Ne boudons pas notre plaisir ! On espérait voir depuis longtemps l’artiste se produire sur une scène de l’Yonne. Elle qui assène de truculentes chroniques assassines sur les ondes de France Inter. Un bain de jouvence et de franche rigolade, inspiré de sujets qui en sont pourtant très éloignés. Caustique à la limite du dévergondage, l’humoriste égrènera sur la scène du théâtre d’Auxerre un florilège de ses sketchs les plus désopilants : son «Pot-pourri »…

 

AUXERRE : Fichtre ! Pour son retour sur le devant de l’actualité culturelle après une trop longue période de léthargie (bien involontaire on s’en doute !), le théâtre d’Auxerre a mis les petits plats dans les grands pour l’une de ses premières représentations de la saison. Sous le sceau du rire et de la qualité.

Rien de tel que l’irrésistible (et agréable) Constance pour faire travailler nos zygomatiques à satiété après ces mois d’inertie intellectuelle ! Et d’humour renvoyé aux calendes grecques au passage !

Celle qui a dénoncé les puritains moralisateurs de tout poil en osant dévoiler sa poitrine dans les studios de France Inter en direct (!) et devant les animateurs qui n’en croyaient pas leurs yeux sera là en chair et en os sur la scène auxerroise.   

La comédienne, affublée en nonne des plus vertueuses et à qui l’on donnerait le « bon dieu » sans confession ne devrait pas faire dans la dentelle avec ce spectacle, proposé en avant-première au Festival d’Avignon en 2018. Sa quatrième présence scénique articulée autour d’anciens et de nouveaux sketchs.

Depuis, elle le joue aux quatre coins de l’Hexagone, rencontrant toujours la même ferveur parmi ce public qui souhaite rire à gorges déployés et sans complexes.

 

 

Oreilles chastes, passez votre chemin !

 

Auteure à la plume acerbe et finement ciselée, Constance n’y va pas par quatre chemins pour prêcher la bonne parole auprès de ses ouailles nombreuses. Celle de rire de tout et de rien, ce qui parfois peut choquer les chastes oreilles de moralisateurs de bon ton. Et Dieu sait qu’ils se reproduisent sur un rythme effréné en ce début de vingt-et-unième siècle déconcertant.

Les perles, elle les enfile les unes après les autres, incarnant une dizaine de personnages à peu près tous déjantés. Pour ne pas dire plus ! Ici, dans sa bouche, l’humour noir excelle. Même sur des items pourtant très sensibles.

« Si ce spectacle était un plat, ça serait une sorte de hachis Parmentier avec des vrais morceaux de Constance à l’intérieur, explique-t-elle. Dans ce «Pot-pourri», on trouve des anciens comme des nouveaux sketchs fourrés avec soin à la violence verbale poétique et libératrice. Chaque personnage rappelle combien la comédie humaine est absurde : je propose d’en rire plutôt que de se pendre ! ».

C’est sûr : à Auxerre, Constance va faire tomber les masques en bousculant les archétypes de la bienséance et les idées reçues lors de ce spectacle à ne manquer sous aucun prétexte.

Celles et ceux qui aiment la vie et ses réjouissances débusqueront chacune de ses névroses caricaturales à l’excès. En s’esclaffant d’une allégresse à peine contenue. Les autres, les moroses et autres coincés du bocal, ignoreront à jamais cette rencontre salvatrice avec le bonheur d’en rire. Tant pis pour eux !

 

 

En savoir plus :

Constance au théâtre d’Auxerre

Samedi 02 octobre à 20h30

« Pot-pourri »

Durée : 1h15 environ

Renseignements et réservations : 03.86.72.24.24.

Site : www.auxerreletheatre.com

 

Thierry BRET

 

banniere article client arts de vivre

Avant de procéder à sa dissolution, l’Association des Amis de Marc MENEAU ne pouvait manquer d’honorer ce pôle de l’excellence pédagogique que représente le centre de formation de l’Yonne. Un geste, et non des moindres, a été réalisé dans l’intérêt de quatre jeunes apprentis qui suivent les pas du fameux chef bourguignon, autodidacte. Chacun a bénéficié d’une distinction en numéraire. En ayant une pensée pour ce créatif de la saveur sublimée en bouche…

 

AUXERRE: C’est en lisant de multiples ouvrages consacrés à la gastronomie que la célèbre toque de l’Espérance est entrée, comme d’autres en religion, dans les ordres de l’art culinaire en suivant les préceptes de l’un des symboles de la cuisine française, Escoffier.

Autodidacte, n’ayant jamais suivi de formation particulière dans cette noble filière qui deviendra la sienne, Marc MENEAU aura appris son métier, alimentant son savoir-faire de recettes publiées par ses glorieux prédécesseurs dans les livres de cuisine. De ceux qui garnissaient, non pas pour la simple décoration, les étagères de la pièce principale de la maison, jadis. Du temps de grand-mère !

On connaît la suite et l’extraordinaire parcours émérite de celui qui fit les heures de gloire de cet établissement à la notoriété internationale : « L’Espérance », sis à Saint-Père-sous-Vézelay.

Aussi, lorsque le président de l’Association des Amis de Marc MENEAU, Patrick GEORGE, retraça la fabuleuse carrière du maître de Vézelay, les deux jeunes apprenties présentes lors de cette cérémonie (Elise MAQUIN et Sarah LAROCHELLE) ne purent que boire ces paroles si élogieuses à l’égard de cet esthète de la gastronomie, trop tôt disparu.

Entre le CIFA de l’Yonne et Marc MENEAU, c’était une histoire d’amour. Tenace, vibrante tant ce monstre sacré des fourneaux, créateur de références succulentes comme les huîtres en gelée d’eau de mer, aimait transmettre son savoir aux plus jeunes.

 

 

Le souvenir de Marc MENEAU immortalisé sur une fresque murale…

 

Emue, et on l’a comprend à l’évocation de tant de savoureux souvenirs, son épouse, Françoise, ne put retenir ses larmes. Surtout lorsqu’elle découvrit la représentation de son défunt mari sur l’immense fresque réalisée dans le gymnase de l’établissement où le personnage de Marc MENEAU pose, éternel, aux côtés d’une autre référence de la cuisine tricolore : Jean-Michel LORAIN. Troublant de vérité !

Parrain à maintes reprises de promotions talentueuses, Marc MENEAU s’est éteint à l’âge de 77 ans le 09 décembre 2021. Une plaque commémorative évoque dans la cuisine du CIFA sa mémoire. Un souvenir que les quatre jeunes bénéficiaires de ce geste altruiste n’oublieront sans doute jamais. Outre Elise et Sarah, Maidi PSHURTER et Mathias OJALVO auront perçu eux aussi leur précieux subside de deux mille euros chacun, leur assurant le financement de leur permis de conduire indispensable à leur employabilité ou à l’acquisition d’une mallette contenant des ustensiles de cuisine.

Au total, et avant de refermer définitivement le chapitre de son existence, l’Association des Amis de Marc MENEAU aura déboursé la coquette somme de dix mille euros pour encourager les jeunes pousses du centre de formation icaunais à emprunter le chemin suivi par le maître. Une transmission de témoin vécue sous le prisme de l’excellence…

 

Thierry BRET

 

 

 

banniere article client arts de vivre

 

Dimanche, la fine fleur du cyclisme national a rendu un hommage fervent à Philippe GERBAULT. La course a été belle, vive et joyeuse. A près de 45 km/h de moyenne, sur un parcours excluant le plat et la ligne droite, les concurrents ont montré que la « petite reine » porte encore fièrement sa couronne.

 

TOUCY : Dominique CHARPENTIER, maire de Saint-Fargeau, a organisé un départ en fanfare. La foule a applaudi. Les coureurs sont partis avec le sourire et la volonté de tout donner.

Soutenu dans un premier temps, le rythme est devenu plus vif. Le profil du parcours, long de 160 kilomètres, porte la marque de Philippe GERBAULT. Il est une invitation permanente à offrir le meilleur.

La compétition se fait lutte acharnée lors d’un premier passage sur les pavés de Toucy. Les échappées sont significatives et tiennent les spectateurs en haleine au long de trois boucles entre Dracy et Toucy.

A la fin de la course, le Rouennais Rémi HUENS emmène le petit groupe de tête et signe une belle victoire. Le garçon n’est pas un inconnu. Les connaisseurs soulignent une vraie capacité à aller chercher en lui toute l’ardeur nécessaire à la victoire. Depuis 2017, il s’est imposé dans le Morbihan, en Flandre, en Pays d’Othe et maintenant en Puisaye-Forterre.

 

 

La naissance d’une future classique du paysage cycliste…

 

La première édition de la Classique Puisaye-Forterre – Souvenir Philippe Gerbault est un succès à renouveler, chaque année. Ce n’est plus un souhait mais une certitude.

A Toucy, aux abords de la ligne d’arrivée, la foule a vibré, passionnée. L’enthousiasme était communicatif. Henri PREVOST, préfet de l’Yonne, applaudira joyeusement lors du dernier passage avant la confrontation finale entre les meilleurs.

Au micro, Guillaume LARRIVE, député, a partagé son amour du sport en général et du cyclisme en particulier.

La certitude d’avoir assisté à la naissance d’une belle classique s’affirme dans les propos de Gilles DEMERSSEMAN, conseiller régional.

Se voulant pragmatique et gestionnaire, Gilles ABRY, conseiller départemental, rappela tout le bénéfice du sport. Pratiqué par les enfants et adolescents, il est un apprentissage de la vie.

Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI, président de la Communauté de Communes de Puisaye-Forterre, ne cacha pas son émotion.

Transformer l’essai n’est pas toujours chose aisée. C’est le prochain pari d’une communauté invitée à soutenir dans la durée l’organisation de cette course désormais classique.

 

 

En savoir plus

Classement

1, Rémi HUENS – VC Rouen 76 – en 3h 33m 37s

2, Matthew TEGGART – VC Villefranche Beaujolais

3, Maxime JARNET – VC Villefranche Beaujolais

4, Hugo THEOT – USSA Pavilly Barentin

5, Giacomo BALLABIO – Charvieux-Chavagneux IC

6, Clément PETIT – USSA Pavilly Barentin

7, Antoine AEBI – Cogeas-Sogecoma-Akros-Cycling Team

8, Lucas PERIGOIS – Paris Cycliste Olympique

9, Louka MATTHYS – Dunkerque-Grand littoral-Cofidis

10, Louis RICHARD - EC-Saint-Etienne-Loire

 

Thierry CARABIN

 

 

 

 

banniere article client arts de vivre

 

 

La fierté de l’appartenance. A un corporatisme, à une filière professionnelle. La sienne ! C’est le creuset profond, la ligne de conduite immuable des candidats de la liste « La Voix des Artisans ». Celle-ci en découdra durant la première quinzaine d’octobre face à ses adversaires dans une confrontation acharnée que représentent les élections de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat…Malheur aux vaincus !

 

AUXERRE : L’atmosphère se veut bon enfant. Conviviale plus que cordiale entre la douzaine de personnes qui prend possession petit à petit de l’espace de réunion. L’une des salles, située à l’étage de ce bâtiment atypique que peut l’être celui de la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment.  

Autour de Jean-Pierre RICHARD, tête de liste de cette candidature commune référencée sous le vocable de « La Voix des Artisans », on discute, on échange des idées, on se montre courtois et agréable envers les candidats.

Notamment les plus novices d’entre eux qui découvrent pour la première fois les arcanes spécifiques d’une élection consulaire.

Des artisans qui s’opposent à d’autres artisans ! Celles et ceux qui possèdent d’autres convictions que la leur dans la manière de gérer leur outil représentatif : la Chambre des Métiers et de l’Artisanat.

Alors, pour mieux appréhender les enjeux et la complexité de ce scrutin, quelque peu étrange dans sa praticité comptable où les notions de région et de départements s’entrecroisent volontiers de manière ténue, primes en pourcentages à l’appui, rien de tel que les avis experts des ténors de la filière pour espérer entrevoir la lumière de ce processus électoral si important.

 

 

Gagner la suprématie décisionnelle sur les pans majeurs de l’activité économique…

 

On connaissait la ferveur imputable aux échéances politiques traditionnelles dans les états-majors ayant des velléités d’accès au pouvoir ; celle des élections consulaires est comparable !

Ici, on fait fi des partis et mouvements inféodés à des lignes stratégiques devant changer la France. Non, ce serait plutôt une lutte farouche, partisane, une guerre des tranchées entre syndicats et organisations professionnelles qui veulent remporter la mise et gagner la suprématie décisionnelle sur un secteur important de la sphère économique. Ne dit-on pas par ailleurs que l’artisanat est la première entreprise de l’Hexagone !

Se connaître entre soi, découvrir le ban et l’arrière ban du programme électif présenté sous la forme d’une profession de foi, affûter ses arguments avant de se rendre sur le terrain pour aller à la pêche aux voix, expliquer avec moult détails aux représentants de la presse les différences fondamentales qui distinguent les deux listes en lice engagées pour ce scrutin (l’autre est pilotée par Baptiste CLERIN et se nomme « Fiers d’être artisans ») est l’essence même de ce type de rencontre, organisée avec les porte-voix emblématiques de la corporation.

 

 

 

Un leitmotiv qui se veut porteur : « N’abandonnez jamais, vous réussirez ! »…

 

Et dans ce rôle de communicant pédagogue, peu avare en explications abondamment fournies, le responsable de l’U2P 89, David MARTIN excelle ! Il répond à chacune des questions de l’auditoire, rappelle les caractéristiques pratico-pratiques de ce scrutin, en détaille le moindre de ses enjeux.

L’hypothétique rapprochement, envisagé peut-être un jour sous la forme d’une fusion avec le cousin séculaire, la Chambre de Commerce et d’Industrie, correspond à un refus catégorique : c’est non !

Car, conserver son indépendance d’esprit et son leadership d’actions sous le sceau de la seule et unique Chambre des Métiers fait vibrer l’ensemble des candidats de cette liste qui a remporté le dernier exercice, plaçant de facto l’un de ses représentants à la présidence de la vénérable institution, Jean-François LEMAITRE.

Pour autant, même s’il figure bel et bien sur la liste des 36 noms constituant « La Voix des Artisans », l’entrepreneur de Sens ne briguera pas un nouveau mandat où il aurait pu se succéder à lui-même. Aurait-il d’autres prétentions syndicales à faire valoir à l’avenir ? Où souhaite-t-il, tout simplement, se recentrer davantage sur sa société de charcuterie-traiteur ?

 

 

Pour autant, c’est le président de la CAPEB Yonne, à ce poste depuis huit ans, qui s’y colle en relevant le défi : un challenge qui visiblement ne fait pas peur à Jean-Pierre RICHARD, aguerri à des responsabilités importantes au sein de son syndicat professionnel même dans les strates nationales.

Son leitmotiv est simple. Il se plaît à le narrer comme un slogan de campagne : « N’abandonnez jamais, vous réussirez ! ».

Le porte-étendard de la liste unissant entre autres la CAPEB, le CGAD et la CNAMS réussira-t-il son pari ? On le saura au terme de ce long épisode de vote, s’étalant du 01er au 14 octobre.

D’ici là, chacun se répartit les rôles afin de contacter un équivalent de trente artisans pour présenter le programme. C’est sûr avec une telle stratégie au plus près du terrain, les artisans de l’Yonne ne pourront pas prétexter ne pas avoir pu participer à ce scrutin par méconnaissance de son existence !

 

Thierry BRET

 

 

banniere article client arts de vivre

L’exécutif départemental, réuni en session tardive ce vendredi sous la présidence de Patrick GENDRAUD, a voté une motion visant à lutter contre les déserts médicaux. L’organisme a également adopté la dotation globale de fonctionnement des collèges publics et privés pour l’année 2022.

AUXERRE : C’est par un hommage à Patrick CHEVALIER-VANIER, ancien maire de Saint-Clément et conseiller général de Sens-Nord-Est, disparu le 07 septembre dernier à l’âge de 83 ans, que s’est ouverte ce vendredi en fin d’après-midi, la session de rentrée du Conseil départemental.

Une session à l’horaire très inhabituel, débutant vers 17 heures, compte tenu de la visite marathon du Premier ministre Jean CASTEX dans le département. Une première dans les annales de l’institution départementale.

Les débats ont essentiellement porté sur les rapports budgétaires et particuliers au premier rang desquels la dotation de fonctionnement des collèges publics et privés.

Mais en préambule, les élus ont voté une motion visant à exclure les professions de santé du dispositif gouvernemental de zones de revitalisation rurale (ZRR). Un cadre réglementaire national, créé pour aider au développement et à l’installation d’entreprises sur les territoires ruraux à travers des mesures fiscales et sociales, jugé inadapté à la situation de la démographie médicale du département.

Pour mémoire, au 01er janvier 2020, la densité de médecins généralistes dans l’Yonne s’établissait à 0,69 pour 1 000 habitants, soit la plus faible de toute la région Bourgogne Franche-Comté. Des chiffres d’autant plus alarmants a rappelé le président GENDRAUD que les deux tiers des praticiens ont 55 ans et plus et seront amenés à prendre dans quelques années leur retraite.

 

Eviter le risque d’un dumping intra départemental…

 

Sans remettre en cause le principe du dispositif ZRR, ni volonté de stigmatiser les professionnels de santé ou limiter les soutiens fiscaux dont ils peuvent ainsi bénéficier, la motion votée à l’unanimité, a dans son collimateur les critères de sélection d’un système que Patrick GENDRAUD considère comme pouvant « induire des disparités territoriales parfois peu compréhensibles dans les communes ou intercommunalités limitrophes et relativement similaires ».

Evoquant le risque d’aboutir dans certains cas à un « dumping intra départemental » et appelant en contrepartie, à un renforcement des aides à l’installation proposées par l’Etat et la CPAM, ainsi qu’à la mise en place d’exonérations pour les médecins s’installant en zone d’intervention prioritaire.  

 

 

Au menu également de cette session de rentrée, le vote par l’assemblée départementale, de la dotation de fonctionnement affectée aux trente collèges publics présents sur le territoire. Soit une enveloppe globale de plus de 3,32 millions euros, en hausse de 83 697 euros, dont 50 000 euros dédiés aux travaux engagés au collège auxerrois Denfert-Rochereau cette année.

 

 

Ne pas à rougir de l’action menée en direction des collèges…

 

La dotation de fonctionnement allouée aux quatre collèges privés icaunais a pour sa part été votée à hauteur de 1,43 million. Dans le même temps, le Conseil départemental s’est engagé d’ici la fin de la mandature, à renouveler l’ensemble du parc informatique des collèges, soit une enveloppe globale de 2,1 millions d’euros répartis sur trois ans.

Des chiffres que le président Patrick GENDRAUD a salué, qualifiant la politique menée en la matière, de « volontariste et dynamique », rappelant que l’enveloppe consacrée aux investissements dans ces mêmes établissements, serait portée à 20 millions d’euros par an pendant la durée de son mandat, contre 15 millions cette année et 11 millions en 2020 : « Mes chers collègues, vous n’avez pas à rougir de la politique que l’on conduit en direction des collèges… ».

 

Dominique BERNERD

 

 

banniere article client arts de vivre

 

Page 1 sur 656

Articles

Bannière droite accueil