Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Question à se poser en préambule de cet entretien : est-il heureux le président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de l’Yonne ? En tout cas, il le semble, affichant un large sourire au moment d’immortaliser cette rencontre sur le smartphone, faisant office d’appareil photographique ! Lui qui cumule plusieurs mandats à responsabilités, entre la chambre consulaire et la CAPEB, la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment. Entretien à bâtons rompus…

 

AUGY : Tuant le temps comme il le peut, installé à l’une des tables de l’Auberge locale (d’agréable facture au niveau de l’assiette), en attendant que l’autre convive – votre serviteur – n’arrive sur le lieu de ce rendez-vous déjeuner, il vapote tranquille, Monsieur le président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de l’Yonne.

C’est donc là, le premier scoop de cet entretien médiatique : Jean-Pierre RICHARD a finalement troqué sa sempiternelle cigarette pour ce nouvel auxiliaire mécanique, envoyant de la fumée dans l’air qui lui permet de se détendre sans trop regarder sa montre !

La poignée de main est ferme, le regard est malicieux. L’entrepreneur icaunais sait accueillir ses invités en leur proposant l’apéritif d’usage ! Histoire de réchauffer un brin l’atmosphère ?

Celle-ci est bonne, par ailleurs. Le patron de la CAPEB 89 attaque bille en tête ses sujets de prédilection, avec le dynamisme qui lui est coutumier : « la « bataille » de la représentativité est satisfaisante, avec plus de 600 adhérents au terme de cette année 2023 ! ».

A la question qui lui est posée ensuite (« mais comment expliquer un tel résultat ? »), l’interlocuteur de répondre tout de go : « nous maintenons nos effectifs cette année encore parce que nous savons fidéliser nos adhérents… ». Via les services rendus par l’organisme, doit-il ajouter.

 

Un excellent cru que cette année 2023 pour la CAPEB 89

 

En fait de progression, il s’agit plutôt d’un maintien du nombre des adhésions. La barre des six cents signataires a été effacée cette année encore, ce qui n’est pas si mal vu du contexte économique actuel.

A l’analyse de ces renouvellements, Jean-Pierre RICHARD se dit très surpris des adhésions des jeunes entrepreneurs de la filière du bâtiment. Un état de fait qu’il qualifie de très positif. Peut-être pour en obtenir davantage, la CAPEB de l’Yonne devrait-elle instaurer un système de parrainage à la France Loisirs ? « Avec la cafetière offerte en prime !, plaisante-t-il facétieux.

Lorsqu’il s’agit de commenter le bilan de l’année écoulée, le président de la confédération artisanale dit que « la CAPEB 89 s’en sort très bien au bout du compte ».

 

 

L’organisme propose des formations à ses membres (exemple : dans le domaine du travail sur échafaudage), intéressant ainsi les entrepreneurs qui ne connaissent pas toujours les subtilités administratives et techniques qui régissent l’emploi de ces matériels.

« Vis-à-vis de la formation, notre credo est simple, se plaît à dire Jean-Pierre RICHARD, le plus de formations, c’est le plus de compétences, de concurrence, mais aussi de liberté pour nos adhérents… ».

Quant à la filière, elle ne se comporte pas trop mal pour l’interviewé. « Dans l’Yonne, le secteur du bâtiment se situe plutôt bien. C’est encourageant…. ».

 

Surtout que le gouvernement n’attaque pas les petits artisans…

 

Une source de motivation supplémentaire pour l’homme à responsabilité. A contrario, JPR se veut très critique sur les intentions du gouvernement qui travaille à la réforme de la rénovation énergétique. Un avertissement sans frais si l’exécutif venait à toucher au « petit » artisanat. « Si la gouvernance souhaite que l’on ne vote pas pour elle, il vaudrait mieux qu’elle s’abstienne de viser les petits artisans avec cette réforme, lâche-t-il, le sourire en moins.

Reste un autre item qui fait toujours figure d’écharde douloureuse dans le pied pour les professionnels de ce secteur : les autoentrepreneurs. « Il faut les convaincre de changer de statuts juridiques au bout de dix-huit à vingt-quatre mois pour se transformer en EURL, SASU ou SARL, souligne-t-il, sinon, gare à la retraite pour celles et ceux qui persistent en ce sens… ».

Perfectionniste dans l’âme, Jean-Pierre RICHARD n’en oubliera pas de signaler le futur rendez-vous de l’assemblée générale 2024 (une date qui n’a pas encore été fixée sur le mois de juin) où les adhérents auront la faculté de poser toutes leurs questions à différentes personnalités politiques, invitées à les rencontrer. L’an passé, la sénatrice Dominique VERIEN, la conseillère départementale Sonia PATOURET et le président de l’Association des Maires de France 89, Mahfoud AOMAR s’étaient rompus à l’exercice en y consacrant du temps, sans l’avoir regretté. A qui le tour cette année ?

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Dites-le avec des fleurs ! Ou avec des arbustes ! Voire, pourquoi pas quand il est possible de les transporter hors de scène, d’arbres de très belle taille, à planter ! L’Agence de développement touristique et relais territorial des offices de tourisme, Yonne Tourisme, a donc procédé il y a quelques jours à la remise des prix du palmarès 2023 de l’une des manifestations phare de l’année, suivies par bon nombre de collectivités, campings et écoles : le concours des Villes et Villages Fleuris. Un pur moment de bonheur où les végétaux sont enfin à la fête !

 

APPOIGNY : Pour une fois, on ne les détruit pas. Ni, on ne les coupe à la sauvette pour un quelconque prétexte fallacieux où le végétal, pauvre victime expiatoire de l’inconstance intellectuelle des hommes, finirait au pilori pour une raison ou pour une autre. Il paraît même que certaines communes à gouvernance écologiste de l’Hexagone sont devenues les cibles préférées de protestataires désinhibés qui en veulent en découdre avec tout ce qui est vert et qui pousse ! N’importe quoi !

Heureusement, dans l’Yonne, le végétal règne en maître, dans nos villes et nos campagnes, presque absolu. Mieux ! On encourage à les entretenir, à les préserver, à les planter et à distinguer celles des collectivités qui les honorent en embellissement leurs rues, leurs infrastructures, leurs habitations, leurs jardins publics, leurs écoles, leurs campings. Chaque année, à pareille époque, se déroule un évènementiel qui distille un palmarès. Celui des Villes et Villages Fleuris de l’année écoulée : il récompense toutes ces communes qui ont pris fait et cause pour le végétal, leur abondance et leurs diverses variétés et formes d’expression.

Maitresse de cérémonie du soir : Isabelle FROMENT-MEURICE. On ne présente plus la conseillère départementale de l’Yonne, investie dans la vie politique depuis plusieurs années.

 

Un rendez-vous très suivi par les collectivités

 

En revanche, cette dernière possède une autre étiquette à son actif, celle d’être la présidente de l’agence de développement économique, Yonne Tourisme. Une institution départementale qui sait mettre en relief tous les avantages attractifs de notre territoire. Dont celui du fleurissement et la valorisation de la végétalisation des localités icaunaises, item de plus en plus apprécié de la part des touristes de passage en nos terres mais aussi des habitants desdites communes plébiscitées par les membres du jury. D’ailleurs, Isabelle FROMENT-MEURICE n’est-elle pas la présidente du comité du fleurissement de ce concours ?

A la tribune, aux côtés de son président, Patrick GENDRAUD – il adore cette cérémonie où l’on parle de plantes et de fleurs -, et de Nathalie LABOSSE, conseillère régionale, la présidente de l’agence Yonne Tourisme rappelle les règles du jeu de ce rendez-vous, fort bien suivi par bon nombre d’élus mais aussi de représentés des services techniques des communes.

« Ce soir, seront dévoilés les labellisés de 2023, les propositions de labellisation de 2024, mais aussi des prix spéciaux départementaux et selon les catégories, ainsi que les récompenses remises aux campings de l’Yonne, et le prix des écoles de l’Yonne, explique-t-elle, des prix auxquels nous sommes très attachés car notre credo c’est le travail de l’attractivité du territoire… ».

Fleurir sa ville ou son village ne sert pas uniquement les intérêts touristiques, évoqua la vice-présidente du Conseil départemental, à l’aise face au public « c’est aussi pour le plaisir de les habiter ». D’où la notion d’attractivité résidentielle qui permit à l’élue de l’Yonne d’enchaîner sur des explications détaillées.

« C’est un point très important, confirma-t-elle, que dans notre département où la population est un peu vieillissante au niveau démographique, nos villes et nos villages continuent de vivre en bénéficiant d’un environnement fleuri et végétalisé de belle facture. Il faut que les habitants s’y sentent bien... ».

 

 

Promouvoir l’attractivité résidentielle, vecteur de développement économique

 

Quant à la notion de fleurissement, elle a évolué au cours de ces récentes années. En effet, autrefois était nommé village fleuri une localité qui possédait des plates-bandes extrêmement bien tenues en son cœur, aujourd’hui, c’est d’arriver à mélanger un complexe un peu urbain dans un village avec des trottoirs et certains aménagements en matière d’urbanisation et un fleurissement qui ne serait pas là par hasard mais comme étant l’illustration d’une pousse quasi naturelle. Les pelouses ne seraient pas, de fait, tondues au cordeau mais favoriseraient l’évolution de cet environnement pseudo naturel, protecteur de la faune et de la flore. Laissant éclore des herbes folles mais travaillées dans un souci d’esthétique…et de retour à la nature. Une nature qui doit reprendre ses droits, sans l’apport de pesticides.

« C’est cela aussi, l’attractivité résidentielle, soulignera Isabelle FROMENT-MEURICE, celle que nous devons encourager… ».

Un message empreint d’écologie qui aura été très apprécié par le président GENDRAUD avant que soit proclamé le palmarès de ce verdict 2023, établi le 16 novembre dernier à Dijon en présence de Julien FAIVRE, directeur du Conseil national des Villes et Villages Fleuris.

 

 

Les résultats :

66 communes ont participé à ce palmarès 2023 ainsi que des campings et des écoles.

 

Communes de l’Yonne labellisées en 2023

 

Obtention du label VVF une fleur :

 

Fontaine-la-Gaillarde, 505 h

Noyers-sur-Serein, 612 h

Malay-le-Grand, 1 543 h

Vallan 680 h

 

Obtention du label VVF trois fleurs

 

Gron 1 223 h

 

Renouvellement du label deux fleurs aux communes de

Cheny 505 h

Saint-Privé, 612 h

Saint-Denis-les-Sens 1 543 h

Tonnerre 680 h

 

Renouvellement du label trois fleurs à Chablis

 

Propositions de labellisations 2024

 

À l'issue de ses visites du mois de juillet 2023, le Jury départemental a établi les propositions de labellisations suivantes, qui seront évaluées au cours de l'été 2024 par le jury régional des Villes et Villages Fleuris de Bourgogne-Franche-Comté :

 

 

 

 

  Pour le label 1 fleur, les communes de :

  • CHARBUY 1 950 h
  • CHICHÉE 315 h
  • COULANGES-LA-VINEUSE 859 h
  • SAINT-BRIS-LE-VINEUX 1 054 h

 

  

 VILLES ET VILLAGES FLEURIS

 

1re catégorie - Communes de moins de 200 habitants

 

 

DRUYES-LES-BELLES-FONTAINES - 286 h. – pour la mise en valeur des sources de la Druyes, un espace soigné et agréable, véritable lieu de vie avec le parcours de santé, l'aire de jeux et la guinguette.

 

  

Catégorie - Communes de 501 à 1 000 habitants

 

COULANGES-LA-VINEUSE - 825 h. – pour la nouvelle création paysagère du Jardin des Dames, véritable îlot de fraîcheur en cœur de bourg, et pour la végétalisation des rues en concertation avec les habitants.

 

4e catégorie - Communes de 1 001 à 2 000 habitants

 

SAINT-BRIS-LE-VINEUX - 1 054 h. – pour l'aménagement de la ceinture verte autour du village et du maillage permettant de découvrir le bourg et son patrimoine.

VILLES ET VILLAGES FLEURIS

PRIX SPÉCIAUX DÉPARTEMENTAUX

Prix Coup de cœur du Jury

 

CHICHÉE – 315 h. pour l'implication exemplaire de bénévoles dynamiques et passionnés, en lien avec la municipalité, qui œuvrent en faveur de la végétalisation du village pour un cadre de vie agréable. 

 

  • SAUVIGNY-LE-BOIS – 730 h. pour le jardin potager pédagogique mis en place par la commune dans le cadre des activités périscolaires. Ce jardin a été récompensé au niveau national cette année par la Société Nationale d'Horticulture de France.

 

 

Prix de la 1re participation  

 

Ce prix est destiné à encourager une commune ayant fait des efforts particulièrement remarquables la 1re année de son inscription.

 

  • CHARENTENAY – 305 h.

 

  • SERGINES – 1 300 h.

 

Prix de l'Arbre  

 

Ce prix récompense les communes ou particuliers qui, possédant un arbre remarquable, ont mis en place des mesures visant à le protéger, l'entretenir dans les règles de l'art et le promouvoir.

 

La commune de MALAY-LE-GRAND – 1 580 h. pour son remarquable Tulipier de Virginie, bien entretenu et préservé, situé dans le parc municipal derrière la Mairie.  

 

 

 

 

Prix du Jardinier Michel-Viault 

 

Récompense un travail d'excellente qualité, mené par un ou plusieurs agents communaux - ou par des bénévoles - qui se sont investis de façon exemplaire dans le fleurissement de leur commune.

 

L'équipe de jardiniers de la commune de CHARBUY – 1 950 h.

 

 

 PRIX DÉPARTEMENTAUX ACTIONS EN PARTENARIAT

 

Prix des Campings Fleuris

 

En partenariat avec la Fédération départementale de l'Hôtellerie de Plein Air

Présidente : Pascale CAMONIN

 

 

Catégorie Campings communaux ou intercommunaux

 

  • 1er prix :           Camping Les Coullemières à Vermenton

 

  • 2e prix :           Camping Sous Roche à Avallon 

                   

  • 3e prix :           Camping d'Épizy à Joigny

 

 

 

Campings privés ou associatifs

 

  • 1er prix :           Camping Au Bois Joli à Andryes

 

  • 2e prix :           Camping Beauséjour à Sergines

 

 

 

Félicitations du Jury :

  • Camping Le Moulin Jacquot La Belle Étoile à Accolay / Deux-Rivières
  • Camping Le Parc du Château à L'Isle-sur-Serein
  • Camping La Gravière du Moulin à Lézinnes
  • Camping de l'Armançon à Saint-Florentin
  • Camping Le Bois Guillaume à Villeneuve-les-Genêts

 

  

 

 

 Prix des Jardins des Écoles de l'Yonne

 

Ce prix récompense les plus belles réalisations en matière d'atelier de jardinage dans les écoles. 

Présidente : Annie THIROUARD

 

 

 

Catégorie écoles primaires :  

  • 1er prix : École primaire des Clairions à Auxerre
  • 2e prix : École primaire de Rogny-les-Sept-Écluses
  • 3e prix : École primaire de Beauvoir

 

 

 

Catégorie activités périscolaires, centres de loisirs et établissements spécialisés :

  • 1er prix : Accueil périscolaire ACLM de Charmoy

 

 

Félicitations du Jury :

  • École primaire Marcel-Pagnol à Migennes
  • École primaire de Venizy

 

LISTE DES COMMUNES DE L'YONNE LABELLISÉES

 

 

Communes                         Communes             

Arces-Dilo  Bléneau  Champcevrais Cheny

Chitry-le-Fort                          Escamps

Crain                                         Lavau

Étigny                                       Massangis

Fontaine-la-Gaillarde            Quincerot 

Gisy-les-Nobles                    Saint-Denis-lès-Sens

Gland                                        Saint-Privé 

Gurgy                                      Sauvigny-le-Bois

L'Isle-sur-Serein                    Tonnerre 

Lasson                                    Villeneuve l'Archevêque

Malay-le-Grand                         

Mézilles                                      Communes  

Nailly                                         Avallon

Noyers-sur-Serein                 Chablis 

Perrigny                                   Chevannes 

Quarré-les-Tombes               Gron 

Rogny-les-Sept-Écluses     Joigny 

Saint-Fargeau                         Migennes

Saint-Florentin                        Monéteau

Toucy                                       Paron 

Val-de-Mercy                         Saint-Georges-sur-

Vallan                                       Baulches 

Vaudeurs                               Saint-Julien-du-Sault

Vincelles                                    

 

 

Commune  

Sens

 

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Dès le premier regard jeté sur le petit cadre de plexiglass, contenant son portrait posé sur le mur de l’amphithéâtre communautaire, c’est le sourire éclatant, plein de joie et empli de vie qui saute aux yeux. Celui d’une femme agréable, à l’allure soignée, respirant le dynamisme, épanouie dans son rôle d’édile de Sens et de présidente de la Communauté d’Agglomération du Grand Sénonais. Une femme en parfaite maîtrise de ses moyens, sûre de son fait mais malgré tout, figée ici pour l’éternité. Une grande dame de la politique régionale au caractère parfois bien trempé, Marie-Louise FORT. Un personnage public qui « siègera » désormais de façon intemporelle parmi les élus de la communauté…pour mieux les inspirer et les guider ?

 

SENS: Bien sûr que chacune et chacun aura ressenti sa présence en ces lieux qu’elle avait inaugurée il y a quelques années en arrière. Même éthérée et évanescente, parmi l’assistance. Il ne pouvait en être autrement, d’ailleurs vis-à-vis de ce vibrant hommage rendu à l’une des grandes absentes physiques de ce rendez-vous.

Tour à tour, les interlocuteurs se succédant au pupitre du nouvel hémicycle communautaire en feront même mention dans leurs propos chargés en émotivité. Comme si, intérieurement, ils le désiraient de tout leur cœur. Et si elle apparaissait vraiment devant eux, le sourire aux lèvres et le mot de courtoisie l’accompagnant ?

Marc BOTIN, tout d’abord, son successeur à la présidence du Grand Sénonais, avec une once de fébrilité dans la voix lors de son discours.

Puis, Patrick GENDRAUD, président du Conseil départemental, qui pour rien au monde n’aurait voulu manquer ce déplacement capital dans la grande ville de l’Yonne septentrionale pour saluer la mémoire de celle avec qui il chicanait de temps à autre dans ce jeu politique qui n’est pas sans amitiés !

Wassim KAMEL, enfin, ce nouveau sous-préfet de l’arrondissement sénonais, dont les paroles, prononcées à chacune de ses interventions publiques, sont empreintes de sagesse, d’humanisme et de profonde sérénité. Un représentant de l’Etat à même d’être en phase directe avec les citoyens…

Une fois le voile tombé, de la stèle commémorative posée là sur le mur à hauteur de regard près de la sortie de l’amphithéâtre, on ne peut être frappé que par cette vitalité que dégageait l’aura de cette femme, totalement investie à ses missions d’élue. Marie-Louise FORT ! Comme elle portait si bien son patronyme même si elle nous a quittés trop vite, trop tôt…à cause de trop d’investissements de sa personne à vouloir résoudre les problématiques des autres, peut-être ?

 

 

 

On nomme cela l’altruisme, la solidarité, la générosité, l’implication, la rigueur, le perfectionnisme…, le sens du devoir et du service.

S’attarder un instant sur cette plaque de plexiglass où figure un joli portrait tout sourire de la disparue, permet d’y découvrir le vadémécum succinct de cette dernière, mais aussi d’y lire une petite phrase, attribuée à Madame ROLAND en 1864, qui résumerait presque, pour celles et ceux qui la connaissaient bien, ce singulier personnage de la politique régionale inoubliable et dorénavant immortelle. « Le sentiment est mon guide. Puisse-t-il me tenir lieu d’esprit et de talent !… ».

Tout est dit ou presque en ces quelques mots limpides et clairvoyants. Sans doute, Dominique, son époux, et sa fille, Mathilde, auront reconnu l’un des leitmotivs préférés de leur proche parente dont on évoquera la mémoire en ces instants.

Une Marie-Louise FORT « panthéonisée » à sa manière dans le saint des saints de ce que représente la vie politique et publique du Sénonais : ce fameux amphithéâtre, siège des assemblées communautaires, où désormais son éternel sourire de lumière éclairera les travaux…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Le sentiment du devoir accompli. D’avoir réalisé les choses en son âme et conscience, dans l’intérêt et au service de tous. En particulier, cette population éloignée des soins, ces personnes précaires qui ne peuvent même plus se permettre de consulter le moindre généraliste, faute d’argent. Incontournable figure praticienne du CES (le fameux Centre d’Examens de Santé de l’Yonne, structure gérée par la Caisse Primaire d’Assurance Maladie), le docteur Saïd BROUCHE tire sa révérence. Un au-revoir mais pas un adieu à la générosité, l’altruisme, la prévention…et les projets.

 

AUXERRE : Etonnamment, le responsable du Centre d’Examens de Santé de l’Yonne n’a pas revêtu sa fidèle blouse blanche, en ce vendredi matin, premier jour de l’hiver. Pourtant, fidèle au poste, il a bien débuté sa énième journée de travail en recevant dans son grand bureau, une patiente. Perfectionniste et humain jusqu’au bout des ongles, Saïd BROUCHE reste avant toute chose un médecin attentionné. Lui qui jadis a obtenu ses diplômes médicaux dans des disciplines thérapeutiques qui se complètent comme la gériatrie et la pneumologie, il demeure égal à lui-même. Un homme simple, accessible, agréable et rassurant, qui aime être utile à son prochain, respectueux du serment d’Hippocrate qu’il a prêté en 1978 en qualité de jeune médecin. Son credo : mieux vaut prévenir que guérir ! Son leitmotiv : faire le bien autour de lui en accueillant parmi ses services les défavorisés de la vie, les oubliés de l’existence, les paumés du quotidien…Même si l’ensemble de la patientèle compte énormément pour lui.

Calme, posé, détendu, silhouette de gentleman-farmer avec son pull à col roulé sombre, le docteur Saïd BROUCHE irradie la pièce où il m’accueille d’une légèreté intellectuelle très subtile. C’est un rendez-vous express, prit sur le pouce, et qu’il m’accorde malgré la journée symbolique qui se présente à lui ce vendredi 22 décembre : son départ à la retraite. On ose à peine y croire !

 

41 années dans la filière médicale : de l’expérience à revendre !

 

Lui qui incarne de par sa présence, son style de management paternaliste avec ses équipes – près de vingt-cinq personnes essentiellement féminines -, son sens relationnel aiguisé avec la patientèle qui défile par petites grappes dans les locaux avant d’entreprendre le fameux parcours de soins prévu sur une matinée, le Centre d’Examens.

41 années d’exercice dans la filière médicale, ça parle ! Dont une présence connue et reconnue au sein de ce centre d’examens, si particulier, un outil très précieux à l’estampille de la CPAM (Caisse Primaire d’Assurance Maladie) où tous les assurés sociaux ont droit de visite et de découverte. Responsable de cet endroit, le docteur auxerrois a pu mettre en place bien des aventures structurées et autant de projets judicieux durant toutes ces années. De l’accompagnement de l’informatisation de ce lieu aux différentes conventions paraphées avec une cinquantaine de structures départementales partenaires, rien ne sera laissé au hasard, dans le fruit de cette stratégie.

 

 

L’une de ses plus belles réussites – il le révèle lors de la discussion – l’existence des unités mobiles facilitant la prévention et l’orientation vers les solutions thérapeutiques à distance : Avallon, Sens, Tonnerre, trois villes qui en bénéficient.

L’un de ses gros challenges qu’il aura eu à aborder : l’adaptabilité du CES à assurer la gestion de la crise sanitaire imputable à la COVID et aux différentes vagues successives de la pandémie. Une réactivité qui s’appliquera sur le terrain via les campagnes de vaccination, de dépistage, de traçabilité…

Mais, ayant ce sens de la perfection aigüe, Saïd BROUCHE reconnaît aussi avoir eu à subir des revers durant sa carrière, lui procurant des regrets.

« Nous n’avons jamais pu développer l’unité mobile du CES sur le secteur de la Puisaye-Forterre, concède-t-il, le regard un peu plus sombre. A l’instar de la mise en place d’un centre de vaccination dans la Nièvre… ».

 

 

Un binôme 100 % féminin pour commencer 2024

 

A contrario, le visage de notre interlocuteur s’épanouit à l’évocation des innombrables campagnes de sensibilisation, mises en place par le Centre d’Examens de Santé, en direction des populations désireuses d’en connaître davantage et de se prémunir contre les risques des cancers, en particulier celui du sein et du colon, par le biais des dépistages. Des campagnes qui concernent aussi les maladies cardio-vasculaires et le diabète.

« Je suis fier de tout ce que nous avons entrepris, souligne-t-il avec humilité, et je n’oublie pas d’y associer l’ensemble de l’équipe... ».

Une équipe qui habillée pour certaines personnes avec des parures de Noël accueillait les premiers patients se rendant sur place, vendredi matin.

Membre créateur de l’association TABAGIR aux côtés d’une autre figure de la profession médicale icaunaise (le docteur Serge TCHERAKIAN), Saïd BROUCHE n’a pas encore réfléchi à la suite, souhaitant profiter pleinement de son nouveau statut de retraité, valable au 31 décembre.

Toutefois, le médecin qui veut être utile à la société possède plusieurs pistes de réflexion ; elles sont même multiples d’après lui !

« Toujours est-il, affirme-t-il, je resterai en lien avec des projets autour des personnes âgées et des personnes en précarité… ».

Et si, glissera l’une de ses collaboratrices, prénommée Mélanie, un peu émue par ce départ, le docteur Saïd BROUCHE nous revenait de temps à autre au CES pour y apporter sa bonne humeur ? Une chose s’avère évidente : c’est bel et bien le docteur Estelle HINCELIN qui prendra le gouvernail de ce vaisseau amiral de la CPAM pour naviguer sur les mers de la prévention, du dépistage, de l’orientation et du suivi des soins en 2024. La nouvelle « capitaine » sera soutenue dans cette aventure par la directrice adjointe de la CPAM, Christelle ROUTIER. Un joli binôme, 100 % féminin, pour augurer des belles perspectives 2024…

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Pas si simple de se faire entendre de cent vingt personnes, adeptes de la convivialité. Impatientes de se sustenter après un interminable apéritif, pris à l’extérieur de l’enceinte chauffée du stade, qui les accueillera pour y déguster le repas de fin d’année ! On se retrouve, on y discute, on plaisante, on se fait la bise, on en profite pour échanger quelques cartes de visite tout en s’intéressant comme il se doit à la future journée de championnat de Fédérale 2. Président du RCA, David PARIZOT a fait de ces retrouvailles partenariales annuelles un moment de liesse, tout en délivrant quelques messages forts sur le rôle des soutiens financiers…

 

AUXERRE : Le brouhaha de l’assistance persiste un long moment avant que le président du Rugby Club Auxerrois ne puisse ouvrir la bouche et prononcer les quelques mots de bienvenue usuels. Il y a foule dans l’immense pièce faisant office de salle de réception. Celle qui domine le stade où la vue sur le terrain et les panneaux des partenaires est saisissante. Les partenaires ? Justement, ces retrouvailles chaleureuses autour de ces grandes tablées à l’ambiance si animée sont synonymes de leur présence. Un rituel quasi immuable depuis que les dirigeants du club évoluant en Fédérale 2 ont démultiplié leurs tissus relationnels liens avec les réseaux des entrepreneurs locaux.

D’ailleurs, David PARIZOT, président de la structure et lui-même dirigeant d’entreprise, la société OXO 89, est formel à cette interrogation inopinée : « sans les partenaires, privés ou publics, le club ne survivrait pas ! ».

Des paroles emplies de bon sens, en vérité. Chacun le sait bien, au-delà du sportif, de l’administratif, de la logistique, un club quel que soit la discipline sportive doit pouvoir se reposer sur des soutiens financiers fiables. Ceux des sponsors, des mécènes,… des vrais partenaires en bout de course.

 

 

Monter en Fédérale 2 est une chose, y rester en est une autre !

 

D’autant que le RCA a évolué au niveau de son parcours compétitif cette année, en gravissant un échelon supplémentaire ; d’où l’impérieuse nécessité de gagner de nouveaux partenaires à ajouter à son escarcelle. Une vie financière scrutée en permanence par les autorités supérieures du rugby, puisque la FFR surveille à raison de deux à trois contrôles annuels l’état de santé des clubs qui évoluent en Fédérale 2, au même titre que ceux fréquentant l’élite.

L’accession en Fédérale 2 aura été très positive pour le RCA. Tant au niveau sportif avec l’apport de nouvelles recrues expérimentées qu’au niveau des partenaires, beaucoup plus nombreux cette saison.

« Nous avons la chance de proposer une vision stratégique à nos partenaires, souligne David PARIZOT, ils ont envie de soutenir un club qui joue la gagne et qui avance… ».

Depuis 2019, date de son arrivée à la présidence du club auxerrois, David PARIZOT n’a pas changé d’un iota son discours : « j’ai toujours dit que l’objectif de la Fédérale 2 n’est pas un objectif clairement écrit ; par contre, le vrai objectif était de réunir et de cocher toutes les cases dans l’environnement du fonctionnement du club pour augmenter les chances de l’accession en Fédérale 2. Y monter est une chose, y rester en est une autre ! Maintenant, l’objectif avoué, c’est le maintien. On est dans une deuxième étape en préparant le club à long terme dans ce maintien. Concrètement, la partie financière doit être solide, sur trois à cinq ans, il nous faut un fil conducteur qui soit différent de la monter et de la structuration du club… ».

Cette fête de fin d’année était attendue par ces cent vingt personnes, membres du Club 15. Une structure bien assise aujourd’hui qui se retrouve de deux à trois fois dans la saison afin de prendre le temps de faire connaissance entre partenaires, ce que ne permettent pas des rendez-vous sportifs vécus avec émotion au bord du terrain.

Un Club 15 qui offre un supplément d’âme généreux sous la forme de cohésion et de camaraderie. A l’instar d’une véritable équipe. Bref, c’est le prolongement naturel de la grande famille du RCA !

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil