Le département de l’Yonne y présentait cinquante-trois échantillons. Sur un total de 180 spécimens. Grand bien lui fasse ! Le territoire le plus septentrional de Bourgogne s’est vu récompenser de vingt-et-une médailles dont sept en or, six en argent et huit en bronze. Saluant la tradition fromagère fermière de l’Yonne, lors du Concours régional organisé dans la Nièvre le week-end dernier…

 

MAGNY-COURS (Nièvre) : Les amateurs le savent pertinemment : les fromages fermiers produits dans l’Yonne sont de belle facture et plutôt goûteux ! Preuve en a été encore donnée le week-end dernier à l’occasion du Concours régional, proposé dans le cadre du Salon du Bien-être près de Nevers.

30 % des échantillons présentés au palais expert des membres du jury de cette édition 2022 étaient issus de notre département ! L’Yonne s’est distinguée en glanant une vingtaine de médailles dont sept en or.

Au total, ce sont dix-huit producteurs de fromages icaunais qui ont eu la satisfaction de participer à cette épreuve qui permit à treize d’entre eux de toucher le jackpot de la distinction. Précisons que sur les vingt-et-une médailles, douze ont été attribuées aux fromages de chèvre, sept aux fromages de vache et deux aux fromages de brebis.

 

 

En savoir plus :

 

Les lauréats de cette édition :

 

Médaille Or

 

EARL Chevrette et Grenouillette, fromage lactique de chèvre mi sec

La P’tit Chèvre de Bernouil, fromage lactique de chèvre affiné,

Ferme de la Pierre qui vire, lactique de vache mi sec,

GAEC BOUTAUT, lactique de vache mi sec,

Ferme de la Pierre qui vire, pâte pressée de vache,

TRIMOULINARD Pauline, cabrache,

GAEC LECLERE, Soumaintrain.

 

Médaille Argent

 

GAEC DESMOUTIERS BRETON, Vézelay

EARL LES MONTANTS, Vézelay,

La Ferme d’Ultéria, fromage lactique de chèvre mi sec,

Missa Capri, fromages de chèvre cendrés,

SCEA Elevage de Crètes, fromage de chèvre cendré,

GAEC de Champbeaublé, lactique de vache mi sec.

 

Médaille bronze

 

La Ferme d’Ultéria, Vézelay,

Missa Capri, fromage lactique de chèvre mi sec,

La Ferme d’Ultéria, fromage lactique de chèvre affiné,

EARL Les MONTANTS, Fromage de chèvre cendré,

SCEA Elevage des Crètes, fromage de chèvre cendré,

GAEC BOUTAUT, Lactique de vache frais salé de moins de trois jours,

La Bergerie des Sources, lactique de brebis,

GAEC LECLERE, Soumaintrain.

 

Thierry BRET

 

Intérieurement, il ne peut que jubiler, le président de « Toucy Animations » Christian VIAULT. Renouer avec une tradition séculaire, cette foire exposition artisanale et commerciale qui puise ses origines les plus lointaines à l’époque moyenâgeuse, lui fait chaud au cœur ! Surtout après ces deux années de mise à l’écart du calendrier, imputable à cette satanée pandémie dont la planète a encore du mal à voir le bout du tunnel. La 46ème édition de ce rendez-vous perpétue l’esprit de la manifestation : le bien-vivre et la découverte…

 

TOUCY : Trois ans, déjà ! Une absence bien trop longue pour les suiveurs de cet évènement à la vocation populaire. Un de ces rendez-vous incontournable que l’on biffe sur n’importe quel agenda. A l’instar du fameux « Beau Marché », la foire exposition artisanale et commerciale de la ville phare de Puisaye possède ses aficionados qui ne manqueraient pour rien au monde sa visite plus que de courtoisie. Histoire de deviser sur le temps qui s’égrène, de rencontrer les forces vives de l’économie commerçante de ce secteur géographique à potentialité, de retrouver aussi des visages connus et de vieilles connaissances autour d’une charcuterie à déguster, accompagné de son petit verre de vin. Bref : un rendez-vous à vivre en famille ou entre amis qui remet du vague à l’âme, surtout après la morne période traversée avec cette COVID-19 !

 

Un aéropage de personnalités pour renouer avec la tradition…

 

Une excellente thérapie de groupe, en somme, qu’ont pu vivre les représentants de la classe politique et institutionnelle du territoire lors de l’inauguration officielle de cette animation. Pas une de ces personnalités ne s’est fait porter pâle sous le coup des dix heures, ce jeudi 06 octobre, afin de participer à la fameuse inauguration, accueillie comme il se devait Place des Frères Genet. Un instant solennel qui cumulait les temps forts, cette année, avec la découverte, non loin de là, de l’antenne de la Mission Locale et celle, à côté, de la Maison France Services. Du « trois en un » très appréciable qui démontre que les choses ne cessent de bouger positivement à Toucy !

On remarquera un plateau de choix parmi ces invités. Preuve s’il en est que dans les agendas surchargés de ces porte-voix de l’attractivité icaunaise, la foire exposition de Toucy conserve toute son aura. Même après trois années passées dans la case perte et profit !

L’ancien ministre en charge du Tourisme et des PME/PMI de retour au Sénat, Jean-Baptiste LEMOYNE, détendu et souriant, était de la partie. Il le confiera en aparté : il n’aurait voulu manquer ce rendez-vous inscrit sur ses tablettes depuis longtemps.

De même, la sous-préfète de l’Yonne, Naïma RAMALINGOM, découvrira avec grand intérêt cette illustration évènementielle locale de la vie artisanale et commerciale de la Puisaye.

 

 

 

Bien sûr, il y avait aussi les fidèles de ce rendez-vous, habitués à couper le ruban tricolore devant donner le top départ de cette manifestation s’étalant sur quatre journées depuis le jeudi jusqu’au dimanche.

On peut citer le président de la Communauté de communes de Puisaye-Forterre Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI, son collègue du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, Gilles DEMERSSEMAN, la conseillère départementale de l’Yonne Irène EULRIET, son homologue Gilles ABRY, etc.

Mention spéciale à Michel KOTOVCHIKHINE, l’édile de Toucy, qui mena les opérations de découverte de ce site d’exposition en sa qualité de force accueillante, aux côtés du président de Toucy Animations Christian VIAULT, avec un réel enthousiasme. Enfin, nouvel impétrant parmi cet aéropage de personnalités, le député de la circonscription ayant succédé à Guillaume LARRIVE, soit le représentant du Rassemblement National Daniel GRENON. Régional de l’étape – le parlementaire a officié en qualité de commerçant durant de longues années dans la cité de Puisaye – prit soin de découper méthodiquement le ruban tricolore inaugural, avant de restituer la paire de ciseaux.

 

 

Un budget de près de 50 000 euros mais l’évènement de l’année pour Toucy Animations…

 

Puis, le cortège s’ébranlera lentement, de manière quelque peu désordonné, depuis le parvis de la rotonde jusqu’à l’intérieur de celle-ci, cheminant lentement au gré des stands et des contacts relationnels avec les exposants. Du pôle automobile placé à l’extérieur en pénétrant ensuite sous l’immense chapiteau qui accueillait la quarantaine de professionnels, répartis dans divers univers.

Les officiels y remarqueront les adhérents de l’Association des artisans d’art de l’Yonne (une petite vingtaine), placés à l’entrée de la rotonde, avant de s’immerger vers le pôle gastronomique et restauration. Un espace de convergence agréable pour les gourmands et les gourmets !

 

 

Comme à l’accoutumée, la foire fait aussi la part belle aux acteurs de l’ameublement, de la transition énergétique, de l’habitat, de l’isolation, des vêtements, des produits de bouche – le public a eu l’occasion de se délecter de nectars du cru, de chocolats, voire de produits effervescents…- ; autant d’items devenus référentiels pour ce type de manifestations, comme ce fut le cas il y a peu au parc des expositions d’Auxerre qui accueillait la foire automnale.

Même si le nombre d’exposants est légèrement en baisse par rapport à la dernière édition datant de 2019 (les résultantes de l’après-COVID qui pénalisent aujourd’hui la plupart des manifestations publiques), Christian VIAULT estime que ce rendez-vous conserve tout son rayonnement en Puisaye-Forterre, voire au-delà. Un concept qui a nécessité un budget de près de 50 000 euros et qui représente la plus importante des réalisations de Toucy Animations à l’année.

 

Thierry BRET

 

 

 

 

 

 

Mois d’octobre particulièrement chargé pour le mouvement des incubateurs citoyens de l’Yonne ! Entre assemblée générale statutaire et soirée de remerciements après le succès de la Convention nationale de juin, les membres de la « Jeune Chambre Economique » d’Auxerre, en partenariat avec le bar « L’Essentiel », convieront le public à une nouvelle manifestation résolument festive, autour de la bière le mercredi 12 octobre prochain.   

 

AUXERRE : On les savait passionnés de vins. Les voilà qui sont férus de bières, désormais ! Toutes les boissons seraient-elles donc devenues un judicieux prétexte à de joyeuses retrouvailles afin de nouer des liens et développer des échanges promotionnels à vocation touristique pour les membres de la JCE d’Auxerre ?

En tout cas, après le lancement du premier de ces rendez-vous, en avril dernier où les nectars de la brasserie artisanale MADDAM de Chablis connurent un véritable succès populaire, les membres de la Jeune Chambre Economique remettent le couvert, en accointance avec le bar « L’Essentiel » qui se fera un plaisir de recevoir le mercredi 12 octobre un nouvel épisode de cette animation.

Un rendez-vous qui porte le nom très évocateur de « BIERECREDI », la contraction des mots bière et mercredi, facilement compréhensible de tous !

 

 

Un coup de projecteur sur la vingtaine de producteurs de l’Yonne…

 

Rappel du principe : il s’agit d’un évènementiel qui a pour vocation chaque deuxième mercredi du mois de faire découvrir une brasserie différente aux Icaunais, sachant que notre territoire en recense officiellement près d’une vingtaine, dix-sept selon les dernières statistiques.

Toutes les brasseries de l’Yonne auront donc la faculté de pouvoir se faire connaître du grand public et de proposer des séances de dégustation autour de leurs produits 100 % locaux. Une excellente initiative au moment où éclosent de plus en plus des salons consacrés aux bières artisanales concoctées sur notre département.

Peut-être en sera-t-il également question de ces fameuses bières lors de la soirée de remerciements à destination des membres, mais aussi des partenaires et des élus proposée le lundi 10 octobre après le succès de la Convention nationale ? Ou lors de l’assemblée générale de la structure dans son nouveau local, accueilli au siège de la Fédération française du Bâtiment de l’Yonne, rue de l’Ocrerie, le mardi 11 octobre ?

Toujours est-il que la première quinzaine de ce mois automnal sera placée sous le signe dynamique de la Jeune Chambre Economique dans la capitale de l’Yonne. Vivifiant pour notre jeunesse, non ?

 

Thierry BRET

 

 

Obligatoire, la pause « sanitaire » aura duré in fine beaucoup plus longtemps que prévue. Longue de deux années. Avec la mise au placard (certes, temporaire) de l’un des évènements les plus suivis d’ordinaire par les représentants des collectivités locales. L’une des raisons d’être du SDEY, à savoir les « Assises de l’Energie ». Il aura fallu s’armer de patience pour renouer avec ce fil d’Ariane de l’information technologique, concocté par le Syndicat départemental d’Energies de l’Yonne. La prochaine échéance est pour bientôt : le 13 octobre à Monéteau…

 

AUXERRE : C’est presque un « ouf » de soulagement. L’un de ceux que l’on exprime avec bon cœur quand on veut faire table rase sur une série de contraintes qui aura perturbé durablement un calendrier. Deux ans sans pouvoir réunir les élus des collectivités locales de l’Yonne. Un comble ! Surtout lorsque les affres de la crise des énergies se sont montrées particulièrement virulentes autour de nous et ont totalement brassé les cartes de leur consommation !

C’est que depuis le dernier exercice, organisé au même endroit mais au printemps 2019, il s’en est tellement passé des choses ! Entre les multiples effets à rebondissement de la crise sanitaire qui n’en finissait pas et l’éclatement d’une guerre d’une rare intensité sur le sol européen, devant impacté le volet énergétique de la planète, il n’y a en fait que l’embarras du choix.

Alors, que ces retrouvailles proposées par le SDEY le jeudi 13 octobre prochain s’interrogent aux « solutions à adopter par les communes pour faire face à la crise des énergies », cela semble dans la logique parfaite des choses. Plus que jamais, l’heure est à la sobriété énergétique ! Et dans ce domaine, côté préconisations et idées, le SDEY possède des atouts, déjà éprouvés, dans sa besace, en ne restant pas les deux pieds dans le même sabot.

 

Un bel outil pour épauler les collectivités dans leur mue énergétique…

 

Ces « Assises de l’Energie », nouvelle mouture, vont donc nous le rappeler à bien des égards : le territoire de l’Yonne dispose avec cet organisme institutionnel d’un bien bel outil pour épauler les collectivités dans leur quête de réductions drastiques de leurs économies d’énergies. Et après ces deux saisons de pause, les élus auront tôt faire de reprendre leurs automatismes pour mieux réfléchir à la question.

Il incombera à Jean-Noël LOURY, vice-président national de la FNCCR (Fédération nationale des Collectivités Concédantes et Régies) d’ouvrir les travaux. D’une part, en sa qualité de référent à l’innovation. D’autre part, comme président de la commission des « smarts grids », c’est-à-dire les réseaux électriques intelligents qui favorisent la circulation d’informations entre les fournisseurs et les consommateurs. Une intervention d’une quinzaine de minutes qui lui permettra de brosser le panorama exhaustif de cette actualité que l’on imagine fort riche sur le sujet.

Puis, selon le protocole organisationnel habituel se succèderont différentes tables rondes sur l’estrade du SKENET’EAU. Avec son lot de spécialistes et experts ! On y évoquera la crise énergétique. On y abordera les solutions existantes pour les collectivités, via les énergies renouvelables. Avec, pour les collectivités qui ne peuvent obtenir des tarifs réglementés de vente, une des préconisations dans l’air du temps : le groupement d’achat.

 

 

  

Un panorama éclectique de solutions pour l’avenir…  

 

On y discutera de rénovation des bâtiments communaux. Précisément, sur ce volet, il faut savoir que le service conseil en énergie partagé du SDEY accompagne les élus pour y voir plus clair dans les choix techniques, mais aussi organisationnels et financiers. Autre aspect qui ne manquera pas de capter l’attention de l’assistance : l’autoconsommation et la revente d’énergie. Sachant que les collectivités ont la possibilité désormais de produire de l’énergie pour leurs propres bâtiments et de revendre le surplus. Mais, les élus de l’Yonne en connaissent-ils vraiment toutes les modalités ?

Quant aux projets déclinés par le Syndicat départemental d’Energies de l’Yonne, ils seront explicités par différents porte-parole de l’organisme. Le solaire, d’une part, tiendra la dragée haute de ces interventions puisque le SDEY va conduire un projet novateur en matière d’autoconsommation collective mettant en lien ses consommations (bâtiments, bornes de recharge de véhicules électriques, mâts d’éclairage…) et sa production (installation photovoltaïque sur toitures et ombrières). Puis, on s’intéressera aux bornes de recharge bidirectionnelles, pouvant consommer de l’électricité pour recharger les automobiles mais également réinjecter de l’électricité stockée dans la batterie du véhicule.

Forcément, le volet des éoliennes et de la méthanisation figurera au programme de cette journée intense en réflexions. Deux projets ont d’ailleurs trouvé grâce aux yeux des organisateurs de ces « Assises » : le fameux parc éolien des Hauts de l’Armançon (ndlr : plusieurs articles ont été consacrés à l’avancée de ce dossier porté par WPD) et le projet de méthanisation de Pont-sur-Vanne, porté par un collectif d’agriculteurs en filière biologique.

 

L’hydrogène, une énergie pouvant être une alternative crédible…

 

Enfin, le bois énergie, le solaire photovoltaïque et le solaire thermique constitueront un autre exemple de ces énergies renouvelables usitées pour le chauffage, la production d’électricité ou celle de l’eau chaude sanitaire sur lesquelles se pencheront les congressistes.

La conclusion de ces « Assises 2022 » ne pourra ignorer l’hydrogène, une énergie d’avenir sur laquelle a misé le bassin de l’Auxerrois. Une énergie qui paraît être une alternative crédible et qui pourrait à horizon 2024 permettre à 120 000 véhicules, majoritairement utilitaires, poids lourds, cars et bus, de circuler librement dans l’Hexagone. A l’aide de 250 stations qui pourraient y être installées.

Les élus de l’Yonne disposeront avec ces « Assises » de solides bases de renseignements. L’avenir énergétique est face à eux, c’est sûr !

 

Thierry BRET

 

Elle ne reste pas inactive et les deux pieds dans le même sabot, l’ancienne députée de la troisième circonscription de l’Yonne ! Ecartée de la vie politique après sa défaite au second tour des législatives en juin dernier, la revoici qui revient sous le feu des projecteurs par le biais de la valorisation des produits du terroir icaunais. En ambassadrice du « Grand Repas », opération promotionnelle pour la gastronomie qui se renouvellera le 20 octobre sur notre territoire…

 

MAGNY : Elle ne chôme pas, l’ex-députée du Sénonais à l’estampille du MoDem depuis son revers aux dernières élections législatives ! La voilà qui fait son grand retour sur le devant de la scène, en égérie de la cause alimentaire de qualité, soutenant au passage toutes les initiatives évènementielles qui mettent en exergue la valorisation des producteurs de notre terroir.

Présente il y a quelques jours sur l’exploitation agricole créée en 1997 par les deux frères GUYARD (Arnaud et Pierre-Olivier), le GAEC des TEILLATS dans l’Avallonnais, l’ancienne parlementaire a tenu à rappeler son engagement pour la cause de l’alimentation qualitative.

Une cause à laquelle elle s’était déjà intéressée lors de son précédent mandat, instigatrice d’une manifestation qu’elle a su porter sur les fonts baptismaux dans sa circonscription : « le Grand Repas ».

Invitée par la Fédération départementale des Syndicats d’exploitants agricoles de l’Yonne (FDSEA), l’UMIH (Union des métiers de l’industrie hôtelière) et du groupe METRO, Michèle CROUZET a donc traversé le département icaunais de part en part pour assister au lancement officiel de la « Charte Origine France », à travers une rencontre explicative au cœur d’une exploitation agricole. L’objectif de ce rendez-vous, comme devait le préciser Philippe BULANT, directeur de l’antenne auxerroise de « METRO » étant de « réunir tous les acteurs de la production agricole, mais aussi des fournisseurs PME ainsi que des représentants de la restauration indépendante ». Des échanges constructifs devant permettre après coup d’initier des actions concrètes et partenariales visant à assurer la promotion des productions du terroir.

 

 

Un « Grand Repas » accueilli le 20 octobre au « Rive Gauche » de Jérôme JOUBERT…

 

 

Entre la visite de l’élevage de bovins et d’ovins de race Charolais, Michèle CROUZET profita de l’opportunité pour évoquer la fameuse opération du « Grand Repas », celle-ci devant être accueillie cette année au « Rive Gauche » de Joigny, chez le chef Jérôme JOUBERT, présent également lors de cette immersion en terre avallonnaise.

« On essaie de travailler ensemble, souligna l’ex-politique de Sens, pour rechercher les meilleurs producteurs locaux et les meilleures façons dont sont produits nos aliments… ».

Une démarche qui se traduit dans les faits par une étroite collaboration sur le terrain avec le groupe METRO qui assure un florilège d’évènementiels au cours de la saison dans cette direction. Et dont on appréciera les effets gustatifs à l’occasion de ce « Grand Repas », seconde édition, qui sera décliné à Joigny le 20 octobre. Pour mémoire, c’est Jean-Michel LORAIN (« La Côte Saint-Jacques ») qui avait initié ce parrainage en 2021.

Une opération qui verra le concours constructif de l’UMIH 89, mais aussi des groupes de restauration comme ELITE ou HAPPY.  

Quant au repas, il est déjà élaboré pour s’assurer qu’il puisse être décliné ce jour-là dans les restaurants des collectivités, les établissements scolaires et les EHPAD. Mais, on n’en sera pas davantage pour l’heure sur les ingrédients ayant été choisis !

 

 

 

Dépasser les 16 000 repas servis avec la nouvelle édition…

 

 

L’année dernière, ce sont plus de 16 000 repas qui furent servis lors de cette animation à vocation initiatique autour d’un menu où la lentille de l’Yonne tenait la dragée haute dans l’assiette à la joue de bœuf.

Redécouvrir les produits locaux tout en faisant usage de pédagogie est l’un des objectifs pertinents de cette opération populaire. D’autant que les producteurs du cru peuvent également se faire connaître des professionnels de la restauration.

Poursuivant ses missions dans le domaine de l’alimentaire, Michèle CROUZET avoue se passionner de plus en plus pour ces thèmes de société fondamentaux. Présente à l’assemblée générale de « Bleu Blanc Cœur », il y a quelques jours à Paris, la Sénonaise a eu l’occasion d’échanger avec Guillaume GOMEZ, fondateur et président du club très restreint des « Cuisiniers de la République », les chefs qui ont su tirer les marrons du feu par des prouesses culinaires élyséennes ! Michèle CROUZET a donc de l’appétit sur le sujet et le fait savoir !

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil