnel intelligent à destination du jeune public. L’outil a aussi engendré un partenariat avec l’Académie de Dijon, des deux côtés de la frontière départementale…

SAINT-AMAND EN PUISAYE (Nièvre) : D’une durée de trois ans, renouvelable une fois, le CLEA sera dorénavant un acronyme supplémentaire à connaître et à ajouter à la longue liste de ces abréviations usitées au quotidien par les représentants politiques et institutionnels de notre territoire.  

De manière plus simplifiée, le Contrat local d’éducation artistique, en cpurs de finalisation depuis quelques mois déjà, concerne le public de scolaire. Celles et ceux des élèves qui fréquentent les écoles élémentaires, les collèges et les lycées de la Puisaye-Forterre.

C’est au cœur du printemps, courant mai, que les acteurs culturels du territoire ont eu vent, lors de réunions publiques, de la faisabilité de ce contrat. Son thème en était dûment dévoilé : la mémoire visuelle et sonore. Celle inhérente à ce secteur géographique doté d’un particularisme atypique puisqu’il se situe à cheval entre l’Yonne, dans sa grande majorité, et la Nièvre, pour une faible proportion.

Il n’en fallait pas davantage pour que les porteurs de projet, issus du sérail artistique et culturel du cru, préparent leur dossier de candidature. Ceux-ci furent déposés avant la date butoir du 25 juillet, auprès du service ad hoc de la Communauté de communes.

milieu articles

Une base de 17 projets parmi lesquels il faudra pratiquer une sélection…

In fine, dix-sept projets ont ainsi été répertoriés. Ils ont été établis par treize porteurs de projet, intervenant dans la partie graphisme, la vidéo, la web radio, les peintures murales, la sculpture, la communication visuelle…

La constitution d’un comité technique, devant ensuite choisir certains de ces dossiers selon leur degré de pertinence, s’imposa. A l’instar de réunions de présentation auprès des équipes enseignantes qui évoluent sur le territoire. Côté communication, le nécessaire a déjà été entrepris par la Communauté de communes : un volume important de flyers a circulé parmi les familles des enfants scolarisés.

Quant aux moyens financiers, ils sont adaptés aux besoins logistiques de ce concept. Soit un global de 40 000 euros dont 28 000 euros sont consacrés aux dépenses artistiques et aux frais annexes. Le reliquat étant destiné à la coordination et aux dépenses liées à la communication.

La Communauté de communes de Puisaye-Forterre financera à hauteur de 43 % cette initiative judicieuse, ouvrant les jeunes générations vers davantage de créativité et de culture. La DRAC Bourgogne Franche-Comté, pour la moitié de l’enveloppe budgétaire, et le Conseil départemental de l’Yonne, à raison de 7 % du coût global, contribueront à la réussite de ce dispositif fédérateur.

C’est à partir de janvier que le CLEA deviendra officiel dans les établissements scolaires concernés.

 

La série de concerts exceptionnels donnée par le créateur de « Belle Ile en Mer » et de « Jeanne » s’achèvera d’ici la fin novembre après avoir connu un franc succès dans les églises et les cathédrales de l’Hexagone et de Belgique. Mais avant d’y mettre un terme, qui ne sera d’ailleurs que provisoire, l’auteur compositeur interprète nous gratifiera encore de subtiles perles harmonieuses, issues de son répertoire Plusieurs reprises puisées dans le patrimoine musical de George HARRISON et de SIMON & GARFUNKEL envoûteront aussi les privilégiés présents vendredi soir en la cathédrale Saint-Etienne à Auxerre…

AUXERRE : Une trentaine de dates constituaient le copieux programme de cette tournée automnale insolite que le chanteur vient de réaliser en empruntant les chemins de traverse du secteur Grand-Est et de la région Centre de la France.

Débutée le 27 septembre à Sens, l’une des premières cathédrales érigées dans le royaume de France, cette série de récitals aura procuré beaucoup de plaisir et de bonnes vibrations à l’artiste qui voue une passion sans borne à l’époque médiévale et aux vielles pierres.

Son retour, quelques semaines plus tard dans le département de l’Yonne, mais cette fois-ci à Auxerre, tient quasiment du miracle. Au vu du pédigrée et de l’importance de ce personnage majeur de la chanson française dont les influences et les certitudes musicales sont loin d’être imprégnées de références imputables aux traditionnelles variétés.

milieu articles

Un univers musical de circonstance adapté au lieu…

Reproduisant ainsi dans le milieu intimiste de ces univers gothiques l’essentiel de son opus, « Lys & Love » (2011), Laurent VOULZY entraîne le public vers des inclinaisons celtiques et mystiques, où les mages de la forêt de Brocéliande ne sont jamais très loin, ni les chevaliers vertueux en quête de leur amour perdu.

Accompagné de la jeune chanteuse, et harpiste surdouée, franco-américaine Naomi GREENE, et de l’incontournable claviériste, Michel AMSELLEM, le créateur de « Liebe » livrera une prestation sans doute comparable à celle produite il y a deux mois dans le Sénonais : envoûtante et réussie.

Ce soir-là, plus de mille spectateurs n’oublieront jamais ces instants de pure magie octroyée par un artiste qui possède plus de quarante années de succès au compteur. Surtout lorsque les ovations finales incitèrent le complice de toujours, Alain SOUCHON, à venir le rejoindre sur la scène pour une brève apparition en guise de salut fraternel…

 

 

 

Opération s’inscrivant dans le cadre du plan de cohésion sociale de la Ville d’Auxerre, le programme de construction de douze logements, Rive droite, donnera naissance à la résidence LAMBARENE. D’ici décembre 2019, trois bâtiments distincts accueilleront des appartements modernes et fonctionnels, compris entre le T2 et le T5…

AUXERRE : La pose de la première pierre d’un nouvel édifice demeure toujours un instant privilégié. Au-delà de l’aspect solennel de ce geste de constructeur ô combien symbolique, il concrétise le démarrage d’un projet. En l’occurrence, celui de la future résidence LAMBARENE, un ensemble architectural de trois petits bâtiments qui devraient être livrés pour le mois de décembre 2019. Et élargir l’offre de logements émise par l’Office Auxerrois de l’Habitat, dans le quartier Rive droite du chef-lieu de l’Yonne.

D’un montant prévisionnel d’1,9 million d’euros, ce chantier sera assuré par une quinzaine de prestataires du cru. Si le maître d’ouvrage en est fort logiquement l’Office Auxerrois de l’Habitat, la conception architecturale est revenue au cabinet UBIK Architectures. Les cabinets 3IA (ingénierie du bâtiment) et Expression Verte ont apporté leurs sciences en réalisant les études de conceptualisation nécessaires à ce projet.

Le particularisme de ces nouvelles habitations se situe dans l’obtention du label NF Habitat, délivré par CERQUAL. Les édifices respecteront la règlementation thermique, RT 2012, moins 10 %.

milieu articles

Un financement du projet multipartite…

Quant à la typologie de ces douze logements, elle se répartira de la manière suivante : deux T2 de 46 mètres carrés de surface utile, quatre T3 de 60 mètres carrés, cinq T4 de 76 mètres carrés et un T5 de 92 mètres carrés. La mise en location de ces appartements est prévue à l’orée de février 2020.

Côté financement, ce projet de construction a bénéficié de l’aide de plusieurs partenaires institutionnels. A commencer par l’Etat, à hauteur de 22 140 euros. Action Logement (45 000 euros) et la Communauté de l’Auxerrois ont apporté également leurs précieux subsides. Tandis que la Caisse des Dépôts injectait 889 494 euros dans le projet.

Enfin, comme devait le préciser le président de l’Office Auxerrois de l’Habitat, Jacques HOJLO, lors de son intervention, des fonds propres de l’organisme local furent aussi débloqués. Ils représentent une enveloppe globale de 219 181 euros.

 

  

 

  

 

 

Alors que le Département finance chaque année 1,6 million de repas dans les cantines des collèges de l’Yonne, le président de la Communauté de communes du JOVINIEN, Nicolas SORET, aimerait améliorer de manière très significative la qualité des produits servis dans les assiettes des scolaires.

JOIGNY : Introduire le bio dans les restaurants scolaires des établissements du second degré de notre territoire ne semble pas être une utopie pour le président de la Communauté de communes du JOVINIEN. En effet, Nicolas SORET souhaiterait précisément provoquer un débat constructif articulé autour de cette thématique, lors d’une future session du Conseil départemental  dont il est l’un des représentants.

