Le plasticien et sculpteur Jean-François BROSSIER dévoile toute la subtilité créative de son travail dans la cour de l’édifice moyenâgeux de Forterre en ce mois d’août. Une rencontre insolite que l’on pourrait presque qualifiée du troisième type avec de curieux personnages de ferraille et d’acier nous délivrant un message d’un autre monde…et d’un autre temps.

DRUYES-LES-BELLES-FONTAINES : Iconoclaste Jean-François BROSSIER ? L’artiste local, plasticien et sculpteur de son état, aime briser les idées reçues et transgresser les lignes de la créativité à sa guise.

Celles qui s’opposent à un conformisme primaire et à une standardisation banale de l’expression artistique. Des nuances qui n’ont pas lieu d’être dans son univers intellectuel personnel.

Pour s’en persuader, le truculent personnage à l’imaginaire débridé propose ce samedi 17 août le vernissage de sa nouvelle exposition. Au cœur de la curiosité patrimoniale incontournable de la localité de Puisaye-Forterre : c’est-à-dire son château. Celui-ci a été érigé au XIIème siècle.

La vision de ces singulières figurines, issues de la récupération de vis, d’écrous et de boulons, est proprement stupéfiante. La mise en scène de ces personnages, une vingtaine de hérauts d’un autre monde et porteurs de messages symboliques, sera assurée par le créateur lui-même…Pas curieux s’abstenir !

Vernissage de l’exposition de Jean-François BROSSIER

Samedi 17 août

De 18h30 à 22 H00.

Château de Druyes-les-Belles-Fontaines.

 

Le président démissionnaire du Comité d’organisation de la Franck Pineau recevra les honneurs des milieux institutionnels, politiques et sportifs de l’Yonne lors d’une cérémonie prévue le 20 septembre à l’hôtel Ribière. Ce sera un ultime tour de piste en forme d’hommage appuyé que lui rendront, entre autres, deux de ses plus fidèles soutiens : le président du Département, Patrick GENDRAUD et l’édile d’Auxerre, Guy FEREZ…

AUXERRE : A demi-mot, il évoquait déjà l’éventualité de son départ depuis plusieurs mois. Mais, aujourd’hui, ni le temps des tergiversations ni celui des atermoiements n’a plus raison d’être dans son esprit. Le président du Comité d’organisation de l’un des plus grands rassemblements cyclotouristes de France, disputé sous l’égide de l’UFOLEP, a finalement décidé de jeter l’éponge. Après vingt-deux années de bons et loyaux services, vécus en faveur de la promotion de la discipline.

Un simple courrier, daté du 27 juin et adressé aux trois co-présidents de l’AJA Omnisports dont dépendait la concentration cyclotouriste, a acté de manière définitive la décision de Serge le DOUSSAL. Irrémédiable, celle-ci ne suppose manifestement aucun retour en arrière.

Résultante de causes multifactorielles, la démission de l’emblématique personnage correspond à la fois à un déchirement et à un soulagement pour son auteur. Serge le DOUSSAL n’avait pourtant rien laissé paraître le 08 juin dernier au soir de la cérémonie de remise des trophées sur la scène du parc des expositions d’Auxerre. Tout juste était-il peut-être un peu plus pensif que d’ordinaire au gré du déroulement de la manifestation.

C’est en 1997 aux côtés de son ami Jean JAROUSSE que cet adepte de la « petite reine » posa les jalons d’un concept populaire qui allait devenir l’une des plus attrayantes réussites dans l’univers cyclotouriste national. Migennes fut la première commune de l’Yonne à accueillir la Franck Pineau. Logique, en vérité puisque le cycliste Icaunais y était alors employé au sein de l’enseigne Leclerc, alors dirigée par Michel CHAUFOURNAIS. Le charismatique cycliste en devint tout naturellement le parrain.

Puis, la Franck Pineau se déroula pendant cinq ans au gymnase de Brienon-sur-Armançon. Le maire de l’époque, Guy LOYER, ne se fit pas prier pour recevoir de la manière la plus favorable possible ce rassemblement sportif alors en réelle montée de puissance.

Enfin, après avoir conclu un partenariat avec la municipalité auxerroise et reçu le soutien de son édile Guy FEREZ, Serge le DOUSSAL et le Comité d’organisation optèrent pour une nouvelle orientation stratégique donnée à la manifestation : l’accueil de celle-ci au parc des expositions, AUXERREXPO. Un accord de principe qui reste en vigueur : il aura permis de faire exploser les records d’affluence au fil des années.

Une logistique et des contraintes de plus en plus délicates à gérer…

Le succès répété de la manifestation n’édulcora pas, cependant, la complexité organisationnelle de ce rendez-vous printanier. Premier sujet de préoccupation pour sa figure de proue : la sécurité. Croissante, celle-ci suppose des moyens humains et matériels importants. Même si parfois, quelques incidents émaillèrent le bon déroulé de l’opération.

Second volet à ajouter dans l’escarcelle de l’équipe organisatrice : la recherche de financements. La Franck Pineau nécessite à chaque édition un budget prévisionnel d’environ 150 000 euros. Ce qui peut très vite se révéler comme une véritable gageure, délicate à appréhender avec le nombre des saisons qui s’égrènent. Même si le réseau relationnel existe et se construit pas à pas. Mais, la conjoncture économique change et l’implication financière des partenaires aussi.

Enfin, diverses contraintes administratives, notamment sécuritaires, complexifient le montage de l’évènementiel. Ces différents aspects ont-ils eu raison de la célérité de Serge le DOUSSAL malgré sa très grande maîtrise du dossier ?

Peut-être. Las de ne pas trouver de prétendant de manière naturelle et légitime à sa propre succession (il n’y avait pas pléthore de candidatures à signaler au poste de président chaque année), le responsable du Comité d’organisation a pris soin d’accélérer le processus de son remplacement. En présentant lui-même et de manière écrite sa démission.

Depuis le 27 juin, Serge le DOUSSAL a donc laissé vacante la chaire de président du Comité d’organisation de la Franck Pineau. Une nouvelle équipe se prépare à reprendre le flambeau et à poursuivre le besogneux travail des préparatifs en vue de l’édition 2020.

« Mon souhait, conclut Serge le DOUSSAL dans le communiqué officiel qu’il a adressé à l’ensemble des contributeurs et partenaires de la manifestation, serait que les nouveaux dirigeants puissent compter sur vous tous. Ce serait le plus cadeau que vous puissiez me faire… ».

Le président de la Franck Pineau recevra une dernière fois les honneurs qui lui sont dû au terme d’une cérémonie officielle le 20 septembre à l’hôtel Ribière à Auxerre en présence de celles et de ceux qui ont toujours cru en lui. Ce sera l’occasion de lui dire un vibrant au-revoir mais certainement pas un adieu…

Alors que le mercure devrait culminer avec les 40 ° ces jours prochains, la Direction des Sports et de la Jeunesse modifie la feuille de route de son animation estivale à destination des enfants et de leurs familles. Par précaution, certaines dates ont été purement annulées. Notamment celles comprises entre le 23 et le 25 juillet. Lorsque les effets de la canicule atteindront leur paroxysme…

AUXERRE : D’ici vingt-quatre heures, il ne sera plus possible d’accueillir la moindre tête blonde dehors sur des activités ludiques !

Suffocante, lourde, irrespirable : la chaleur deviendra très vite une gêne insupportable pour tous les acteurs de la caravane estivale du « Yonne Tour Sport ».

Parents et enfants sont donc prestement invités à ne pas se rendre sur le théâtre de deux opérations. Ceux, préalablement proposées à Voisines (le mardi 23 juillet) et à Rogny-les-Sept-Ecluses, le jeudi 25 juillet.

Les services du Conseil départemental suivent avec une extrême vigilance l’évolution des températures. Ces dernières pourraient flirter avec des records historiques ces jours-ci.

Pour l’heure, seuls les rendez-vous prévus à Theil-sur-Vanne (le mercredi 24 juillet) et à Annay-sur-Serein (le vendredi 26 juillet) sont maintenus. Toutefois, avec une relative réserve : ils seront amputés de leur après-midi initial.

Quant aux prévisions météorologiques, elles envisagent une baisse notable des températures à compter du vendredi 26 juillet. Cette journée ne devrait pas être affectée par ces excès de chaleur intempestifs.

Le rendez-vous mensuel des entrepreneurs orchestré par BGE Nièvre Yonne tente une percée sur l’Avallonnais. Elle y a organisé sa première séance officielle en ce mois de juillet. Un choix de stratège qui n’est pas pour déplaire à l’un des partenaires de l’ex-Boutique de Gestion, l’AET. L’Association des Entrepreneurs du Tonnerrois, emmenée par son responsable Benjamin LEMAIRE, a tout à gagner en se rapprochant des milieux économiques de la zone méridionale de l’Yonne… 

AVALLON: Présent depuis cinq ans sur ce secteur géographique grâce à une permanence tenue par un conseiller en création d’entreprise, BGE renforce son influence sur l’Avallonnais.

Chère à son président Arnauld MERIC, la formule du « BGE Club », structure informelle regroupant un réseau de chefs d’entreprise, vient en effet de faire une entrée remarquée dans le sérail local.

Le 09 juillet, alors que la période estivale battait son plein, ce sont vingt-cinq entrepreneurs issus de TPE locales qui ont ainsi répondu favorablement à l’invitation de la structure, conduite dans sa phase événementielle par l’animatrice Amandine BENOIST.

Conviés dans l’un des bars mythiques de la ville (il vient d’être intégralement restauré après plusieurs mois de travaux), les participants de cette première mouture du « BGE Club » furent accueillis au « BHV ».

Une fois les échanges initiaux effectués, Benjamin LEMAIRE, président de l’AET, venue se greffer à cette opportunité en sa qualité de partenaire de ce « BGE Club », et Amandine BENOIST traitèrent dans leurs prises de parole des bonnes pratiques du réseautage.

On notait parmi l’assistance des représentants de la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté, de GROUPAMA Paris Val-de-Loire, de CERFRANCE,  du groupe EXCEL, de l’APAVE, du CIBC ou encore du FabLab d’Avallon.

Chaque année, BGE Nièvre Yonne propose une formation à la création d’entreprise d’un mois. Celle-ci est dédiée aux porteurs de projet désireux d’étudier la faisabilité de leur future entreprise.

Aujourd’hui, la structure associative souhaite accroître cette proximité auprès des entrepreneurs de l’Avallonnais afin de les accompagner dans leur développement.

Gageons que la formule « BGE Club » réponde à ces besoins. Elle pourrait perdurer dans le temps avec d’autres séances de travail tout aussi motivantes…

L’industriel qui écoule 93 % de sa production à l’export a accueilli une trentaine de membres du réseau régional lors d’une visite de courtoisie. Celle-ci était agrémentée d’une conférence explicative sur les pratiques professionnelles usitées en ce lieu. Cette plongée au cœur des méthodes de fabrication de SKF Slewing Bearings aura suscité bon nombre de commentaires élogieux…

AVALLON: L’unité de production locale est référencée centre d’excellence pour le groupe SKF dans le monde en matière de roulements d’orientation. Sa visite a donc séduit, avec évidence, les membres du réseau Entreprendre Bourgogne. Ces derniers, une trentaine d’éléments, ont eu l’agréable opportunité de pouvoir découvrir les moindres recoins de ces ateliers qui permettent de concevoir 3 500 roulements par an.

Ce rendez-vous, avant la pause estivale, avait été concocté de main de maître. D’une part, grâce au travail de logistique assuré par la chargée d’implantation dans l’Yonne du réseau d’entrepreneurs, Sophie BERNARD. En second lieu, grâce au sens relationnel du nouveau manager général du site : Frédéric BOUILLY.

C’est d’ailleurs celui-ci qui procéda à l’accueil du petit groupe. Il introduisit ensuite la conférence informative sur ce cadre de vie.

Employant 180 collaborateurs, SKF conçoit dans ses ateliers des roulements d’orientation de 0,5 à 8 mètres de diamètre en version monobloc. Certaines pièces peuvent mesurer jusqu’à 16 mètres de diamètre en version segmentée.

Précisons qu’un roulement d’orientation n’est autre qu’un assemblage de bagues conçu pour supporter des charges lourdes et des phases de renversement. Les secteurs ciblés sont les mines et carrières, les tunneliers, la métallurgie, la défense mais aussi le ferroviaire et la marine.

Dans le domaine énergétique, le monde de l’éolien et de l’offshore se sert également de ces produits atypiques.

 

 

Pourvu de certifications, SKF est engagé dans une démarche de développement durable en s’impliquant dans des projets d’éoliennes et de récupération des énergies des océans.

En l’absence de Vincent PICQ, président du réseau Entreprendre Bourgogne dans l’Yonne, c’est le directeur général Arnaud GRAVEL qui apporta les commentaires d’usage liés à l’actualité du moment.

L’Yonne dispose d’une antenne à l’excellente fonctionnalité qui ne cesse de progresser depuis ses débuts avec aujourd’hui une cinquantaine d’adhérents.  Dont de nouveaux entrepreneurs. Ils ont su créer une véritable dynamique autour de leurs projets et en défendant les couleurs du réseau, à l’instar de l’un des lauréats 2019 (premier dans la catégorie développement), Yannick DAVOUZE, le responsable d’IDXPROD, plébiscité à Dijon en juin à l’occasion de la soirée des Lauréats.

 

Bannière droite accueil
Bannière footer