La réouverture des lieux culturels serait un signal fort adressé aux filières économiques, synonymes d’attractivité territoriale. A commencer par le tourisme. Un secteur qui, au même titre que l’hôtellerie-restauration, broie du noir depuis plusieurs mois. Expérimenter ce retour de la vie artistique taraude les esprits de moult élus. Nicolas SORET est l’un d’entre eux. Il a décidé de soutenir cette initiative en sollicitant le chef du gouvernement…

JOIGNY: Si cela voyait le jour, ce serait avec sagesse et responsabilité. En filigrane avec le concours des services de la préfecture. Mais, l’expérimentation culturelle que souhaite porter dès que possible le président de la Communauté de communes du JOVINIEN et édile de Joigny ferait immanquablement des émules dans d’autres localités de notre territoire.

Après l’envoi de cette missive officielle ce 24 février, la balle est désormais dans le camp de son destinataire, le Premier ministre Jean CASTEX en personne !

Arguant que seules des mesures territorialisées pourraient s’adapter convenablement à la réouverture des sites artistiques et culturels en fonction du contexte sanitaire, le Conseiller départemental de l’Yonne en appelle à la responsabilité de l’Etat. Et de l’une de ses figures emblématiques : le locataire de Matignon !

Le signataire de cette lettre propose donc de candidater pour rouvrir les lieux culturels dans sa ville, s’appuyant sur des expériences déjà menées chez certains de nos voisins comme la Belgique, l’Italie ou l’Espagne.  

A l’aide de systèmes de jauges et de protocoles santé renforcés, les sites culturels de ces pays européens accueillent du public depuis plusieurs semaines. Sans qu’il n’y ait eu la moindre difficulté. Il en est de même au Québec où une procédure de prise de rendez-vous a rendu possible la visite des musées.

La démarche de Nicolas SORET s’adosse à celle de la présidente de la région Bourgogne Franche-Comté, Marie-Guite DUFAY, qui a également exprimé un avis favorable en ce sens.

Le maire de Joigny souhaite avec cette action, si elle obtenait gain de cause in fine, maintenir l’espoir et accompagner ses administrés dans la traversée de la tempête qui les prive depuis de longs mois de toute activité culturelle.

 

Thierry BRET

 

Celles et ceux en cruel manque de culture peuvent assister à des séances de rattrapage tous les mardis en début de soirée. Le théâtre de La Closerie, haut lieu de la créativité tenu par Andrée et Gérard-André, invite un artiste à venir s’exprimer et à concevoir un mini-spectacle à distance. La magie du numérique faisant le reste ! C’est l’univers féérique de la jonglerie et du cirque qui sera au cœur des débats ce mardi 23 février en présence de Jérémy l’Artiste…

ETAIS-LA-SAUVIN : Le concept, opérationnel depuis plusieurs mois en autant de périodes de confinement, mobilise avec constance les visiteurs sur la toile. Closerie Vidéo Ouverte (C.V.O.) accueille chaque mardi en début de soirée les orphelins de la culture et des arts. Celles et ceux qui sont en peine de ne plus pouvoir applaudir librement des artistes sur une scène. Las, ils doivent ronger leur frein dans l’attente de jours meilleurs…

D’ici là, ils auront toujours l’agréable opportunité de se plonger dans l’univers le plus souvent onirique du milieu circassien. Et ce, dès ce mardi 23 février.

Autodidacte, c’est Jérémy L’Artiste qui leur servira de guide lors de cette future session digitalisée. Musicien, comique, jongleur burlesque, le garçon a commencé sur la piste du cirque dès l’adolescence à l’âge de 14 ans. Il a côtoyé les plus grands noms de cette caste artistique pour y effectuer ses gammes : Alexis GRUSS, Alexandra FRANCONI ou Diana MORENO BORMANN.

Ses sources d’inspiration ont pour références Charlie CHAPLIN ou Buster KEATON. Les maîtres incontestables du muet. Sans omettre les jongleurs qui ont élevé cette discipline au cours des XXème et XXIème siècles au rang d’art majeur comme Francis BRUNN, Kris KREMO ou encore Anthony GATTO.

Les spectacles de Jérémy reposent sur la maîtrise du geste et de la technique avec ce souci de légèreté et une ouverture vers la drôlerie. Un moment de rêve à partager.

Les dessous de ce milieu, celui du cirque et de la jonglerie, délivreront leurs secrets lors de l’entretien que ce saltimbanque surdoué accordera en préambule de ses démonstrations aux faiseurs de bonheur que sont Andrée et Gérard-André.

Un rendez-vous à biffer sur les agendas !

 

En savoir plus :

Les mardis C.V.O. de La Closerie de 21h00 à 22h30 : des artistes en direct depuis la scène en streaming :  

Connexion : via le site de La Closerie sans inscription: https://www.lacloserie-spectacles.fr/  ou sur Facebook: https://www.facebook.com/gerardandre.gerardandre.

 

Thierry BRET

 

En 1967, les BEATLES au plus fort de la période psychédélique embarquaient à bord d’un autocar lors d’une itinérance désopilante dans la verte campagne anglaise où le groupe y multipliait les aventures en compagnie de passagers pour le moins cocasse. En 2021, l’association C7 Lieux sollicite l’économie participative pour investir dans un bus à vocation culturelle à la rencontre des habitants, des associations et des collectivités. Un remake de « Magical Mystery Tour » se rejouerait-il en Puisaye-Forterre ?

TREIGNY : Le film que le célèbre groupe de Liverpool a présenté en avant-première mondiale le soir de la Noël 1967 est-il la source d’inspiration principale de la jeune association C7 Lieux, localisée à Treigny ?

On pourrait presque le supposer à la lecture de la feuille de route explicative justifiant la raison d’être de cette entité et les similitudes faisant référence au légendaire groupe de pop-music !

L’idée de créer des espaces de rencontres et de concertations collectives sous l’égide de l’angle culturel et des aspects festifs à bord d’un moyen de locomotion mobile qui sillonnerait le territoire de Puisaye-Forterre ressemble étrangement à la démarche artistique du fameux quatuor.

Mélange de contacts constructifs entre le monde des arts et celui de la science, qu’elles soient naturelles, physiques ou humaines, le concept imaginé par les têtes bien pensantes de cette structure associative insolite ne manque pas de piquant.  

Le credo de l’entité est simple. Créer de la réflexion, de la cohésion sociale et des échanges positifs à travers ce secteur occidental de l’Yonne par le prisme de la culture, d’expositions photographiques, d’animations, d’ateliers, de réunions citoyennes, de musique, bref, de la vraie vie !

A ceci près que ce joyeux et éclectique programme permettant d’aller à la rencontre des habitants, des associations, des créatifs et des collectivités est tout bonnement localisé à bord d’un bus ! De là, le parallèle évident avec la démarche originale pour l’époque du groupe britannique !

 

 

 

Acquérir un bus pour pouvoir décliner ce projet de cohésion sociale…

 

Or, pour que puisse exister ce réseau générateur de convivialité et d’expériences dynamiques, C7 Lieux a besoin de son support mobile : un bus !

Depuis le 02 février, une campagne de financement participatif a été lancée via une plateforme ad hoc.

Ouverte aux internautes inspirés par tant de prouesses créatives, cette contribution via le crowndfunding a pour objectif d’atteindre sous un délai de trente jours la somme de 6 500 euros.

A ce jour, près de 1 660 euros ont déjà été récupérés grâce à cet élan de sympathie et de générosité. Soit 25 % du montant global du projet. Sachant que la date butoir de ces dons via Internet a été fixée au 23 mars. Il reste donc encore suffisamment de temps pour combler le reliquat nécessaire pour favoriser l’acquisition de ce bus servant à développer ce génial projet.

En avril 1970, à l’implosion des BEATLES, John LENNON avait eu ses mots demeurés depuis dans les annales : « Le rêve est fini ».

Pour les responsables de C7 Lieux (Marc ANDRIEN, son président, Pierre FAUCHEUR, son vice-président ou Guillaume MOISZAN, son chargé des relations avec la presse), « le rêve ne fait que commencer » grâce à cette campagne de financement participatif qui est loin d’avoir rendu son verdict définitif…

 

En savoir plus :

Cette campagne est effective via le site « helloasso » sur le lien : https://www.helloasso.com/associations/ces-7-lieux/collectes/le-bus-de-7-lieux

 

Thierry BRET

 

 

Plus que jamais, la biodiversité est menacée. Chaque année, ce sont des milliers d’espèces qui disparaissent ainsi de la surface du globe. Comme en Australie lors des terribles incendies qui ont ravagé le centre du pays. La principale cause de ce désastre est imputable à l’homme. Ce nuisible qui ne respecte ni l’environnement ni les espèces animales et végétales qui y vivent. Mais, que serait donc l’homme sans la biodiversité ? Une question qui trouvera des réponses lors de la conférence-débat proposée par le Cercle Condorcet de Sens et la Ligue de l'Enseignement 89…

SENS : L’homme sera-t-il bientôt seul au monde face à son destin ? Au train où vont les choses dans la destruction massive des espèces animales et végétales qui ne cesse de s’amplifier, on peut penser que cette situation qui n’a rien de kafkaïenne se produira un jour ou l’autre.  

Biologiste, naturaliste, spécialiste de la protection des grands primates en Afrique et en Asie, Emmanuelle GRUNDMANN – elle est également journaliste-reporter – étayera de ses réponses éclairées toutes nos interrogations sur ce préoccupant sujet de société.

La présidente de l’association AWELY, structure qui cherche à réduire les conflits existentiels entre les hommes et les animaux partout sur la planète, sera l’exceptionnelle invitée du Cercle Condorcet de Sens, ce jeudi 11 février.

Un rendez-vous proposé de manière virtuelle sur ZOOM à suivre dès 18h30 pour mieux appréhender les grands enjeux de demain.

Auteure d’un ouvrage intitulé « Demain, seuls au monde ? » (Edition Calmann-Lévy), Emmanuelle GRUNDMANN, exégète de l’univers animalier, rappellera des évidences avant de nous faire comprendre la véritable valeur de la biodiversité.

Quid de la pollinisation des fleurs sans la présence bénéfique des abeilles ? Comment se nourrir de protéines animales indispensables à notre survie sans les poissons et autres crustacées ? Pourrons-nous soigner les maladies sans les thérapies médicamenteuses issues de plantes tropicales et du savoir botanique des peuples forestiers ? Comment recycler les monceaux de déchets que nous rejetons autour de nous sans les micro-organismes ?

Dans le contexte sanitaire du moment, ces questions méritent d’être enfin posées. Afin d’inverser la tendance et de placer la nature et ses espèces sur ce vrai piédestal qu’elles n’auraient jamais dû quitter…

 

 

 

En savoir plus :

 

Conférence débat organisé gratuitement par le Cercle Condorcet de Sens

Inscription obligatoire sur Zoom :

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

   

Thierry BRET

 

Enfin une bonne nouvelle qui concerne l’univers des loisirs, de la culture et du tourisme en cette période de vache maigre ! Le site de Côte d’Or faisant référence à la fameuse bataille qui devait opposer en l’an 52 les forces de Vercingétorix aux puissantes armées de Jules CESAR pourrait accueillir d’ici peu des visiteurs. Une conférence de presse dévoilera d’ici quelques jours les grandes nouveautés 2021…

ALISE SAINTE-REINE (Côte d’Or) : Le début de la nouvelle saison touristique et culturelle est enfin programmé dans l’un des sites les plus attractifs de notre contrée, le MUSEO Parc d’Alésia.

Malgré le contexte sanitaire qui nous prive depuis des mois de toutes initiatives intellectuelles et ludiques sur les lieux réservés à cet effet, l’information a été officialisée en milieu de semaine par le service presse de l’institution : la réouverture de ce parc pourrait être actée en date du 15 février.

Articulé autour de trois sites, à savoir le Centre d’interprétation qui explique le contexte, le déroulement et les conséquences de la fameuse bataille entre Gaulois et Romains, les vestiges de la ville gallo-romaine d’Alésia et la célèbre statue du chef gaulois, Vercingétorix, érigée par Napoléon III, le MUSEO Parc ne cesse de voir sa fréquentation de visiteurs particuliers, en groupes et scolaires, augmenter chaque année.

 

 

 

Une conférence de presse, déclinée par outil numérique, offrira la possibilité au directeur du site Michel ROUGER et à son équipe de présenter la programmation 2021, l’agenda des différentes manifestations ainsi que les grandes nouveautés dont une démonstration de l’escape game conçue par l’agence OHRIZON.

Ce sera également l'occasion de faire un point sur la nouvelle scénographie, en présence des experts qui travaillent sur le projet : la cellule Alésia du Conseil départemental de la Côte-d'Or qui le pilote et l'Agence Clémence FARRELL.

 

Thierry BRET

 

Page 1 sur 72

Articles

Bannière droite accueil