Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

En soutenant le Club MOB d’Auxerre, la filiale hexagonale du groupe allemand démontre que l’application de sa politique de responsabilité sociétale (R.S.E.) n’est pas un vain mot. A la fois humaine mais aussi matérielle et financière, cette aide a également favorisé l’implication physique des collaborateurs du leader de la distribution de produits d’outillage et de consommables destinés aux professionnels de l’automobile et du bâtiment. Une première qui devrait vraisemblablement se réitérer à l’avenir car d’autres projets sociétaux sont suivis de près par l’entreprise…

AUXERRE : A la différence des années antérieures, le groupe BERNER a souhaité impliquer de façon directe et contributive ses collaborateurs dans le cadre de ce projet. Celui de soutenir de manière très pragmatique les bénéficiaires et gestionnaires de l’association Club MOB.

Depuis vingt-cinq ans, la structure associative apporte sa valeur ajoutée, faite d’empathie, d’altruisme et de générosité, envers les personnes en proie aux difficultés de l’existence. Disposant d’une flotte de quatre-vingt véhicules motorisés, scooters et automobiles, le Club MOB propose à la location ces moyens de locomotion à bas coûts. Objectif : favoriser la mobilité pour celles et ceux qui sont en quête d’une réinsertion sociale.

Sensible à la cause de l’association, le groupe BERNER s’est donc investi auprès de la structure après avoir lancé un appel à projets au sein de l’entreprise.

Ce sont d’ailleurs les collaborateurs eux-mêmes qui ont soumis leurs suggestions.  Deux salariées, Sophie CAYEZ et Corinne DUMAS, ont endossé leur rôle de porte-parole officiel du projet Club MOB. Leur investissement les a conduits à se rapprocher de la direction afin de lui soumettre l’idée de ce soutien. Intégrant le schéma caractéristique de la R.S.E., telle que la décline le groupe, le projet a été ainsi adoubé par la hiérarchie de l’entreprise.

milieu articles

Une démarche sociétale aux enrichissantes perspectives humaines…

Implanté depuis 1969 dans le département de l’Yonne, le groupe BERNER n’en est pas à son coup d’essai pour sa cote part en matière de contributions altruistes dans son environnement géographique. Soucieux de la sauvegarde de la planète (des ruches ont été installées il y a quelques années sur le toit du site d’exploitation de Saint-Julien du Sault), de la transition énergétique et de la mobilité intelligente, les dirigeants de la filiale française demeurent très actifs dans l’application concrète de leur stratégie R.S.E.

Dans le cas présent, une dotation conséquente de produits et matériels a été offert à l’association auxerroise. Un nettoyeur haute pression de dernier cri est venu équiper l’atelier de mécanique du Club MOB. Permettant ainsi à la nouvelle apprentie de la structure de profiter d’un matériel adéquat à sa formation.

Venant de lancer une toute nouvelle gamme de produits d’entretien et nettoyage de véhicule, le groupe BERNER a testé par lui-même ces nouveautés lors d’une séance de nettoyage organisée au bénéfice du Club MOB d’Auxerre. Plusieurs mobylettes, scooters et voitures brillaient comme un sou neuf au terme de cet atelier matinal où s’activaient cinq collaborateurs du groupe et cinq représentants de l’association.

Joignant l’utile à l’agréable, Eléonore BERNIER, responsable de l’agence d’Auxerre du Club Mobilité, reçut un don numéraire de 5 000 euros dès la clôture de cette manifestation. L’enveloppe sera investie dans l’achat d’un véhicule partagé, mis à la disposition de tous les Auxerrois.

Comme devait le souligner Céline DUCHER, directrice de la communication, « il est très important pour nous que nos collaborateurs adhèrent et se sentent impliqués dans notre démarche sociétale. Participer à de tels projets contribuent non seulement à renforcer le sentiment d’appartenance mais aussi à la fierté de travailler pour une entreprise qui s’engage pour les autres... ».

Alors que le Département finance chaque année 1,6 million de repas dans les cantines des collèges de l’Yonne, le président de la Communauté de communes du JOVINIEN, Nicolas SORET, aimerait améliorer de manière très significative la qualité des produits servis dans les assiettes des scolaires.

JOIGNY : Introduire le bio dans les restaurants scolaires des établissements du second degré de notre territoire ne semble pas être une utopie pour le président de la Communauté de communes du JOVINIEN. En effet, Nicolas SORET souhaiterait précisément provoquer un débat constructif articulé autour de cette thématique, lors d’une future session du Conseil départemental  dont il est l’un des représentants.

L’idée qu’il préconise est de proposer, une fois par semaine, un menu composé de produits issus des circuits courts. Même s’il est vrai, les gestionnaires des établissements possèdent toute la légitimité dans le choix des menus.

Intervenant il y a peu lors d’une séance plénière du Département, le président de la Communauté de Communes du JOVINIEN interpella l’ensemble de ses collègues de la classe politique sur ce point.

« On devrait miser davantage sur la commande publique pour optimiser les repas des collégiens, avait-il suggéré, introduire plus de produits bio dans la restauration scolaire, c’est aussi encourager la transformation du monde agricole en proie à de sérieuses difficultés à l’heure actuelle… ».

milieu articles

Engranger une véritable réflexion avec la préfecture…

Et citer, l’exemple des lentilles bio de l’Yonne qui connaissent un net regain d’intérêt auprès des agriculteurs.

« En diversifiant leurs cultures, ajouta Nicolas SORET, ils ont pu assurer la transformation de leur terrain d’exploitation. D’ailleurs, cette conversion en bio de nos professionnels agricoles permet aux arrondissements de Paris (le XIème et le Xème) d’être approvisionnés en lentilles et en pois chiche bio… ».

Alors, finalement, pourquoi ne pas envisager de réaliser la même chose dans l’Yonne ? Notamment, à destination des scolaires, côté alimentation.

Désireux d’engager une véritable réflexion à ce sujet, Nicolas SORET voudrait solliciter un échange constructif avec le préfet de l’Yonne, Patrice LATRON, pour qu’il y ait un prorata de la commande publique qui soit destiné au bio. Une initiative susceptible de susciter de futures vocations auprès des jeunes agriculteurs, voire de conversions parmi les plus anciens.

 

 

 

Agés de 8 à 11 ans, de talentueux néophytes dans l’art de la peinture acrylique ont laissé libre cours à leur imagination durant l’été sous la houlette de l’association « Aux ID ». Le fruit de ce travail artistique besogneux mais ô combien passionnant a été présenté officiellement aux habitants de VENOY lors d’une cérémonie inaugurale. D’une surface de soixante mètres carrés, l’œuvre s’inspire de certains éléments typologiques de la commune et de son quotidien. La présence de sympathiques personnages de bandes dessinées, en plus !

VENOY : Conçue avec les chères « têtes blondes » qui fréquentent le centre de loisirs « Les Marmousets », la fresque murale qui ornemente un pan de mur sous le préau de la cour de l’école primaire mérite de l’intérêt.

Les « Sept Nains », accompagnés de Blanche-Neige, y côtoient l’emblématique personnage du parc d’attractions de NIGLOLAND, égayant de leurs couleurs vives cet ensemble pictural réussi. L’église et la place du village trouvent leur place parmi les arbres et les vallons environnants. Tandis que l’école primaire et le centre de loisirs sont aussi représentés de manière plutôt agréable.

Sous la houlette de leur animateur Benjamin LARDI, les enfants se sont appliqués à transcrire les explications artistiques fournies par les représentants de l’association « Aux ID ».

Fonctionnelle depuis deux saisons, la structure associative de l’Auxerrois, pilotée par Nicolas BROUHET, est à l’origine de ce projet créatif. Sa vocation de créer de l’évènementiel à géométrie variable ne se cantonne pas à l’organisation des « GALACTIC DAYS », de prestations déclinées au festival « CATALPA » ou de rendez-vous à base de culture et de science-fiction.

« Aux ID » a ainsi prouvé avec cet échantillon visuel et coloré de son savoir-faire que l’entité pouvait s’adapter aux besoins de public différent. En premier lieu, celui du Centre de loisirs des Marmousets, une institution parmi la vie associative de la commune qui est conduite par sa directrice, Aurélie STEPHEN.

milieu articles

L’aide précieuse d’une entreprise artisanale…

Il n’en fallait pas davantage pour satisfaire Christophe BONNEFOND, vice-président du Conseil départemental de l’Yonne et maire de la bourgade. Exprimant sa fierté, devant ce travail collectif et finement ciselé, l’édile de VENOY a rappelé que le coût de cette opération équivalait avec le chiffre zéro.

Il a félicité l’entreprise artisanale, partenaire de cette initiative, les établissements COQUARD, qui auront permis grâce à leurs produits et matériels de concevoir cette fresque murale.

Celle-ci, au plan technique, a reçu après coup une fine pellicule de vernis, visant à la protéger et à la rendre pérenne dans le temps.

Près de deux cents enfants fréquentent l’école primaire de la localité ; cent cinquante d’entre eux profitent en parallèle des nombreuses activités proposées au centre de loisirs.

La dynamique de la jeunesse n’est donc pas un vain mot à VENOY : la commune de l’Auxerrois possède la statistique la plus basse de l’Yonne, concernant sa population de personnes âgées de plus de 75 ans !

 

La Journée mondiale consacrée au diabète se déroulera le 14 novembre. Deux jours auparavant, le bilan des Etats généraux 2017 sera rendu public lors d’une intervention à l’Assemblée nationale. La Bourgogne Franche-Comté, quant à elle, ne restera pas en retrait. Elle organise ce samedi à CHARNAY-LES-MACON son congrès annuel. Celui-ci devrait rassembler près de trois cents adhérents issus des comités départementaux de ce territoire. Plus que jamais, la menace sournoise qui plane avec les effets pernicieux de cette pathologie doit être dénoncée. Par le biais de la sensibilisation et de l’information à outrance…

CHARNAY-LES-MACON (Saône-et-Loire) : La dix-huitième opération « Vivre bien avec son diabète » n’a d’autre vocation, à l’instar des précédentes éditions, d’apporter son lot de renseignements pratiques et d’informations scientifiques utiles sur la maladie.

Alors que certains départements connaissent une forte hausse de la désertification médicale, la région Bourgogne Franche-Comté enregistre plus de 121 000 cas de malades déclarés. Or, beaucoup de personnes ne savent pas qu’ils sont diabétiques aujourd’hui. Pourtant, les programmes préventifs existent. Ceux déclinés par la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM), avec le concept « Sophia », en sont un juste exemple.  

L’AFD : un rôle précieux pour accompagner les malades…

Analysée au niveau de l’Hexagone, la pathologie fait des ravages. De manière insidieuse. 800 000 individus en seraient atteints sans même le savoir, faute de dépistage. La CPAM, par ailleurs, ne cesse de tirer la sonnette d’alarme depuis longtemps. Première cause de cécité et d’amputation en France, 19 milliards d’euros sont ainsi dépensés chaque année pour tenter d’en soigner les effets néfastes.

L’Association française des diabétiques (AFD) ne demeure pas silencieuse face à la hausse du nombre de cas. Elle contribue à la propagation de cette information qui concerne toutes les strates de la société. En développant un partenariat avec l’Agence régionale de Santé depuis 2017, des actions ont pu être programmées à travers le territoire, sous le sceau de la communication et de la prévention.

Tests, diffusion de documents, accompagnement des familles, défense des intérêts des malades…, l’AFD Bourgogne Franche-Comté, présidée de manière intérimaire par Philippe RACLET, jusqu’au prochain conseil d’administration prévu au printemps 2019, profite de ces rendez-vous grand public pour informer.

milieu articles

De l’éclectisme et de la réflexion durant ce congrès

Ce 10 novembre, en Saône-et-Loire, et sous l’impulsion de la structure départementale dirigée par Martine SIGNORET, quatre conférences médicales de belle envergure s’égrèneront durant la journée. Animée par le président du Conseil territorial de santé, Rémi REBEYROTTE, député de la troisième circonscription de Saône-et-Loire, l’intervention abordera le quotidien de l’institution médicale et le parcours diabète mis en place par l’Agence régionale de santé. La Bourgogne Franche-Comté demeure à ce jour le seul territoire à l’avoir adopté.

Une seconde conférence, présentée par un diabétologue hospitalier, mettra l’accent sur les innovations en termes de traitement via l’emploi de l’insuline et du matériel adéquat (pompes, capteurs, etc.). La chirurgie vasculaire, traduisant les complications du diabétique, sera le terreau du troisième volet de ces rendez-vous avec le public. L’ultime séance explicative se rapportera aux affections bucco-dentaires.

De nombreux ateliers, tenus par des praticiens (podologues, diététiciens, nutritionnistes, éducateurs sportifs…) fonctionneront en parallèle de ces conférences. Signalons la présence du camion de dépistage de la rétinopathie qui suit depuis seize ans la manifestation régionale.

Enfin, les partenaires des services et des milieux industriels de la santé occuperont des stands favorisant l’échange de savoir et de démonstrations.

Jusqu’en décembre, une dizaine de portes ouvertes permettant de mieux se familiariser aux principes de cette thématique vont se dérouler sur l’ensemble du territoire régional. Proposant des items très variés, qui engloberont la connaissance des circuits de proximité en restauration collective, l’introduction de céréales pour lutter contre le campagnol ou la réintroduction d’ovins sur les plateaux de Bourgogne, la Chambre Régionale d’Agriculture capitalise sur le contenu du programme « Innov Action » afin de sensibiliser le maximum de professionnels aux vertus novatrices de l’agroécologie…

DIJON (Côte d’Or) : Organisées par les Chambres d’agriculture, les établissements d’enseignement agricole ainsi que les partenaires habituels de cette typologie d’évènement (CUMA, coopérative, association environnementale, INRA…), des portes ouvertes devraient accueillir au cours de ces prochaines semaines un large public d’agriculteurs et de techniciens.

Ces rendez-vous auront pour objectif de présenter les pratiques agroécologiques menées dans les exploitations agricoles qui recevront l’évènement.

Depuis l’automne 2017, les Chambres d'agriculture de Bourgogne Franche-Comté ont été sélectionnées par le Réseau Rural Régional pour accompagner la transition agroécologique régionale sur la période 2017-2018.

milieu articles

Ce travail est conduit en partenariat avec les établissements publics d'enseignement agricole et TRAME. L’initiative est soutenue par l’Etat et l’Europe.

L’objectif de ce projet multi-partenarial est de stimuler et d’accompagner les agriculteurs (en activité et en formation) vers des pratiques et des systèmes agroécologiques. C’est-à-dire performants sur les plans économique, environnemental et social.

Les invitations aux portes ouvertes seront publiées sur la page d’accueil du site de la Chambre Régionale d’Agriculture, rubrique agenda : https://bourgognefranchecomte.chambres-agriculture.fr/ ainsi que sur la page Facebook Agroécologie en Bourgogne Franche-Comté.

Pour plus d’informations, un contact : Léa NISOLLE, chargée de mission Agroécologie à la Chambre Régionale d’Agriculture (03 63 08 51 02 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

 

Page 1 sur 23
Bannière droite accueil