Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
110 Bourgogne
Région Bourgogne France-Comté
Criquet Magazine
Lycée Saint-Joseph de la Salle
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
chambre des métiers et de l'artisanat
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat
logo-110-bourgogne-ok.png

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

C’est tout un symbole qui est démoli, là, sous les yeux d’une poignée de témoins. Erigé en 1988, sous l’ère de Jean-Pierre SOISSON, l’emblématique bâtiment du quartier Sainte-Geneviève à Auxerre, plus connu sous l’appellation « Le Phare », subit depuis huit heures ce mardi matin les coups de boutoir destructeurs de la pelleteuse. Une démolition qui traduit le coup d’envoi opérationnel du projet ambitieux, porté par l’Agglo de l’Auxerrois et la Ville d’Auxerre, sur la rénovation urbaine de ce quartier ainsi que celui des Rosoirs. Ce chantier de réhabilitation s’inscrit dans le cadre du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU)…

 

AUXERRE: C’est une étape novatrice importante dans le projet de transformation du quartier de Sainte-Geneviève à Auxerre. « Le Phare », la grande dalle qui le jouxte en renfermant un parking dans son sous-sol et plusieurs bâtiments (aux références S T U et V) qui accueillaient jusque-là 163 logements vont progressivement disparaître de notre vue d’ici quelques semaines. Sous les assauts répétés des engins de travaux publics…

C’est sous l’égide du « NPNRU », le Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain, que l’Agglomération de l’Auxerrois et la Ville d’Auxerre ont choisi de s’engager depuis plusieurs années afin de réhabiliter différents secteurs de la capitale de l’Yonne. Histoire de la revitaliser et de lui conférer une nouvelle capacité attractive.

 

Ce n’est pas un projet où l’on doit habiter, mais un projet où l’on doit vivre

 

Comme devait le préciser justement lors de la visite faite à la presse de ce chantier le président de l’Office Auxerrois de l’Habitat (OAH) et élu de la Ville, Vincent VALLE, « l’objectif est d’offrir une meilleure qualité de vie aux habitants de ces quartiers Sainte-Geneviève et des Rosoirs ».

Des propos confirmés par l’adjoint de la Ville d’Auxerre en charge de l’Urbanisme, Nordine BOUCHROU, répondant aux questions des journalistes invités sur le terrain à suivre les premières minutes de cette démolition historique de l’un des édifices les plus emblématiques de la préfecture de l’Yonne, « Le Phare », construit en 1988.

« On est sur un projet d’envergure avec plus d’une centaine de millions d’euros qui vont être investis sur ces quartiers d’intérêt régional et national, devait-il déclarer, on porte une attention particulière sur les aménagements des espaces publics, c’est un projet ambitieux où les détails seront très importants. Ce n’est pas un projet où l’on doit habiter à l’avenir, mais un projet où les locataires de l’OAH doivent y vivre, tout simplement… ».

 

 

Une cité scolaire en lieu et place du « Phare »…

 

Le projet de réhabilitation s’étale sur une dizaine d’années. Commencé il y a déjà deux à trois saisons, ce chantier a déjà vécu une étape capitale dans son déroulement avec le relogement des familles qui résidaient jusque-là dans ces logements locatifs sociaux. C’est ici, qu’est intervenu l’Office Auxerrois de l’Habitat.

D’ici une semaine, un premier bâtiment aura disparu. Avant que les équipes de démolition ne s’intéressent à l’enlèvement de l’énorme dalle de béton recouvrant une surface pour le moins impressionnante. Soit plusieurs mois de labeur, selon Vincent VALLE.

 

 

Symbole de la formation durant de nombreuses années, « Le Phare » sera remplacé en lieu et place par une toute nouvelle cité scolaire accueillant des élèves qui fréquenteront des classes maternelles et élémentaires. Ce site accueillera par ailleurs un restaurant scolaire, un centre de loisirs, une bibliothèque, un pôle lecture, et un gymnase. Un creuset au service de l’éducation.

Côté information, les locataires qui se posent des questions sur le devenir de leur quartier auront la faculté de bénéficier de réponses tous les quinze jours, sur l’évolution du chantier.

 

 

« On ne reconstruit pas là où on a démoli en termes de logement… »

 

Paradoxalement, aucun nouveau logement ne sortira de terre en ces lieux. Vincent VALLE insiste sur cet état de fait : « on ne peut pas reconstruire là où on a démoli, explique-t-il, c’est l’un des principes qui constitue l’ADN de l’ANRU, Agence Nationale du Renouvellement Urbain. Ces logements ont été construits ailleurs dans l’Auxerrois et à Auxerre avec la résidence des Gratterys, à Chevannes, soit 160 nouveaux logements qui sont apparus dans le paysage immobilier de l’Auxerrois depuis 2020 pour anticiper ces démolitions… ».

Bien sûr, les Auxerrois peuvent éprouver de la nostalgie de voir disparaître ce « Phare », très énergivore, qui rayonnait sur la vie associative et éducative depuis tant d’années. « Il y a un sentiment de tristesse, confie le président de l’OAH, ici, il y a eu des projets, de la formation, de la jeunesse… ».

Mais, l’édifice devint très vite obsolète et périmé à son utilisation, l’hiver comme l’été avec des différences de températures importantes. Sans parler de la facture énergétique !

Quant au financement de ce chantier de démolition, il bénéficie d’une subvention de l’ANRU à hauteur de 98 % (cinq millions d’euros) pour couvrir le montant de la disparition de ces 163 logements, des 159 garages et du « Phare » qui ne brillera autrement pour les Auxerrois que par la mémoire et les souvenirs. Son coût prévisionnel global s’élève à 5,1 millions d’euros, dont 2,3 millions de travaux et honoraires et 2,8 millions de perte d’exploitation et de relogement des familles.

Dorénavant, le quartier Sainte-Geneviève va s’ouvrir davantage vers la ville. Sachant que la réciprocité existe, également. Des commerces y seront introduits afin de dynamiser l’espace. Une nouvelle virginité en somme…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

On ne sait pas qui est ce Maxime. Mais, c’est sûr : l’heureux destinataire de ce gâteau à l’estampille de l’AJ Auxerre doit être un fervent supporter du futur pensionnaire de la Ligue 1 ! Une manière de célébrer sa passion footballistique, lors de son anniversaire, jusqu’au fond de l’assiette et de la meilleure manière que ce soit, crème pâtissière et sucrerie à l’appui ! On se lève tous pour déguster les gâteaux de l’AJA, confectionnés dans la seule et unique boulangerie-pâtisserie de Coulanges-sur-Yonne, la très inspirée chez SOYER ! Il fallait y penser…

 

COULANGES-SUR-YONNE : Actualité oblige, et si dorénavant, les professionnels de la filière boulangerie/pâtisserie de l’Yonne s’amusaient à concocter des gâteaux inspirés en termes de créativité selon les soubresauts parfois très denses de l’information ?! Cela ne mangerait pas de pain, bien sûr ! Et cela ne pourrait que vanter les mérites de ces esthètes de l’artisanat qui procurent un réel plaisir aux épicuriens. Une initiative que le président du Syndicat de la Boulangerie-pâtisserie de l’Yonne, Laurent BISSON, devrait encourager, à coup sûr…

En tout cas, cette délicieuse pâtisserie – on ne l’a pas goûtée certes mais les produits confectionnés sur place ont la réputation de satisfaire tous les palais, y compris ceux des plaisanciers qui effectuent une halte salvatrice dans la localité – est une traduction pâtissière en lien direct avec l’actualité footballistique du moment : celui de la remontée parmi l’élite de l’AJ Auxerre, dès la saison prochaine.

 

 

Crémeuse à souhait et onctueuse dans sa texture, elle a dû une fois livrée à son destinataire, prénommé « Maxime » dans le cadre d’un anniversaire sans doute, combler d’un plaisir savoureux un jeune garçon, amateur des exploits sportifs de son équipe vedette. Cette AJ Auxerre qui aura su nous régaler tout au long de cette saison dominée de la tête et des pieds par les protégés de Christophe PELISSIER.

Vous en reprendrez bien une petite tranche, non ?!

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Le revers très agréable de la médaille est que précisément les belles réalisations sorties de l’imaginaire créatif de Simon CORNU, esthète du chocolat chez CHOPARD – on apprécie également les produits à l’estampille de la « Biscuiterie de Bourgogne » -, équivalent à une œuvre d’art « comestible ». Illustrant six disciplines majeures des Jeux Olympiques (athlétisme, équitation, handball, natation, tennis et voile), la chocolaterie de Joux-la-Ville a décidé d’honorer les Jeux de Paris de la plus belle des manières, celle de la gourmandise en confectionnant une collection de médailles en chocolat noir et au lait…

 

JOUX-LA-VILLE : Avis aux amateurs et aux férus des Jeux Olympiques ! Pour peu que vous soyez un tantinet gourmands, vous allez ajouter un plaisir supplémentaire à vos envies : il y a donc de la collection à se constituer dans l’air ! Oui mais attention : il s’agit dans le cas présent d’une collection pas tout à fait comme les autres, pour se remémorer le souvenir de cette manifestation universelle qui accapare tous les esprits depuis l’arrivée de la flamme sur le sol français à Marseille, le 08 mai.

En lien avec la célébration de ce rendez-vous séculaire – la précédente édition des Jeux d’été remonte à 1924 dans la capitale de l’Hexagone -, la chocolaterie CHOPARD – une entité artisanale qui assure son développement commercial via différents produits aux côtés de la « Biscuiterie de Bourgogne » -, vient d’émettre (c’est le nom que l’on emploie à la Monnaie de Paris qui édite parfois de telles breloques mémorielles) une série de médailles…concoctées à base de chocolat.

Une façon très appropriée pour le milieu de l’artisanat de se positionner sur cet évènement qui va occuper les esprits durant ces trois prochains mois.

Chez les sportifs comme chez les suiveurs, sans omettre celles et ceux qui se frottent les mains autour des futures retombées économiques potentielles.

Créée en 2020, la chocolaterie CHOPARD, marque familiale, se veut respectueuse des traditions artisanales de qualité. En témoignent les propos de son dirigeant, Geoffrey quand il caractérise le travail de sa structure : « Nous sommes dédiés à créer des expériences gustatives exceptionnelles à travers notre gamme variée de chocolats artisanaux, tous fabriqués avec les meilleurs ingrédients et un souci du détail inégalé… ».

 

 

Le chocolat est bien plus qu’une simple friandise…

 

C’est le chocolatier maison, Simon CORNU, qui a imaginé cette série spéciale rendant ainsi hommage à six disciplines majeures des jeux. Commentaire du directeur de la chocolaterie, Geoffrey CHOPARD : « Nous sommes ravis de présenter cette collection spéciale de médailles en chocolat en l'honneur des Jeux Olympiques. Chez CHOPARD, nous croyons que le chocolat est bien plus qu'une simple friandise - c'est une forme d'art qui peut inspirer, rassembler et célébrer. Nous espérons que nos médailles en chocolat ajouteront une touche de douceur et de festivité à cette occasion mondiale ».

Elaborées à partir de chocolat noir (incontestablement le meilleur pour les puristes !) mais aussi au lait, ces médailles un peu particulières mais excellentes au palais sont disponibles depuis quelques jours dans les différentes boutiques à l’enseigne « Biscuiterie de Bourgogne ». On les trouve à Joux-la-Ville, siège de l’entité, comme à Auxerre. Mais aussi à Avallon ou sur la Colline éternelle, à Vézelay.

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

La flamme olympique est devenue une tradition millénaire, incontournable et immuable selon un rituel bien établi. Une tradition qui l’emporte encore sur les contingences politico-financières et laisse la place à l’imagination de chaque pays organisateur. Pour les Jeux de Paris 2024, elle parcourra notre histoire, d’hier et d’aujourd’hui, notre quotidien artistique et scientifique. Depuis Marseille où elle arrivera le 08 mai à bord du BELEM jusqu’à Paris.

TRIBUNE : La première torche du « Relais de la Flamme Olympique » de Paris 2024 fut allumée le 16 avril dernier, selon la tradition antique, à l’aide des rayons du soleil, lors d’une cérémonie dans le sanctuaire d’Olympie, en Grèce, où se déroulaient les Jeux antiques. De la Péloponnèse, la flamme olympique a rejoint Athènes pour embarquer à bord du Belém et traverser la mer Méditerranée. C’est le 08 mai 2024, à Marseille, qu’elle débutera son épopée en France.

L’épopée offrira alors une plongée dans l’Histoire de France. Elle créera des ponts entre les époques, en mettant en lumière des sites exceptionnels qui ont contribué au rayonnement de la France, à chaque période majeure de son histoire.  Elle se rendra dans les grottes de Lascaux, sur le site archéologique d’Alésia, dans les cités médiévales de Carcassonne, au Château de Versailles… Elle éclairera les chefs d’œuvres architecturaux que sont les églises et abbayes…sans oublier le mémorial de Verdun ! Le relais mettra en lumière les figures majeures de la France qui continuent d’inspirer et de participer au rayonnement de notre pays : Jeanne d’Arc à Orléans, Charles de GAULLE à Colombey-les-Deux-Eglises…

 

Mettre la lumière sur le patrimoine naturel

 

Il s’agit de valoriser les plus beaux paysages français. Du Mont Canigou au Parc naturel régional du Verdon, de l’île aux Moines à la vallée du Mont-Blanc, des bords de Loire en passant par les parcs naturels, forêts et lacs… la flamme naviguera en Méditerranée à bord du Belém, mythique trois-mâts propriété de la fondation Caisse d’Epargne Belém. Elle traversera l’Atlantique ainsi que l’Océan Indien et le Pacifique à l’occasion du « Relais des Océans » pour se rendre dans six territoires ultra-marins : en Guadeloupe, Guyane, Martinique, Polynésie française, Nouvelle-Calédonie et à La Réunion. 

L’objectif est de focaliser l’attention sur les savoir-faire nationaux liés aux traditions, à la science et à notre esprit entrepreneurial ! La flamme sillonnera les vignobles les plus prestigieux et réputés, à l’instar de ceux de Saint-Emilion, de Chablis ou du Layon, et mettra en valeur les terroirs et la gastronomie qui fait leur renommée. La flamme se rendra également 7 000 kilomètres de là, au centre spatial de Kourou, symbole de l’excellence aérospatiale française. De quoi donner un coup de projecteur aux ingénieurs, entrepreneurs et artisans qui font briller la créativité et le génie français aux quatre coins du monde.  

 

 

Mettre en lumière l’art et le spectacle

 

Dimension essentielle de l’identité et de l’Histoire de France, la culture sous toutes ses formes sera célébrée pendant ces 68 jours de relais. La flamme visitera de nombreux musées, de la Cité internationale de la langue française au musée de la Bande dessinée, en passant par le Louvre-Lens.  La culture, c’est aussi le spectacle vivant : elle ira au Puy-du-Fou, au cœur des arènes d’Arles, et montera les marches du Palais des festivals de Cannes. La musique sera elle aussi au cœur du relais avec huit concerts sponsorisés par un géant du soda, parrain officiel.

Les fédérations et clubs constitueront tout au long du parcours des relais collectifs qui mettront à l’honneur leur sport, en surfant sur les vagues de Biarritz, ou encore en gravissant le Mont-Ventoux, montagne mythique du cyclisme. Le passage de la flamme sera aussi l’occasion de célébrer des hauts lieux d’émotion sportive et infrastructures sportives mythiques entre autres, le Stade de Marseille ou le Stade Geoffroy-Guichard à Saint-Etienne.  Elle passera par le court Simonne-Mathieu de Roland-Garros. Elle traversera l’Atlantique à bord de l’un des voiliers les plus rapides du monde, le Maxi Banque Populaire XI. Enfin, elle mettra en valeur, partout en France, les sites qui accueilleront des épreuves lors des Jeux Olympiques et Paralympiques, à l’image du Centre aquatique olympique à Saint-Denis ou du stade Yves-du-Manoir à Colombes. Un programme riche en émotions partagées et remarquablement exhaustif pour mettre en lumière notre identité nationale.

  

Une organisation bien huilée (sur le papier)

 

Pas moins de 67 départements seront traversés par la flamme olympique. Le premier relais fut assuré par Laure MANAUDOU et le dernier relais sera assuré par Marie-Josée PEREC, notre « gazelle » nationale.

Quant à l’Yonne, elle sera à l’honneur. Sept communes vont voir passer la flamme olympique, le 11 juillet 2024. Le département a fait le choix de débourser les 180 000 euros requis (taxes comprises) pour accueillir la flamme avant les Jeux Olympiques de 2024 dans la capitale. Ce passage symbolique a dévoilé ses contours locaux, le vendredi 23 juin 2023, à Venoy. Les sept villes relais de la flamme olympique dans l'Yonne sont Auxerre, Sens, Avallon, Migennes, Vézelay, Chablis et Saint-Fargeau. La flamme sera portée par cent relayeurs. Parmi ce bel aréopage citons : Eglantine BORGNAT, viticultrice, Jean-Michel LORAIN, chef étoilé de « La Côte-Saint-Jacques », relayeur d’une tradition familiale, Stéphane GILBERT - il a porté haut les couleurs de la France lors des épreuves de tir à l’arc aux Jeux paralympiques d’Athènes en 2004 et de Pékin en 2008. On n’oublie pas l’incontournable, le légendaire Guy ROUX. Au moment de désigner les meilleurs ambassadeurs de l'Yonne pour participer au relais dans le département, Guy Roux s’est posé comme une évidence. L’ancien entraîneur emblématique de l'AJ Auxerre n'est pas peu fier de dire qu'il fait partie des personnalités de l'Yonne retenues pour porter la flamme olympique. Un grand bravo aux organisateurs de ce parcours : on ne peut qu’espérer une belle réussite à une fête du sport, de la jeunesse, et de tous les hommes de bonne volonté.

« L'important dans la vie, ce n'est point le triomphe, mais le combat. L'essentiel n'est pas d'avoir vaincu, mais de s'être bien battu. » Pierre de COUBERTIN.

 

Jean-Paul ALLOU

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Evènement pluvieux, évènement heureux ? Oui, on peut le dire après avoir vu les visages radieux des différentes personnalités du sérail politique et institutionnel de l’Yonne ayant effectué le déplacement au cœur de la forêt d’Othe, samedi en fin de matinée, pour y vivre une inauguration peu commune sur le territoire le plus septentrional de la Bourgogne, un ambitieux projet de revitalisation d’un centre bourg. Celui de DIXMONT, la commune chère au président du Grand-Sénonais, Marc BOTIN, aux anges grâce à ce nouvel outil, synonyme d’attractivité et de réussite rurale à faire pâmer de jalousie les envieux !

 

DIXMONT: Malgré les péripéties inhérentes à une sonorisation défectueuse et à un micro pour le moins défaillant – un grand classique de l’organisation évènementielle made in Yonne ! -, Marc BOTIN aura su maîtriser avec humour et bonhommie l’art de la synthèse pour ne pas être trop long dans ses explications apportées autour de ce complexe multiservices, né de l’imaginaire de cabinet d’architectes ayant pour préoccupation première la transition écologique et l’optimisation du cadre de vie.

Un projet aux multiples ramifications dans sa substance créative, articulé autour de l’extension de l’école maternelle avec la construction d’une classe supplémentaire, le relookage d’un ancien bâtiment servant désormais à accueillir thérapeutes et logement social, et enfin, cerise sur ce gâteau déjà savamment goûteux au palais, l’apport d’un édifice, à l’esthétique chaleureuse et boisée qui sera l’indispensable réceptacle d’une nouvelle activité commerçante à multiples facettes que l’on souhaite féconde.

Bref, la petite localité perdue au milieu de rien – surtout les verdoyantes forêts ! - va donc renaître, c’est certain, de ses cendres tel un Phénix se donnant de nouvelles ailes, surtout sous le sceau du dynamisme et de l’attractivité ! Prouvant ainsi que la revitalisation de la ruralité et des communes un tantinet tournées vers l’avenir n’est pas un vain mot.

« Notre projet, dans les faits, c’est la construction d’une nouvelle salle de classe, un local infirmier composé de deux cabinets et d’une salle d’attente commune, un appartement au-dessus de ce cabinet, l’ajout d’un commerce multiservices et l’aménagement de l’espace public, égrène tranquillement l’édile de la localité.

Les yeux rivés sur ces notes – « il n’y a que quatre pages » en plaisante le lecteur ! -, Marc BOTIN remercie toutes celles et ceux des entreprises et de ses acteurs qui ont contribué au succès de cette opération. Fruit d’une réflexion entamée, il y a bientôt une décennie !

 

Des idiots qui détruisent déjà les plates-bandes !

 

Nonobstant, lorsque l’on scrute un peu le terrain de jeu de ce jour – une localité d’à peine mille âmes -, on pourrait presque se pincer le derme avec le pouce et l’index pour voir si tout ceci est bien réel ! Indifférent aux considérations journalistiques qui sont miennes par la pensée à cet instant, le président du Grand-Sénonais poursuit son intervention entre deux gouttes de pluie – il y aura même un salutaire rayon de soleil un peu plus tard dans la matinée – et les caprices hasardeux de ce microphone qui suscite cependant quelques notes d’humour dans les propos toujours aussi bien amenés de la part du sous-préfet de Sens, Wassim KAMEL, fidèle à ses interventions parfois cocasses mais subtiles.

A un moment donné, Marc BOTIN s’attarde plus longtemps sur le patronyme de son adjoint en charge des travaux, Jean-Claude PIERRET. « On peut très sincèrement l’applaudir, insiste l’élu, sans lui, cela aurait été très compliqué ! ».

 

 

Puis, changeant de ton, l’orateur évoqua les dégradations – comment ? Il y en a déjà ! -, celles provoquées par des automobilistes inciviques et peu respectueux des plates-bandes enherbées puisque ayant déjà roulé dessus volontairement !

« C’est inadmissible, soulignera le maire en poussant son « coup de gueule » bien légitime celui-là, c’est tout neuf, cela vient d’être fait et il y en a qui se sont déjà amusés à rouler dessus. Ce sont des abrutis, des idiots, et j’en resterai là parce qu’il y a des enfants parmi l’assistance… ».

Non loin de lui, et pourtant d’obédiences politiques bien différentes, Nicolas SORET et Julien ODOUL opinent du chef en soutien aux propos prononcés par l’élu de DIXMONT.

 

 

Objectif initial : obtenir 50 % de subventions…

    

Ce projet de revitalisation du village est né en 2006. Tout d’abord, la commune acquiert des bâtiments délabrés, avant de les démolir en 2015 en créant une aire de stationnement provisoire. Puis, ce sera l’ancienne boulangerie, attenante à une autre maison, fermée en 2006. Entre 2016 et 2018, les élus planchent sur l’étude de faisabilité pour la revitalisation de l’endroit avec le cabinet d’architecture « HVR » de Noyers-sur-Serein. Une présentation de cette étude sera faite publiquement à la population en 2018. Les premières estimations financières de ce projet sont alors connues : coût approximatif environ deux millions d’euros.

« En ma qualité de fils d’agriculteur et de fils de la terre, explique Marc BOTIN, on ne peut donner sur un tel projet que ce que l’on a ! Si on l’obtenait 50 % de subventions, est-ce que nous étions capables, nous la collectivité, d’assumer le reliquat d’un million d’euros sur vingt-cinq ans ? La réponse au vu des données chiffrées fut oui, alors on y est allés ! ».

Un legs fait au bénéfice de la commune par l’une de ses habitantes fut un premier signe d’encouragement pour le montage de ce dossier. Puis, tout s’enchaînera très avec les différentes phases du projet, analysé, attribué et finalement voté entre 2018 et 2020.

On arrive presque au terme de l’année 2021. Période du premier coup de pioche de la tranche ferme (école, local des praticiens et logement social). Des travaux qui vont courir sur presque deux ans de réalisation avec l’inauguration faite le 17 juin 2023. Vint ensuite le démarrage des tranches conditionnelles selon les différentes étapes, soit la construction de l’espace multi-commerces, bar, restauration, épicerie et dépôt de pain.

 

Il y aura encore des travaux à venir !

 

Puis, ce fut le tour de la tranche deux de ces projets conditionnels avec la réfection complète de la voirie et le déplacement de la fontaine, afin de créer une véritable place de vie au cœur même de la bourgade.

« La priorisation aux piétons est désormais une réalité, précise Marc BOTIN, ici, nous sommes en zone 20 (le kilométrage pour les automobiles). Quant à la végétalisation, elle réduira les pics de chaleur en créant de l’ombre. Même si les sujets ne sont pas encore très hauts ! ». La vision des arbustes encore chétifs provoque des rires !

Ensuite, tel un expert-comptable tatillon lors de la présentation soporifique du bilan annuel d’une entreprise, l’élu énoncera tranche par tranche et réalisation après réalisation toutes les aides obtenues de ci de là par la localité, des fonds friches à l’Europe, aux mannes quasi providentielles tombées grâce aux interventions de l’Etat, de la Région, du Département, de l’Agglomération du Grand-Sénonais. In fine, un total de 73 % de subventions sur ce seul projet !

« J’aurai peut-être dû commencer par-là, s’amuse l’élu un brin blagueur, mais il fallait bien faire durer le suspense ! ».

Tout confondu, le montant de ce projet herculéen de revitalisation de la commune du pays d’Othe n’excède pas les trois millions d’euros (2,925 million d’euros précisément).

« On explose le budget, c’est sûr, convient le maire de DIXMONT, mais nous avons obtenu en face 2,119 millions d’euros de subventions ce qui équivaut à 72,43 % sur l’ensemble. Le reste à charge, quant à lui, s’élève à 806 335 euros pour la commune... ».

Un tonnerre d’applaudissements ponctua les propos arithmétiques de l’édile, large sourire affiché sur les lèvres.

« On était capables de financer à l’origine pour un million d’euros de travaux, on a donc encore des travaux à faire ! ».

Une déclaration prémonitoire de ce que sera le futur de ce village très étendu aux 23 hameaux possédant 50 kilomètres de routes communales et 60 kilomètres de chemins entretenus. En tout cas, alors que le concept audiovisuel sera supprimé après 52 années d’existence, Marc BOTIN peut encore faire preuve de ses capacités de calcul en participant à l’émission « Des Chiffres et des Lettres » d’ici la fin de saison ! Pour lui, en matière de subventions, le compte était bon !

 

Thierry BRET

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil