Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Près de 160 000 visiteurs ont arpenté les travées de cet évènement qui faisait la part belle à l’Italie pour son édition 2018. Comme à l’accoutumée, et à la totale satisfaction de ses organisateurs, la Foire internationale et gastronomique de Dijon a tenu ses promesses et rempli ses objectifs, malgré un jour d’ouverture en moins par rapport à 2017…

DIJON (Côte d’Or) : Que ce soit dans le secteur de la restauration et de l’alimentation, ou dans celui de l’équipement de la maison et de la personne, la traditionnelle foire de la capitale régionale a connu le succès.

Analysant les informations statistiques inhérentes à l’évènement, la direction de Dijon CONGREXPO a confirmé par la voix de François CONTET la bonne tenue de ce 88ème rendez-vous.

En effet, la foire internationale et gastronomique a maintenu son nombre de visiteurs. Soit une jauge de 160 000 personnes à l’instar de ces dernières saisons. A l’énoncé de ce résultat positif, le directeur de la structure organisatrice n’occultait pas sa satisfaction.

Un pavillon d’honneur assailli par le public…

Un satisfecit partagé par l’ensemble des exposants qui avaient pris soin de dévoiler leurs nouveaux produits et prestations sur les stands.

Le pays hôte, l’Italie, a su lui aussi capter l’intérêt de ses aficionados. Celles et ceux qui désiraient retrouver les senteurs et saveurs d’une cuisine méridionale, élaborée toute en finesse et avec de la subtilité jusqu’au fond de l’assiette.

Littéralement pris d’assaut par le public, le pavillon d’honneur n’aura jamais désempli. A la grande joie des exposants qui se sont dits ravis de leur présence en ces lieux.

milieu articles

« Le succès a été tel, précise François CONTET, qu’il est envisagé pour les prochaines éditions de créer un espace dédié à leur pays en dehors du pavillon de l’invité d’honneur ! ».

Preuve que la réussite était totale sur ce site particulièrement apprécié des gourmands et gourmets.

L’Italie a su remporter tous les suffrages de popularité !

D’ailleurs, en parallèle, le salon VINIDIVIO, consacré aux vins du Piémont, a connu une hausse spectaculaire de sa fréquentation, dépassant de 14 % la précédente édition, avec plus de 2 300 visiteurs en quatre jours.

Quant aux animations qui se sont déroulées dans le cadre des Rencontres Gourmandes, mises en exergue par l’Amicale des cuisiniers de la Côte d’Or, elles ont comme de coutume enthousiasmé les férus de bonne table. Certains épicuriens n’ont pas hésité à prendre quelques cours de cuisine auprès des chefs.

Côté concours, toujours plus nombreux d’une année à l’autre, ils ont permis à de nouveaux talents de pouvoir s’exprimer avec maîtrise et dextérité. Permettant aussi à cet évènement d’atteindre un autre de ses objectifs.

Enfin, pour les puristes qui en ont apprécié la quintessence culinaire, précisons que la Table de Lucullus a su retrouver ses attraits d’antan que beaucoup regrettaient avec une once de nostalgie.

Désormais, la direction de Dijon CONGREXPO regarde déjà l’avenir et l’horizon 2019 avec la future foire qui se déroulera du 31 octobre au 11 novembre.

Vice-présidente de la Communauté de communes de Puisaye-Forterre en charge de la culture, Pascale GROSJEAN a été l’une des instigatrices de ce nouveau dispositif. Il favorise l’accès aux activités artistiques et la connaissance de la culture pour les enfants scolarisés. Ce procédé se mettra en application dès le mois de janvier 2019.

SAINT-AMAND EN PUISAYE (Nièvre) : « Le Contrat local d’éducation artistique est l’œuvre d’une convergence partenariale forte entre les acteurs de notre territoire ayant attrait au développement de la culture envers les jeunes générations… ».

