L’emploi, essentiel à l’essor de ce secteur artisanal, représente un réel motif d’inquiétude pour le parlementaire de l’Yonne. Déjà à l’initiative d’une rencontre novatrice avec les professionnels de la filière en début de semaine afin de leur présenter les solutions existantes en matière de formation et de recrutement, le député de la deuxième circonscription a décidé de prendre le taureau par les cornes. Il vient de solliciter le Premier ministre Edouard PHILIPPE pour que ce dernier lui accorde une audience. Histoire de porter ce récurrent sujet problématique le plus haut possible vers les sommets de l’Etat…

CHABLIS : Dans la catégorie « je pratique l’art et la manière de la langue de bois », pas la peine de rechercher la carte qui identifierait le député de l’UDI de la seconde circonscription de l’Yonne dans ce jeu plutôt trouble et abscons de la scène politique ordinaire.

Adepte coutumier du leitmotiv, « on le dit, on le fait » tout en disant ce qu’il y a à dire, l’élu de l’Yonne le démontre une fois de plus, après son initiative prise, ce lundi 25 novembre, de vouloir rencontrer des entrepreneurs de la filière hôtelière et restauration.

Thématique retenue ce jour-là : l’emploi dans un secteur corporatiste qui peut en proposer à la pelle. Mais, faute de candidats motivés et sérieux, la filière souffre de mille maux à ne plus savoir que faire.

Pour aller encore plus loin dans sa quête altruiste envers ces artisans qui endurent leur quotidien avec grande difficulté, le pensionnaire de l’Assemblée nationale a décidé de pousser le bouchon à son avantage.

C’est-à-dire en prenant la main sur ce dossier délicat et en demandant une audience auprès du Premier ministre afin de s’entretenir avec lui de la pertinence des réflexions qui lui ont été faites durant ce débat de près de deux heures, intense et riche d’enseignements.

Les services d’Edouard PHILIPPE ont pris bonne note de la requête effectuée par le représentant du palais Bourbon. Il ne reste plus qu’à fixer la date et l’horaire du rendez-vous.

 

 

 

Des contrats en alternance qui se résilient en nombre chaque année…

 

Le souhait d’André VILLIERS est de faire toute la lumière avec le Premier ministre sur les raisons de ce manque d’appétence chronique des candidats potentiels à répondre de manière positive aux offres d’emploi (très nombreuses) qui existent. Comble de paradoxe, sur un secteur d’activité, fer de lance de la gastronomie et du tourisme vécu dans l’Hexagone à l’international !

Certes, la filière n’attire plus les jeunes. Et André VILLIERS a su noter toutes les dichotomies et autres dysfonctionnements qui prévalaient depuis des lustres dans le modèle actuel qui aboutit à une parfaite hérésie.

Un seul chiffre en résume la teneur : 28 % des contrats d’alternance vécus dans les hôtels et restaurants de France ont été résiliés au cours de cette saison par les jeunes gens malgré la bonne volonté de leurs tuteurs !

Un chiffre qui ne s’applique pas, malheureusement, aux seuls apprenants de cette filière. Tous les métiers de la branche artisanale sont gangrénés par cette attitude négativiste qui pollue de manière virale une frange importante des apprentis

Fort de ses arguments, et désireux d’obtenir des réponses concrètes de la part du chef du gouvernement, André VILLIERS attend désormais la date et l’horaire de l’audience avec impatience.

Il aura peut-être la possibilité de deviser d’un jour à l’autre avec le Premier ministre sur les causes de ce fléau qui mine aujourd’hui l’économie française : l’inertie inacceptable qui ne cesse de s’accentuer dans le recrutement.

 

L’Auxerrois peut-il devenir un territoire modèle, favorable au développement d’une alimentation durable, où l’agriculture jouerait un rôle essentiel en créant de l’emploi et en revitalisant les campagnes ? Président de Bio Bourgogne 89, Philippe CAMBURET évoquera ce thème lors d’un échange jeudi soir à Auxerre. En guise de préambule, la parole sera donnée à l’agronome et chercheur, Marc DUFUMIER. Le conférencier présentera les vertus de l’agro-écologie qui considère chaque exploitation comme un écosystème cohérent…

AUXERRE: C’est un exégète de l’agro-écologie qui effectuera le déplacement dans la capitale de l’Yonne, jeudi soir. A l’invitation de la liste « Auxerre écologie, la ville envie », portée par Denis ROYCOURT, le digne successeur du candidat vert à la présidentielle de 1974, René DUMONT, à la chaire d’agriculture comparée et de développement agricole à AGRO PARIS TECH, prendra le temps d’interpeller l’auditoire sur les vertus d’une alimentation saine et durable.

Membre de la Fondation Nicolas HULOT, Marc DUFUMIER se posera dans l’une des salles municipales d’Auxerre (salle Anna) afin d’y développer ses arguties sur son modèle d’agro-écologie englobant plantes, bactéries, arbres et animaux.

Adepte de l’économie circulaire, le conférencier propose une agriculture relocalisée, respectueuse des saisons, en filière courte. Celle-ci débouchant sur une alimentation à faible coût énergétique grâce à la réduction des transports, des conditionnements, à l’absence d’utilisation de produits chimiques ; bref, une agriculture qui a aussi pour objectif de préserver en la protégeant l’eau potable.

Partant du postulat que bien s’alimenter suppose de s’intéresser aussi à la manière dont les aliments sont produits, comment ils viennent à nous et à la façon dont on gère les déchets, Marc DUFUMIER parlera de la défense de l’agriculture bio qui n’est en rien contradictoire avec le droit des nations de l’hémisphère Sud de reconquérir leur souveraineté alimentaire.

 

 

Un échange nourri de réflexions pertinentes, n’en doutons pas ! L’intervention de l’enseignant-chercheur se poursuivra par les propos du président de Bio Bourgogne 89 et co-président de la filière agricole bio régionale, Philippe CAMBURET.

Ce dernier qui a apposé récemment sa griffe au bas d’une convention d’objectif portée par la Région et favorable à l’essor de la filière s’interrogera sur la place de cette alimentation durable tant au plan économique que sociologique sur le bassin de l’Auxerrois.

 

Une conférence à vivre ce jeudi 28 novembre à 18h30 Salle Anna à Auxerre.

 

 

Le festival de la photographie du voyage, « Chroniques Nomades » est visible dans le cellier de l’Abbaye Saint-Germain à Auxerre, jusqu’au 31 décembre. La visite des œuvres est une excellente occasion de découvrir plusieurs contrées lointaines à travers l’œil de huit photographes internationaux…

AUXERRE : C’est à un véritable tour du monde que nous propose ce festival photographique de très belle facture. Huit artistes y exposent leurs clichés singuliers, emplis de lyrisme. Tour d’horizon rapide en guise d’invitation au voyage…

Hans SILVESTER nous éblouie par les couleurs de ces photos. Ces dernières illustrent les ornements du corps avec des articles piochés à même le sol de l’Ethiopie, soit de l’argile, de la cendre mélangée à de la bouse de vache, voire des végétaux. Ces tribus ne manquent pas d’imagination pour se servir de leur corps comme un tableau vivant.

Un peu plus bas, découvrons l’immense île de Madagascar où Pierrot MEN a passé sa vie à photographier ce décor exceptionnel. En noir et blanc, on découvre le travail de femmes et d’hommes. Avec à l’honneur : la pêche et la mer en ligne de mire…

Traversons l’Atlantique pour arriver au Cuba de l’année 1961. Celle que Luc CHESSEX a choisi pour témoigner d’une autre réalité, montrant l’adhésion du peuple à la révolution, et son affection pour le chef inconditionnel, Fidel CASTRO.

Puis, Pierre de VALLOMBREUSE nous convie dans l’archipel des Philippines. Il y a passé quatre années de sa vie auprès des « Taw Batu ». Il a pu immortaliser ces « hommes des rochers » dans leur quotidien qu’ils ont dû adapter avec l’arrivé d’entreprises privées. Celles qui achètent à bas prix les terres des Palawans afin d’y exploiter à grande échelle le palmier à huile et le cacao.

 

 

Jacqueline SALMON possède une démarche différente. Après avoir lu plusieurs poèmes de Misuzu KANEBO que l’on peut d’ailleurs découvrir sur l’exposition, elle est partie au Japon pour retrouver l’univers de la poétesse. Attrayant.

Pour clore ce tour du monde, poursuivons avec l’Islande et ses volcans. Elsa LAURENT plonge les visiteurs dans des paysages en perpétuelles mutations. On ne manquera pas de s’arrêter devant les œuvres de Bogdan KONOPKA consacrées à la Pologne. Un travail d’introspection pour l’artiste qui a replongé dans ses négatifs pour nous présenter une Pologne qui évolue au fil de ces quarante dernières années.

Mention particulière pour l’originalité de son travail à Juliette AGNEL, qui a immortalisé le Grand Nord à l’aide de très grands agrandissements pour mieux en saisir les icebergs du Groenland.

 

En savoir plus sur l’exposition :

 

http://www.chroniquesnomades.com

 

Maryline GANDON

 

 

 

Ce n’est un secret pour personne. Mais, parmi le microcosme footballistique de l’Hexagone, voire du continent européen, le centre de formation du club nord-bourguignon demeure une incontestable référence pour bien des aspects pédagogiques. Et ce, depuis des lustres, soit une  quarantaine d’années de pratique, désormais. Aussi, il n’y avait rien de rédhibitoire à assister à la découverte de ce haut-lieu du sport par le délégué interministériel au développement de l’apprentissage dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, le très communicant, Patrick TOULMET.  

AUXERRE : Agréable dans sa relation à l’autre, Patrick TOULMET a le regard qui pétille comme un adolescent à qui l’on aurait offert une succulente friandise.

Il est vrai que ce haut personnage de l’Etat, depuis que la présidence de la République l’a désigné le 17 septembre 2018 comme porte-étendard à la cause de l’apprentissage dans les 1 500 quartiers prioritaires de la politique de la ville, promène sa silhouette aux quatre coins de l’Hexagone. Parfois dans des endroits qui semblent inaccessibles au commun des mortels.

Ainsi, ce centre de formation si réputé qu’il a pris soin de découvrir dans les moindres recoins, près de deux heures durant. Avec chaleur et humanité pour les jeunes gens avec lesquels il échangera quelques mots bienveillants.

 

 

A l’écoute des jeunes et des formateurs…

 

Avec gentillesse et condescendance pour ces garçons coupés de leur cordon ombilical originel dès l’âge de douze ans et déjà immergés dans le monde des adultes en vue de réussir leur carrière.

Le sens du relationnel est l’une de ses forces maîtresses. Malgré un handicap qui ne le gêne absolument pas dans l’accomplissement de sa tâche. Accueilli par Baptiste MALHERBE, directeur général de l’AJ Auxerre, Patrick TOULMET sait mettre à l’aise ses interlocuteurs. Il s’intéresse, il se passionne, il suggère. Il écoute avec réel intérêt tous les propos qui se disent.

L’historique de ce centre de formation, objet de toutes les convoitises aujourd’hui y compris de la part de la direction nationale technique du football, le transcende. Basile BOLI ou le sieur CANTONA, reconverti depuis dans le septième art, ont fait leurs gammes de professionnels du ballon rond en ces lieux. Respect pour le club et ses dirigeants !

De la construction initiale de la fameuse pyramide (tout un symbole !) en 1979 aux dernières touches architecturales datant de 2014 de ce complexe positionné parmi les dix meilleurs centres français, rien n’échappe à la soif informative de Patrick TOULMET.

 

 

Poursuivre l’investissement dans la formation : l’ADN du club…

 

La direction du club l’affirme : l’investissement dans la formation est constant malgré les sept années de disette vécues éloignées de la Ligue 1. C’est un choix qui ravit cependant le délégué interministériel, visiblement séduit par la judicieuse initiative.

L’ex-président de la Chambre de métiers de la Seine-Saint-Denis boit du petit lait à l’écoute de ses hôtes. La marque de fabrique de l’AJA l’a convaincu. Ce ne sont pas les quatre-vingt gamins qui ne rêvent que d’une seule chose, entrevoir le Graal mirifique de la professionnalisation, qui pourraient le contredire. Ici, à l’AJA, ils ont retrouvé une famille. Tout en apprenant leur futur métier avec dextérité et civisme.

D’ailleurs, les résultats positifs ne sont jamais très loin. Près d’une trentaine de ces jeunes pousses ont déjà évolué ou sont sélectionné à leur niveau en équipes nationales selon leur pays d’origine.

Alors, parler du bien-fondé de l’apprentissage à ses interlocuteurs, dont le président du club, Francis GRAILLE et la secrétaire générale de la préfecture de l’Yonne, Françoise FUGIER, semble être une évidence. Nous sommes en présence de personnes acquises à la cause.

Cerise sur le gâteau : il y a aussi dans le projet pertinent développé par le club auxerrois cette envie de vouloir instruire les jeunes gens en les armant de connaissances générales. En les diplômant, de facto.

C’est le fruit subtil du partenariat entériné depuis trois saisons avec l’un des partenaires de la structure, ACADOMIA et son président, Philippe COLEON, présent lui aussi lors de cette visite d’exception.

D’ailleurs, le taux de réussite aux examens se situe bien au-delà de la moyenne nationale. Prouvant ainsi que les apprentis footballeurs peuvent en avoir aussi dans la tête côté culture générale ! Les préjugés sont amenés à disparaître…

 

 

 

Ce n’était nullement prémédité. Mais, les choses se sont accélérées à grande vitesse ces dernières semaines. La nomination de Sébastien FUENTES à la direction du complexe structurel d’AUXERREXPO deviendra effective au 01er décembre. Mettant un terme à la présence de Guy ROS qui en tenait jusque-là les rênes. A 43 ans, l’ex-cadre commercial de l’Yonne Républicaine qui avait rejoint la filiale évènementielle du groupe en 2015 peut entrevoir l’avenir avec ambition…d’autant que plusieurs projets de développement se profilent à moyen terme.

AUXERRE: Jeu de chaise musicale pour le moins inattendu à la tête de Centre France Parc Expo. Alors que le renouvellement de la D.S.P. (délégation de service public) rendra son verdict le 12 décembre prochain, à la suite des décisions prises par la Ville pour une durée de huit ans, la direction du parc des expositions aura, quant à elle, changé de main, entre-temps.

C’est en effet au 01er décembre que Sébastien FUENTES, présent dans la structure depuis 2015, endossera de manière factuelle le rôle de nouveau responsable du complexe auxerrois. En qualité de directeur. Lui qui officiait jusqu’à présent comme adjoint responsable de l’infrastructure, en charge de la promotion et du développement commercial.

Intégré au sein du groupe Centre France depuis 2000, Sébastien FUENTES poursuit ainsi son ascension professionnelle. Coïncidence ou pas, le chiffre d’affaires de la filiale du média régional double au cours de ces quatre dernières années. Pour atteindre aujourd’hui 1,6 million d’euros. Ne serait-ce que la saison antérieure, le développement de Centre France Parc Expo à Auxerre a enregistré une progression de plus de 25 %.

Très en verve à la manœuvre lors de grosses opérations évènementielles (foire exposition, salons professionnels), Sébastien FUENTES a su très vite imposer sa marque de fabrique dès la prise en main de ses dossiers.

Interrogé sur la ligne de conduite qu’il désire impulser à l’édifice à brève échéance, le quadragénaire entend accentuer les axes de communication pour que ceux-ci deviennent encore plus pertinents. Notamment sur la réception de congrès et de colloques touchant le domaine des entreprises. La création de nouveaux projets s’inscrit également parmi ses objectifs prioritaires.

 

Des embauches à prévoir notamment sur la communication…

 

Si une dizaine de collaborateurs travaillent déjà à ses côtés à l’optimisation du site, plusieurs embauches pourraient se concevoir après sa prise de fonction. Un chargé de projet et un technicien avaient déjà rejoint les rangs du personnel cette saison.

Mais, c’est bel et bien un poste de responsable de communication, considéré comme indispensable, qui devrait voir le jour au sein de l’équipe en 2020.

De profil gestionnaire de projets marketing, de plan de communication, de relations publiques et de création d’outils à destination des médias, le ou la nouvel(le) élu(e) aura pour objectif de dynamiser les liens avec exposants, journalistes, institutionnels et visiteurs.

Des initiatives qui corroborent l’engagement pris par Centre France d’adresser un message fort à la Ville d’Auxerre avant que ne soit connu le verdict de la D.S.P.

 

 

Bannière droite accueil
Bannière footer