Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

S’il y a bien un terme dont il a une sainte horreur et qui lui fait hérisser le poil dans son usage pratico-pratique au quotidien, c’est bien celui de la communication ! Le président de l’Agglomération de l’Auxerrois et édile d’Auxerre préfère utiliser le mot « information » pour expliquer les avancées des différents dossiers qui se rapportent à la mise en œuvre de l’ambitieux « Projet de Territoire », décliné sur la décennie à venir. Des informations savamment relayées par ses soins, via une lettre officielle qui a été distribuée dans les boîtes aux lettres de l’Auxerrois, couplée à une série de rencontres publiques dans les quartiers de la ville phare de l’Yonne…

 

AUXERRE : Ne lui parlez jamais de « communication » lorsqu’il évoque sa stratégie, car il pourrait voir rouge ou presque, Crescent MARAULT ! Non, lui, ce qu’il aime, ce sont les points d’étape, les focus et autres photographies prises à un instant « t » pour mieux « informer » sur la mise en œuvre de sa politique, applicable sur l’Auxerrois. Toujours dans le cadre de son « Projet de Territoire », la feuille de route initiale qui avait fait l’objet d’un abondant pavé informatif dès le début de son mandat.

Alors, trois années après sa prise de fonction et son installation dans le fauteuil du premier des élus de la capitale de l’Yonne, il n’y a donc rien d’étonnant à ce que le maire-président s’exprime en s’adressant à la population, tant de manière scripturale via une « Lettre aux Auxerrois » de quatre pages en version grand format reçue il y a quelques semaines dans les boîtes postales des habitants, ou de manière orale lors d’un exercice public, décliné en neuf actes dans la ville, les « Rendez-vous avec Crescent ». Un nom de code qui supposerait presque une part d’intimité relationnelle dans ces échanges avec l’interlocuteur !

 

S’il ne se passe rien, alors on ne dit rien !

 

« Expliquer ce que nous sommes en train de faire et non pas nous projeter sur ce que l’on pourrait faire d’ici deux à trois ans » permet de comprendre cette envie d’informer tous azimuts d’un Crescent MARAULT jusque-là disert sur sa politique. D’une part, il est (grand) temps de tirer les premiers enseignements des projets initiés  par son équipe après trois ans de gouvernance. D’autre part, il est judicieux pour l’élu de l’Yonne, de reprendre la main sur ce volet, coupant ainsi l’herbe à toutes les supputations et autres rumeurs, et de dire ainsi « comment se font réellement les choses de manière concrète sur le terrain ».

Un peu comme si Sherlock HOLMES nous gratifiait de sa célèbre formule, « Elémentaire mon cher WATSON ! », sous la plume de Sir Conan DOYLE.

Méthodique et réfléchi, Crescent MARAULT l’est visiblement jusqu’au bout de ses relations publiques ! « Vous savez, s’il ne se passe rien et que l’on a rien à dire, eh, bien on ne dit rien ! ».

Ce n’est donc pas plus compliqué que cela pour comprendre comment fonctionne l’édile auxerrois dans sa stratégie de « communication/information » !

 

 

 

Chacun des administrés doit avoir accès à une information claire et précise

 

Quant au temps politique, il ne joue jamais en faveur des gens trop pressés et avides de tout savoir, avant les autres – tiens, tiens, on dirait qu’il vise les journalistes ! - : « il faut respecter tout un processus qui nous est imposé autour de la mise en place d’un projet dans une collectivité, avec la construction du projet, sa faisabilité, sa validation, la recherche de son budget, sa validation, sa construction, soit une longue période comprise entre deux et quatre ans… ».

Naturellement, plus le projet est complexe, voire kafkaïen à sa réalisation, plus les délais impartis pour le voir se réaliser et enclencher un début d’information seront longs. De la pure logique donc dans la tête de l’ancien maire de Saint-Georges que « tous les élus ayant exercé le pouvoir savent par essence… ».

D’ailleurs, renchérit Monsieur le maire, « c’est souvent à partir de là qu’il y a une incompréhension totale de la part des citoyens qui ne sont pas au fait de ces modalités de fonctionnement et qui supposent que leur municipalité n’agit pas en conséquence sur les projets puisque rien ne se passe ouvertement ni par voie de presse ni par communication inutile ! ».

D’où l’idée, enfin, d’informer en cette période automnale les Auxerrois sur l’avancée des nombreux dossiers en fonction des étapes intermédiaires.

Au fil des quatre pages de cette lettre, pur produit du service de la communication de l’Agglo, qui devrait en appeler d’autres, si l’on suit le raisonnement du maire de la capitale de l’Yonne, la plupart des items évoqués dans le « Projet de Territoire » sont ainsi abordés en toute transparence grâce à des encadrés explicatifs, agrémentés d’une iconographie abondante et de chiffres à l’appui.

« Le but de ce document est simple, souligne Crescent MARAULT, c’est que chacun des administrés puisse avoir accès à une information claire, précise sur les nombreuses actions entreprises par l’équipe en charge de la gouvernance municipale (et/ou) communautaire… ».

 

Après l’écrit, l’oral pour partager la passion pour Auxerre

 

Du devenir de l’abbaye Saint-Germain au développement de la transition mobilité via l’essor du vélo ou du covoiturage, de l’innovation favorisant la transition écologique au changement des 2 300 points lumineux de la ville, sans omettre le renouvellement de l’offre commerciale sur trois ans ou la réhabilitation des logements qualificatifs permettant de revitaliser le cœur de ville : rien ne manque dans cet inventaire non exhaustif qui éclaire sur la nouvelle attractivité que souhaite impulser la gouvernance actuelle. Parmi les autres grands items abordés : l’enseignement supérieur, la réindustralisation, l’eau ou l’hydrogène, évidemment.

« Tout cela répond à un double objectif, insiste Crescent MARAULT : préserver la qualité de vie de l’Auxerrois et attirer sur ce territoire de nouvelles entreprises et de nouveaux habitants… ».

Le bilan de ce mi-mandat étant couché noir sur blanc sur le papier (un couché brillant du plus bel effet pour les puristes !), il était logique dans cette continuité informative de le commenter ensuite en public, en allant au-devant des habitants des quartiers auxerrois.

A cet égard, neuf rencontres sont ainsi programmées d’ici la mi-novembre pour l’élu d’Auxerre qui entend partager sa « passion » de la gestion de la ville auprès de ses administrés.

Une passion qui l’amène à évoquer les changements visant à améliorer au quotidien la vie des quartiers. Mais, aussi sans langue de bois – ce n’est pas le style du personnage ! – ceux qui peuvent occasionner des doutes et interrogations parmi les esprits chafouins : à l’instar de la suppression de la collecte des déchets en porte-à-porte qui suscite depuis sa validation communautaire à cinq voix près, moult remous parmi l’opposition (c’est son rôle) et des habitants amers qui n’adhèrent pas du tout à ce projet contraignant.

Bref, un exercice d’information sans filet mais pas sans courage que Crescent MARAULT aborde seul ou aux côtés de ses élus municipaux, avec pugnacité et volonté de pédagogie afin de convaincre les plus réfractaires à l’adoption de son « Projet de territoire ». Dans un souci de partage d’idées et d’échanges constructifs selon les règles initiales de la démocratie…

 

Thierry BRET

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Dire que le directeur de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne n’ait pas été bluffé par le résultat observable devant ses yeux serait un doux euphémisme ! Il a été conquis par la modularité du concept, Jérôme MAYEL ! Il n’est pas le seul. Cela a bien fait rire l’ingénieux Antoine DEMEYRE – directeur général de l’entité DERIMO -, à l’origine de cette cure de jouvence apportée en mode économie circulaire à un container maritime réformé. Grâce à cela, LOGI Yonne dispose désormais de sa salle de sport. De quoi satisfaire ses collaborateurs !

 

GRON : Mieux que les « ALGECO » ! Voici les containers maritimes réformés en variante salle de détente et de sport ! Une trouvaille fantastique qui va dorénavant faire le bonheur de la douzaine de salariés employées par LOGI YONNE sur la zone portuaire sénonaise.

Le principe est simplissime : on prend un vieux container, usé et fatigué d’avoir été transporté sur tous les océans du globe par des navires à l’estampille asiatique rempli à ras bord de marchandises, on le « plie » en deux – çà, c’est pour la façon imagée ! – car c’est tout de même une structure métallique costaude, et on bidouille le tout avec dextérité et savoir-faire, après un aménagement, pour lui offrir une nouvelle jeunesse !

Tel un Phénix renaissant de ses cendres, se présente face à nous…un espace de 30 mètres carrés flambant neuf qui accueille maintenant des agrès et autres appareils pour parfaire sa musculature…

Là, on en reste bouche bée une fois pénétré à l’intérieur de ce qui jadis transportait peut-être de l’électronique made in China ou des engrais.

Leds au plafond, climatisation réversible, tapis de sol pour le confort des disciples de la pratique de la détente sportive : le nouvel espace, officiellement opérationnel depuis vendredi, a été inauguré par Didier MERCEY et David BUQUET, les responsables de LOGI Yonne, l’un des opérateurs actifs du transport multimodal de notre région sur l’axe, Paris, Seine et Normandie. Bref, l’ouverture vers le monde depuis Le Havre !

 

Des containers usagés qui reprennent goût à la vie

 

Invité à cette soirée de présentation, et pour cause puisque la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne est toujours propriétaire de cette zone de fret au bord de l’Yonne septentrionale, Jérôme MAYEL. Le directeur général de la chambre consulaire a constaté avec ravissement toutes les opportunités subtiles offertes par ces vieux containers usagés qui, une fois retapés dans l’esprit éthique de l’économie circulaire, pouvait servir à d’autres fonctionnalités.

 

 

On doit ce tour de passe-passe un brin facétieux pour la déontologie mais surtout très professionnel quant à l’usage à la société DERIMO, basée à Sens, le spécialiste de la construction à partir de containers. Arborant un large sourire, son dirigeant, Antoine DEMEYERE, ancien cadre bancaire, a fourni moult explications sur le processus de modélisation de ces espaces métalliques, parfois recouverts de végétation pour faire encore plus naturel, des espaces qui apparaissent un peu partout au gré de notre environnement. C’est le cas sur le Sénonais avec un nouveau centre de kinésithérapie ayant nécessité l’apport de quatorze containers placés cote à cote.

Au port de GRON, même la prestigieuse Fédération française des Sports en entreprises et Harmonie Mutuelle ont apporté leur caution morale pour que ce container des plus ordinaires à l’origine ne devienne cet espace que les collaborateurs de LOGI Yonne pourront fréquenter à leur rythme et selon leurs envies durant les moments de  pause.

 

 

Un marché en développement auprès des particuliers, collectivités et entreprises

 

D’ailleurs, les premiers qui ont testé l’endroit y ont déjà pris goût : la structure a même reçu son nom de baptême, « LOGI Sport » ! De là à ce que Didier MERCEY et David BUQUET ne rebondissent en labellisant l’enseigne et ne la commercialise à l’avenir en inondant l’Hexagone, il n’y aurait qu’un pas !

Une idée pas si saugrenue que cela puisque DERIMO achète les containers usagés à une structure entrepreneuriale appartenant à Didier MERCEY (« Containers Equipement Service ») avant de les relooker à sa sauce et selon les desiderata de ses clients.

Aujourd’hui, il n’est  pas rare que des particuliers, entreprises et collectivités dans un souci de recyclage optimisé des produits arrivant à l’obsolescence se dotent d’une piscine, d’une pièce à vivre supplémentaire, d’un local pro, voire d’une cave à vin via des containers.

L’avenir de l’immobilier est dans le container : qu’on se le dise !

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

On ne prend pas les mêmes et on recommence ! Non, cela tourne à un rythme très régulier, à chaque semestre ! Tout en étoffant l’équipe qui ne cesse de croître. Ainsi va l’existence au sein du BNI (Business Network International) d’Auxerre qui vient d’assurer une nouvelle passation de pouvoir entre deux de ses responsables, Francis MOREAU cédant la place à son successeur, l’expert-comptable Damien HURE, à la présidence…

 

AUXERRE : Tiens, tiens, on retrouve avec plaisir cette figure historique du RCA (Rugby Club Auxerrois) – il en fut le capitaine il y a peu encore – sur le pont, prêt à relever de nouveaux défis ! Dirigeant du cabinet d’expertise comptable NLD Expertise, Damien HURE se rappelle à notre bon souvenir en endossant une nouvelle responsabilité dont il a coutume : la présidence d’un club d’affaires ayant toujours le vent en poupe sur l’Auxerrois, l’inoxydable BNI, l’une des plus anciennes vitrines du business portée par Christophe et Emma REMY, de PROXILOG, il y a quelques années de cela.

Une structure associative, véritable réseau de recommandation utile au développement du chiffre d’affaires de ses membres qui n’a plus besoin d’être présenté dans le sérail de l’entrepreneuriat.

D’ailleurs, le BNI Auxerre se porte comme un charme. On se souvient au printemps dernier d’une opération de sensibilisation qui avait fait converger autour d’une immense table en U une cinquantaine d’entreprises prospectées. On en voit aujourd’hui les fruits avec de nouvelles adhésions dont profite l’un des quatre clubs de l’Yonne.

Parmi les nouveaux impétrants : FESTINS de Bourgogne – l’incontournable référence des cocktails et autres réceptions traiteur – et l’entreprise de nettoyage, AG Net, structure forte de ses 180 salariés, tout de même !

De belles perspectives, en somme, pour Damien HURE, président fraîchement installé dans le fauteuil de responsable, qui sera accompagné de Cédric BOLLORE, vice-président – il est gérant de la papeterie des Deux Ponts – et de Sylvie RACOT, qui cumule les fonctions en sa qualité de secrétaire trésorière, elle-même co-gérante de la société de BTP CESCHIN à Bazarnes.

 

Thierry BRET

 

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Elle se présente en qualité de « personal shopper », la structure gagnante du jour. Littéralement, c’est une conseillère en image. Au quotidien, elle propose à sa clientèle de particuliers et de professionnels un service d’achat personnalisé, question garde-robe, mais aussi en produits d’hygiène corporelle destinés aux pensionnaires des hôpitaux et EHPAD. Implantée à Toucy et rayonnant déjà sur trois départements, ELOGES DECALEES a su séduire le jury du concours de la Dynamique territoriale concocté par GROUPAMA et INITIACTIVE 89.

 

AUXERRE: La carte de visite de la jeune femme révèle un tant soit peu son caractère. Libre, indépendante, pugnace, volontaire. Une silhouette noire d’une femme au large chapeau – elle n’est pas sans rappeler une fameuse gitane usitée jadis par des publicistes – illustre le bristol, affichant ses coordonnées. Sobre, chic et efficace ! Autre curiosité, l’appellation de la profession. « Personal Shopper ». Voyez-vous çà !

Au pupitre, assurant la présentation de sa jeune structure (« ELOGES DECALEES »), lumineuse dans sa tenue rouge flamboyante et à l’aise dans l’exercice oratoire, Elodie DECALEE évoque son concept, ses projets et perspectives. Visiblement, cela marche vraiment fort pour elle ! Son service de shopping personnalisé, destiné tant aux particuliers qu’aux professionnels, a su trouver sa place, tant dans notre territoire que chez nos voisins, puisque les départements du Loiret et de la Seine-et-Marne ne sont pas insensibles à ses prestations.

Surtout que la jeune femme a trouvé son fil d’Ariane en proposant à la commercialisation l’essentiel des produits d’hygiène corporelle à une cible souvent honnie par les circuits de la distribution habituelle : les malades accueillis dans les centres hospitaliers et les seniors vivants à demeure en établissements spécialisés.

 

Un concept 100 % original, sociétal à souhait et par les temps qui courent cela procure un bien fou au niveau de l’altruisme : il n’en fallait pas davantage pour que le jury de professionnels, composé de représentants de l’assureur mutualiste GROUPAMA Paris-Val-de-Loire et INITIACTIVE 89, fasse pencher la balance du bon côté de la médaille !

Munie de son trophée – une jolie pièce imaginée par les fertiles et créatifs frères CHOIRAL de C MY-PUB – Elodie DECALEE repartira de cette soirée avec en sus un subside de mille euros, ce qui n’est négligeable pour mener à bien le développement de ses affaires.

On retiendra pour le fun l’excellente seconde place de Delphine RAUSCENT, de la société VERT LAINE – l’isolant à base de laine de mouton - et la troisième de Gaëtan QUILLIN (« QUILLIN Traiteur ») qui dépasse désormais le million d’euros de chiffre d’affaires, trois ans seulement après sa création ! Une «junior entreprise » suivie dès le début par Jacques BLANCHOT et Pascal MAUPOIS, dirigeants de GROUPAMA, satisfaits du chemin accompli par ce cuisinier en devenir…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Tôt ou tard, ce type d’accord devait être signé entre ces deux acteurs de la vie économique régionale. Allier leurs forces au service de la transition énergétique des TPE et PME est devenu un nouveau leitmotiv entre la banque mutualiste de Bourgogne Franche-Comté et l’antenne territoriale de BPI France. Une convention de partenariat qui a pris date ce mardi 03 octobre au siège de Quetigny…

 

DIJON (Côte d’Or) : Nouveau directeur général de la Banque Populaire de Bourgogne Franche-Comté, François de LAPORTALIERE a apposé pour la première fois depuis sa nomination à cette fonction sa signature au bas d’un document officiel. Un paraphe le liant désormais à l’antenne régionale de BPI France. Une convention qualifiée d’historique par les deux parties. Elle concerne la mobilisation des deux structures au service de la transition écologique et énergétique des TPE/PME.

Dans les faits, et agissant dans l’intérêt des entreprises de la région confrontées à la double problématique, la Banque Populaire BFC et BPI France s’engagent à faire bénéficier les entrepreneurs d’un diagnostic de « décarbonation ». Celui-ci étant réalisé par des spécialistes, des experts en la matière qui sont subventionnés par l’ADEME.

Aux côtés du nouveau dirigeant de la banque régionale prenait place lors de la signature, Eric VERSEY, directeur exécutif de BPI France en charge du financement et du réseau. Un acte fort en faveur de l’accélération de cette transition écologique et énergétique, indispensable à la survie de notre planète.

En quoi consistera ce fameux diagnostic qui est baptisé, par ailleurs, « DIAG Décarbon’Action » ? A l’aide de cet outil, un premier bilan GES (gaz à effet de serre) sera ainsi proposé aux entreprises désireuses de réduire leur empreinte carbone. En outre, elles auront l’opportunité de construire un plan d’action et de le mettre en valeur.   

    

Un enjeu stratégique pour toutes les entreprises

 

Pour Eric VERSEY, c’est simple : « « Face à l’urgence climatique, BPI France et la Banque Populaire BFC allient leurs forces pour toucher le plus grand nombre d’entreprises et accélérer la transition des PME de la région, en s’appuyant sur une méthodologie robuste et un réseau d’experts sélectionnés par BPI France, tout en bénéficiant d’un cofinancement par l’ADEME… ».

Du côté de François de LAPORTALIERE, l’analyse est de la même veine : « Nous sommes fiers de proposer à nos clients ce diagnostic et de les accompagner dans leur feuille de route environnementale. C’est aujourd’hui un enjeu stratégique pour toute entreprise, quel que soit son secteur d’activité. À la BPBFC, notre mission est de soutenir les projets qui assurent un avenir durable à nos clients ».

Responsable de la société experte dans la transformation de pièces en caoutchouc (GEFICCA), Vincent DESNOST a apporté son témoignage via une vidéo avant le terme de cette cérémonie protocolaire.

« Ce diagnostic « Décarbon’Action » a permis de mettre en évidence que GEFICCA était en mesure de gagner 200 tonnes de CO2 par an. Pour la mise en place de l’une de ces mesures, une ferme photovoltaïque sur le toit de l’entreprise, nous avons fait appel à un cofinancement entre BPI France et la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté au travers de leur prêt « green » ».

Dès à présent, les clients de la BP BFC concernés par la réalisation d’un premier bilan GES chiffré peuvent contacter leur chargé d’affaires entreprises ou consulter la page dédiée à l’aide du lien suivant : https://www.banquepopulaire.fr/bpbfc/communication/la-bpbfc-engagee-aux-cotes-de-bpifrance/.

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil