Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Avec 121 000 pratiquantes licenciées parmi les cinq mille six cents clubs de France, la variante féminine du sport le plus populaire de la planète ne cesse de poursuivre son inexorable essor. Et ce n’est pas l’accueil de la future épreuve mondiale dans l’Hexagone, dès l’année prochaine, qui inversera cette fulgurante tendance. Ces éléments intéressants ont-ils influencé les dirigeants des deux clubs sportifs de notre territoire ? Peut-être. Nonobstant, les responsables de l’AJ Auxerre, Francis GRAILLE, et ceux des deux sections du Stade Auxerrois, Thierry RENAULT et François PRUDENT, ont décidé de conventionner leur accord lors d’une cérémonie officielle, se traduisant dans les faits par la création dès la rentrée prochaine d’une équipe de football féminine à Auxerre…

AUXERRE : Entre le Stade Auxerrois et l’AJ Auxerre, c’est un événement historique de grande ampleur qui vient de se concrétiser il y a quelques jours. « C’est la naissance de quelque chose de grand…, devait d’ailleurs commenter le président du district de football, Christophe CAILLET. Le partenariat entre ces deux structures associatives, en vue de proposer de nouveaux intérêts de développement au football féminin, est en soi une aventure formidable ; tant la discipline gagne en popularité aujourd’hui en France et en Bourgogne Franche-Comté qui recense plus de 6 700 pratiquantes dont 785 sportives licenciées dans le seul département de l’Yonne. A ce titre, et pour demeurer dans une dimension statistique, précisons que l’Yonne compte huit arbitres féminines et 232 dirigeantes et éducatrices réparties dans vingt-huit clubs…

Un projet ambitieux de partenariat un an avant le Mondial en France…

Pour l’un des dirigeants du Stade Auxerrois, Jean-Paul LEVALLET, l’objectif de ce partenariat unique est de favoriser l’éclosion de la discipline féminine au nord de la Bourgogne en multipliant le potentiel des effectifs. « Avoir à nos côtés l’AJA est primordial, devait-il concéder, une AJA forte représente un sérieux bénéfice pour l’ensemble des clubs de la région… ».

Car, ce projet finement ciselé entre les trois dirigeants des clubs icaunais ne se cantonne pas à la seule ville d’Auxerre. Il a pour vocation de permettre à l’ensemble des structures désireuses de promouvoir le foot au féminin de se mettre à l’ouvrage et de profiter de l’aubaine. En y impulsant des effets positifs sur l’éducation et la formation mais aussi la recherche de l’excellence et susciter l’envie de jouer au plus haut niveau possible…

Entérinée pour une période minimale de cinq années, la convention tripartite permettra d’amener au meilleur niveau de jeunes joueuses qui pourront s’aguerrir dans les strates actuelles des championnats régionaux. Avant, peut-être, de briguer pourquoi pas l’échelon supérieur à l’instar de l’équipe féminine de Lyon, victorieuse de sa troisième Ligue des Champions ?

Un projet devant tirer l’ensemble du territoire vers le haut…

Derrière cette initiative judicieuse, un parcours de formation qualitatif verra le jour. S’inspirant des fameuses sections « sport et études » qui préparent les jeunes gens qui les suivent à l’élite de demain, et ce dès le niveau scolaire traditionnel (collège et lycée). L’établissement Fourier à Auxerre qui possède une section sportive féminine devrait profiter de cette manne en élargissant le nombre de ses recrues.

Naturellement, le Conseil départemental de l’Yonne, comme devait le souligner son représentant Pascal BOURGEOIS, lors de la présentation officielle de ce partenariat, sera aux côtés des instigateurs de ce concept innovant et bénéfique à l’ensemble du sport féminin territorial.

Il sera aussi question de recrutement afin d’intensifier et de renforcer la future entité qui va se mettre en place entre l’AJA et le Stade Auxerrois dès la prochaine saison. Ainsi, des journées portes ouvertes seront-elles proposées pour l’accueil de joueuses, néophytes mais aussi chevronnées qui souhaiteraient s’engouffrer dans un pareil projet si ambitieux aux contours sportifs et humains.

Quant aux acteurs économiques, ils n’ont pas été oubliés lors de cette présentation. En témoigne la présence de plusieurs partenaires habituels de ces structures, tels que les dirigeants de GROUPAMA Paris Val de Loire, à titre d’exemple. De l’avis de Baptiste MALHERBE, directeur de l’AJ Auxerre, « les entreprises ne peuvent être qu’intéressées par ce projet novateur qui renvoie une image familiale et positive de l’environnement sportif… ». Le dirigeant a promis de multiplier les initiatives de présentation autour de ce soutien cet été et durant la période automnale.

Conseils, outils et préconisations devaient composer le fil d’Ariane principal de ce rendez-vous, concocté sous la forme de petits ateliers ludiques et pédagogiques, lors des dernières retrouvailles des représentants de l’Association des entrepreneurs du Tonnerrois (AET). Le bien-être, la santé et le positionnement positif de l’humain au cœur de l’entreprise auront permis des réflexions riches et abouties…

TONNERRE : Replacer l’humain parmi les axiomes majeurs de l’entreprise ne représente pas une utopie. Plus qu’une nécessité, cette thématique aura été la trame prioritaire de la dernière séance de travail de l’AET, l’Association des entrepreneurs du Tonnerrois, qui a passé à la moulinette ce sujet quasi philosophique, au cours d’un mini-salon très instructif.

Une quarantaine de chefs d’entreprises et de cadres dirigeants avaient répondu par l’affirmative pour suivre ces échanges, nourris de belles rencontres selon l’avis des participants.

Coaches spécialistes en santé, en pratique de la sophrologie, de l’hypnose, de techniques de relaxation comme le qi-qong, les fascias ou l'hypnose, mais aussi dans l’approche des gestes et des postures purent présenter ouvertement leurs théories quant à l’inéluctable bien-être conféré à celles et à ceux qui en sont de friands adeptes.

Ces discussions de belle facture entre les différents intervenants se prolongèrent durant le cocktail où les convives eurent tout le loisir de pouvoir déguster des produits naturels à base de fruits et légumes, sains à la morphologie humaine.

Trouver un équilibre dans son quotidien au plan du mental et du bien-être influe nécessairement sur l’impact professionnel. Comme devait le préciser le président Eric MONNOYER, lors de son allocution introductive, « pour être bien avec les autres, et efficace dans son travail, il faut être en phase positive avec soi ! ».

Pleine d’originalité et de tonus, cette séance plénière de l’association économique aura permis d’appréhender une facette importante de la vie des entreprises : le bien-être dans sa vie professionnelle, l’ergonomie des espaces de travail et l’équilibre de vie sous tous ses aspects.

Le choix original de boissons et verrines de grande qualité, en adéquation avec le sujet pour une alimentation équilibrée, devait compléter avantageusement cette soirée très réussie.

GY L’EVEQUE : Programme des plus sympathiques à prévoir en cette future journée dominicale dans la commune située à la périphérie d’Auxerre. En proposant un divertissement musical, s’agrégeant lui-même à la présence de danseurs, Didier RIMBAULT, l’instigateur de cette manifestation commerciale qui tente à prendre petit à petit davantage d’ampleur dans le canton, distille avec efficacité sa vision personnelle d’un marché à la sauce originalité.

Outre la dizaine de commerces non sédentaires invités à créer l’animation depuis plusieurs semaines au cœur du village, le marché de Gy l’Evêque trouvera une nouvelle source d’inspiration insolite auprès de l’univers artistique et culturel. Ce dimanche 27 mai, en matinée, les chalands férus de retrouver l’ambiance particulière et chaleureuse des marchés champêtres profiteront de ces innovations. Celles-ci devant se poursuivre et s’intensifier au gré de la saison estivale qui s’amorce.

Exerçant des activités professionnelles au sein du groupe pédagogique de Saint-Joseph La Salle à Auxerre, Didier RIMBAULT a eu la géniale idée de concevoir ce rendez-vous hebdomadaire, aujourd’hui très prisé de la population locale mais aussi des bourgades des alentours. La place de Gy l’Evêque ne désemplit jamais le dimanche matin depuis le mois de mars. Et l’on peut penser que ces attractions supplémentaires, concoctées en présence d’artistes et de musiciens, mettront en lumière cet événement commercial, soutenu par les représentants de la municipalité.

Optimiste, le responsable de ce rendez-vous souhaite sensibiliser quelques joueurs professionnels de l’AJ Auxerre afin de créer l’événement dans un décor totalement décalé. Une bourse aux plantes et aux graines animerait, quant à elle, les matinées dominicales de l’été.

Enfin, les aficionados des marchés retrouveront avec grand plaisir les étals bien garnis de commerçants et artisans de qualité, issus du terroir, et proposant d’excellents produits à consommer sans modération…

Le traitement de surfaces par l’emploi d’ultrasons offre de multiples opportunités techniques avantageuses pour ses bénéficiaires industriels en matière de nettoyage et de décapage. En conviant le dirigeant de la société TIERRA TECH, concepteur de machines de nettoyage par ultrasons à venir s’exprimer devant un parterre d’une cinquantaine de chef d’entreprise et de décideurs institutionnels de l’Yonne, le collectif défiSON, à la tête d’un programme de développement économique hors pair en faveur de la filière sonore, acoustique et vibratoire à l’échelle du territoire régional, a rempli l’une de ses principales missions : apporter de l’information pragmatique au plus près des acteurs de l’économie…

SENS : Attentifs aux explications liminaires de Serge GARCIA, responsable du mouvement collectif défiSON, de nombreux acteurs des milieux économiques, la plupart issus du secteur industriel de notre territoire, ont pris plaisir à écouter avec réelle appétence les arguments favorables à l’emploi des ultrasons en matière de nettoyage et de décapage.

De surcroît, de nombreux secteurs d’activités étaient concernés par la thématique, plutôt technique au demeurant, de cette causerie à laquelle se prêtait fort bien au jeu du questionnement le dirigeant de la société TIERRA TECH, Rudy BADEY.

Qu’il s’agisse des industries aéronautiques, graphiques, plastiques, énergétiques, alimentaires, pharmaceutiques, électroniques, automobiles, voire agricoles ; tous les participants de ce second rendez-vous d’un cycle de trois conférences déclinées par défiSON dans le nord du département trouvaient chaussure à leur pied tant le sujet couvrait cet ensemble de possibilités.

Un programme éclectique d’ici la fin de l’année…

On y a parlé de décapage, de décalaminage, de dégraissage, de nettoyage, de galvanoplastie, d’usinage, de décolletage, de maintenance industrielle (voire l’article consacré à ce sujet par ailleurs…).

Plusieurs partenaires de défiSON apportaient leur concours à la réalisation de cet événement : la Communauté d’agglomérations du Grand Sénonais, la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, l’Union des industries et des métiers de la métallurgie de l’Yonne, ainsi que les clubs d’entreprises BUSINESS SENS et le GIRS, à l’instar de la plateforme technologique O3PI de l’Université de Bourgogne.

Comme le signala Clarisse QUENTIN, élue de la Communauté d’agglomérations du Grand Sénonais, « nous soutenons avec enthousiasme les projets à vocation économique proposés par défiSON… ».

Valoriser les filières du son et du vibratoire en créant un pôle référent unique en France depuis l’Yonne représente l’un des actes fondamentaux de la structure qui a été créée par Serge GARCIA en 2013.

En mars, la structure et son responsable se sont illustrés au Congrès français d’acoustique au Havre, grâce à un stand, et en nouant des liens avec de nombreux spécialistes de la filière et des laboratoires.

Le 07 juin prochain, le troisième épisode de ce cycle aux multiples facettes sera consacré à la réalité virtuelle sonore et la modélisation acoustique. Il se déroulera comme à l’accoutumée dans la grande salle du Village d’entreprises de Sens. Ensuite, les adhérents du collectif (une cinquantaine d’entreprises à ce jour) auront l’opportunité de visiter un laboratoire le 03 juillet. En août sera proposée la découverte des installations sonores de Lannion et du Trégor en Bretagne. Un excellent préambule avant les Rencontres numériques, électroniques et sonores, organisées à Sens les 03 et 04 octobre avec le partenariat d’ACSIEL : le gros événementiel de cette fin d’année dans l’Yonne.

Véritable visionnaire et fervent bâtisseur d’un projet pédagogique respectueux des principes lassaliens et chrétiens au sein du complexe privé d’Auxerre, le directeur du groupe scolaire Saint-Joseph La Salle connaîtra une nouvelle évolution dans sa brillante carrière dès le mois de septembre. Nommé responsable d’un établissement de référence en Ile de France, Gabriel ANDREI laissera un souvenir indélébile auprès des nombreux élèves, enseignants et personnels administratifs qu’il a côtoyé au cours de ces huit années précieuses, faites de relations humaines et professionnelles inégalables…

AUXERRE : Vive émotion lors de la cérémonie commémorative consacrée au bicentenaire de la création de l’école auxerroise lorsque le représentant des Frères des Ecoles Chrétiennes, le Frère Jean-René GENTRIC, devait se ressaisir du micro au terme de son allocution pour déclarer tout de go, « qu’il ne communiquerait pas aujourd’hui le nom du successeur de Gabriel ANDREI… ».

Pour celles et ceux qui ne savaient pas encore que l’actuel directeur de l’établissement d’Auxerre était en partance, l’annonce fit l’effet d’une bombe. Entraînant de facto un imperceptible frémissement parmi l’assistance, venue nombreuse profitée de cette invitation qui célébrait néanmoins un joyeux anniversaire.

Maître en la matière dans la pratique de la gestion réussie de la stratégie institutionnelle (cela put se vérifier une fois de plus à l’énoncé de toutes les composantes présentes comme un seul homme sur cet événement), Gabriel ANDREI ne laissera que des regrets et des amis derrière lui après son départ de la région Bourgogne Franche-Comté.

Un responsable d’établissement juste, humble et généreux…

Humaniste, généreux, à l’écoute des autres, préconisateur de solutions adaptables, sachant « dégager un horizon clair devant lui », comme l’évoquait publiquement le premier magistrat de la Ville, Guy FEREZ, ce personnage indissociable à la réussite de l’établissement a toujours su placer l’intérêt général de ses jeunes élèves et étudiants ainsi que ceux du corps enseignant et administratif au-dessus de tout. En grand capitaine d’une équipe pédagogique qu’il était.

Que ce soit à Saint-Brieuc où il a laissé d’excellents souvenirs ou à Auxerre, son affectation suivante, Gabriel ANDREI a pu fédérer avec maestria les partenaires des milieux pédagogiques, institutionnels et économiques autour de lui. En homme de foi et d’esprit aguerri que sa bonhommie joviale laissait percevoir.

Gageons que son successeur dont le nom demeure encore sous le sceau de l’anonymat reprenne brillamment le flambeau là où le directeur de Saint-Joseph La Salle le déposera une fois la saison scolaire terminée. Un autre cycle débutera alors pour les 1 850 élèves et étudiants fréquentant le complexe pédagogique. Ainsi, va le cours de l’existence…

Page 1 sur 29
Bannière droite accueil