Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png

On l’avait quitté avec les « Enjouées ». Un ouvrage testimonial de belle facture qui relatait la joie des « femmes actives » de notre territoire. C’était en 2021, en pleine période de la COVID. L’écrivain nous revient en ce début d’année avec son premier véritable roman. Un texte qui évoque au fil des pages à travers les sentiments, le courage et les combats, la destinée de ces « Etres Chers » que l’on croise au détour de son existence. Entre souvenirs de famille et de transmission des émotions…

 

AUXERRE : La joie, les peines, le deuil, la résilience, la fidélité, la foi…Préparez vos mouchoirs et faites travailler en parallèle vos zygomatiques, tous les ingrédients de la sensibilité et de l’émotion à fleur de peau sont réunis dans ce livre. Un ouvrage empli de bons sentiments, de passions indélébiles, où l’on croise au détour des pages à dévorer des amours flamboyantes, mais aussi des amitiés inaltérables.

Bref, le sens de la vie en quelque sorte. A partir de souvenirs de famille et de la chaleur qu’ils apportent à notre quotidien, sans tomber inexorablement dans la nostalgie.

Nouvelle réalisation de l’auteur Jean-Eric FRAY – il nous avait déjà régalés avec les publications « Yvonne ne veut pas partir » et « Les Enjouées » -, il revient à notre bon souvenir avec ce roman qui se découvre avec délectation chapitre après chapitre. Le fruit d’un travail poursuivi au cours de ces derniers mois…

 

Un livre qui s’adresse à toutes les générations…

 

« Le livre « Les Etres Chers » est gorgé d’amour, de courage et de lumière. Il s’adresse à toutes les générations, les jeunes qui s’interrogent sur le passé de leurs aînés, les moins jeunes qui trouveront matière à plonger à nouveau dans l’histoire de leurs familles, explique l’auteur icaunais, membre du Groupement des Ecrivains Conseils.

Editée aux premiers jours du printemps 2023, la publication repose sur les principes de la souscription. Un principe qui se situe en amont de la diffusion de l’opus et qui facilite grandement son édition et impression, surtout dans le délicat contexte conjoncturel vécu au niveau économique.

Concrètement, on peut choisir la souscription pour acheter le livre avant la date limite du 28 février 2023 à un tarif inférieur à ce que sera son prix de vente après impression. Une économie substantielle de deux euros (prix de souscription établi à 16 euros TTC avant le 28 février pour un prix de vente après souscription arrêté à 18 euros TTC). La commande sera ensuite remise ou expédiée à la mi-avril.

L’ouvrage est publié par la maison d’édition associative, « La Huppe Messagère », localisée à Turny dans l’Yonne, il sera imprimé en Bourgogne Franche-Comté.

 

En savoir plus :

Renseignements auprès des Editions « La Huppe Messagère » à Turny.

 

Thierry BRET

 

Accompagnée de son pianiste attitré – l’excellent instrumentiste Jean-Christophe KOTSIRAS, premier prix du Conservatoire de Paris – la « môme » de l’Yonne en grande ambassadrice culturelle de notre territoire qu’elle est entame l’année 2023 par un récital consacré à la chanson hexagonale dont elle a le secret à l’Espace culturel ce samedi 07 janvier en milieu d’après-midi. Histoire pour Magloire SIOPATHIS, le maire, de souhaiter ses vœux aux habitants de manière très mélodieuse ?

 

APPOIGNY : Elle n’aura pas attendu cent sept ans avant de se produire sur scène, la toujours talentueuse Christelle LOURY, en cette nouvelle année ! Sept jours seulement après le passage à l’an 2023, là voici qui se retrouve déjà sous le feu des projecteurs sur l’estrade de l’Espace culturel de la commune périphérique de l’Auxerrois pour y donner un récital, dédié comme il se doit aux grands airs de la chanson française. De ces morceaux inoubliables qui résonnent dans toutes les oreilles de celles et ceux qui se revendiquent dans la catégorie des mélomanes avertis !

Au programme de ce répertoire que l’on sait riche et éclectique : BARBARA, Juliette GRECO, Edith PIAF, Françoise HARDY, mais aussi des voix masculines comme Serge LAMA, Jacques BREL, Charles TRENET ou l’incontournable Charles AZNAVOUR.

Le concert – l’entrée est gratuite – sera suivi de la dégustation de la fameuse pâtisserie de l’Epiphanie, accompagnée du verre de l’amitié. L’occasion pour Magloire SIOPATHIS, maire de la commune, de s’exprimer après l’interprète des standards de la môme PIAF et de souhaiter le meilleur à ses administrés…

 

 

 

 

En savoir plus :

 

Vœux de la commune d’Appoigny à l’Espace culturel le samedi 07 janvier 2023 à 16 heures, avec le récital spécial chansons françaises de Christelle LOURY.

 

Thierry BRET

 

 

 

 

Notre lectorat connaît bien Jean-Paul ALLOU, qui au fil des semaines, rédige des tribunes pour notre support médiatique. Des articles à caractère politique, économique, financier, social, culturel…avec en plus un regard iconoclaste, voire décalé sur l’actualité. Dans cet ouvrage récapitulatif, notre collaborateur journalistique reprend une sélection de tribunes publiées dans nos colonnes depuis plusieurs années. Une sorte de « best of » qui ravira le lecteur autant que celui qui a eu le plaisir de les écrire…

 

AUXERRE: Parfois caustique, souvent original dans son approche des sujets traités, il partage une certaine vision stratégique des crises que nous traversons. Difficilement classable sur le plan de l’écriture, Jean-Paul ALLOU a décidé de se former au style journalistique avec « Presse Evasion », au fil des années. L’apprentissage fut productif et le travail payant : « sans le travail, le talent n’est qu’une sale manie », dixit Georges BRASSENS.

Globe-trotter de l’actualité et vagabond de la pensée, l’auteur de cet opus se promène entre la poésie (une dizaine de recueils déjà publiés) au roman autobiographique. Son impertinence est flagrante dans les pamphlets écrits en 2021 aux éditions ATRAMENTA : « Elysée-moi, tome 1, du pouvoir à la giroflée », et « Elysée-moi, tome 2, Liberté, Egalité, Peau D’Lapin », ou dans « Je suis gilet jaune » et « Salauds d’pauvres »…

Beaucoup apprécient ses qualités poétiques, plus romantiques, dans ses recueils plus personnels : « Les couleurs de l’enfance », « Hymne à l’amour » ou encore le petit dernier, « Journal froissé »…

 

Un couple iconoclaste qui suit de près l’actualité…

 

Natif de l’Avallonnais, coincé entre Burgondes et Eduens, Jean-Paul ALLOU est fier de ses origines : « nous ne sommes pas seulement d’une province, mais d’une région. Elle est une part de notre identité » (Fernand BRAUDEL).

Cet humaniste aime servir son prochain et croit en la fraternité. « Presse Evasion », c’est également l’opportunité pour France C. de publier des tribunes dont le caractère populaire est cher à nos terroirs. Elle aborde des thèmes plus souriants, face à une actualité parfois rude.

France C. est une artiste aux multiples facettes : décoratrice, peintre, poète, écrivaine avec en plus une « main verte incontestée ». Elle a par ailleurs coécrit avec Jean-Paul « Animalement vôtre » (un ouvrage sur les dictons animaliers). France C. assure les illustrations des ouvrages de son compagnon d’écrivain.

Découvrez les tribunes de ce couple iconoclaste qui œuvre ensemble dans la création d’ouvrages poétiques et dans l’écriture de tribunes aux sujets variés et complémentaires.

Autant France C. apprécie l’humilité et la discrétion, autant Jean-Paul ALLOU préfère la lumière du soleil et des spots. Alors il aime déclarer, sans modestie aucune : « Avant nous connaissions Simone de BEAUVOIR et Jean-Paul SARTRE, puis Christian BOBIN et Lydie DATAS, désormais, il faut inscrire France C. et Jean-Paul ALLOU au patrimoine des belles lettres ! ».

« E-articles pour e-journal » est à lire absolument, en commençant le livre par le début ou par la fin, par le milieu, en diagonale, en long, en large ou en travers… et par les temps qui courent, à pied, à cheval, mais pas en voiture…, de toute évidence !

 

En savoir plus :

« E-articles pour e-journal » de France C. et de Jean-Paul ALLOU

Un recueil de tribunes informatives publié aux éditions STYLIT

462 pages, prix de 19 euros.

Se commande directement en librairie ou auprès de l’éditeur.

 

Thierry BRET et Jean-Paul ALLOU

 

 

« C’est du lourd ». Dans un jargon un peu familier et commun, on peut ainsi qualifier la visite du premier auteur – une autrice pour respecter les nouveaux codes de l’orthographe inclusive – à la librairie OBLIQUES à Auxerre ce samedi 07 janvier. Une ouverture de cycle de conférences grandiose pour bien débuter l’année 2023 qui augure de très belles perspectives pour les adorateurs de belles plumes et de romans qui ne sont pas à dormir debout. La venue de la romancière Véronique OVALDE est en soi un évènement. Elle se rendra dans l’Yonne pour y présenter son dernier opus, édité chez Flammarion, « Fille en colère sur un banc de pierre ».

 

AUXERRE En charge des relations publiques et de la communication – entre autres – au sein de la librairie OBLIQUES auxerroise, Aurélie LAMBERT résume à la perfection ce qui se présente déjà comme un événement marquant dans l’actualité littéraire de cette nouvelle année 2023. Une année qui démarre « très fort » selon elle avec, excusez du peu, la venue dans la capitale de l’Yonne d’une figure de proue de l’art épistolaire hexagonal, la romancière Véronique OVALDE.

Débutant la promotion de son dernier ouvrage, « Fille en colère sur un banc de pierre », l’autrice de « Personne n’a peur des gens qui sourient » et de « Ce que je sais de Véra Candida » - un opus distingué par le Prix Renaudot des lycéens en 2009, prix France Télévisions et Grand Prix des lectrices de « Elle », a choisi de se poser à Auxerre, le temps d’une soirée rencontre avec son lectorat ce samedi 07 janvier, aux alentours de 19h30.

Suivie par les critiques littéraires depuis les débuts de sa brillante carrière, Véronique OVALDE vient de signer l’un des romans les plus en vue de cette rentrée de janvier. Un livre qui fait office de « pépite » selon Aurélie LAMBERT qui en connaît nécessairement un rayon sur le sujet.

Avec une dizaine d’ouvrages dans son escarcelle, Véronique OVALDE a déjà glané pas mal de récompenses. L’un de ses titres, « Et mon cœur transparent » avait obtenu après sa sortie un prix littéraire décerné par France Culture et Télérama ; autant dire des références en la matière.

Le nombre de places étant limité, il est demandé aux amoureux de romans joliment écrits de réserver pour cette soirée qui promet d’être passionnante à bien des égards…

 

En savoir plus

Véronique OVALDE à la libraire OBLIQUES à Auxerre

Conférence débat avec les lecteurs à partir de 19h30.

Entrée libre.

 

Thierry BRET

 

 

Trêve des confiseurs oblige, la galerie auxerroise Hors Cadre referme temporairement ses portes à partir de ce jour jusqu’à…l’année prochaine. Sempiternelle tradition, ô combien respectée par bon nombre de nos concitoyens ! Toutefois, il ne faudra pas patienter trop longtemps avant de pouvoir replonger dans l’univers artistique fertile que sait nous concocter Nathalie AMIOT. « Trous Noirs », l’exposition du moment servie par la photographe Ursula KRAFT, restera à l’affiche jusqu’à la mi-janvier avec ses interrogations « cosmiques » qu’elle suscite…

 

AUXERRE: Réouverture de la galerie, le 04 janvier 2023 ! Oyez, oyez, qu’on se le dise, braves gens et au gui l’an neuf ! Comme le précise l’adage à pareille époque. Et si vous aviez manqué par inadvertance ou pour n’importe quelle raison que ce soit la phase liminaire de l’exposition à l’affiche au 49 de la rue Joubert, vous avez toujours la possibilité de vous y rendre dès le quatrième jour de l’an nouveau, soit à partir de mercredi.

Une prolongation, plutôt bienvenue, au plan culturel de poursuivre avec délectation et mystères cette rencontre peu ordinaire mêlant l’insolite, l’étrange, le profond, peut-être le métaphysique à certains endroits, en découvrant les œuvres atypiques de l’artiste originaire d’Allemagne, Ursula KRAFT.

Une bouillonnante trentenaire très créative et à l’imaginaire fécond, native de Stuttgart, mais bel et bien installée en terre de Bourgogne depuis près de quatre ans. Juste un peu avant la crise sanitaire après avoir quittée Paris.

 

Une invitation visuelle à pénétrer dans un monde inconnu…

 

Une chose est certaine avec Nathalie AMIOT, gestionnaire experte de cette galerie associative Hors Cadre qui porte bien son appellation, rien n’est jamais pareil à chaque rendez-vous artistique. De surprises en étonnements, de réflexions en sentiments, il faut prendre le temps d’humer les tendances et de se cultiver des différences d’une manifestation à l’autre pour faire le tour de la question en matière culturelle. L’offre est riche et se veut éclectique. Surprenante parfois comme ces séries de clichés originaux, constituant l’exposition « Trous Noirs ».

L’artiste, Ursula KRAFT, s’explique sur la genèse de ce travail abouti qui occupe depuis le 19 décembre la galerie auxerroise.

« Lorsque le premier cliché scientifique d’un trou noir cosmique a été réalisé, cela m’a donné l’envie de concrétiser cette construction mentale hybride dans un projet artistique… ».

Un sujet qui touché par la grâce photographique de la jeune femme évoque autant l’intime que le corps et les rapports existants avec l’espace-temps, le cosmos ou la Terre. Cette exploration nous invite à pénétrer dans un monde inconnu. Elle est mise en relation avec des bribes de textes et citations parcourant les murs entre les différents clichés.

 

 

L’astronomie comme source d’inspiration artistique…

 

Fascinée par ce qui existe dans l’univers, Ursula KRAFT livre par ailleurs quelques notions subtiles et instructives, des codes bien utiles en la matière, pour mieux appréhender le fruit de ce travail de très belle facture.

« Sagittarius A est le trou noir le plus proche du centre de la Voie Lactée, à environ 26 500 années-lumière de la Terre, précise-t-elle pédagogue, pour illustrer l’immensité des trous noirs – rappelons qu’ils absorbent la lumière – disons simplement que la Terre, à l’échelle inversée, peut se loger dans un trou de 1,8 cm… ».

Faisant varier les échelles de perception, à l’instar d’un zoom dont elle maîtrise l’usage avec dextérité, l’artiste propose une analogie fine et adroite entre territoires physiques et psychologiques, à partir de prises de vues personnelles que la photographe a réalisées à l’abord de gouffres naturels ou artificiels, mais aussi d’orifices corporels comme cette bouche si caractéristique formant un « O » avec ses lèvres, ouverture insondable vers cet inconnu qui aspire…

 

Des faisceaux lumineux et une ambiance sonore pour accompagner la visite…

 

L’extérieur de la galerie – ses vitrages – a été obstrué par une enveloppe noire, un film opacifiant l’intérieur du centre d’art contemporain auxerrois, le plongeant dans une pénombre propice à la découverte sensorielle et intimiste de l’œuvre de l’artiste. Une mise en scène des plus logiques puisque la perception du temps ou de sa définition est presque omniprésente dans le travail d’Ursula KRAFT.

Les œuvres bénéficient de la présence de faisceaux lumineux qui sont dirigés sur la surface mate des tirages photographiques, disposés de manière oblique ou perpendiculaire au mur. A même le sol, certaines pièces supposent une contorsion des visiteurs afin de mieux les contempler.

« C’est une manière de rappeler que le bord d’un trou noir cosmique est son point d’accroche, souligne l’artiste d’Outre-Rhin, le dernier seuil stable avant l’abîme… ».

Les visiteurs perçoivent en arrière-plan un tapis sonore quasi imperceptible en référence avec le « son de l’univers » qui les emporte d’une analogie à l’autre lors de ce lent cheminement. Impression étrange de se promener dans une autre dimension spatio-temporelle.

Une façon astucieuse de visualiser et de contextualiser les pourtours de ces « trous noirs », décidément au centre de tous les intérêts. Qu’il s’agisse de cette fameuse bouche grande ouverte qui avale ou qui dévore selon son interprétation, déjà évoquée par ces lignes – « la porte des enfers, selon DANTE » - ou du pavillon d’une oreille, chemin de traverse menant vers l’inconscient. Que dire de l’image d’un vagin, symbole des expériences les plus intimes et de leur amnésie.

Même la mythologie japonaise – la référence concerne « Awa no Iwato », la grotte où se cache la déesse du soleil-  fait office de point de repère judicieux auprès d’un public admiratif à initier et qui veut comprendre le sens profond de toutes ces représentations aux coloris si impénétrables…

 

 

En savoir plus

« Trous Noirs », une exposition photographique signée Ursula KRAFT

Galerie Hors Cadre à Auxerre

49 Rue Joubert

Du mercredi 04 janvier au samedi 14 janvier 2023

De 14h à 18h

Entrée libre.

 

Thierry BRET

 

 

 

 

Page 1 sur 106

Articles

Bannière droite accueil