Programmé les 28 et 29 mars 2020, le congrès national des UDAF de France sera accueilli pour la première fois de son existence dans l’Yonne. Il bénéficiera de l’infrastructure du parc des expositions d’Auxerre…

AUXERRE : Les Unions départementales des associations familiales (UDAF) de France tiendront leur convention annuelle dans la capitale de l’Yonne au printemps prochain.

L’information a été confirmée ce jour par l’antenne départementale de l’Yonne qui aura en charge l’organisation logistique de cet évènement déjà qualifié d’envergure où plus de deux cents cinquante congressistes devraient affluer des quatre coins de l’Hexagone vers les rives de l’Yonne.

Ce sont précisément les présidents et directeurs des UDAF qui assisteront à ces travaux qui seront adoubés par la présidente nationale de l’UNAF, Marie-Andrée BLANC.

Cette dernière sera par ailleurs présente à Auxerre dès le 25 mars afin d’y rencontrer les représentants institutionnels et les partenaires locaux. Lors de ces échanges officiels, la présidente nationale présentera les diverses missions des UDAF et de leur corolaire, UNAF.

Rappelons que l’UDAF est l’institution chargée de promouvoir, défendre et représenter les intérêts de l’ensemble des familles vivant sur le territoire français. Et ce quelles que soient leurs croyances ou appartenance politique.

Localement, les équipes du président de l’UDAF de l’Yonne, Benoît VECTEN, sont déjà sur le pont pour garantir le meilleur accueil possible aux futures délégations lors de ce séjour en terre nord-bourguignonne.

 

Organisée par la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, l’animation « Monte ta boîte », quatrième du nom, a accueilli plus d’une centaine de porteurs de projets, créateurs ou repreneurs d’entreprises ce mardi. Une trentaine de partenaires institutionnels mais aussi de milieux bancaires et acteurs de l’accompagnement entrepreneurial délivraient lors de rendez-vous individualisés leurs conseils sur le cheminement à suivre…

MONETEAU : L’attente est propice à l’anxiété, comme chacun le sait. Assis sur leur chaise, les apprentis entrepreneurs du jour rongent leur frein en révisant leurs gammes à voix basse. Dans un court instant, ils n’auront qu’un pauvre petit quart d’heure pour réciter leur leçon, du moins présenter l’esquisse d’un business-plan, à leur interlocuteur impitoyable qui les invitera à prendre la parole.

L’atelier se nomme « Espace crash test : les quinze minutes pour convaincre ». Un delta temporel bien trop court pour certains, celles et ceux qui ont des choses à dire. Peut-être un tantinet trop long pour les avares de formules phrasées toutes faites. Une chose est sûre : l’exercice ne peut que galvaniser les porteurs de projets en proie parfois aux affres du doute.

Ils et elles sont professionnels de la banque, de l’expertise-comptable, de l’accompagnement aux entreprises. Durant le laps de temps imparti à cet atelier, ils délivreront de judicieuses indications afin de remettre les candidats dans le sens de la marche. Ces personnes, plus d’une centaine, ont opté pour une visite pédagogique sur le salon « Monte ta boîte », concept créé de toute pièce par la chambre consulaire. Ils le quitteront avec beaucoup de renseignements précieux et des certitudes.

 

 

Un copieux programme articulé autour de conférences et d’ateliers…

 

Avec au coin de leur tête, cette affirmation criante de vérité : si créer sa structure professionnelle n’est pas un long fleuve tranquille, il existe a contrario de nombreuses possibilités de s’entourer de professionnels pour être bien encadré.

Une trentaine de ces exégètes occupaient des points d’accueil clairement identifiés afin de prodiguer leur savoir : des établissements bancaires, des spécialistes de la filière des chiffres et du droit, les acteurs du pôle juridique, les fiscalistes, les structures qui déploient leurs services dans l’accompagnement telles que ADIE ou INITIACTIVE 89.

Ces lieux d’accueil recevaient le soutien des équipes propres à la CCI de l’Yonne, positionnées dans la partie centrale du salon. Chiffres clés et études de marché, formation, hébergement des entreprises, statistiques, import/export, innovation, développement durable, communication…pas l’once d’un oubli dans ce panel très représentatif des potentialités offertes aux futurs entrepreneurs par la vénérable institution.

L’après-midi sera ponctuée de deux conférences : l’une portant sur les aides sociales et fiscales. L’autre se rapportant aux aides auxquelles peuvent prétendre les porteurs de projets à leur financement d’un projet. Avant que ne s’achève cette nouvelle édition profitable à celles et ceux qui y auront participé…

 

 

 

Les tractations en tout genre s’activent auprès des états-majors de la sphère politique à l’aune des prochaines échéances électorales. Ce sont celles qui permettront de définir en les affinant les stratégies conduites par les candidats des municipales. L’un des ténors de la politique icaunaise, le référent départemental du mouvement AGIR La Droite constructive, Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI, a déjà intégré cette période d’intenses négociations dans un emploi du temps très serré. D’autant que l’heure des grandes manœuvres devra être bouclée avant que ne débute de manière officielle la campagne…

MOULINS-sur-OUANNE : Il est catégorique dans ses affirmations, Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI. Le mouvement politique dont il arbore les couleurs et défend les valeurs sur le territoire de l’Yonne ne se contentera pas de faire de la figuration. Ni de jouer les passe-plats !

Ainsi, les contacts pris, depuis peu, avec le supposé futur candidat à la mairie d’Auxerre Guy FEREZ (ce dernier devrait se déclarer de manière officielle ce vendredi 18 octobre) vont dans ce sens en termes d’objectifs.

Le représentant départemental d’AGIR La Droite constructive souhaite peser de tout son poids dans ce jeu où le moindre siège sur la liste en phase d’élaboration se débat avec moult convictions dans les alcôves.

« J’ai pu rencontrer l’actuel édile d’Auxerre, confie le président de la Communauté de communes de Puisaye-Forterre, et lui ai fait part de notre volonté d’obtenir le nombre de sièges qui nous revient. Partant du postulat que la formation que je représente comprend un nombre d’adhérents conséquent avec des élus représentatifs (conseillers régionaux, départementaux, maires, conseillers municipaux…). Le maire a répondu favorablement à mes préoccupations. Nous nous sommes rapprochés de Guy FEREZ, afin d’évoquer ensemble la place qui revient de facto à AGIR La Droite constructive, qui est, dois-je le rappeler, un soutien de la majorité présidentielle… ».

On l’aura compris, Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI ne lâchera rien dans les négociations qui prévalent à l’heure actuelle. AGIR possède des exigences que son porte-étendard veut faire entendre à juste raison. 

« Nous sommes les seuls à représenter un courant de pensée politique issue de la droite modérée, souligne-t-il, l’idéal pour nous sur la fameuse liste des quatorze qui accompagneront le vainqueur de l’élection serait d’y voir un à deux postes d’adjoint… ».

 

 

Faire jeu égal en matière de représentativité avec les autres formations…

 

L’ancien avocat d’affaires se réfère dans ses prétentions sur la légitimité de la ligne de conduite imposée dans le cadre du scrutin des Européennes. L’outil se nommait « Renaissance » et se composait de représentants du MoDem, de La République en Marche, des radicaux et d’AGIR La Droite constructive.

Observant que la France a un impérieux besoin de réformes en profondeur, Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI rappelle que les collectivités doivent l’être également.

« Durant trois décennies, les décisions salvatrices à notre nation ont été systématiquement repoussées par les différentes majorités au pouvoir. Retardant les échéances de manière très regrettable… ».

Comment se positionnera le responsable du jeune parti du ministre de la Culture, Franck RIESTER, à Sens ?    

« J’aurais souhaité une approche plus consensuelle en amont, déclare le maire de Moulins-sur-Ouanne, mais je n’ai pas encore abordé ce dossier de manière constructive. Il est probable que des discussions seront engagées… ».

Quant à un rapprochement avec le candidat de la droite et du centre droit, Crescent MARAULT, Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI balaie d’un revers de la main l’hypothèse : « Je n’ai pas été approché par ce candidat, c’est un constat, obtempère-t-il, et puis est-ce qu’il est « Macron » compatible ? ».

Celui qui avait voté en faveur de François FILLON au premier tour de la Présidentielle avant de déposer un bulletin vierge de tout nom lors du scrutin décisif n’hésite plus à soutenir la ligne gouvernementale voulue par Emmanuel MACRON car les réformes lui apparaissent comme indispensables.

« Si nous ne les faisons pas, le pays risque de sombrer dans une majorité qui n’est pas dans ma famille politique ni personnelle… ».

 

 

Une mise au point à l’adresse de Daniel DELVERT

 

Reste la correction de trajectoire que le référent départemental d’AGIR souhaite apporter à la suite des propos médiatiques tenus par l’un des siens, Daniel DELVERT, via nos colonnes.

« Ce dernier est intervenu dans la presse il y a quelque temps, et cela était tout à fait son droit, pour y faire valoir son point de vue de militant. Mais, je tiens à le préciser : en aucun cas, il n’a eu mandat officiel pour représenter AGIR La Droite constructive sur le département de l’Yonne. Ce qui signifie que Daniel DELVERT n’a jamais été désigné comme chef de file à Auxerre à ce jour… ».

Estimant que le militant auxerrois s’était mépris sur le champ d’action qu’il pouvait mener dans la capitale de l’Yonne, Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI confirme que « Daniel DELVERT a pris sur soi le soin de s’exprimer dans les médias ».

Quant à un éventuel rapprochement avec la liste portée par le mouvement écologiste et ses leaders charismatiques (Maud NAVARRE, Denis ROYCOURT), le responsable d’AGIR 89 insiste sur la dénégation des propos tenus par Daniel DELVERT.

« Nous ne soutenons absolument pas cette initiative… ».

Net et sans bavure dans ses réponses, le référent départemental de la droite modérée a conclu l’entretien en précisant que Daniel DELVERT demeurait à ses yeux un militant sympathique. Ni plus, pas moins…

 

L’évènement se mue en une véritable réussite à chaque édition. Ils sont en effet de plus en plus nombreux et motivés ces collégiens et lycéens interpellés par la trentaine de métiers qui rayonnent autour de cette activité artisanale. Sous l’impulsion de telles initiatives, cette dernière a su vaincre progressivement les préjugés ordinaires, faisant la part belle aux démonstrations immersives sur les chantiers…Confortant ainsi le slogan national de cette campagne : « visitez un chantier, ça change ! » !

AUXERRE: Manifestation conviviale et pédagogique, les Coulisses du Bâtiment, animation initiée par la Fédération française du Bâtiment, donnent de précieux sésames indicatifs à celles et ceux de nos potaches en soif de découverte.

Mieux : ce rendez-vous est relayé à l’échelle de l’Hexagone sur plus de deux cents chantiers qui offrent de quoi étayer convenablement leurs connaissances sur les us et coutumes de tel ou tel métier. Sans omettre les moyens didactiques pour y parvenir.

Bref : une plongée en eau accessible où les collégiens et lycéens peuvent poser toutes les questions qui leur trottent dans la tête, avant de se tester sur les ateliers mis à leur disposition (couverture, visualisation d’un chantier à l’aide de la réalité augmentée…).

On l’aura compris, l’opération annuelle qui nous revient à chaque automne dès que tombent les feuilles, représente une véritable aubaine pour les professionnels de ce segment majeur de la vie économique de notre pays. Un vivier à anticiper en matière de formation et de recrutement…

 

 

 

Déjà plus d’1,2 million de jeunes sensibilisés par l’opération…

 

Qu’on en juge, mais depuis 2003, date de la première édition, ce sont plus de 1,2 million de jeunes gens qui ont ainsi arpenté, munis de l’équipement professionnel usuel, environ 4 190 chantiers !

Et naturellement, le département de l’Yonne n’a pas dérogé à cet exercice réussi de communication, concocté sous l’égide de la représentation territoriale.

Cette année, c’est le chantier de la SCCV La Tournelle, près de la gare ferroviaire, qui représentera le terrain de jeu idéal de ces jeunes pousses en besoin de précieux renseignements.

Un chantier imposant qui s’étale sur deux corps de bâtiment où se préfigure l’aménagement d’une résidence pouvant accueillir 78 appartements de grand standing, de type studio au T4.

Ils furent plus de 600 scolaires in fine à profiter de la face cachée de la corporation lors de cette visite encadrée par les professionnels de la FFB de l’Yonne et leurs partenaires. Soit une représentativité en provenance de dix-sept collèges, de Missions locales (celles de Joigny et de Migennes), de lycées (Vauban et Fourier).

Parmi les métiers à découvrir : les grands classique de ce secteur d’activité qui comprend la métallerie, la charpente, la peinture, la maçonnerie, l’électricité, l’architecte, la sécurité, etc. On notait aussi une présence remarquée des Compagnons du Devoir qui exposaient quelques-uns des chefs d’œuvre conçus par les leurs.

 

 

 

Un plan de recrutement baptisé les 15 000 bâtisseurs…

 

Si 75 000 jeunes gens découvrent chaque année en France les diverses opportunités professionnelles proposées par la filière, il n’empêche que les recrutements peinent à se convertir positivement. Il existe une vraie problématique identitaire et d’incontestables a priori depuis des lustres autour de ce corporatisme.

Pourtant, les possibilités pédagogiques existent bel et bien, du CAP au diplôme d’ingénieur.

Quant aux offres, elles sont nombreuses comme on put le corroborer l’ensemble des personnalités du secteur présentes lors de l’accueil de la secrétaire générale de la préfecture de l’Yonne, Françoise FUGIER.

D’ailleurs, la sous-préfète d’Auxerre évoqua la convention tripartite édictée en 2018 entre la préfecture de l’Yonne (Etat), le Département et l’Education nationale en faveur de la promotion de la filière artisanale.

Citant volontiers Platon et s’inspirant de maximes philosophiques emplies de sagesse mais aussi de bon sens, le président de la FFB Yonne, Xavier PAPIN, rappela le bien-fondé de la grande campagne de sensibilisation déclinée par la filière depuis 2018, « 15 000 bâtisseurs ». Un plan qui fut précurseur dans bien des domaines pour capter l’intérêt des jeunes générations vers des métiers où il y a de l’emploi…

 

 

 

 

Profitant de la vitrine offerte par le 3ème Salon des seniors, le Conseil départemental a rendu public son premier Schéma de l’autonomie à destination des personnes âgées, comme en situation de handicap. Une initiative louable qui bénéficie du soutien de partenaires institutionnels tels que l’Agence régionale de santé (ARS) ou la CARSAT, avec laquelle un protocole collaboratif a été paraphé…

AUXERRE : Destiné prioritairement aux personnes âgées et/ou en situation de handicap, le premier Schéma départemental de l’autonomie projette les instigateurs de cette heureuse initiative jusqu’au terme de 2023. Son acte de naissance a été officialisé lors de l’inauguration du troisième Salon des seniors, vendredi dernier, au parc des expositions.

Quels en seront précisément les objectifs ? Cette déclinaison concrète de la politique du Département envers cette typologie de citoyens structurera la politique sociale et médico-sociale au cours de ces cinq prochaines années. Bref, il s’agit une feuille de route formalisée ayant l’ambition de répondre équitablement aux attentes et besoins des Icaunais en situation de handicap et/ou âgés. Sachant que cette frange de la population ne cesse de croître d’année en année. La transmission de renseignements, liés à la prévention, mais aussi des offres de services constitueront l’essentiel de ce contenu à privilégier vis-à-vis des seniors.

Ce schéma se déclinera en cinq grands items : prévenir la perte d’autonomie, favoriser le maintien à domicile, améliorer la qualité de l’accueil en établissement et la diversification de l’offre, renforcer l’attractivité des métiers du grand âge et du handicap, enfin, moderniser la gouvernance.

 

 

Un engagement constructif avec la CARSAT

 

Soucieux de répondre aux enjeux inhérents à la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement, Patrick GENDRAUD, président du Conseil départemental de l’Yonne, a souhaité conforter cette intention en la symbolisant publiquement.

Il a accueilli sur l’estrade inaugurale de l’évènementiel concocté avec le concours des équipes de Centre France Parc Expo, le responsable de la CARSAT, la Caisse d’assurance retraite et de santé au travail de Bourgogne Franche-Comté, Francis LEBELLE.

Après quelques échanges explicatifs, les deux hommes devaient s’asseoir à la même table avant d’apposer leurs signatures au bas du document officiel, entérinant cette prise de décision.

« Ensemble, nous sommes au cœur de cette grande mission d’accompagnement et de prévention, souligna le président de l’exécutif icaunais, signer cette convention, ce n’est pas seulement parapher un document, c’est surtout lier nos structures respectives, les coordonner et officialiser leur partenariat au service de nos aînés… ».

Patrick GENDRAUD ne pouvait conclure son intervention sans remercier l’ensemble des partenaires qui apportent leur concours à ce projet, en particulier l’Agence régionale de santé (ARS) ainsi que les membres de la Conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie.

Et de clore cette cérémonie par cette petite phrase emplie de certitude : « je le dis souvent, seul, on ne peut rien ou si peu… ».

 

 

 

 

Page 1 sur 268
Bannière droite accueil
Bannière footer