Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté

Le décor est on ne peut plus inhabituel. D’ordinaire, lorsqu’elle décide de communiquer vers un large public, la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) de l’Yonne investit un amphithéâtre universitaire, une salle institutionnelle en rapport avec la santé, voire l’un des espaces du siège pouvant faciliter l’accueil d’une importante réunion. Mais, c’est bien au sein du complexe cinématographique « CGR » à Auxerre que Gilles BROSSARD, directeur de la vénérable institution, donnait rendez-vous, mercredi matin, à un public spécifique, lors d’une projection très immersive sur le monde du handicap…

 

AUXERRE : Il n’était pas question de visionner les énièmes péripéties de l’un des innombrables personnages, issus du catalogue « Marvel » ou de découvrir en avant-première, et en guise de délicieuse confiserie de Noël, le nouvel épisode des héros virtualisés d’« Avatar » ! Pourtant, le cadre s’y prêtait remarquablement bien, en substance. A l’instar de la date, fleurant bon le calendrier de l’Avent à ouvrir dès le lendemain…

De confortables fauteuils offrant une excellente assise dans l’une des salles du complexe CGR – le cinéma d’Auxerre pour les non-initiés ! -, un écran super dimensionné plongeant le regard des spectateurs au cœur de l’action, le son Dolby à la résonance acoustique si extraordinaire, l’atmosphère sympathique d’une salle bien remplie comme lors d’une projection de l’un des fleurons du septième art où il ne manquait finalement que les pop-corn : bref, la CPAM de l’Yonne faisait relâche avec ses moyens de communication traditionnels, invitant un public, ciblé parmi les milieux associatifs sanitaires, et la presse, à une séance cinématographique, sans doute chargée en émotivité et en liquide lacrymal à répandre sur les joues des plus sensibles d’entre nous…

 

Les préjugés et le regard cruel des autres…

 

Trente-deux minutes et quelques bribes de témoignages en sus, extraits d’un autre film. Un chiffre qui correspond à la durée du moyen métrage – il a été conçu en 2015, on y aperçoit d’ailleurs le regretté secrétaire général des Nations Unies, l’Egyptien Boutros BOUTROS-GHALI, personnage charismatique au grand cœur et d’une rare tolérance y répondre à une interview – devant être présenté en guise de support introductif à l’intervention d’un orateur hors pair et au ton décalé mais d’un grand supplément d’âme, Pascal JACOB. Nous y reviendrons dans un autre article.

« Même pas peur ! ». Un titre à la sémantique enfantine qui ferait presque sourire si le sujet abordé n’y était pas aussi sérieux et grave. Celui des préjugés et du regard des autres. De la peur, aussi. Dur, impitoyable, cruel, remuant les consciences et les âmes – c’était le but avoué, non ? – et traduisant l’inéluctable réalité vécue par celles et ceux qui en tiennent la vedette bien malgré eux : des handicapés.

Que nenni ! Des « personnes » handicapées, car comme le mentionnera l’un des témoins de ce film qui est loin d’être une simple fiction : « nous sommes des personnes avant tout, bien avant d’être des handicapés ».

 

 

 

Une déchirure qui transperce le cœur : le jugement d’autrui…

 

Les images s’enchaînent. Regard d’enfants sur le monde des invalides et les fameuses différences. Avec son lot de situations cocasses : un garçonnet intrigué par une personne se mouvant dans un fauteuil roulant qui s’installe in fine sur ses genoux pour faire un petit tour comme s’il était à bord d’un manège. L’idéal pour faire tomber les préjugés et vaincre la peur de l’autre. Un zeste d’humour salvateur qui déride la salle. Ouf ! Elle en a besoin. Il est vrai que certaines images, certains commentaires nous hérissent le poil.

« Les regards des gens sur mon handicap sont autant de déchirures qui me transpercent le cœur… ». Le jeune homme qui se livre à cœur ouvert face caméra affiche une mine triste. On le sent bouleverser par tant d’injustice, tant de coups du sort. C’est vrai : il n’a pas choisi de vivre avec ce statut qui lui colle à la peau de personne victime d’un handicap…

Les spectateurs s’enfoncent davantage dans leurs fauteuils. Pourtant, le réalisateur – les réalisateurs devrait-on dire car ils sont au nombre de trois avec Adrien JOUSSERANDOT, Nelson CASTRO et Pascal JACOB, lui-même qui en écrira le scénario - ne livre pas de messages où le pathos fleurirait de séquence en séquence. Juste la réalité ordinaire d’une existence malmenée par le destin.

 

 

L’humain s’enrichit des différences des autres…

 

Commande de l’Elysée, au temps de François HOLLANDE, dans le cadre de la Conférence nationale du handicap (CNH), ce moyen métrage est porté par l’association HANDIDACTIQUE qui n’en est pas à une réalisation visuelle près.

C’est la première fois qu’il est projeté dans l’antre cinématographique auxerrois.

Interrogé dans son vaste bureau entouré de somptueux ouvrages, le créateur des Centres d’action médico-social précoce (CAMSP), Roger SALBREUX résume tout à la lumière de cette introspection vers l’altruisme et la compréhension de l’autre d’une phrase tellement riche : « l’humain s’enrichit des différences des autres… ».

Installée parmi les premiers rangs, Maryline SAINT-ANTONIN, adjointe à la Ville d’Auxerre en charge de la Santé et de la Solidarité, a le regard qui pétille. En sa qualité de médecin, aussi, son regard est intéressé.

Que dire, après une telle projection qui a un rôle de tolérance pédagogique que bon nombre d’écoles, d’entreprises, d’associations mais aussi de particuliers devraient au moins avoir visionné une fois dans sa vie !

 

 

Non loin de l’élue communautaire, la vice-présidente du Conseil départemental Catherine MAUDET – elle est aussi présidente de la CDAPH - livre ses impressions en ne montrant pas trop son bouleversement : « il est important de poser des jalons dans l’Yonne et préparer davantage les médecins sur le champ du handicap… ».

Et d’ajouter, preuve à l’appui, l’ouverture d’une classe préparatoire aux études de médecine, initiée par son collègue Gilles PIRMAN, sur notre territoire.

« On devrait tous se sentir bien dans une salle de cinéma », proclamait la petite bande annonce liminaire de « Ciné Ma Différence » avant la projection.

Visiblement, et avant que Pascal JACOB, président de la « Charte Romain Jacob », honorant ainsi la mémoire de son fils trop tôt disparu, ne recueille les impressions à chaud du public, c’est le sentiment qui prédominait dans cette salle auxerroise bien garnie (plus de cent-vingt personnes) et émue.

Une charte soutenue et validée par la Caisse Primaire d’Assurance Maladie en France comme le confirmera Gilles BROSSARD, directeur de l’entité icaunaise, et l’UGECAM Bourgogne Franche-Comté, organe assurant la gestion d’une vingtaine de structures sanitaires et médico-sociales, représenté par son directeur général, Christophe ALLIGIER.

Une séance si particulière qui ne pourra plus jamais laisser ces spectateurs indifférents à la cause du handicap…

 

Thierry BRET

 

 

Décidément, la pilule a bien du mal à être avalée. Ne parlons pas de son hypothétique digestion ! La fermeture de l’une des antennes du collège de Bléneau – pour cause de vétusté -, actée par le Conseil départemental, suscite bon nombre de réactions négatives et surtout revendicatrices de la part de la sphère politique. En premier lieu, les membres de la NUPES (Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale) qui appellent à un rassemblement citoyen ce samedi en fin de matinée devant la mairie…

 

BLENEAU : C’est le développement de la ruralité qui trinque en bout de course. A partir de cet argument primordial où l’attractivité d’un territoire est dans le collimateur en termes de désertification, plusieurs mouvements politiques de l’opposition départementale, à l’instar des syndicats de l’enseignement, se mobilisent contre la décision de fermeture du site de Bléneau, l’un des trois éléments jusque-là opérationnels qui composent ce collège de Puisaye.

A l’invitation d’Europe Ecologie Les Verts, La France Insoumise, le Parti Socialiste et le Parti Communiste, la NUPES – plus spécifiquement celle qui est incarnée sur la première circonscription de l’Yonne par sa porte-parole aux dernières législatives Florence LOURY – appelle à un grand rassemblement de la population, samedi 03 décembre, à 11 heures. Une concentration d’insatisfaits devant se dérouler face à la mairie.

Les représentants de la Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale y retrouveront les élus municipaux, les organisations syndicales, mais aussi les usagers et les personnels. Une présence protestataire contre la raréfaction des services publics, notamment ceux de l’éducation, dans les campagnes.

 

Mais où se situe réellement l’intérêt de l’enfant pour le PCF 89 ?

 

Quant à la nouvelle secrétaire générale du Parti Communiste de l’Yonne, Marie-France GHERSI, elle n’est pas tendre avec l’exécutif départemental.

« Le Département n’a aucune vergogne à afficher sa propre carence pour expliquer sa décision, précise-t-elle. En effet, c’est bien parce qu’il n’a pas entretenu les bâtiments avec suffisamment de régularité et de soin que leur état est devenu vétuste. La majorité politique aux commandes du département de l’Yonne a laissé sciemment les lieux se dégrader pour mieux les fermer au public scolaire à la rentrée prochaine. Cette inaction est honteuse ! ».

Puis de reprendre : « Conjuguer l’intérêt de l’enfant avec celui du dogme de la réduction des finances publiques n’est pas notre conception de la bonne gestion des besoins des usagers du service public d’éducation. Nous estimons que les petites structures éducatives, telles le collège de Bléneau, permettent une proximité renforcée avec les élèves ce qui, du point de vue pédagogique, est un atout. Il faut les conserver. Nous estimons aussi que, compte tenu du territoire concerné, répartir les collégiens de Bléneau dans les établissements environnants et les obliger, de fait, à prendre des transports scolaires (pour peu qu’il y en ait …) tôt le matin pour un retour à la maison tard le soir, n’est pas dans « l’intérêt » de l’enfant... ».

 

 

Une perte d’attractivité inexorable pour les territoires privés de services publics…

 

Un PCF de l’Yonne qui s'oppose à la fermeture du collège et soutiendra toutes les initiatives que prendront les parents d'élèves, les enseignants, les organisations syndicales et les élus locaux pour le défendre.

« Rayer de la carte une institution publique comme un collège au moment même où le gouvernement et le Conseil Départemental nous rebattent les oreilles avec un discours de défense de la ruralité, c’est prendre les citoyens pour des demeurés, affirme Marie-France GHERSI, quand la majorité gouvernementale et la droite icaunaise ont supprimé en Puisaye la gendarmerie, la Trésorerie publique et veulent faire de même maintenant avec le collège de Bléneau, comment croire un seul instant à leurs discours sur la nécessaire revitalisation des territoires ruraux ? Comment imaginer que ces territoires pourront être attractifs avec une telle suppression de services publics essentiels à la population ? ».

Le PCF 89  demeure dans la vigilance, par ailleurs. Car, d’autres établissements sont dans le viseur. « Sans que l’intérêt de l’enfant ait à voir quelque chose là-dedans ! », conclue son porte-étendard.

 

Thierry BRET

 

 

Le concept ne peut que séduire le milieu entrepreneurial. S’appuyant sur un cycle pédagogique dont le parcours devrait durer entre dix et douze mois, il permettra de mieux s’imprégner de cette phase constructive, devant amener les décideurs économiques à passer à une logique de limitation, voire de neutralisation des impacts négatifs de leur activité sur l’environnement. Adhérer à un tel dispositif, la Convention des Entreprises pour le Climat en Bourgogne Franche-Comté, s’effectue sur la base du volontariat et de l’engagement. Soixante dirigeants et leur cadre RSE devraient franchir le pas…

 

SAINT-BRIS-LE-VINEUX : Le CEC prend date en 2023 avec les acteurs des milieux économiques de notre territoire. En mars, plus précisément. Au-delà des symboles propres à l’émergence du printemps et de la renaissance de la végétation, la période semble être idéale pour lancer dans le grand bain les sessions thématiques qui composeront ce cycle formatif très particulier.

Comment en effet, au vu de l’urgence climatique, basculer d’un modèle d’entreprise traditionnelle et consommateur d’énergie à un modèle ultra vertueux, voire régénératif, d’ici 2030 ? D’un modèle qui aurait une influence positive sur les écosystèmes et la société ?  

N’est pas Harry POTTER qui veut ! Car, de prime abord, les baguettes magiques de sorcier – celles qui peuvent transformer le sens profond de notre univers - n’existent que dans l’imaginaire débridé de l’auteure JK ROWLINGS !

 

Plus de 150 entreprises déjà réunies au niveau national…

 

Pourtant, beaucoup en rêvent. Construire un nouveau modèle économique respectueux du vivant et le concrétiser par autant de feuilles de routes formelles et opérationnelles, porteuses de projets devant transformer durablement le territoire en le réconciliant avec l’écologie, l’économie, le social et l’humain.

Impossible n’est pas français, disait Robert LAMOUREUX ! Il suffit de se référer au contenu dévoilé par la Convention des Entreprises pour le Climat pour bien comprendre que les choses sont envisageables, sous le sceau de l’engagement et de la volonté.

Un CEC qui a déjà réuni, au niveau national, plus de 150 entreprises – et non des moindres – mobilisées au service de cette initiative novatrice en faveur de la protection de l’environnement. Pôle Emploi, BOUYGUES, ORPEA, mais aussi HEINEKEN, pour ne citer qu’elles se sont déjà engagées dans ce protocole spécifique.   

Ce dernier se décompose en séances de travail, assurées en présentiel mais aussi en modules webinaires. Des cours, proposés par des experts, offrant les connaissances d’une méthodologie adaptée à la problématique. Une illustration parfaite de l’intelligence collective qui est mise en œuvre au nom du bien commun.

 

 

Rassembler une soixantaine de chefs d’entreprise et leur responsable RSE…

 

Afin de créer davantage de coopérations entre tous ces différents acteurs pour faciliter le retour à un écosystème sain et durable.

Louable, cette convention de partenariat multipartite est aujourd’hui encouragée par bon nombre de références institutionnelles. Sur notre territoire, elles se nomment BPI France, ADEME, MEDEF, Office Français de la Biodiversité, Mouvement Impact France mais aussi la Région, les chambres consulaires (CCI et CMA), l’Agence Economique Régionale (AER), etc.

Avec le concours de ces acteurs institutionnels, la CEC Bourgogne Franche-Comté a pour ambition de fédérer une soixantaine d’entrepreneurs et leur responsable de la RSE – un véritable binôme - autour de ce parcours de transformation unique favorisant le retour en grâce des écosystèmes. Réduire les pollutions ou la consommation de ressources ne suffit plus : il faut s’attaquer à tout autre chose désormais, se réinventer de manière à être résilient et maximiser des externalités positives sur la nature et les hommes.

 

En savoir plus :

Pour tout renseignement sur la CEC, un contact, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou 0679.62.68.37.

 

Thierry BRET

 

 

 

La consolidation de la coopérative agricole régionale se poursuit sur le territoire avec l’acquisition de l’enseigne PHYTO Service. Présente au travers de ses silos sur plusieurs départements de la Bourgogne Franche-Comté (Côte d’Or, Yonne) mais aussi au sud de l’Ile-de-France (Seine-et-Marne), 110 Bourgogne accentue son positionnement sur le Middle Yonne en reprenant cette structure, implantée à Chablis.

 

CHABLIS : PHYTO Service intègre désormais le giron de la coopérative régionale 110 Bourgogne. Ainsi en a décidé le conseil d’administration de l’entité régionale – celle-ci sera en assemblée générale le 09 décembre au parc des expositions auxerrois -.

Cette acquisition s’explique par l’opportunité pour le groupe multirégional de pouvoir ajouter à son escarcelle ce magasin que bon nombre d’utilisateurs de la filière viticole connaissent bien.

L’apport de cette infrastructure enrichira le développement de l’une des filiales de la coopérative, 110 Vigne. Voire de manière plus élargie de celui du groupe.

Permises par ce rachat, les opportunités de développement concerneront tous les domaines d’activité de 110 Bourgogne, à savoir la nutrition et la protection de la vigne, le palissage, les emballages, le laboratoire d’œnologie, ainsi que de nouvelles activités qui ont été mises en œuvre depuis quelques mois sur le site de Chablis.

 

Thierry BRET

 

 

Quinze ans. Un sacré bail, convenez-en. C’est la période durant laquelle la commission des femmes de l’artisanat de l’Yonne s’est retrouvée en vacance totale d’une présidente. La faute serait-elle imputable à l’absence d’éventuelles candidates ? Par souci de motivation ? Pourtant, la place de la gent féminine au sein de la corporation n’est plus à démontrer. Surtout au sein de la CAPEB où le statut de conjoint collaborateur y a pris ses origines…

 

AUXERRE: Il est content, le président de la CAPEB départementale. Jean-Pierre RICHARD a enfin trouvé son alter ego (ou presque) en mode féminin depuis la nomination de Sarah DEGLIAME-PELHATE à la tête de la commission féminine de l’institution. Plus exactement, la commission des femmes de l’artisanat de l’Yonne.

Elue depuis peu à ce poste, Sarah DEGLIAME-PELHATE, elle-même cheffe d’entreprise qui exerce son savoir-faire dans le bâtiment – elle fut autrefois engagée en politique en qualité d’adjointe à la municipalité d’Auxerre – apportera un regard constructif et novateur sur la fonction.

 

 

Son élection lui permet également d’intégrer le conseil d’administration de la CAPEB (confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment). Seule candidate à se présenter, l’entrepreneuse sera épaulée par Séverine VALLET. Cette dernière occupera en effet la fonction de secrétaire.

 

Thierry BRET

 

 

 

 

Page 1 sur 844

Articles

Bannière droite accueil