De la patience et de l’abnégation ! De l’entraînement, aussi, avec de temps à autre, une pause providentielle. Histoire de souffler un peu avant d’entamer un nouveau programme de réjouissances qui le mènera dans sa mère patrie : le Maroc. Mais, avant cela, le champion auxerrois a eu le plaisir de recevoir une distinction. Une de plus ! La médaille du département de l’Yonne.

 

AUXERRE : De l’émotion et des paroles de sérénité qui réchauffent le cœur. Celles d’un grand monsieur de la pratique sportive et de l’athlétisme. Humble, affichant toujours un large sourire (parce qu’il sait d’où il vient et en conséquence il sait où il va), Abder EL BADAOUI est un optimiste de nature.

Même quand ses muscles souffrent sous la chaleur caniculaire d’une multitude de pays traversés en courant ou en pédalant au détour d’un défi. Même lorsqu’il se fait refouler à la frontière iranienne pensant pouvoir accomplir son périple le rapprochant de Dubaï selon l’itinéraire initial qu’il s’était fixé.

Voilà un garçon qui possède ce bon sens nécessaire pour appréhender la vie. Celle qui ne se créé pas avec une fourchette dorée dans la bouche. Mais qui se construit pas à pas dans le courage et la confiance. Celle que lui accordent les autres. Ses proches, ses amis, ses soutiens, ses partenaires.

 

 

Tous étaient de la fête, lundi en milieu d’après-midi au cellier de la préfecture de l’Yonne. Aucun n’aurait manqué ce rendez-vous distinctif. Celui de la remise de la médaille du Département venant auréoler l’étoile de cet athlète de haut niveau. Une cérémonie protocolaire qui fut présidée par Patrick GENDRAUD, l’incarnation politique de ces lieux.

Juste récompense, en vérité, et ô combien méritée pour cet amoureux des grands espaces qui d’ici quelques jours foulera le sol du royaume chérifien en quête d’un nouvel exploit après deux ans d’absence dans le pays. Il s’agira de relier le port emblématique de l’Afrique, Tanger à Laâyoune, la ville la plus importante du Sahara occidental. Un raid à parcourir à pied le long du littoral atlantique du Maroc, baptisé « Les Foulées Vertes ». Un clin d’œil mémoriel à l’historique Marche Verte du 06 novembre 1975. Un évènement que le plus Auxerrois des Marocains ne voulait manquer sous aucun prétexte…

 

Thierry BRET

 

Haro contre la réforme de l’assurance chômage. C’est l’inéluctable goutte d’eau qui se jette dans un océan tumultueux et revendicatif. Celui qui va déferler sur l’Hexagone en cette journée noire du 05 octobre. A l’appel de quatre syndicats, CGT, FSU, FO et Solidaires. Le territoire de l’Yonne n’échappera pas à cette vague contestataire. A Sens comme à Auxerre…

 

AUXERRE : Les motifs de protestations s’amoncellent. Faisant boule de neige, semaine après semaine auprès de l’opinion publique. Retraite, salaires, emploi, service public, santé… : la France du travail souffre. Elle n’est pas la seule. Celle des retraités n’est pas mieux lotie. Ne parlons pas de la branche estudiantine en totale déliquescence après la crise sanitaire !

Autant d’items qui figureront sur les banderoles tenues à bout de bras par les manifestants ayant répondu à l’invitation de l’intersyndicale du département. A l’instar de cette journée de grève nationale, les organismes syndicaux se mettent au diapason dans l’Yonne. Conviant leurs troupes (et les autres) à descendre dans la rue à Sens (en matinée) et à Auxerre dès 14 heures. Une forte mobilisation est-elle possible ?

 

Thierry BRET

 

Parrainé par des sommités de la gastronomie hexagonale, le trophée IRON COOK réinvestira les cuisines et le restaurant d’application du CIFA de l’Yonne en novembre…2022. L’information a été confirmée par la direction de l’établissement auxerrois. La logique aurait voulu que ce défi plaçant un jeune et talentueux chef sur le devant de la scène se déroule en cette période automnale. Que nenni ! Il faudra donc s’armer de patience. Encore quelques mois…

 

AUXERRE : Quand reverrons nous la cohorte de chefs investir les locaux du centre de formation auxerrois pour la noble cause ? Celle qui permet de mettre en exergue le travail de jeunes talents à l’occasion du fameux défi culinaire inventé de toute pièce par le directeur de l’établissement, Marcel FONTBONNE ?

Un semblant de réponse nous est arrivé il y a peu via l’organe pédagogique auxerrois ! Au mois de novembre 2022 ! Période retenue par les organisateurs de cet évènement à la renommée désormais nationale.

 

 

 

Le successeur de Julien BOUSQUET, dernier lauréat de l’épreuve gastronomique, sera alors connu après une interminable période d’attente. Plus de quatre années puisque la dernière édition de l’IRON COOK a mobilisé tous les intérêts en mars 2018 !

Rappelons que ce véritable marathon de l’art et la pratique de la cuisine gastronomique a pour vocation de réunir la fine fleur des jeunes professionnels de la spécialité devant concourir après des phases sélectives sur dossier. A la clé, le vainqueur empoche la coquette somme de 5 000 euros. Et surtout l’adoubement d’une douzaine de grandes références de la gastronomie nationale inféodée à la décision définitive du jury. Un jury présidé par des pointures de la gastronomie française.

 

Thierry BRET

 

 

 

Accueillie dans les établissements auxerrois du groupe PANEL, concessionnaire BMW et MINI dans l’Yonne, la soirée « triple clubs » du réseau d’affaires ne pouvait se clore sans la présence d’une vedette américaine. De surcroît allemande, au vu la référence originelle du constructeur automobile BMW ! En avant-première, la dernière native de la série des « Gran Coupé » y a été dévoilée !

 

AUXERRE : L’un des responsables de la vitrine commerciale automobile, Manuel FERREIRA, s’en frottait les mains avant même que ne débute le rendez-vous ! Alors que l’actualité BMW coïncidait ces jours-ci avec l’organisation des « Business Days », évènementiel marketing orienté vers le milieu de l’entreprise, la concession auxerroise de la marque d’Outre-Rhin profitait de l’une des soirées de la semaine dernière pour accueillir dans son vaste show-room l’évènement de rentrée du réseau DYNABUY.

A savoir l’accueil de la réunion interclubs de l’Yonne puisque le réseau national y possède trois antennes locales : Auxerre, Chablis et Sens.

In fine, plus de 90 personnes, membres et prospects, y participaient dans un esprit convivial, agrémenté de quelques surprises. L’une d’entre elles fut dévoilée au terme de cette soirée relationnelle réussie : la présentation en avant-première et avant son lancement officiel de l’une des variantes de la série Gran Coupé qui se présentera sur le marché en novembre prochain.

 

 

 

« On a réussi à obtenir l'autorisation de BMW France de présenter cette voiture ce soir, expliqua Manuel FERREIRA. Alors que le lancement officiel de ce modèle n’est pas encore connu… ».

D’ailleurs, le véhicule dont la mise en scène de présentation fut méticuleusement préparée devrait être encore visible quelques jours encore pour les amateurs de jolies cylindrées. Qu’on se le dise !

 

Thierry BRET

 

 

Qu’elle arbore une coiffure de jais ou couleur blonde platine, elle ne change pourtant pas d’un iota dans sa tête, l’élue de l’opposition auxerroise. Jusqu’au bout des ongles, elle revendique sa légitime féminité. Tout en défendant les valeurs de son engagement politique profond, acquis à la cause de l’Auxerrois. Figure du Conseil municipal, elle entame la rentrée avec la ferme intention de faire entendre sa voix. En espérant rayonner davantage ?

 

AUXERRE: Encore quelques heures avant que ne s’effectue le véritable retour sur le devant de la scène de la politique sur l’Auxerrois. Jeudi 07 octobre, précisément, le conseil communautaire de l’Agglomération se délocalisera, une fois n’est pas coutume, à Chevannes en matinée. Accueilli à la salle des fêtes municipales. En fin d’après-midi, le marathon des élus se poursuivra pour les seuls conseillers municipaux de la Ville d’Auxerre. Une session tardive en termes d’horaires dont ils sont coutumiers.

Siégeant au sein du groupe d’opposition « L’Assurance d’une transition sereine », Farah ZIANI ne manquerait sous aucun prétexte cette séance de travail importante. Une tribune idéale qui lui permet d’illustrer dans le concret son engagement personnel. Celui de servir la cause de l’Auxerrois et de ses habitants.

A 36 ans, la jeune femme souhaite incarner un autre visage de l’engagement politique au féminin. Plus proche et à l’écoute du terrain. Plus moderniste, aussi, dans sa façon d’appréhender le mandat qu’elle exerce. Un mandat, certes d’opposition mais un mandat, tout de même !

 

 

 

La jeunesse : l’une des cibles à privilégier lors de ces exercices…

 

L’une de ses marottes actuelles est précisément de multiplier les exercices de communication à tout crin. Avec les citoyens, d’une part, les sollicitant en direct dans les quartiers. Avec la presse, d’autre part, puisqu’elle envisage avec sa coreligionnaire et amie Maud NAVARRE (son alter ego en politique) des rencontres régulières avec les journalistes. Pourquoi un tel besoin de s’exprimer ?

« Nous constatons depuis le début de la nouvelle mandature une réelle fracture avec les électeurs faute de dialogue, justifie-t-elle, alors développer une stratégie où la parole circulerait volontiers et sans tabou vers les citoyens par voie de presse ou autre ne peut être que profitable à l’avancée de nos idées… ».

Ceci étant dit, Farah ZIANI qui ne tourne jamais sept fois la langue dans la bouche avant de parler souhaite enfoncer le clou en faisant bouger les lignes lors de cette saison. En affirmant haut et clair son statut de femme engagée où malgré la parité officialisée par le législateur le machisme et le sexisme règnent toujours en maître.

« Prendre la parole, c’est aussi nous adresser directement vers les plus jeunes, leur faire part de notre engagement, les sensibiliser à la chose publique et qu’ils ne se détournent pas des urnes lors des échéances cruciales… ».

 

 

L’écologie mais aussi la sécurité parmi les thèmes de discussions…

 

Femme et mère avant toute autre chose, l’élue ne veut occulter la transmission des droits et des devoirs envers la société, en somme. La jeunesse, l’ancienne encartée au Nouveau Centre – elle a quitté la formation pilotée par Hervé MORIN il y a peu – représente un item qui l’interpelle à plus d’un titre.

« Moi, j’ai envie que ce territoire rayonne vers le haut. En conservant ses jeunes pendant et après leurs études. En les aidants à s’insérer dans le monde professionnel parmi nos entreprises qui sont en recherche de talents… ».

Combattante dans l’âme, la jeune femme, centriste convaincue mais aujourd’hui sans appartenance de parti, s’est engagée sur l’une des listes vertes conduite lors des dernières municipales par Maud NAVARRE. Avec elle, elle forme un binôme indissociable comme les cinq doigts de la main entre un gémeau (elle-même) et un lion (la figure de proue des Printemps pour Auxerre).

Toutes les deux élues s’inscrivent dans cette même logique de dialoguer avec les Auxerrois. De les rencontrer. De mieux communiquer. D’être dans la transparence.

D’ailleurs, dans un rapide inventaire à la Prévert, les premiers sujets sortis du chapeau ne manquent pas : l’écologie (ça, c’est une évidence !), mais aussi la sécurité. Surtout après l’épisode navrant des nuisances sonores qui étaient survenues sur les quais de l’Yonne courant juillet où les deux élues avaient manifesté leur désappointement face à ces dérives inciviques.

« Peut-être nous envisageons de débatte lors de rencontres publiques de ces différentes thématiques au moins une fois par mois, conclut Farah ZIANI.

Parler au nom de l’intérêt commun semble devenir l’axe prioritaire de Farah ZIANI qui a bien envie d’imposer sa griffe de femme à qui rien ne fait peur sur le territoire dont elle défend les valeurs.

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil