Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg

Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cm.jpg

La formation de l’Yonne sera l’une des attractions musicales du fameux festival  « EMERGENZA » au FLOW à Paris le 13 avril. Une excellente opportunité de pouvoir donner le meilleur de soi-même devant la fine fleur des observateurs et professionnels de ce rock indépendant qui ne demande qu’à émerger lors de ce quart de finale…

PARIS : Originaire de l’Yonne, le groupe de rock aux influences celtiques se produira sur la scène atypique du FLOW, un concept très branché des nuits parisiennes le 13 avril prochain.

Ce rendez-vous d’exception, vécu dans la capitale, et sur la Seine grâce à cet espace flottant si caractéristique, représentera une grande première pour le groupe. En effet, celui-ci pourra interpréter ses morceaux de prédilection dans une salle d’une capacité de six cents places !

C’est dans le cadre du fameux festival « EMERGENZA », considéré comme la plateforme universelle de la scène rock émergente que Seb, Pascal et Gauthier feront preuve de dextérité musicale face au public. De manière acoustique mais aussi plus électrique selon l’humeur du moment !

Le groupe espère se qualifier pour la demi-finale qui se déroulera dans la salle mythique du New Morning. La finale, quant à elle, se disputera au Bataclan. La formation avait réussi à passer le tour précédent le 02 février en assurant une excellente prestation dans le complexe du « O’Sullivan » à Paris.

AROZENN s’est constitué au tout début de l’année 2018, autour de trois instrumentistes fondus de rock : Seb (guitare et chant) et Pascal (basse et chœur). Gauthier (batterie) se joindra au duo pour cet évènement.

N’en doutons pas, les trois Icaunais donneront le meilleur d’eux-mêmes ce soir-là lors de ce set, sans aucun doute inoubliable, programmé à 19 heures. Les musiciens ont déjà joué sur différentes scènes régionales de Bourgogne Franche-Comté et participent régulièrement à la Fête de la Musique.

Pour encourager AROZENN :

Venir à Paris (lien vers la billetterie) :

https://www.placeminute.com/festival/2nd_step_emergenza_13_avril_19,1,29299.html?langue=fr   

Les préventes sont à 11 euros auprès du groupe.

Les sélections pour la demi-finale s'effectuant à mains levées.

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Un contact pour les suivre à Paris : le 06.80.62.38.26. ».

 

Le 08 avril se déroulera dans la capitale de l’Yonne une initiative pour le moins originale en matière de recrutement. La Maison de l’Emploi de l’Auxerrois proposera une méthodologie novatrice en partenariat avec la structure 60’INSIDE. Un jeu « escape game », concocté sous la forme de deux sessions d’une vingtaine de minutes, permettra à des candidats à l’emploi et à des recruteurs de mieux se découvrir mais de façon ludique. Des énigmes ont été imaginées spécialement pour cette occasion : elles serviront de prétexte pour démasquer les recruteurs…

AUXERRE : L’originalité sera de mise pour cette future animation déclinée par la Maison de l’Emploi de l’Auxerrois. Quatre recruteurs de la zone des Clairions se prêteront à ce dispositif ludique hors des sentiers traditionnels du recrutement.

Le principe n’est pas si complexe que cela. Deux tables de huit personnes (six candidats et deux recruteurs) seront disposées dans les locaux de la société 60’INSIDE à Auxerre. Cette dernière, partenaire de l’opération, propose des activités d’escape game.

Quatre employeurs seront, quant à eux, immergés parmi les candidats qui sont en quête de nouveaux collaborateurs. Ces spécialistes de la R.H. représentent des secteurs d’activités différents. Le but de la manœuvre sera, à l’aide d’énigmes conçues spécifiquement pour cette session, de débusquer les recruteurs.

« En fait, explique Olivier HEMARD, directeur de la Maison de l’Emploi de l’Auxerrois, tout repose sur le comportement du candidat en fonction de leur savoir être. Le scénario comporte plusieurs indices qui facilitent l’appréciation des recruteurs. Ces derniers peuvent jauger les attitudes et le mode opérationnel usité par les candidats pour résoudre l’énigme… ».

Une fois, cette devinette résolue, une séance de débriefing donnera ensuite l’opportunité à chacun des participants de pouvoir échanger. Avec cette méthode, le C.V. et la lettre de motivation n’ont pas raison d’être.

Pour y participer, rien de plus facile. Il suffit de s’inscrire auprès de la Maison de l’Emploi de l’Auxerrois car le nombre de place est limité à douze personnes.

Renseignements via  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les nouvelles technologies de la communication sont devenues prioritaires pour l’un des ténors emblématiques de la distribution automobile de notre territoire. Soucieux de capter l’intérêt du plus grand nombre d’une clientèle, rajeunie et friande de spontanéité dans ses échanges, le concessionnaire multimarques a initié une stratégie payante via le numérique. Sans omettre, pour autant, le facteur humain. Depuis quelques semaines, la direction de la Communication, du Marketing et de la Digitalisation s’en trouve par ailleurs renforcée grâce à l’apport de nouvelles compétences…

AUXERRE : Un mois d’intervalle aura suffi à deux recrues supplémentaires pour être happées par l’entreprise en un laps de temps record ! Une irrésistible envie de faire appel à de nouveaux profils qui traduit la volonté intrinsèque du groupe JEANNIN de poursuivre ses efforts en matière de communication digitale.

Tout d’abord, un développeur web est venu grossir les rangs de la cellule ad hoc, celle qui est pilotée par la directrice de la Communication, du Marketing et de la Digitalisation, Sophie SANCHEZ. Pour couronner le tout, le service y a adjoint le savoir-faire d’un assistant de communication CRM.

Ce pôle occupe désormais une place ô combien stratégique et prépondérante dans l’organigramme directionnel de la structure. Il assure l’optimisation de la notoriété et de l’image du groupe tant en interne que vers l’extérieur.

Structuré depuis trois ans, le département de la Communication, du Marketing et de la Digitalisation s’est fixé, il est vrai, une somme importante d’objectifs à atteindre dans sa feuille de route.

En recevant l’absolution du président-directeur-général de la société, Yves JEANNIN, qui suit avec grand intérêt les progrès réalisés par ces technologies ergonomiques et modernistes. Lui-même croit dur comme fer aux bienfaits vertueux et aux bénéfices que ces processus ultra réactifs peuvent engendrer pour son outil de travail.

milieu articles

Une entreprise à la pointe en matière de digitalisation

Le postulat est simple pour le groupe JEANNIN. Le mode sélectif des consommateurs a évolué depuis l’avènement de ces systèmes électroniques. Si la fréquence du nombre de visites en concessions s’est tout naturellement étiolée, il n’en est rien, en revanche, de la découverte des différents modèles et services déclinés par le concessionnaire aux multiples marques sur la toile. Mais, in fine, le futur acquéreur transitera nécessairement vers l’un des vingt points de vente de l’entité professionnelle, répartis sur les départements de l’Aube, de la Seine-et-Marne et de l’Yonne, pour signer le précieux contrat.

Autre constat : il est judicieux pour l’entreprise de travailler au mieux les 18 000 internautes qui constituent sa communauté Facebook. Les réseaux sociaux intègrent à plein temps ce désir de développement. Y compris le e-commerce, devenu un vecteur de nouvelles opportunités marketing.

En interne, JEANNIN Automobiles prend aussi un certain nombre d’initiatives relationnelles. Via la création d’une newsletter régulière qui permet d’adresser un flux d’informations conséquent aux 380 collaborateurs du groupe.

Les apports du numérique se font sentir dans la relation à la clientèle. Celle-ci peut déclencher à tout instant un rendez-vous en ligne, qui s’intègrera en direct dans le planning du chef d’atelier, à titre d’exemple. Un gain temporel considérable, garant d’une vraie traçabilité. Et du souci d’améliorer sans cesse la relation à la clientèle…

Soutenir la contrée orientale du département de l’Yonne en lui donnant de nouvelles possibilités économiques et structurelles figure parmi les axes d’intervention de la Région Bourgogne Franche-Comté. Surtout dans le cadre du développement de sa stratégie de cohésion territoriale. Annoncé comme l’un des prochains signataires d’un contrat de territoire, le secteur Tonnerrois pourrait ainsi profiter de cette manne bienveillante pour s’extraire de son isolement…

TONNERRE : De passage dans le département de l’Yonne, lors de la signature du contrat de territoire liant la Région à la Communauté de communes de Puisaye-Forterre, le vice-président de l’exécutif de Bourgogne Franche-Comté, en charge de la cohésion territoriale, Eric HOULLEY, n’a pas exclu d’y revenir d’ici peu pour établir un protocole d’accord similaire. Mais, cette fois-ci, avec le Tonnerrois qui deviendrait le quatrième contractant icaunais à en bénéficier.

Le souhait de l’élu régional est de redynamiser le potentiel de ce bassin économique, malmené lors de crises successives, ce qui a entraîné la fermeture de plusieurs sites industriels.

L’idée de sortir le Tonnerrois de son isolement fait également son petit bonhomme de chemin. En cela, la mise en place d’un contrat de territoire apporterait une incontestable plus-value pour doper les projets structurels à venir. Quant au principe du rattachement de ce secteur (sous quelle forme ?) à un territoire plus vaste et déjà enclin à connaître des réussites, cela pourrait correspondre à une suite logique dans la phase évolutive de ce projet.

A l’évocation de cette seconde perspective, on ne peut que se référer en toute logique à l’Avallonnais qui pourrait faire office de tuteur idéal à ce concept de plus grande envergure. Un germe pertinent à suivre de près…

L’exécutif régional envisage de parapher plus d’une trentaine de ces partenariats stratégiques à l’instar du dernier accord en date, validé la semaine dernière avec la Communauté de communes de Puisaye-Forterre. Favorisant l’aménagement et l’essor d’un secteur géographique défini, ce dispositif génère une enveloppe budgétaire globale de 90 millions d’euros. Dont la moitié est répartie en toute équité entre les petites villes et zones rurales de notre contrée ayant des projets performants à proposer pour leur financement.

ROGNY-LES-SEPT-ECLUSES : Excellente équation démontrant la pertinence du travail collaboratif entre les services de l’exécutif régional et ceux des interlocuteurs qui en sont les bénéficiaires, le contrat de territoire se définit comme un outil fonctionnel très probant. Il encourage les initiatives économiques des élus à travers l’aménagement de leurs zones de compétence.

Signataire du troisième document, applicable dans l’Yonne après ceux du Nord du département et de l’Avallonnais, le vice-président du Conseil régional Eric HOULLEY, en charge de la cohésion territoriale, procédait aux côtés du président de la Communauté de communes de Puisaye-Forterre, Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI, à l’officialisation de ce nouveau partenariat.

A l’identique du dispositif « Envie », principe décliné au bénéfice des communes de moins de trois mille habitants, le contrat de territoire est devenu depuis son lancement l’une des clés de voûte importante du pouvoir régional. Usant de pédagogie, le vice-président Eric HOULLEY ne s’est pas privé lors de sa venue à Rogny-les-Sept-Ecluses, site de la signature du nouveau traité, d’en expliquer les vertus.

milieu articles

Ne pas laisser un territoire de côté…

Pour lui, point d’effet d’annonce avec ces paraphes. Mais, bel et bien du réalisme et de la concrétisation, profitables tant aux petites agglomérations et zones rurales qu’aux secteurs urbains.

D’ailleurs, sur un échéancier de trois ans, l’enveloppe budgétaire de ces fameux contrats équivaut à 90 millions d’euros. Une manne financière affectée à part égale entre la ruralité et les métropoles.

« Nous ne souhaitons laisser personne de côté, précisa l’élu régional, maire de Lure, a contrario, la Région a pour objectif d’encourager tous les projets qui obéissent à une identité stratégique… ».

A titre d’exemple, le choix de la Puisaye-Forterre de s’engager pleinement en faveur de la transition énergétique (lire article correspondant) aura permis de flécher l’initiative territoriale dans la plupart de ses projets. Selon les critères d’une sélectivité intelligente.

Au-delà de ce contrat spécifique, les relations établies entre la Région et la CC de Puisaye-Forterre ne devraient pas s’arrêter en si bon chemin. Plusieurs projets, à commencer par la construction du nouveau siège communautaire, pourraient faire l’objet de sollicitations supplémentaires en matière de participations financières. Gageons que les responsables de la Communauté de communes ne manqueront pas de constituer un dossier afin de bénéficier d’un précieux subside…

 

Page 1 sur 48
Bannière droite accueil
Bannière footer