C’est l’un des talents artistiques à découvrir cet été au « Moulin à Tan » dont on ne se lassera pas de contempler les œuvres picturales. Entre couleurs vives, voire flamboyantes et visions animalières des plus explicites. Presque à la limite de l’onirisme vu depuis un jardin d’Eden où le règne animal reprend toute sa force et ses droits. Sa façon à elle de traduire les « sourires de la vie » qui lui sont si chers et qui l’accompagnent au gré de son parcours créatif mêlant avec bonheur musique et peinture…

 

DRUYES-LES-BELLES-FONTAINES : Cela se vit, cela se respire et c’est intense ! Celle et ceux qui résumeraient les fondamentaux de notre existence à la seule dualité chromatique du noir et blanc, entre tristesse et morosité, en seront pour leurs frais. Voilà une artiste qui n’a pas peur de coloriser ses œuvres jusque dans ses derniers retranchements. En quête de luminescence absolue. Claire BAUGER ! Où l’art et la manière de donner du sens à cette gamme « arc en ciel » qui compose notre environnement de coloris chatoyants à l’œil. Tout en laissant la part belle à l’imaginaire. Il suffit de découvrir sa série de toiles animalières pour mieux s’imprégner de la vista de cette créatrice qui expose d’habitude ses tableaux aussi bien en galeries parisiennes qu’à La Baule, site privilégié et recherché par les férus de culture avec un grand « C »..

C’est dans le village médiéval de Forterre que l’artiste auxerroise se définissant comme une pure coloriste dévoilera ses ultimes créations en ce mois de juillet. Dont ce splendide tigre bleu dont le regard nous sonde avec beaucoup de mystères et de profondeur. Maniant avec dextérité l’art de l’aquarelle comme celui de l’huile, Claire BAUGER se joue des couleurs, en les mélangeant, en les superposant, en prêtant vie à de nouvelles variantes dont elle possède le savant secret en véritable alchimiste de la création coloriste qu’elle est devenue avec pugnacité dans son approche d’artiste.

 

Eclectisme artistique de belle envergure…

   

La peintre auxerroise partagera l’affiche de cette exposition estivale (du 13 au 31 juillet) concoctée par l’association locale, « Arts et Décors sans Frontières » avec d’autres valeurs ascendantes – voire confirmées ! - de la grande fratrie des adeptes du couteau, du burin et de la palette de couleurs. On notera l’excellent travail de Marie-Françoise DURNERIN, chantre de l’huile figurative dans lequel elle excelle depuis une quinzaine d’années maintenant. La franc-comtoise Catherine CORDIER-MARC donnera aussi un très bel aperçu de son immense talent grâce à son panel de toiles proposées à l’appréciation des visiteurs.

Jeux de lumières, transparences et flamboyance des couleurs constituent la touche artistique de Stéphane-Françoise CLEMENT qui offrira une note d’exotisme enthousiasmante lors de cette exposition, s’étant inspiré du travail original des maîtres de la peinture nippone.

 

 

La part belle à la sculpture et à la céramique…

 

Parallèlement, les réalisations du sculpteur Jean DOMERGUE et celles de GARY interpelleront les visiteurs contemplatifs de tant d’imaginaire exacerbé, trônant en bonne place dans cet antre au supplément d’âme que représente ce « Moulin à Tan », cher à Chantal MILLOT. Vaillante présidente d’une association qui nous régale à chaque été.

N’omettons pas dans cet inventaire à la Prévert les pièces de la céramiste Brigitte MILLOT, habituée des lieux et de ce rendez-vous à l’atmosphère si conviviale qu’elle n’occulterait de son agenda pour rien au monde.

Notons pour les puristes, la présentation d’un projet artistique original réalisé à l’échelle autour de la maquette de l’église locale de Saint-Romain et conçu par l’une des emblématiques figures du savoir historique et intellectuel de ce charmant village : Robert NEMO, ancien instituteur qui rédigea plusieurs ouvrages de référence sur la commune.

Enfin, pour être tout à fait complet, Frédérique BONVALOT, graphiste et esthète dans la réalisation de peintures murales, dévoilera les travaux réalisés par de jeunes élèves dans le cadre de l’atelier « Bonne Mine ».

 

 

En savoir plus :

Exposition collective « Arts et Décors sans Frontières »

Au Moulin à Tan de Druyes-les-Belles-Fontaines

Du 13 au 31 juillet 2022

11 rue de Chanzy

Entrée gratuite

Ouvert tous les jours de 15 à 19 heures.