Satisfaite de la tournure des évènements, l’élue de Puisaye-Forterre, Pascale GROSJEAN, salue l’initiative prise par la Communauté de communes et ses partenaires, à la suite de la validation de ce CLEA d’une durée de trois ans.

« Ce contrat est d’un intérêt majeur pour notre territoire, précise-t-elle, il est le fruit d’un travail de concertation, pleinement abouti, avec l’Education nationale et le Département. ».

Alors que le comité technique devait assurer sa première réunion de travail ce mercredi 13 novembre, ce Contrat local d’éducation artistique, lui, ne verra le jour de manière effective qu’au début de l’année prochaine.

milieu articles

Dix-sept dossiers déposés à la date limite des candidatures…

Qualifiant ce processus, de « véritable outil servant à la démocratisation de la culture destinée aux plus jeunes », Pascale GROSJEAN s’est dite très enthousiaste devant la mobilisation des nombreux projets culturels et artistiques déjà présentés dans la phase sélective.

Dix-sept dossiers ont ainsi été déposés dans la besace de la communauté de communes. Tous ne verront pas le jour. D’autant, que la thématique se rapporte à la mémoire sonore et visuelle.

Sans déflorer le contenu de ces actes de candidature, on sait que certains dossiers traitent de la vulgarisation à l’image, de la découverte du milieu de l’audiovisuel et de la radio en ligne, voire des enjeux inhérents à la création d’une médiathèque.

A l’étude depuis le mois de mai dernier sur le territoire de Puisaye-Forterre, le Contrat local d’éducation artistique (CLEA) représente une excellente opportunité de réduire les inégalités artistiques et favoriser l’accès à la culture dans le cadre scolaire. Concept cofinancé par la Direction régionale des Affaires Culturelles de Bourgogne Franche-Comté (DRAC) et le Département de l’Yonne, il permet à la Communauté de communes de Puisaye-Forterre de bénéficier désormais d’un dispositif promotionnel intelligent à destination du jeune public. L’outil a aussi engendré un partenariat avec l’Académie de Dijon, des deux côtés de la frontière départementale…

SAINT-AMAND EN PUISAYE (Nièvre) : D’une durée de trois ans, renouvelable une fois, le CLEA sera dorénavant un acronyme supplémentaire à connaître et à ajouter à la longue liste de ces abréviations usitées au quotidien par les représentants politiques et institutionnels de notre territoire.  

De manière plus simplifiée, le Contrat local d’éducation artistique, en cpurs de finalisation depuis quelques mois déjà, concerne le public de scolaire. Celles et ceux des élèves qui fréquentent les écoles élémentaires, les collèges et les lycées de la Puisaye-Forterre.

C’est au cœur du printemps, courant mai, que les acteurs culturels du territoire ont eu vent, lors de réunions publiques, de la faisabilité de ce contrat. Son thème en était dûment dévoilé : la mémoire visuelle et sonore. Celle inhérente à ce secteur géographique doté d’un particularisme atypique puisqu’il se situe à cheval entre l’Yonne, dans sa grande majorité, et la Nièvre, pour une faible proportion.

Il n’en fallait pas davantage pour que les porteurs de projet, issus du sérail artistique et culturel du cru, préparent leur dossier de candidature. Ceux-ci furent déposés avant la date butoir du 25 juillet, auprès du service ad hoc de la Communauté de communes.

milieu articles

Une base de 17 projets parmi lesquels il faudra pratiquer une sélection…

In fine, dix-sept projets ont ainsi été répertoriés. Ils ont été établis par treize porteurs de projet, intervenant dans la partie graphisme, la vidéo, la web radio, les peintures murales, la sculpture, la communication visuelle…

La constitution d’un comité technique, devant ensuite choisir certains de ces dossiers selon leur degré de pertinence, s’imposa. A l’instar de réunions de présentation auprès des équipes enseignantes qui évoluent sur le territoire. Côté communication, le nécessaire a déjà été entrepris par la Communauté de communes : un volume important de flyers a circulé parmi les familles des enfants scolarisés.

