Arrangées par le chef d’orchestre Patrick VASORI qui collabore avec l’artiste de l’Yonne depuis plus de trente ans, les chansons de l’auteur de « La Montagne » ou de « Sacré Félicien » se savourent toujours avec autant de sensibilité et beaucoup de délectation. Le récital dominical de ce jour, programmé sur CVO (Closerie Vidéo Ouverte) à 17 heures, permettra de réentendre ou de découvrir les œuvres du chanteur disparu le 13 mars 2010…

ETAIS-LA-SAUVIN : Nous transporter hors du temps et de l’espace. Telle est la vocation première de Gérard-André, responsable du théâtre champêtre de « La Closerie » et auteur-compositeur-interprète.

En ce jour dominical, à partir de 17 heures, dans les conditions du direct comme il en a pris l’habitude désormais, le guitariste chanteur donnera une version intimiste mais très qualitative d’un spectacle hommage rendu à Jean FERRAT, parti sous d’autres cieux depuis une décennie.

Une vingtaine de morceaux composeront ce tour de chant réalisé depuis le théâtre de La Closerie et retransmis par le biais du numérique.

De « Potemkine » à « Comprendre », de « Je vous aime » à « Ma France », de la « Femme honnête » à « Maria », de « Nuit et Brouillard » à « Berceuse », c’est la vie quotidienne de la société française du vingtième siècle qui est dépeinte avec subtilité. Mais, aussi par la narration de personnages, d’artistes et d’événements qui ont marqué ce vingtième siècle.

Quand Jean FERRAT dénonce les maux de notre pauvre monde, le texte est puissant et n’a rien perdu de sa superbe. Quand il célèbre l’amour et magnifie la femme, c’est de la poésie à l’état pur qui est distillée avec ce goût d’éternité en bouche.

Somme toute, les férus de l’artiste retrouveront aussi les poèmes de Louis ARAGON, mis en musique par Jean FERRAT. Ils intègrent tout naturellement cette création originale.

Précisons que cette nouvelle version verra Gérard-André chanter des airs moins connus du répertoire de ce troubadour hors système qui vivait en Ardèche. Dont le morceau « Y aurait-il ? », un texte signé du regretté Pierre LOUKI qui travailla avec Georges BRASSENS et « Le Châtaignier », du poète conteur et parolier Guy THOMAS, décédé le 19 janvier 2020.

Le 12 avril, au même horaire (17 heures), Gérard-André enchantera les amateurs de chansons à texte avec un concert consacré exclusivement à l’ami Georges, dans « Mon BRASSENS à vous ». Réservez votre place dans votre salon et devant votre ordinateur !

Un concert à retrouver sur :

https://www.facebook.com/gerardandre.gerardandre et sur http ://www.lacloserie-spectacles.fr/.

 

L’ancienne styliste qui exerça autrefois ses talents auprès des grandes maisons de couture parisiennes et de quelques icônes du Septième art possède plus d’un tour dans son sac ! Celles et ceux qui la côtoient de près le savent très bien. Jamais à court d’imagination, la propriétaire du fameux « Donjon » à Cravant, a créé deux spécimens de masques de protection à base de chanvre. Avis aux structures artisanales et industrielles qui souhaiteraient les fabriquer en série suffisante pour répondre aux besoins actuels…

CRAVANT: A plus de quatre-vingts ans mais toujours en pleine forme et pourvue d’un enthousiasme à faire pâmer même les plus fougueux d’entre nous, l’ex-créatrice de mode Colette BECHET veut contrer l’émergence galopante du coronavirus de la plus belle des manières : en faisant cogiter son imaginaire débridé pour se munir de l’un des précieux auxiliaires à sa propagation, un masque de protection.

A base de chanvre, matière naturelle et facilement recyclable, la couturière a conçu deux modèles de ces accessoires indispensables qui ont fait cruellement défaut dans l’Hexagone dès le début de la crise sanitaire.

Se fournissant auprès de l’une des structures départementales spécialisées dans le domaine, la société GEOCHANVRE à Lézinnes dirigée par Frédéric ROURE, celle qui garde encore une parfaite dextérité avec des aiguilles dans les mains et un brin d’ingéniosité, a conçu ces modèles de masque protecteur en l’espace de quelques jours.

« Le port de ces masques est très agréable, confie-t-elle après les avoir testés, on peut respirer avec davantage d’aisance que les masques habituels et la fine pellicule de riz qui recouvre le tissu évite la rugosité du chanvre au contact de la peau… ».

 

 

Son objectif est désormais simple : initier le maximum de contacts auprès de structures artisanales et industrielles de la région qui souhaiteraient concevoir ces prototypes afin de les mettre sur le marché. Et de répondre ainsi aux besoins urgents des EHPAD et autres entités sanitaires qui en sont fort dépourvus.

Dans un passé pas si lointain que cela, Colette BECHET a réalisé toute une gamme de sacs, de chapeaux et autres objets hétéroclites à base de chanvre, une matière qu’elle désire mettre à l’honneur.

Précisons que plusieurs contacts sont déjà en cours avec des artisans de l’Yonne, conquis par l’excellente idée de l’octogénaire. Le masque de protection en chanvre made in Yonne sera-t-il l’une des solutions à adopter ? Aux professionnels de l’artisanat et de l’industrie d’en décider !

 

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

 

 

On le connaissait chanteur engagé, il se proclame artiste confiné, et il le prouve ! L’incorrigible et talentueux barde de Puisaye, défenseur de la chanson à texte au potentiel intellectuel certain, livrera en avant-première ce dimanche après-midi un extrait de sa nouvelle création, « De Tulle à Auxerre, des bords de la Corrèze aux rives de l’Yonne » par vision numérique. A déguster sans modération et avec gourmandise depuis le fauteuil de son salon devant l’âtre de la cheminée…

ETAIS-LA-SAUVIN : Deux horaires sont prévus en cette journée dominicale du 29 mars pour la diffusion du premier concert numérique et confiné, unique en son genre, proposé par le charismatique auteur-compositeur et interprète de l’Yonne. La première séance sera visible dès 16 heures. La seconde, plus tardive puisque programmée à 23 heures, satisfera les noctambules.

Dans les conditions du direct (Gérard-André nous a appris par le passé qu’il ne trichait jamais avec la technique), l’artiste s’exprimera, guitare à la main, s’appuyant sur un répertoire enrichi d’une vingtaine de morceaux, rétros ou plus actuels.

Les sources de ces chansons à la sensibilité à fleur de peau seront soit d’inspiration purement personnelle soit issues de ce riche vivier de créatifs de  l’Yonne qu’il a mis en musique à l’instar de la poétesse Marie NOEL, du conteur paysan Roland FORGEARD ou de Claudine GUERIN-MANDON.

Pour profiter du spectacle, gratuit il va de soi depuis son domicile, rien de plus simple. Andrée, la muse artistique qui partage son quotidien, et Gérard-André ont conçu une émission, baptisée « CVO » (Closerie Vidéo Ouverte) qui est opérationnelle tous les jours par le biais du multimédia.

L’idée est de préserver pendant la période de confinement une interaction artistique avec les férus de culture qu’ils soient assidus à la programmation habituelle du théâtre champêtre d’Etais-la-Sauvin, ou pas.

Ainsi, à raison de deux rendez-vous journaliers (17 h et 23 h), une émission musicale, poétique, chantante et onirique est ainsi relayée. Inauguré le 21 mars dernier, le concept « CVO » déclinait ses deux premières réalisations en direct : elles avaient fédéré plus d’une centaine de participants.

Initialement diffusé sur la page Facebook de l’artiste,   https://www.facebook.com/gerardandre.gerardandre, le canal « CVO » l’est désormais sur le site de La Closerie : http ://www.lacloserie-spectacles.fr/.

La magie de la technologie est rendue possible grâce aux compétences et à la générosité de Christine MOREL-FERRER qui a élaboré le site du complexe théâtral.

 

Pour plus d’informations sur la programmation : 09.75.62.81.41. ou sur le référent mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

Avant que ne tombe le couperet définitif du confinement qui paralyse depuis la totalité ou presque de l’Hexagone dans sa lutte contre le prédateur viral, l’emblématique journaliste sportif de CANAL + faisait une halte remarquée au lycée des métiers Vauban à Auxerre. Histoire d’honorer l’invitation lancée par les responsables de l’association AJA (voir notre article à cet effet) et d’échanger quelques mots avec Capucine VIGEL, hôte pédagogique des lieux !

AUXERRE : Féru de littérature plutôt que de chiffres et de statistiques, le présentateur vedette du « Canal Football Club » s’est immergé le temps d’une assemblée générale (celle de l’AJA Association) où il devait intervenir en phase de conclusion dans l’antre reconnu au plan national de la filière des métiers de bouche et de l’hôtellerie de l’Yonne. Soit le lycée des métiers Vauban.

Un cadre inhabituel pour accueillir le « Monsieur foot » de la chaîne cryptée qui profitait de son déplacement depuis la capitale pour saluer ses amis auxerrois (Francis GRAILLE, Guy ROUX…).

Avant d’évoquer, après coup, les facettes techniques de son documentaire, « C’est pas grave d’aimer le football », dont la projection in situ fit office de fil d’Ariane avant un débat des plus cordiaux entre spécialistes du ballon rond.

Ce fut aussi l’occasion pour le journaliste, natif de Clermont-Ferrand, de découvrir avec beaucoup d’intérêt l’établissement scolaire que lui présentèrent la directrice des lieux, Capucine VIGEL, et son responsable adjoint, Olivier PEREIRA.

Pour la postérité, et à l’heure du verre de l’amitié avant que le commentateur sportif aille déguster quelques produits du terroir, le président de l’AJA Association, Alain GEHIN, eut la géniale idée d’offrir leur maillot à ces différents interlocuteurs. Histoire de poser avec le sourire pour une photographie qui fera toujours le buzz sur les réseaux sociaux !

 

Même si les précautions d’usage sont à respecter de manière très scrupuleuse sous peine de risques de contamination au coronavirus, et accessoirement de procès-verbaux de la part de la maréchaussée, le typique rendez-vous dominical de la périphérie auxerroise fonctionnera ce dimanche 22 mars afin d’égayer quelque peu la vie des gens…

GY L’EVEQUE : A la manœuvre pour la partie logistique et organisationnelle de ce rendez-vous dominical que beaucoup ne souhaiteraient manquer pour tout l’or du monde, Didier RIMBAULT le rappelle à qui mieux mieux : le marché de la commune périphérique de l’Auxerrois se déroulera comme si de rien n’était ce 22 mars, sur la grande place face à l’église, de 9h30 à 12 heures.

Toutefois, il faudra être muni de son attestation officielle, remplie et dûment signée de votre plume, pour pouvoir s’y rendre. Sans omettre de respecter la distance de sécurité requise (un mètre entre chaque consommateur) et se laver les mains avec du savon de Marseille (à défaut de gel hydro-alcoolique toujours en pénurie) et à l’eau chaude.

Les courageux et téméraires clients auront la faculté de pouvoir se sustenter de poulets rôtis dont il est appréciable de réserver la commande en amont (06.81.09.95.16.).

Voire de se rabattre sur les recettes sympathiques de l’instant, concoctées par le traiteur qui est toujours présent sur ce site : une aumônière aux écrevisses, une gigolette de lapin, une joue de porc ou de la quiche au saumon.  

En sus, il y aura des fruits et légumes frais à profusion à emporter. Sans oublier de succulents fromages en provenance directe des producteurs. Bref : une bouffée d’air pur dont il faut profiter avec gourmandise et appétit dans ce monde particulièrement nauséabond tel que nous le vivons à l’heure actuelle…

 

Page 1 sur 56

Articles

Bannière droite accueil