Site : www.moulin-a-tan.com

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Thierry BRET

 

L’information n’a rien de théorique. Elle n’est pas comme ce fameux brevet qui dorénavant sera enseigné sur place aux futurs pilotes de cette structure sportive ayant vocation à tutoyer les étoiles ou presque ! Depuis un petit mois, le Club ULM de la Forêt d’Othe a obtenu ses galons de centre d’examen. Grâce à l’agrément qui émane de la Direction générale de l’Aviation civile. Une belle réussite pour une entité qui possède, mine-de-rien, un quart de siècle d’existence…

 

CHEU : Auparavant, les mordus d’ULM devaient se rendre systématiquement à Dijon, voire en région parisienne pour tenter d’obtenir le précieux sésame les autorisant ensuite à piloter un appareil : le brevet théorique de pilotage.

Un déplacement le plus souvent coûteux, pas forcément facile à organiser dans un emploi du temps un peu serré et fastidieux à bien des égards. De quoi en rebuter plus d’un vers l’approfondissement légitime de la discipline.

Désormais, les choses évoluent positivement. Elles se présentent sous de nouveaux auspices pour les pratiquants (amateurs et sportifs) de ce vol aérien si atypique. La puissante DGAC, direction générale de l’aviation civile, a donc tranché dans le vif, en suivant les recommandations de la Fédération nationale d’ULM, pour que le club icaunais, vieux d’un quart de siècle, puisse enfin obtenir l’agrément indispensable lui permettant de devenir centre d’examen.

 

Une dizaine de candidatures pour tenter le brevet de pilotage…

 

Du pain béni pour la notoriété de cette structure où règne un climat convivial et qui possède sa base arrière près de Saint-Florentin. D’autant qu’avec ce titre distinctif, le Club de la Forêt d’Othe devient ainsi l’un des rares sites ULM de Bourgogne Franche-Comté à pouvoir proposer ces examens.

De quoi faire sourire le président Stéphane BORDES, pilote émérite lui-même, qui est aussi de facto examinateur.

« Dès que nous avons obtenu l’autorisation officielle, nous avons été assaillis de demandes avec huit élèves pilotes qui se sont inscrits au cours… ».

Dans l’Hexagone, plus de 25 000 personnes pratiquent régulièrement la discipline, tant pour le loisir qu’en compétitions officielles.

D’ailleurs, fin 2021, la Fédération nationale enregistrait un nombre d’adhésions dépassant les seize mille licenciés.

D’ici le terme de la saison, le président du club pense programmer une petite dizaine de sessions préparatoires au brevet théorique de pilotage. Il se complète de cours pratiques. Vingt-cinq heures de vol sont nécessaires à l’obtention du précieux brevet.

L’ULM est dans le vent dans l’Yonne : c’est une certitude !

 

Thierry BRET

 

 

Coup double pour l’Office Auxerrois de l’Habitat ! Son parc immobilier s’est enrichi de deux nouvelles résidences à la configuration architecturale finement ciselée ; celles-ci s’inscrivant dans le cadre du programme national de renouvellement urbain, plus connu par son acronyme : le NPNRU. Au total, que ce soit dans le quartier des Rosoirs ou celui du centre-ville, ce sont 68 logements supplémentaires qui sont mis à la disposition des locataires du bailleur social…

 

AUXERRE : Une treille végétale s’étalant sur toute la surface de l’édifice plutôt qu’un mur afin d’occulter le plus possible la perspective visuelle sur la maison d’arrêt. Il fallait y penser ! On le sait : Benoît BAZEROLLES ainsi que son alter ego au féminin chez « ATRIA Architectes » (la charmante et toujours très professionnelle Annick WOROBEL) ont de la suite dans les idées !

Dans le cas présent, la centrifugeuse à neurones qu’ils ont dans la tête a dû carburer à l’éthanol en version plein régime, c’est sûr, pour imaginer un tel concept. Une inspiration quasi idyllique et ô combien en phase avec la nature pour cacher de la vision des futurs locataires de ce lieu cette horrible verrue que représente presque au cœur de la ville l’établissement pénitentiaire auxerrois.

Derrière ce pan, très agréable de fraîcheur, composé de végétaux verdoyants, les habitants de cette résidence vaqueront à leurs occupations sans se soucier le moins du monde de leurs « voisins ». Distants de plusieurs centaines de mètres.

Un particularisme qui a eu l’heur de plaire et de séduire les nombreux invités institutionnels, économiques et politiques qui ont ainsi convergé vers l’endroit pour l’inaugurer de la manière la plus protocolaire qu’il soit.

 

 

Des locataires mais aussi des commerces accueillis dans la résidence…

 

On imagine aisément l’impatience des futurs résidents devant investir le site, accueillant une cinquantaine de logements. A ce titre, la journée porte ouverte organisée par l’Office Auxerrois de l’Habitat en fut la preuve : la file d’attente de ces locataires potentiels n’aura cessé de croître au cours de la journée.

Il est vrai qu’à l’instar de la résidence GEMBLOUX, celle de la Porte de Paris offre un cadre propice à l’installation. Du fait de sa proximité avec le cœur de ville, à quelques encablures de là, et de sa vision panoramique qui a été aperçue depuis les terrasses des derniers étages. La gare routière, non loin de là, représente également un sérieux atout pour les adeptes de la mobilité douce, sans véhicule automobile.

Autre attrait significatif de l’ensemble architectural : l’accueil de commerces en son sein. De trois à cinq de ces vitrines sont d’ores et déjà prévues avec l’implantation d’une succursale bancaire (CIC) et d’un cabinet d’urbanisme (C3B) entre autres. Histoire de renforcer davantage les liens sociaux et la notion du bien vivre, en parfaite symbiose.

 

 

  

Le parc du logement social : un stabilisateur de la société…

 

Un concept qui a été adoubé par le président de l’OAH, Vincent VALLE, enthousiaste devant cette construction qui permet de loger les plus fragiles de la population tout en s’ouvrant vers un public diversifié. Ce panel représentatif concerne tout de même 66 % des ménages auxerrois éligibles au parc du logement social. Certains  semblent même encore l’ignorer…

Pour l’élu de l’Auxerrois, c’est très clair : « l’attractivité de la ville se mesure aussi grâce à son bâti urbain… ». Logique, en somme, puisque la résidence Porte de Paris correspond à l’entrée septentrionale d’Auxerre, « une entrée qui s’impose et qui séduit ». C’est une anticipation futuriste de ce que sera demain l’agglomération auxerroise, favorisée par le financement de l’Agence Nationale de Renouvellement Urbain (ANRU) à hauteur de 234 000 euros.

Face à la nouvelle structuration des familles et pour satisfaire aux besoins des ménages, l’OAH a répondu par le concret en concevant un bâtiment qui soit le plus ouvert possible vers l’extérieur, avec des logements non surdimensionnés remplis de lumière, bien exposés, pour créer un endroit paisible dans l’imaginaire d’un esprit de quartier, avec ses zones collaboratives, ses points de regroupement et ses jardins partagés. Proposant un « logement raisonnable » devant être synonyme de qualité, de confort, de suivi sérieux par le bailleur social. Le tout s’articulant dans le cadre du Projet de Territoire porté par l’Agglomération.

 

 

En savoir plus :

 

La résidence Porte de Paris propose 50 logements locatifs et 850 mètres carrés d’espace commercial et tertiaire. Un parking de 75 places a été conçu en sous-sol.

La surface moyenne des logements est de 60 mètres carrés.

Le chantier a démarré en juillet 2020, sa livraison finale s’est faite entre le 06 avril et le 10 mai 2022.

Les loyers sont compris dans une fourchette de 300 à 350 euros hors charges.

La résidence se compose de 4 T1 bis, 14 T2, 18 T3 et 14 T4.

L’OAH va reconstruire 186 logements en contrepartie des démolitions programmées dans les quartiers de Sainte-Geneviève et des Rosoirs.

Le coût global prévisionnel du projet est de 10,6 millions d’euros TTC.

81 % des travaux de ce chantier sont le fruit de prestataires locaux.

La Banque des Territoires (7,5 millions d’euros) et Action Logement (371 000 euros) ont soutenu financièrement l’initiative. L’OAH a investi 558 000 euros de ses fonds propres.

 

Thierry BRET

 

 

 

L’apprentissage retrouve au fil des ans ses lettres de noblesse et pour s’en convaincre, il suffisait d’assister à la remise des prix de fin d’année au CIFA de l’Yonne, pour juger de l’excellence des formations qui y sont dispensées et du talent des professionnels de demain.

 

AUXERRE : L’apprentissage a longtemps souffert de stéréotypes négatifs du type, « passe ton Bac d’abord », mais le regard qu’on lui porte est en train de changer. Longtemps considéré en France comme synonyme d’échec scolaire, là où d’autres pays européens, à l’instar de nos voisins d’outre-Rhin, le considèrent depuis longtemps comme un véritable passeport pour l’emploi, les signaux sont désormais au vert.

 

La fierté autour de ces jeunes, relèves entrepreneuriales de demain…

 

Pour preuve, les chiffres dévoilés en février dernier par le gouvernement, qui a recensé 718 000 contrats d’apprentissage en 2021, en hausse de 37 % par rapport à l’année précédente, soit presque le double des chiffres de 2019. Ils sont aujourd’hui de plus en plus nombreux à faire le choix de ce type de formation dynamique et professionnalisante, leur garantissant un accès rapide au monde du travail.

Depuis deux ans, la traditionnelle cérémonie de remise des prix était absente du calendrier de fin d’année scolaire du CIFA, pour cause de COVID. Autant dire que cette édition 2022 était attendue. Une édition haute en couleurs, dans tous les sens du terme, à laquelle ont assisté plus de 300 personnes, parmi lesquelles des élus, partenaires et maîtres d’apprentissage, ainsi que de nombreux parents, dans une salle superbement rénovée.

Président du CIFA de l’Yonne, Michel TONNELLIER a ouvert la soirée en ne manquant pas de féliciter les jeunes promus, pour le travail réalisé, « ces jeunes sont notre fierté, ce sont nos futurs chefs d’entreprises artisanales… ».  Il rappela les axes majeurs du projet d’établissement du CIFA, « l’excellence pédagogique et l’excellence citoyenne. Encourager, valoriser ces jeunes en les mettant à l’honneur, en leur inculquant les valeurs de respect de leur métier, de leur maître d’apprentissage et d’accomplissement du travail bien fait, c’est là toute notre ambition… ».

 

 

Un incroyable palmarès obtenu en 2022 !

 

Au tableau des résultats, un superbe palmarès pour le CIFA, qui enregistre cette année : deux finalistes médaillés d’or au concours national des Meilleurs Ouvriers de France (MAF), six au concours régional et sept au concours départemental. Ils sont au total, 27 à s’être vu décerner le titre de « major » de promotion, toutes filières confondues. Neuf autres de leurs condisciples ayant pour leur part brillé dans différentes épreuves nationales comme : les « WORLDSKILLS France », le concours « Raymond VAUDARD », les « HAIR ARTISTS Awards », la « Nutella Academy », ou les « Meilleurs Jeunes Boulangers de France ». Sans oublier les trente jeunes mis à l’honneur au titre de « l’Excellence citoyenne », soulignant, comme l’a rappelé Delphine ENGELVIN, responsable développement communication au sein de l’établissement, « toute l’importance et combien il était primordial pour le CIFA, de former et accompagner les citoyens de demain… ».

 

 

Une soirée haute en couleurs façon Andy WARHOL !

 

Autre moment fort de la soirée avec la remise par les jeunes en formation CAP Vente, d’un chèque de 355 euros à la présidente de l’antenne départementale de la Croix Rouge, fruit de leur travail de vente de tabliers siglés CIFA de l’Yonne, auprès de différentes entreprises du territoire.

Cette 37ème remise des prix aura également été marquée par l’hommage rendu au directeur de l’établissement, Marcel FONTBONNE, pour qui a sonné l’heure d’une retraite bien méritée et qui n’a pas hésité à suivre une année durant, une formation cuisine au sein du CIFA, pour ravir ses futurs hôtes de bons petits plats. Pour l’occasion, un tableau lui a été offert, avec son portrait retravaillé façon Andy WARHOL et Marilyne MONROE. Une soirée décidément toute en couleurs !

 

 

Ils ont dit…

 

Daniel GRENON (député de l’Yonne) :

« J’ai fait dans les années 60 un CFA et quand je vois aujourd’hui en 2022 ce que l’on sait faire, je dis grand bravo ! Aujourd’hui, on sait emmener les jeunes alors qu’à l’époque où j’étais électricien et que j’avais des apprentis, je me suis bataillé avec la Chambre des Métiers car on ne les mettait jamais en valeur. Après, j’ai abandonné car il n’y avait plus rien à faire. C’est une grande joie pour moi de voir ces jeunes aujourd’hui et avec quels résultats ! L’apprentissage, dans les années 70/80, était considéré un peu comme un rebut alors qu’aujourd’hui, on l’a bien remis sur les rails… ».

 

Michel CHAUFOURNAIS (CCI de l’Yonne et ancien apprenti boucher)

« Je me faisais la réflexion ce soir, assis au fond de ma chaise, en regardant ces jeunes, qu’il y a 60 ans, j’étais à leur place. Déjà à l’époque, l’apprentissage commençait à être dénigré et l’on nous encourageait surtout à poursuivre des études. Moi, au fond de ma province, en pleine campagne, aîné de sept enfants, mes parents n’avaient pas les moyens de m’envoyer à la ville et payer l’internat. Alors j’ai choisi un métier et j’en suis aujourd’hui très heureux. L’apprentissage repart à la hausse et c’est une bonne chose, mais je crois qu’il y a encore un manque d’information et de reconnaissance des travaux manuels chez les conseillers d’orientation… ».   

 

 

En savoir plus :

En formation « Commerce et gestion », Alexandra DUFOUR s’est vue couronnée « Major des majors » avec une moyenne de 17,68. Son prix lui a été remis par le préfet de l’Yonne, Pascal JAN.

Un chèque de 355 euros a été remis à la présidente de la Croix-Rouge icaunaise par les apprentis en formation CAP vente.

 
Dominique BERNERD

 

Soixante-dix personnes mobilisées à cet effet, une douzaine de véhicules formant la caravane logistique, vingt-et-un cantons qui seront visités et une quarantaine de disciplines à découvrir qui, au bout du compte, égayeront l’emploi du temps de jeunes gens de la tranche 6/17 ans jusqu’à la mi-août. Après deux annulations successives, imputables à la crise sanitaire, le grand « barnum » du Département de l’Yonne refait surface sous le chaud soleil de l’été. Un évènement apprécié de tous…

 

PONT-SUR-YONNE : Bien avant dix heures montre en main, et aux abords du stade municipal inondé de soleil, la foule ronge son frein. Les enfants, surtout qui gesticulent et piaffent en virevoltant tels des moineaux d’en découdre au plus vite avec l’une des disciplines proposées en cette journée inaugurale !

A croire qu’ils attendent avec une impatience non feinte le retour tant espéré de cette programmation si ludique qui fleure bon la période estivale. Le « grand » retour, devrait-on dire !

Car, après deux années consécutives de disette et surtout d’absence totale du calendrier des manifestations – merci la COVID 19 ! -, parents et enfants se retrouvent enfin réunis sur un complexe sportif aménagé dans l’esprit de ce rendez-vous afin de pouvoir pratiquer de manière gratuite une kyrielle d’activités, parfois des plus originales et aux antipodes de leur ordinaire.

 

 

Lutter contre les inégalités territoriales, l’une des raisons d’être de l’évènement…

 

Pour cette édition 2022, les organisateurs – c’est-à-dire le service ad hoc qui porte le projet au sein du Conseil départemental de l’Yonne – n’ont pas mégoté sur les animations. De la plongée à l’escrime, du judo au biathlon avec carabines laser ou de la tyrolienne au mur d’escalade, le choix s’est voulu multiple, simple mais presque déroutant pour les néophytes un brin apeurés qui s’essaient tant bien que mal au maniement de quads et à la mini-moto !

« Yonne Tour Sport » représente une indéniable institution dans le paysage des évènementiels estivaux qui nous reviennent chaque année à pareille époque. Un concept éprouvé et rôdé dont les organisateurs connaissent le moindre morceau du puzzle, qui au jour le jour, va cheminer à travers le territoire dans vingt-et-un cantons de l’Yonne. Au total, ce seront 27 localités qui recevront la visite insolite de ce « grand barnum » de la pratique sportive et de la cohésion sociale, accessible à tous.

Permettre aux enfants vivant dans les zones rurales de bénéficier d’activités ludiques répond au premier critère justifiant cette opération portée par l’organe institutionnel départemental. Ceux qui sont visés, sont ceux qui ne partent pas en vacances. Le lien social est l’autre vecteur qui explique le succès de cette animation, décidément toujours aussi populaire.

De manière plus globale, le « Yonne Tour Sport » répond aussi à la vocation initiale du Département de lutter contre les inégalités territoriales et le maintien du service public en milieu rural.

Durant six semaines, au plus fort de l’été, rien n’arrêtera le périple journalier de ce rendez-vous si cocasse à l’allure de « cirque » - et ce n’est pas péjoratif, loin s’en faut ! – devant apporter de la joie et du bonheur aux plus jeunes. La formule se voulant la plus souple et pratique possible pour les familles qui peuvent inscrire leur progéniture selon des modules horaires très précis.

 

 

 

En savoir plus :

 

Voilà la liste non exhaustive des activités proposées qui peuvent varier selon les intempéries, le personnel disponible et la place sur site : trampoline aérien, trampoline 6 places, Biathlon/Tir à la carabine laser, murs d’escalade (9 m et 4 m), tir à l’arc, VTT Trial, VTT parcours Savoir Rouler à Vélo (SRAV), trikkes, trottinettes, balance bike, sumo, judo, kart à pédales, tyrolienne, home-ball, disc-golf, sports collectifs (football, handball, basket-ball, rugby...), quads et mini motos sur parcours, piste de BMX, break-dance, pana-foot, golf, boxe, hockey, escrime, tchouk-ball, canoë sur les sites adaptés, parcours de motricité, Training Tour, petit toboggan, UFO Street, etc.

 

 

Le calendrier :

 

JUILLET

 

  • Lundi 11/07/22 PONT-SUR-YONNE
    Rue de la résistance -Stade de football
  • Mardi 12/07/22 CHABLIS
    Stade - Avenue des enfants de Chablis
  • Mercredi 13/07/22 APPOIGNY
    Parc Communal - Rue du Gué de la Pucelle
  • Vendredi 15/07/22 MIGENNES
    Stade Lucien Masson
  • Lundi 18/07/22 AVALLON
    Centre-ville - Rue Mathé
  • Mardi 19/07/22 SAINT-FLORENTIN
    Stade Jean Lancray
  • Mercredi 20/07/22 MONÉTEAU
    Stade -Tennis - Quai
  • Jeudi 21/07/22 ANCY-LE-FRANC
    Parc Gymnase - Caserne des pompiers
  • Vendredi 22/07/22 CHEVANNES
    Salle Polyvalente - Rue des Écoles
  • Lundi 25/07/22 MONTHOLON (AILLANT-SUR-THOLON)
    Rue du Gymnase - Stade de football
  • Mardi 26/07/22 TONNERRE
    Le Pâtis - Rue du pâtis
  • Mercredi 27/07/22 LES VALLÉES DE-LA-VANNE (THEIL-SUR-VANNE)
    Route du Miroir - Salle des Fêtes
  • Jeudi 28/07/22 VENOY
    Espace des Joinchères - Stade - Salle des Fêtes
  • Vendredi 29/07/22 CUDOT
    Mairie - Rue du Château

 

AOÛT

  • Lundi 01/08/22 VILLIERS-SAINT-BENOÎT
    Le Pâtis - Rue Paul Huillard
  • Mardi 02/08/22 CHEROY
    Parc Höhenkirchen - Rue Jean Moulin
  • Mercredi 03/08/22 ANNAY-SUR-SEREIN
    Mairie - Parc - Grande Rue
  • Jeudi 04/08/22 MALAY-LE-GRAND
    Chemin de Covequelee - Salle des Fêtes
  • Vendredi 05/08/22 DEUX RIVIÈRES (CRAVANT)
    Rue des Fossés - Terrain de sport - Salle des Fêtes
  • Lundi 08/08/22 QUARRÉ-LES-TOMBES
    Parc - Rue des Écoles
  • Mardi 09/08/22 SAINT-SAUVEUR-EN-PUISAYE
    Rue des Renards - Parc du Château
  • Mercredi 10/08/22 ROGNY-LES-SEPT-ÉCLUSES
    L’île - Accès par Rue Léon Jaupitre
  • Jeudi 11/08/22 DIXMONT
    Terrain Communal - Rue de la Porte du Bois – City Stade
  • Vendredi 12/08/22 MONTILLOT
    Gymnase - Stade - Salle polyvalente - Rue des Framboisiers
  • Lundi 15/08/22 VINNEUF
    Plan d’eau des Graviers
  • Mardi 16/08/22 SAINT-CLÉMENT
    Rue des Vignes - Stade - Dojo
  • Mercredi 17/08/22 SAINT-GEORGES-SUR-BAULCHE
    Collège Jean Bertin - Complexe Sportif du SIVOS

 

 

Contact

Direction Jeunesse, Culture et Sports du Département de l'Yonne
Tél. : 03. 86. 72. 88.50.

 

Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil