Suspendu aux décisions prises par les différents exécutifs de notre territoire depuis bientôt trois ans, l’établissement scolaire vient de rendre son ultime soupir. Après moult péripéties et atermoiements dans le microcosme icaunais. Le préfet de l’Yonne Patrice LATRON a donc déposé son paraphe ce lundi 04 novembre au bas d’un document qui clôt définitivement le dossier. Le collège auxerrois qui ne pouvait subir d’importants travaux de réhabilitation cesse ainsi de fonctionner…

AUXERRE : Il n’y aura pas eu d’autres sursis pour l’établissement secondaire auxerrois. Alors que le Conseil départemental de l’Yonne avait confirmé en septembre lors de sa session son choix de ne pas procéder à des travaux de réhabilitation, jugés trop importants, le préfet Patrice LATRON a finalement tranché sur le sujet de manière inéluctable. Une décision prise après en avoir informé les autorités académiques, il va de soi.

Trois ans après l’ouverture de ce dossier, et plusieurs épisodes d’intenses réflexions menées auprès des enseignants, parents d’élèves, élus locaux et autres responsables de l’Education nationale, la suppression de ce collège du paysage éducatif local devenait petit à petit la seule issue envisageable, au vue de l’état de santé de l’édifice.

L’incident majeur, survenu en décembre 2018, rappela à tous les observateurs que cette vétusté pouvait être préjudiciable pour la sécurité des élèves. Ce souci fit craindre d’autres désordres techniques. Résigné, le chef d’établissement procéda alors à la fermeture partielle du site éducatif.

Dès l’automne suivant, l’ensemble des effectifs du collège devait être réparti sur d’autres structures présentes dans le secteur. Selon les capacités d’accueil respectives des collèges concernés.

 

Une fermeture demandée depuis 2017 par le Département…

 

Depuis deux ans, le président du Conseil départemental, Patrick GENDRAUD, sollicitait le préfet pour lui demander la fermeture du collège. Compte tenu que les travaux de réhabilitation pour le rendre viable nécessitaient des investissements beaucoup trop lourds à supporter.

Plusieurs consultations, souhaitées par le préfet de l’Yonne, furent alors proposées avant que le représentant de l’Etat ne prenne sa décision. D’une part, Bienvenu Martin était classé en réseau d’éducation prioritaire et accueillait des équipes enseignantes motivées et efficaces. D’autre part, aucun problème technique et sécuritaire n’avait été décelé jusque-là. Même si l’état extérieur des bâtiments nécessitât des travaux.

On connaît la suite et le fait divers qui aurait pu avoir des incidences plus alarmistes au mois de décembre.

Destinataire d’un nouveau courrier émanant de Patrick GENDRAUD le 04 octobre dernier, où le chef de file du Département renouvelait sa demande de fermer l’établissement au préfet, Patrice LATRON ne pouvait y répondre qu’en prenant soin d’officialiser à son tour cette fermeture.

Toutefois, le lieu devrait bénéficier d’une cure de jouvence à définir dès que possible. L’Etat accompagnera par ailleurs le projet, une présence éducative, voulue par le Département et la Ville, indispensable à rétablir sur ce qui fut jusque-là un établissement scolaire offrant de bons résultats pédagogiques. Ce ne serait en somme qu’un moindre mal pour ne pas oublier qu’en cet endroit, on donnait libre cours au savoir.

 

L’implantation de cette enseigne régionale leader dans la distribution et l’entretien de poids lourds dans l’une des zones industrielles situées en périphérie de Sens vient d’être entérinée par le conseil communautaire du Grand-Sénonais. D’ici le terme de 2022, ce nouveau site commercial et SAV à l’estampille du constructeur néerlandais DAF sera fonctionnel sur quinze mille mètres carrés de terrain zone des Vauguillettes…

SENS : Ce n’est plus un secret de Polichinelle pour personne. D’autant que le Conseil communautaire du Grand-Sénonais a pu analyser il y a peu le moindre des éléments réunis dans ce dossier avant de faire connaître sa décision à l’issue d’un scrutin. Celui-ci s’avère positif ; le contraire eut été étonnant…

Le groupe LEFEVRE dont le siège social et administratif est installé depuis des lustres sur la commune de Pontigny est en phase de pouvoir acquérir quinze mille mètres carrés de terrain dans la zone des Vauguillettes à l’est de Sens. L’entreprise a reçu la bénédiction officielle de l’organisme institutionnel pour procéder à cet achat essentiel à son développement.

Déjà présent à Malay-le-Grand sur une superficie de six mille mètres carrés lui permettant d’accueillir techniciens et mécaniciens dans son pôle logistique, DAF LEFEVRE voit grand avec le presque triplement de ses activités.

 

 

Non seulement, le groupe dirigé par Fabrice LEFEVRE délocalisera son site originel, devenu au fil des ans trop exigu pour y recevoir ses sept mécaniciens. Mais, en outre, son projet va inclure la pose d’une station de chargement destinée aux véhicules électriques.

De deux à quatre bornes y seront déployées dans le futur pour alimenter les besoins de poids lourds moins consommateurs en énergie fossile. D’autant que le constructeur batave promet des nouveautés révolutionnaires du côté de ses produits motorisés.

Ce qui aurait pu apparaître de facto comme une sérieuse entrave à l’essor de l’entreprise (le manque d’espace) s’en trouvera désormais éradiquée. En bénéficiant d’un garage poids lourds plus spacieux ainsi que d’un show-room de belle taille et ergonomique, le groupe LEFEVRE qui investira 1,6 million dans le projet, peut raisonnablement accroître sa prégnance sur ce secteur d’activité à fort potentiel.

 

Un article réalisé avec le partenariat de la Ville de Sens et de la Communauté de communes du Grand-Sénonais.

 

 

Asseoir ses idées au plus près du terrain en essayant d’éradiquer les préjugés les plus tenaces. L’option, retenue par le RN, s’avèrera-t-elle payante d’ici quelques mois dans la plupart des villes de l’Hexagone ? A l’instar de Fréjus, Béziers, Henin Beaumont, Beaucaire ou Villers-Cotterêts, devenues des symboles de cette stratégie de conquête. Voulant améliorer le cadre de vie où ils seront élus, les ténors du Rassemblement national déroulent un autre axiome pour tenter de convaincre les électeurs de choisir leur parti aux municipales : un programme d’intérêt général basé sur la baisse de la fiscalité. Un pari que Pascal ROI relève en qualité de candidat à Auxerre…

AUXERRE : A quelles prétentions peuvent raisonnablement espérer les représentants du Rassemblement national dans la capitale de l’Yonne au soir du premier tour des municipales ? A deux mois du lancement de la campagne officielle, l’extrême-droite dispose-t-elle des moyens nécessaires pour enlever la préfecture de ce département de Bourgogne et chambouler ainsi le paysage politique local ?

Peu d’observateurs y croient, en vérité. Même si le RN a renforcé sa présence sur ce territoire. Notamment dans sa partie la plus septentrionale.

Pourtant, à l’analyse des dernières échéances électorales, celles des Européennes du mois de mai, le parti de Marine LE PEN a encore amélioré son score dans l’Hexagone, de manière très significative. Enregistrant 23,34 % des suffrages exprimés devant La République en Marche et Europe Ecologie Les Verts.

Cependant, les municipales ne focalisent pas les mêmes centres d’intérêt auprès des électeurs. Et chacun sait que les scrutins d’envergure nationale, voire internationale, n’accouchent pas forcément de résultats similaires, ramenés au prisme territorial.

En outre, il ne faut pas omettre que le FN, devenu entre-temps le Rassemblement national, n’a jamais obtenu de scores très nets et retentissants à Auxerre. A contrario de ceux qui ne cessent de croître au nord du département.

Bref, le pari de victoire est donc un tantinet risqué pour le successeur de Julien GUIBERT, parti depuis sous d’autres cieux, à l’assaut des électeurs de la Nièvre.

 

Le volet sécuritaire en guise de priorité absolue…

 

Celui qui hérite désormais du flambeau de leader auxerrois se nomme Pascal ROI. Qui est-il précisément ? Juste un néophyte en politique puisqu’il n’est adhérent que depuis février 2017 au sein de son mouvement de prédilection. Or, ce dernier prétend aujourd’hui incarner sur son nom la seule alternative envisageable au macronisme local à Auxerre.

Agé de 52 ans, il exerce une activité professionnelle dans le milieu de l’industrie. Le candidat à l’écharpe tricolore s’abstient de tout écart dans son existence. Un choix de vie qui lui offre une photographie vierge de toute aspérité plutôt déroutante en guise de curriculum vitae. Pascal ROI ne fume pas, ne consomme pas d’alcool, et se définit comme un végan pratiquant. Il le dit ouvertement lors de ses conférences de presse.

Adepte du cyclisme, il pratique le tir dans sa discipline sportive à ses moments perdus et demeure au fil des ans un inconditionnel supporter de l’emblématique club de football auxerrois. Parmi ses autres passions notoires, le postulant au titre de maire se dit féru d’informatique.

 

 

 

Pour autant, sera-ce suffisant pour faire la différence lors des deux tours d’un scrutin qui s’annonce plus que jamais complexe dans le microcosme auxerrois ?

Lorsqu’il commente en l’analysant le bilan du maire sortant, Guy FEREZ, l’orateur n’est pas tendre dans ses propos. Lui qui est habitué à viser des cibles par sa pratique sportive se complait à adresser des flèches assassines sur l’édile auxerrois en matière de sécurité, la problématique prioritaire à résoudre au plus vite.

Ce sujet envahit très vite son discours : hausse de la consommation de stupéfiants, recrudescence des vols, progression du nombre de cas de harcèlements sexuels dans les hauts d’Auxerre, incivilités croissantes dans les rues…Les reproches faits à l’ancienne équipe pleuvent sans discontinuer dans la bouche du néo-candidat.

 

Faire barrage aux candidats Macron-compatibles…

 

Pascal ROI détaille brièvement ce que pourrait être la philosophie de sa mandature s’il était élu. Lui qui souhaite être à l’écoute constante des administrés. Il aspire à redonner au maintien du lien social ses lettres de noblesse. En toile de fond, respecter le contribuable lorsqu’il évoque la surcharge fiscale de 13 % qui s’est abattue sur les habitants de la capitale de l’Yonne au cours de ces cinq dernières années. Le dynamisme économique du centre-ville intègre ses priorités. Sans que l’on en sache davantage pour le moment sur les moyens stratégiques pour y parvenir.

Il faudra donc s’armer encore d’un peu de patience pour connaître avec moult précisions le contenu du programme que le Rassemblement national préconisera à Auxerre.

D’autant que la liste du RN est loin d’être ficelée. Pascal ROI en appelle aux bonnes volontés. A celles et à ceux qui désirent un rassemblement local et communal pour soutenir sa démarche élective et le rejoindre. Seul credo inéluctable à respecter dans cette feuille de route : avoir à cœur de défendre les valeurs de la proximité et de la sécurité.

Encore inconnu dans le sérail politique icaunais, Pascal ROI a pour leitmotiv d’apaiser la ville et de la vider de ses tensions perpétuelles palpables dans certains quartiers.

« Les Auxerrois ont besoin de se sentir bien chez eux, clame-t-il haut et fort, déplorant au passage une situation délicate vécue dans les hauts d’Auxerre.

Côté sécuritaire, le porte-étendard du RN insiste sur cet impérieux besoin de renforcer la présence des patrouilles de police dans les rues, d’installer davantage de caméras de surveillance, de nouer enfin des liens maximaux entre la Ville et les forces de l’ordre.

A propos de ces items, le représentant du parti « bleu marine » rappelle que sa formation politique sait appliquer cela depuis longtemps en France avec succès.

Sur un domaine purement politique, Pascal ROI se présente surtout pour contrer tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à l’idéologie présidentielle.

« L’ensemble des candidatures qui se font jour à Auxerre à l’heure actuelle montrent une véritable allégeance à Emmanuel MACRON, explique-t-il, je veux représenter une autre alternative à cette vision réductrice… ».

Si un tiers de la liste RN est d’ores et déjà constitué, le chef de file de l’extrême-droite auxerroise poursuit néanmoins ses investigations afin de boucler dans les meilleurs délais la feuille de route représentative de son parti. Son désir serait de surfer sur la déferlante des Européennes et ses scores très élevés. Seule incertitude dans la balance : une absence de notoriété locale.

Fort de ce constat, Pascal ROI peut-il aborder ces futures joutes avec le plein de capital-confiance ?

Lui ne s’en inquiète pas outre mesure. Il répond sans ambages à la question : « tout est possible en prenant en compte la réalité sociologique et les résultats déjà obtenus par le Rassemblement national dans l’Yonne… ».

Dès lors, l’objectif se veut simple pour le nouveau venu dans le paysage politique auxerrois : être mobilisé auprès des électeurs de la droite et de la droite dure pour décrédibiliser l’existant en coupant l’herbe sous les pieds d’autres prétendants.

Un sacré combat en perspective pour ce challenger qui aura pour colistière une retraitée de 69 ans, Sylvia TROUDE-SAUVAL. Mais, qui est loin d’être gagné pour autant…

 

Le concept se nomme Cristal. Transparent et conçu sur-mesure, il se veut universel. L’offre se destine aux familles : ces dernières bénéficiant pour la première fois d’un forfait bancaire généralisé. Ce dispositif en phase de test depuis 2018 a obtenu gain de cause de la part de ses instigateurs. Le pilote ayant répondu à ses attentes, la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté a décidé de franchir le pas et de le commercialiser sur l’ensemble du territoire. Mise en application dès le mois d’octobre…

DIJON (Côte d’Or) : Répondre aux besoins de tous que l’on soit en couple, avec ou sans enfant, et ceci dans le cadre d’un même forfait packagé, c’est ce que propose depuis peu l’établissement bancaire régional à sa clientèle.

En effet, depuis un an, et après avoir vu ses tests spécifiques corroborer ses attentes, la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté est devenue le pilote de ce dispositif novateur à destination des familles.

Aujourd’hui, l’établissement est la première banque à décliner ce type d’initiative bancaire à vocation familiale.

Jugée pratique et économique par ses auteurs, l’offre « Cristal » ne nécessite qu’une cotisation mensuelle unique pour la gestion de tous les comptes bancaires des membres d’une même famille. Et ce, quel que soit le nombre d’enfants !

Ainsi, grâce à ce forfait, la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté aborde un nouveau virage dans ses choix stratégiques. En s’inspirant des opérateurs téléphoniques incontournables ou encore de l’opérateur NETFLIX, l’établissement colle au plus près des aspirations consuméristes du moment.

Grâce à cette offre personnalisée applicable à l’ensemble de la même fratrie, la banque mutualiste se donne une excellente opportunité de booster sa relation à la clientèle.

 

Un coût unique pour une multitude de fonctionnalités…

 

L’outil favorise la proximité dans la relation à l’autre. Un item demeurant l’un des credo forts de la société. Mieux : elle permet à un conseiller commercial de suivre chaque relation établie avec le client de manière assidue.

Dans l’absolu, cette offre déclinée intègre un certain nombre de services quotidiens proposés par une banque : un compte, une carte bancaire, diverses fonctionnalités digitales et ce fameux conseiller dédié. Celui-ci faisant office de pivot inaliénable dans la relation à travailler en direct auprès de la clientèle.

Y accéder est simple par essence. Le coût d’une cotisation mensuelle fixe suppose que chaque client peut personnaliser son équipement en fonction de sa situation personnelle.

Trois services peuvent y prétendre aisément : « Essentiel », « Confort » ou « Premium ». A l’aide de ce concept novateur, la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté s’enrichit de cette nouvelle expérience professionnelle pérenne, en optimisant plusieurs fonctionnalités en ligne qui assurent une gestion simplifiée et personnalisée des comptes de sa clientèle.

Un forfait né et testé dans notre région qui devrait s’élargir progressivement à l’ensemble de l’Hexagone dans les semaines à venir...

 

 

La trentième édition de ces séances de travail uniques dans l’Yonne permettant aux édiles de Puisaye-Forterre de se former aux items pédagogiques propres aux élus s’immerge du 03 au 07 novembre dans l’une des contrées européennes les moins connues des Français : la Bulgarie. Un séjour placé sous le sceau de l’amitié européenne et de la connaissance des pratiques administratives et politiques locales…  

CHAMPIGNELLES : Cap à l’est pour les édiles et certains conseillers municipaux des communes de Puisaye-Forterre en ce début du mois de novembre.

Trois jours durant, les représentants de ces collectivités icaunaises s’immergeront lors d’un voyage d’étude des plus instructifs au plus près de l’appareil administratif et politique de ce pays des Balkans, l’un des moins connus des Français.

Après la Roumanie l’année dernière, l’instigateur de ces rencontres institutionnelles et éducatives entre les peuples d’Europe, Jacques GILET, a décidé de jeter son dévolu géographique sur une nation de l’ancien bloc de l’Est dont les Français ignorent encore beaucoup de choses : la Bulgarie. Il va s’en dire que ce pays ne se résume pas au seul cliché digne de l’imagerie pratiquée à Epinal avec ses célèbres yaourts !

Le programme de ce séjour didactique se décomposera en deux temps forts : une concentration d’intérêt sur la capitale du pays, Sofia, et une plongée vers des localités, nettement plus rurales, plus à même de ressembler à celles de la Puisaye-Forterre.

Accueillie dans les locaux de l’Institut Français de Sofia par l’ambassadrice de France Florence ROBINE, la délégation de l’Yonne devrait y recevoir moult explications sur la gestion de la vie politique locale ainsi que ses diverses ramifications pratiques en matière d’organisation administrative et territoriale. A noter que ces échanges nourris et enrichissants bénéficieront de la présence de Sylvia GVEORGUIEVA, directrice de l’Association des municipalités bulgares.

 

 

 

Un volet sur la ruralité très renforcé dans cette étude…

 

L’un des thèmes essentiels de ces travaux qui portent toujours sur la place des communes au cœur des territoires, fera la part à la ruralité. La découverte, deux jours durant, de plusieurs localités bulgares (Tchavdar, Gorna Malina…) permettra d’aborder les projets européens vécus par ces localités champêtres ainsi que la gestion des déchets dans le souci d’optimiser une approche intelligente de la sauvegarde environnementale.

Au-delà de ces visites, il sera naturellement question des budgets (l’une des problématiques essentielles pour un élu local) avec le financement des projets, indispensables au développement et à l’essor économique.

Précisons que cette session de ces trentièmes entretiens se ponctuera le vendredi 15 novembre en journée à l’occasion de la dernière journée de travail consacrée au nouveau statut de maire, un exposé présenté par la sénatrice Dominique VERIEN et le nouveau contrat de cohésion 2021/2027.

 

 

 

Bannière droite accueil
Bannière footer