Dans le cadre de notre développement, nous recherchons des correspondants rémunérés, contacter Thierry Bret 06.20.31.05.53

Devra-t-il revoir ses plans, le coureur de l’extrême en quête d’un challenge un peu fou, celui de relier Auxerre à Dubaï à bicyclette ? Devant prolonger son séjour dans l’une des villes les plus orientales de l’Anatolie, Van, l’athlète auxerrois rencontre de sérieuses difficultés pour franchir la frontière iranienne, éloignée à quelques kilomètres de là. En attendant que les choses se bousculent, il tue le temps en faisant du tourisme…à vélo : cela ne s’invente pas, preuves à l’appui !

 

VAN (Turquie) : La moutarde ne lui monte pas encore au nez mais il commence à s’impatienter quelque peu, le champion icaunais à l’assaut de cette fabuleuse pérégrination cycliste à travers une dizaine de pays devant le mener au pied de l’une des plus hautes tours du monde, à Dubaï.

Poursuivant à son rythme (plutôt soutenu pour le commun des mortels) son périple en Turquie, Abderrazzack EL BADAOUI n’a pu franchir la frontière iranienne comme il l’espérait ce mardi.

 

 

 

 

Dès lors, le valeureux coureur a rebroussé chemin vers sa base arrière, la métropole de Van, l’une des dernières grandes agglomérations, sur cet axe si aride et pittoresque reliant l’Anatolie à l’ancien royaume perse.  

Dans l’impossibilité de rentrer dans le pays des mollahs, pour le moment, Abder a converti son temps habituel de circulation sur les routes désertes et montagneuses, par une excursion touristique de Van et de ses environs. A bicyclette, histoire de ne pas perdre la forme physique ! En attendant que les choses s’améliorent ou de trouver un plan B ?

 

Thierry BRET

 

 

 

 

S’il existe bel et bien un corollaire avec le monde de la gastronomie, c’est bien celui-là dont il faut parler ! Une simple histoire de macarons, en somme. Plus, leur nombre est élevé, meilleure est la notation fournie par les jurés. En obtenant le maximum de ces distinctions, soit quatre sur quatre, la start-up de l’Yonne devient la première entreprise française à se voir décerner autant de gages d’excellence pour la qualité de ses services…

 

JOIGNY : Le label se nomme « HS2 ». Le nom de baptême d’un androïde sorti tout droit de la mythique saga de la « Guerre des Etoiles » ? Pas vraiment ! D’une manière plus terre à terre, ce référent pour les seuls initiés du contrôle et de la vérification se rapporte plutôt au monde de la santé. Sous son aspect qualitatif élémentaire puisque le sigle signifie « Haute Sécurité de Santé » !

Cette certification vient d’être attribuée à l’une des pépites de la planète entrepreneuriale de l’Yonne : la start-up PAPY HAPPY dont on ne présente plus les mérites et l’insolente progression depuis son apparition datant de cinq ans.

Accueillie dans les locaux de l’hôtel d’entreprises de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, la petite réception où se pressaient une trentaine d’acteurs économiques du cru n’avait rien d’anodine.

D’une part, parce que ce rendez-vous de début d’après-midi offrait la judicieuse opportunité de retrouvailles heureuses entre cette caste de décideurs après de si longs mois de disette relationnelle. D’autre part, parce que le prétexte de cette rencontre n’avait rien de fallacieux, bien au contraire !

Il s’agissait de célébrer de la manière la plus digne qu’il soit la remise de ce label à la société pilotée par Joachim TAVARES. Sans qu’il n’y ait trop ni de falbalas, ni de prises de tête protocolaires dans son organisation mais avec suffisamment d’explicatifs pour que les participants invités à pareille fête sachent de quoi il en retournait précisément !

 

 

Un audit très poussé ayant démarré en mars 2020…

 

Décerné par l’un des organismes référentiels de la maîtrise des risques, de la certification et de la labellisation depuis près de cent-cinquante ans (APAVE), cet accessit à la qualité optimale vient en fait récompenser le travail accompli par la start-up icaunaise dans son champ d’investigation : les services de qualité pour accompagner les seniors et les familles.

En sa qualité de prestataire de services envers cette frange de la population, PAPY HAPPY a pu, au terme d’un audit poussé démarré en mars 2020, obtenir ce précieux sésame qui atteste du professionnalisme de la structure pour orienter les personnes âgées vers des solutions de logement adaptées et pérennes à leurs véritables besoins.

Au détour de leurs investigations de contrôle, les vérificateurs de l’APAVE ont pu constater que les principes et les valeurs détaillés dans le référentiel de la start-up de JOIGNY étaient bien partagés et intégrés dans la gestion du travail au quotidien.

Gage de confiance, le label « HS2 » fait office de réponse concrète aux enjeux que posent dans notre environnement les problématiques de la vieillesse et de l’autonomie des seniors.

 

 

Des valeurs humanistes et altruistes à mettre en perspective…

 

Acteur clé de l’économie solidaire et sociale, orienté vers la Silver Economie, PAPY HAPPY répond à des valeurs d’humanisme et d’altruisme. Ce qu’appliquent les neuf collaborateurs de l’entité au quotidien.

La start-up, accompagnée à ses débuts par le réseau Entreprendre Bourgogne dont elle fut l’un des brillants lauréats et soutenue par l’Agence Economique Régionale (AER), travaille étroitement avec des EHPAD.

A cela s’ajoutent des collectivités, à l’instar de la Ville de Joigny avec qui elle a obtenu une délégation de service public (DSP) afin d’aider les aînés, la Société Immobilière de la Madeleine (SIMAD) ou encore l’assureur mutualiste, GROUPAMA Paris-Val-de-Loire, avec lequel beaucoup de projets restent à construire.

Avant que ne débute une sympathique collation dans le respect des gestes barrières, le label et son diplôme ont été remis au chef d’entreprise, Joachim TAVARES, par deux représentants du groupe APAVE : Guillaume LE FLOCH, business développeur du label « HS2 » et Damien GAUTHIER, l’un des encadrants de la cellule auxerroise.

Muni de ce nouveau label, PAPY HAPPY rejoint ainsi les promoteurs immobiliers, les bailleurs sociaux, les exploitants de résidence, les fonds d’investissement et les collectivités auréolés de la même distinction et qui interviennent sur ce secteur en croissance de la Silver Economie.

 

Thierry BRET

 

 

Les masques ont fini par tomber. Il en est de même du couvre-feu. L’été frappe ses trois coups et entre en scène, avec comme chaque année, son lot d’activités ludiques, sportives ou culturelles. La ville d’Auxerre vient de dévoiler le calendrier des différentes manifestations qui rythmeront la saison estivale. Avec à la clé un programme à faire pâlir d’envie les « malheureux » partis bronzer sous d’autres latitudes !    

AUXERRE : Que l’on soit Auxerrois ou touriste de passage, il faudrait être d’esprit chagrin pour ne pas dénicher une activité, une visite ou un spectacle, à son goût, dans la liste exhaustive concoctée par la Ville et l’Office de Tourisme pour cet été.

Pour ouvrir le bal des festivités, et en attendant son retour espéré l’an prochain au Parc de l’Arbre Sec, le Festival CATALPA s’installe du 24 au 27 juin à l’abbaye Saint-Germain, dans le parc Paul-Bert et à l’Espacio Piscina. Une randonnée musicale via quatre jours de concerts gratuits à consommer sans modération aucune mais assis, masqués et sur réservation uniquement.

A peine les dernières notes envolées, place au théâtre, à la danse, à la musique classique et au jazz début juillet, avec le « 1,2,3…Festival ». Il se tiendra trois soirs durant à 20h30, sur l’esplanade du théâtre municipal. Annulé l’an passé pour cause de COVID, ce sera aussi du 01er juillet au 28 août, le retour de « Garçon la note ».

Autant de soirées estivales à déguster en terrasse, un cocktail musical là encore, entièrement gratuit, avec une programmation totalisant 45 rendez-vous sur Auxerre et l’Auxerrois ! Une nouveauté cette année, avec la ville de Chablis qui rejoint l’évènement. Comme chaque été, l’opération « Ô la belle toile ! » reprend du service pour des séances de cinéma en plein-air les jeudis soir à l’abbaye Saint-Germain. Avec, et c’est une première, deux soirées en périphérie, à Escolives-Sainte-Camille et Gurgy.

 

 

Les spectacles de rue tiennent le haut du pavé !

 

Place au théâtre de rue les 14 et 15 août prochain et au festival des Rues Barrées. Pas moins de dix compagnies et 32 représentations, gratuites et sans réservation, seront réparties dans différents lieux clos et ouverts de la ville (cours d’école, parkings…), pour des moments magiques rythmés par l’humour et la poésie.

Après le concert de clôture des Estivales de Puisaye en la cathédrale d’Auxerre, dimanche 22 août, ce sera au tour du festival des Arts de la Parole, à donner de la voix samedi 04 septembre dans le décor minéral de l’abbaye Saint-Germain : concours d’éloquence, théâtre, poésie, chanson seront de la partie, avec pour point d’orgue, un concert de la compositrice interprète Jeanne CHERHAL.

« Mens sana in corpore sano… » Et pour retrouver un esprit sain dans un corps sain, rendez-vous au parc de l’Arbre Sec du 08 juillet au 20 août, pour le « Green Stadium ». L’occasion pour les jeunes et adolescents l’après-midi et les adultes en soirée, de découvrir toute une palette de sports proposés par les associations et clubs de la ville : tir à l’arc, paddle, rugby, VTT, zumba, taïchi, yoga, ski nautique, athlétisme, sophrologie…

Les activités au programme sont multiples, avec plusieurs nouveautés cette année, comme le canoë-kayak, le beach tennis, le baptême de plongée ou l’aquagym. Une manifestation qui aura cette année pour fil conducteur, la convivialité et le bien-être pour tous.

Le stade nautique sera également de la partie, autour de l’opération « Savoir nager » : de l’éveil aquatique pour les 4/5 ans à l’apprentissage de la nage pour les plus de 6 ans. Sans oublier les cinq centres de loisirs, tous ouverts du 06 juillet au 06 août et jusqu’à la fin de l’été pour ceux des Brichères et de Sainte-Geneviève.

 

 

Découvrir les atouts touristiques de l'Auxerrois...

 

Labellisés « Pays d’Art et d’Histoire », Auxerre et l’Auxerrois regorgent d’atouts touristiques. Rien de mieux qu’une visite guidée pour en découvrir les trésors, que l’on soit touriste de passage ou habitant du cru. L’occasion cette année, outre les parcours classiques comme le tour de la ville en 80 minutes ou le circuit des plus belles maisons, de nouvelles expériences, comme ces visites entremêlant patrimoine et initiation au yoga.

Les villages viticoles ne sont pas en reste. Chaque mardi, l’oenobus permettra d’en découvrir les paysages et la fraîcheur bienvenue des caves un verre à la main (avec modération bien sûr). Un parcours qui conduira même cette année le visiteur, chaque jeudi, jusqu’à Chablis, en partenariat avec l’Office de Tourisme local.

 

 

Pour en savoir plus… :

www.ot-auxerre.fr

www.auxerre.fr

www.garcon-la-note.com

www.lesilex.fr/catalpafestival

www.auxerreletheatre.com

www.estivales-puisaye.com

 

Dominique BERNERD

 

Quatrième au soir du premier tour avec un crédit de 11,69 % des suffrages (un peu en deçà des projections inhérentes aux sondages), le chef de file de la liste de la majorité présidentielle (La République en Marche, AGIR, Territoires de Progrès, MoDem…) a décidé de ne pas jeter l’éponge. Dès lundi, il a confirmé sa présence au second tour du scrutin régional. Constatant le refus de la présidente sortante de constituer un arc républicain pour bouter le RN du pouvoir…

 

DIJON (Côte d’Or) : Il y a des similitudes parfois troublantes au sein du microcosme politique. Le Républicain Gilles PLATRET a balayé d’un revers de la main la proposition de Julien ODOUL de le rejoindre en vue du deuxième tour de l’échéance électorale ; la présidente socialiste de la Région Marie-Guite DUFAY a en fait de même avec le Marcheur Denis THURIOT, incarnant la majorité présidentielle.

En conséquence, les électeurs de Bourgogne Franche-Comté auront donc à choisir entre quatre candidats dimanche 27 juin pour déterminer le vainqueur de cette joute 2021.

La liste conduite par l’édile de Nevers « La Région partout et pour tous » a confirmé son maintien par un lapidaire communiqué de presse, reçu tardivement ce lundi dans les rédactions.

 

 

« Nous avons décidé d’être présents au second tour des élections régionales.

Nous constatons le refus de la présidente sortante de constituer un arc politique républicain, préférant le sectarisme d’un accord rétréci avec les communistes et les Verts. Nous rejetons bien évidemment les extrémistes des droites. Donc, nous prenons la décision de nous maintenir au second tour, ainsi que les électeurs en ont décidé… ».

Un secret de Polichinelle qui avait été plus ou moins éventé dès l’annonce des résultats à la préfecture de l’Yonne la veille au soir par des représentants de la liste qui souhaitaient à titre personnel le maintien de leur candidat. Leurs vœux ont été exaucés : Denis THURIOT sera bien présent sur la grille de départ dimanche prochain !

 

Thierry BRET

 

 

 

Cet été, comme tous les étés, les familles françaises emprunteront les autoroutes plutôt que les rails. Mais pourquoi diable passer des heures dans les bouchons sous le cagnard infernal, clim à fond, bambins à divertir, pause-café sur les aires d’autoroutes bondées, et pot d’échappement sous le nez ? Plutôt que de prendre sereinement la poudre d’escampette à bord d’un train qui, en plus, laisse moins de trace carbone ? 

 

BILLET : Ça serait tellement plus simple de rejoindre une location de vacances en train ou en avion à l’heure des grands départs. Ça serait tellement moins polluant en empruntant les rails. Seulement, ce n’est jamais le cas : les familles se retrouvent chaque année pare-chocs contre pare-chocs, à se demander s’ils ne vont pas passer leurs vacances sur les autoroutes noires de monde. Les Icaunais, et plus globalement les Français, seraient-ils victimes d’une bouffée de masochisme collectif ? Ou tout simplement dépendants de leur porte-monnaie qui n’est pas forcément celui du Faubourg-Saint-Honoré ? Car pour voyager écolo, il faut être un tantinet bobo.

 

Auxerre-Montpellier : quatre fois moins cher en voiture pour 4 passagers…

 

Car, malgré le prix à la pompe et celui des péages qui a encore augmenté, partir en vacances en voiture demeure bien moins cher que de s’asseoir dans les fauteuils d’un train.

Exemple concret : pour un Auxerre-Montpellier, le prix total en voiture (essence + péage) sera de 109,30 euros via l’A6 et de 70,90 euros via l’A75 (une heure de plus en passant par le pays du pneu Clermont-Ferrand), selon le site ViaMichelin. Comparons avec le site OuiSNCF : le même voyage comprenant deux adultes et deux enfants reviendra à 524 euros en moyenne. Logique que les estivants préfèrent économiser 416 euros pour s’offrir un restaurant, une sortie en bateau et des glaces à la Grande Motte ! 

 

 

Le festival des petites voitures peu confortables…

 

Surchargées, avec un coffre de toit qui fait surconsommer, la majorité des familles ne circulent pas à bord de grandes berlines tout confort. Les belles et grandes routières à 60 000 euros sont sagement garées dans les parkings des aéroports car leurs propriétaires sont assez blindés pour partir en TGV ou en avion puis louer une caisse sur place.

Pendant que Monsieur et Madame Tout-Le-Monde se retrouvent au volant d’un modèle qui coûte en moyenne 20 000 euros d’occasion. Le tarif d’une compacte diesel comme une Renault Megane ou une Citroën C4. Pas la panacée du confort donc, du point de vue de la consommation, du silence, du niveau de sécurité et des performances… 

 

Un constat terrible pour les familles comme pour l’écologie. Les Provinciaux (comme les Parisiens même s’ils ont un trajet en train en moins pour rallier la capitale) n’ont pas le choix : à eux les départs et les retours de vacances en famille dans le bruit et la fureur, en faisant du yoga dans les bouchons et la queue dans les stations.

Quant aux moins fortunés, ils n’ont ni train ni auto : pendant les vacances, ils restent tristement à la maison cantonnés... 

 

Anne-Charlotte LAUGIER

 

Page 1 sur 613

Articles

Bannière droite accueil