Elle ne reste pas inactive et les deux pieds dans le même sabot, l’ancienne députée de la troisième circonscription de l’Yonne ! Ecartée de la vie politique après sa défaite au second tour des législatives en juin dernier, la revoici qui revient sous le feu des projecteurs par le biais de la valorisation des produits du terroir icaunais. En ambassadrice du « Grand Repas », opération promotionnelle pour la gastronomie qui se renouvellera le 20 octobre sur notre territoire…

 

MAGNY : Elle ne chôme pas, l’ex-députée du Sénonais à l’estampille du MoDem depuis son revers aux dernières élections législatives ! La voilà qui fait son grand retour sur le devant de la scène, en égérie de la cause alimentaire de qualité, soutenant au passage toutes les initiatives évènementielles qui mettent en exergue la valorisation des producteurs de notre terroir.

Présente il y a quelques jours sur l’exploitation agricole créée en 1997 par les deux frères GUYARD (Arnaud et Pierre-Olivier), le GAEC des TEILLATS dans l’Avallonnais, l’ancienne parlementaire a tenu à rappeler son engagement pour la cause de l’alimentation qualitative.

Une cause à laquelle elle s’était déjà intéressée lors de son précédent mandat, instigatrice d’une manifestation qu’elle a su porter sur les fonts baptismaux dans sa circonscription : « le Grand Repas ».

Invitée par la Fédération départementale des Syndicats d’exploitants agricoles de l’Yonne (FDSEA), l’UMIH (Union des métiers de l’industrie hôtelière) et du groupe METRO, Michèle CROUZET a donc traversé le département icaunais de part en part pour assister au lancement officiel de la « Charte Origine France », à travers une rencontre explicative au cœur d’une exploitation agricole. L’objectif de ce rendez-vous, comme devait le préciser Philippe BULANT, directeur de l’antenne auxerroise de « METRO » étant de « réunir tous les acteurs de la production agricole, mais aussi des fournisseurs PME ainsi que des représentants de la restauration indépendante ». Des échanges constructifs devant permettre après coup d’initier des actions concrètes et partenariales visant à assurer la promotion des productions du terroir.

 

 

Un « Grand Repas » accueilli le 20 octobre au « Rive Gauche » de Jérôme JOUBERT…

 

 

Entre la visite de l’élevage de bovins et d’ovins de race Charolais, Michèle CROUZET profita de l’opportunité pour évoquer la fameuse opération du « Grand Repas », celle-ci devant être accueillie cette année au « Rive Gauche » de Joigny, chez le chef Jérôme JOUBERT, présent également lors de cette immersion en terre avallonnaise.

« On essaie de travailler ensemble, souligna l’ex-politique de Sens, pour rechercher les meilleurs producteurs locaux et les meilleures façons dont sont produits nos aliments… ».

Une démarche qui se traduit dans les faits par une étroite collaboration sur le terrain avec le groupe METRO qui assure un florilège d’évènementiels au cours de la saison dans cette direction. Et dont on appréciera les effets gustatifs à l’occasion de ce « Grand Repas », seconde édition, qui sera décliné à Joigny le 20 octobre. Pour mémoire, c’est Jean-Michel LORAIN (« La Côte Saint-Jacques ») qui avait initié ce parrainage en 2021.

Une opération qui verra le concours constructif de l’UMIH 89, mais aussi des groupes de restauration comme ELITE ou HAPPY.  

Quant au repas, il est déjà élaboré pour s’assurer qu’il puisse être décliné ce jour-là dans les restaurants des collectivités, les établissements scolaires et les EHPAD. Mais, on n’en sera pas davantage pour l’heure sur les ingrédients ayant été choisis !

 

 

 

Dépasser les 16 000 repas servis avec la nouvelle édition…

 

 

L’année dernière, ce sont plus de 16 000 repas qui furent servis lors de cette animation à vocation initiatique autour d’un menu où la lentille de l’Yonne tenait la dragée haute dans l’assiette à la joue de bœuf.

Redécouvrir les produits locaux tout en faisant usage de pédagogie est l’un des objectifs pertinents de cette opération populaire. D’autant que les producteurs du cru peuvent également se faire connaître des professionnels de la restauration.

Poursuivant ses missions dans le domaine de l’alimentaire, Michèle CROUZET avoue se passionner de plus en plus pour ces thèmes de société fondamentaux. Présente à l’assemblée générale de « Bleu Blanc Cœur », il y a quelques jours à Paris, la Sénonaise a eu l’occasion d’échanger avec Guillaume GOMEZ, fondateur et président du club très restreint des « Cuisiniers de la République », les chefs qui ont su tirer les marrons du feu par des prouesses culinaires élyséennes ! Michèle CROUZET a donc de l’appétit sur le sujet et le fait savoir !

 

Thierry BRET

 

Aller à l’essentiel ? Pourquoi pas ! Ne serait-ce pas la meilleure des formules pour véhiculer un message à destination de ses cibles touristiques ? C’est en tout cas ce qu’a choisi l’Agence de développement touristique et Relais territorial des Offices de Tourisme de l’Yonne dans sa stratégie de communication. Un concept qui s’appuie une nouvelle identité visuelle et surtout un logo retravaillé, que l’on a découvert au bas du magazine estival…

 

AUXERRE : Sérieux coup de lifting pour la communication de l’agence Yonne Tourisme ! Avec un logo qui a été redessiné dans une veine identique à celui ayant fleuri cet été au Conseil départemental. Une identité visuelle qui s’inspire d’une galerie d’artistes. Une typographie manuscrite choisit au cordeau. Elle n’est pas sans évoquer un effet « signature » à la main. L’agence de développement touristique de l’Yonne se distingue donc pour donner du tonus et du « peps » à sa nouvelle griffe communicante.

Certains l’auront sans doute déjà remarqué, mais la couverture du magazine « Je passe l’été dans l’Yonne en Bourgogne » a bénéficié dès cet été de ce relookage inédit du plus bel effet. La plupart des gammes d’éditions et des supports numériques déclinent dès à présent cette palette de nouveautés.

Quant au slogan, résumant cette nouvelle stratégie, il ne se perd pas en conjectures : « L’Yonne en Bourgogne, révélez l’essentiel ».

Dans les faits, côté réflexion, c’est l’agence de communication « Signe des Temps », originaire de Paris et de Bordeaux, positionnée dans le marketing touristique territorial, qui a fait phosphorer l’ensemble de ses équipes. Objectif : associer les termes identitaires de l’« Yonne » et de la « Bourgogne » qui faisaient figure d’évidence. Une connotation à la fois, intimiste et inspirante. Réussie au vu du résultat !

 

Thierry BRET

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue dans notre cité préfectorale qui a retrouvé un rien de propreté ! Ouf ! Il était grand temps ! Point besoin d'être fort comme un turc pour s'attabler au « Maison Fort » ! Poussons-en la porte. La salle est plutôt attrayante et ne manque pas d'âme. Une table ronde, c'est l'idéal pour converser entre amis, pas vrai ?

 

AUXERRE : Le cocktail maison, proposé à l'apéritif est à 8 euros. Soit 53 francs d'avant 2002 ! Il est composé de crémant, de ratafia, de jus de pomme et de groseille. Mais, ce liquide est des plus insipides. Et, l'on n'y perçoit hélas aucun parfum. Comme trop souvent désormais en France, il est accompagné par du néant. Ni gougères, ni tomates cerise de saison  ou autres originalités. RIEN ! Il me revient alors en mémoire un récent périple en moto « ibérico-lusitanien » évoqué dans nos colonnes. Une belle illustration de la générosité bistrotière...

 

 

Une quiche lorraine aux goûts francs et aux saveurs étagées…

 

Autour de nous quelques tables dont celle occupée par le Président du Conseil départemental de l’Yonne, qui en sa qualité d'ancien édile chablisien, est à l'eau, me semble-t-il ! Certes, le  politiquement correct a envahi nos sociétés  -quelle tristesse - mais l'Yonne, c'est environ 20 à 25 % du vignoble bourguignon. Qu'on se le dise ! Sachons, ne pas l'oublier, sinon demain les us sodas règneront en maître absolu hélas sur nos tables !

Les entrées arrivent. Pour les accompagner, nous choisissons un Riesling de belle tenue. Si la cassolette d'escargots est plutôt quelconque, car trop chauffée, le millefeuille de betterave et chèvre est d’une belle texture originale. Mais l'entrée par nous plébiscitée, est la quiche lorraine déstructurée : c'est délicieux vraiment, des goûts francs et des saveurs étagées.

Bien sûr,  il me semble que dans la recette originelle, le fromage n'y a pas sa place, mais qu'importe ! (Devine ce que je t'ai préparé ?  Des quiches ! Ce n'était pas très difficile à deviner, étant donné que toute la maison en était parfumée - Georges SIMENON, chez « Les Flamands » en 1932).

 

 

Des légumes merveilleusement assaisonnés…

 

Les plats arrivent ensuite. Ils sont accompagnés d'un vin languedocien, pas forcément très connu : les « Terrasses du Larzac ». Mention spéciale ++ pour l'assiette végétarienne, elle est composée de ratatouille et pois chiches, légumes confits et purée de pommes de terre.

D'ordinaire, ce type d'assiette hélas ruisselle d'eau (carottes, haricots verts congelés...). Mais, rien de tout cela ici-bas ! Les légumes sont bien cuisinés, assaisonnés, c'est délicieux !

 

 

Un dessert à l’unisson avec sa crème onctueuse…

 

Du coup, nous pardonnons aisément la légère sur-cuisson du rosbif purée (des pensées pour feue Mamie Mado et nos repas familiaux des années 1970/80...), cette viande rappelant aussi les assiettes dites anglaises d'antan : viande froide, salade et cornichon. Une autre époque, assurément.

Et en dessert, le Saint-Honoré - saint patron des pâtissiers - est ici à l'unisson, avec son onctueuse crème.

Signalons aussi le joli parcours professionnel que celui du chef-patron de cette maison où il fait bon s'attabler.

 

 

En savoir plus

 

Les - : anormale absence d'accompagnements avec l'apéritif. Attention, chers restauratrices et restaurateurs, vous êtes en train d'oublier votre clientèle ! Adieu nappes, serviettes en tissus, etc.

Les + : un bon rapport qualité-prix, avec une première formule du midi proposée à 24 euros.

 

 

Contact :

 

Restaurant « Le Maison Fort »

10, rue Fourier

89000 Auxerre

Tel : 09.73.66.70.52.

Réseaux habituels !


Gauthier PAJONA

 

 

 

 

 

Faudra-t-il un jour pousser les murs du supermarché auxerrois, tant celui-ci a rencontré le succès au terme de son opération promotionnelle,  déclinée mardi soir ? La question peut se poser légitimement après l’évènementiel ayant réuni plus de trois cents invités, venus déguster quelques particularismes de la production vineuse locale qui étaient agrémentés de succulents canapés. Bref, les VIP de l’Auxerrois n’ont pas boudé leur plaisir au moment de ces retrouvailles gourmandes, nous non plus !

 

AUXERRE : S’il y a un endroit où il fallait promener sa silhouette mardi dernier aux alentours de 19h30, c’était bien au supermarché appartenant à l’enseigne ATAC ! A l’occasion de l’ouverture officielle de son antépénultième « Foire aux vins », une véritable institution dans le paysage commercial du cru, ce sont en effet plus de trois cents personnes qui ont ainsi convergé vers le hall d’entrée de la boutique, qui venait à peine de servir ses ultimes clients de la journée.

Un parterre d’invités très cosmopolite avec ses institutionnels, chefs d’entreprise, représentants des milieux associatifs et sportifs, sans aucun doute de bons clients et cerise sur le gâteau, un vaste panel d’acteurs de la vie politique, ancienne et actuelle. Du Rassemblement National au Parti Socialiste, des centristes aux Républicains et divers droite : un patchwork œcuménique parfait !

Bref, que du lourd parmi ces « VIP » qui étaient présents dans le sillage des hôtes de la soirée (les deux Sébastien, CABRAL le directeur du commerce et CAMBUZAT en charge du développement marketing et de la communication), malgré des absences notoires, pour venir déguster quelques échantillons appréciés de cette cuvée événementielle 2022.

 

 

De belles réjouissances au fond du verre…

 

On retiendra justement côté gustatif parmi les blancs à humer et à savourer un « Saint-Bris » du Domaine FELIX & Fils 2020, un Bourgogne « Hautes Côtes » de Nuits datant de 2018 servi par la maison Yves CHALEY et Fils, et une petite gâterie plutôt réjouissante au palais, un « Coteaux du Layon » premier cru Chaume proposé par le Domaine Des BARRES, millésimé 2014 !

Pour les rouges, ce n’était pas mal non plus avec l’illustration goûteuse d’un Epineuil suggéré par le Domaine Gérard CABOT (2019/2020), un Blaye Côte de Bordeaux du Château de la Grange de 2019 et enfin, un pur nectar du terroir local, avec le Domaine FERRARI et l’un de ses Irancy, de la cuvée 2019.

On gardera enfin la note de l’effervescence pour la terme de cette séance œnologique avec un vin du Bugey, le fameux « Cerdon » élaboré à la méthode ancestrale par Daniel BOCCARD.

 

 

    

Un rendez-vous reconduit à l’automne 2023…

 

Renouant ainsi avec une animation traditionnelle suspendue depuis le sinistre épisode de la COVID, les responsables du magasin auxerrois se sont félicités d’une telle affluence. Les gourmands purent aussi se sustenter en avalant les excellents canapés à base de crevettes et de poissons qui garnissaient les plats. Le stand des produits carnés connut aussi son heure de grande fréquentation au cours de cette soirée conviviale. Une soirée devant se réitérer…dès l’automne 2023 !

 

Thierry BRET

 

 

 

 

Ne voulant pas faire « bonne ripaille » tout en incitant celles et ceux de leurs collègues de la majorité qui y ont participé à porter un toast à la santé des éboueurs, les élus de l’opposition auxerroise ont décliné l’invitation, les conviant au séminaire de rentrée proposé par le président-maire Crescent MARAULT. Un rendez-vous de travail qui se prolongeait par un cocktail et un dîner dans un restaurant du terroir…Trop lourd à digérer ?

 

AUXERRE : « Nous aurions trop honte : nous n’irons pas ! ». Lapidaire message introductif que celui-ci. Même s’il est dénué de toutes fioritures, il ne comporte aucune équivoque possible sur les intentions de ses auteurs.

Cinq élus du conseil municipal d’opposition de la ville d’Auxerre et deux élus de l’Auxerrois se sont donc abstenus à participer ce vendredi au séminaire de rentrée initié par le président-maire de l’agglomération, Crescent MARAULT. Une opposition qui estime tenir son rôle avec cette prise de position catégorique. Celle-ci fait suite au Conseil des maires s’étant déroulé ce lundi soir, où aucune décision notable n’est venue accréditer les revendications des éboueurs grévistes.

 

Le cocktail et le dîner de la discorde : du mépris ?

 

Les opposants se sont donc expliqués avec l’envoi d’un communiqué officiel adressé par Mathieu DEBAIN, ancien colistier de Victor ALBRECHT lors des dernières législatives sur la première circonscription de l’Yonne.

« Il y a donc deux poids et deux mesures, est-il écrit sur ce document, comment peut-on ériger en dogme la rigueur budgétaire tout en s’octroyant des largesses, voire des dérives dans ce domaine ? ».

Principal reproche fait au chef de file de la majorité communautaire : avoir proposé aux élus de tous se retrouver à un cocktail et à un dîner dans un restaurant gastronomique (ndlr : « L’Auberge des Tilleuls » à Vincelottes) après ledit séminaire.

 

 

« En tant qu’élu, quelle image donne-t-on, s’interroge le collectif de signataires, alors que nous demandons des efforts aux agents de la collectivité et aux habitants et que nous renvoyons l’image d’élus se permettant de dépenser pour nos petits plaisirs les impôts des habitants de l’agglomération… ».

Et de poursuivre sur la même tonalité : « Tout cela avec en préambule une conférence à venir sur la gestion de la crise ! ». Ce n’est que du « mépris » pour les signataires de l’opposition.

Concluant par une pirouette teintée d’ironie – « le restaurant choisi est un endroit magnifique avec une cuisine raffinée que nous aurons grand plaisir à venir y manger pour une belle occasion ! -, les élus de l’opposition de l’Auxerrois semblent déjà avoir retenu la leçon présidentielle exprimée il y a quelques jours par l’Elysée sur la fin de l’abondance ! N’acceptant plus, désormais, de joindre l’utile à l’agréable ?

 

 

En savoir plus :

Les élus signataires de ce communiqué sont :

Patrick BARBOTIN, maire de Jussy,

Mani CAMBEFORT, conseiller municipal d’opposition d’Auxerre,

Mathieu DEBAIN, conseiller municipal d’opposition d’Auxerre,

Sophie FEVRE, conseillère municipale d’opposition d’Auxerre,

Isabelle POIFOL-FERREIRA, conseillère municipale d’opposition d’Auxerre,

Rémi PROU-MELINE, conseiller municipal d’opposition d’Auxerre,

Bernard RIANT, maire de Valan.

 

Thierry BRET

 

Page 1 sur 94

Articles

Bannière droite accueil