Ancien directeur des affaires publiques au sein du groupe SANOFI ayant exercé en Bourgogne Franche-Comté, Frédéric COLLADANT poursuit à l’âge de 52 ans son riche cheminement personnel et intellectuel parmi le milieu associatif régional. Depuis le 11 avril, cet homme fervent adepte de la dynamique par l’action a accédé à la présidence de l’Association Française des Diabétiques (AFD), qui est réunie pour la première fois sous la même forme identitaire géographique, celle de Bourgogne Franche-Comté…

DIJON : Forte de ses mille quatre cents adhérents, répartis à l’échelle des huit zones sectorielles de la région Bourgogne Franche-Comté, l’Association française des diabétiques possède un effectif déjà conséquent en nombre d’adhésions. Mais, martèle avec insistance son nouveau responsable régional, Frédéric COLLADANT, élu à l’unanimité par le conseil d’administration qui officiait à Dijon le 14 avril dernier, « ce n’est pas suffisant ! ».

Surtout quand on prend connaissance des statistiques légitimes qui répertorient le volume de personnes suivies par cette lourde et sournoise pathologie sur notre territoire, soit plus de 150 000 victimes de ce fléau, propagé à 90 % sous la forme de diabète de type II. C’est-à-dire la variante de cette maladie qui n’est pas héréditaire et imputable aux excès de sucre dans notre alimentation quotidienne.

Une candidature unique à la succession de Robert YVRAY…

Démissionnaire de son mandat de responsable bourguignon, la cheville ouvrière de cet assemblage associatif, équitablement opérationnel sur les quatre départements de la région, ne laissait pas d’autres alternatives à Frédéric COLLADANT que de relever le défi. Posant sa candidature à ce scrutin important puisqu’il unifiait pour la première fois la destinée de la Franche-Comté à celle de sa cousine limitrophe de Bourgogne, l’ex-cadre dirigeant du groupe SANOFI n’éprouva aucune difficulté à faire entendre sa voix. Même s’il dût mener campagne, présentant au collège administratif un programme établi sur un axe d’intervention triennale.

Pragmatique, Frédéric COLLADANT, sentant le vent du futur challenge électoraliste venir, avait bénéficié d’un cycle pédagogique dispensé par l’appareil formatif de la structure nationale pour parfaire ses connaissances sur le système de santé en France. Il en profita, en parallèle, pour actualiser son savoir sur les récentes évolutions liées à la pathologie du diabète. Fourbi de ses armes pédagogiques, le scrutin ne fut qu’une simple formalité à vivre quelques semaines plus tard.

Une velléité de jouer un rôle parmi les instances fédérales…

L’une des premières décisions prises le jour du vote par le nouveau président sera la modification de la ligne statutaire de l’association. La tenue d’une assemblée générale extraordinaire donnera l’opportunité au nouveau responsable de l’exécutif de transformer la gouvernance de la structure, façonnée à l’échelle des contours de la grande région, devenant ainsi Bourgogne Franche-Comté. Soucieux de structurer l’outil en renforçant sa crédibilité et sa légitimité, auprès notamment des professionnels de santé, des partenaires institutionnels et administratifs, Frédéric COLLADANT veut professionnaliser le support afin de défendre de manière optimale et pertinente les intérêts de ces centaines de personnes en souffrance physique et morale. Un mot sera lâché à l’issue de ce rendez-vous : la professionnalisation de l’entité structurelle.

Profitant de l’élection, survenue de façon concomitante de Philippe RACLET, à la tête de l’Association française des diabétiques de Côte d’Or, le nouvel étendard de la cause diabétique en Bourgogne Franche-Comté a constitué un bureau fait de compétences et d’engagements pour le seconder pour son mandat de trois ans.

A l’écoute des évolutions nationales, Frédéric COLLADANT a également posé sa candidature afin d’intégrer le conseil d’administration fédéral de France.

A grand renfort de messages digitalisés et de campagnes d’e-mailings destinés aux courtiers et autres assurés sociaux, l’existence du contrat d’assurance santé « KOVERS », initié par l’association Santé Cœur de Puisaye et commercialisé depuis février 2017 par la start-up d’assurance en ligne  QAPE, commence à faire florès dans l’Hexagone. Ce sont aujourd’hui plus de 1 600 contrats qui ont été ainsi souscrits par un ensemble de personnes représentatives de notre territoire (Ile de France, PACA, Normandie, Nord, Bourgogne Franche-Comté…). Permettant à ces bénéficiaires de pouvoir financer leur complémentaire de santé de manière originale, ce contrat conçu sur mesure offre un service de médecine à distance, assuré par une plateforme de praticiens, agrée par l’Ordre national des médecins : l’Agence régionale de Santé Ile de France, qui fait foi sur la France entière. Objectif avoué de leurs ardents promoteurs pour 2018 : atteindre dix mille abonnements et promouvoir ce fameux contrat, établi à l’aide d’un comparateur…

TOUCY : Orienté vers trois catégories distinctes et représentatives de la société française (les actifs, les retraités et les étudiants), ce nouveau contrat d’assurance santé, bâti sur le principe de la mutualisation, bénéficie à l’échelle du territoire des avantages vertueux de la télémédecine et de l’apport d’outils connectés.

Baptisé « KOVERS », il fait l’objet depuis quelques semaines d’une intense campagne de communication et de marketing auprès des spécialistes professionnels de l’assurance, les courtiers, mais aussi des cibles potentiellement intéressées par cette nouvelle couverture. Parmi les strates catégorielles visées pour en appréhender les principes applicatifs : les individuels actifs et retraités, mais aussi les entrepreneurs, les étudiants, les demandeurs d’emploi et les fonctionnaires.

Le support digitalisé au service de tous…

Il est vrai que les deux structures partenaires qui s’activent conjointement derrière ce concept novateur, l’association « Santé Cœur de Puisaye » et l’entreprise QAPE, pilotée par Kim VU DINH, ancien consultant en transformation numérique en entreprise et Julien MOUCHET, ex-agent général et courtier en assurance, espèrent dépasser la barre des dix mille souscriptions d’ici le terme de l’année. Un challenge ambitieux qui ne devrait pas connaître de réelles difficultés pour aboutir…

Distribué via le prisme de la politique santé des territoires, mais aussi en étroite osmose partenariale avec des professionnels de l’assurance et sur simple souscription digitale directe, consultable sur l’application numérique dédiée, le contrat d’assurance santé « KOVERS » donne accès à un service de pré-diagnostic et au recours à la médecine à distance. L’attrait de ces dispositifs médicaux connectés apporte un confort optimal aux praticiens qui peuvent suivre ainsi l’évolution pathologique de leur patientèle.

Techniquement, l’application digitalisée a pu voir le jour grâce à la collaboration maîtrisée et en parfaite symbiose avec la filiale santé de la société VISIOMED, « BEWELL CONNECT ». L’entité travaillant déjà avec QAPE depuis la création de la société de Toucy, survenue en avril 2016.

Démontrer que l’assurance est aussi une affaire de mutualisation…

Partant d’un simple postulat que l’assurance est une question de mutualisation et de partage, les deux dirigeants de QAPE s’attèlent à construire fin 2016 ce contrat d’assurance de complémentaire santé en utilisant la méthodologie déclinée par un comparateur. Ainsi, les dirigeants de la société, aidés de leur équipe de onze collaborateurs, analyseront plus de 1 200 contrats d’assurance en développant leur propre logiciel. Celui-ci s’appuyant sur un moteur d’intelligence sémantique, développé avec le concours d’un laboratoire du CRNS à Dijon et l’expertise avisée d’un spécialiste de sémantique.

Une fois tamisé, et en passant les garanties actuelles desdits contrats au crible, il aura ensuite suffi de bâtir pas à pas et en le dotant de la meilleure efficience économique possible le futur contrat, défini par le programme « KOVERS ».

Aujourd’hui, c’est une complémentaire de santé qui a fait l’objet de cette création originale, soutenue et encouragée par de nombreux acteurs de l’univers de l’économie et de l’innovation (réseau Entreprendre Bourgogne, BPI France…). Mais, l’avenir semble tout tracé pour QAPE.

La structure devrait démultiplier ce processus vers les autres métiers de l’assurance à brève échéance : la prévoyance, l’automobile, l’habitation, les multirisques professionnels….Tout en se donnant une marge de manœuvre internationale au niveau du Vieux Continent et vers l’Afrique.

Avec, il va de soi de réelles perspectives d’embauches de conseillers techniques et d’ingénieurs pour optimiser le développement de la PME…

Ouverte aux concurrents professionnels issus de l’agriculture/viticulture, artisans des métiers de bouche et restaurateurs, la quatrième édition de ce concours plein de saveurs et de succulence gastronomique aura pour président de jury, un orfèvre en la matière, le champion du monde des métiers du dessert et Meilleur ouvrier de France catégorie pâtisserie, l’Aubois Pascal CAFFET. Le maître es chocolat à forte valeur ajoutée de pur cacao est apparu récemment dans la fameuse émission, « Le Meilleur pâtissier », diffusée sur M6. Gageons que cet habitué des concours, membre initial du jury de la première mouture de cette confrontation proposée par le Crédit agricole saura apporter son regard d’expert avisé sur les valeurs sûres de la gourmandise culinaire de la région Champagne Bourgogne…

DIJON : C’est une pointure de l’art gastronomique, spécialité pâtisserie, chocolaterie et confiserie, qui aura le privilège de dénouer les fils ténus de l’incertitude d’un jury au terme de la prochaine échéance des 4èmes Talents Gourmands édition 2018.

Habitué des compétitions culinaires internationales, chantre de la sublimation des arts de vivre au fond de l’assiette, le Meilleur ouvrier de France de Troyes Pascal CAFFET se retrouvera aux commandes d’un jury composé de professionnels devant se réunir en juin afin d’examiner de manière scrupuleuse le tour de mains et les spécialités conçues par les postulants au titre suprême.

Mais, avant d’en arriver aux ultimes et très attendues conclusions de son président, le jury de la Caisse régionale du Crédit agricole Champagne Bourgogne aura eu en amont l’opportunité de pouvoir sélectionner neuf finalistes (trois représentants par catégorie) selon des critères faisant référence aux qualités professionnelles de chacun et surtout à leur capacité à travailler les produits issus du terroir régional en leur conférant une certaine magnificence. Esthétique mais aussi, ce qui tombe sous le sceau de l’évidence, gustative…

Le jour J, celui de la finale (la date n’est pas encore arrêtée de manière officielle), le jury désignera les trois lauréats qui recevront chacun des prix numéraires (3 000 euros), des cadeaux mais aussi le titre de Talent Gourmand 2018.

La clôture des inscriptions est actée jusqu’au 31 mai…

Pour prendre part à ce concours d’inspiration nationale (la plupart des caisses régionales de la Banque Verte organisent cette épreuve dans leur zone de prédilection), les candidats professionnels peuvent déposer un dossier sur le site suivant, www.talents-gourmands.fr.

Selon les trois catégories, chacun des prétendants peut ainsi choisir sa segmentation qu’il s’agisse du milieu agricole/viticole (élevage, grandes cultures, fruits et légumes, agriculteurs, en individuel mais aussi en coopératives), des artisans des métiers de bouche (bouchers, boulangers, traiteurs, pâtissiers, chocolatiers…) et aux restaurateurs (cuisiniers salariés, propriétaires, sauf la restauration rapide et collective). Seul critère sélectif à ne pas négliger : obligation est faite aux candidats de posséder le siège social de leur activité sur le territoire de la caisse régionale du Crédit agricole Champagne Bourgogne (Aube, Côte d’Or, Haute-Marne et Yonne).

Pas encore de lauréats Icaunais depuis les origines de l’épreuve…

Espérons, vu du prisme départemental, que cette année, les candidats Icaunais vaincront le signe indien qui plane au-dessus de leurs têtes. Depuis 2013, date du premier concours, aucun des représentants de ce territoire n’a pu glaner la moindre première place dans l’une des trois catégories !

Cette année, le concours se déroulera chez nos voisins de l’Aube. Souhaitons que les candidats, arborant les couleurs de l’Yonne, ne se limiteront pas à de simples accessits…

AUXERRE : Ils se prénomment Romaric, Yohan et Kephren. Originaires du sud de l’Yonne, aux confins du Morvan et de la Nièvre, ces trois jeunes hommes ont opté depuis le 02 mai pour un engagement d’une durée de douze mois à cinq ans au sein de prestigieux régiments de l’Armée de Terre.

Natifs d’Avallon et de Sainte-Magnance, ces deux premières recrues ont gagné le jour même les rangs du 5ème régiment de Dragons, basé dans la Marne, à Mailly le Camp. Ils y rejoindront les tireurs de canon et les combattants.

De son côté, Kephren a pris la direction de Villeneuve Saint-Georges, en Ile de France, où il a été affecté à la brigade des sapeurs-pompiers de Paris. Cet habitant de Cussy les Forges aura ainsi toute l’opportunité de pouvoir découvrir à sa guise l’une des brigades de référence de ce corps militaire, très recherché par les jeunes générations.

C’est l’adjudant-chef Bruno NIRLO, responsable du Centre d’informations et de recrutement des Forces armées de l’Yonne (CIRFA) à Auxerre qui a recueilli les documents paraphés des nouveaux professionnels…

La rencontre inattendue entre ces deux artistes du paysage culturel bourguignon se traduira par une scénographie originale et jubilatoire lors du prochain récital proposé ce samedi 05 mai par la vedette internationale Christelle LOURY, salle des Maréchaux à partir de 17 heures. La pastelliste et peintre de l’Yonne dévoilera quatre réalisations picturales illustrant le rendu créatif de son travail sur la femme et sa liberté, à travers des portraits inédits de dames universelles de la chanson française. Quant à l’interprète de PIAF et de BARBARA, elle donnera son ultime concert dans l’Yonne avant d’entamer un tour de chant en Pologne et de se rendre en Avignon au festival off…

AVALLON : L’une chante, l’autre peint. La symbiose de cette juxtaposition de savoir-faire et d’élégance se vivra néanmoins sur scène, sous sa forme initiale, à Avallon ce samedi 05 mai. Un rendez-vous pour le moins insolite mais qui répond au même dénominateur commun : mettre en exergue en la concrétisant de manière publique une thématique chère à ces deux artistes régionales, la femme et sa liberté d’expression.

Geneviève ROUSSEL et Christelle LOURY ont eu l’opportunité de pouvoir échanger au cours de l’année 2017 avec une réelle convergence d’intérêt sur la façon de pouvoir exprimer leur talent en parfaite synergie. L’osmose s’effectuera par le biais d’un projet, où chanson et peinture feront un excellent ménage.

Toujours accompagnée de son fidèle pianiste et orchestrateur François MAGNIER, l’ambassadrice de l’Yonne qui a prêté son image à la création de la Marianne de notre territoire, fera miroiter ses multiples facettes vocales et son immense générosité en interprétant les morceaux inoubliables de la belle chanson française, celle qui a pour référence Jacques Brel, Léo Ferré, Jean Ferrat, Yves Montand, Charles Aznavour mais aussi un répertoire inféodé à la gent féminine, François Hardy, Cora Vaucaire, Juliette Gréco ou Lucienne Boyer. Deux artistes majeures y trouveront une place particulière : Edith Piaf et Barbara auxquelles Christelle LOURY rendra un vibrant et singulier hommage.

Ce troisième passage en terre avalonnaise servira de prélude à une série de concerts devant emmener l’artiste aux quatre coins de l’hexagone (Aube, Pyrénées, Vaucluse, Ile de France…) mais aussi en Pologne.

Programmée au Festival off d’Avignon, l’ambassadrice de l’Yonne donnera un spectacle dans le plus ancien théâtre de la cité des papes, « La Condition des Soies ».

De son côté, l’exégète en art pictural exposera quatre de ces portraits de femmes, dont deux nouveautés, faisant référence aux grandes voix éternelles de la chanson française : Barbara, Piaf et Gréco. La quatrième toile représente une prometteuse Christelle LOURY, encore toute auréolée de la magnificence créative du peintre icaunais…

Articles

Bannière droite accueil