Ce n’est pas un simple bol d’air frais pur qui va s’abattre sur la ville d’Auxerre du 23 au 25 juin malgré les fortes températures. Plutôt une manne financière, très appréciable pour ses métiers de bouche, commerces et hôtellerie-restauration. Grâce à la venue de plus de 700 congressistes, la capitale de l’Yonne va vivre au rythme excitant de la Jeune Chambre Economique nationale. Une convention aux retombées économiques prometteuses ?

 

AUXERRE : Cela fait plus d’un an qu’on en parle ! Mais, cette fois-ci, le Graal est presque à portée de main ! La 68ème Convention nationale de la JCE débarque par chez nous, avec sa palette de rendez-vous festifs, d’ateliers, de conférences, de formations.

Un évènementiel d’envergure comme il n’en arrive que trop peu sur le territoire septentrional de Bourgogne. Une manifestation à graver dans le marbre pour cette association, version « incubateur de leaders citoyens », dont peut se gargariser Auxerre. La préfecture de l’Yonne possède l’une des plus emblématiques structures de l’Hexagone avec son club qui accueille près d’une quarantaine de membres et observateurs.

La thématique qui sera déclinée durant ces quatre journées d’enthousiasme et de convivialité repose sur la notion du « Pari Bourguignon ». Un item visant à mettre en exergue Auxerre et son attractivité, ses atouts et ses acteurs qui l’animent au quotidien, sa proximité avec l’Ile-de-France voisine. Un pari qui devrait selon les organisateurs se muer en véritable eldorado financier pour la ville accueillante, générant pas moins de 300 000 euros de retombées économiques durant ce week-end allongé.

 

 

L’incitation à l’entrepreneuriat citoyen plébiscitée durant cette convention…

 

Concoctée en centre-ville, jeudi 23 juin au soir, la cérémonie inaugurale sera suivie, une fois n’est pas coutume, du fameux rendez-vous vineux, autour des « Vingt du Mois », format XXL avec l’ensemble des participants ! Plusieurs autres temps forts, facilitant la découverte du territoire (du terroir aussi !) façonnée autour de différentes thématiques, seront proposés le vendredi et le samedi.

Apparue en 1965, la JCE Auxerre accueille pour la deuxième fois l’évènement national en vingt-sept ans. Non négligeable, dans l’existence de ce club. Parmi les nouveaux projets lancés en 2022, citons ceux qui se rapportent à la dynamique du territoire, la solidarité et l’environnement. Précisons, que parallèlement, les membres de la structure travaillent sur sept dossiers précis à savoir une application tourisme, « les gestes qui sauvent », le « Formatour Challenge » et le « Booster for good ».

C’est ce dernier point qui captera tous les intérêts le 24 juin avec la clôture de ce dossier, en présence de son parrain, Alexis NOLLET, fondateur du vertueux concept ULTERIA à Saint-Bris-le-Vineux et de Gilles BERHAULT, délégué général du collectif Stop à l’exclusion énergétique. Ou comment promouvoir l’engagement citoyen dans un parcours professionnel comme une source d’apprentissages accélérés et un vecteur d’employabilité renforcée…Tout un programme en somme.

 

Thierry BRET

 

729 voix de différence. Pas une de plus, pas une de moins ! Une paille à l’échelle de la statistique et des suffrages exprimés au soir de ce second tour à l’incertitude totale sur cette circonscription. Suffisamment, néanmoins, pour hisser sur la plus haute marche du podium un presque illustre inconnu à l’estampille du Rassemblement National  qui siègera désormais au Palais Bourbon ! En remplacement de Guillaume LARRIVE…

 

AUXERRE : On le cherche mais on ne le trouve pas ! Visiblement, il n’est pas encore dans la salle des pas perdus de l’hôtel de la préfecture. Sans doute, tout auréolé de ce succès pour le moins inattendu si l’on s’en réfère aux candidatures initiales qui briguaient la première circonscription de l’Yonne avant le 12 juin et pas des moindres. Savoure-t-il en parfaite intimité ces moments de délectation avant de plonger dans l’arène ?

Il est vrai que la victoire de Daniel GRENON, non discutable au vu des écarts définitifs, représente un séisme abyssal pour le territoire de l’Yonne dont l’épicentre se situe à Auxerre.

Agé de 73 ans, ce béotien de la politique, investi par le Rassemblement National quelques jours avant que ne débute la campagne officielle des législatives 2022, a réussi le coup de Jarnac du siècle !

Certes, les puristes auront pu remarquer son patronyme en 2021 – il y a peu en effet ! – lors des élections départementales et régionales sur les listes du RN. Un petit tour et puis s’en va, sans réel succès à la clé !  

 

 

Un retraité propulsé sur le devant de la scène politique…

 

Cette fois-ci, il l’emporte d’une courte tête, certes, mais il l’emporte quand même sur sa rivale écologiste Florence LOURY, inféodée à la NUPES, la Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale qui avait viré toutefois en tête après le premier tour.

L’ancien commerçant, aujourd’hui en retraite de ses activités d’épicier, se trouve propulser sous le feu des projecteurs, devenant de facto le nouveau parlementaire de cette circonscription. Le deuxième député RN élu dans l’Yonne après son chef de file, Julien ODOUL.

Que sait-on de lui, exactement ? Tellement peu, à vrai dire ! Au-delà de ce score de 51,10 %, obtenu sans doute avec un report des voix de la droite républicaine et des souverainistes de Reconquête, Daniel GRENON avait déjà fait sensation la semaine dernière, terminant à la seconde place du premier rendez-vous électoral avec seulement 125 voix d’écart de retard par rapport à la gagnante verte.

Une qualification qui lui permettait de rendre hors course les prétentions électives du député sortant Guillaume LARRIVE, pourtant double lauréat par le passé de ce scrutin !   

 

 

 

 

Un adhérent du « Front national » depuis toujours…

 

Adhérent aux idées initiales du « Front national » historique, investi dans la vie associative locale, Daniel GRENON en sa qualité de commerçant aura su également tisser les fils de ce maillage territorial en Puisaye durant sa carrière qui lui offre aujourd’hui la reconnaissance politique. Et le plein de voix.

Un peu avant 22 heures, accompagné de son épouse, le nouvel élu descendait tranquillement les marches de la grande salle préfectorale. Suivi par quelques journalistes qui ont fait crépiter leurs flashs et tourner leurs caméras pour ne pas perdre une miette de cet évènement.

Un léger sourire aux lèvres, vêtu d’une chemise blanche immaculée, il va fendre presque de manière timide et discrète l’assistance qui ignore encore qui il est !

Direction le petit buffet dressé près des fenêtres d’où la vue surplombe les rives de l’Yonne. Son épouse le suit. Le couple échange quelques mots avec le personnel chargé du service avant de se désaltérer d’un verre d’eau minérale effervescente. Le champagne, ce sera pour plus tard !

 

 

Les félicitations « républicaines » du préfet Pascal JAN…

 

A ses côtés, le préfet de l’Yonne, Pascal JAN, en fait de même dans cette fournaise presque suffocante qui tourne déjà à l’orage. Au sens propre comme au figuré puisque parmi l’assistance, certains semblent avoir la gueule de bois sans pour autant avoir consommé d’alcool et règlent déjà quelques contentieux qui s’étaleront sur la voie publique, n’en doutons pas, d’ici peu !

Quelques mots sont ainsi échangés entre les deux hommes : le représentant de l’Etat félicite selon les usages républicains le néo-parlementaire. Séance photographique à l’appui !

Les interviews se succèderont ensuite auprès des médias : elles donneront l’opportunité au nouvel élu de remercier ses électeurs (et ceux de la droite républicaine au passage !) et de montrer sa confiance pour la suite. De son côté, son suppléant, Pascal BLAISE (Avenir Français) multipliera contacts et présentations auprès des forces en présence dans la salle, à savoir le landerneau de la sphère politique locale.

Comme il devait le dire, en aparté, sous forme de boutade : « la « loose » a changé de camp » ! La boule au ventre, les regrets, les atermoiements et les règlements de compte accompagneront jusqu’à tard dans la nuit les perdants. Ainsi va la vie politique…

 

Thierry BRET

 

 

 

D’un point de vue comptable, les mélomanes avertis s’y retrouveront. Une programmation artistique s’étalant sur trois jours et autant de groupes (voir un peu plus !) qui se présenteront sur scène afin de redonner ses lettres de noblesse à cette musique aux racines américaines. Qu’il soit « manouche », new-Orléans, free, bip-bop, s’inspirant du classique ou de fanfare, le jazz, en variante second  festival, donnera donc le « la » de cet été musical en Forterre !

