Halte aux détritus de toute origine jetés négligemment çà et là sur les espaces verts de l’agglomération ! Qui plus est aux abords de l’Yonne et du parc Roscoff où parfois les découvertes en matière de déchets sont pour le moins surprenantes. Citoyens dans l’âme avant tout, les membres de la JCE ont décidé de relever le challenge et de rendre le site plus propre…

 

AUXERRE : Elles ne devraient pas chômer les équipes de ramassage de détritus en tout genre qui seront collectés aux abords de l’Yonne, près du parc Roscoff et du port de plaisance, ce samedi.

Pour clôturer la période estivale avec panache, les adhérents du mouvement citoyen reconduisent localement la quatrième édition du World Clean Up Day. Un rendez-vous international très mobilisateur qui tente de rendre la planète un peu plus propre, en la débarrassant de ses scories aux origines humaines.

Munis de gants et de pics leur permettant de prélever les détritus, les jeunes gens auront sans doute de quoi s’occuper sous les chauds rayons de soleil leur donnant courage et volonté.

Au-delà de cette collecte, différentes animations ponctueront cette journée. Dont voici le programme dans le détail.

 

 

En savoir plus :

 

Le village pédagogique ouvre ses portes de 10h jusqu'à 17h. Avec la sensibilisation aux gestes écoresponsables, la découverte de la vente en vrac, des ateliers créatifs, la fabrication de dentifrice (atelier avec participation), la récupération de tissus, éco-vannerie, jeux, quizz avec lots à gagner au stand de la Jeune Chambre Economique, un réparateur de vélos pour des diagnostics et des mini réparations, le REPAIR Café pour ramener tous les objets cassés...

Sans oublier la restauration avec « Chez Sido » sa gamme de bowls en contenants réutilisables. Et un spectacle de magie au service de l'écologie pour petits et grands à 16 heures avec le Professeur TRITOU.

 

Thierry BRET

 

 

 

banniere article client arts de vivre

Ils étaient une cinquantaine à manifester à vélo récemment. Répondant à l’appel de l’association « La Roue libre ». Le cortège, vêtu de gilets de sécurité bleus, a parcouru le centre-ville, appelant à une «vélorution». Un néologisme pour désigner une révolution des pratiques de déplacements urbains. Privilégier les déplacements doux, à vélo, à pied ou en trottinette, donc sans émission de gaz polluants, est aux yeux des adhérents une priorité. Voire une nécessité…

 

AUXERRE : Toutes les villes de l’Hexagone ne sont malheureusement pas logées à la même enseigne en ce qui concerne les aménagements qui facilitent ces modes de déplacements.

Auxerre n’est, assurément, pas à la pointe dans ce secteur. Tant il est vrai que l’on a dans les années 70 cherché plutôt à adapter la ville à la voiture. Le fait est que le nombre d’usagers de la route en ville a considérablement augmenté depuis cette époque, rendant l’utilisation de la voiture individuelle souvent problématique.

La première démarche de « La Roue libre » a donc été de rencontrer les élus de la Ville et de la Communauté d’agglomération. Si la C.A. dispose bien d’un adjoint à la mobilité et aux transports sur l’ensemble des 29 communes, il n’en va pas de même pour la Ville d’Auxerre.

Ce qui a amené le président de l’association, Yves LE GOFF, à rencontrer Sébastien DOLOZILEK, chargé de la Sécurité, et Nordine BOUCHROU, adjoint en charge de l’Urbanisme, des travaux et de l’accessibilité.   

De là naît la question : « Qui s’occupe réellement des aménagements vélo à Auxerre ? ».

Car, des aménagements, il en existe ! Que ce soit les consignes à vélos pour les personnes résidant en appartements, ou les voies cyclables, presque toujours discontinues, qui font partie des équipements demandés par la loi Laure de 1996 (Loi sur l’Air et l’Utilisation Rationnelle de l’Energie) et par la loi LOM de 2019 (Loi d’Orientation des Mobilités).

 

 

Un baromètre numérique pour connaître le classement d’Auxerre…

 

La question est là aussi celle du nombre d’usagers : beaucoup hésitent en effet à utiliser davantage le vélo en ville car ils ne se sentent pas vraiment en sécurité.

D’où l’appel de l’association à répondre massivement à la consultation lancée par la Fédération des Usagers de la Bicyclette. Depuis 2017, le baromètre des villes cyclables permet d’établir un classement des villes basé sur les réponses des cyclistes.

Au terme des trois ans du Plan national pour développer le vélo, débuté en 2018, et qui a conduit à une hausse de 30 % des pistes cyclables au niveau national, le moment est favorable pour faire un bilan sur la situation à Auxerre, à travers cet outil unique en son genre qui a totalisé en 2019 185 000 réponses sur 763 communes.

Nul doute que l’année 2021 verra une augmentation significative du nombre de participants à cette consultation, accessible depuis le site www.fub.fr.

 

Claire CIUPA

 

banniere article client arts de vivre

 

Expliquée en long, en large et en travers, la Responsabilité Sociétale des Entreprises ! Pour beaucoup, la RSE n’est qu’un acronyme parmi tant d’autres. Un de plus qui s’invite comme un effet de mode au quotidien dans l’environnement de bon nombre de patrons de sociétés. Et pourtant, à l’instar de Monsieur JOURDAIN qui pratiquait la prose tout en l’ignorant, cette discipline à mi-chemin entre philosophie de l’esprit et concrétisations bien palpables de projets est devenue le fer de lance stratégique des entrepreneurs qui avancent…

 

AUXERRE : Ah, elle en aura suscité des interrogations de tout ordre lors de ce colloque organisé par le MEDEF de l’Yonne dans le grand amphi de la Maison de l’Entreprise ! Elle l’aura interpellée cette assistance, nombreuse et attentive, qui en aura découvert les immanquables vertus applicatives.

Comme une amie qui nous revient dès les premières feuilles de l’automne tombées, la RSE s’est invitée dans le grand bal de la rentrée. Celui de la réouverture des classes qui accueillent nos chers potaches. Celui de la reprise économique qui pointe désormais à l’horizon après des mois de tergiversations et de palabres inhérentes à la crise sanitaire.

Une amie, la RSE ? Nécessairement ! Si on liste l’inventaire à la Prévert des opportunités, potentialités et projets évolutifs qui la concernent, les entreprises d’hier et d’aujourd’hui l’employant à bon escient se placent en orbite idéale pour aborder les réalités du monde économique de demain. C’est une quasi-certitude !

Alors entre amour et désamour, il n’y a pas photo ! De même, qu’il n’y aura pas eu de contradictions allant à l’encontre de cette théorie, lors de ce rendez-vous peaufiné par le MEDEF de l’Yonne qui se veut le chantre de la pédagogie participative en direction de ses adhérents (et des autres) entrepreneurs.

La RSE s’est installée pour longtemps dans le paysage des méthodologies à adopter sans renâcler par les acteurs de l’économie. Il y va presque de la survie de tout outil entrepreneurial qui se respecte !

 

 

 

Le monde de l’entreprise respire et vit RSE…

 

Bien sûr, pour les béotiens que nous sommes, nous autres journalistes, une question demeure : la RSE relève-t-elle d’un truc (et astuces) de consultants en besoin de conquêtes commerciales à tout prix ? Un épiphénomène modal, un peu fourre-tout, où l’on saupoudre le concept d’un zeste de qualité, d’une once de relations humaines dans l’approche managériale ou encore d’un brin d’innovation permettant d’évoluer sur son marché ?

C’est un peu tout cela qui constitue le fondamental profond de cette méthodologie, ne datant pas d’hier puisque déjà dans les années 60 (sous un tout autre vocable) se développaient partout en France les rudiments de la responsabilité sociétale (peut-être plus sociale à l’époque ?) des entreprises.

 

 

Bref, on s’aperçoit très vite, au fil des deux tables rondes illustrant les propos par leurs témoignages choisis sur le volet ou précédemment par la longue tirade introductive de la marraine d’un jour (brillantissime Dominique CARLAC’H, vice-présidente nationale de la vénérable institution invitante et cheffe d’entreprise elle-même) que nous vivons RSE, respirons RSE, évoluons RSE et anticipons RSE depuis belle lurette !

 

 

 

On se lève tous pour la RSE !

 

Eh, oui, comme le célèbre personnage, tiré de l’imaginaire débridé de Jean-Baptiste POQUELIN, bon nombre d’entrepreneurs, au fil de leurs pérégrinations de dirigeants, développent des idées, des concepts, des thématiques, des préconisations inspirés directement de ce fameux précepte. Au nom de la sacro-sainte stratégie et organisation d’entreprise !

Aujourd’hui, plus que jamais, la RSE est partout ! Elle s’est démocratisée à la vitesse grand V, n’étant pas l’apanage des seules grandes structures. Satisfaisant les cadres comme les salariés qui se reconnaissent dans l’application de ses principes bienveillants : social, environnement, ressources humaines, implications, relationnels avec les consommateurs, etc.  

Agrémentée de nombreux témoignages (la vision stratégique régionale de prime abord, puis par le concret vécu par quelques capitaines d’industries de l’Yonne), la conférence offrira un prisme d’idées et d’exemples éclectiques à souhait, à écouter, afin de donner de bonnes raisons aux réfractaires de l’auditoire dans faire autant. Si tant est qu’il y ait un de leurs représentants dans la salle. Pas si sûr !

 

Thierry BRET

 

 

banniere article client arts de vivre

 

 

Entre l’AJ Auxerre, DOMANYS et ACADOMIA, la relation vire au beau fixe ! Et ce n’est pas le renouvellement de partenariat, entériné en ce début de semaine qui apportera une ombre au tableau, bien au contraire ! Les responsables des trois entités ont apposé leurs paraphes au bas d’un document liant les trois partenaires pour de nouvelles aventures pour cette saison 2021/2022…

 

AUXERRE : C’est en présence du président du Conseil départemental de l’Yonne, et accessoirement président de DOMANYS, Patrick GENDRAUD que s’est déroulée la cérémonie protocolaire de la reconduction de partenariat entre trois acteurs clés du paysage icaunais : l’AJA, DOMANYS et ACADOMIA.

Une convention tripartie débutée en 2018 permettant aux enfants des locataires du bailleur social qui assure la gestion de plus de 9 000 logements sur le territoire de bénéficier d’un accès gratuit à la plateforme en ligne « SCHOOLMOUV », gérée par le spécialiste des cours particuliers et du soutien scolaire, ACADOMIA.

Une plateforme accessible gratuitement pour tous les élèves scolarisés depuis le niveau du cours préparatoire à la terminale.

Les vertus de cet outil sont multiples. Non seulement, les jeunes peuvent suivre des cours en s’entraînant à l’aide d’exercices selon leur niveau de classe mais en outre le partenariat leur donne accès à des vidéos pédagogiques adaptés à leurs programmes.

Cerise sur le gâteau : les plus assidus de ces jeunes gens peuvent même profiter de places gracieuses disponibles pour assister à des rencontres de football de Ligue 2 disputées au stade Abbé Deschamps.

Voire si le cœur leur en dit de participer à des stages de football dispensés avec des formateurs de l’AJ Auxerre. Un partenariat pédagogique et distractif gagnant/gagnant pour toute cette frange de la jeunesse auxerroise…

 

Thierry BRET

 

banniere article client arts de vivre

 

Le projet est d’envergure. Les travaux débuteront en juin 2022 pour un achèvement un an plus tard. La réhabilitation de la première pépinière d’entreprises de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne bénéficie des subsides de l’Etat. 600 000 euros obtenus dans le cadre du plan France Relance. Accueilli par Alain PEREZ, président de l’organe consulaire, le préfet de l’Yonne a pu constater de visu que cette rénovation s’avérait indispensable à l’attractivité économique.

 

AUXERRE : Vaisseau historique de la flotte de pépinières d’entreprises que compte la Chambre de Commerce et d’Industrie dans l’Yonne, le site d’Auxerre connaîtra de sérieux bouleversements d’ici quelques mois.

Son relookage de fond en comble est programmé sur un cycle de transformations de près de deux années de travaux. Ceux-ci devant démarrer au mois de juin 2022. Les onze bâtiments de ce complexe économique situé au nord-est de la ville devraient être tous impactés par ce lifting ô combien nécessaire.

Il y a peu, le préfet de l’Yonne Henri PREVOST s’est rendu sur place pour se faire expliquer la teneur de ce futur chantier. Il n’était pas le seul puisque le député de la circonscription, Guillaume LARRIVE, voulait se tenir informer de ce projet qui mobilise les deniers de l’Etat.

En effet, dans le cadre du plan France Relance, un fonds de 300 millions d’euros est consacré au financement du recyclage des friches industrielles dans le cadre de projets d’aménagement urbain de revitalisation des centres villes et de relocalisation des activités.

En outre, un appel à projets piloté par l’ADEME a été lancé en décembre 2020 d’une dotation de 40 millions d’euros de fonds sur deux ans. In fine, trois projets de reconversion de friches issues d’anciens sites industriels ont été retenus pour bénéficier de ces subsides dans l’Yonne. Dont celui de la pépinière d’entreprises de la CCI à Auxerre.

 

 

Le cabinet d’architecte sera choisi en janvier 2022…

 

Au total, l’Etat versera la coquette somme de 600 000 euros dont 150 000 sont consacrés aux études de faisabilité, favorisant de surcroît cette réhabilitation et surtout la création de 2 913 mètres carrés de surfaces dédiées à l’accueil d’activités économiques.

Une aide qui pourrait en appeler d’autres, visiblement. Le préfet précisant au terme de sa prise de parole que « la préfecture verrait pour accompagner après en fonction des projets… ».

Dès le mois d’octobre, l’appel aux cabinets d’architecte sera lancé de manière officielle. Trois d’entre eux seront sélectionnés afin de plancher sur le projet. Le lauréat devant être choisi en janvier 2022.

Au vu de l’importance de ce futur chantier, les prestataires locaux que sont les sociétés du bâtiment et des travaux publics devraient se frotter les mains. Et s’assurer de garnir un peu plus un carnet de commandes déjà bien rempli avec la reprise des activités d’après COVID.

 

 

Placer la pépinière d’Auxerre au cœur de l’attractivité économique…

 

En dotant l’écosystème auxerrois de nouvelles possibilités d’accueil de porteurs de projets, le président de la CCI Alain PEREZ qui clôturera son mandat à la mi-novembre, replace ainsi la pépinière d’entreprises d’Auxerre dans son rôle initial : être un poumon économique attractif au cœur de la ville.

Le site, totalement reconfiguré, deviendra le porte étendard de l’organe consulaire qui y rapatriera son centre de formation, ses différents services et surtout l’intégralité de ses collaborateurs.

Premier loueur institutionnel de notre territoire, la CCI compte à ce jour sept pépinières et hôtels d’entreprises dans l’Yonne, pour un accueil de cent-vingt entreprises dont une soixantaine exercent leurs activités sur le site d’Auxerre et plus de 400 emplois…

 

Thierry BRET

 

 

banniere article client arts de vivre
Page 1 sur 635

Articles

Bannière droite accueil