Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
110 Bourgogne
Région Bourgogne France-Comté
Criquet Magazine
Lycée Saint-Joseph de la Salle
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
chambre des métiers et de l'artisanat
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat
logo-110-bourgogne-ok.png

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Il y a peu, c’était jour de fête à Charolles. Le chef Frédéric DOUCET (48 ans, en paraissant dix de moins, sûrement les effets de la petite reine !) recevait des mains du président du conseil départemental de Saône-et-Loire les insignes de chevalier dans l'Ordre national du Mérite, une décoration créée dans les années 60 par le Général de GAULLE.

 

CHAROLLES (Saône-et-Loire) : Mérite est un qualificatif qui convient bien à Frédéric. Gamin, il traîna dans les cuisines de l'hôtel-restaurant de ses parents, avant de le racheter au début du siècle, après un joli parcours essentiellement lyonnais (Pierre ORSI, Paul BOCUSE). Le Charolais coule dans les veines de ce gentil garçon,  excellent cuisinier sans l'ego d'une diva des fourneaux, et qui aime ses clients autant que ses équipes.

Pour cette paisible commune rurale, pareil ambassadeur est une chance. Car Frédéric DOUCET est un battant  et sous sa férule,  la maison éponyme s'est transformée avec une étoile Michelin en 2012, des travaux hôteliers d'envergure, un accès à la prestigieuse chaîne des « Relais et Châteaux », la reprise d'un bistrot fermé  pour le faire évoluer en une table « viandarde », « Le Bistrot du Quai ». Rien n'arrête ce chef-patron volontariste, discrètement soutenu par Anne, son épouse. 

 

 

Loin de la Bourgogne snobinarde !

 

Car oui, ici, nous sommes bien loin de la « snobinardise » de la Bourgogne viticole de Côte d’Or ! Dans laquelle, bien souvent, le principal souci consiste à fixer le prochain lieu de vacances à Courchevel ou les Maldives ! On ressent, autour de ces pâturages d'élevage, une sorte de bonhomie conviviale. Et pour arriver jusqu'à la gare la plus proche de Paray-le-Monial, votre serviteur, depuis Sens, passa 4h30 dans le train avec deux changements, et un fort joli parcours campagnard après Beaune et les gares de Cheilly-les-Maranges, Santenay, Blanzy, Ciry-le-Noble.... Une autre Bourgogne assurément ! 

 

 

Un décor chaleureux pour les « viandards » !

 

Un déjeuner au « Bistrot du Quai » et c’est un décor chaleureux et un brin viandard, une belle terrasse surplombant l'Arconce, des plaques de comices agricoles, une vue sur la cuisine, qui nous sont proposés. Le décor est planté pour la deuxième adresse de la maison DOUCET, faisant l’objet de la prochaine rubrique.

L'apéritif charolais est délicieux (vin rouge, liqueurs, un trait de gin). Plus une place de libre ce midi-là, avec une première formule servie à 25 euros. Bien sûr, la tête de veau, tout comme le poulet en ragoût, nous font de l'œil, mais comment résister à l'ode charolaise (53 euros) avec comme vedette, un mets-phare de la maison : l'entrecôte cuite au beurre sur plaque de fonte. Cette idée fut celle de Daniel, le paternel de notre chef dans les années 80, faisant œuvrer une fonderie voisine à Génelard.

 

 

Au paradis du charolais et de la tendreté de la viande


L'entrée est comme un prélude, avec un tartare charolais, impeccablement assaisonné. Le pain est fort bon. En salle œuvre une équipe souriante et dynamique. Ensuite, chut ! Voici l'arrivée de notre vedette : « miss entrecôte » sur sa plaque de fonte, accompagnée de frites cuites dans la graisse de bœuf comme dans le « ch'nord » ! Pour les amateurs, ce mets est sublime et c'est un véritable régal à chaque bouchée. Difficile ensuite de déguster cette reine des nobles appellations bouchères, d'une autre façon. A Charolles chez DOUCET ou rien, telle semble  la devise de ce régal viandard, signe aussi du soutien de la maison aux éleveurs de qualité et de leurs nobles culardes.

 

 

Le flambage des crêpes Suzette, tout un art !

 

Il se dit enfin, selon des préceptes culinaires peut-être un rien surannés que la crêpe Suzette ne doit pas être flambée ! C'est en tout cas, ce que me rappela récemment avec malice, l'ami François HENNARD, professeur impliqué de cuisine au lycée hôtelier Vauban à Auxerre !

Quel dommage ce serait ici, où ce joli flambage exercé avec maîtrise par la maîtresse d'hôtel, donne à ce dessert de belles lettres de noblesse et de saveur gourmande.....par « Grand-Marnier » interposé ! Ce joli spectacle ravit les sens (vue et odorat) avant de satisfaire le palais.

Ce cérémonial permet aussi d'affirmer le professionnalisme des équipes de salle, dont le recrutement est devenu difficile parfois. Le chef DOUCET a traversé la rue pour faire un rapide tour de tables. Beaucoup de clients l'ont connu gamin ou copain dans la cour de récréation. Son pays, il l'aime Frédéric ! Et, cette sincérité se ressent forcément dans l'assiette !

 

 

Contact :

Le Bistrot du Quai

01 Avenue de la Libération

71120 CHAROLLES

Tel : 03.85.25.51.75.

Fermé lundi et mardi midi.

Première formule proposée à 25 euros.

 

Gauthier PAJONA

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Après l’agriculture l’an passé, c’était au tour de l’entreprenariat icaunais de se voir ainsi mettre en lumière. La première édition des « Trophées des Entreprises de l’Yonne », à l’initiative de la CCI, du groupe Centre France et de l’Yonne Républicaine, a rempli tous ses engagements et honoré de belle manière des acteurs majeurs qui contribuent à la richesse économique du département et lui assurent une notoriété nationale, voire internationale pour certains.

 

AUXERRE : Quels que soient la taille, le chiffre d’affaires ou le secteur d’activité, toutes les entreprises en compétition avaient un point commun, résumé en ces termes par le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, Thierry CADEVILLE : « être dirigées par des hommes et des femmes volontaires, enthousiastes, habitués à surmonter des obstacles de toutes sortes, à relever les défis, à ne pas baisser les bras, à être les forces vives du département… ».

Belle mise en matière pour saluer des entreprises et à travers elles, leurs collaborateurs, qui se battent au quotidien pour accéder, à la manière de l’AJA, à la première division, ou s’y maintenir.

Premier trophée de la soirée, dans la catégorie « Elles rayonnent », pour deux frères, Thomas et Nicolas METTETAL, à la tête de leur entreprise éponyme basée à Saint-Julien-du-Sault, spécialisée depuis quatre générations, dans le développement, la conception et la production d’accessoires métalliques pour la maroquinerie et le prêt à porter. Une entreprise familiale qui compte parmi ses clients des noms prestigieux comme « Chopard », « Ralph Lauren » ou « Longchamp », excusez du peu ! Belle récompense pour deux jeunes qui, il y a encore six ans, travaillaient dans le garage parental et sont aujourd’hui entourés d’une quarantaine de collaborateurs, dans un établissement flambant neuf de mille mètres carrés, en cours d’agrandissement, se donnant ces trois mots pour se définir : « famille, équipe de rêve, créativité ».

 

 

 

Un entrepreneur, c’est un chef d’orchestre avec des musiciens

 

Pour avoir su faire de la crise du confinement une opportunité en développant la vente en ligne et prendre une dimension nationale, c’est l’entreprise auxerroise « Ro’ma nature », spécialisée dans la fourniture de pierres naturelles qui a décroché le trophée dans la catégorie « Elles réussissent ». L’occasion pour son dirigeant, Bruno MONORY, de saluer à sa manière les collaborateurs qui l’entourent : « un chef d’orchestre sans musiciens, ça ne fait pas beaucoup de musique et j’ai de bons musiciens ! ».

Moment de stress sans doute pour les candidats dans la catégorie « Elles se lancent », dédiée aux jeunes entreprises en création ou en reprise, qui avaient pour challenge de présenter sur scène en un temps imparti de 90 secondes leur activité au public. Ancien enseignant en « activité physique adaptée », Thibault AMELOT, fondateur de « Sport Santé Domicile », s’est fixé une règle : « que l’activité physique ne doit pas être un principe mais un service, accessible à tous ». Des valeurs ayant su convaincre le jury, réuni en janvier dernier, qui lui a décerné le trophée.

 

 

 

Qu’ont en commun, un groupe fondé en 1871, acteur majeur de la grande distribution, premier employeur privé du département avec 8 000 salariés et une jeune start-up auxerroise, créée il y a moins de deux ans ? Dans la catégorie « Elles innovent », la toute jeune entreprise « MODULATIO » comptait parmi ses concurrents le groupe avallonnais SCHIEVER. « Même pô peur » comme dirait Titeuf et à la fin, c’est le petit poucet qui gagne !

Co-dirigée par Ximena WALERSTEIN et Rodolphe VIGIER et installée à Aux’R Green Lab, « MODULATIO» s’est donnée pour ambition, en s’aidant sur le biomimétisme, de faire réaliser des économies de matières premières aux industriels, s’appuyant pour cela sur la règle dite des « trois R », « réduire, réutiliser, recycler ». Pour sa co-fondatrice, « il n’y a pas de structure pleine dans le vivant, tout est rempli de trous et pourtant, nos os sont super solides et très légers. Nous avons le meilleur bureau d’étude qu’il soit, vieux de 3,8 milliards d’années, qui est le vivant. La nature, nous avons beaucoup à apprendre d’elle, alors pourquoi ne pas la copier ? C’est ce que nous faisons… ». Belle manière par la même occasion d’alléger l’empreinte environnementale.

 

 

Une vieille dame de 90 ans récompensée : la société CHAROT !

 

Qu’ils soient éthiques, sociaux ou environnementaux, c’est par le prisme de leurs engagements qu’ont été sélectionnées les entreprises en lice pour l’avant dernier trophée de la soirée. Basée à Sens, l’entreprise CHAROT a fêté ses 90 ans en 2022. Spécialisée dans la conception et la fabrication de citernes et ballons d’eau chaude, elle a su, dès 2008, entamer une démarche RSE (Responsabilité Sociétale et Environnementale), valorisée par la suite du label AFNOR, seule entreprise nationale spécialisée en chaudronnerie à l’obtenir. Autant de réussites qui lui ont octroyé les faveurs du jury. A noter que, déjà partenaire de la fondation Tara Ocean, après avoir équipé leur goélette d’un système de production d’eau chaude, l’entreprise CHAROT poursuit aujourd’hui son œuvre de mécénat en contribuant à la réussite du projet « Tara Polar Station », une base scientifique dérivante en Arctique, prévue prendre son envol l’an prochain.

 

 

Dernier trophée de la soirée mais pas le moindre, avec  le « Coup de cœur du public ». Smartphone en main, les quelques 580 participants réunis dans l’enceinte d’AUXERREXPO ont livré par texto leur préférence, venue récompenser l’entreprise de Joigny, FIMM, spécialisée dans la production d’outils de manutention à destination de professionnels, déjà en lice dans la catégorie « Elles s’engagent ». Un choix qui ne relève pas du hasard a expliqué sa jeune PDG, Julia CATTIN : « s’engager, c’est avoir confiance dans l’avenir et c’est je crois ce que l’on a de plus important aujourd’hui, de plus précieux, à offrir à nos collaborateurs… La confiance, c’est ce qui fait aussi que l’entreprise se pérennise et lui donne du sens… ». Clap de fin, place au buffet !    

 

Dominique BERNERD

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

INITIACTIVE 89 a organisé pour la première fois une rencontre entre entrepreneurs et investisseurs, lors du concept « Adopte ma boîte ». Accueillis dans la salle Marie-Louise Fort de l’Amphi, sept start-ups ont pu ainsi « pitcher » en présentant leurs structures devant un jury.

 

SENS: La directrice d’INIACTIVE 89, Angélique COEURDOUX, souhaitait créer un lieu de rencontres et d’échanges pour les entrepreneurs et les investisseurs. De cette volonté est née la toute première édition du projet « Adopte ma boîte », un événement un peu à l’image de l’émission « Qui veut être mon associé ? ». L’animation recevait 140 convives pour l’occasion, parmi eux, les élus du territoire, des partenaires et une vingtaine d’investisseurs. Animée par Marouane MARCHOUD, lui-même entrepreneur, cette session était aussi l’opportunité pour les start-ups de se démarquer devant un jury composé d’investisseurs afin d’obtenir des fonds pour financer leur projet.

 

Sept start-ups face à un jury

 

Au total, quarante entreprises avaient retenu l’attention d’INIACTIVE 89 dont sept qui ont pu défendre leur projet pendant cinq minutes. La société CoachEo, créée par Amélie DARNAT il y a deux ans et basée à Dijon, développe un logiciel métier pour les coachs sportifs. En lice également, la société MODULATIO conçoit et fournit une technologie qui permet de réduire la quantité de matières premières. « Nous tirons parti du meilleur et du plus ancien bureau d’étude qui existe : la nature elle-même » confie Ximena WALERSTEIN, co-fondatrice de la start-up auxerroise aux côtés de Romuald VIGIER.

 

 

 

« Les COGITEURS » remportent la palme !

 

La lauréate de la soirée fut finalement l’entreprise « Les COGITEURS » créée en 2022, située à Epernay (Marne). Sa dirigeante Valérie ROQUES a perçu cette soirée comme « un coup de booster ».

« Voir d’autres personnes, écouter d’autres projets qui sont incroyables » lui a donné l’impression « de faire partie d’un plus grand tout ». « Mon expertise est à la fois dans le management et dans la pédagogie auprès des enfants » confie la cheffe d’entreprise qui travaille avec une équipe de huit personnes dont une nouvelle animatrice scientifique.

La structure propose un magazine, assorti d’un kit pour réaliser deux expériences scientifiques destinées aux enfants de 8 à 12 ans. « Beaucoup d’écoles se sont abonnées au magazine » confie Valérie ROQUES qui évoque aussi le manque de culture scientifique des élèves de primaire dont un rapport de l’Académie des Sciences faisait état en novembre 2020. Aujourd’hui, l’objectif est donc de financer le développement de kits d’ateliers adaptés au milieu scolaire.

 

Floriane BOIVIN

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

De la fierté. Des compliments, aussi. De la part des parents qui encouragent, en toute logique, leur progéniture. Elles et ils, ont réussi leurs examens. En l’occurrence, elles, puisque c’est bien du concours « Un des Meilleurs apprentis de France » catégorie esthétique dont il s’agit. Une épreuve consacrée à la sélection départementale qui s’est disputée dans le saint du saint de l’excellence en matière d’apprentissage, le CIFA de l’Yonne.

 

AUXERRE ; Ils ont de quoi être fiers les parents des candidats du concours « Un des Meilleurs apprentis de France », de la catégorie esthétique. La sélection départementale de l’épreuve qui se déroulait dans les locaux du CIFA de l’Yonne, le centre interprofessionnel de la formation par l’apprentissage, a tenu toutes ses promesses avec quatre jeunes filles qualifiées pour le concours régional de Bourgogne Franche-Comté sur les six lauréates ayant obtenu une distinction. Précisons que treize prétendantes au sacre se lançaient sur la grille de départ.

Un concours dont les récompenses et les encouragements oraux furent prononcés par le président départemental des MOF, Marc LABARDE, toujours affublé de sa célèbre écharpe rouge, sa griffe vestimentaire qui porte chance aux candidats de l’Yonne visiblement.

 

Les résultats

Lucie POQUEREAU, institut Citron Vert, médaille d’or

Adèle GUEGAN, institut Yves Rocher, médaille d’or

Capucine BERTRAND, institut Yves Rocher, médaille d’argent

Alicia OUDART, institut Pur Elégance, médaille d’argent

Rachelle SAIB, institut Yves ROCHER, médaille de bronze

Lauren BONGIBAULT, institut Azur Bien Etre, médaille de bronze.

Les quatre premières obtiennent leur billet pour le concours régional.

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Bien connu des milieux associatifs - la planète footballistique départementale -, ancien éducateur sportif et salarié du groupe YOPLAIT depuis une trentaine d’années, Auréliano LOPES occupe la 36ème place sur la liste des 81 candidats « La France Insoumise » en lice pour les européennes du 09 juin. Juste retour des choses pour celui qui s’est forgé une vocation de militant sur les ronds-points avec les « Gilets jaunes ». Une expérience vécue comme « un moment d’éducation populaire ». Il se présente aujourd’hui comme « un citoyen vigilant »…     

 

AUXERRE ; Bien sûr, il y a ces sondages qui créditent le RN de 30 % d’intentions de vote en juin prochain. Là où La France Insoumise (LFI) plafonne à 6 %. Mais, pas de quoi fragiliser les convictions d’un candidat qui a fait de ces élections un avant-goût de ce que seront les présidentielles dans trois ans : « c’est pour nous un scrutin important, car il va déterminer l’après MACRON et conditionner 2017… ».

Tout jeune quinquagénaire, Auréliano LOPES se refuse à voir comme une fatalité le Rassemblement National s’assoir dans le fauteuil élyséen : « Je pense que Emmanuel MACRON, c’est fini et il nous faut absolument nous battre contre l’extrême droite, désolé de le dire, mais la « peste brune » arrive et je ne veux pas d’une société comme ça pour nos enfants et petits-enfants… ».

Regardant en priorité le programme d’un candidat avant de s’intéresser à sa personne : « et c’est celui de LFI qui m’a parlé un peu plus, avec notamment l’idée d’une VIème République et d’un changement de société, avec l’intervention des citoyens dans la construction commune de celle-ci… ».    

 

Tractage et porte-à-porte dans le quartier Rive Droite à Auxerre

 

Pour l’heure, le combat porte avant tout contre l’abstention et sur les tracts distribués par La France Insoumise, ce message est sans ambiguïté : « Ne les laissons pas décider pour nous. Inscrivez-vous sur les listes électorales et faites inscrire les gens autour de vous… ».

On se souvient de cette campagne d’affichage qui fit polémique, il y a quelques semaines. Humour pour les uns, provocation pour les autres, appelant à s’inscrire sur les listes électorales en prenant comme contre-pied, des personnalités journalistiques ou des grands patrons, catalogués au rang d’adversaires politiques.

Au menu de ce lundi soir pour le candidat, entouré pour l’occasion de militants : tractage et porte-à-porte dans le quartier Rive Droite. Un secteur que connaît bien Auréliano LOPES puisqu’il y réside : « en fait, il suffit d’écouter les gens quand on fait du porte-à-porte et c’est ce que l’on fait. Ils ont besoin de parler, de dire leurs problèmes, ce qu’ils aimeraient changer… ».

 

« Rendre à la France ce qu’elle m’a donnée… »

 

Un peu partout dans le département et les quartiers vont se multiplier des actions pour inciter les gens à s’inscrire sur les listes électorales dans un premier temps. Avant de tenter de les convaincre à voter LFI en juin prochain. Sont prévus également une réunion publique en avril, en présence de députés de LFI, et le passage de la « Caravane populaire », le lundi 27 mai.

Né d’une mère sénégalaise et d’un père cap-verdien, arrivé en France à l’âge de cinq ans, Auréliano LOPES considère son engagement comme un juste retour des choses : « la France m’a accueilli généreusement, c’est un pays formidable avec tous ces mécanismes de contre-pouvoir, tous ces mécanismes institutionnels. J’ai envie de lui redonner un peu de ce qu’elle m’a donné, c’est pour cela que je m’engage à fond… ».

Rebondissant positivement sur la victoire ce week-end du candidat antisystème à l’élection présidentielle sénégalaise : « un résultat qui signifie que nous sommes nous aussi en mesure de changer les choses, si vraiment on en a envie… ».

Réponse le dimanche 09 juin.  

 

Dominique BERNERD

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil