Dans le cadre de notre développement, nous recherchons des correspondants rémunérés, contacter Thierry Bret 06.20.31.05.53

La ville de Sens a signé une convention de partenariat avec la Banque des Territoires de Bourgogne Franche-Comté ce mardi 23 février. En présence du numéro un de la Caisse des Dépôts. La portée de cet accord concerne la création d’un poste de manager de commerce, une fonction ô combien stratégique au développement du centre-ville et de son attractivité économique…

SENS : Bien que la capitale du nord de l’Yonne se distingue par le maintien de la foire et de la fête foraine en centre-ville depuis plus de cent ans, le commerce de proximité vit des heures bien sombres à l’instar de nombreuses autres villes de l’Hexagone.

En 2014, naissait une volonté de redynamiser le centre-ville afin de lutter, entre autres, contre la vacance des locaux commerciaux. De l’essor du e-commerce à l’extrême cherté de certains locaux, la ville de Sens avait du pain sur la planche.

 

La Banque des Territoires réaffirme son soutien à la ville de Sens...

 

Un premier poste de manager de centre-ville avait été créé la même année, dans le cadre du programme FISAC (Fonds d'intervention pour les services, l'artisanat et le commerce).

Aujourd’hui, directeur de l’OCAGS (Office de Commerce et de l’Artisanat du Grand Sénonais), Francis SARLIN avait pris ses fonctions le 01er août, jusqu’en décembre 2015. Il avait été missionné pour la réhabilitation du marché couvert et le développement du commerce en centre-ville, notamment.

La ville de Sens renouvelle l’expérience avec l’embauche d’Yvelise Ameline en tant que manager de commerce pendant deux ans. Un poste financé à hauteur de 40 000 euros par la Banque des Territoire, soit 70 % de son besoin de financement.

Cette aide financière fut donc actée sous forme de convention paraphée ce mardi par Marie-Louise FORT, édile de la ville et présidente de la Communauté d’agglomération du Sénonais, et Eric LOMBARD, directeur général de la Caisse des Dépôts.

 

 

Un partenariat mis en place dès 2018...

 

Cette convention est l’occasion de réaffirmer des objectifs communs comme le développement du territoire en termes de transition énergétique et écologique. Mais elle vient aussi renforcer une collaboration de longue date.

La Banque des Territoires, partenaire du programme national « Action Cœur de Ville », s’investit effectivement dans le développement du commerce sénonais depuis 2018. Elle l’avait rapidement associée au dispositif « Centre-ville de demain » et avait participé à l’élaboration d’une stratégie de renforcement des commerces de proximité.

Ce partenariat s’était notamment concrétisé par une étude réalisée par des élus et des techniciens, avec le concours de l’OCAGS. Les experts avaient conclu que le centre-ville était trop important pour une ville comme Sens, avec des commerces vacants plutôt aux extrémités du centre historique.

Il fallait recentrer le parcours marchand au cœur de la ville. D’où les nombreux travaux en cours tels que le réaménagement de la Place Drapès.

 

 

L’impact des actions menées au cœur de la ville de Sens...

 

 

Le directeur général de la Caisse des Dépôts a par ailleurs souligné le dynamisme de la ville de Sens au niveau démographique, entre autres, qui se caractérise par « un afflux régulier d’habitants ». Il a ajouté que « pour que cette dynamique se poursuive, il est important d’investir, de transformer, ce que vous faites Madame la maire… ».

Le dirigeant estime que depuis 2014, les actions menées par la ville, et plus particulièrement par le manager du centre-ville, ont porté leurs fruits puisque le taux de vacance des commerces est passé de 25/30 % à quasiment 10 %.

Pour lui, ces initiatives doivent être complétées par d’autres démarches comme un accompagnement des commerçants dans la digitalisation.

Un outil qui peine néanmoins à trouver preneur dans le Sénonais malgré une vraie nécessité imposée par la crise sanitaire et en dépit des encouragements de l’OCAGS.

 

Floriane BOIVIN

 

Déception pour le sportif de l’extrême de l’Yonne ! Le sympathique coureur auxerrois ne s’élancera pas, comme il était convenu initialement, dans sa nouvelle aventure le mercredi 03 mars. Celle qui doit le mener de Paris à Dubaï au terme d’un long périple de 6 800 kilomètres à travers une dizaine de pays…

AUXERRE : Les conditions sanitaires actuelles n’étaient pas optimales pour relever ce nouveau défi. Celui que s’est lancé le spécialiste de l’endurance, Abderrazzack EL BADAOUI.

La fermeture de certaines frontières européennes, notamment avec l’Allemagne pour cause de recrudescence de la pandémie en Moselle, occasionnait un réel souci en termes de logistique pour ce perfectionniste dans l’âme.

Ne pouvant laisser sa part aux doutes et à l’incertitude, l’Icaunais a donc choisi de reporter de quelques semaines son départ depuis le parvis de l’hôtel de ville à Auxerre.

La date du samedi 15 mai a donc été retenue par le coureur qui effectuera ce voyage insolite à bicyclette, une fois n’est pas coutume. Un revers, certes temporel, qui n’entame pas l’enthousiasme et le moral de l’athlète qui profitera de ce délai supplémentaire pour peaufiner sa condition physique.

 

Thierry BRET

 

Les acteurs de l’insertion professionnelle l’intéressent. Tout autant que les managers et autres dirigeants des structures entrepreneuriales des secteurs privés et publics. A la tête de son cabinet de formation, Loïc CHEVALLARD agit en qualité de coach impliqué, s’engageant vers des voies novatrices qui lui permettent de désamorcer des situations complexes, voire inextricables. Sa méthode : provoquer le déclic au niveau des consciences.

CHEMILLY-SUR-YONNE : Les conflits qui éclatent en entreprises ne possèdent plus de secrets pour ce coach de l’Yonne. Il offre en effet l’opportunité aux managers de pouvoir renforcer la cohésion sociale et l’engagement qu’il soit individuel ou collectif dans un contexte très anxiogène.

Celui que les entrepreneurs de l’Hexagone traversent à l’heure actuelle du fait de la pandémie ne manque pas de piquant, convenons-en !

Invité à partager ses retours d’expériences et à prodiguer d’utiles conseils auprès de l’Institut des Dirigeants, un atelier pédagogique initié par la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, le responsable d’ADN Potentiel utilise des outils qu’il a su développer au fil du temps. Notamment dans les domaines complémentaires que sont les neurosciences et la psychologie humaine.

D’ailleurs, sa ligne directrice professionnelle n’est autre que cette formule dont il a fait son leitmotiv : « être un déclencheur de déclics pour managers ». Il nous livre en quelques réponses ses réflexions sur son entreprise et ses projets…

 

 

Des projets pleins la tête dont la rédaction d’un ouvrage…

 

Pourquoi avoir nommé votre entreprise, ADN Potentiel ?

A la naissance, nous avons tous une mémoire cellulaire et génétique. C’est-à-dire un potentiel. Nous pouvons l’activer, le faire évoluer dans le temps comme notre ADN, à l’aide de facteurs internes (notre vécu) et externes. Soit l’environnement dont les managers que nous avons eu dans notre vie peuvent jouer un rôle clé s’ils sont inspirants.

Quels sont les services que vous proposez ?

Il s’agit d’apporter une meilleure compréhension des profils des équipes, avec une communication et un management adaptés. Il faut aider l’entrepreneur à identifier le potentiel des candidats, en créant des conditions favorables à leur plein épanouissement. En les fidélisant, on se prémunit de situations potentiellement conflictuelles.

Regardons vers l’avenir. Quels projets allez-vous encouragé en cette année 2021 ?

Dans le cadre du développement de l’activité, j’ai recruté une collaboratrice afin de m’accompagner dans ma stratégie de communication. Cela présage de belles perspectives pour la suite avec la mise en place de nouveaux partenariats. Parallèlement, je prépare avec la complicité d’un co-auteur un livre sur l'entreprise et le management aux côtés d’autres experts et d’universitaires.

Cet ancien manager commercial grands comptes intervenant dans la formation est aussi un passionné par la transmission des savoirs. Les relations humaines et la dimension stratégique au sein des organisations l’interpellent tout autant.

L’idée d’entreprendre lui est donc venue de son entourage professionnel. Des dirigeants, des partenaires l’ont fortement incité à créer sa propre entreprise, au vu de ses interventions qualitatives, ses ateliers et formations assurés en afterwork.

 

Thierry BRET et Maryline GANDON

 

Renforcer les liens de proximité avec les commerçants du centre-ville est l’une des missions essentielles de la jeune femme, originaire de Sens. En relevant ce challenge qui enrichit son plan de carrière depuis le mois de janvier, cette diplômée Bac + 5 (EGC spécialisation marketing et vente) intègre l’Office du Commerce et de l’Artisanat (OCAGS) de la sous-préfecture icaunaise avec la volonté de relever le défi…

SENS : La ville de Sens et ses commerces, elle les connaît comme le fond de sa poche, la nouvelle recrue de l’OCAGS !

Logique, cette fille de commerçant n’en est plus à son coup d’essai dans la sphère professionnelle locale, côté expériences passionnantes.

Depuis qu’elle a décroché son diplôme de niveau Bac + 5, obtenu à l’Ecole de Gestion et de Commerce (la fameuse EGC accueillie au village d’entreprises de la CCI), Yvelise AMELINE a eu tout le loisir de s’investir dans le tissu entrepreneurial du nord de l’Yonne.

Avec à chaque fois, à son crédit, de beaux projets à développer. Cette fois-ci, les enjeux seront un peu différents en venant étoffer l’équipe de l’Office du Commerce et de l’Artisanat de Sens.

Travaillant en étroite symbiose avec Francis SARLIN, directeur de l’organisme, la jeune femme priorisera ses interventions sur le cœur de ville et son attractivité commerçante, clé de voûte de l’économie sénonaise.

Premier objectif de la nouvelle impétrante à cette fonction : aller à la rencontre des 360 professionnels qui exercent au centre-ville. Le plan de relance commerce tombe à pic pour évoquer les diverses mesures existantes qui viennent en soutien des commerçants.

Seconde tâche : faciliter l’implantation de nouvelles enseignes d’autant que le potentiel d’installation in situ est tangible du fait de locaux vacants.

Mais, Yvelise AMELINE multipliera aussi les actions en matière de communication avec le retour d’animations spécifiques dès que le contexte sanitaire le favorisera. La création d’une base de données répertoriant l’ensemble des informations indispensables afin de présenter les professionnels et leurs offres commerciales est également prévue dans ce programme. Un défi, assurément, à la portée de la jeune femme !

 

Thierry BRET

 

Dès le premier souffle, le parcours de tout à chacun est jalonné de panneaux publicitaires. Ils sont orientés pour que nous puissions suivre une ligne de conduite toute tracée. Montrant les limites de ce cheminement en bas régime. Des détours logistiques imposés se sont ajoutés. Ils ont ralenti avec virulence notre indépendance... Mais quel épuisement pour parvenir à l’objectif !

 

TRIBUNE : Et puis un jour, cheveux au vent, il vient le moment de suivre sa boussole intérieure qui déroutera toute effusion d'indécision quant à la bonne direction : redémarrer à zéro ce qui a toujours été rêvé et le concrétiser. Différentes phases d'accélérations s'afficheront au compteur pour trouver la bonne allure vers la voie de son envolée personnelle.

Dans l'Antiquité grecque, la victoire était traditionnellement représentée par une femme ailée, capable de se déplacer à grande vitesse. Justement, ne serait-il pas cartésien de s'imaginer être accompagnés par la divinité Niké, déesse de la victoire dans toutes les pérégrinations de ses rêves si « chairs » à notre cœur. La force est de l’appréhender dans un élan plus divin substantif de réussite vers le plus beau des essors : l'épanouissement personnel.

 

Déployer ses ailes...

 

L'épanouissement personnel est fondé sur plusieurs fondamentaux spirituels : s'écouter, se prioriser, avoir conscience et confiance en ses capacités et oser. Ces quatre impulsions sont indissociables pour lancer un appel d'offres à tous ses désirs, non chimériques mais bien réalistes.

Des choix judicieux, à l'effigie de ses envies sont à valider pour s'élancer et s'envoler dans des sphères plus majestueuses où les tourments seront évincés ou éludés par l'efficacité et l'interaction d'ailes bien disposées à avancer. Bien sûr, des vents contraires souffleront pour dévier cette trajectoire. Mais, en réalité, cette défiance apportera encore plus de forces à ce qui est dans l'ordre du plan céleste : être récompensés des efforts pour se diriger vers sa destinée.

 

Suivre sa route...

 

Galvanisés d'un bien-être et d'une confiance à toute épreuve, l'épanouissement personnel s'anime de foi en soi et d'une indéfectible volonté à persévérer dans des choix de vie bien assumés. Il déroge et esquive tous les paramètres négatifs orientés à déstabiliser une belle avancée par tous les envieux frileux...  Oui, tout le monde a un super potentiel à l'image d'un bel arc en ciel. C'est à chacun d'y teinter des  nuances à la profondeur de ses propres humeurs artistiques et fantaisistes.

L'épanouissement personnel se fourvoie des normes familiales, sociales ou sociétales. Il est un vétéran méritant sa liberté de pensée, honoré par une belle médaille intérieure à l'effigie de toutes ses victoires : continuer de s'émanciper en poursuivant son itinéraire par l'authenticité d'être !

 

Du bon pied, bon œil ! L'épanouissement...c'est le bonheur !

 

Le bonheur est l'empreinte de différentes actions et de multiples sensations. Chaque journée, il dynamise un saut du lit à la vitalité très enjouée et d'un tempérament  fougueux et joyeux. Il encourage à se dorloter par une activité sportive matinale avant le travail et encense un sifflement mélodieux à la métaphore d'un beau rossignol. Toute cette belle énergie impulsera une dynamique très positive sans notion de timing car l'espace-temps entre le lever et le coucher aura été motivé par l'envie de se réaliser.

 

L'épanouissement est un choix de vie...

 

L'épanouissement personnel est un hymne à l'allégresse associé au bien-être et à la satisfaction d'être en interaction avec ses plus belles réalisations. Il n'est pas un précepte mais une allégation à étayer et à ambitionner de belles passions. Il s'adapte au soleil, à la fraîcheur et à toutes les tempêtes parce qu'il se porte et s'ajuste avec précision à toutes les saisons. 

In fine...déployer ses ailes et s'envoler où « tout est possible » est certes une ambition terrestre mais également cosmique, à l'in-star d'une étoile filante qui  exaucera à l'arrivée, tous vos plus beaux rêves...

 

Lyvia ROBERT

 

Articles

Bannière droite accueil