Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
groupama_small.png

Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cm.jpg
groupama_medium.png

Résilience, esprit d’équipe, humanisme, combativité…le sportif de l’extrême et conférencier, amputé des deux bras et de deux jambes à la suite d’un arc électrique lors d’une intervention professionnelle, distillera des messages très forts lors de la « Nuit des Entreprises ». L’évènement, concocté par la Confédération des petites et moyennes entreprises de l’Yonne, se déroulera le jeudi 20 juin à la salle des fêtes de VENOY…

AUXERRE : Auteur de l’ouvrage, devenu depuis un best-seller, « J’ai décidé de vivre », l’aventurier, sportif de l’extrême et consultant en entreprises Philippe CROIZON devrait délivrer un témoignage très poignant, comme à son habitude, lors de la future intervention qui ne manquera pas d’interpeller les adhérents du syndicat patronal.

Les dirigeants d’entreprise, membres de la CPME 89, auront ainsi tout le loisir de pouvoir se ressourcer au contact de cet orateur hors pair qui depuis son terrible accident survenu sur une ligne à haute tension parcourt des milliers de kilomètres à la rencontre du public.

En 2015, Philippe CROIZON, associé à l’époque au régional de l’étape, Arnaud CHASSERY avec lequel il tenta l’incroyable aventure humaine de traverser plusieurs isthmes séparant les cinq continents, avait participé à la soirée commémorative du quarantième anniversaire du CIFA de l’Yonne.

Ce fut une soirée mémorable qui fit salle comble où le charismatique personnage expliqua non sans humour et avec un sens oratoire de belle facture son chemin de vie si atypique.

Il en sera sans doute de même ce jeudi 20 juin. Plusieurs partenaires (Chambre de Commerce et d’Industrie, Harmonie Mutuelle, Groupama Paris Val-de-Loire,…) soutiennent l’initiative, voulue par le président départemental du syndicat, Olivier TRICON.

C’est la secrétaire déléguée Emmanuelle MIREDIN et la commission ad hoc liée à la communication qui élaborent depuis plusieurs semaines le fil rouge de cette animation devant ponctuer une riche saison 2018/2019.

Encouragée par la sénatrice de l’Yonne Dominique VERIEN, la conseillère départementale de Brienon-sur-Armançon Catherine MAUDET-DUBOIS s’est engagée dans la bataille des européennes. Pour y conserver une France forte. « Nous sommes nés de Valéry Giscard d’Estaing et de Simone VEIL, et nous avons fait le pari de faire une campagne qui ne parle que d’Europe et pas d’un débat pour ou contre Macron... ». Dont acte. L’UDI souhaite sortir la tête haute de cette campagne. En réalisant son pari. Celui d’atteindre son objectif de 5% de suffrage en sa faveur. Un seuil suffisant pour élire cinq députés, prêts à travailler à la construction d’une Europe ambitieuse…

TRIBUNE : Déjà bien occupée par les fonctions qui sont les miennes au département, avec un canton de 34 communes, la vice-présidence de la MDPH et la présidence de l’ASEAMAS (formation et aide juridique aux secrétaires de mairie et élus du Sénonais), je ne m'étais pas du tout projetée dans une candidature aux élections européennes. Sollicitée par Dominique VERIEN, sénatrice de l’Yonne, très active sur le territoire, avec laquelle je collabore depuis des années, j'ai accepté d'être sur la liste conduite par Jean-Christophe LAGARDE, « Les Européens » (l'UDI centre droit).Cette décision fut impulsée par les réponses de mes concitoyens qui me disaient, soit ne pas vouloir aller voter pour les élections européennes, soit bien déterminés à aller voter pour sortir de l'Europe. Pour l'européenne convaincue que je suis, et connaissant les incidences catastrophiques que cela entraînerait, j'ai accepté cette proposition, sur une place non éligible, pour me permettre de tenir mes engagements au niveau du département, mais me donner l'opportunité de défendre des arguments pro-européens.

Rendre l’argent aux contribuables français…

Même si l'Europe ne fonctionne pas aussi bien qu'on le souhaiterait, c'est quand même à elle que l'on doit nos soixante-dix ans de paix, et en sortir serait contre productif à tout point de vue. La France a besoin d'une puissance continentale, qui nous permette de faire bien ensemble ce que l'on ne peut pas faire tout seul.

Ce qui m'a conquis dans le programme des « Européens », est l'idée de financer l'Europe sans faire payer les contribuables européens, tel que l'avait prévu Jean Monnet au départ. Il serait plus judicieux, qu'au lieu que la France verse 91 milliards d'euros sur sept ans que cette contribution soit remplacée par une taxe sur l'importation des produits carbonés, une taxe sur les transactions financières et une taxe sur les demandes de visa (comme cela existe déjà au Canada). De ce fait, rien ne serait payé par le contribuable européen et ces 91 milliards d'euros seraient ainsi rendus aux français sur sept ans.

C'est aussi, l'idée proposée, pour les agriculteurs que je côtoie chaque jour sur le territoire, de récupérer les six milliards d'euros par an, que l'on donnait  aux Britanniques pour remettre trois milliards d'euros sur la PAC pour permettre une agriculture plus verte. C'est d'ailleurs pour répondre à leurs questionnements qu'Olivier MEVEL, maître de conférences et expert des problématiques économiques liées à l'agriculture, engagé depuis des années en faveur de rapports plus équilibrés entre les agriculteurs et les distributeurs, soutient notre démarche.

Concernant la sécurité, un projet de gardes-côtes et d'une police des frontières européennes seraient instaurés pour en finir avec impuissance et inefficacité. Actuellement, comment voulez-vous que 600 agents de FRONTEX puissent protéger nos 13 000 kilomètres de frontières?

Tout ceci accompagné d'une politique de migration économique s'inspirant du modèle canadien où chaque État décide du nombre de migrants qu'il peut et veut accueillir.

Un FREXIT serait synonyme de suicide pour la France…

La mise en place d'un ministère européen des migrations centralisé à la gestion des flux migratoires est aussi prévu avec l'instruction des demandes d'asile en dehors de l'Union européenne, sur le continent d'origine des demandeurs. Ceci pour éviter à ces migrants de se mettre en danger et d'arriver sur notre territoire avec les conséquences économiques que cela représente.

Nous pensons que l'échelle européenne est la plus pertinente pour régir de façon unifiée et cohérente la politique d'asile. La mise en place d'un FBI et d'un parquet européen pour partager les données, m'a aussi convaincu. Nos frontières nationales arrêtent nos policiers et nos magistrats,  mais pas les terroristes. Nous en avons l'exemple de Salah ABDESLAM. On ne peut pas continuer ainsi.

Certes, l’Europe n’est pas parfaite. L'exemple du BREXIT en cours, qui divise les Britanniques, montre qu'un FREXIT serait synonyme de suicide pour la France. Si l'on aime notre pays, il faut donc transformer l'Union européenne pour qu'elle protège nos citoyens, nos entreprises et nos emplois sur une planète où notre souveraineté est sans cesse menacée par des géants mondiaux qui, eux, aspirent à note faiblesse. Ne tombons pas dans leur piège, construisons ensemble une force collective, une nouvelle Europe…

Catherine MAUDET-DUBOIS

Vingt-quatre heures avant la clôture de la campagne électorale des Européennes, le délégué général de La République en Marche arpentait les rues du cœur de ville de la capitale de l’Yonne. Profitant d’une pause à la terrasse d’un établissement de la place des Cordeliers, le stratège du parti présidentiel nous a livré quelques impressions avant de se rendre à Sens pour prendre part à l’ultime grande réunion publique de la liste RENAISSANCE dans le département…

AUXERRE : Composante du noyau dur qui est à l’origine du parti des marcheurs, Stanislas GUERINI se prête volontiers au jeu de l’interview à brûle-pourpoint. Celle qui s’improvise au pied levé et qui prend forme au fond d’une salle de bar, à l’écart respectable de consommateurs un tantinet trop curieux.

L’exercice oratoire lui plaît manifestement. Il est vrai qu’il ne passe pas sous les fourches caudines d’un cérémonial protocolaire rendu obligatoire par la fonction, parfois lourd et indigeste pour l’interlocuteur d’un jour et la gent journalistique.

Accessible, courtois, le jeune cadre politique de 37 ans affiche un large sourire sur un visage pourtant très déterminé. La victoire au soir du 26 mai, il l’entrevoit avec grand sérieux. Il en espère déjà les conséquences heureuses. L’inverse serait un terrible coup porté à la politique gouvernementale insufflée par le chef de l’Etat. Une situation peu plausible à ses yeux qu’il balaie du revers de la main.

Même si les écarts imputables aux derniers sondages des instituts d’opinion semblent légèrement se creuser depuis plusieurs jours en faveur de l’adversaire numéro un, le Rassemblement national.

La formation populiste caracole pourtant en tête avec un point et demi d’avance sur le parti au pouvoir.

« Cela ne veut rien dire, commente Stanislas GUERINI, jusqu’à la dernière seconde, rien n’est jamais joué dans une élection… ».

A contrario, ce que semble craindre « Stan », comme beaucoup de militants et de sympathisants appellent affectueusement leur chef de file, c’est l’abstention. Un drame pour la démocratie, un drame pour l’Europe.

« La campagne a été très courte, c’est pour cela que dans cette dernière ligne droite il s’agit de mobiliser toutes les bonnes volontés pour qu’elles se rendent en masse dans les urnes ce dimanche… ».

