Apprendre à mieux se connaître et à mieux s’aimer. Dans son premier opus, « L’Uppercut de la Délivrance », l’écrivain franc-comtois nous confiait les clés indispensables pour accéder enfin au bonheur. Afin de réveiller le « magicien » qui sommeille en nous ! Le nouvel ouvrage à découvrir d’urgence en profitant de la période estivale s’apparente à un chemin initiatique où la fiction côtoie de très près le réel. Entre le bien et le mal. Entre obscurantisme et espérance. Une aventure qui entraîne le lecteur dans un sacré billard à trois bandes, en multi-dimensions. L’œuvre aide à l’élévation de l’esprit afin de mieux flirter avec la vérité ?

 

TRIBUNE : Il parle de la kabbale, de l’Apocalypse de Saint-Jean, de l’Antéchrist, de l’amour envers son prochain. Adorateur de « L’Alchimiste » de Paulo COELHO dont il a dévoré la moindre des pages quitte à les flétrir. Il s’appesantit sur le doute et les croyances de chapitre en chapitre. « La croyance, explique-t-il, c’est une clé qui permet d’ouvrir certaines portes et constitue un point de départ primordial pour commencer à se rapprocher de l’essentiel… ».

Philosophe, érudit, « Petit Prince » digne héritier de Saint-Exupéry empli de sagesse et de tolérance, Mustapha BOUKTAB ne se lit pas à travers ses écrits : il se déguste avec délectation à chacune de ses œuvres. Que l’on peut considérer comme un évènement à chaque nouvelle publication, même si ce personnage au regard doux et aimant ne fait pas encore la « une » des médias. Ce n’est qu’une question de force intérieure, de courage et de persévérance. De pugnacité, aussi. Pour le reste, le talent à l’état pur, pas de problème, l’auteur du « Gardien du Présent » en possède à foison. Interview relaxante avec un maître parmi les maîtres du savoir, toujours en quête de la vérité. Touchera-t-il bientôt le Graal ?

 

La première idée qui vient nous titiller l’esprit à la lecture de ce titre, c’est de remplacer le mot « présent », par celui du « temps ». Est-ce possible si l’on se projette sur la théorie que le temps n’existe pas et que passé, présent, futur ne font qu’un, à l’échelle de l’existence ?

 

Si vous concentrer votre observation sur un objet que tout le monde connaît très bien et qui justement sert à mesurer le temps…je veux parler du sablier. Il a la forme d’un huit tout de verre translucide avec la moitié du haut rempli de sable et l’autre moitié, celle du bas rempli de vide. Le temps est donc représenté en un unique élément avec ce sablier en forme de huit en position verticale. Il devient le symbole de l’infini si on le couche en position horizontale. Le futur en haut qui représente la vie que vous allez vous construire avec l’écoulement du sable qui ira se déverser dans la partie du bas qui elle représente votre passé. Le présent, lui, se trouve juste à l’embouchure, entre les deux, là où tout se rétréci dans son équilibre parfait. C’est lui qui laisse le futur se déverser dans le passé et en même temps, il en contrôle la vitesse et le débit, mais il reste figé à cet endroit sans jamais se déplacer.

Le présent, c’est l’éternité. Il est le même qu’il y a 100 000 ans. Il ne change jamais et nous regarde tous passer contrairement à ce que pensent les gens. J’ai écrit dans mon livre une phrase un peu philosophique où je dis que « Dieu n’a jamais existé et qu’il n’existera jamais car il existe tout simplement… ».

On l’appelle l’Eternel car il est dans ce présent infini qui ne meurt jamais et qui ne peut mourir contrairement au passé qui n’existe plus et au futur qui n’existe pas encore. L’éternité est dans ce présent d’ailleurs quand on y plonge, le temps en perd tous ses repères, on ne le voit plus passer. Il ne se trouve que dans des moments de bien-être total où l’âme est en osmose parfaite avec le corps, où les pensées n’existent plus dans ce maintenant qui prend le contrôle.

Prenons un exemple : vous entrer dans un sauna et vous inverser le sablier pour une séance qui doit durer quinze minutes. La température du sauna est extrêmement chaude et vous fixer ce sablier en comptant chaque palier qui se solde par une minute de moins. Vous transpirez en essayant de résister le plus longtemps possible. Vous avez l’impression que le sable a du mal à s’écouler et vous n’arrivez pas à quitter ce sablier du regard. À ce moment-là, vous êtes dans la peur du futur et le regret du passé, vous avez peur de faire un malaise et vous regrettez d’être entré dans cet endroit. Au bout d’un moment, le temps vous paraît impossible à maîtriser. Alors vous décidez de sortir avant le terme que vous aviez prédéfini. Maintenant, imaginez entrer dans ce même sauna avec la même température mais sans ce sablier. Vous n’avez plus de repère sur le temps et vous concentrez vos pensées sur le moment présent en vous laissant transporter par votre imagination sur le bien-être que procure cette transpiration extrême afin de laisser votre peau respirer encore mieux pour se regénérer. Vous allez peut-être rester plus longtemps que quinze minutes. Mais, surtout, cette séance de sauna vous aura paru très courte et aura réveillé en vous des capacités de résistance encore jusque-là jamais égalé. Le gardien du présent n’est pas le gardien du temps, il est tout simplement le gardien du secret du temps. Qui est ce magique et éternel présent…

 

 

Autre option de titraille envisageable : le « Gardien du Temple » ! Parle-t-on de la construction de ce « temple » intérieur qui est en nous et qui nous forge dans notre manière d’être au quotidien, quelle que soit d’ailleurs la religion que l’on pratique ?

 

Votre première titraille était de remplacer le présent par le temps et là vous changer le mot temps par « temple », deux mots qui paraissent jumeaux dans la première syllabe et cousin dans l’ensemble. Le temps est une force magique. Il est invisible et se déplace du haut vers le bas où l’apesanteur finit par gagner car la Terre nous absorbe pour nous accompagner à notre dernière demeure.

Le « temple » est un lieu sacré dans la religion et ce qui est encore plus sacré à mes yeux, est justement tout ce qu’ils ne peuvent voir. Un temple, une synagogue, une église ou une mosquée peuvent être magnifique d’un point de vue architectural mais en réalité, la beauté et la magie ne se trouvent pas dans ces lieux. Elle se trouve dans tous les croyants qui les fréquentent. Plus le nombre est conséquent et plus la lumière brille dans ces endroits sacrés. Mais, le plus sacré des « temples » est avant tout ce bouclier sous forme d’aura que transporte les personnes qui sont remplies d’amour, de bonté et bienveillance et surtout de croyances envers ce qu’ils ont de plus précieux en eux. Ce souffle divin qui fait d’eux ces magiciens locataires du plus merveilleux de tous les temples car il est unique et ne peux faire qu’un. Il y a beau y avoir des milliards de bougies qui éclairent toutes ces personnes ; elles ne produiront qu’un seul et magnifique éclat, qu’une seule et intense lumière.

Nous sommes tous quelque part les gardiens de notre propre temple. Tout comme les gardiens de notre présent. Mais, nous sommes tous des voyageurs dans ce temps. Malheureusement, il échappe à beaucoup de personnes.  

 

 

Mustapha, c’est le deuxième opus de votre carrière, et là, on plonge dans le narratif, changement de style avec le précédent ouvrage, « L’Uppercut de la délivrance ». Pourquoi avoir choisi de s’exprimer par le biais d’un roman ?

 

Je vais être franc avec vous sur cette question sans pour autant trop vous dévoiler la réponse. Elle se trouve dans le livre lui-même.

J’ai depuis de nombreuses années voulu écrire cet ouvrage sans jamais savoir comment le commencer. Tout était dans ma tête et il ne me restait qu’à traduire mes pensées avec mon clavier sur des pages blanches.

Impossible pour moi d’y parvenir, il me manquait ce point de départ. Cet élan qui ensuite m’aurait propulsé, chapitre après chapitre, à le rédiger. J’ai alors écrit « L’Uppercut de la Délivrance » qui a quelque part brisé ces chaînes qui m’empêchaient de dévoiler ce qu’on a tous de plus précieux en nous. Je parle de tout ce que l’on garde en nous de secret comme certaines vérités enfouies ; certains désirs, voire même certains fantasmes que l’on refoule en nous comme tout simplement l’amour et même la haine. Le meilleur moyen de se cacher derrière certaines vérités est de les romancer. Le roman est parfait pour s’exprimer en son nom. On utilise des personnages fictifs où imaginaires. On peut se permettre de faire dire des choses par le biais des personnages sans se sentir gêné ou freiné par la timidité. La romance nous ouvre un élan de générosité qui nous conduit à vouloir encore plus partager.

Le roman est pour moi comme un psychologue à qui je confis des pensées bien gardées. Il est pour moi un confident et me permet de m’extérioriser en laissant sortir tout mon vécu autant réel qu’imaginaire. 

 

Ce livre est qualifié par les critiques qui fleurissent çà et là sur la toile de « parcours initiatique », empruntant des chemins de lecture à la fois « messagère et magique ». Mustapha BOUKTAB fait-il rayonner la lumière autour de lui comme le firent dans leurs œuvres Umberto ECCO ou un Paulo COELHO qui s’est révélé au monde avec l’incontournable « Alchimiste » ?

 

Je suis très honoré par votre comparaison avec ces auteurs de talents. J’avais lu « L’Alchimiste » quand j’étais plus jeune et j’avoue que ce roman initiatique m’avait carrément emporté, je l’avais dévoré. Avant d’écrire mon livre « Le Gardien du Présent », j’ai voulu le relire et là le voyage a été différent : je n’ai pas ressenti le même élan fougueux qu’il m’avait procuré étant jeune. La raison était toute simple, c’est que mon parcours de vie avait évolué et m’avait fait vivre des aventures initiatiques réelles et surtout plus puissantes de ce que j’avais découvert dans ce merveilleux livre. J’ai su à ce moment là qu’il fallait que je partage mon propre parcours initiatique, et surtout je savais qu’il serait plus facile pour moi de le raconter car je l’avais en partie vécu sous des formes identiques où différentes.

Mon premier livre a été en quelque sorte un parcours d’initié dans des domaines qui touchent à la santé et au bien-être avec quelques anecdotes qui expliquaient et orientaient les lecteurs. Mais, il manquait l’essentiel ! Il manquait une aventure, un chemin à suivre qui nous entraîne et nous absorbe en même temps. Une histoire avec de l’amour et des rebondissements où nos sentiments et nos émotions sont mis à l’épreuve dans cette initiation de la vie que beaucoup malheureusement ne voient même plus.

J’ouvre plusieurs portes dans mon livre. Elles délivrent beaucoup de messages que la magie rend encore plus facile à interpréter. Beaucoup de personnes se reconnaîtront dans ce parcours et surtout elles pourront comprendre que nous en sommes tous les propres auteurs.

 

 

 

On évoque beaucoup le voyage, source de liberté pour la pensée de l’homme. Pourquoi avoir jeté son dévolu en Haïti, terre si meurtrie des « dieux » depuis tant d’années ?

 

Vous savez, j’ai beaucoup voyagé dans ma vie professionnelle. Je pensais avoir tout vu. Je ne crois pas au hasard et je reste persuadé que ce n’est pas moi qui voulais aller en Haïti mais plutôt Haïti qui m’a invité, voire même attirée à m’y rendre. Ce pays est unique. Et j’ai dû m’y rendre pour des raisons professionnelles. C’est je crois le pays le plus dangereux au monde. Il s’y passe des crimes atroces, des gens se font enlever quotidiennement par des gangs barbares et quand on travaille sur cette île, le focus est en permanence relié à la sécurité car une mauvaise décision peut engendrer d’horribles catastrophes.   

En dehors de ce décor macabre et toute la misère que vit la majorité des habitants, il existe dans ce pays une magie lumineuse qui n’a rien à voir avec le vaudou où la magie noire qui sont malheureusement également présent dans ce pays. La magie dont je parle est dans la simplicité dont vivent la majeure partie des Haïtiens. Ils savent vivre dans ce moment présent, loin de toutes ces choses matérielles qui polluent l’esprit. Le plus important pour eux est d’avoir le repas du jour et un endroit où dormir. Ils savent combien la vie peut du jour au lendemain s’arrêter, alors ils vivent un jour après l’autre avec la même intensité que le soleil qui brille. Oui, il y a sur cette île des démons qui sont légion mais les anges parviennent encore à faire briller la foi du peuple. Celui-ci, malgré l’enfer quotidien dans lequel il est confronté, a réussi à préserver une insatiable gratitude. 

Il n’y a pas une nuit où je n’ai pas entendu de coups de feu retentir, et c’est durant ces nuits sombres où cette terre de poètes m’a donné l’inspiration d’écrire ce deuxième bouquin. Les nuits haïtiennes ont éclairé et guidé ma plume que j’ai trempé dans l’encre épais où coule toute cette gratitude aux reflets magiques.

 

Le pouvoir de l’amour est un item largement employé dans vos œuvres. L’objectif étant d’unifier les humains qui ne cessent pourtant que de s’entredéchirer depuis la nuit des temps. Pourquoi tant de haine et si peu de tolérance universelle entre le peuple de Terre ?

 

Le pouvoir de l’Amour est le seul remède pour éradiquer toute la haine qui gangrène chaque jour de plus en plus l’humanité. L’homme possède en lui autant d’amour que de haine et l’élément déclencheur n’est que son libre arbitre : c’est celui-ci qui lui permettra de prendre la bonne où la mauvaise décision. 

Chacun est différent de part l’éducation qu’il a reçu et de par ses croyances et sa religion, s’il en a une. Les trois religions monothéistes sont sensées nous pousser à ne prendre que de bonnes décisions en nous rapprochant de l’amour. L’amour de soi, l’amour de son prochain, l’amour de l’humanité, l’amour de Dieu, l’amour de ne faire que le bien au mépris du mal.

On laisse croire en biaisant l’histoire que les religions sont responsables d’avoir fait couler beaucoup de sang alors que c’est totalement faux. Seules et uniques responsables de cela : toutes ces personnes avides de pouvoirs et de gloire qui utilise à leur insu de fausses interprétations pour pousser l’homme à s’éloigner de la vérité. L’unique vérité, celle où l’amour prend le dessus sur tout. On est en train de glisser sans s’en rendre compte dans un nouveau monde où on cherche à faire disparaître les croyances. Il est plus facile de rendre docile une personne vide de croyances qu’une autre qui est à l’inverse ancrée dans celles de ses ancêtres. On cherche à rendre l’être humain comme un robot qui ne pense plus de lui-même et qui obéi à tous les logiciels qu’on lui aura programmés.

Mon livre essaie justement de rallier les trois religions en une qui ne se base que sur l’amour et la tolérance. L’humanité a besoin d’une douche froide ! Elle ferait office de baptême, de bain rituel et surtout de purification. Cela chasserait le mal en ouvrant les yeux à toutes ces personnes aveugles qui ne suivent qu’un borgne qui se prend pour le roi en pensant pouvoir défier ce qui l’a créé lui-même…car il ne s’est pas créé tout seul.

 

La triste actualité qui s’est faite jour avec cette insupportable guerre en Ukraine, à la frontière de l’Europe, rappelle d’autres conflits tout aussi inadmissibles que ceux dont ont souffert l’Afghanistan ou la Syrie. Les hommes, au-delà des religions, s’entre-tuent même pour d’autres raisons. Quel regard portez-vous sur cette période hallucinante ?

 

Je ne pense pas avoir les compétences pour répondre à cette question mais à mon niveau, je peux tout de même donner mon humble avis sur la question. Il n’y a jamais eu de guerres sans profits, surtout à notre époque. On camoufle toujours la vérité par de fausses raisons. Il y a toujours eu un système pyramidal où celui qui se trouve le plus haut est le chef d’orchestre caché qui tire toutes les ficelles de toutes les marionnettes qu’il a mis en place en dessous de lui. La course à la richesse et au pouvoir est infernale. Plusieurs personnes convoitent la place la plus haute.

Les pires guerres de notre histoire ont eu lieu en Occident et la raison était la même, le pouvoir et l’argent. Quand l’Occident a décidé de se partager les richesses de l’Orient, les guerres ont changé de côté et ont basculé vers l’Orient. On a créé un ennemi qu’on a appelé le terrorisme islamiste afin de continuer à déshabiller les humains de leurs croyances et en même temps de s’enrichir de plus en plus.

On a terrorisé les peuples pour qu’ils ne pensent plus à l’essentiel et ne se concentrent que sur leurs survies. On a poussé les peuples à l’exode afin de mélanger les différences pour ensuite les monter les uns contre les autres dans le simple but de terroriser. Pour pouvoir encore et encore s’enrichir et devenir plus puissant. La guerre en Ukraine est malheureusement une ruse de plus pour terroriser et faire rebasculer le mal vers l’Occident.

Mon deuxième tome pourra le romancer avec plus de détails et de vérités, mais il faudra attendre encore un peu avant de pouvoir le lire !

 

Une citation, extraite de ce livre, « il faut souvent aller jusqu’au bout du pire pour enfin trouver le commencement du meilleur ». Pensez-vous que l’humain trouvera enfin ce Nirvana vers lequel chacun aspire ?

 

Une anecdote récente m’avait inspirée cette phrase. Mon épouse et moi avons vécu une terrible expérience en janvier dernier. D’ailleurs, le poème que je lui ai dédicacé au début de mon livre retrace un peu ce parcours.

En rentrant d’Haïti fin décembre de l’année dernière, j’ai attrapé la COVID (Delta +) la forme la plus meurtrière. Je ne le savais pas encore, mon test était négatif et j’ai donc pris l’avion pour rentrer. Une semaine avant mon retour, j’avais un testicule qui faisait la taille d’une balle de tennis. Je n’avais aucune douleur. Je pensais que l’écriture de mon livre avec toutes les nombreuses heures en position assise était responsable et j’attendais mon retour pour consulter un médecin en France afin d’avoir un avis médical. Arrivé chez moi, on avait programmé de partir en montagne passer dix jours au ski. Alors, le lendemain matin, nous sommes tous partis en famille rejoindre le chalet que j’avais loué.

Une fois sur place, nous sommes montés à l’aide des télésièges à presque 2 000 mètres d’altitude pour skier. Arrivé là-haut, j’ai été pris d’un mal de tête et de nausées probablement déclenchées par l’altitude (baisse d’oxygène) ; alors j’ai décidé de rentrer tout seul au chalet, laissant mon épouse et mes enfants skier durant la journée. Une fois au chalet, ce fut l’enfer et la fièvre a commencé son lent et dur combat contre le mal. Mon épouse m’a soigné du mieux qu’elle pouvait et je vacillais entre les jours où ça allait et les jours où c’était douloureux. J’ai fini par faire un test qui s’est avéré positif. Mes deux grands enfants sont rentrés dans l’espoir de passer le Nouvel An avec leurs amis et en rentrant, ils ont décidé d’aller faire un test qui s’est également avéré positif. Ils sont alors restés à la maison pour respecter les dix jours d’isolement.

Les médecins refusaient de venir me voir et demandaient à mon épouse de me donner du « Doliprane ». On a décidé de rentrer, le trajet à été interminable pour moi  alors que mon épouse conduisait.

Arrivé à la maison, le constat indiquait tout le monde positif à l’exception de ma fille de huit ans. Mon cas s’est alors aggravé et mes poumons ont commencé à s’obstruer. J’avais du mal à respirer. J’ai donc essayé en premier traitement celui du professeur Didier RAOULT qui n’a pas fonctionné. J’en ai alors essayé un deuxième qui m’a donné un petit embonpoint temporaire mais assez court. Ensuite, je suis tombé dans une fièvre supérieure à 40° qui m’a transformée en un vrai zombi.

Ma femme n’a pas quitté mon chevet en épongeant ma fièvre sans cesse et au bout de trois semaines de fièvre intense, mon corps a lâché prise et mon âme où mon esprit semblait sortir de mon corps en se rapprochant du plafond. J’ai ressenti à ce moment-là un bien-être inexplicable et profondément aspirant.

Au moment où j’ai voulu me laisser partir, ma petite fille Inaya est venue devant moi en me regardant avec des yeux effrayés et une incompréhension totale dans son regard qui reflétait ses peurs de voir son papa dans un tel état.

C’est à ce moment que j’ai décidé de me ressaisir et de me battre pour mon enfant. Mais également que mon épouse est tombée malade à son tour. Son cas a été plus virulent, alors ma grande fille Kaïla qui fait des études de médecine a décidé de l’emmener aux urgences.

J’étais encore très faible et je n’arrivais toujours pas à me lever. Ma fille revient le soir à la maison en pleurant, m’expliquant que sa maman était restée aux urgences dans un état critique et que les médecins insistaient pour l’intuber.

Le matin venu, je me lève en regroupant toutes mes forces. Je me dirige vers la salle de bain pour me raser. Ma fille Kaïla me demande aussitôt de retourner me coucher. Je lui dis que ma place est au près de sa mère en insistant sur le fait que j’avais décidé d’aller la chercher pour la ramener à la maison. Elle m’a aidé à me raser. J’y suis allé tout seul, difficilement mais très motivé. L’hôpital n’autorisait qu’une seule personne et j’ai enfin pu voir mon épouse. Arrivé sur place, je n’ai pas pu contenir mes larmes car elle était dans un état alarmant. Les médecins ont essayé de me convaincre de les laisser l’intuber en me disant qu’il n’y avait plus rien à faire et que pour eux, elle était déjà considérée comme morte.

J’ai été lui parler en lui expliquant que je n’étais pas venu lui tenir la main pour m’apitoyer sur son sort en pleurant mais que j’allais l’aider à sortir de l’hôpital avant la fin de la semaine. Je suis revenu le lendemain matin avec 100 grammes de vitamine C pure en poudre et 250 ml de plasma de Quinton isotonique. J’ai dissimulé les deux breuvages dans des gobelets à café que je lui donnais à boire avec une paille tous les jours en lui faisant méditer tous les soirs sur des sons et des paroles qui atténuaient le bruit assourdissant de l’oxygène. Un bruit qui tiraillait son cerveau en passant par ses narines. Elle était dans la même chambre où sa maman avait rendu l’âme une année auparavant, jour pour jour, et elle me demandait de la laisser partir pour aller la rejoindre. Je la poussais à se nourrir et à se battre pour revenir à la raison.

De 80 litres d’oxygène, elle est passée en quatre jours à quatre litres pour être débranchée le lendemain et commencer à marcher en fin de semaine. Elle est sortie de l’hôpital le lundi suivant sans que les médecins puissent comprendre ce qui s’était passé. Ils qualifiaient cela de miraculeux alors que je savais très bien ce qui était en train de se passer. Ce mois de janvier 2022, nous sommes morts tous les deux pour ressusciter ensuite pour être encore bien plus vivants.

Nous sommes allés tous les deux jusqu’au bout du pire pour y trouver le commencement du meilleur. Je pense que n’importe qui peut y arriver aussi et pour cela, il faut y croire profondément pour le réaliser d’où l’importance des croyances.

Oui, j’ai l’extrême certitude qu’il faut souvent aller jusqu’au bout du pire pour enfin y trouver le commencement du meilleur. Et de ce meilleur renaît un renouveau encore meilleur...

  

 

Dans une récente interview, vous avez déclaré : « j’ai tellement de choses à dire ». Vous le faites très bien depuis deux livres, désormais. Quelles seront les futures étapes ?

 

Oui, il est vrai que j’ai tellement de choses à dire ! Mais, en vérité, je pense avoir encore plus de choses à écrire. Les écrits restent alors que les mots disparaissent dans l’oubli.

J’attends le bon moment pour écrire le deuxième tome du « Gardien du Présent ». Je projette de le faire traduire en anglais dans le courant de cette année.

Si des occasions se présentent sur mon chemin d’écrivain, je serais assez favorable pour parler et expliquer avec plus de détails les contenus de mes livres lors de conférences.

 

 

A l’instar de philosophes ou des chercheurs, vous êtes toujours en quête de la vérité ? Mais, quelle vérité ? Sont-elles multiples ? Différentes ?

 

Il ne peut y avoir qu’une seule vérité, qui de mon point de vue pourra effacer tous les mensonges qui essaient de l’engloutir très profondément.

La seule et unique vérité qui peut exister est celle de ne pas avoir menti. Peu importe la quantité de mensonges, la vérité est unique car c’est un choix. Celui de dire la vérité au singulier qui est celle des vérités au pluriel car, la vérité englobe toutes les vérités et elle efface tous les mensonges.

 

 

Dans ce livre, vous faites la part belle à la magie, à l’ésotérisme, au surnaturel. Qu’est-ce que le fantastique pour vous ? L’avez-vous côtoyé autour de vous ?

 

Oui, ce livre parle de magie et de surnaturel où l’ésotérisme est plus dirigé sur le côté des forces du mal. Où l’intérieur, bien protégé du secret de certains enseignements qui sont réservés à des initiés qui font tout pour faire revenir leurs anciennes croyances basées sur la vénération d’anciens dieux ayant dû quitter notre monde pour le leur.

Je dis souvent que l’homme moderne ne croie plus en la magie des anciens. L’homme de notre époque ne veut pas croire au pouvoir qu’exerçaient les anciens peuples. Il croit davantage à la magie que notre technologie peut accomplir à notre époque. On peut voler, aller sur la Lune, se parler en se regardant depuis des pays très lointains, etc.

Dans mon livre, je parle de magie avec certaines précisions sur le règne de Salomon. Je suis même persuadé que nos anciens possédaient une magie encore plus puissante que celle d’aujourd’hui. A la différence que là, notre monde est matériel. Alors que le leur était immatériel.

Oui, j’ai réellement vécu certaines situations dans ma vie où la magie et le surnaturel ont bel et bien existé. D’ailleurs tout ce qui est relaté dans ce livre est en partie véridique…

 

Un mot, tout de même, sur les pyramides d’Egypte ! Là, on sent l’admiratif au-delà du contemplatif. Quels secrets avez-vous percés à leur contact ? Et si ces pyramides nous reliaient à d’autres univers comme le pensent des spécialistes de la cosmogonie ?

 

J’ai réellement travaillé en Égypte. Comme je le raconte dans mon premier livre. Il est vrai que les pyramides m’ont longtemps occupé l’esprit jusqu’au jour où j’ai interprété un verset du Coran. Il m’a aussitôt éclairé sur ce questionnement. Je l’explique assez bien : je partage une théorie nouvelle sur leurs constructions et par qui elles l’ont été.

Je pense aussi que ce secret a bien été gardé afin de nous induire dans l’erreur. Leurs constructeurs ne veulent pas que l’on apprenne la vérité. Mais, je ne vous en dirai pas plus : je préfère vous laisser le découvrir dans mon roman !  

 

 

On parle de kabbale, d’Apocalypse, d’Antéchrist… « Le Gardien du Présent » est-il une réécriture contemporaine des Evangiles ?

 

Oui, effectivement, je parle de kabbale et même des « septantes » ainsi que de l’apocalypse et de l’Antéchrist. L’ouvrage visite ces époques qui ont vu ces prophètes et ces messagers. Mais, pas dans un but de réécrire les Evangiles mais plutôt pour en corriger certains passages, réécris dans le passé pour justement égarer les croyants de la vérité.

L’Apocalypse de Saint-Jean n’est pas un psaume des Évangiles comme on cherche à nous le faire croire. C’est juste de « la broderie » qu’on lui a raccommodé en utilisant des couturiers très habiles. D’ailleurs même le Saint Coran ne parle pas de l’Antéchrist : on en parle que dans des récits brodés également sur l’ombre du Coran qui ont été rapportés que plusieurs siècles après la mort du prophète, tout comme Jésus.

Je ne dis pas que mon livre est la vérité en soit ! D’ailleurs, chacun peut le lire et le comprendre comme il le souhaitera. Pour certains, ce sera une passionnante aventure et pour d’autres le début d’un questionnement.

 

Vous considérez-vous comme un soldat, un « Chevalier du Temple », pour combattre les ennemis de la fraternité, celle qui devrait unir tous les hommes ?

 

Non, je ne me considère pas comme un soldat où un chevalier du temple. Je me considère comme un combattant qui lutte contre les forces du mal visibles ou invisibles. Un soldat appartient à une armée. Moi, je n’appartiens à aucune armée. Je considère qu’elles sont employées pour la plupart au service du mal.

Un combattant, lui, combat les injustices pour le service du bien sans avoir besoin d’avoir à entrer dans les rangs.

Si tous les hommes étaient unis pour combattre toute forme de mal ou d’injustice, si on était tous ensemble coude-à-coude pour protéger le faible et l’opprimé, alors nous serions tous des combattants au service de la justice.

L’époque des chevaliers est révolue. Le seul « temple » à protéger est celui que l’on transporte en nous. Il fera de nous des combattants au service de la justice et de l’amour, ensemble, pour une seule terre, un seul peuple, une seule humanité…

 

Propos recueillis par Thierry BRET

 

Et un mandat de plus à déposer dans la besace de Jean-Pierre RICHARD ! Le toujours sémillant président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de l’Yonne – il est également aux manettes de la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) territoriale – s’est vu confier une nouvelle mission dans cet emploi du temps déjà très serré : assumer la destinée durant moins de deux ans de la Chambre Economique de l’Yonne. Une structure qui fédère en son sein les trois chambres consulaires du département…

 

AUXERRE : Qui dit mieux au niveau du cumul des mandats ?! Pourtant éloigné de la sphère politique traditionnelle, Jean-Pierre RICHARD devient sans aucun doute à date l’un des personnages de l’entrepreneuriat de l’Yonne les plus pourvus en responsabilités officielles.

Son dernier titre de gloire à ajouter à son copieux palmarès concerne la fonction de président de la Chambre Economique de l’Yonne, une auréole distinctive qui a été obtenue il y a quelques jours à la suite d’un scrutin.   

Un accessit supplémentaire faisant suite à une élection des plus protocolaires au sein de cette association qui regroupe les trois organismes consulaires de notre territoire : la Chambre d’Agriculture, la Chambre de Commerce et d’Industrie et la Chambre de Métiers et de l’Artisanat.

Le vice-président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Bourgogne Franche-Comté – on l’aurait presque oublié celui-là ! – succède donc à Alain PEREZ, l’ancien responsable présidentiel de la CCI de l’Yonne. Ce dernier ayant décidé de passer la main en 2021 au profit de l’entrepreneur Thierry CADEVILLE.

Quant à Jean-Pierre RICHARD, il assurera ce nouveau mandat électif jusqu’au terme de décembre 2023. Sachant que la présidence de cette « super structure consulaire » se veut tournante.

 

Proposer des rencontres avec les élus du territoire…

 

Sans doute, s’il est encore en poste à cette date-là, la fonction incombera ensuite à Arnaud DELESTRE, l’actuel président de la chambre agricole départementale.

Peu connue du grand public, à quoi sert précisément cette entité, plutôt discrète jusque-là dans ses interventions ?

Interrogé sur ce point, Jean-Pierre RICHARD estime que « l’outil est à appréhender comme une formidable opportunité représentative qui agit en faveur de la défense des intérêts des trois chambres consulaires ».

 

 

Une vitrine collégiale, en somme qui peut faire bloc et avoir du poids lors de prises de décisions importantes sur le terrain de l’économie.

« Nous allons optimiser un certain nombre de rencontres directes avec des représentants des milieux politiques au cours de ces prochains mois, souligne Jean-Pierre RICHARD, enclin à faire briller un appareil structurel qui demeure dans la pénombre. L’objectif est aussi de gagner en reconnaissance territoriale… ».

 

Prochaines retrouvailles en 2023 avec des vœux en commun…

 

Antichambre de la mutualisation des services – est-ce un outil pilote pour tester des regroupements plus officiels à venir ? -, la Chambre Economique de l’Yonne a été créée il y a plusieurs années pour que les présidents des trois organes consulaires prennent davantage de temps afin de mieux se connaître, voire de se rencontrer autour de projets en concomitance.

L’organisation des vœux 2023 figure déjà parmi la prochaine étape importante de ces retrouvailles tripartites qui ne déplaisent pas à Thierry CADEVILLE, Arnaud DELESTRE et Jean-Pierre RICHARD.

 

Thierry BRET

 

Au soir du second tour des législatives, l’Yonne s’est colorée un peu plus de bleu marine en envoyant deux députés du Rassemblement National siéger au Palais Bourbon. Dans l’Avallonnais, André VILLIERS signe un nouveau bail de cinq ans, mais de justesse. Des élections marquées une fois encore par une participation en berne…

TRIBUNE : A la pénurie d’huile, de moutarde, de pâtes, il faut désormais rajouter à chaque élection un manque d’électeurs ! Particulièrement les plus jeunes générations, dont la défiance vis-à-vis du monde politique n’a jamais été aussi grande. Les chiffres de l’abstention pour ce second tour des législatives sont tombés et la République n’en sort pas grandie : 53,77 % au national, pour 51,8 % dans le département. Une seule consolation, dont se sont emparés les médias : ces chiffres sont en léger retrait par rapport à 2017. A qui aura profité cette abstention ? Difficile à dire alors que les instituts de sondage ont toujours affirmé qu’elle pénalisait en priorité les partis extrêmes. Les résultats, notamment dans l’Yonne, ont fait preuve du contraire !

 

 

Le rouge a hissé le drapeau vert…

 

Dans la première circonscription, l’élimination dès le premier tour du député sortant a rebattu les cartes. Longtemps dévolue à Jean-Pierre SOISSON, puis à son poulain, Guillaume LARRIVÉ, la Puisaye a cette fois-ci tourné casaque et voté massivement pour le représentant du Rassemblement National Daniel GRENON. Un enfant du pays, né à Saint-Fargeau et ancien commerçant à Toucy, mais novice en politique. Arrivé en tête au second tour dans 70 communes de la circonscription, dont une grande partie de celles de Forterre et de Puisaye. C’est à Saint-Privé que le nouvel élu fait son meilleur score, avec 69,6 % des suffrages alors même qu’il n’était crédité que de 27 % des voix au soir du premier tour. Preuve s’il en était besoin d’un report massif sur sa personne, des 40 % d’électeurs qui avaient choisi Guillaume LARRIVÉ le dimanche précédent. Un scénario partagé par nombre communes du territoire. Si Florence LOURY l’emporte largement à Auxerre, comme dans d’autres communes de la périphérie auxerroise, c’est grâce notamment à un bon report de voix du candidat de la majorité présidentielle, Victor ALBRECHT. Cela n’aura pas suffi à la représentante écologiste qui ne cachait pas son amertume et sa colère ce dimanche soir. Elle pourra toujours se consoler autour d’un verre d’Irancy, la commune où elle a obtenu le meilleur résultat, avec plus de 67 % des suffrages exprimés. Le rouge a hissé le drapeau vert !

 

 

  

La déferlante Julien ODOUL s’abat sur la troisième circonscription…

 

Dans la troisième circonscription, la plus peuplée du territoire, avec 89 743 inscrits, mais au taux de participation le plus faible, 46,25 %, le résultat final n’aura pas été d’une grande surprise, tant la victoire du candidat RN, Julien ODOUL, était attendue. Quasiment un carton plein, avec près de 90 % des communes du territoire le plaçant en tête à l’issue du second tour. Un véritable camouflet pour la députée sortante et rivale, Michèle CROUZET, qui n’aura obtenu la pole position que dans une douzaine de communes. Le maillage du Rassemblement National est total, avec des résultats à plus de 60 % dans plus de la moitié des communes de la circonscription, dont sept à plus de 70 %. Julien ODOUL obtenant son meilleur score à Villeperot, avec près de 80 % des suffrages exprimés.

 

 

 

 

Migennes ou le triste record de l’abstention…

 

Le duel était inédit : d’un côté, un baron local, bien ancré dans ses bottes et dans le territoire, André VILLIERS, député sortant et de l’autre, une parachutée du RN dans cette deuxième circonscription, Audrey LOPEZ, élue d’opposition à Villeneuve-sur-Yonne et Conseillère régionale aux côtés de Julien ODOUL. Une circonscription qui a pour particularité d’être la plus étendue du département, avec des cantons qui s’étendent de Migennes à Quarré-les-Tombes, en passant par Brienon-sur-Armançon, Chablis et Tonnerre. Si le match a tourné en faveur du premier, ce fut de justesse, André VILLIERS ne l’emportant qu’avec 857 voix de plus que son adversaire. Sans surprise, l’ancien maire de Vézelay est sorti victorieux dans la majorité des communes de l’Avallonnais et pour partie, dans celles du Tonnerrois, mais également, dans la plupart des communes revendiquant l’appellation chablis. Comme quoi, en sa qualité d’éleveur de charolais, le « blanc » reste sa couleur fétiche ! Audrey LOPEZ pour sa part, profite d’un ancrage marqué de l’extrême droite sur les secteurs du Migennois et du Florentinois, pour sortir en tête dans un grand nombre de communes de ces territoires. C’est à Pimelles, village du Tonnerrois qu’elle réalise son meilleur score, avec 84,4 % des suffrages exprimés, là où au premier tour, elle était créditée de 54,5 % contre un peu plus de 24 % à son adversaire le plus direct, Philippe VEYSSIERE, de la NUPES. Un résultat semblant confirmer une certaine porosité entre les électorats de ces deux formations. Taux de participation sur la circonscription : 48,55 % avec de tristes records, comme à Migennes, où près de 63 % des électeurs inscrits ne se sont pas déplacés. Même constat à Brienon et Saint-Florentin, où la participation ne dépasse pas la barre des 38,5 %.

 

Dominique BERNERD

 

Cinquante ans. Pile poil ! Le bel âge pour ajouter une ligne supplémentaire à un CV qui est déjà bien fourni. Un parcours illustrant une carrière bien remplie au sein de l’un des corps préférés de nos concitoyens, les sapeurs-pompiers ! Successeur du colonel Jérôme COSTE – ce dernier a fait valoir ses droits à une retraite amplement méritée mais sans doute très active au printemps ! -, Sébastien BERTAU, colonel de son état, a pris ses nouvelles fonctions, celles de chef du corps départemental des sapeurs-pompiers de l’Yonne et de directeur départemental des services d’incendie et de secours le 01er juin…

 

AUXERRE : Il a réalisé sa première prise de commandement, le nouveau « patron » des sapeurs-pompiers de l’Yonne. Sous une étouffante chaleur estivale à l’occasion de la Journée nationale des sapeurs-pompiers, une manifestation qui s’est déroulée à travers l’Hexagone, ce samedi 25 juin. Sobre et solennelle, la cérémonie auxerroise rassemblait sur le site de la Plaine des Isles plusieurs personnalités de la sphère institutionnelle et politique. Dont le président du conseil d’administration du SDIS 89 (Service départemental d’incendie et de secours), le vice-président du Département Christophe BONNEFOND ou Marion AOUSTIN-ROTH, directrice de cabinet de la préfecture de l’Yonne.

L’opportunité pour le nouveau directeur du SDIS 89 de humer l’atmosphère ambiante de ce casernement qui lui sera désormais familier au fil de l’eau. Détenteur d’un master de droit et de gestion des collectivités territoriales, possesseur d’un certificat en sciences politiques, Sébastien BERTAU présente un parcours diplômant très riche. Il a ajouté à son escarcelle un master de gestion des risques de sécurité civile, obtenu à l’Université de Haute Alsace.

 

 

 

 

En provenance de la Moselle, où il assumait la direction adjointe et chef de corps départemental adjoint du SDIS de ce territoire de Lorraine, le colonel a connu de nombreux lieux d’affectation par le passé depuis ses premiers pas en qualité de sapeur-pompier.

Parmi ceux-ci : citons le Loiret, l’Ille-et-Vilaine ou encore Paris où l’officier supérieur exerça en qualité de lieutenant-colonel les fonctions de conseiller social du directeur général et du directeur des sapeurs-pompiers au ministère de l’Intérieur à la DGSCGC (Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises). Il va désormais devoir s’acclimater avec les typicités de l’Yonne…

 

Thierry BRET

 

 

Avis aux amateurs : les premiers kilomètres nécessitent de la force dans les mollets pour appréhender de la meilleure manière possible l’obstacle. Une grimpette de plus de deux mille mètres qu’il s’agira de négocier à son rythme sans trop se mettre la pression. D’autant qu’il restera ensuite près de seize kilomètres pour boucler cette randonnée pédestre champêtre, baptisée « la Tétée » ! Ce sera le samedi 02 juillet...

 

TONNERRE : Pour cette première édition, les organisateurs attendent près de deux cents participants. Les inscriptions s’effectuant encore auprès des offices de tourisme de l’Yonne. La randonnée pédestre à la belle appellation campagnarde (la Tétée) est le fruit d’une collaboration entre les établissements SCHIEVER, via l’une de ses enseignes distributrices, AUCHAN, la SAS DAVID, exploitée par son dirigeant Stevens DAVID, bien connu dans les milieux viticoles de l’Yonne, et l’Office de Tourisme de Tonnerre.

Le circuit empruntera de beaux chemins bucoliques, serpentant un axe qui relie Tissey à Tonnerre, soit un total de 18 kilomètres qui devrait nécessiter un effort d’environ quatre heures au total.

L’idéal pour se mettre en excellentes conditions avant les vacances estivales qui approchent…

 

En savoir plus :

Départ, retour et ravitaillement au Pâtis,

Heures de départ entre 08h30 et 09h30

Ravitaillement à la mairie de Tissey

Présence de produits locaux, artisans, viticulteurs, etc.

Tarifs :

Deux options sont possibles.

Option 1 : 10 euros par personne avec marche, accueil, ravitaillement, dégustation de vins de Bourgogne.

Option 2 : idem que l’option 1 avec en sus un menu au choix à base de charcuteries et tarte, ou pizza et tarte pour 20 euros.

Renseignements et inscriptions auprès de l’Office de Tourisme de Tonnerre

12 rue général Campenon à Tonnerre

Tel : 03.86.55.14.48.

Possibilité de régler sur place.

 

Thierry BRET

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil