La première société professionnelle spécialiste de la formation dans les milieux du transport et logistique, de la manutention, des travaux publics, du bâtiment et de la sécurité se prépare à vivre de nouveaux challenges sous la forme de belles perspectives dès la saison prochaine. S’il est encore trop tôt pour les déflorer publiquement, ils engendrent d’ores et déjà de réels besoins en matière de recrutement. Avec des postes à pourvoir de manière immédiate, surtout dans le domaine commercial…

AUXERRE : L’antenne icaunaise du groupe FORGET FORMATION recrute. Prioritairement, afin de croître son effectif de commerciaux au sein de sa structure qui est localisée à Auxerre.

Anticipant l’avenir qui devrait s’avérer positif, le responsable de cette structure dispensant des formations dans les filières des métiers du transport, de la logistique mais aussi de la sécurité et de la manutention, Benoît DRILLIEN, propose, à titre d’exemple, un emploi de commercial terrain de façon immédiate.

Le poste concernerait une personne d’expérience, déjà familière à la vente de produits mettant en exergue les cycles pédagogiques comme peuvent l’être ceux proposés par ce type d’entreprise (une soixantaine de produits différents). Le rayonnement géographique se rapporterait à l’intégralité du territoire départemental même si le poste est attribué à la seule et unique agence que possède pour l’heure FORGET FORMATION dans l’Yonne, c’est-à-dire à Auxerre.

Proposer les nouvelles offres de service de cette structure ambitieuse…

La feuille de route est simple en cette année 2018 pour l’antenne icaunaise de ce groupe national : élaborer de nouvelles offres de service à partir de projets très ambitieux.

Référence professionnelle exerçant depuis 1951 en France, FORGET FORMATION a enregistré une forte hausse de ses activités au cours des deux derniers exercices, dépassant dans l’Yonne les deux millions d’euros de chiffre d’affaires. En 2017, le site icaunais employait une quinzaine de collaborateurs. Au plan national, FORGET FORMATION dont le siège social est basé à Rennes, s’appuie sur un effectif de 350 salariés dont 220 formateurs experts qui sont répartis sur les 22 centres français. La PME réalise un chiffre d’affaires de 23 millions d’euros à l’année.

La société cible 95 % des entreprises industrielles devant respecter des obligations réglementaires en matière de transport et logistique (habilitation électrique, chariot élévateur, etc.). Elle dispense plus de deux millions d’heures de formation chaque année, accueillant ainsi 55 000 stagiaires. En 2018, plus de cinq mille clients ont accordé leur confiance à cet organisme.

Paru le 29 juin dernier, le cahier spécial consacré par le média national à la région Bourgogne Franche-Comté met en relief quelques-unes des références illustres des arts de vivre et du tourisme haut de gamme, implantées sur le territoire nord-bourguignon. Ce support médiatique, édité juste avant le rush des congés d’été, pourrait valoir de belles retombées pour les établissements répertoriés…

PARIS : Le Spa des Clos de Chablis, la Côte Saint-Jacques à Joigny ou le tout nouveau Domaine de l’Ocrerie à Pourrain…ce sont quelques-unes des très belles adresses des arts de vivre et du tourisme haut de gamme, accueillies dans notre département, qui ont eu les honneurs de la rédaction du magazine féminin national.

Encarté dans le numéro paru le 29 juin, ce supplément fait la part belle aux vitrines incontournables du savoir-faire en matière de gastronomie et de tourisme dans la région Bourgogne Franche-Comté.

Imprimé à 8 624 exemplaires, ce dossier spécial conçu par les journalistes de la rédaction de « Elle » tombe à point nommé pour assurer la promotion de notre contrée. Les coups de cœur des journalistes parisiens devraient faire mouche auprès d’un lectorat, principalement féminin, et ciblé dans la catégorie des CSP +.

L’agence départementale YONNE TOURISME avait été contactée il y a environ un mois par la rédaction du magazine mensuel. Ses équipes en charge des relations avec la presse avaient fourni les meilleures adresses icaunaises correspondant aux critères de sélection du titre, à savoir les hébergements de qualité, les spas et les activités orientées vers le bien-être. Sans omettre, en parallèle, les aspects gastronomiques qui intègrent à leur manière les arts de vivre régionaux…

Portant en priorité sur les secteurs de l’agriculture, du tourisme, de l’éducation mais aussi dans la promotion des énergies renouvelables, de la culture, du sport et de l’innovation, la convention de coopération décentralisée, effective depuis le 05 juillet, rapproche ces deux territoires aux antipodes l’un de l’autre. Pourtant, entre la Province du Cap occidental et la Bourgogne Franche-Comté, il existe de réelles similitudes et de véritables enjeux de développement économique. Plusieurs projets dans les sphères viticoles et la filière touristique ont déjà vu le jour depuis 2001 visant à renforcer cette coopération internationale inédite…

DIJON : Vice-président de la Région Bourgogne Franche-Comté, en charge notamment de l’action internationale, Patrick AYACHE s’est félicité du rapprochement significatif avec cette province sud-africaine. Aux côtés du ministre des Opportunités économiques de la Province du Cap occidental, Alan WINDE et d’un aéropage de personnalités institutionnelles régionales, l’élu a paraphé une convention de partenariat très importante ce jeudi 05 juillet. Le document engage les deux collectivités pour une durée de cinq ans. Il stipule point par point le cadre dans lequel s’inscrira cette collaboration internationale très dense.

Priorité aux échanges économiques et au développement de la politique agricole…

Ce renforcement coopératif concernera prioritairement les secteurs de l’agriculture (les axes de formation afin d’initier les bonnes pratiques in situ qu’il s’agisse de la viticulture, de l’agro-alimentaire ou des filières agricoles…). Le développement des échanges commerciaux constituera une seconde priorité non négligeable au même titre que les rapprochements touristiques ou éducatifs. Quant à l’environnement, le sujet sera traité avec beaucoup d’intérêt avec le volet promotionnel sur les énergies renouvelables. Il sera aussi question de culture, d’encouragement aux échanges entre les écoles et les clubs sportifs et d’innovation.

En outre, la volonté d’initier de nouveaux partenariats économiques entre les deux parties fut au centre des discussions. Y compris en matière de politique agricole. A ce titre, la visite de deux centres de formation professionnelle du territoire intégrait le copieux programme de cette journée avec la découverte pour la délégation sud-africaine du CFPPA de Beaune (Côte d’Or) et l’ENIL de Mamirolle (Doubs).

Cela expliquait la présence d’un ensemble d’acteurs institutionnels et économiques impliqués dans la coopération internationale. Ainsi, on notait la présence de représentants de la BURGUNDY SCHOOL of BUSINESS, de la Chaire UNESCO et de nombreux chefs d’enreprise.

Une coopération avec l’Afrique du Sud vieille de plusieurs années…

En 2001, le centre de formation CFPPA de Beaune initie les premiers cycles pédagogiques en direction des salariés viticoles sud-africains. En coordination avec le Ministère de l’Agriculture de la Province du Cap occidental, des ouvriers de domaines viticoles mais aussi des sommeliers et des tonneliers s’immergent en Bourgogne pour y vivre cette expérience originale.

Petit à petit, le programme se diversifie. D’autres thématiques liées au renforcement des capacités agricoles s’ajoutent au cursus initial. Des stagiaires de la région du Cap occidental se forment en Côte d’Or depuis 2005. Même le Ministère de l’Agriculture de cette province sud-africaine y envoie des conseillers en charge de l’accompagnement à la création et au développement de projets agricoles majeurs depuis 2008. Plusieurs cadres suivent dès 2010 des échanges nourris en matière d’ingénierie de formation.

In fine, ce sont plus de 300 sud-africains qui ont pu ainsi bénéficier de ces séances informatives riches et intenses en Bourgogne Franche-Comté depuis les origines de ce partenariat. Parallèlement, près de 150 jeunes Français, issus de notre territoire, s’envoleront dans cette province du continent noir pour y accroître leurs connaissances.

La filière de l’hôtellerie/restauration noue des liens fructueux avec l’Afrique du Sud…

Il faudra attendre l’année 2014 pour que prenne naissance un nouveau projet de rapprochement éducatif entre les deux régions. Il se rapporte à la formation professionnelle dispensée en hôtellerie/restauration.

Dans l’absolu, le lycée Le CASTEL de Dijon prend attache avec différents centres de formation professionnelle de la Province du Cap occidental dont le TVET (« Technical and Vocational Education Training collèges »). Commencent alors des échanges réciproques de professeurs.

Puis, l’école hôtelière privée, basée à Johannesburg (« JHB Culinary and Pastry school »), organise des échanges d’étudiants via des stages professionnels conçus avec le concours des établissements de la région partenaire. Ces liens intéressants peuvent se développer favorablement grâce à l’implication de l’industrie hôtelière (hôtels, restaurants…) de Bourgogne Franche-Comté.

Codirigeante de BGAT, société de géomètres experts intervenant sur les territoires de l’Yonne et de la Seine et Marne, Valérie BARTIAL a été distinguée par ses pairs lors de l’assemblée nationale de Femmes Chefs d’Entreprises. L’entrepreneure de l’Yonne s’est vue remettre le Prix des FCE 2018 pour son engagement en qualité de dirigeante d’entreprise sur sa zone de prédilection et au sein de ce réseau de chefs d’entreprises au féminin…

SENS : Présente depuis une cinquantaine d’années au sein de la fédération nationale, la délégation des Femmes Chefs d’Entreprises de l’Yonne regroupe à ce jour une trentaine d’adhérentes réparties aux quatre coins du département nord-bourguignon.

Se retrouvant à raison d’un jeudi par mois autour d’un conférencier ou d’une thématique de travail spécifique, les membres de FCE proviennent des secteurs de l’artisanat, du commerce, de professions libérales mais aussi industrielles. Elles représentent une force non négligeable de 160 emplois et occupent bénévolement une douzaine de mandats économiques ou institutionnels parmi les rouages territoriaux.

Localisées à 85 % sur le Sénonais, les Femmes Chefs d’Entreprises de l’Yonne ont pour vocation d’essaimer. Elles ont ainsi la volonté d’accueillir régulièrement des chefs d’entreprises de Joigny et de l’Auxerrois, où elles organisent quelques rencontres informelles au cours de la saison. Les objectifs de leurs rencontres sont simples : pouvoir partager de l’information et s’entraider sur les sujets d’actualité liés à l’entreprise et aux milieux économiques en règle générale.

Une palette professionnelle très éclectique pour la lauréate nationale…

Dernièrement, l’une d’entre elles, Valérie BARTIAL a reçu les honneurs des instances nationales. Le Prix de la FCE 2018 est revenu à la codirigeante de la société BGAT, une entité de géomètres experts disposant de trois unités d’intervention dans l’Yonne (Sens, Joigny et Migennes) et en Seine et Marne à Montereau Fault Yonne.

Titulaire d’un Master en urbanisme de la faculté de Strasbourg en aménagement local et urbain, la codirigeante de BGAT (Bureau de géomètre, d’arpentage et de topographie) avec Stéphane BARTIAL, est également expert de justice près la Cour d’Appel de Paris, syndic de copropriété et diagnostiqueur immobilier.

C’est l’engagement que cette entrepreneuse a su impulser sur le territoire et au sein de son réseau qui lui ont valu d’être plébiscité officiellement au plan national. Une belle récompense pour l’une des représentantes dynamiques du mouvement FCE sur le département de l’Yonne. L’une des 48 délégations départementales qui anime avec persuasion et efficience ce réseau né en 1945…

Comprenant des modèles haut de gamme (Grand Sport, Sports TOURER et Country TOURER), la gamme INSIGNIA sera la première à bénéficier des atouts novateurs de la technologie multimédia validés par l’ingénierie du constructeur d’outre-Rhin. Navi Pro sera de série sur l’ensemble de cette gamme sauf pour le modèle Edition. Désigner de manière élégante et ultramoderne au niveau de leur fonctionnalité, ces auxiliaires multimédia de dernière génération devraient conforter le positionnement du constructeur allemand en matière de connectivité et de divertissement embarqué. Le déploiement se poursuivra sur d’autres modèles tout au long de cette année et courant 2019.

PARIS : Une navigation embarquée optimale qui propose des services connectés de belle facture. Voilà la stratégie déclinée par le constructeur allemand lorsque ce dernier travaille sur l’avenir de l’offre de services multimédia à bord de ses véhicules.

Intuitifs et évolués, ces nouveaux systèmes qui équipent progressivement la gamme des modèles INSIGNIA apporteront de précieuses indications aux conducteurs.

Des informations personnalisées au conducteur…

Des renseignements sur la fluidité du trafic. Mais, également bon nombre de mises à jour se rapportant aux prix des carburants, aux changements de signalisation. En phase avec la récente actualité inhérente à l’adoption de la limitation de vitesse à 80 km/h !

Concrètement, ce dispositif intelligent sera personnalisé selon les profils du conducteur. Jusqu’à cinq personnes différentes propres à conduire le véhicule  peuvent être ainsi définies. Ce système astucieux mettra l’accent sur les pôles d’intérêt de plusieurs automobilistes en charge du véhicule.

Les paramétrages iront des réglages de la climatisation à ceux du système audio en tenant compte des desiderata de chacun. Les destinations favorites, les playlists mais aussi d’autres points d’intérêt peuvent être enregistrés dans un profil personnalisé. Une facilité pour que le conducteur se concentre uniquement sur l’art du pilotage.

Quant aux évolutions de ce processus numérique, elles se rapporteront sur la recherche personnalisée d’un itinéraire, prenant en compte le type de conduite habituel.

Une marque qui a déjà obtenu de nombreux prix en la matière…

Le « Connected Car Award » avait plébiscité par le passé le constructeur allemand. OPEL a apporté de sérieuses évolutions sur le secteur du multimédia embarqué. Le mouvement devrait encore s’accélérer à court terme. La marque de Rüsselsheim prépare de nouvelles étapes à ce renforcement de la connectivité à bord de ses futurs modèles. Une nouvelle génération de systèmes multimédia arrivera dans le cours de l’année sur le vaisseau amiral de la flotte (INSIGNIA).

Pour simplifier encore leur utilisation, les appareils Multimedia et Multimedia Navi Pro disposent d’une nouvelle interface homme-machine privilégiant l’aspect intuitif, en offrant un accès direct aux principales fonctions (par exemple audio, téléphone, navigation) directement depuis la page d’accueil. Les commandes, semblables à celles d’une tablette intégrant par exemple le geste de balayage, se montrent ergonomiques et simples d’utilisation. Le conducteur peut également piloter le système d'infodivertissement à partir des commandes au volant. Le Multimedia Navi Pro peut en outre fonctionner avec une commande vocale intégrée.

Avec l’appareil connecté à Internet (ce qui nécessite d’avoir un smartphone couplé), la fonction Traffic Live regroupe les informations de circulation provenant de multiples sources. La circulation et la météo sont mises à jour en temps quasi réel et intégrées dans le calcul d’itinéraire. Cela permet d’avoir des alertes plus précises ainsi qu’une navigation plus pertinente. En outre, la fonction Live Traffic montre quelles parties de l’itinéraire sont affectées par des retards et quel genre d’incident peut en être la cause.

Articles

Bannière droite accueil