 

DRUYES-LES-BELLES-FONTAINES : Elle possède plusieurs cordes à son arc, l’association « Lumières de Druyes » ! Façon « harpe » ou kaléidoscope selon le choix, puisque originellement elle est à l’initiative d’un festival de jazz, inauguré en 2021, reconduit cette saison avec le retour de la période estivale.

Si l’an passé, deux cents spectateurs avaient assisté à ce primo évènement de belle facture, la doublette organisationnelle de ce projet (Didier GILBERTAS et Emile LUGGER) espère voir les rangs de ce public d’aficionados ou de néophytes se renforcer durant ces premiers jours de juillet aux airs de grandes vacances.

 

 

De nouveaux sites pour accueillir les artistes…

 

Nouveauté pour cette édition : son changement de décor. L’an dernier, les instrumentistes se livraient sans retenue mais avec passion tout en respectant les codes ultra sophistiqués de l’interprétation jazzique proposant ainsi de jolies prouesses face à un public ravi, dans l’enceinte du château médiéval ; il n’en sera rien cette année.

Pour de simples raisons de sécurité, l’organisation a préféré transposer le rendez-vous culturel, un cran en dessous au plan géographique, passant des hauts de Druyes à sa partie basse, non loin des sources et de sa zone aquatique familière des promeneurs.

Précisément, c’est au Parc de la mairie, espace végétal jouxtant l’édifice et disposant d’un agréable point de vue sur l’aqueduc en perspective, que se produiront deux des artistes de ce festival : le groupe ZIG ZAG et SENECIO.

La fraîcheur de l’église Saint-Romain sera peut-être salvatrice en cas de fortes températures pour celles et ceux qui s’émerveilleront devant la prestation de l’ensemble Maria HELLER TRIO, avec chant, guitare et piano. Idéal à entendre en bénéficiant de l’acoustique de l’édifice religieux !

 

Musiques du monde et folklore des pays de l’Est : c’est du pur ZIG ZAG !

   

Proposant un set très représentatif des musiques du monde avec un Pierre VINAY qui excelle d’ordinaire au violon, ZIG ZAG ouvrira le bal de cette deuxième édition dès le vendredi soir. Des airs du folklore des pays de l’Europe de l’Est s’additionneront avec des morceaux choisis de répertoires plus cosmopolites, fleurant bon les sonorités du Brésil et de l’Amérique du Sud.

Entre improvisations et airs plus connus interprétés avec des arrangements hyper léchés, ZIG ZAG apportera son groove à cette soirée initiale. De très bon augure pour les festivaliers !

Le lendemain, outre le rendez-vous de fin d’après-midi en l’église Saint-Romain avec Maria HELLER TRIO, c’est une immersion subtile dans l’univers du maître du boléro (Maurice RAVEL) qu’inviteront au partage les membres de SENECIO.

 

 

Les oeuvres de Maurice RAVEL proposées en version jazz…

 

Endeuillé en novembre dernier après la disparition brutale de leur pianiste, Per Aage BRANDT, le combo se produira sous la forme d’un quartet uni comme les cinq doigts de la main, dans son approche musicale.

Une cohésion scénique et auditive mise au service de la découverte, notamment cette réinterprétation des œuvres de RAVEL de manière jazzy. Les amateurs (et les connaisseurs – ils sont légion dès que l’on parle de jazz -) retrouveront avec plaisir sur scène François CANARD, au sax ténor, Gérard BOUQUIN à la contrebasse, Vincent FAUVET au piano et Frédéric FIRMIN, derrière les fûts de la batterie. Le plus bel hommage, en somme, à rendre à leur compagnon trop tôt disparu…

Mention toute particulière pour la journée dominicale. Avec la déambulation sonore et colorée du « HI HAT BRASS BAND », en promenade quasi bucolique dans les axes principaux du village dès 11 heures.

Le groupe a choisi la rue pour pouvoir mieux s’exprimer avec ses cuivres. A ne manquer sous aucun prétexte pour cette bonne humeur, transmise à celles et ceux qui prêteront une oreille plus qu’attentive lors de leur passage !

 

 

 

En savoir plus :

 

Festival de Jazz à Druyes

Programme :

Vendredi 01er juillet à 21 h : ZIGZAG Jazz du monde avec Pierre VINAY au violon.

Samedi 02 juillet à 17 h : MARIA HELLER TRIO, chant, guitare, piano en l’église Saint-Romain.

Samedi 02 à 21 h : SENECIO « Ravel in Jazz » avec François CANARD au saxophone.

Dimanche 03 juillet dès 11 h : la fanfare HI HAT BRASS BAND en promenade dans les rues du village.

Dimanche 03 juillet à partir de 07H30 : brocante musicale avec disques vinyles, CD, matériels de Hifi, instruments de musique…

Tarifs :

Un concert 10 euros, Pass trois concerts : 15 euros. Accès libre aux moins de 14 ans.

 

Thierry BRET

 

Nom de code de la manifestation : « BAM » ! Traduction littérale de ce nouvel acronyme « explosif » : « Bourse aux matériaux » ! Un évènement qui invite au déstockage d’engins et autres outils de chantier de la part des artisans. Il va courir sur les deux prochaines journées de la semaine, sur l’ensemble de notre contrée régionale. Dans l’Yonne, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat par la voix de son président Jean-Pierre RICHARD en a défloré le sujet…

 

APPOIGNY : Les journées « BAM », vous connaissez ? Non, bien sûr ! Le terme n’a pas encore eu le temps de circuler sur le territoire où il va être pourtant appliqué. La région Bourgogne Franche-Comté, de toute évidence. D’ailleurs, le principe fondamental de cette « Bourse aux Matériaux » - ceux-ci sont issus de la filière du BTP – c’est son itinérance.

Ainsi, dans l’Yonne, à l’instar d’autres départements voisins, plusieurs entreprises ouvriront spécialement leurs portes à leurs confrères mais également aux particuliers, catégorie bricoleur chevronné ou du dimanche, pour que ceux-ci puissent s’adonner sans retenue à l’art de la chine.

Neufs ou d’occasion, les articles sont vendus en état par les artisans de la filière BTP depuis leurs locaux, qu’ils soient intacts ou comprenant de petits défauts superficiels qui ne nuisent nullement à leur usage.

« L’objectif de cette animation, première du genre, précise Thierry LEGER, le « Monsieur » environnement de la chambre consulaire de l’Yonne se rapportant aux métiers et à l’artisanat, est de donner une deuxième jeunesse à ces matériaux… ».

Parmi les typologies de matériaux proposés, citons l’outillage, le bois, la céramique, les portes, les fenêtres, l’électroménager, les menuiseries, les éléments et mobilier de cuisine, de salles de bain, sanitaires, stores, abris, les éléments de motorisation, etc.

 

 

Seules neuf entreprises ont pris part à ce projet cette année…

 

Une liste non exhaustive à laquelle se réfère le cédant : soit l’entrepreneur lui-même !

« Il est nécessaire de favoriser le recyclage des matériaux de la filière BTP, ajoute Jean-Pierre RICHARD, président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, qui rendait une visite de courtoisie chez l’un des entrepreneurs concerné par l’opération, Marc VALET, dirigeant de la société éponyme avec son fils, Damien.

Là, dans le grand garage, aménagé à cet effet, y sont entassées toutes les pièces devant être vendues lors de ces deux journées, le 17 et 18 juin. Au total, neuf entreprises ont décidé de jouer le jeu pour la première de cette initiative dans l’Yonne. Ce qui est fort peu, bien entendu.

Une opération qui est d’ailleurs financée par les services de l’ADEME mais aussi la Région et l’Etat, voire certaines EPCI comme la Communauté de communes du Jovinien. Elle ne demande qu’à être reconduite dès l’année prochaine. Avec davantage de mobilisation de la part des entrepreneurs ?

 

 

En savoir plus :

Tous les points de vente et leurs matériaux sont à retrouver sur le site www.artisanat-bfc.fr/bam

 

Thierry BRET

 

 

 

 

Portée sur les fonts baptismaux l’été dernier, l’association « NumYco » a officialisé son inauguration dans les locaux du Pôle Environnemental à Auxerre, en présence de nombreux fondateurs et partenaires. Relais départemental du cluster « BFC Numérique », l’entité icaunaise souhaite être reconnue comme une communauté pouvant accompagner et fédérer tous les acteurs de la filière numérique départementale. Contribuant de fait à ancrer le territoire dans le XXIème siècle et le faire changer de division pour accéder à l’élite…

 

AUXERRE : Association à but non lucratif, « NumYco » s’est forgée depuis sa création il y a moins d’un an, un rôle majeur dans l’écosystème numérique départemental. Pour son président fondateur, Alexandre FOULON, les missions dévolues à l’entité icaunaise sont multiples : « fédérer, informer, arrimer, promouvoir, développer, représenter et structurer toute la filière numérique… ». Ouf ! Excusez du peu ! Avec la vocation d’accompagner et fédérer l’ensemble des acteurs présents dans le département, qu’il s’agisse de start-ups, de TPE/PME, d’institutionnels et collectivités, mais également les chambres consulaires ainsi que les organismes de formation et de recherche, tout en s’appuyant sur les synergies locales existantes.

Bras armé du cluster « BFC Numérique » dans l’Yonne, « NumYco » se veut carrefour d’échanges pour faire notamment remonter au régional, les attentes des entreprises icaunaises en la matière, que ce soit pour les aider à monter en compétence ou leurs besoins internes. Avec déjà en perspective, la mise en place d’un certain nombre de moyens d’actions comme l’organisation d’ateliers, de salons et de conférences ou la sensibilisation des professionnels. Mais, il y a aussi celle du grand public aux impacts du numérique, la création d’une « veille communautaire » et d’espaces d’échanges autour de l’actualité numérique, ou encore, l’accompagnement des adhérents dans leur développement technologique, juridique et commercial.

 

 

Le but, rappelle Alexandre FOULON, étant bien de « créer une vraie communauté où tout le monde puisse travailler ensemble et faire grandir la filière numérique, en faisant émerger des produits innovants, de nouvelles collaborations, pour voir notre département devenir un véritable moteur… ».
A noter que les membres actifs de « BFC Numérique », bénéficient d’une remise de 100 % sur leur cotisation, sur simple présentation d’un justificatif de paiement de leur cotisation BFC Numérique datant de moins d’un an.

 

 

En savoir plus :

Ils ont dit…

Pascal HENRIAT (Conseil Départemental)
« Il y a aujourd’hui des start-ups, des entreprises, qui veulent quitter la région parisienne et qui se disent intéressées pour venir dans l’Yonne. Le but de l’association, c’est de fédérer, mais aussi d’aider et promouvoir toutes ces entreprises à venir exploiter le potentiel et l’attractivité de notre département… »

Paul-Antoine de CARVILLE (Communauté d’agglomération du Grand Sénonais)
« Le nord de l’Yonne compte de nombreux acteurs industriels et l’on a besoin d’accompagner nos entreprises à la fois pour les aider à digitaliser leurs process de fabrication, mais aussi leur donner les outils pour mieux rayonner… ».

 

 

Florence POULAIN (MEDEF 89 et UIMM 89)
« L’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie dans l’Yonne représente 260 entreprises. Pour nous, le cœur du numérique, c’est l’industrie 4.0 et nous travaillons beaucoup à développer tous les métiers et toutes les formations qui sont autour… ».

Arminda GUIBLAIN (Communauté d’agglomération de l’Auxerrois)
« L’on se doit aujourd’hui d’être novateur et porteur de nouvelles technologies. Les entreprises ont besoin de cette veille numérique, besoin d’être accompagnées et le fait d’adhérer à votre association va nous permettre d’être partie prenante de ces nouvelles techniques et pouvoir les proposer à toutes… ».

Guillaume LARRIVÉ, député : « grâce à cette alliance entre public et privé, l’on fait monter notre territoire de l’Yonne vers le haut avec une idée simple et stratégique : l’Yonne, c’est la Bourgogne près de Paris, pas pour subir la dégringolade de la banlieue parisienne mais pour se connecter positivement à la dynamique de la métropole francilienne… ».

 

Contact :

Renseignements : 06 44 27 91 41 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Dominique BERNERD

 

 

Articles

Bannière droite accueil