Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg

Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cm.jpg

Présenter l’ensemble des structures du bassin d’emploi Auxerrois, leurs lieux d’interventions, leur missions, leurs modalités d’accompagnement, les compétences développées à tous les conseillers, travailleurs et accompagnateurs sociaux du département (COALLIA, CD, MILO, CAP,…) constituera l’objectif majeur de ce rendez-vous, proposé en date du 09 avril au Phare à Auxerre.

AUXERRE : Parmi ses grandes priorités stratégiques, le gouvernement a échafaudé un plan de lutte contre la pauvreté. Il se déclinera sous différents aspects. Dont celui de l’insertion et de l’emploi. Un volet qui concerne spécifiquement Pôle Emploi.

L’insertion par l’activité économique (IAE) permet aux personnes les plus éloignées de l’emploi, en raison de difficultés sociales et professionnelles, d’éviter le décrochage du marché du travail et de rebondir.

Les structures IAE vont donc aussi être impactées par ce nouveau dispositif qui se met en place de manière progressive afin d’enrayer ce fléau.

Concrètement, et dans le cadre de nouvelles conventions que Pôle Emploi a contractées avec ces IAE, des actions précises s’organiseront en lien avec ce plan de  lutte contre la pauvreté.  

Ainsi, l’organisme propose, en amont de toute action, un séminaire spécifique où seront évoquées les grandes missions de la vénérable institution. En collaboration avec les SIAE du bassin d’Auxerre et de Joigny,  Pôle Emploi expliquera aux professionnels de ce secteur social les tenants et aboutissants de cette stratégie à travers son expérience. La date à biffer sur les agendas : le mardi 09 avril de 9h00 à 12h00 dans l’amphithéâtre du Phare.

Troisième village de l’Yonne à avoir obtenu la mention « Station verte », l’incontournable label prônant les valeurs de l’éco tourisme (478 communes réparties sur  85 départements), Druyes-Les-Belles-Fontaines, membre de l’association des Petites Cités de caractère, profite de belles retombées économiques inhérentes à ces choix stratégiques. Si la hausse du nombre de visiteurs, français et étrangers, progresse de 40 %, le chiffre d’affaires des commerces a augmenté en moyenne de 20 %. L’afflux de touristes s’est converti en un nombre important d’ouverture de gîtes et de maisons d’hôtes ; quant aux transactions immobilières, elles sont orientées au beau fixe depuis deux ans…Preuve que la ruralité peut encore miser, en le faisant savoir, sur d’excellents atouts.

DRUYES-LES-BELLES-FONTAINES : Objectif prioritaire de la feuille de route établie au lendemain des municipales de 2014 dans la commune de Puisaye-Forterre : faire du développement touristique, la mission première du nouveau conseil et de son chef de file, l’édile Jean-Michel RIGAULT.

Et, forcément par un effet gigogne se déclinant en pure logique : qui dit développement touristique subodore l’essor du développement économique, ou tout du moins le maintien de l’activité.

Or, quelques cinq années plus tard, le bilan dressé par l’intéressé lui-même ne manque pas d’interpeller les observateurs. Non seulement, les commerces du cru (épicerie, restaurant de plein air, restaurant traditionnel – L’Auberge des Sources-), ont tiré parti des investissements consacrés à l’optimisation du tourisme ; mais en outre, ces professionnels se projettent, en amont de la nouvelle saison, vers de belles perspectives.

Il est vrai que le village si pittoresque, implanté au sud-ouest d’Auxerre, a vu le nombre de sa fréquentation touristique explosé en l’espace de cinq ans : + de 40 % de visiteurs dont certains proviennent de l’autre bout du monde. Preuve tangible de ce succès qui ne peut que ravir les acteurs économiques de la Petite Cité de caractère, le nombre de gîtes et autres chambres d’hôtes a été multiplié par deux avec des taux d’occupation très élevés en un laps de temps très court.

S’appuyer sur des vitrines pouvant apporter une réelle plus-value…

Peu avare en explications, le maire Jean-Michel RIGAULT évoque la démarche qui la conduit à se rapprocher de partenaires indispensables à la réalisation de ses objectifs.

« Nous nous sommes tournés, dès le début de l’année 2016, vers l’association des Petites cités de caractère de Franche-Comté qui s’ouvrait à la Bourgogne grâce à la constitution de la nouvelle région de Bourgogne Franche-Comté, argumente-t-il. L’année suivante, nous avons déposé un dossier de candidature auprès du label des « Stations vertes », une référence incontournable de l’éco tourisme. Druyes est devenu le troisième village du département de l’Yonne à avoir obtenu ce label en 2018 après Bléneau et Avallon. Je précise que nous sommes également adhérents à l’association Bourgogne Buissonnière depuis 2016 en tant que commune (c’est d’ailleurs la seule et unique du territoire icaunais à pouvoir revendiquer ce titre…). ».

Nonobstant, certaines personnes, peu amènes des circonvolutions économiques, doutent encore de la pertinence réelle de ces stratégies qui ont bonifié depuis l’aura de la localité, bien au-delà de son périmètre originel. Le maire sait très bien, quant à lui, où la commune peut en tirer avantage et profit.

milieu articles

« Ces choix sont facilement compréhensibles, ajoute Jean-Michel RIGAULT, opter pour des labels reconnus par la sphère professionnelle correspond à la notion de réseau. Les intégrer est nécessaire en matière de développement touristique et économique. Parce que rester isolés nous fait perdre notre efficience pour porter de tels projets. Personnellement, je pense que nous sommes tous habités de la même volonté. C’est-à-dire celle de préserver notre patrimoine, de l’embellir, de le faire connaître et d’attirer dans nos villages pittoresques le plus grand nombre de visiteurs, source de retombées économiques. Or, pour pouvoir bénéficier des outils de communication qui sont mis à notre disposition afin d’accroître au maximum notre visibilité vers l’extérieur, il est judicieux d’incorporer une structure. Cela permet aussi de profiter de l’expérience de ses membres et des conseils qui peuvent être prodigués par les nombreuses structures partenaires de ces labels… ».

Une cotisation équivalente à 1,80 euro par habitant…

L’adhésion au label « Station verte » et au respect de sa charte aura coûté la modique somme de 832 euros à la commune de l’Yonne. Soit par répartition à l’habitant, une contribution budgétaire d’1,80 euro ! Une misère…

L’élu, enthousiaste par les bilans positifs qu’il a présentés lors d’une réunion ouverte aux professionnels du tourisme de la contrée, ne s’en laisse pas compter. 2019 est synonyme pour lui de nouveaux projets.

Le réaménagement du parking à l’entrée de la ville, la création de toilettes publiques, d’une aire de service et d’accueil pour les camping-cars gratuite et ouverte toute l’année ou encore l’aménagement d’une espace de détente et de pique-nique s’apparentent à autant d’éléments supplémentaires pour attiser la convoitise des touristes vers ce charmant village.

L’information ne sera omise car il faudra renseigner les touristes de passage. La stratégie de l’élu est claire : un point d’information touristique sera créé et deviendra opérationnel au niveau du parc du bassin des sources…

« L’amplitude d’ouverture de cet espace, un chalet, se fera de juillet à août du mardi au samedi de 10 h à 12 h et de 15 h à 18 h avec un emploi saisonnier entièrement financé par la commune en collaboration avec l’office de tourisme. D’ailleurs, nous sommes à la recherche de bénévoles pour que ce point d’information touristique soit également ouvert le dimanche et le lundi… ».

Si le cœur vous en dit, postulez ! Le cadre bucolique de ce site verdoyant aux abords du lac surplombé par le château de Mahaut de Courtenay vous donnera de l’envie !

 

 

Ces quatre mouvements politiques, proches ou en soutien de la majorité présidentielle, feront liste commune lors de la campagne des Européennes 2019 à l’échelle nationale. Au niveau de notre territoire, leurs représentants départementaux ont choisi de se positionner sur une stratégie similaire. Engendrant de facto la signature d’une charte de valeurs réciproques en faveur d’une Europe forte…

AUXERRE : Le leitmotiv est simple. Alors que le Vieux continent semble être à la croisée des chemins dans bien des domaines qu’ils soient sociaux ou économiques, les forces politiques de progrès entendent bien relever le défi. Et aller de l’avant en apportant leur lot de réformes au service des citoyens.

Ce ne fut donc point une surprise que d’assister il y a quelques jours à une conférence de presse, réunissant plusieurs cadres et acteurs emblématiques de la politique icaunaise. Tous étaient rassemblés derrière le projet incarné par le président de la République, Emmanuel MACRON, lancé à l’échelle de l’Europe, et baptisé : « Renaissance ».

Outre les représentants des quatre formations signataires de cette charte de partenariat (Patrice José TAMPIED AZURZA- LREM, Pascal HENRIAT -MODEM, Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI -AGIR et Elodie ROY - Mouvement des radicaux), l’ancien Secrétaire général de la CFDT et conseiller municipal de Villeneuve-sur-Yonne, Jean KASPAR, se joignit à eux.

Initiateur et rédacteur de la charte de partenariat, ce dernier occupe également la fonction de conseiller politique de La République en Marche.

Dans l’absolu, les leaders charismatiques de ces formations progressistes feront campagne de manière conjointe pour les futures échéances européennes du 26 mai.

Se confrontant à d’autres candidats dans la catégorie « Innovation commerciale et qualité », le responsable de « l’Ambiance des Halles » s’est vu récompenser d’une distinction suprême. Saluant son professionnalisme et sa pugnacité à vouloir accroître sa dynamique commerciale. Steve BAGOT a reçu son précieux sésame au ministère de l’Economie, en présence du président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, Alain PEREZ et du vice-président Commerce, Marc MANDRAY…

PARIS : Conçu chaque année depuis 1974, le challenge national du Commerce et des Services offre une vitrine intéressante en matière de communication à ses bénéficiaires. Mis en lumière pour leur savoir-faire, leurs compétences, leurs innovations et leur réussite, les entrepreneurs peuvent concourir dans plusieurs catégories. Elles sont au nombre de huit au total.

Englobant les items incontournables du parfait chef d’entreprise : la qualité et l’innovation commerciale (celle où se présentait le représentant de l’Yonne), le e-commerce, le commerce non sédentaire, le commerce rural, etc.

Ce challenge est organisé par CCI France et le réseau des chambres consulaires  en partenariat avec la Fondation d’entreprise MMA des entrepreneurs du futur.

En déplacement sur le site de revitalisation économique de Lézinnes, le représentant de l’Etat n’a pas manqué de saluer les velléités entrepreneuriales initiées sur le bassin du Tonnerrois. Et de réaffirmer son inconditionnel soutien aux projets de développement inhérents à ce secteur géographique qui a été si malmené durant un bon nombre d’années…

LEZINNES : « J’ai confiance en votre territoire et en vos entreprises…Je souhaite être à l’écoute de vos développements économiques afin de les encourager et de les privilégier… ».

En soulignant le remarquable travail qui a été effectué depuis près d’une décade sur la zone de revitalisation de l’ancien site du cimentier LAFARGE, le préfet de l’Yonne Patrice LATRON a montré son vif intérêt pour les perspectives économiques de cette contrée.

Prenant soin de s’immerger un long moment chez l’une des vitrines industrielles représentatives de cette réussite, la start-up GEOCHANVRE qui faisait l’actualité il y a quelques jours.

Celle-ci révolutionne aujourd’hui le secteur du désherbage en concevant des toiles de paillage nourricières et désherbantes à base de chanvre. Une conception qui a été qualifiée de « 100 % made in France », par son dirigeant, l’agronome-ingénieur Frédéric ROURE.

L’Etat veut préserver la vitalité économique de ce territoire…

Devant lui remettre une énième récompense honorifique (le Trophée de la Bio Economie 2019, après celui de l’innovation technique obtenu le mois dernier lors des Rencontres internationales de l’Agriculture du Vivant et du Grand Prix Innover à la campagne datant de novembre 2018), Patrice LATRON s’est dit enthousiaste par la volonté de cette structure de gravir les échelons. Incontestablement, ceux qui mènent vers la réussite.

D’ailleurs, offrir le diplôme à son récipiendaire, lui aura permis de confirmer que « c’était une occasion rêvée de mettre enfin en lumière un territoire qui aura été durement éprouvé au cours de la décennie écoulée ».

Et le préfet de l’Yonne de poursuivre sur une veine identique lors de son exercice oratoire protocolaire : «  L’Etat est à votre côté, soucieux de préserver la vitalité économique du bassin du Tonnerrois et de le soutenir de façon massive… ».

Visiblement, il n’est pas le seul en ce printemps 2019. D’autres acteurs institutionnels dont la Région Bourgogne Franche-Comté s’intéressent avec bienveillance à l’évolution conjoncturelle de ce périmètre important de l’Yonne. Ne serait-ce point un juste de retour des choses après plusieurs saisons d’oubli ?

 

Page 1 sur 203
Bannière droite accueil
Bannière footer