L’initiative se veut judicieuse à bien des égards. Elle l’est par sa primauté. Jamais, jusqu’alors, le territoire de Bourgogne Franche-Comté n’avait accueilli un tel projet. Proposer un circuit des énergies renouvelables qui illustre les bienfaits de l’hydroélectrique et du solaire photovoltaïque dans notre environnement. Principal producteur et fournisseur d’électricité en Europe, le groupe EDF souhaite décliner par le biais de ce concept une approche pédagogique originale à la compréhension des enjeux énergétiques de demain. Donnant ainsi les clés du savoir et de la découverte à un large public, y compris celui des scolaires, de se forger une opinion sur ces questions environnementales. Et pourquoi pas, leur inculquer des bribes de réflexion qui leur permettraient de bâtir un futur plan de carrière…

Barrage de CRESCENT : Long de 330 mètres, l’édifice de béton se miroite dans l’eau calme de la Cure. Depuis son accès par la modeste route qui le traverse, l’ensemble offre une vision bucolique de ce Morvan champêtre que les amateurs de champignons et de randonnées sous les bois raffolent.

Trente-sept mètres en contre-bas, ce qui se présentait initialement sous la forme d’un univers lacustre poissonneux, n’est plus qu’une mince coulée d’eau qui s’échappe par des canaux de dérivation.

Entre-temps, l’eau aura fait son œuvre en actionnant les mécanismes en acier de deux énormes turbines qui servent à produire de l’électricité. Bienvenue dans le saint des saints de ce pur produit de l’ingénierie du groupe EDF !

Bâti en 1930, le barrage de Crescent accueille l’une des sept centrales qui forme l’ensemble des moyens de production d’hydroélectricité du producteur/distributeur d’énergie en Bourgogne. Le site est opérationnel depuis 1932. Il y accueille une quinzaine d’opérateurs qui sillonnent continuellement l’un de ces points névralgiques disposés dans la vallée de la Cure.

Un barrage aux multiples interactions bénéfiques…

Le lieu est vertueux. Non seulement, le barrage de Crescent assure la production d’électricité mais en outre il participe au soutien d’étiage de la Seine lors de la période estivale et à la gestion de ses crues dès le retour de l’hiver.

Visiter cet édifice constitue à s’imprégner des enjeux fondamentaux de la production hydroélectrique dont est passé maître depuis plus de soixante ans le groupe EDF. La puissance s’élève à 1,47 MW. La retenue d’eau de ce lac artificiel accueille 4 965 000 mètres cubes de ce précieux liquide.

Accompagnée de techniciens, la découverte du site permet de comprendre le fonctionnement de ce barrage et de son évacuateur d’eau mais aussi de s’immiscer au cœur des installations qui équipent la construction. En terme clair : vous saurez tout de la manière de produire de l’électricité et de l’organisation du circuit d’eau entre l’amont et l’aval du barrage. La production de ces différentes centrales est en moyenne de 80 millions de KWh par an. Soit la consommation domestique d’environ 35 000 habitants. Particularisme des deux turbines, placées à l’intérieur de l’édifice : leur fabrication s’est faite à partir des obus de la Première Guerre mondiale !

Lors des Journées de l’industrie électrique, les 15 et 16 juin, le barrage de Crescent s’est ouvert aux visiteurs. Un public venu nombreux pour y trouver les explications nécessaires sur son mode de fonctionnement. Avec la zone d’exploitation du solaire photovoltaïque de Massangis (à une quarantaine de kilomètres de là), ce circuit est le premier à promouvoir les énergies renouvelables de bas carbone.

EDF utilise ce circuit comme un outil pédagogique…

Si le groupe EDF a fait le choix depuis plusieurs années d’un mix équilibré qui associe nucléaire et énergies renouvelables dans son approche globale de la production énergétique, il veut le faire savoir. Aux acteurs institutionnels, politiques et économiques (ce qui fut le cas lors de l’inauguration de ce premier circuit régional avec un aéropage de personnalités) mais aussi en direction des plus jeunes de nos concitoyens.

La visite de ce circuit s’adresse également aux enfants. Ceux qui fréquentent collèges et lycées afin de sensibiliser ce public juvénile aux métiers du renouvelable. C’est-à-dire les professions issues des filières technologiques de demain, susceptibles de les embaucher.

Visites sur inscription uniquement : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Plusieurs associations ont émis le souhait de rejoindre les rangs de l’UDAF de l’Yonne. Leurs représentants ainsi que ceux des vingt-quatre structures déjà adhérentes ont été accueillis par le président de la vénérable institution lors de la récente assemblée générale à Auxerre. Ce fut une excellente opportunité pour Benoît VECTEN de réaffirmer les missions sociétales de son organisme et son désir de développer un véritable maillage associatif au service et en soutien des familles sur l’ensemble de notre territoire…

AUXERRE : Quatre-vingts personnes ont assisté aux travaux statutaires de l’Union départementale des associations familiales de l’Yonne il y a quelques jours au Phare. Parmi celles-ci, des porte-voix de nouvelles structures qui sont désireuses de grossir les effectifs de l’organisme ayant pour idéal l’accompagnement et le soutien aux cellules familiales dans leur quotidien.

L’occasion a été donnée au président de l’UDAF de l’Yonne, Benoît VECTEN, de rappeler les missions principales qui nourrissent les équipes de cette entité qui intervient sur l’ensemble du territoire départemental.

Outre les moments d’échange et de convivialité, le président de l’association ne manqua pas d’évoquer la dimension territoriale des actions de la structure. 

L’UDAF de l’Yonne entend bien à l’avenir accroître sa prédominance sur tout le département. Afin d’être à l’écoute et au plus près des familles qui en ressentiraient le besoin.

La présence d’une salariée de l’URAF Bourgogne Franche-Comté, Sandrine EME, permit de mieux appréhender les modes opératoires de trois mille familles de l’Yonne qui ont été passées sous le tamis exigeant d’une enquête d’opinion.

Réalisée sous la tutelle de l’organisme régional, la démarche a offert au travers de ce panel exhaustif une analyse en profondeur sur le comportement sociétal des familles nombreuses et de leurs attentes dans l’Yonne.

Une restitution passionnante qui devait interpeller les différents acteurs de la sphère familiale présents dans la salle…

L’identité de ce nouveau moteur à allumage par compression fait penser à l’un des personnages androïdes qui évolue dans la série culte de la « Guerre des Etoiles ». SkyActiv-X ! Pourtant, cette motorisation novatrice n’est pas le fruit de la science-fiction ! Elle a pour vocation d’équiper les nouvelles Mazda 3 et les CX-30, lancées dès le mois de septembre, et d’optimiser leurs performances.

PARIS : Alors que la plupart des constructeurs mondiaux se jettent à corps perdu et à grand renfort d’investissements dans de nouvelles formes de motorisation (hybride, électrique…), la marque japonaise se distingue en prenant un chemin diamétralement opposée à celui emprunté par ses condisciples.

Elle mise tout, ou presque, sur un moteur à essence qu’elle qualifie déjà de révolutionnaire : le « SkyActiv-X ».

Cet assemblage de technologie et de mécanique suscite bon nombre d’interrogations. Voire de convoitises parmi les acteurs de la filière automobile. Il est d’ores et déjà disponible sur la nouvelle Mazda 3. Celle-ci devient ainsi le premier véhicule de grande série à disposer de ce type de motorisation : c’est-à-dire un bloc essence à allumage par compression.

Objectif avoué de l’ingénierie nippone : gagner davantage de couple à l’aide de ce moteur que sur leurs équivalents alimentés en essence. Le tout, en consommant moins, il va de soi !

D’une puissance de 180 chevaux à 6 000 tours minute, offrant un couple maximal de 224Nm à 3 000 tours minute, ce bloc moteur confirme l’appétence de la marque pour ces technologies où règnent encore les combustibles traditionnels.

Côté consommation, tout en étant respectueuse de la réglementation actuelle, la marque affiche un score de 4,4 l/100 km. Quant aux rejets de Co2, ils se situent en dessous de 100g/km.

Bref, une performance très appréciable pour les distributeurs de la Mazda 3 et du CX 30 qui bénéficieront de ce moteur.

La nouvelle Mazda 3, pourvue de cet additif dont on parle tant, arrivera en concession dès la prochaine rentrée de septembre. Suscitant l’enthousiasme des professionnels. Ils ne manqueront pas, par ailleurs, d’assurer le lancement officiel de ces produits de manière visible.

Présent la semaine dernière à Varsovie pour assister à la convention européenne du constructeur japonais, Yves JEANNIN, dirigeant du groupe éponyme sur les départements de Seine-et-Marne, de l’Aube et de l’Yonne, se dit impatient de commercialiser ce petit bijou fait de modernité et de performance. Le lancement de ces nouveaux véhicules dotés de cette motorisation supposera des opérations de marketing et de communication pour le groupe.

Le spécialiste du volet roulant bénéficie désormais d’une visibilité optimale sur la face avant du maillot de l’équipe professionnelle de l’AJ Auxerre qui était jusque-là à l’apanage des Remorques LOUAULT. Signé par Fabrice TROUVE, directeur général du groupe, et le président du club Francis GRAILLE, le contrat court sur une durée de trois ans. Présent aux côtés du club sportif icaunais depuis 2015, SERVISTORES renforce ainsi son soutien de manière très significative, devenant le partenaire principal de la formation bourguignonne…

AUXERRE : « L’opportunité s’est présentée, nous l’avons saisie ! ». Ainsi est résumée en quelques mots la validation de ce partenariat qui n’est finalement pas si novateur entre SERVISTORES et l’AJ Auxerre. Depuis quatre ans, la PME de Cernoy-en-Berry, située à cheval du Loiret et de l’Yonne, soutient en effet les prétendants à la remontée en Ligue 1. Mais, voilà, les choses seront bien différentes dès la prochaine saison.

La consolidation de ce partenariat ne se limite pas à une présence plus visible sur le maillot de l’équipe première. SERVISTORES dopera sa reconnaissance de notoriété en qualité de vendeur et réparateur de volets roulants et de stores grâce aux dispositifs d’affichage répartis sur le stade de l’Abbé Deschamps.

Des opérations avec les joueurs seront organisées en cours de saison afin d’animer la communauté de fans. La marque profitera aussi d’une opération « Escort Kids ».

Le nouveau partenaire principal du club auxerrois a pu s’exprimer au terme de la cérémonie protocolaire. Fabrice TROUVE a pu rappeler que « son entreprise, apparue en 1981, était très attachée aux valeurs portées par le club de football de l’Yonne… ».

Stratégiquement, en termes d’image et de communication, cet accord permettra d’accroître la notoriété de ce groupe en vue de son développement sur la scène régionale et nationale.

Un avis partagé par le président GRAILLE. Ce dernier se félicite de la signature de cette convention bipartite, « elle souligne la confiance accordée par cette enseigne à la belle visibilité offerte par le club… ».

Son de cloche identique auprès du directeur général de LAGARDERE Sports, Laurent MORETTI, satisfait de ce résultat.

Dans l’absolu, ce partenariat tire un trait sur celui qui existait avec la société des remorques LOUAULT. Spécifiquement sur cet emplacement tant convoité que représente la face avant du maillot des joueurs. Toutefois, l’entreprise de Jérôme LOUAULT, indéfectible soutien du club icaunais depuis fort longtemps, demeure un partenaire important. Une tribune porte toujours le nom de la société de Saint-Fargeau. La structure poursuivra aussi des opérations d’hospitalités avec le club.

Parrain de TRIODARTS Yonne, structure associative à l’origine du festival de l’humour de Luzy, le comédien ne pouvait manquer l’opportunité d’accoler son célèbre patronyme à l’affiche de ce second rendez-vous estival. Il aura lieu du 28 au 30 juin. Avec à la clé la présence de quelques autres pointures du paysage culturel national dont Raphaël MEZRAHI et le talentueux Gil ALMA, visage familier de la série télévisée, « Nos chers voisins »…

LUZY : Un homme simple au grand cœur. Voilà comment peut se définir l’humoriste après l’avoir rencontré lors d’un déjeuner des plus sympathiques. Son univers, il aime le partager. Dans un esprit vertueux, rempli d’humilité. Le comédien n’a pas la grosse tête. Et pourtant, que de chemin parcouru depuis le « Théâtre de Bouvard », où il fit ses premiers pas, un peu timide et gauche sur la scène, sous l’œil goguenard du médiatique maître des bons mots.

De cette expérience enrichissante naîtra sans aucun doute le mode opératoire des futurs « Misters Class », avec le concours de l’association TRIODARTS Yonne. A savoir, donner sa chance à plus petit que soi.

A l’instar d’autres compagnons de fortune rencontrés à cette époque lointaine des années 1980 qui firent la carrière qu’on leur connaît : Didier BOURDON, Pascal LEGITIMUS ou Bernard CAMPAN. Oui, vous les avez bien identifiés, ces « Inconnus » à l’état encore embryonnaires !

Pourfendeur du racisme ordinaire, de la méchanceté qui abêtit l’humain et de la malignité intellectuelle qui pervertit notre société, SMAIN revient en force cet été dans notre département. Avec sa verve et son regard critique qui séduisent.

La seconde édition des « LUZYGOMATIQUE », festival d’humour à décaper les cordes vocales, lui en procure l’opportunité. D’une part, notre personnage couronné d’un Molière pour le meilleur one man show produit en 1996 (« Comme ça se prononce ») en est le parrain. D’autre part, le César du meilleur premier film de 1988, « L’œil au beurre noir », voue une admiration sans borne aux structures associatives qui n’hésitent pas à prendre des risques au service de l’art et de la culture en général. Avec ce zeste salvateur qu’il apprécie tout particulièrement : la générosité dispensée vers autrui.

C’est le cas de TRIODARTS Yonne, portée sur les fonts baptismaux de la créativité à l’été 2016. Grâce à sa charismatique responsable, l’infatigable Nadia FENNIRI, découvreuse de talents.

Récemment, le parrain de cœur de la Fondation des maladies rares – il entretient une relation privilégiée avec l’un des clubs services qui œuvre au secours de l’enfance en souffrance (le KIWANIS) -, a même ajouté une corde supplémentaire à sa vaste harpe polymorphe. Il a présenté un spectacle musical destiné aux enfants.

Un artiste aux multiples talents et proche des gens...

Depuis quelques années, SMAIN irrigue la France en tant que narrateur de deux contes musicaux : « Pierre et le loup », le conte musical de Prokofiev qui consacre la victoire de l'audace et de l'espièglerie, ainsi que la fidélité en amitié. Et le « Carnaval des animaux », le savoureux bestiaire musical à l’estampille de Camille Saint-Saëns.

Il est ainsi accompagné sur ce projet par de grandes formations musicales dont l'orchestre de Suisse Romande et  le philharmonique de Radio France.

De la pure logique, en fait, pour ce détenteur d’une Victoire de la musique et du Grand Prix de la SACEM ! Son rêve le plus ultime s’est même mué en réalité. Lorsqu’il a pu enregistrer un album de chansons, « Le délit de la fa dièse », aux côtés d’un prestigieux complice assurant l’orchestration, le regretté Michel LEGRAND !

Le 30 juin, ce truculent personnage restituera le travail de ses élèves de la « Mister Class » de l’humour. Une expérience unique pour de jeunes et talentueux artistes qui auront eu tout le loisir de travailler en profondeur avec le professionnel lors d’un stage immersif de trois jours.

Une vingtaine de personnes auront droit à cet honneur : celui d’interpréter des sketches sous la bénédiction urbi et orbi de l’artiste immortel sous le feu nourri des projecteurs.

Un rendez-vous à ne manquer sous aucun prétexte pour celles et ceux qui prennent encore le temps de rire aux stupides dérisions offertes par notre société…

 

Bannière droite accueil
Bannière footer