N’aurait-il pas fallu demander l’avis d’un spécialiste du design, au sens noble du terme, c’est-à-dire celui de la conception et de l’information technique avant de produire ces fameux ustensiles de protection sanitaire parfois fort complexes à assembler ? Et au final, à porter, voire à supporter !

AUXERRE : Dans la catégorie des puristes du design frisant le perfectionnisme absolu, Michel MILLOT est un esthète ! Un maître à penser de réputation internationale que les Chinois nous ont longtemps réclamé pour créer et imaginer une multitude de produits servant les intérêts industriels les plus éclectiques de leurs enseignes populaires.

Alors quand cette référence de la créativité tous azimuts nous a fait part de son désappointement sur la conception de certains masques, qui circulent à l’heure actuelle dans le landerneau, il nous est apparu de bon aloi de relayer la parole et les réflexions un tantinet pertinentes de l’illustre personnage.

Sa cible numéro un : le masque conçu en fibre naturelle. Un produit qui semble aux yeux du génial créateur « fastidieux », voire impossible à monter alors que la notice qui l’accompagne au moment de sa distribution mentionne le temps d’assemblage dudit objet d’une à deux minutes au maximum.

« Ne parlons pas du confort une fois appliqué le masque protecteur sur le visage, c’est peu satisfaisant ! ».

 

 

Toujours en quête de pertinence, le designer émérite s’est fendu de sa petite investigation pour tenter de comprendre comment il en était arrivé là. Et sans doute, beaucoup d’autres de nos congénères impuissants à résoudre l’équation.

« Personne à ma connaissance qui en a été pourvue n’a réussi à le monter ni à le porter. C’est à se demander si les commanditaires institutionnels de l’objet l’ont même testé avant de le distribuer aux collectivités et à leurs habitants… ».

Pour Michel, c’est simple : tout repose une fois de plus sur la méconnaissance du métier de designer industriel, le garde-fou incontournable aux mauvaises surprises de la conception et à ses usages.

« Selon moi, ajoute notre expert, c’est clair : le designer a été mis à l’écart à la fois au niveau de la conception du produit ainsi que dans la phase informative qui aurait dû être initiée sur le produit au-delà de précisions liminaires techniques et commerciales. Quel gâchis, c’est regrettable… ».

 

 

 

 

Une simple formalité. Par le biais de vingt-neuf voix positives obtenues contre deux à la candidate d’Auxerre Ecologie La Ville Envie, Florence LOURY. Auxquels il faut ajouter deux bulletins nuls et six bulletins blancs. Ceux des futurs opposants au nouvel édile de la capitale de l’Yonne. Le vainqueur des municipales 2020 s’installe donc confortablement dans le fauteuil de maire pour six ans de mandature…

AUXERRE: La Tour de l’Horloge, symbole emblématique du cœur d’Auxerre, s’en trouve toujours ébranlée sur sa base. Le coup de foudre qui s’est abattu non loin de là sur l’édifice de l’hôtel de ville au soir du 28 juin en est encore si retentissant qu’il résonne dans de nombreux esprits.

Irradiant ceux des vainqueurs du jour d’une soif inextinguible de désirs et de projets à accomplir pour les mener au succès, plombant au plus profond de leur moral déjà en berne les perdants qui ne s’attendaient pas à une telle débâcle.

Et la cérémonie d’installation du nouveau conseil municipal délocalisée dans l’antre du parc des expositions d’Auxerre n’en aura été qu’un nouveau reflet. Car, il n’y eut pas le moindre suspense ni l’ombre d’un doute à se mettre sous la dent quant au résultat définitif de ce long feuilleton si insolite de municipales, décidément peu orthodoxes vues de la cité de Paul Bert.

Même le courageux et improbable soubresaut de Florence LOURY, l’autre moitié du tandem qu’elle formait avec l’écologiste Denis ROYCOURT, n’y aura rien changé au moment de choisir le futur maire de la ville : Crescent MARAULT a été élu en toute quiétude nouvel édile de la Ville recevant presque une bénédiction urbi et orbi de la part d’un nouveau conseil municipal majoritairement acquis à sa cause !

Seul fait notoire à observer dans ce tableau quasi idyllique pour la droite et le centre droit : l’absence du maire sortant, Guy FEREZ qui avait délégué ses pouvoirs au premier fédéral du Parti socialiste de l’Yonne, Mani CAMBEFORT.

Nonobstant, celui qui n’accepte pas la fatalité pour les petites villes moyennes notamment dans leur propension à se développer économiquement a tenu à apaiser son opposition sur sa non-pratique dans l’art et la manière de détricoter tout ce qui aurait réalisé auparavant.

D’ailleurs, le nouvel homme fort de la Ville aura eu des mots de sympathie et de respect à l’endroit de son prédécesseur qui aura dirigé la ville durant près de deux décennies.

 

 

Innovation et écologie alliées de la dynamisation d’Auxerre…

 

Crescent MARAULT l’avait maintes fois répété durant sa campagne : il ne sera pas le maire d’une ville qui deviendrait un musée. Revendiquant ses valeurs entrepreneuriales, ce jeune cinquantenaire qui est loin d’un néophyte en matière de prise de décision dans une collectivité (son mandat de Saint-Georges-sur-Baulche l’atteste) veut impulser une vraie dynamique à la ville et à son bassin via le développement économique et la création d’emplois.

Un programme sur lequel il injectera une bonne dose de modernisme et de technologies, le respect de l’environnement mais aussi la sécurité et de la cohésion sociale dans le cadre du bien-vivre ensemble…

Du haut de son nuage, son pygmalion et regretté ami, Jean-Pierre BOSQUET, trop tôt disparu  en novembre dernier, qui fut pour lui une grande source de réflexion et d’inspiration doit afficher un large sourire. Et être fier du parcours accompli…

 

 

Spécialisée dans les activités de cirque, la compagnie créée par Claire SIMON (trapéziste) et Stéphane PHILIBERT (jongleur et clown) propose des spectacles partout en France. Elle a également un espace aménagé en parc de loisirs, le « Chapi Parc ». Celui-ci accueille les collectivités et les particuliers sur la période estivale.

PIFFONDS : Le confinement fut perçu comme un coup de bambou pour la compagnie « Cirque Star ». Cela perturbait l'organisation liée à sa réouverture, en particulier pour les répétitions. Mais finalement, cela s'est plutôt bien passé. Les deux propriétaires, habitant sur place, se sont confinés avec un des artistes. Et ils en ont profité pour effectuer le bricolage qu’ils n'avaient jamais eu  le temps de réaliser. Le planning fut établi de la manière suivante : le matin, place aux répétitions et l'après-midi, les travaux pour le complexe « Chapi Parc », avec au programme terrassement et peinture des roulottes.

Ce fut aussi l'occasion pour Stéphane de s'essayer à filmer avec un drone. Cela a donné naissance à plusieurs vidéos partagées sur les réseaux sociaux pour montrer qu'ils étaient encore là. Dont celle-ci qui a beaucoup plu : « après la pluie, le beau temps » https://www.facebook.com/140643802642959/videos/255580802326495/

Leur crainte de ne pouvoir ouvrir le parc cet été fut en plus contrariée par les revirements et annonces gouvernementales. Finalement, après une réunion d'équipe et un soutien sans faille de cette dernière, la réouverture a pu être programmée le mardi 07 juillet.

 

 

Un nouveau regard sous la forme d'un spectacle sur l’actualité

 

Pour pallier les pertes financières, quelques aides ont été accordées. Le gérant a décidé de ne pas se prélever de salaire pendant quelque temps. La direction a eu le soutien des établissements scolaires qui ont accepté de reporter leur venue.

La compagnie qui crée un nouveau spectacle tous les deux ans a décidé de repousser sa création de l'an passé « La Fiesta » à l'été 2021.

Elle propose un spectacle novateur qui évoque la situation actuelle. Il est à voir du lundi au vendredi à 14h30 et le dimanche à 15h30.

Intitulé « Hôpital du bonheur », ce spectacle associe la musique, des clowns, de la jonglerie, du trapèze, de la corde volante, de l'échelle libre et un danseur qui évolue sur un fil de fer. On peut découvrir sa prestation dans cette vidéo https://youtu.be/yy_v9hqgAps 

 

 

Le public applaudira cinq artistes ayant des remèdes contre la morosité afin de dédramatiser la situation. Ils seront accompagnés de Tino, petit-fils des propriétaires qui du haut de ses onze ans associe jonglerie et équilibre sur rouleau à la trompette.

Le parc s'est adapté aux mesures sanitaires pour recevoir dans les conditions optimales son public. Il propose une initiation au cirque sous forme d'ateliers, avec de la restauration servie sur plateaux qui pourra se déguster dans le parc ou en lisière du bois.

 

 

Une amplitude d’ouverture élargie…

 

Pour découvrir cette nouvelle aventure, rendez-vous à Piffonds au « Chapi Parc », jusqu'au 27 août de 10h30 à 18h tous les jours sauf le samedi. Un tarif unique de 11 euros permet l'accès au parc et au spectacle.

Si vous souhaitez pratiquer un atelier le matin à 11 heures, réservez avant votre venue : il vous sera proposé pour la modique somme de 8 euros.

Le samedi est consacré aux personnes qui souhaitent privatiser le parc pour des anniversaires, des mariages, des fêtes de famille…

Nouveauté : cette année le parc sera ouvert aux vacances de la Toussaint. Comme les chapiteaux restent installés, il est également possible de le louer pendant la semaine et le week-end à compter de septembre pour des séminaires d'entreprise, des stages…

 

En savoir plus :

Cirque STAR - "Le Petit Launay" - 89330 PIFFONDS
Tél : 03.86.86.44.87
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 https://www.cirquestar.com/

Maryline GANDON

 

 

Projets novateurs, concepts créatifs : la dernière promotion de stagiaires ayant suivi le cycle pédagogique de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat dans l’Yonne ne manque pas de sel. Ni d’enthousiasme, assurément ! Durant près de deux mois, malgré les incidences sanitaires inhérentes au coronavirus, ces porteurs de projets ont acquis de solides bases de réflexion devant désormais les aider à se propulser dans la vie d’après. Celle de la réalité économique !

AUXERRE: Cela pourrait être le seul et unique stage de ce genre à avoir été dispensé par les services de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat cette année sur notre territoire. La faute à ce satané virus qui aura chamboulé beaucoup de choses dans les plannings organisationnels et les modalités présentielles.

Celles et ceux (le prétendant à ce cursus était seul et unique à revendiquer la masculinité lors de cette session) qui pouvaient y participer en ont profité allègrement. Pour approfondir leurs connaissances en matière de fiscalité, de marketing, de gestion, de finances, d’actualité juridique et de techniques de communication.

Bref, huit semaines ne furent pas de trop pour que cette petite frange de néo-entrepreneurs qui croient mordicus à leurs projets s’imprègne des recommandations et conseils délivrés par les formateurs émérites de la chambre consulaire.

Leur retour d’expérience durant cette immersion au plus près de l’entrepreneuriat fut excellent. Selon les commentaires avisés de la responsable d’unité administrative icaunaise, Nathalie CHEVANCE.

 

 

 

 

Rappelant que plus de 380 candidats avaient déjà suivi ces parcours formatifs en Bourgogne Franche-Comté depuis leur mise en place, la porte-parole de la chambre consulaire salua la qualité des projets dévoilés lors de cette promotion.

« Grâce à cette formation, vous avez pu bénéficier d’un vrai tremplin pour vous projeter vers l’avant ! ».

Les futurs chefs d’entreprise qu’ils soient naturopathe, couturière, créateur de bijoux, infographiste ou évoluant dans la restauration disposent de toute la latitude nécessaire pour transformer leurs rêves en réalité…

 

 

 

 

Initialement prévue aux premiers jours du mois d’avril, la découverte informative de cette pathologie avait tourné court du fait de la présence galopante du coronavirus dans l’Hexagone. Une annulation qui devait engendrer une déception énorme pour l’organisateur de ce projet articulé autour de conférences et d’une exposition de stands…

AUXERRE : Ce ne sera finalement que partie remise. En y intégrant comme invité de dernière minute : la notion vertueuse de la patience !

Réunis en présentiel lors d’une séance de travail constructive, les partenaires de l’EPNAK (Etablissement Public National Antoine KOENIGSWARTER) ont choisi sine die le report de l’animation initiale plutôt que son annulation définitive. Celle, programmée du 02 au 04 avril 2020, ne put se dérouler normalement à cause de la propagation rapide de la COVID-19.

D’ailleurs, le comité de pilotage dirigé par Cécile THALEN, directrice-adjointe de l’IME des Isles, n’éprouva aucune difficulté pour accepter de nouvelles propositions de dates dans le calendrier 2021.

L’évènementiel débutera bien le jeudi 01er avril (toute référence à une blague de potaches amateurs de poissons est à proscrire !) pour s’achever deux jours plus tard par une visite du village ressources accueillant le public, quartier de l’Horloge.

Le lieu du rendez-vous pour sa dimension colloque et ouvert exclusivement aux professionnels du secteur de la petite enfance reste inchangé : le « 89 ». La salle emblématique du Conseil départemental offre les conditions requises optimales grâce à son amphithéâtre fonctionnel d’une capacité de plus de deux cents places.

 

Une personnalité artistique reconnue en guise de vitrine ?

 

Charge à l’organisateur de remobiliser l’ensemble des intervenants qui avaient déjà biffé sur leur agenda leur venue à Auxerre. Il est vrai que la thématique, abordée dans le cadre de la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, faisait converger un plateau de premier choix avec des exégètes de la question : neurologues, psychiatres, psychologues, praticiens, représentants des structures institutionnelles ad hoc (Conseil départemental, CAF, MSA, MDPH, LADAPT, etc.).

Représenté par son président Claude GUILLEMOT, le KIWANIS Club d’Auxerre fit part de sa satisfaction de voir reconduire cette intéressante initiative à laquelle le club-service est associé dans le cadre de ses œuvres sociales.

Si les goodies et autres stylos promotionnels, édités en grosse quantité, peuvent d’ores et déjà être employés pour assurer la publicité autour de ce futur évènement, il sera nécessaire en revanche de retoquer les flyers dont certaines informations sont devenues de facto obsolètes !

Enfin, il s’est susurré au terme de cette rencontre qui en appellera d’autres que des contacts privilégiés avec une personnalité artistique reconnue pourraient être engagés afin de préparer sa venue à Auxerre en qualité de parrain…

 

Articles

Bannière droite accueil