On appelle cela de la générosité. L’altruisme, aussi. Voire l’amour de son prochain ? Sans doute, le regretté artiste peintre, Pierre GIRARDIN, n’en manquait pas. Surtout, il voulait laisser une trace bien au-delà de ses peintures, une fois quitté ce monde d’ici-bas. La vente d’une trentaine de ses toiles fait aujourd’hui des heureux. Les responsables de l’antenne départementale des « Restos du Cœur ». Ces derniers ont perçu un chèque de 6 550 euros. Une somme qui sera convertie en près de deux mille repas…

 

AUXERRE : Son sourire jovial irradie son visage. Posant fièrement, le temps d’une séance photographique, aux côtés des deux responsables des « Restaurants du Cœur » auxerrois, Naïma LECLERC – elle-même professionnelle de la restauration en compagnie de son époux, Dominique, « Le Cercle » à Auxerre – brandit devant elle le document officiel qui fait foi : le don de 6 550 euros obtenu par la célèbre structure associative, sortie de l’imaginaire fertile de l’éternel COLUCHE.

Un grand jour pour la jeune femme, qui est aussi une artiste aux multiples facettes. C’est dans son établissement gastronomique de très bel aloi que s’est tenue l’exposition vente de la trentaine de toiles du regretté Pierre GIRARDIN. Un peintre au grand cœur qui n’a pas hésité à réaliser une ultime pirouette ; avant de tirer sa révérence et son départ définitif de la surface du globe, vendre ses pièces – des tableaux inspirés de son métier originel, celui d’urbaniste architecte – au profit d’une action caritative. En l’occurrence, celle des « Restos du Cœur ». Un vœu qui s’est depuis réalisé après plusieurs semaines de présence de ces toiles dans l’estaminet gourmand du centre-ville d’Auxerre.

Il faut croire que les gastronomes sachant apprécier les subtils délices de la cuisine orientale servie au « Cercle » furent également en joie au plan culturel car la trentaine de tableaux s’inspirant de « la ville habitée par la colère », « la métropole en gestation » ou encore « l’évolution architecturale de la cité » furent conquis par le style symbolique et humaniste de l’artiste. Tout sera cédé dans les meilleurs délais, générant un joli pécule s’élevant à plus de 6 500 euros in fine.

Alain SAUVION, président des « Restaurants du Cœur 89 » et Michel PANNETIER, responsable de la communication, furent comblés d’apprendre la bonne nouvelle, annonciatrice de « beurre dans les épinards » supplémentaire pour aider les familles en précarité qui fréquentent quotidiennement leurs locaux. Un équivalent de deux mille repas, non négligeable avec la période automnale qui commence et le contexte de crise particulièrement exacerbé à vivre pour les plus démunis.

Précisons que la prochaine collecte des Restos, concoctée dans toutes les grandes surfaces de la place, se déroulera du 07 au 09 octobre prochains. Soyez aussi généreux qu’aura pu l’être cet artiste au cœur gros comme çà avant de mourir !

 

Thierry BRET

 

 

Faudra-t-il un jour pousser les murs du supermarché auxerrois, tant celui-ci a rencontré le succès au terme de son opération promotionnelle,  déclinée mardi soir ? La question peut se poser légitimement après l’évènementiel ayant réuni plus de trois cents invités, venus déguster quelques particularismes de la production vineuse locale qui étaient agrémentés de succulents canapés. Bref, les VIP de l’Auxerrois n’ont pas boudé leur plaisir au moment de ces retrouvailles gourmandes, nous non plus !

 

AUXERRE : S’il y a un endroit où il fallait promener sa silhouette mardi dernier aux alentours de 19h30, c’était bien au supermarché appartenant à l’enseigne ATAC ! A l’occasion de l’ouverture officielle de son antépénultième « Foire aux vins », une véritable institution dans le paysage commercial du cru, ce sont en effet plus de trois cents personnes qui ont ainsi convergé vers le hall d’entrée de la boutique, qui venait à peine de servir ses ultimes clients de la journée.

Un parterre d’invités très cosmopolite avec ses institutionnels, chefs d’entreprise, représentants des milieux associatifs et sportifs, sans aucun doute de bons clients et cerise sur le gâteau, un vaste panel d’acteurs de la vie politique, ancienne et actuelle. Du Rassemblement National au Parti Socialiste, des centristes aux Républicains et divers droite : un patchwork œcuménique parfait !

Bref, que du lourd parmi ces « VIP » qui étaient présents dans le sillage des hôtes de la soirée (les deux Sébastien, CABRAL le directeur du commerce et CAMBUZAT en charge du développement marketing et de la communication), malgré des absences notoires, pour venir déguster quelques échantillons appréciés de cette cuvée événementielle 2022.

 

 

De belles réjouissances au fond du verre…

 

On retiendra justement côté gustatif parmi les blancs à humer et à savourer un « Saint-Bris » du Domaine FELIX & Fils 2020, un Bourgogne « Hautes Côtes » de Nuits datant de 2018 servi par la maison Yves CHALEY et Fils, et une petite gâterie plutôt réjouissante au palais, un « Coteaux du Layon » premier cru Chaume proposé par le Domaine Des BARRES, millésimé 2014 !

Pour les rouges, ce n’était pas mal non plus avec l’illustration goûteuse d’un Epineuil suggéré par le Domaine Gérard CABOT (2019/2020), un Blaye Côte de Bordeaux du Château de la Grange de 2019 et enfin, un pur nectar du terroir local, avec le Domaine FERRARI et l’un de ses Irancy, de la cuvée 2019.

On gardera enfin la note de l’effervescence pour la terme de cette séance œnologique avec un vin du Bugey, le fameux « Cerdon » élaboré à la méthode ancestrale par Daniel BOCCARD.

 

 

    

Un rendez-vous reconduit à l’automne 2023…

 

Renouant ainsi avec une animation traditionnelle suspendue depuis le sinistre épisode de la COVID, les responsables du magasin auxerrois se sont félicités d’une telle affluence. Les gourmands purent aussi se sustenter en avalant les excellents canapés à base de crevettes et de poissons qui garnissaient les plats. Le stand des produits carnés connut aussi son heure de grande fréquentation au cours de cette soirée conviviale. Une soirée devant se réitérer…dès l’automne 2023 !

 

Thierry BRET

 

 

 

 

Que l’on ne se méprenne pas ! La structure associative, initiatrice de la traditionnelle « Fête de la Bière » locale, n’est nullement une filiale brassicole du mouvement politique, créé par l’ancien Premier ministre Edouard PHILIPPE ! Présidée par Yoann TOUPET, elle a juste pour vocation de concocter des évènements festifs dont cette animation où les puristes de bières artisanales se retrouveront avec plaisir…

 

EGRISELLES-LE-BOCAGE : On peut s’appeler « Horizon » et proposer tout autre chose que de la politique ! C’est en substance le message amusé que confie Yoann TOUPET, président de l’association communale, lors de son interview, lui qui représente la cheville ouvrière de la Fête de la Bière, programmée les 10 et 11 septembre prochains !

Une manifestation qui pourrait réunir près d’un millier de personnes si les conditions météorologiques le permettent ce week-end. Ce qui devrait être le cas, en toute logique selon les prévisionnistes.

Avec la présence de six brasseurs du cru, ambassadeurs de cette nouvelle filière de la brasserie artisanale qui fait florès depuis quelques années sur notre territoire, l’évènement accueillera aussi une partie musicale. Notamment avec la venue du groupe KALFFA vendredi soir.

Une fête de la bière qui, on le comprend, n’engendrera pas la morosité ni l’amitié durant ces deux jours de dégustation avec de la découverte et de la curiosité au fond du verre. Avec modération, il va de soi !

Quant au prochain évènement de l’association, il est déjà dans la boîte avec un concert de métal proposé au « Bar’Ouf’Café » de Collemiers le 29 octobre. Réservable de suite…

 

 

En savoir plus :

 

Fête de la Bière à Egriselles-le-Bocage

09 et 10 septembre 2022

Stade

Restauration sur place par les restaurants du village

Bières artisanales proposées par CRAZY HOPS, LA VAUGERMAINE, FAYYAR, HOUBLONS d’EXCEPTION, THIBORD.

Concert du groupe KALFFA le vendredi à 20 heures.

Deux concerts le samedi soir à 19 heures.

Entrée gratuite.

 

Thierry BRET

 

 

Il est sur tous les fronts de l’actualité le vice-président de l’Agglomération de l’Auxerrois, en charge de la mobilité et du transport. Pleinement satisfait par la rentrée scolaire et l’acheminement des 3 904 élèves concernés par la mobilité collective, l’élu attend beaucoup de la future « Journée de la Mobilité », proposée le 24 septembre à Auxerre. Un sérieux coup de projecteur sur la transition écologique…

 

APPOIGNY : En marge de la récente conférence de presse où il abordait de manière non exhaustive les grands chantiers se rapportant à l’amélioration structurelle de sa commune (à découvrir prochainement dans nos colonnes), Magloire SIOPATHIS profitait de ce premier exercice oratoire de la saison pour troquer, au fil de la conversation amplement nourrie, sa casquette d’élu municipal au profit de celle de vice-président de l’Agglomération de l’Auxerrois.

Il est vrai que compte tenu de l’actualité, le quatrième vice-président communautaire en charge de la mobilité et du transport avait des arguments à faire valoir pour étayer cette causerie explicative sur les dossiers prioritaires de la rentrée.

Naturellement, le volet des transports scolaires fut évoqué au cours de cet entretien à bâton rompu avec les médias du cru, alors que les professionnels de la filière peinent à recruter des conducteurs de bus en cette période pourtant charnière dans leur agenda et pour le développement de leur business.

Magloire SIOPATHIS s’est donc montré rassurant quant au schéma actuel qui est déployé sur l’agglomération auxerroise, peu ou pas affecté par cette problématique récurrente d’absence de conducteurs. Rappelant au passage que l’Auxerrois proposait une cinquantaine de dessertes sur son réseau dont six lignes urbaines à vocation strictement scolaires.

 

 

 

La Journée de la Mobilité : vraie opération de sensibilisation…

 

Enthousiaste quant aux potentialités offertes par les bus à hydrogène, circulant au nombre de cinq à l’heure actuelle dans le paysage local – ils sont construits par la société d’Albi SAFRA -, le Conseiller départemental de l’Yonne – autre mandat assuré par Magloire SIOPATHIS – croit aux vertus bénéfiques de la station hydrogène, sise près de la pépinière d’entreprise de la CCI, qui devrait prendre de la consistance avec l’achat de bus supplémentaires à moyen terme.

Mais, c’est surtout sur les attraits de la future Journée de la Mobilité – elle est arrêtée à la date du 24 septembre – que s’est attardé le successeur d’Alain STAUB. Une manifestation de belle envergure, portée par l’Agglo, qui s’inscrit tout naturellement dans le cadre de la Semaine européenne de la Mobilité, il va de soi !

Ce jour-là, les Auxerroises et les Auxerrois auront la faculté de découvrir un copieux programme de sensibilisation à la transition écologique avec des ateliers et conférence inhérents au covoiturage, aux transports collectifs à la demande, aux parkings dissuasifs – en prévision dans la capitale de l’Yonne -, la pratique du cycle électrique, des essais de vélo et des balades pédagogiques, etc.

Plusieurs partenaires institutionnels et entrepreneuriaux ont donné leur feu vert (TRANSDEV, Roue Libre, Cycle Divin…) pour faire de cette journée thématique une réussite.

 

Thierry BRET

 

 

Après deux années d’absence, le festival des Rues Barrées a fait son grand retour dans les rues d’Auxerre. Une cinquième édition marquée par un soleil généreux et un public record qui n’a pas boudé son plaisir à savourer le menu proposé, mêlant acrobaties, jonglage, danse ou spectacles burlesques.

 

AUXERRE : Pas moins de quinze compagnies et collectifs au programme, pour un total de 43 représentations données en treize lieux répartis dans tout le centre-ville. Autant dire que tout festivalier désireux d’en faire le tour se devait d’avoir l’esprit marathonien !

Sans oublier dans ses bagages trois accessoires précieux : un siège pliant où poser son délicat postérieur, un couvre-chef pour se protéger du soleil ainsi que le guide détaillé avec plan et horaires des spectacles. Petit florilège de choses vues et entendues…

Direction l’Abbaye Saint-Germain, pour une première étape matinale à la rencontre d’Yldor LLACH, qui a trimbalé son petit vélo rouge dans toute l’Europe et le Canada. Une bicyclette qui, entre les mains de l’artiste catalan natif de Barcelone, se fait danseuse ou acrobate, en un spectacle mêlant performance, humour et poésie. A peine le temps de déjeuner, il faut déjà repartir du côté de la Place des Veens à la découverte du « Human Juke box » pour une exploration revisitée de l’histoire musicale à travers les siècles. Perchés en haut de leur castelet en forme de juke-box, Orfey et Chris The Odian, deux vocalistes passés maîtres dans l’art du « beatboxing », une pratique née dans les années 80 à New-York consistant à imiter des instruments de musique avec la bouche.

 

 

Attention à la parade gourmande des « dodos » !

 

Vous prendrez bien un peu de « Street Coffee » ? A la baguette, Claudio MUTAZZI, pour un solo burlesque sans paroles, place de l’Hôtel de Ville. Ses victimes ? Les passants entrant par mégarde dans son aire de jeux, pour autant de gags improvisés portés par une musique appropriée à chaque situation et une boîte à « claps » déclenchant les applaudissements. Un humour que n’aurait pas désavoué le grand Charlie CHAPLIN lui-même, salué de belle manière par un public sous le charme. Effet cumulé de la braderie et du festival, la circulation piétonne s’intensifie dans les rues du centre-ville, l’heure pour les « Dodos » d’entrer en scène. On croyait l’animal emblématique de l’Ile Maurice disparu depuis plus de trois siècles, il n’en est rien ! Deux gros « dindons » ventrus, chevauchés par d’audacieux explorateurs à l’accent germanique prononcé, ont investi la rue du Temple pour un safari urbain sans pareil. Une caresse en passant, mais gare au coup de bec, le « dodo » est gourmand ! Curieux et maladroits, rien ne leur résiste, pas plus l’entrée d’une boutique que le cornet glacé d’un passant ou le verre d’un consommateur en terrasse, broutant au passage quelques jardinières fleuries… Monsieur le maire ne va pas être content ! Une déambulation burlesque qui a provoqué beaucoup de rires mais aussi quelques frayeurs chez les plus jeunes et les chiens en laisse. Le « dodo » est farceur !

 

Bienvenue en Moldavie équatoriale !

 

La « Moldavie équatoriale », vous connaissez… ? Fraîchement débarqués de leur pays « natal », Drago POPOVITCH et Piota KATCHIEV, avaient donné rendez-vous aux curieux sur les quais de l’Yonne. Acrobates hors pair, mêlant jeu et performances physiques, les deux compères ont embarqué le public dans un voyage onirique brossant l’univers de la « Mère patrie », sur fond de gags, de musiques slaves et de dégustation de « jus d’patate », une boisson locale couleur vodka !

Une prestation bien décalée et sans retenue aucune, qui là encore a fait le plein de spectateurs. Le doute est permis… Faux slaves ou vrais Moldaves ? Vraie Delphine ou fausse Natacha ? Qu’importe ! A la fin de la prestation c’est gagné, tout le monde semble comprendre la langue moldave… L’effet « jus d’patate » sans doute !

 

 

On rit, on pleure, on se souvient et puis… on gagne avec l’AJA !


Comment en cette veille de rentrée scolaire, ne pas terminer en évoquant le spectacle « Cartable » et Madame TAPIS, une enseignante débordante de bonne volonté à la découverte de sa nouvelle classe de CE1 ?

Il y avait foule en cette fin d’après-midi sur la pelouse bordant l’abbaye Saint-Germain pour écouter la comédienne Gloria DA QUEIJA qui, une heure durant, a emmené le public à la rencontre de ses multiples personnages. On rit, on pleure, on ouvre la boîte à souvenirs… Un mélange unique et magique d’humour et de tendresse. Il se fait tard, le rideau va bientôt tomber. Au loin, quelques klaxons se font entendre…

Au soir de cette seconde journée des « Rues Barrées », peut débuter le festival des « Buts gardés ». La fête décidément est complète en ce samedi 27 août, elle envahit tout Auxerre, l’AJA a gagné !

 

Dominique BERNERD

 

 

Page 1 sur 101

Articles

Bannière droite accueil