« RENAISANCE, la seule liste qui défend les intérêts de l’Europe… »

Le délégué général de LREM a le sentiment que la plupart des propositions ont été portées à la connaissance du plus grand nombre durant cette période de vérité. Le travail détaché a été longuement explicité. La transition écologique, sujet sur lequel les jeunes générations sont très attentifs, a été abordée.

« On a pu parler de l’instauration d’un SMIC au niveau européen, précise-t-il, d’une banque en faveur du climat. Nous proposons un certain nombre de priorités pour le devenir de l’Europe. J’espère que ces arguments feront la différence… ».

Le successeur de Christophe CASTANER à la responsabilité nationale du mouvement des marcheurs se satisfait de ce rassemblement qui a vu le jour avec la liste RENAISSANCE.

« Nous avons mutualisé un maximum de compétences issues de quatre grandes formations (LREM, AGIR, MODEM, Parti Radical) pour atteindre un objectif commun. C’est une vraie campagne unissant des forces partageuses de valeurs similaires qui a pour vocation de toucher le rêve européen. C’est-à-dire obtenir ce qu’il y a de meilleur pour nos concitoyens… ».

Sa vision de l’Europe, l’ancien diplômé d’HEC devenu député de la République dans le XVème arrondissement de Paris, la voit comme un rempart inéluctable contre les extrémismes et en faveur de la paix.

« Notre liste défend la cause européenne. Elle est bien la seule. Certains évoquent la contribution française à l’Union, qu’ils jugent trop élevée, soit 11 milliards d’euros. Mais, derrière ce chiffre, il faut savoir que l’Europe ne coûte en tout et pour tout qu’à peine un euro par jour à chaque citoyen de ce continent… Est-ce que le prix de la paix doit se monnayer ?».

« Nous ne cessons jamais de penser à l’Europe… »

Issu du milieu de l’entreprise, l’homme qui incarne depuis le 01er décembre 2018 la dynamique de LREM se prend là encore à rêver des opportunités exponentielles offertes par ce marché du libre-échange européen.

« Ce sont plus de 500 millions de consommateurs qui se présentent à nos modèles économiques ! Il nous faut exporter davantage et en profiter. Nous défendons également une politique sécuritaire conjointe avec une enveloppe de 13 milliards d’euros qui a été investie à l’acquisition de matériel. Depuis deux ans, nous n’avons jamais cessé de penser à l’Europe et à son devenir… ».

Stanislas GUERINI en est convaincu : les partenaires européens de la France attendent beaucoup en retour de l’Hexagone. « Nous avons un rôle de leader historique à jouer aux côtés de nos amis allemands. Mais, dimanche soir, beaucoup d’observateurs regarderont avec grand intérêt les résultats de ce scrutin dans notre pays. Nous devons leur montrer que la France souhaite remettre en mouvement l’Europe au service de ses citoyens… ».

Dix minutes plus tard, Stanislas GUERINI, accompagné de sa garde rapprochée, prenait la direction de Sens pour y rejoindre en moins de cinquante minutes la ministre du Travail Muriel PENICAUD et le secrétaire d’Etat à l’Europe et aux Affaires étrangères, Jean-Baptiste LEMOYNE, à l’occasion de l’ultime meeting organisé par la liste RENAISSANCE dans l’Yonne. Afin de clore cette campagne du rassemblement, porteuse de rêves ?

 

La SAS de Chablis souhaite disposer d’un outil multimédia performant à l’amorce de la rentrée. Objectif : accroître la visibilité de ce spécialiste dans l’accompagnement de transactions commerciales autour des céréales et oléoprotéagineux (blé, colza, orge, pois…) issues du direct ferme. Présent à la session d’échange entre entrepreneurs et apprenants de l’école WEB FORCE 3, le dirigeant Fabien MAURICE a expliqué ses besoins et sa stratégie de développement. Il est sorti de cet exercice satisfait et conquis. Ce n’est pas d’une personne dont il a besoin mais bel et bien de deux stagiaires qui intègreront son entreprise durant quinze jours pour concevoir le canevas du nouveau site…

CHABLIS : OVNI parmi le landerneau des sociétés négociantes en produits céréaliers, IDENTITE CEREALES multiplie les initiatives lui permettant de se distinguer de ses concurrents. La SAS dirigée depuis deux exercices par Fabien MAURICE est la seule sur son créneau à avoir intégré un laboratoire dans ses murs.

C’est un précieux auxiliaire afin de garantir à force d’analyses et de contrôles minutieux la qualité des lots de céréales qu’elle revend ensuite aux entreprises en recherche de matière première : les minoteries et les structures industrielles qui fabriquent l’alimentation animale.