L’idée qu’il préconise est de proposer, une fois par semaine, un menu composé de produits issus des circuits courts. Même s’il est vrai, les gestionnaires des établissements possèdent toute la légitimité dans le choix des menus.

Intervenant il y a peu lors d’une séance plénière du Département, le président de la Communauté de Communes du JOVINIEN interpella l’ensemble de ses collègues de la classe politique sur ce point.

« On devrait miser davantage sur la commande publique pour optimiser les repas des collégiens, avait-il suggéré, introduire plus de produits bio dans la restauration scolaire, c’est aussi encourager la transformation du monde agricole en proie à de sérieuses difficultés à l’heure actuelle… ».

milieu articles

Engranger une véritable réflexion avec la préfecture…

Et citer, l’exemple des lentilles bio de l’Yonne qui connaissent un net regain d’intérêt auprès des agriculteurs.

« En diversifiant leurs cultures, ajouta Nicolas SORET, ils ont pu assurer la transformation de leur terrain d’exploitation. D’ailleurs, cette conversion en bio de nos professionnels agricoles permet aux arrondissements de Paris (le XIème et le Xème) d’être approvisionnés en lentilles et en pois chiche bio… ».

Alors, finalement, pourquoi ne pas envisager de réaliser la même chose dans l’Yonne ? Notamment, à destination des scolaires, côté alimentation.

Désireux d’engager une véritable réflexion à ce sujet, Nicolas SORET voudrait solliciter un échange constructif avec le préfet de l’Yonne, Patrice LATRON, pour qu’il y ait un prorata de la commande publique qui soit destiné au bio. Une initiative susceptible de susciter de futures vocations auprès des jeunes agriculteurs, voire de conversions parmi les plus anciens.

 

 

 

Entouré de spécialistes exerçant dans l’Yonne, des praticiens mais aussi des structures associatives et professionnelles, le leader national de la distribution d’équipement médical et paramédical veut mettre l’accent sur la prise en charge et le suivi des femmes opérées du cancer du sein. L’entreprise propose donc une soirée conférence ce mardi 13 novembre à 18 heures à Sens. Un prolongement altruiste et solidaire qui complète sa démarche participative déjà orchestrée lors de l’opération nationale, « Octobre Rose »…

SENS : Accueillie salle de la Poterne, dès 18h00 et ouverte au grand public, la soirée d’information consacrée aux femmes opérées du sein répond à une initiative louable de l’un des acteurs principaux du milieu médical/paramédical en France.

Spécialiste de la distribution en équipements et matériels de soins, CAP VITAL SANTE poursuit une démarche de transparence informative en déclinant cette animation.

Le but est avant tout de sécuriser les personnes atteintes de ces pathologies difficiles, à l’instar d’un cancer du sein.

Il y a quelques semaines, l’enseigne, dirigée par Régis NAULIN, s’était engagée de manière très significative en soutenant « Octobre Rose » et ses manifestations diverses réalisées dans le département de l’Yonne.

Cette fois-ci, c’est un autre vecteur de communication qui est employé : la soirée d’information grand public.

milieu articles

Un défilé de mode pour clore la manifestation…

Bénéficiant de la présence de plusieurs conférenciers professionnels, issus du corps médical du Sénonais (gynécologue, oncologue, psychologue, mais aussi sophrologue et kinésithérapeute), CAP VITAL SANTE mettra en exergue les possibilités existantes d’un suivi rigoureux et humain des malades sur ce territoire géographique.

Co-animée par les orthopédistes et orthésistes de l’antenne locale du groupe, Vanessa DIEUXYSSIES et Mélanie GERBEAU, cette rencontre se clôturera sur une note plutôt insolite.

En effet, un défilé de mode y mettra en prévalence la lingerie féminine qui habille les femmes opérées. Cela ponctuera ce moment de vives émotions. Auparavant, une professionnelle de la coiffure et perruquerie viendra présenter les dernières nouveautés en matière de postiches et accessoires.

La conférence est libre et gratuite.

 

Page 1 sur 58
Bannière droite accueil