Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png

Dans un passé pas si lointain que cela, on a toujours reproché à la France d’avoir une « guerre de retard ». Une formule qui nous sied très bien, par ailleurs, dans bon nombre de domaines ! La pratique de l’alternance en ce qui concerne l’apprentissage, le développement de nos technologies sur certains secteurs de pointe, la gestion des crises qu’elle soit sanitaire ou sociale dans les avancées à concevoir pour améliorer le bien-être des personnes au travail, en matière de fiscalité, d’environnement, de sport ou d’éducation, que sais-je encore ?!

Et bien désormais, il nous faudra ôter cette phrase si caractéristique de notre mode de fonctionnement de la bouche ! Car, l’Hexagone vient de prendre un virage à 360 degrés, vendredi, en choisissant d’avoir une « guerre d’avance » !

L’auteur de l’expression n’est autre que le Président de la République lui-même, Emmanuel MACRON qui présentait ses vœux aux Armées du côté de Mont-de-Marsan dans ce joli département que sont les Landes. Un territoire qui a toujours été le fief de la force militaire et des parachutistes !

Préparer la guerre pour mieux maintenir la paix ? C’est en quelque sorte le fond de la pensée du locataire de l’Elysée en ce début d’année. A sa décharge, l’actualité lui donnerait presque raison et ce, depuis bientôt un an, avec le retour de la guerre sur le continent européen, dans son versant oriental. Il faut dire que la Nation repart de loin.

Fini le temps de la conscription, exit la présence de militaires Français chez nos voisins d’Outre-Rhin – ces derniers après avoir expiés leurs fautes durant soixante-dix ans ne représentent plus un danger notoire pour notre pays tandis que nos liens de profondes amitiés se sont renforcés au fil des décennies -, adieu les fameux « trois jours » que les moins de trente-cinq ans ne peuvent pas connaître : la France militaire présente un visage singulier désormais, aux antipodes de ce que nous autres, les plus anciens de la société, ont pu observer entre 1960 et 1990.

 

 

L’Europe de 2023 ressemble curieusement à celle de 1938…

 

Après le Mur de Berlin, l’ouverture à un semblant de démocratisation chez les Russes « la Glasnost » et l’occidentalisation affirmée des ex-pays du bloc de l’Est : fallait-il conserver les forces armées en l’état ? La réponse ne se fit pas prier parmi les gouvernances de l’époque au nom des sacro-saintes économies budgétaires à réaliser : ce fut non !

Sans tomber dans le côté « glamour » et « hippie » des années « Peace & Love », la France, à l’instar des pays occidentaux, humaient en l’appréciant tels des pinsons annonciateurs du printemps cet air de renouveau après des périodes sombres de « guerre froide » entre les deux blocs qui comptaient les points via leurs services d’espionnage respectifs.

Tout cela, cependant, n’altérait nullement nos échanges et relations – hypocrites ? – de bon voisinage en termes de commerce, de rencontres culturelles, de découvertes touristiques, de pratiques sportives de haut niveau. Bref, la planète ne souffrait plus de ces miasmes belliqueux à outrance que l’on avait pu constater par le passé et le nucléaire était assorti à la seule problématique domestique. L’adopter dans le processus civil pour mieux se chauffer !

De cela, il n’est manifestement plus question, comme chacun le sait y compris celles et ceux qui pratiquent encore la politique de l’autruche en feignant de ne pas savoir la tête plongée dans le sable, depuis le 24 février 2022. La donne a changé. Les cartes sur la table ne sont les plus mêmes. La géopolitique qui n’est pas une science exacte car hyper évolutive et peu fiable nous démontre que l’on peut vivre en ce début du XXIème siècle à l’heure du bitcoin et des crypto-monnaies et des véhicules à hydrogène comme au temps sinistre des années 1930/1940 du siècle dernier.

 

 

Avec la peur au ventre quand on évoque l’avenir…

 

De quoi demain sera-t-il fait ? Bien malin, celui qui peut y répondre avec exactitude et réalisme aujourd’hui, alors qu’à date, un ancien président de la République russe, le pro-occidental Dmitri MEDVEDEV autant de sa splendeur au Kremlin mais ça c’était avant, ne manque jamais depuis une occasion de « l’ouvrir » publiquement pour asséner des inepties et des menaces lourdes de conséquences à répétition avec l’arsenal nucléaire à l’appui ! Ses cibles préférées ne sont-elles pas la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne ! Que dire des Etats-Unis, le « Grand Satan » dont il faudrait éliminer l’existence par le feu de l’Apocalypse !

Cette semaine, un autre de ces dirigeants, celui qui est le diplomate le plus connaisseur de l’Occident où ses enfants vivent encore et y ont fait leurs études, le ministre des Affaires étrangères Sergeï LAVROV ne nous a-t-il pas comparé, nous autres Occidentaux, aux « nazis » de la pire espèce, « pourfendeurs de Russes, prêts à la Solution finale… ». Celle qui a provoqué l’Holocauste et ses millions de victimes juives qui doivent se retourner dans leurs tombes – celles et ceux qui en possèdent une, ce qui est moins sûr au vu des circonstances dramatiques de leur disparition - ; des paroles ignobles et honteuses qui sont inaudibles dans les oreilles de nos amis Russes, qui ont combattu le nazisme, le vrai, ce qui est pour eux, insupportable…

Face à cette course inexorable vers l’incompréhensible et la dramaturgie épique, digne du théâtre grec antique, Emmanuel MACRON a décidé de renforcer la dissuasion, d’augmenter la réserve opérationnelle et de gonfler les budgets.

Plus de 400 milliards d’euros vont ainsi être consacrés à l’enveloppe des armées (terre, air, mer) dans le cadre de la future loi de programmation couvrant la période de 2024/2030. Soit une progression d’un tiers, par rapport au précédent budget. D’aucuns diront que cette manne financière n’est pas suffisante pour rattraper le retard occasionné par des années de profondes léthargies et de réelles « naïveté ». Mais, comme le précise l’adage, « mieux vaut tard que jamais » !

 

 

Les forces armées se transforment pour gagner en performance et efficacité…

 

Fait marquant de cette décision présidentielle : les efforts particuliers qui vont être portés sur la cyber-sécurité, le renseignement – la France est bien trop dépendante des Etats-Unis sur ce point – et même le spatial, car demain, les conflits du futur se joueront aussi plus près des étoiles.

Le conflit en Ukraine auquel nous contribuons en livrant des armes, les fameux Caesar, sans être cobelligérant aura tout de même démontré quelques faiblesses dans le dispositif militaire français. Le chef de l’Etat, lucide, a décidé de changer de braquet.

« Nous sommes dans une logique de transformation de nos forces armées, devait-il expliquer dans les Landes, afin d’être plus efficaces et performants… ».

Devant les menaces qui se présentent à nous, avec le retour de la guerre conventionnelle à deux mille kilomètres de nos frontières, il était grand temps de reprendre l’initiative comme l’ont fait la plupart des pays de l’Union européenne, y compris l’Allemagne qui a su faire table rase de ses tabous historiques en injectant plus de cent milliards d’euros à la modernisation de son armement.   

« Si vis pacem, para bellum » écrivait jadis Jules CESAR, auteur de la « Guerre des Gaules ». « Si tu veux la paix, prépare la guerre » après la traduction de cette locution latine. Jamais cette petite phrase n’aura été aussi lourde de vérité et de conséquence en ces périodes troubles de cette année 2023 qui débute, déjà constellée de nuages noirs dans le ciel…

 

Thierry BRET

 

 

 

Entre Benoît COSTIL et l’AJ Auxerre, ce serait déjà de l’histoire ancienne dans leurs relations sportives ? En tout cas, bon nombre de confrères de la presse spécialisée annoncent ce samedi matin le départ du portier de l’équipe de Ligue 1 pour le nord de la France, avec comme point de chute le LOSC ! Si cela était avéré – le club n’a pas confirmé -, cela signifierait que le gardien de but de l’AJA n’en pouvait peut-être plus d’être l’ultime rempart de la défense la plus poreuse du championnat de l’élite hexagonale…

 

AUXERRE : « L’Equipe », « Foot Mercato » et même le journal local, « Le Petit Lillois » évoquent avec des titres très explicites ce samedi dans leurs colonnes l’arrivée probable du gardien de but de l’AJ Auxerre Benoît COSTIL dans la métropole de Lille.

Celui qui eut ses heures de gloire au Stade Rennais et aux Girondins de Bordeaux aurait décidé de quitter subitement le club bourguignon, actuel 19ème de la Ligue 1 et plus mauvaise défense du championnat avec 41 buts encaissés. Des informations que nos confrères de « France Bleu Auxerre » et « L’Yonne Républicaine » reprennent également à leur compte.

Libre de tout contrat à l’été 2022, l’ancien international (une quinzaine de sélections dans les différentes formations nationales depuis les moins de 17 ans jusqu’à l’équipe première) s’était engagé avec le club de l’Yonne qui retrouvait l’élite après une décennie de purgatoire en division inférieure. A 35 ans, c’était une excellente manière de relancer la carrière du joueur qui aura réalisé de belles prouesses  techniques à maintes occasions dans ses cages, en dernier défenseur confronté à la ténacité des attaquants adverses.

 

 

Selon les médias de la presse footballistique, Benoît COSTIL suppléerait l’actuel gardien titulaire (Lucas CHEVALIER) de Lille en qualité de numéro deux. Un engagement de dix-huit mois, somme toute, avec le club nordiste, bien placé dans le classement à la sixième place et prétendant à l’Europe.

Ce départ, s’il devait se vérifier, serait un coup dur pour le club bourguignon déjà en mauvaise passe. Cela pourrait altérer le moral des troupes de Christophe PELISSIER qui joueront un important match face à Niort ce dimanche tantôt en 16ème de finale de la Coupe de France, la cage étant gardée par Donovan LEON.

Sur les réseaux sociaux, en revanche, c’est la désolation parmi les supporters qui commentent abondamment cette information qui n’a rien d’une fake apparemment. Ils n’avaient pas besoin de cette triste nouvelle pour plomber un peu plus leur week-end…

 

Thierry BRET

 

 

Le garde des Sceaux Eric DUPOND-MORETTI était en visite au palais de justice de Sens ce vendredi 20 janvier à la rencontre avec les magistrats, greffiers et les acteurs du tribunal judiciaire afin de leur présenter le plan d’action issu des Etats Généraux de la Justice annoncé le 05 janvier dernier.

 

SENS : Arrivée protocolaire pour le garde des Sceaux Eric DUPOND-MORETTI à 10 heures du matin, devant le palais de justice de la ville de Sens. Les élus locaux et les magistrats s’étaient tous alignés, prêts à accueillir une poignée de main du ministre. Après un café républicain et un temps d’installation dans la salle, le représentant du gouvernement est entré dans le vif du sujet : la présentation de la réforme de la justice, suite aux récents Etats Généraux.

Les mesures proposées par le gouvernement tendent notamment à faire la promotion de l’amiable dans les procédures civiles, à embaucher 1 500 magistrats et 1 500 greffiers, simplifier le code Pénal, à fluidifier les relations avec le ministère, souhaité par la filière juridique.

 

 

 

Il est question aussi d’alléger la charge de travail des magistrats et des greffiers et à simplifier les procédures. Des nouvelles mesures sur lesquelles l’assemblée a pu rebondir au cours d’un débat portant, entre autres, sur la situation des greffiers ou encore sur le dysfonctionnement du bracelet anti-rapprochement, dispositif d’éloignement dédiée aux victimes de violences conjugales.

Les questions des professionnels ont trouvé réponse auprès du ministre mais également du conseiller pénal, Arnaud LARAIZE, dans une ambiance très conviviale. Eric DUPOND-MORETTI a réitéré sa promesse de simplification des procédures et une volonté d’améliorer les conditions de travail des magistrats. Le ministre s’est en tout cas voulu à l’écoute des revendications de chacun lors de cette séance exceptionnelle, organisée sur la matinée.

 

Floriane BOIVIN

 

 

 

 

En ouverture des réunions FERMOSCOPIE départementales, déclinées en ce début d’année par les services ad hoc du réseau associatif de conseil et d’expertise comptable, l’administrateur de CERFRANCE dans l’Yonne (et en région Bourgogne Franche-Comté) Philippe DEOTTE a été très clair sur la portée de son message. « Travailler le vivant est une véritable chance pour la filière mais nous avons le devoir de transformer notre métier en autant de diversités… ». Limpide, en vérité !

 

VENOY : Exploitant céréalier qui exerce son activité professionnelle dans le Tonnerrois, Philippe DEOTTE ne se limite pas à sa commune de prédilection d’Arthonnay pour vivre pleinement sa passion pour le milieu agricole. Les multiples mandats qui se sont additionnés au fil des ans tout au long d’une carrière bien remplie lui permettent aujourd’hui de tenir un rôle de premier plan dans l’organigramme de CERFRANCE.

Depuis deux décennies en effet, le personnage s’est investi au sein du conseil d’administration de l’établissement de Bourgogne Franche-Comté. Exerçant même le rôle de secrétaire, un poste essentiel dans les rouages de la structure, experte en comptabilité.

Alors, ouvrir la séance de ce rendez-vous, un classique qui ponctue l’existence de CERFRANCE à pareille époque chaque année, ne représentait pas une difficulté en soi pour Philippe DEOTTE, face à un parterre de professionnels désireux de découvrir les résultats prévisionnels des références par filière à l’échelon départemental. Des analyses statistiques fines se rapportant aux grandes cultures, aux bovins et à la viande ainsi que le lait.

« Les décisions qui se prennent aujourd’hui ont des conséquences pour l’avenir, expliqua-t-il en guise de préambule, il nous faut impérativement anticiper sur notre secteur d’activité… ».

 

 

« Transformer, c’est encourager les diversités… »…

 

Face aux grands enjeux qui perturbent le monde économique et sociétal, Philippe DEOTTE rappellera que « des transformations en profondeur sont nécessaires dans la filière agricole ».

Puis, poursuivant, il évoque les temps jadis : « Hier nous cultivions les terres de manière très productive pour optimiser les rendements ; aujourd’hui, nous sommes face à des défis majeurs… ».

Et de citer, à l’instar d’un inventaire à la Prévert, les maux qui font que le monde tel que nous le connaissons ne tourne plus vraiment très rond : le climat bouleversé, la pression parasitaire en hausse, le conflit à l’est de l’Europe qui change la face du monde dans la distribution des matières premières, l’inflation et les répercussions de cette guerre sur les énergies, la raréfaction de la main d’œuvre…

« Il est grand temps d’entreprendre des actions vertueuses, martèle l’orateur du prélude de cette réunion, en transformant un certain nombre de choses. Transformer, c’est encourager les diversités qui restent notre meilleur atout pour anticiper l’avenir. Les diversités dans le choix des cultures, celles de nos activités, celles de la diversification… ».

Un discours introductif qui laissa une belle lueur d’espérance à ses auditeurs. Puisque Philippe DEOTTE insista sur le fait de travailler le vivant, « une grande chance pour chacun des agriculteurs ».

Toutefois, il mettait en exergue les notions de responsabilités qui vont de pair dans la construction d’un projet professionnel face aux évolutions de l’environnement et de la multitude de solutions à adopter pour y parvenir. Le meilleur moyen de s’adapter aux changements de paradigme que nous impose le contexte conjoncturel ?

 

Thierry BRET

 

La nouvelle a été confirmée tardivement, jeudi soir, par le service communication de la préfecture de l’Yonne. Le garde des Sceaux effectue son premier déplacement en terre icaunaise depuis sa nomination ce vendredi 20 janvier en matinée afin d’échanger avec les magistrats, greffiers et autres acteurs du tribunal judiciaire de Sens sur le plan d’action, issu des Etats généraux de la Justice. Un dispositif, dévoilé initialement à l’échelle hexagonale le 05 janvier dernier…

 

SENS : Branle-bas de combat en cette journée de la Saint-Sébastien dans la capitale du Sénonais, avec la visite explicative du garde des Sceaux Eric DUPOND-MORETTI au tribunal judiciaire de Sens !

Le ministre de la Justice effectue un court déplacement depuis la capitale pour y rencontrer l’ensemble des magistrats et les professionnels de la filière juridique du tribunal local afin de leur exposer le plan d’action, résultante des Etats généraux de 2022.

Un dispositif qui prévoit notamment l’augmentation des moyens humains et financiers, la mise en exergue de mesures novatrices en matière civile et la refonte de la procédure pénale.

Une immersion qui suppose des échanges nourris entre le représentant du gouvernement et les professionnels du barreau mais sans que les médias ne puissent lui poser la moindre question à l’issue de cette rencontre. C’est dire : aucune captation d’images vidéo et de son n’est autorisée dans cette explication de texte qui se déroulera presque à huis clos !

 

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil