La Scène des Quais renoue avec les spectacles pour petits et grands. Ce mercredi 08 juillet, les bambins de trois ans comme les adolescents de douze ans sont conviés sur ce bateau empli de « l’ivresse des songes » pour vivre les aventures d’un étrange personnage, Monsieur Farfadoux. Une création de Touk-Touk Compagnie…

AUXERRE : Gustave Farfadoux est un jeune homme renfermé. Il est engoncé dans un quotidien morne et répétitif, toujours à l'affût des mauvaises nouvelles déversées par sa télévision.

Un événement, la visite de Voisine, perturbe sa vie jusque-là parfaitement agencée, et lui permet de réaliser à quel point il a perdu ses « mots doux ».
Il décide donc de partir à leur recherche et se met en quête de poésie.

Ce voyage le conduit à la rencontre de trois personnages : l'Homme dans les arbres (qui n'est autre que le Baron Perché), l'Homme dans la mer et l'Homme dans les nuages.

En lui montrant l'exemple, ces figures bienveillantes vont aider Farfadoux à ouvrir son imagination et à prendre confiance en lui. Grâce à eux et grâce à lui-même, il trouvera finalement le courage de sortir de sa bulle... et de dire à Voisine ce qu'il ressent pour elle.

Mélangeant les airs harmonieux de la guitare acoustique, la guitare basse, le violoncelle, les flûtes et le ukulele, ce conte musical se veut poétique, décalé et tendre…

 

En savoir plus :

Un spectacle donné à 10h30 et à 16h30.

Mais aussi à CHAPIPARC le 11 juillet à 16 heures
Renseignements et réservations : 06 60 23 31 04 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Depuis quelques décennies, des groupuscules idéologiques de tout ordre se manifestent par des actions plus ou moins visibles auprès de nos compatriotes. Qu’ils soient à caractère religieux, politique et associatif. Ces groupes, minoritaires, agissent depuis des lustres pour tenter d’entraîner les Français et l’Etat vers les spirales abyssales de la culpabilité. Celle de l’esclavage, de la guerre d’Algérie, de la colonisation, etc.  

TRIBUNE : Cette démarche, théologiquement très judaïque, souhaite faire payer aux vivants les fautes et les crimes des anciens. Or, juger les êtres, morts depuis des années, à la lumière d’aujourd’hui, représente un « crime » de lèse humanité. Juger l’histoire à l’aune de nos connaissances actuelles, c’est un « crime » de lèse culture !

L’homme est prompt à balancer au bûcher les idoles et les héros d’hier. Juste pour se faire croire qu’ils pensent !

Il est de bon ton désormais de faire le buzz à tout moment et permettre à ces artistes en mal de reconnaissance ou de popularité de faire parler d’eux. Les artistes sont des artistes et pas des penseurs !

L’avis de personnalités telles que Muriel Robin, Jean-Marie Bigard, Patrick Sébastien, Pierre Arditi, Omar Sy, et feu Guy Bedos, voire Yves Montand, fervent staliniste, est peu argumenté. Bien sûr : ils ont le droit de s’exprimer sans aucune prétention vertueuse ou digne d’influence !

Ce sont d’excellents et incontournables artistes pour certains qui rayonnent dans leurs domaines de prédilection. Mais, réseaux sociaux oblige, quoi de plus naturel que de vouloir refaire le monde et de « flinguer » au passage tous les dirigeants de la planète !

Il est bon de rappeler aux paranos de la persécution, aux incultes qui bavent sur l’histoire et les hommes et surtout à ceux qui prônent la supériorité ou l’infériorité d’une race, qu’il n’existe qu’une seule race humaine : les 8 milliards d’êtres humains possèdent à 99 % un génome identique !

L’espèce humaine est récente dans l’histoire de la Terre. Nos différences ne s’affichent plus sur les notions erronées de races imaginaires mais sur la couleur de la peau, la situation géographique, la culture…  

« Aucune race ne possède le monopole de la beauté, de l’intelligence et de la force… écrivait Aimé Césaire.

 

Fier d’être Français ou avoir honte de notre Histoire ?

 

Vouloir déboulonner les statues de Colbert montre les manipulations de celles et ceux qui ne connaissent pas grand-chose à l’histoire de notre pays. Et pourquoi ne pas détruire alors le château de Versailles ! Puisque c’est Louis XIV qui commande la rédaction du fameux « carnet noir » à Colbert ?

Continuons la chasse aux sorcières. Les autodafés en tête : il faut brûler Voltaire pour propos antisémites, détruire les ouvrages de Céline ! Cary Grant, Greta Garbo, John Ford, agents espions de l’OSS (ancêtre de la CIA) pistent leurs amis !

Ainsi Cary Grant apporte des éléments prouvant qu’Errol Flynn est un nazi notoire ! On ne  doit plus voir les films qu’il a tournés ? Chez Walt Disney qui est supposé être un sympathisant nazi et antisémite, il faut tuer Mickey ? Interdire les films avec John Wayne est envisageable ? On jette aussi les disques de Tino Rossi pour les mêmes raisons ? On ne doit plus rouler en Ford, porter un « Numéro 5 de Chanel », ni s’affubler d’un costume Hugo Boss…

 

 

Doit-on jeter les travaux de cet immense entomologiste qu’est Rémi Chauvin ? Quand on a lu ses écrits sur certains insectes, on peut imaginer la reine des fourmis avec une mèche et une petite moustache et les ouvrières, défilés au pas de l’oie !

Que dire des redresseurs de tort, qui après l’arrestation de Mireille Balin, actrice, amante de Tino Rossi qui fut accusée de collaboration avec les occupants dans les années 40 : ils iront même la violer dans sa cellule ?

Alors devons-nous être heureuses et heureux d’être Français ou honteux de l’histoire des anciens ?

 

La condamnation est un boomerang dangereux !

 

Demain, nos enfants nous jugeront. Il n’est pas certains qu’ils seront si indulgents avec leurs pères ! Ne tombons pas dans le piège des accusateurs publics qui nous couvrent de honte et d’opprobre !

Au XIIème siècle brûler un hérétique n’est pas choquant, aujourd’hui ça l’est ! Etudions l’histoire de l’esclavagisme depuis 3 000 ans… Ne soyons pas les acteurs d’une cour de récréation : « ce n’est pas moi qu’ait commencé, c’est l’autre ! ».

Nous n’avons pas à rougir de l’Histoire pas plus que des hommes, héros ou escrocs : des faits qu’il convient de restituer sans laisser de place aux manipulations en tout genre !

La fraternité fait partie de notre constitution ! Pour les étrangers qui veulent s’installer en France, quels signes d’adaptation aux lois de la République doivent-ils montrer ?

Pour l’Etat et les citoyens français, quelle capacité d’accueil fraternel doivent-ils vivre ? A partir des constats d’aujourd’hui, quelles dispositions doit-on prendre pour vivre ensemble, dans la paix et la fraternité ?

Ne soyons pas naïfs ! Mais, de l’effort de chacun dépend notre avenir commun ! Le Général de Gaulle avait raison : les Français sont des chrétiens dans un pays laïc. Accepter la différence de pensée et permettre à chacun d’exprimer ses idées : c’est aussi un vœu de la Révolution française !

« Il n'y a pas de race dans la police, pas plus que de « racisés » ou d'oppresseurs racistes. Il y a des fonctionnaires qui s'engagent pour la liberté, l'égalité et la fraternité et cela au quotidien.. ». Mail du préfet Didier Lallement, aux policiers le 02 juin 2020.

 

Jean-Paul ALLOU

 

 

 

Le rendu proposé par le comédien se veut sans pathos. Mais puissamment réaliste de par sa véracité. C’est une vision puisée à la source de rencontres humaines qui respirent la vérité dans sa nudité la plus absolue. Sur scène, Fred GUITTET incarne ce « paumé » solitaire. Ce « sans domicile fixe » que notre regard ne saurait apercevoir tant la honte nous submerge à ce simple contact. Un récit qui dérange les consciences mais procure du bien à l’âme…

AUXERRE : C’est l’un des deux spectacles à apprécier cette semaine lors des soirées composées par le théâtre d’Auxerre. Ce dernier renoue avec son public pour de chaudes retrouvailles. C’est tant mieux après toutes ces soirées perdues à mourir d’ennui sans que ne plane au-dessus de nos têtes la richesse éclectique d’une programmation fouillée. Quatre rendez-vous viennent boucler la saison ! Mais, quels rendez-vous ! Alors, ne boudons pas notre plaisir…

Second de ces deux spectacles à découvrir du 30 juin au 02 juillet à 20h30 : « L’Homme seul ».

L’écriture est directe, subjective et tellement réaliste. Elle relate cette perte de repères qui peut gagner n’importe lequel des quidams rejetés par notre société. Un simple accident de la vie, un moment d’égarement, le moindre petit grain de poussière, et c’est la bascule inévitable dans le vide insondable.

Ceux que l’on nommait autrefois les « demeurant partout » au Moyen-Age (il en existait beaucoup à cette époque-là), s’appellent désormais les « sans domicile fixe ». Des « SDF » comme ils disent en réduisant encore un peu plus leur pauvre titre de reconnaissance.

Le projet de cette pièce, conçue par Sébastien LANZ, n’a d’autre objectif que de nous faire toucher du doigt les causes de cette irrésistible descente aux enfers. Comment et au nom de quelle barbarie venue d’une autre époque, des femmes et des hommes en sont encore réduits aujourd’hui à vivre dans la rue, et à y mendier à l’heure de la technologie la plus aboutie possible ?

Pour mieux appréhender ce délicat sujet, l’auteur s’est appuyé sur les travaux d’un universitaire. L’érudit a planché sur le quotidien de ces mendiants du XIIIème siècle. Mais, il a poussé le bouchon encore plus loin en partageant l’existence de ces pauvres ères, maraudant dans les rues et collectant de précieux et pertinents témoignages sur leur existence.

Sur scène, Fred GUITTET se charge de transcrire ce flux de renseignements utiles devenant le temps d’un rendez-vous fort en réflexions cet homme seul, abandonné de tous. On n’en sort nécessairement ébranlé…

 

En savoir plus :

 

Clôture de la saison théâtrale à Auxerre

Quatre rendez-vous du mardi 30 juin au vendredi 03 juillet

A 20h30 au théâtre hors les murs sur le parvis et dans la cour technique

11 Rue du Pont

A partir de 16 ans

Verre de l’amitié à l’issue de la soirée

Représentations gratuites / Réservations indispensables auprès de l’accueil Billetterie du Théâtre au 03 86 72 24 24.

Afin de respecter les gestes de protection et pour le confort de tous, les places sont limitées à cinquante personnes par soirées.

 

Ce site patrimonial d’exception situé à quelques kilomètres de Pouilly-en-Auxois a été choisi par la présidente de l’exécutif régional pour y lancer officiellement la saison touristique. Tout un symbole pour montrer que la vie culturelle reprenait enfin ses droits après une trop longue période de mise entre parenthèses…

DIJON (Côte d’Or) : Mercredi en début de matinée, la présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté Marie-Guite DUFAY effectue un déplacement dans l’un des édifices les plus somptueux de Côte d’Or : le château de Châteauneuf.

Cette ancienne forteresse moyenâgeuse possède des vestiges originels qui datent du XIIème siècle.

L’élue profitera de ce court voyage dans l’Auxois depuis Dijon pour y dévoiler le principe vertueux du « Pass Découverte ». Un passeport spécifique qui est décliné par Bourgogne Franche-Comté Tourisme.

Ce document facilite en effet l’accession de ses possesseurs à différents sites touristiques. Il propose des balades et des visites, sans omettre l’un des aspects les plus attrayants qui en justifie son existence : des séances de dégustation de produits locaux.

Outre la visite de ce haut-lieu du tourisme régional, Marie-Guite DUFAY s’entretiendra avec les journalistes dans la salle des gardes de la fortification. Une belle occasion de donner le coup d’envoi d’un jeu qui permettra aux habitants de notre territoire de gagner l’un des deux mille passeports touristiques et culturels qui leur est réservé dans un objectif promotionnel.

 

Le concours de dessin satirique « Prix Charlie », réservé aux 18-25 ans, lancé par Charlie Hebdo et ses partenaires, l’association Dessinez Créez Liberté, le Trophée Presse Citron/BnF et l’École Estienne, permet désormais de découvrir les dessinateurs de demain. Quinze nominés plus tard, deux lauréats s’affichaient au palmarès et voyaient leurs dessins publiés dans l’hebdomadaire le mercredi 10 juin. Céèf, 24 ans, jeune diplômé du CELSA d’origine sénonaise, et Tyll Peters, un lycéen allemand de 18 ans ont su faire preuve d’audace.

PARIS : Les attentats du 07 janvier 2015 avaient ravagé le monde de la presse satirique. Mais depuis, Charlie Hebdo a continué de brandir l’étendard de la liberté d’expression dont il demeure le symbole.

Ce concours était un moyen de rappeler au grand public qu’il est avant tout « un journal d’actualité qui ne se résume pas » à ce drame estime Pierrick JUIN, dessinateur de Charlie Hebdo depuis cinq ans et membre du jury. Le dessin satirique poursuit son objectif de communication par l’humour.

Les dessinateurs ont pour mission de « dégager des problématiques, questionner le lecteur, le surprendre ». L’essentiel pour Pierrick JUIN est de rester cohérent vis-à-vis de ses convictions. « Charlie, c’est un journal politique. Il faut que ça ait un sens ». Mais que ses lecteurs se rassurent, l’hebdomadaire n’est pas près de se taire.

 

Deux lauréats arrivés ex-aequo...

 

Parmi 258 participants, quinze ont été nominés. Deux vainqueurs ont finalement été désignés par le jury. Ils avaient présenté des dessins pleins d’humour que l’hebdomadaire fut ravi de publier.

« Ce qui nous a plu, ce n’est pas tant le coup de crayon que le côté acerbe de la phrase qui était vraiment bien sentie. Il y avait un effort de caricature qu’on avait envie d’encourager » explique Pierrick JUIN.

Le caractère laconique de la bulle dans le dessin de Céèf et la critique sur les relations hommes-femmes depuis la préhistoire de Tyll ont incontestablement fait mouche.

Céèf, de son nom d’artiste, se dit « très honoré » de voir sa réalisation retenue par le jury. Pour lui, « c’était l’occasion d’être jugé, d’avoir un retour » sur son travail. D’autant que les dessins du jeune homme sont déjà publiés sur le web et depuis près de deux ans, dans la presse étudiante dont Sorbon’ On, webzine de l'université la Sorbonne, et La Gazelle de l'ENS (Ecole Nationale Supérieure).

 

 

 

Charlie Hebdo, dénicheur de talents...

 

La toute première édition du « Prix Charlie » était l’occasion de donner une chance aux jeunes dessinateurs non professionnels de se faire connaitre. D’ailleurs, le concours présentait un double challenge pour les accros du portable : exécuter un dessin satirique de qualité et s’approprier le thème, « Vivre sans portable ».

Les dessins des deux lauréats, Céèf et Tyll, ont orné la page 12 du journal le mercredi 10 juin 2020. Et visiblement, l’essayer c’est l’adopter. Charlie Hebdo a publié un nouveau dessin de Céèf dans l’édition du  mercredi 17 juin.

Céèf et Tyll recevront également un pack de cadeaux offerts par les partenaires de Charlie Hebdo (matériel, bons d’achat, livres d’art) ainsi qu’un trophée. La remise des prix aura lieu à Paris en septembre, au lieu du jeudi 26 mars. L’événement ayant été reporté en raison de l’épidémie de Covid-19.

Floriane BOIVIN

 

Page 1 sur 59

Articles

Bannière droite accueil