D’ailleurs, aimant pousser un peu plus loin le bouchon du volontarisme, le jeune dirigeant n’a pas hésité à débourser plus de 100 000 euros depuis deux ans, avec le soutien de la Région Bourgogne Franche-Comté, de la BPI et de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, pour s’appuyer sur les services aguerris d’un ingénieur spécialisé dans le secteur de la meunerie. Histoire de maîtriser davantage les arcanes de cette filière professionnelle qui favorise le développement de ses marchés.

milieu articles

Intégrer deux jeunes apprenants et leur donner la possibilité de s’exprimer…

Fêtant ses vingt-cinq années d’existence, IDENTITE CEREALES possède parmi ses autres prérogatives actuelles la refonte complète de son site Internet. Au-delà d’un simple lifting d’usage lié à une phase de modernisme nécessaire, le besoin s’apparente presque à une création d’un nouvel outil.

Soucieux de maîtriser les coûts financiers d’une telle réalisation, Fabien MAURICE a répondu favorablement à l’invitation du centre pédagogique WEB FORCE 3. Une école qui offre à de jeunes apprenants en informatique l’opportunité de faire leur trou en bénéficiant de stages qualitatifs.

« J’ai trouvé ce principe très intéressant, confie l’entrepreneur de Chablis, après avoir écouté la vingtaine de jeunes candidats à la recherche de ce fameux sésame en entreprise, ayant autrefois travaillé dans le marketing et la communication, je sais ce que cela coûte de concevoir un outil numérique de qualité et performant. Aussi, requérir l’aide d’un stagiaire en sollicitant des apprenants issus d’une école spécialisée est vite devenu une obligation dans mon cas personnel… ».

Cette immersion au sein de l’entreprise durera quinze jours. Un laps de temps suffisamment appréciable pour appréhender convenablement les attendus de la société et de son projet.

Celui-ci fera appel à la créativité et surtout à la débrouillardise des deux jeunes gens qui in fine seront retenus par le directeur général de la SAS.

« Je leur fais confiance pour qu’ils offrent une cure de jouvence, voire une seconde jeunesse à ce site, ajoute Fabien MAURICE, il faut en bout de course que la nouvelle configuration devienne plus lisible et qu’elle soit ergonomique, chaleureuse et…vendeuse ! ».

Le stage débutera le 01er juillet. Placé en binôme, les jeunes gens sélectionnés opèreront avec une certaine latitude en matière de conception de l’ouvrage. Mais, pour l’heure, le choix de l’entrepreneur n’est pas encore arrêté. Muni de cinq CV dans sa besace, Fabien se fixe encore quelques jours de mûres réflexions avant de livrer son verdict définitif quant à ses choix.

Quoiqu’il en soit, il est déjà satisfait de la formule de mise en relation proposée par WEB FORCE 3.

Un mois après son lancement, la plateforme de recrutement instituée par la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne enregistre déjà ses premières performances. Conçu en accointance avec le leader national du matching, METEO JOB, l’outil numérique accueille à ce jour plus de sept cents offres destinées à subvenir aux besoins des entreprises du territoire icaunais. Chargée de son développement auprès du tissu entrepreneurial, Cécile NOIROT en est une fidèle ambassadrice…

SAVIGNY-SUR-CLAIRIS : Depuis que ce nouvel outil servant de promotion à l’embauche sur le territoire de l’Yonne est opérationnel, elle ne manque aucune opportunité pour en vanter les mérites et les aspects pratiques.

En charge du développement de la plateforme POSITIV’EMPLOI au sein de la chambre consulaire, la CCI de l’Yonne, Cécile NOIROT a endossé la vêture de porte-voix de cet accessit numérique, performant à bien des égards.

Invitée à s’exprimer devant les représentants de la communauté des « Positives Entreprises », lors d’un traditionnel brunch concocté en entreprise (cette fois-ci chez le logisticien FM LOGISTIC à Savigny-sur-Clairis), la chargée de développement de cette plateforme d’aide au recrutement a pu mettre l’accent sur les bienfaits et autres subtilités fonctionnelles de cette innovation numérique.

Celle-ci est accessible seulement depuis quelques semaines. Mais, le succès est déjà au rendez-vous avec plus de 700 offres d’emploi répertoriées dans ses colonnes.

Fluidité, intuitivité, l’outil a été peaufiné dans le cadre d’un astucieux partenariat conçu avec le concours de METEO JOB, le spécialiste hexagonal de la gestion des offres d’emploi sur plateforme. Il est consultable par toutes les typologies d’entreprises, toutes catégories sectorielles confondues, de notre département.

En l’espace de quelques minutes, la jeune femme de la CCI de l’Yonne a su brosser les attraits essentiels de cet outil avant de répondre à des interrogations d’usage.

 

Page 1 sur 222
Bannière droite accueil
Bannière footer