Quant aux moyens financiers, ils sont adaptés aux besoins logistiques de ce concept. Soit un global de 40 000 euros dont 28 000 euros sont consacrés aux dépenses artistiques et aux frais annexes. Le reliquat étant destiné à la coordination et aux dépenses liées à la communication.

La Communauté de communes de Puisaye-Forterre financera à hauteur de 43 % cette initiative judicieuse, ouvrant les jeunes générations vers davantage de créativité et de culture. La DRAC Bourgogne Franche-Comté, pour la moitié de l’enveloppe budgétaire, et le Conseil départemental de l’Yonne, à raison de 7 % du coût global, contribueront à la réussite de ce dispositif fédérateur.

C’est à partir de janvier que le CLEA deviendra officiel dans les établissements scolaires concernés.

 

La série de concerts exceptionnels donnée par le créateur de « Belle Ile en Mer » et de « Jeanne » s’achèvera d’ici la fin novembre après avoir connu un franc succès dans les églises et les cathédrales de l’Hexagone et de Belgique. Mais avant d’y mettre un terme, qui ne sera d’ailleurs que provisoire, l’auteur compositeur interprète nous gratifiera encore de subtiles perles harmonieuses, issues de son répertoire Plusieurs reprises puisées dans le patrimoine musical de George HARRISON et de SIMON & GARFUNKEL envoûteront aussi les privilégiés présents vendredi soir en la cathédrale Saint-Etienne à Auxerre…

AUXERRE : Une trentaine de dates constituaient le copieux programme de cette tournée automnale insolite que le chanteur vient de réaliser en empruntant les chemins de traverse du secteur Grand-Est et de la région Centre de la France.

Débutée le 27 septembre à Sens, l’une des premières cathédrales érigées dans le royaume de France, cette série de récitals aura procuré beaucoup de plaisir et de bonnes vibrations à l’artiste qui voue une passion sans borne à l’époque médiévale et aux vielles pierres.

Son retour, quelques semaines plus tard dans le département de l’Yonne, mais cette fois-ci à Auxerre, tient quasiment du miracle. Au vu du pédigrée et de l’importance de ce personnage majeur de la chanson française dont les influences et les certitudes musicales sont loin d’être imprégnées de références imputables aux traditionnelles variétés.

milieu articles

Un univers musical de circonstance adapté au lieu…

Reproduisant ainsi dans le milieu intimiste de ces univers gothiques l’essentiel de son opus, « Lys & Love » (2011), Laurent VOULZY entraîne le public vers des inclinaisons celtiques et mystiques, où les mages de la forêt de Brocéliande ne sont jamais très loin, ni les chevaliers vertueux en quête de leur amour perdu.

Accompagné de la jeune chanteuse, et harpiste surdouée, franco-américaine Naomi GREENE, et de l’incontournable claviériste, Michel AMSELLEM, le créateur de « Liebe » livrera une prestation sans doute comparable à celle produite il y a deux mois dans le Sénonais : envoûtante et réussie.

Ce soir-là, plus de mille spectateurs n’oublieront jamais ces instants de pure magie octroyée par un artiste qui possède plus de quarante années de succès au compteur. Surtout lorsque les ovations finales incitèrent le complice de toujours, Alain SOUCHON, à venir le rejoindre sur la scène pour une brève apparition en guise de salut fraternel…

 

 

 

La culture polymorphe du Continent Noir mérite de l’intérêt pour celles et ceux qui sont férus de découvertes artistiques sans frontières. Jusqu’au 24 novembre, le département de l’Yonne accueille la seconde mouture de ce festival, conçu de manière bisannuelle. Portée par trois structures associatives solidaires de notre territoire, GRAINE d’ESPOIR, GROUPE BAOBAB 89 et YSIA, la manifestation fera la part belle à l’amitié entre les peuples, à l’universalité et au mondialisme tout en révélant d’extraordinaires artistes qui ne demandent qu’à être placés sous le feu nourri des projecteurs…

AUXERRE : En 1971, Jean FERRAT contribuait à sa manière à élargir notre champ intellectuel en incitant ses aficionados à s’ouvrir vers la culture de ce continent. Sur l’un de ses albums, le chanteur interprétera « A moi l’Afrique ». Un morceau de sa composition qui sera largement auréolé de sonorités et références musicales africaines.

Depuis, des générations d’artistes de l’Hexagone n’ont eu de cesse d’y faire mention et de tisser des liens ténus avec les milieux culturels du Continent Noir. Bon nombre de ces talentueux musiciens ont été invités à venir s’exprimer sur les scènes françaises. Conviant dans leur sillage des artistes de tout poil, peintres, sculpteurs, auteurs, écrivains, cinéastes, comédiens à en faire de même.

Le département de l’Yonne s’est appuyé sur la convergence d’idées de trois structures associatives locales (GRAINE d’ESPOIR, GROUPE BAOBAB 89 et YSIA) en 2016. Objectif : construire un évènementiel à vocation artistique, qui sera voué à l’art africain.

Assurant des missions humanitaires vers l’Afrique et dans l’archipel des Comores, les trois partenaires ont insufflé ainsi un regain d’optimisme autour de leurs actions altruistes. Tout en y apportant un autre regard. Celui, universel et fraternel, offert par le monde de l’art.

De la curiosité, du respect et de l’amitié…

Devant la réussite de l’édition initiale, les organisateurs de ce festival bigarré et exotique, dans le sens noble du terme, ne sont plus les seuls à promouvoir la richesse culturelle de l’Afrique. Ils ont été rejoints depuis par pléthore d’associations et institutions départementales. Un élan fédérateur de belles énergies au service du rapprochement des peuples qui repose sur les valeurs d’ouverture, de curiosité et de respect.

Le deuxième festival, très attendu par de nombreux fidèles, aura pour marraine l’humoriste Roukiata OUEDRAOGO.

Onze expositions à l’ossature éclectique (peinture, sculpture, photographie…) y seront proposées. Des rencontres littéraires favoriseront les échanges avec des écrivains à la plume alerte. Même les auteurs de bandes dessinées y trouveront leur part. Quant au septième art, sa présence sera tangible. Puisque le cinéma « Ciné Casino CGR » recevra plusieurs cinéastes et acteurs lors de projections.

Côté musique, on biffera sur son agenda le concert de l’excellent Ba CISSOKO. L’humour distillera ses finesses et ses subtilités grâce à la marraine de la manifestation au cours d’un one-woman-show décapant.

Théâtre, contes, animations dans les quartiers dont celui du centre-ville d’Auxerre et en milieu scolaire, conférences complèteront ce copieux programme qui n’a rien d’indigeste tant la qualité et l’éclectisme de bon aloi sont au rendez-vous.

milieu articles

Le programme officiel de la manifestation…

Onze expositions d'artistes peintres, sculpteurs et photographes, du 12 au 24 novembre à Auxerre et au Skeneteau à Monéteau :

Evans Mbugua, Bruce Clarke, Saïdou Dicko, Olga Yameogo, Issiaka Savadogo, Alain

Ngann, Bobette Ngiedi Lelo, Obeye Fall, Pierre Segoh, Atsoupé, Moké fils, Jacob Diboum, Eddy Ekete, Claudio Kunakey, Amour Saré, Baudoin Muanda, Ibrahim Chahamata.

Festival de cinéma africain du 13 au 23 novembre: au ciné CGR d'Auxerre suivies d'un échange entre un intervenant et le public (+ séances scolaires).

Au programme : Frontières, de Apolline Traoré (Mardi 13/11 à 20h) ; Soleils, de Olivier DelahayeDani Kouyaté (Jeudi 15/11 à 20h) ;  Wallay, de Berni Goldblat (Lundi 19/11 à 18h) ; L'oeil du cyclone, de Sekou Traore (Mercredi 21/11 à 20h) ; Wulu, de Daouda Coulibaly (Vendredi 23/11 à 20h).

Participation au Mois du film documentaire avec la Bibliothèque départementale et les médiathèques de l'Yonne, du 9 au 30 novembre : 9/11 Fuocoammare à Toucy, Maman Colonelle à Gron ; 10/11 Ouaga Girls à Pourrain ; 16/11 Ouaga girls à Véron ; 17/11 Un paese di Calabria à Héry ; 23/11 L'arbre sans fruit à Courson les Carrières ; 30/11 Maman Colonelle à Bléneau

Mercredi 14 novembre à 19h30) à la Librairie Oblique à Auxerre :  Rencontre avec Mbarek Ould Beyrouk et soirée lecture.

Vendredi 16 novembre : L'humoriste Roukiata Ouedraogo, marraine du festival, donne son spectacle à 21 heures dans la salle du Skeneteau à Monéteau ; spectacle précédé d'un défilé de mode d'une créatrice africaine, et de l'inauguration du festival à la MJC d'Auxerre à 18 heures.

Vendredi 16 et samedi 17 novembre, sur les marchés et dans les rues d'Auxerre : Performance de rue avec les « Hommes canettes » d'Eddy Ekete.

Samedi 17 novembre à 14 heures: Rencontres littéraires au Pôle Rive Droite à Auxerre, avec Charline Effah, Sami Tchak, Max Lobe, et Marc Alexandre Oho Bambe; dédicaces avec 16 dessinateurs de BD (*).

Samedi 17 novembre à partir de 10 heures à la MJC d'Auxerre :  Conférence sur la BD africaine, ateliers BD pour les jeunes.

Samedi 17 novembre à 15 h 30 à la MJC d'Auxerre : Contes avec Patrice Toton, Rogo Koffi Fiangor et Layba Kourouma.

Samedi 17 novembre au Pôle rive droite à Auxerre à 21 h 30 : Soirée Afro vinyles avec Black Voices.

Dimanche 18 novembre à 17 heures au studio du théâtre d'Auxerre : Représentation théâtrale : Le fabuleux destin d'Amadou Hampatê Bâ, pièce de Bernard Magnier mise en scène par Hassane Kassi Kouyaté, Compagnie Deux temps, trois mouvements.

Samedi 24 novembre à 21 heures au Silex à Auxerre : Concert de Ba Cissoko (Guinée), avec en 1ère partie Ibrahim Keita & Nankama.

Mais aussi, des conférences, contes, interventions en milieu scolaire et animations dans les maisons de quartier...

Conférence au Phare sur l'albinisme en Afrique, et sur le moringa (jeudi 22/11/18 de 18 à 20 heures).

Spectacle de contes avec Malika Halbaoui à L'Atelier Bleu, à Fontaines (vendredi

23/11/2018, à 20h)

Spectacle contes africains à la Bibliothèque Municipale d'Auxerre : Compagnie Damuthée, « Autour du marigot » (samedi 24/11/18 à 15h).

Interventions en milieu scolaire d'écrivains, conteurs, dessinateurs BD et artistes les 15, 16 et 19 novembre.

Animations jeunesse dans les six Maisons de Quartier d'Auxerre (stage percu, expositions artistiques, danse, peinture, musique, gastronomie, jeux de stratégie...), entre les 12 et 23/11/18.

Participation au Salon du Commerce Équitable organisé par l'Association pour la Promotion du Commerce Equitable et Artisans du Monde de Sens. Animation musique et danse.

Dessinateurs BD invités :

Adjim Danngar ; Al'Mata ; Alix Fuilu ; Barly Baruti ; Christophe Cassiau Haurie ; Christophe

Ngalle Edimo ; Fati Kabuika ; Fifi Mukuna ; Gaspard Njock ; Jean François Chanson ;

Koutouanya Haled Presley (Khp) ; Léon Tshibemba ; Simon Pierre Mbumbo ; Albert Tshisuaka ; Didiv ; Serge Diantantu.

 

 

Page 1 sur 30
Bannière droite accueil