A fleuret moucheté, ce disciple de Bacchus, fervent admirateur de la bonne chère et de la large soif, aura distillé pendant huit années de réels plaisirs radiophoniques partagés vers le plus grand nombre son style inimitable, ses passions culinaires et ses commentaires gouleyants qui ont fait les grandes heures de France Bleu Auxerre. Un clap de fin radiophonique avant de nouvelles aventures numériques ?

 

SENS : Dans la boîte, l’ultime prise de son de la fameuse émission radiophonique, « Ici c’est l’Yonne », avec l’un de ses animateurs vedette ! Le lieu est prestigieux, limite mythique pour les adorateurs de la cuisine raffinée, façon succulence garantie au fond de l’assiette.

Pour son dernier rendez-vous avec ses chers auditeurs qui le suivent fidèles de manière hebdomadaire depuis si longtemps, le chroniqueur gastronomique Gauthier PAJONA a choisi de poser son micro à « La Côte Saint-Jacques ».

Cette antépénultième chronique, le roi de l’anecdote gastronomique, va la consacrer à l’un des maîtres de l’art culinaire à la française, le regretté Michel LORAIN. Dont son fils, Jean-Michel, qui a repris les rênes de ce vaisseau amiral de belle facture a hérité la passion et le don.

L’émission sera diffusée le 15 janvier prochain, dans sa tranche habituelle. Entre dix et onze heures. Avant de passer à table après s’être sacrifié avec délectation au rite de l’apéritif !

Une belle façon de commencer l’an nouveau. Une dernière pirouette pour dire adieu à cette voix passionnée et inimitable qui accompagnait les auditeurs de la station du service public depuis des lustres.

 

 

Une aventure radiophonique pour évoquer les produits du terroir…

 

Gauthier PAJONA qui appréciait les joies du direct sur le terrain au plus près des grandes toques de ce territoire et des plus obscurs mais tout aussi talentueux as de la gastronomie rend son tablier. Une séparation à l’amiable parce que l’émission dont il aura été le héraut durant huit années sera désormais enregistrée en studio. Loin, très loin des pianos et autres fourneaux des chefs à la dextérité si experte !

C’est cela qu’il adorait par-dessus tout cet amoureux de l’excellence culinaire, faire des directs en studio ou dans les cuisines regorgeant de victuailles de ses amis, membres de l’Académie culinaire de France, de l’Amicale des Cuisiniers de l’Yonne, des disciples d’Escoffier, ou portés au firmament de la célébrité puisque étoilés au Michelin.

 

 

Que ce soit avec Nathalie RIVAUD (une perle rare de l’animation radiophonique pour composer ce binôme anachronique qui se complétait à merveille pendant six ans) ou avec Catherine MARCHESIN, l’ami Gauthier que tous les amoureux de la table ont eu l’heureuse opportunité de croiser au moins une fois dans leur existence dans un restaurant ou un estaminet dans l’Yonne, vivait cette aventure sur les ondes comme un poisson dans l’eau. Logique pour ce grand amateur de noix de Saint-Jacques et de crustacés !

 

 

Une page se termine, une autre va s’ouvrir…

 

Pourvu d’une silhouette reconnaissable parmi mille, affublé de son éternelle coiffe, chapeau ou casquette selon les conditions météo, qui lui donnait des airs de turfistes à la Michel AUDIARD se rendant au « Gentleman d’Epson », Gauthier PAJONA restera le symbole flamboyant de l’art de vivre démystifié et vulgarisé pour le commun des mortels dans notre région. Un esthète se donnant tout entier aux auditeurs de l’Yonne à qui il aimait donner la parole lors de ses directs.

Que ce soit sur les nombreuses foires de Sens où il a animé des émissions ou dans le cadre dantesque des cérémonies vineuses telles que les Saint-Vincent bourguignonnes, à Irancy en 2016 ou à Vézelay quatre ans plus tard, ce personnage haut en couleur, truculent dans le choix de ses mots et d’une fidèle amitié (loyauté aussi) a pu exercer ses talents aux côtés de Jean-Luc PETITRENAUD, que l’on en présente plus.

Gourmand et gourmet à la fois, as des as de la cuisine à titre personnel, amateur émérite de grands crus, dénicheurs de petits producteurs du cru : Gauthier PAJONA a donc choisi de couper le son de son micro de manière définitive le 07 décembre.

Une page de sa vie journalistique se termine avec un pincement au cœur. Une autre se profile déjà dans l’univers de la presse en ligne…On en savoure d’avance l'idée !

 

Thierry BRET

 

La fête aura finalement tourné court pour la coopérative agricole et ses responsables. Ces derniers se faisaient un malin plaisir de se retrouver ce vendredi 10 décembre à l’occasion de la traditionnelle assemblée générale accueillie dans l’enceinte du parc des expositions à Auxerre. Un revers brutal et soudain, imputable au contexte sanitaire du moment de plus en plus tendu…

 

AUXERRE: L’annulation soudaine de l’assemblée générale de la coopérative 110 Bourgogne replonge les mémoires des observateurs attentifs aux plus mauvais moments de la crise sanitaire. Le contexte actuel, avec la propagation exponentielle des nouveaux variants de coronavirus nous renvoie quelques mois en arrière. Au moment précis où s’annulaient en cascade toutes les manifestations, inscrites au calendrier.

Ce n’est donc pas de gaité de cœur que le président de la coopérative agricole régionale, Gérard DELAGNEAU, entérinait cette décision inextricable compte tenu de l’environnement ambiant.

Prévu ce vendredi 10 décembre à AUXERREXPO et devant accueillir plusieurs centaines de participants, l’évènement a été purement retiré de l’agenda. Un immense regret pour le toujours dynamique président qui s’est fait écho de cette annulation dans un bref et lapidaire message numérique adressé à l’ensemble des représentants de la filière agricole.

Gérard DELAGNEAU devait profiter de cette ultime séance de retrouvailles de l’année pour y fêter le terme de sa présidence. Un léger répit pour l’intéressé qui promet la tenue d’une réunion publique à programmer à une date ultérieure. Une fois que les conditions sanitaires le permettront. Le seul et unique rayon de soleil, finalement, qui permet au président de 110 Bourgogne de continuer à garder le cap en attendant des jours meilleurs !

 

Thierry BRET

 

L’enveloppe financière, validée par les élus de la Région Bourgogne Franche-Comté lors de la commission permanente ce vendredi 19 novembre, est conséquente. Elle se monte à 1,11 million d’euros. Un coup de boutoir supplémentaire pour encourager les producteurs locaux à développer la commercialisation de leurs produits en circuit court…

 

DIJON (Côte d’Or): Vingt-trois professionnels de la filière agricole de notre contrée doivent avoir le sourire ce samedi matin. En effet, les conseillers régionaux, réunis en commission permanente la veille, ont adopté le principe d’une rallonge budgétaire afin de soutenir la commercialisation en vente directe des productions locales.

Soit un total d’1,11 million d’euros délivré dans le cadre du PAIR, le Plan d’Accélération de l’Investissement Régional.

Depuis le début de l’année, ce sont in fine 94 dossiers qui ont été ainsi soutenus par les aides de l’exécutif de Bourgogne Franche-Comté. Plus de 3,7 millions d’euros de subsides visant à favoriser le renforcement des circuits courts, aptes à écouler plus facilement les productions agricoles de la filière.

Une stratégie que la Région encourage vivement depuis plusieurs années et que les consommateurs ont adopté, eux-aussi, avec grand intérêt, soucieux de d’acheter des fruits et légumes du cru. En évitant les intermédiaires.

 

Thierry BRET

 

 

 

L’animation se nomme « TERR’EAUX ». Une astucieuse superposition des termes « terre » et « eaux » ! Il fallait y penser. A l’origine de la manifestation, la Chambre départementale d’Agriculture de l’Yonne convie celles et ceux des professionnels de la filière qui veulent en découvrir davantage sur le partage des résultats de cette commission. Cela est prévu le mardi 16 novembre à Saint-Privé…

 

AUXERRE : L’invitation est lancée. Elle émane de la conseillère Grandes Cultures de la chambre agricole de l’Yonne, Marjorie LAUTIER. Cette dernière convie tous les agriculteurs interpellés par la problématique inhérente à l’eau à assister à cette journée de communication qui sera accueillie chez l’un des leurs, Guillaume RENOUX, dans la commune de Saint-Privé.

Baptisée « TERR’EAUX », cette animation concerne le partage des résultats sur le travail assuré par trois groupes dédiés sur une problématique bien particulière qui affecte les représentants de la filière : la qualité de l’eau.

Dans un contexte où les enjeux de territoire occupent une place prépondérante dans la conscience collective des consommateurs, trois groupes d’agriculteurs se sont donc mobilisés autour de la qualité de l’eau et de la pérennité de leurs exploitations.

Chacun ayant expérimenté et conçu des solutions adéquates pour y répondre. C’est au titre de ce partage et ce retour d’expériences avec l’ensemble de la profession que la chambre départementale invite les professionnels le mardi 16 novembre.

 

Thierry BRET

 

C’est l’une des préoccupations essentielles de notre société de consommation et celles de plusieurs filières professionnelles dont les agriculteurs. L’eau présente-elle des qualités suffisantes à son exploitation et à ses usages ? Pour y répondre, l’Union des Productions Végétales de l’Yonne (UPVY) réalise depuis quatre années des essais agronomiques. Les élus de notre territoire connaîtront les premières conclusions ce mardi…

 

GY L’EVEQUE : Les élus ne seront pas les seuls à écouter avec beaucoup d’intérêt les premiers résultats de ce travail de longue haleine mené depuis quatre ans par les représentants de l’Union des Productions végétales de l’Yonne.

Il consiste à réaliser des essais agronomiques très poussés sur des parcelles qui se situent sur la commune de Piffonds dans la partie septentrionale de notre département.

En avril dernier, les médias furent conviés sur site à assister à une démonstration de ces essais. Qualifiés de très utiles pour disposer d’une photographie précise de la situation. Et surtout dans le but de maintenir les cultures de colza tout en participant à une ressource en eau de qualité pour tous.

Mais, cette fois-ci, il s’agit pour les responsables de l’UPVY de tirer les enseignements liminaires de ces quatre années d’études et d’analyses en présentant aux maires des communes rurales un état des lieux le plus pertinent possible.

Une véritable explication de texte devant susciter nécessairement de nombreuses interrogations parmi l’assistance présente ce mardi 02 novembre après-midi à la salle des fêtes de Gy L’Evêque.

Les représentants de la Chambre départementale d’agriculture de l’Yonne y prendront part à l’instar de plusieurs techniciens agronomes soucieux d’apporter leurs lumières afin d’aider les élus de notre territoire pour y voir plus clair sur le sujet. Limpide comme de l’eau de roche !

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil