Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
110 Bourgogne
Région Bourgogne France-Comté
Criquet Magazine
Lycée Saint-Joseph de la Salle
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
chambre des métiers et de l'artisanat
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat
logo-110-bourgogne-ok.png

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Un renouvellement de partenariat, c’est le plus souvent une simple formalité, certes. Mais, il est toujours bon de le graver dans le marbre mémoriel via une séance photographique à la clé ! C’est ce qu’a cru bon de faire (et il a eu raison !) le nouveau responsable de la CPME de l’Yonne, Didier BARJOT, qui séance tenante a pris soin d’organiser avec la chargée des relations partenariales du groupe VYV, Christelle GOURDIN, cet instant immortalisé par l’objectif…

 

AUXERRE : Cela fait déjà une décennie que la relation partenariale entre la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises de l’Yonne (CPME) et le groupe assurantiel VYV existe. Pas étonnant, donc, que les sourires s’affichaient sur les visages radieux des signataires de ce document, paraphé à Auxerre, lors d’une réunion de travail à laquelle participaient Didier BARJOT, le nouveau président de la CPME 89 depuis quelques semaines – il a succédé à Baptiste CLERIN qui est en charge aujourd’hui de la cellule Artisanat au sein de l’institution patronale -, la nouvelle secrétaire, Peggy PRINCE et la chargée des relations partenariales du groupe VYV, Christelle GOURDIN.

 

 

Protégeant aujourd’hui près de 11 millions de personnes en France, VYV est un partenaire de poids pour l’entité patronale de l’Yonne en matière de protection sociale. C’est ce qu’est venue rappeler la représentante du groupe de prévoyance et de protection lors de ce déplacement en terre de l’Yonne.

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Il reste moins de cent jours avant l’évènement planétaire ! Le compte à rebours est désormais enclenché et le Département de l’Yonne ne veut pas manquer une occasion pour rappeler à notre bon souvenir ce rendez-vous qui ne revient dans l’Hexagone qu’une fois par siècle, dans sa version estivale il va de soi. Dans les faits, cela s’est traduit il y a peu par l’inauguration de l’esplanade olympique, agrémentée d’une imposante statue de la flamme, œuvre du sculpteur Yvan BAUDOIN. Il n’y a pas de doute, le territoire est bel et bien dans les starting-blocks !

 

AUXERRE : Sur le petit promontoire, situé à l’entrée du « 89 », le siège du Conseil départemental de l’Yonne, une forme bizarroïde est encore recouverte d’une bâche plastifiée de couleur bleu sombre. Deux sangles de cuir entourent la curieuse et massive figure qui s’érige vers le ciel. Sans que l’on sache de quoi il s’agit précisément en termes de représentation. La fameuse flamme olympique, qui sera dévoilée un peu plus tard dans la soirée...

Non loin de là, le site institutionnel présente une effervescence inhabituelle. Ici, un mini stand de handball en fauteuil est fonctionnel. Là, un panneau de basket et quelques ballons sont installés par des moniteurs. Un peu plus loin, des tables qui accueilleront dans quelques instants des pongistes en herbe. Il est vrai que depuis l’émergence médiatique des frères LEBRUN, promis à de belles aventures olympiques à Paris, le tennis de table possède une cote royale auprès des plus jeunes dans l’Hexagone !

On est loin de l’affectation habituelle du lieu, constituant le parvis de l’imposant édifice, une zone de stationnement ! C’est un grand jour, du moins une belle fin d’après-midi pour les organisateurs de cette manifestation : la célébration du seuil des cent jours avant les Jeux de Paris. Avec un Conseil départemental plus que jamais mobilisé et engagé avec ses partenaires – ils sont à date plus de 120 artisans de ce succès à être rassemblés au sein du club éponyme -, en premier lieu le CDOS 89, le Comité départemental Olympique et Sportif de l’Yonne.

 

 

Une cérémonie d’ouverture sur la Seine ou…sur l’Yonne ?!

 

A l’intérieur, ça bouge également dans tous les sens ! Franck CHAUFOURNAIS, dirigeant du Centre E.LECLERC de Sens, est soumis à la question sur le stand improvisé de nos confrères de France Bleu. Celles posées par l’infatigable Nathalie RIVAUD que l’on aperçoit désormais partout ! Ici et là, y compris du côté de l’AJA !

On s’essaie à la prise de vue aux côtés des mascottes officielles des JO de Paris, on admire dans le hall d’entrée de l’autre espace menant vers l’auditorium les œuvres de l’artiste JACOBLEU – il nous avait déjà gratifié la saison dernière d’une très belle exposition à Auxerre dans une galerie sise près de l’Abbaye Saint-Germain – ou la fresque murale extérieure de CRAZYPRAY, haute en couleurs. Les convives se serrent comme des sardines vers un petit pupitre avant que ne débutent les prises de parole. Celle, notamment, très attendue, du « boss » du CD 89, à savoir Patrick GENDRAUD.

« C’est une bonne thérapie que de sentir du bien-être autour de soi, plaisante l’orateur dès le préambule de son intervention, nous sommes à cent jours d’un moment historique que nous attendons avec impatience. Nous sommes à cent jours de la cérémonie d’ouverture qui sera accueillie sur…l’Yonne, car comme j’aime à le rappeler, c’est bien l’Yonne qui coule à Paris et non la Seine ! ».

Une affirmation qui lancera sans doute maintes polémiques chez les puristes de la chose géographique mais qui fera éclater de rires une assistance attentive aux propos tenus.  

 

 

Taïwan, Ouzbékistan, Canada…l’Yonne s’ouvre à l’international avec les Jeux

 

Très tôt, dès le mois de mai 2022, le Conseil départemental de l’Yonne s’était positionné sur l’accueil de la flamme olympique sur le territoire. Une procédure qui s’était soldée par la signature officielle d’un partenariat avec le Comité national organisateur de l’évènement à Paris, entre Patrick GENDRAUD et le triple champion olympique de canoë-kayak, Tony ESTANGUET, président de ladite institution.

« Tous, élus, partenaires et agents jouent le jeu des Jeux, poursuivit l’orateur, dans le cadre du concept « Yonne 2024 », piloté par Philippe LALA et son équipe… ».

S’en suivirent des applaudissements nourris pour cette structure organisationnelle des animations autour des Jeux, qualifiée de « soudée ».

Porteur de bonnes nouvelles, Patrick GENDRAUD annonça qu’en plus d’une délégation de sportifs canadiens (rugby à VII), une sélection en provenance de Taïwan (tir sportif) sera accueillie dans l’Yonne, très prochainement. Une autre délégation, en para-athlétisme, et en provenance de l’Ouzbékistan fera de même.

 

 

 

Des informations prouvant que l’Yonne possèdera bien cette dimension internationale avec la réception de ces athlètes de haut niveau à l’été prochain.

Un vrai défi pour l’Yonne, qui se définit depuis toujours dixit l’élu départemental comme une « terre d’exploits » (architecturaux, gastronomiques, patrimoniaux, artistiques) et qui veut véhiculer le message de paix et de fraternité à l’ensemble du monde, le 11 juillet prochain.

« Gageons que ce message fraternel et unitaire se propage dans toutes les zones de conflits, souligna Patrick GENDRAUD moins optimiste, il est vrai qu’il y en a beaucoup qui secouent le monde actuellement… ».

 

Le 11 juillet dans tous les viseurs !

 

Se retournant vers son voisin de droite, le sculpteur Yvan BAUDOIN, le président du Conseil départemental parla ensuite de cette pierre de Massangis avec laquelle a été travaillée la magnifique flamme, encore cachée quelques instants des regards des invités.

« Cette flamme va perdurer dans le temps, ajouta Patrick GENDRAUD, on sera tous morts que elle, elle sera encore là ! ». De l’humour, toujours et encore.

Un président, fier et content d’être là, faisant sourire l’auditoire, avant, un peu plus ému de saluer le travail émérite de l’artiste icaunais, « vous avez fait éloge de très belle manière de notre département grâce à vos publications numériques et de cela je vous en remercie… ».

Evoquant le passage de la flamme le 11 juillet, Patrick GENDRAUD invita le public à prendre encore son mal en patience, et ce jusqu’au 04 mai, pour connaître tous les détails de ce périple dans l’Yonne. Notamment dans les sept villes traversées.

 

 

« La flamme n’est pas encore là, mais ça brûle déjà au niveau de l’enthousiasme, insista l’ancien maire de Chablis, d’ailleurs, ce 11 juillet, il faudra vibrer à Avallon, partager à Vézelay, embraser Sens, fêter Saint-Fargeau, applaudir à Migennes, adorer Chablis et célébrer Auxerre… ».

Prenant le temps d’apprécier la fresque olympique, peinte par CRAZYPRAY sur l’un des murs de l’édifice départemental, le public fut convié ensuite au dévoilement de la flamme à l’extérieur, près de l’entrée principale du « 89 ».

Avant de participer aux mini-épreuves concoctées par de nombreuses associations sportives, réunies par Patrice HENNEQUIN, le président du CDOS 89. Les porteurs de la flamme posèrent également pour la séance photographique aux côtés de François BOUCHER, vice-président du CD 89 et du président GENDRAUD.

« Merci de tout cœur pour tout ce que vous faites, clôturera ce dernier sobrement, le sourire aux lèvres. Belle image que celle-ci…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Cela couvait depuis un moment dans les alcôves et l’état-major du Rassemblement National, cette affaire ! L’information a été rendue officielle par l’attachée de presse du RN, Elise LAPLACE, en tout début d’après-midi mercredi via SMS et communiqué de presse, au contenu très lapidaire. La tête de liste aux élections européennes et président du parti mariniste Jordan BARDELLA se déplacera bien à Sens, samedi, à l’occasion de l’inauguration de la 95ème Foire exposition…

 

SENS : Jordan BARDELLA à la foire de Sens ?! Ce n’est ni une blague de potache ni une plaisanterie douteuse colportée par quelques adeptes des réseaux sociaux, souhaitant diffuser en faisant le buzz de l’intox !

La tête de liste aux élections européennes et président du Rassemblement National a confirmé sa présence dans l’Yonne septentrionale ce samedi 27 avril par l’intermédiaire du service de presse de la formation souverainiste ce mercredi.

A la demande du député de la circonscription, Julien ODOUL, président du groupe RN au Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, celui qui est en pole position de ces futures échéances électorales – le dernier sondage du jour pointe la liste bleu marine à 31 % des intentions de vote le 09 juin, soit un point de moins par rapport au précédent – a répondu favorablement à l’invitation, non pas des organisateurs de la manifestation on s’en doute, mais bel et bien du parlementaire de l’Yonne.

Le jeune président du Rassemblement National a même programmé un échange avec la presse – campagne oblige ! – au beau milieu de la matinée. Où il ne manquera pas de rappeler les arguments principaux portés par sa liste et ses motivations personnelles à la conduire. Les médias affûtent déjà leurs questions contradictoires !

Ce n’est pas la première fois que Jordan BARDELLA effectue un déplacement en terre icaunaise. Loin s’en faut, dès que Julien ODOUL lui demande !

 

 

Fidèle habitué des plateaux médiatiques parisiens, le député de la troisième circonscription de l’Yonne, avec cette invitation faite au ténor de son parti, vient de transformer à sa manière un évènement traditionnellement commercial et économique en une véritable vitrine politique hexagonale, et au premier jour de la manifestation.

En ayant prolongé le suspense quant à la venue de l’intéressé, jusqu’à la dernière minute, ce qui doit laisser perplexe et soucieux les organisateurs de la manifestation, la Ville, ne serait-ce qu’au niveau de la sécurité et du service d’ordre à respecter. Une problématique supplémentaire car ils ne devaient pas s’attendre à cela...

On ne sait jamais, en effet, ce qu’il pourrait subvenir lors d’un évènement fréquenté par une foule importante ayant des idées diverses et variées : il ne faudrait pas que la foire exposition vire en foire d’empoigne !

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Objectif prioritaire d’une résidence d’artiste : le décloisonnement de la culture vers le plus grand nombre de visiteurs. Un exercice que propose chaque année, depuis 2021, la localité périphérique d’Auxerre. Cette fois-ci, le jury a retenu le dossier de Romain HURDEQUINT. Quant à la thématique abordée, elle repose sur le sport et sa corrélation artistique. Logique, à l’approche des Jeux Olympiques de Paris…

 

GURGY : On appelle cela des résidences d’artistes « hors les murs ». Elles supposent des créations artistiques dans l’espace public. Depuis trois saisons, la municipalité s’y emploie avec la régularité d’un métronome suisse pour accueillir lors de périodes plus ou moins longues une pépite de la créativité. En ce mois d’avril, c’est un spécialiste du graphisme sur skate-board – une démarche pour le moins originale et très personnelle -, de la peinture et de la poterie qui a pris ses quartiers dans l’Auxerrois, Romain HURDEQUINT. 

Un garçon au sourire sympathique et à l’esprit curieux qui, grâce à son travail présenté à l’Espace culturel local, « Rom av.JC : Olympiakoi Agones », a reçu les lauriers du Prix d’Art urbain de Paris en 2022. Excusez du peu, mais ses œuvres voyagent bien (et loin) en général, via des expositions parfois caritatives comme « Urban Explorer » accueillie dans le Tennessee à Knoxville, entre autres.

Le projet dévoilé dans l’Yonne a d’ailleurs obtenu le label « Olympiade culturelle » par l’organisation de Paris 2024. C’est tout dire si cela mérite le coup d’œil lors de la restitution, prévue ce vendredi 26 avril en début de soirée…

 

 

L’olympisme revisité à l’Espace culturel…

 

S’inspirant de la partie antique et séculaire de ces Jeux, réinventés en 1896 par Pierre de COUBERTIN, Romain HURDEQUINT a effectué un travail participatif avec les jeunes de la commune pour certaines de ses pièces réalisées collectivement à l’Espace culturel. Le projet créatif tend à célébrer les sports qui sont pratiqués dans le village, en faisant référence à l’histoire des Jeux ! Une supposition drôle, voire quasi improbable entre les deux évènements ? Pas tant que ça, dixit l’ancien édile Jean-Luc LIVERNEAUX, remplacé depuis peu par Cyril CHAUVOT, ayant repris la délégation de la vie culturelle.

« L’olympisme à Gurgy a nécessité un appel d’offres dans le cadre de cette résidence d’artiste, avancée au mois d’avril plutôt que de la tenir en août, explique l’élu, différents artistes ont envoyé leurs projets. Le jury a sélectionné celui de Romain HURDEQUINT qui travaille à la découpe d’anciens skate-boards et à leur embellissement, mais aussi avec de vieux panneaux de signalétique routière repeints pour la circonstance afin de mettre en évidence les associations sportives de la commune... ».

Quant au lien avec l’olympisme, il est possible de le trouver (peut-être !) à partir d’une pièce de monnaie datant de l’époque, gallo-romaine, dans les fouilles effectuées aux environs !

Les œuvres seront après la restitution installées aux abords de l’Yonne, rue du halage, pour une durée d’un semestre à minima. Une manière concrète de bien respecter le cahier des charges de ces résidences d’artistes où les travaux s’exposent le plus souvent dans l’espace public.

 

 

En savoir plus :

Restitution de la résidence d’artiste Romain HURDEQUINT

Espace culturel de GURGY

Vendredi 26 avril 2024 à 18 heures.

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Le gouvernement ne cesse de marteler à grand renfort de slogans électoralistes que les Français sont pressurisés par les impôts à la veille des échéances européennes. Le premier en tête, Gabriel ATTAL qui n’a pas sa langue dans sa poche du haut de ses 35 ans, a juré mordicus que la hausse des taxes et de la fiscalité n’était nullement inscrite à l’ordre du jour en cette année 2024, faite pourtant de disette abyssale en matière de recettes économiques pour l’Etat.

Même le président de la République s’y met de sa litote lancinante sur cet item, ces dernières semaines, écartant cette éventualité pour renflouer les caisses percées de Bercy, car il est vrai que nous sommes et de loin déjà les champions d’Europe ?, du monde ?, de l’univers ?, toute catégorie sur le sujet ! Oui, mais ça, c’est pour 2024 !

Parce que dès l’année suivante, Mesdames Messieurs, il faudra bien s’acquitter d’une nouvelle taxe qui en dit long sur ses intentions et sur le traquenard évident, façon portes ouvertes qui vont se pérenniser dans le temps à l’instar de la fameuse CSG/CRDS, qui se présente à nous, la bien-nommée taxe « lapin », applicable à partir de 2025 !

Rien que l’appellation, déjà risible en soi, vaut son pesant de terrines de campagne ! On dirait presque que nos fins technocrates parisiens, bardés de diplômes et de titres honorifiques ronflants, sont sortis de leurs terriers ou de leurs garennes en mode tour d’ivoire pour travailler d’arrache-pied sur un tel projet !

 

La chasse aux rendez-vous non honorés et pas excusés

 

A quelle sauce, moutarde, à la bière, aux pruneaux ou au vin rouge, allons-nous être mangés, nous autres disciples de « Bugs Bunny » ?! Qui ressemblons davantage, une fois de plus, aux dindons de la farce quand il s’agit de passer au tiroir-caisse !

Pour mémoire, la taxe « lapin » - c’est pourtant sympathique comme animal, surtout de compagnie plutôt que de le cuisiner en mode sauté ou chasseur ! – s’appliquera à toute personne constituant la patientèle d’un représentant de la docte caste médicale qui n’honorera pas son rendez-vous le jour J et à l’heure H, bloqué sur un agenda au préalable biffé par le praticien.

D’où la fameuse expression, « poser un lapin » qui a dû enthousiasmer celles et ceux des conseillers ministériels ayant dû plancher longuement et chers payés avec notre argent sur la thématique en question.

« Vous avez quatre heures ! » pour la dissertation qui n’a rien de philosophique celle-là, nonobstant l’enjeu, elle prêterait même à la franche rigolade !

Sachant que la patientèle hexagonale s’exposera à la sanction suprême – un prélèvement obligatoire de 5 euros – si l’annulation dudit rendez-vous médical n’a pas été effectué a minima 24 heures avant la date fatidique. Où ira la somme de 5 euros in fine ? Dans la poche du généraliste ou du spécialiste ! Magnanime, le gouvernement  laisse même le soin à ce dernier de prélever ou pas la somme équivalente à la sanction…Dans le genre, ce n’est pas nous, c’est l’autre, ce n’est pas mal !

 

 

La désertification médicale ? Ce n’est pas moi, c’est l’autre !

 

A peine annoncée, la mesure qui permettrait in fine de récupérer selon les analyses officielles entre 15 à 20 millions de créneaux médicaux supplémentaires (un vrai plus en termes de citoyenneté et de respect envers les malades qui en ont le plus besoin), est loin de faire l’unanimité chez les thérapeutes. Bon nombre d’entre eux ne se satisfont pas d’une telle décision aussi arbitraire et d’un procédé pour le moins coercitif, comme à l’accoutumée en France dès que l’on propose une réforme ! Vous vous souvenez de celle concernant les retraites ?!

On estime entre 3 et 7 %, selon les spécialités médicales, le pourcentage de rendez-vous non honorés et non excusés en une année sur un potentiel de plus de 30 millions d’entretiens avec son médecin en France.

Or, soucieux de résoudre la crise de la désertification médicale imputable à une succession de décisions politiques prises par le passé en dépit du bon sens (le numerus clausus appliqué stricto sensu en bloquant tous les désirs d’installation et de renouvellement des jeunes médecins), ce qui engendrera de facto la fameuse désertification médicale dans laquelle nous nous trouvons depuis belle lurette, nous autres les perdreaux vivants en province et en zones rurales, le gouvernement veut mettre les bouchées double en mettant la pression sur les Français, en les culpabilisants !

Toujours selon le sacro-saint principe, élémentaire mon cher WATSON, ce n’est pas moi, c’est l’autre ! D’une évidence avérée, bien sûr !

 

Une sanction de 5 euros ni charitable ni louable !

 

Sauf que dans le cas présent, la mayonnaise qui pourrait accompagner le râble de lapin ne prend pas. D’une part, les associations qui représentent les usagers de la médecine en France sont vent debout contre une telle pénalité. Arguant que s’il y a des annulations de dernière minute, c’est à cause des délais impartis pour obtenir un rendez-vous, des délais parfois incompressibles de plusieurs mois dans certaines zones géographiques dépourvues de praticiens spécialisés – suivez mon regard et vous aurez vite compris ! – qui nécessitent des mois et des mois d’attente !

Moyennant quoi, vous avez le temps de mourir dix fois avant de recevoir les premiers soins en France ! Ainsi soit-il ! Bravo le modernisme car où sont passés nos médecins de famille d’antan en ce début de XXIème siècle et qui eux vous auscultaient vraiment des pieds à la tête durant le rendez-vous ?

Sauf que les médecins eux-mêmes rechignent à l’idée de mettre en application ce dispositif sanction contre leur patientèle. Pas très charitable et louable lorsque l’on a prêté le serment d’Hippocrate !

D’autant que des petits malins – et il y en a dans toutes les corporations comme chacun le sait - seraient peut-être même tenter de s’inventer de faux rendez-vous pour arrondir leurs fins de mois, non ! Une idée de plus à mettre au profit des fraudes qui excellent dans ce pays, déjà en tête de peloton là aussi : elle n’est pas belle la vie ?!  

Non, si le gouvernement via son ministère de la Santé veut récupérer coûte que coûte de salvateurs créneaux horaires pour la patientèle, il suffirait tout bonnement d’autoriser la délivrance des ordonnances pour consulter les spécialistes ou les certificats sportifs auprès…des officines pharmaceutiques, transformées la plupart du temps maintenant en grande surface du soin avec une multitude de caisses enregistreuses !

Reste enfin que ce système de taxe corporatiste, inhérent à l’annulation non excusé d’un rendez-vous pourrait faire florès à l’avenir et s’appliquer à une kyrielle de professions où les rendez-vous sont légion au quotidien.

Chez les coiffeurs et les barbiers (la taxe « porc-épic » à cause des poils !), chez les banquiers (la taxe « écureuil » en référence à la Caisse d’Epargne !), chez France Travail (la taxe « couleuvre » pour ces « feignants » de chômeurs et profiteurs des allocations !), chez certaines castes professionnelles à la puissance et influence avérée (la taxe « requin » ou la taxe « loup » vous avez le choix !), etc.

Gageons que nos flamboyants technocrates parisiens pourront largement s’inspirer d’un abécédaire animalier hors limite pour nous mitonner, non pas du ragoût de lièvre (la tangente du lapin !), mais des taxes en veux-tu en voilà à nous rendre chèvres !

N’oublions pas aussi pour celles et ceux qui circulent sur l’autoroute et qui dépasseraient les vitesses autorisées, la future « taxe escargot » ! Il vaut mieux en rire, non ?!

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil