Elle ne reste pas inactive et les deux pieds dans le même sabot, l’ancienne députée de la troisième circonscription de l’Yonne ! Ecartée de la vie politique après sa défaite au second tour des législatives en juin dernier, la revoici qui revient sous le feu des projecteurs par le biais de la valorisation des produits du terroir icaunais. En ambassadrice du « Grand Repas », opération promotionnelle pour la gastronomie qui se renouvellera le 20 octobre sur notre territoire…

 

MAGNY : Elle ne chôme pas, l’ex-députée du Sénonais à l’estampille du MoDem depuis son revers aux dernières élections législatives ! La voilà qui fait son grand retour sur le devant de la scène, en égérie de la cause alimentaire de qualité, soutenant au passage toutes les initiatives évènementielles qui mettent en exergue la valorisation des producteurs de notre terroir.

Présente il y a quelques jours sur l’exploitation agricole créée en 1997 par les deux frères GUYARD (Arnaud et Pierre-Olivier), le GAEC des TEILLATS dans l’Avallonnais, l’ancienne parlementaire a tenu à rappeler son engagement pour la cause de l’alimentation qualitative.

Une cause à laquelle elle s’était déjà intéressée lors de son précédent mandat, instigatrice d’une manifestation qu’elle a su porter sur les fonts baptismaux dans sa circonscription : « le Grand Repas ».

Invitée par la Fédération départementale des Syndicats d’exploitants agricoles de l’Yonne (FDSEA), l’UMIH (Union des métiers de l’industrie hôtelière) et du groupe METRO, Michèle CROUZET a donc traversé le département icaunais de part en part pour assister au lancement officiel de la « Charte Origine France », à travers une rencontre explicative au cœur d’une exploitation agricole. L’objectif de ce rendez-vous, comme devait le préciser Philippe BULANT, directeur de l’antenne auxerroise de « METRO » étant de « réunir tous les acteurs de la production agricole, mais aussi des fournisseurs PME ainsi que des représentants de la restauration indépendante ». Des échanges constructifs devant permettre après coup d’initier des actions concrètes et partenariales visant à assurer la promotion des productions du terroir.

 

 

Un « Grand Repas » accueilli le 20 octobre au « Rive Gauche » de Jérôme JOUBERT…

 

 

Entre la visite de l’élevage de bovins et d’ovins de race Charolais, Michèle CROUZET profita de l’opportunité pour évoquer la fameuse opération du « Grand Repas », celle-ci devant être accueillie cette année au « Rive Gauche » de Joigny, chez le chef Jérôme JOUBERT, présent également lors de cette immersion en terre avallonnaise.

« On essaie de travailler ensemble, souligna l’ex-politique de Sens, pour rechercher les meilleurs producteurs locaux et les meilleures façons dont sont produits nos aliments… ».

Une démarche qui se traduit dans les faits par une étroite collaboration sur le terrain avec le groupe METRO qui assure un florilège d’évènementiels au cours de la saison dans cette direction. Et dont on appréciera les effets gustatifs à l’occasion de ce « Grand Repas », seconde édition, qui sera décliné à Joigny le 20 octobre. Pour mémoire, c’est Jean-Michel LORAIN (« La Côte Saint-Jacques ») qui avait initié ce parrainage en 2021.

Une opération qui verra le concours constructif de l’UMIH 89, mais aussi des groupes de restauration comme ELITE ou HAPPY.  

Quant au repas, il est déjà élaboré pour s’assurer qu’il puisse être décliné ce jour-là dans les restaurants des collectivités, les établissements scolaires et les EHPAD. Mais, on n’en sera pas davantage pour l’heure sur les ingrédients ayant été choisis !

 

 

 

Dépasser les 16 000 repas servis avec la nouvelle édition…

 

 

L’année dernière, ce sont plus de 16 000 repas qui furent servis lors de cette animation à vocation initiatique autour d’un menu où la lentille de l’Yonne tenait la dragée haute dans l’assiette à la joue de bœuf.

Redécouvrir les produits locaux tout en faisant usage de pédagogie est l’un des objectifs pertinents de cette opération populaire. D’autant que les producteurs du cru peuvent également se faire connaître des professionnels de la restauration.

Poursuivant ses missions dans le domaine de l’alimentaire, Michèle CROUZET avoue se passionner de plus en plus pour ces thèmes de société fondamentaux. Présente à l’assemblée générale de « Bleu Blanc Cœur », il y a quelques jours à Paris, la Sénonaise a eu l’occasion d’échanger avec Guillaume GOMEZ, fondateur et président du club très restreint des « Cuisiniers de la République », les chefs qui ont su tirer les marrons du feu par des prouesses culinaires élyséennes ! Michèle CROUZET a donc de l’appétit sur le sujet et le fait savoir !

 

Thierry BRET

 

Faudra-t-il un jour pousser les murs du supermarché auxerrois, tant celui-ci a rencontré le succès au terme de son opération promotionnelle,  déclinée mardi soir ? La question peut se poser légitimement après l’évènementiel ayant réuni plus de trois cents invités, venus déguster quelques particularismes de la production vineuse locale qui étaient agrémentés de succulents canapés. Bref, les VIP de l’Auxerrois n’ont pas boudé leur plaisir au moment de ces retrouvailles gourmandes, nous non plus !

 

AUXERRE : S’il y a un endroit où il fallait promener sa silhouette mardi dernier aux alentours de 19h30, c’était bien au supermarché appartenant à l’enseigne ATAC ! A l’occasion de l’ouverture officielle de son antépénultième « Foire aux vins », une véritable institution dans le paysage commercial du cru, ce sont en effet plus de trois cents personnes qui ont ainsi convergé vers le hall d’entrée de la boutique, qui venait à peine de servir ses ultimes clients de la journée.

Un parterre d’invités très cosmopolite avec ses institutionnels, chefs d’entreprise, représentants des milieux associatifs et sportifs, sans aucun doute de bons clients et cerise sur le gâteau, un vaste panel d’acteurs de la vie politique, ancienne et actuelle. Du Rassemblement National au Parti Socialiste, des centristes aux Républicains et divers droite : un patchwork œcuménique parfait !

Bref, que du lourd parmi ces « VIP » qui étaient présents dans le sillage des hôtes de la soirée (les deux Sébastien, CABRAL le directeur du commerce et CAMBUZAT en charge du développement marketing et de la communication), malgré des absences notoires, pour venir déguster quelques échantillons appréciés de cette cuvée événementielle 2022.

 

 

De belles réjouissances au fond du verre…

 

On retiendra justement côté gustatif parmi les blancs à humer et à savourer un « Saint-Bris » du Domaine FELIX & Fils 2020, un Bourgogne « Hautes Côtes » de Nuits datant de 2018 servi par la maison Yves CHALEY et Fils, et une petite gâterie plutôt réjouissante au palais, un « Coteaux du Layon » premier cru Chaume proposé par le Domaine Des BARRES, millésimé 2014 !

Pour les rouges, ce n’était pas mal non plus avec l’illustration goûteuse d’un Epineuil suggéré par le Domaine Gérard CABOT (2019/2020), un Blaye Côte de Bordeaux du Château de la Grange de 2019 et enfin, un pur nectar du terroir local, avec le Domaine FERRARI et l’un de ses Irancy, de la cuvée 2019.

On gardera enfin la note de l’effervescence pour la terme de cette séance œnologique avec un vin du Bugey, le fameux « Cerdon » élaboré à la méthode ancestrale par Daniel BOCCARD.

 

 

    

Un rendez-vous reconduit à l’automne 2023…

 

Renouant ainsi avec une animation traditionnelle suspendue depuis le sinistre épisode de la COVID, les responsables du magasin auxerrois se sont félicités d’une telle affluence. Les gourmands purent aussi se sustenter en avalant les excellents canapés à base de crevettes et de poissons qui garnissaient les plats. Le stand des produits carnés connut aussi son heure de grande fréquentation au cours de cette soirée conviviale. Une soirée devant se réitérer…dès l’automne 2023 !

 

Thierry BRET

 

 

 

 

Que l’on ne se méprenne pas ! La structure associative, initiatrice de la traditionnelle « Fête de la Bière » locale, n’est nullement une filiale brassicole du mouvement politique, créé par l’ancien Premier ministre Edouard PHILIPPE ! Présidée par Yoann TOUPET, elle a juste pour vocation de concocter des évènements festifs dont cette animation où les puristes de bières artisanales se retrouveront avec plaisir…

 

EGRISELLES-LE-BOCAGE : On peut s’appeler « Horizon » et proposer tout autre chose que de la politique ! C’est en substance le message amusé que confie Yoann TOUPET, président de l’association communale, lors de son interview, lui qui représente la cheville ouvrière de la Fête de la Bière, programmée les 10 et 11 septembre prochains !

Une manifestation qui pourrait réunir près d’un millier de personnes si les conditions météorologiques le permettent ce week-end. Ce qui devrait être le cas, en toute logique selon les prévisionnistes.

Avec la présence de six brasseurs du cru, ambassadeurs de cette nouvelle filière de la brasserie artisanale qui fait florès depuis quelques années sur notre territoire, l’évènement accueillera aussi une partie musicale. Notamment avec la venue du groupe KALFFA vendredi soir.

Une fête de la bière qui, on le comprend, n’engendrera pas la morosité ni l’amitié durant ces deux jours de dégustation avec de la découverte et de la curiosité au fond du verre. Avec modération, il va de soi !

Quant au prochain évènement de l’association, il est déjà dans la boîte avec un concert de métal proposé au « Bar’Ouf’Café » de Collemiers le 29 octobre. Réservable de suite…

 

 

En savoir plus :

 

Fête de la Bière à Egriselles-le-Bocage

09 et 10 septembre 2022

Stade

Restauration sur place par les restaurants du village

Bières artisanales proposées par CRAZY HOPS, LA VAUGERMAINE, FAYYAR, HOUBLONS d’EXCEPTION, THIBORD.

Concert du groupe KALFFA le vendredi à 20 heures.

Deux concerts le samedi soir à 19 heures.

Entrée gratuite.

 

Thierry BRET

 

 

Jusqu'au début du siècle, Saint-Florentin compta une table réputée, et même étoilée au Michelin. On venait de loin pour s'attabler à « La Grande Chaumière » où le chef BONVALOT et sa brigade régalaient leurs convives de soufflé de brochet au Chablis, de ris d'agneau au Soumaintrain et autres noisettes d'agneau en meurette. Oui mais ça, c'était avant !

 

SAINT-FLORENTIN : Retour en 2022, le long de l'Armance ! L'endroit fut longtemps fermé. Cette guinguette lui a redonné vie voici quelques années. Poussons-en la porte, et attablons-nous ! La salle est lumineuse. Elle domine le cours d'eau vaguement à sec en cette période estivale, ainsi qu'un verdoyant verger qui aurait bien besoin d'être fauché !

J'arrive laborieusement à me faire expliquer l'apéritif : va pour le punch planteur, rafraîchissant et assaisonné.

 

 

Le tarama truffé est remplacé par de l’avocat !

 

En entrée, je choisis cinq escargots de la ferme de Vosnon, le saumon fumé du « Borvo » et le tarama à la truffe. L'entrée arrive sans le pain, ni le vin, pourtant commandé. 

Une fois que tout est remis en ordre, je constate que le tarama truffé a été remplacé par de l'avocat ! Point de pic à escargot, je me débrouille donc avec le manche de ma petite cuillère pour extraire de la coquille le gastéropode ! Quant au saumon, il est quelconque : j'ai connu meilleur au  « Borvo » ! Là, on dirait un « machin » de premier prix, sorti tout droit de sa pochette en plastoc…

 

 

 

Un étonnant vin blanc du Bugey…

 

 

Le tarama arrive enfin, après l'avoir là aussi réclamé. Il sera d'ailleurs oublié aussi à la table voisine. L’entrée est décevante, indigne d'un menu à 35 euros. Heureusement, le pain est bon ainsi que le vin, un étonnant blanc du Bugey (domaine de la Ferme de Jeanne à Flaxieu dans l'Ain - très jolis périples que sont la vallée de l'Ain, les Monts du Bugey vers Seillonnaz puis Belley...).

A la table d’à côté, une dame narre amusée à ses amis le débarquement de matériel inhérent aux petits enfants désormais par le fait de jeunes parents semblant très vite débordés !

 

 

 

 

Le bœuf carotte à la bourguignonne : dans la plus pure des traditions…

 

La suite sera meilleure avec le bœuf carotte à la bourguignonne, lard et champignons, pâtes bio du coin « 89440 » (pourquoi ne pas avoir plutôt indiqué la commune ?!). La viande est bonne. La sauce nappe l’ensemble. Les champignons sont variés. Quant aux grosses carottes, elles sont coupées en sifflet et sont fondantes. Les délicieuses pâtes « 89440 » pourraient bien provenir de l'Isle-sur-Serein, après vérifications postales !

Bref, c’est un fort bon plat qui dénote : les cuisiniers connaissent donc leurs gammes. Dommage de ne pas l'avoir démontré dès l'entrée. Surtout, dans un restaurant qui s’affiche comme « bistronomique » !

 

 

 

 

C’est parfait pour le dessert !

 

 

Le dessert est classique et frais, avec un moelleux au chocolat. Il est accompagné d'une délicieuse tuile aux amandes. En traversant la D 905 pour retrouver ma moto, je suis tombé sur cette enseigne d'un autre temps, à la peinture largement défraîchie mais toujours là : « Hôtel de Bourgogne, bière Gangloff ».

Quant aux plaques « Bergers blancs » rouillées, y'a bien longtemps qu'elles n'ont pas vu un glaçon !

 


En savoir plus :

 

Les - : un service gentiment débordé (trois serveuses pour quinze couverts ce midi-là). Un minimum de formation semble nécessaire pour ces deux débutantes, car la gentillesse est là...Le menu n’est pas toujours très simple à comprendre.

Les + : le cadre est lumineux avec sa jolie vue vers l’extérieur.

 

 

Contact :

 

La Guinguette de l'Armance

17, rue du Faubourg du Pont

89600 Saint-Florentin

Téléphone : 09.82.38.26.46.

Première formule proposée à partir de 17 euros.


Gauthier PAJONA

 

 

 

 

L’Association pour la Sauvegarde de l’Environnement (ASEF) propose ce jeudi soir à la salle des fêtes de Fleury-la-Vallée une projection débat permettant aux neurones d’être en effervescence. La thématique, fort logiquement, concerne un sujet ô combien préoccupant au sortir de cette période estivale, synonyme de sécheresse et d’absence de pluie : l’eau. Un court-métrage, signé du réalisateur icaunais Pascal DELAGNEAU, illustrera l’ensemble…

 

FLEURY-LA-VALLEE : Une chose est évidente après les épisodes caniculaires successifs que le continent européen (et une majeure partie de la planète) vient de vivre : l’eau est devenue un enjeu incontournable dans la lutte contre les effets du réchauffement climatique.

Notre contrée n’aura malheureusement pas été épargnée par ces incidences à répétition, à grand renfort de phénomènes de sécheresse qui inquiètent désormais au plus haut point tant les pouvoirs publics que les professionnels des milieux agricoles.

Pour évoquer ces problématiques environnementales, l’ASEF invite le public à s’informer et à débattre en projetant le documentaire conçu par le réalisateur icaunais, Pascal DELAGNEAU, ce jeudi en début de soirée à la salle des fêtes locale. Un Pascal DELAGNEAU que l’on sait très investi à la cause écologique qui avait diffusé en mars dernier à Auxerre ce moyen métrage, intitulé « Chemins de Terre et d’eau : la bio naturellement ».

Précisons que le film a été produit par l’ADENY et Yonne Nature Environnement dont leurs représentants animeront le débat à l’issue de cette diffusion.

En parallèle, sera présentée également la nouvelle grainothèque qui sera installée d’ici peu dans le hall d’entrée de la mairie de Fleury-la-Vallée. Une excellente idée pour déposer ses graines bio de légumes et de fleurs, de manière libre et gracieuse…

 

En savoir plus :

 

Projection débat du film de Pascal DELAGNEAU, « Chemins de terre et d’eau : la bio naturellement » à la salle des fêtes de Fleury-la-Vallée, à 20 heures ce jeudi 01er septembre.

Entrée gratuite et dons de graines bio.

  

Thierry BRET

 

Page 1 sur 59

Articles

Bannière droite accueil