Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
110 Bourgogne
Région Bourgogne France-Comté
Criquet Magazine
Lycée Saint-Joseph de la Salle
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
chambre des métiers et de l'artisanat
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat
logo-110-bourgogne-ok.png

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Serait-ce un échange de bons procédés ? Une manière concrète de se rendre la politesse et d’initier de fructueux contacts, sous le sceau du partage de connaissances et du retour d’expériences ? En tout cas, le récent séjour des dix-huit prestataires labellisés « Vignobles et Découvertes » en provenance de Saône-et-Loire ne devrait pas rester lettre morte à l’avenir, notamment dans l’hypothèse d’un voyage de réciprocité qui serait concocté dès la saison prochaine pour les labellisés de l’Yonne !

 

AUXERRE: Les voyages forment la jeunesse, dit l’adage ! Celui vécu par dix-huit représentants du territoire le plus septentrional de la Bourgogne, en terre de l’Yonne, aura porté ses fruits, c’est indéniable ! Et sans jeu de mot puisque l’on y aura beaucoup parlé de raisins et de vins, dans le cadre du fameux label à l’estampille « Vignobles et Découvertes ». Label où la Saône-et-Loire est représentée par 170 prestataires qui permettent tout comme dans l’Yonne d’y découvrir toutes les finesses et autres subtilités du milieu vinicole à travers les hébergements, les sites patrimoniaux, les activités de loisirs, les restaurants, les bars à vins, les offices de tourisme ou encore des domaines viticoles ou des caves coopératives. Le dénominateur de ce label qui séduit de plus en plus les professionnels du tourisme reste au demeurant la…qualité !

 

Une découverte de l’Yonne viticole sur deux jours…

 

Il y a peu, à l’initiative de l’agence de développement Yonne Tourisme, un groupe venu expressément de Saône-et-Loire a donc eu l’opportunité de visiter notre territoire lors d’un petit voyage réparti sur deux journées, mêlant joie de la gastronomie (« le J’MCA », excellente table de Coulanges-la-Vineuse), la découverte sensorielle autour du vin, proposée une Mélody LETOQUEU au meilleure de sa forme œnologique (OENO MELO) et une immersion dans le concept de Magali BERNARD, toujours à Coulanges-la-Vineuse, au Domaine du Clos-du-Roi.

Pour être tout à fait complet, une balade en cycle électrique organisée par Cycle Divin à Vincelottes et une plongée dans l’antre des Caves Bailly-Lapierre, à Saint-Bris-le-Vineux, s’ajoutèrent au programme du premier jour. La pause se faisant à l’Hostellerie des Clos, établissement de Chablis que l’on ne présente plus, chère à la jeune et brillante Noémie VIGNAUD. Auparavant, une visite dans le domaine de Céline et Frédéric GUEGUEN à Chablis s’imposait.

Le lendemain, nos habitants de Saône-et-Loire eurent droit à la balade traditionnelle dans Chablis avec le passage obligé depuis la table d’orientation qui surplombe la localité connue et reconnue dans le monde entier, surtout auprès des épicuriens ; la Cité des Climats et des Vins de Bourgogne se découvrit en compagnie du prolixe Damien GUERAULT, jamais avare en explications de texte avant un ultime déjeuner pris au « Bistrot des Grands Crus ». Une petite halte à Beines au musée de la Vigne et du Tire-bouchon pour y admirer l’impressionnante collection de 9 000 pièces s’en suivit, avant de rentrer dans ses pénates de Saône-et-Loire.

 

 

 

La nécessaire diversification pour faire face aux crises

 

Un séjour qu’aura su apprécier à sa juste valeur Antoine POIRIER, chargé de la mission œnotourisme pour la "Mission Tourisme de Saône-et-Loire".

« Chaque année, en ma qualité d’animateur de Saône-et-Loire Attractivité, j’organise un voyage découverte aux prestataires du label « Vignobles et Découvertes » de mon territoire, explique l’orateur, histoire de voir de visu ce qui se fait ailleurs. Cela nous permet aussi de pouvoir bénéficier de temps d’échanges sur le label à travers les diverses expériences observées sur place… ».

Un partage qui se veut riche et fructueux, tant les similitudes entre les deux départements que sont l’Yonne et la Saône-et-Loire sont importantes.

« L’Yonne possède un bassin d’attractivité qui est Paris et l’Ile-de-France, ajoute-t-il, par chez nous, c’est Lyon et le bassin du Rhône. La présence de ces métropoles est l’idéal pour bien se comprendre… ».

La diversification développée par certains acteurs de l’œnotourisme de l’Yonne a intéressé les visiteurs, visiblement. En témoigne les propos tenus par Antoine POIRIER, joint au téléphone : « Ce que nous avons vu au Domaine du Clos-du-Roi a impressionné le groupe, souligne-t-il, ce souci de diversification des activités pour faire face aux contraintes imputables à la crise climatologique et économique est extraordinaire. Posséder une autre source de revenu est primordial, dorénavant, pour les acteurs du vin comme pour ceux du tourisme… ».

Un choix de plus en plus accru pour cette forme d’activité en recrudescence que représente l’œnotourisme. Et qui ne se cantonne pas à la seule promotion de la vente du vin, d’ailleurs…

Une dynamique semble donc être lancée entre ces deux acteurs départementaux que sont Yonne Tourisme et la Mission Tourisme de Saône-et-Loire. Dès lors, l’invitation faite par le territoire méridional de la Bourgogne à l’Yonne n’est plus qu’une simple formalité pour que dès la saison prochaine les labellisés icaunais de la référence « Vignobles et Découvertes » rendent la politesse du côté des vignobles de la Côte Chalonnaise ou près de Mâcon à leurs homologues et néanmoins nouveaux amis ! Tout est dans l’art de la réciprocité et de la communication, non ?!

 

Thierry BRET

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

C'est l'histoire d'une vénérable maison de la gastronomie française, installée dans l'Yonne. Mais avant  de s'y attabler en ce jour pluvieux de mai 2024, prenons le soin de s'attarder sur son glorieux passé. Cet ancien relais de poste vit passer l'empereur Napoléon, lors des « Cent Jours » qui se terminèrent tragiquement par  la bataille de Waterloo en juin 1815. En 1900, dans le premier guide Michelin, « L’Hôtel de la Poste » figure en bonne place. Son adresse, la  place Vauban, n'est pas encore en travaux ; contrairement à 124 ans plus tard !

 

AVALLON : Puis viendra le temps de la fin de cette terrible Seconde Guerre mondiale. René HURE, fils d'hôteliers auxerrois, et petit-fils d'aubergistes sénonais, ancien élève d'école hôtelière, s'installe alors dans ce chef-lieu d'arrondissement de l'Yonne. Il s’aperçoit que tout est à refaire dans cet hôtel abandonné. C'est avec courage qu'il  s'emploie alors à d'importants travaux de rénovation, dans ce qui deviendra « L'Hostellerie de la Poste ». En 1948, tandis que les restrictions alimentaires commencent à s'amenuiser, le Michelin accorde deux étoiles à l'établissement pour ses escargots de Bourgogne, son jambon chaud à la « chablisienne », ainsi que pour les petites pièces de volaille fourrées cuites en pâte.

 

 

 

Une belle maison qui a perdu sa 3ème étoile dans les années 60

 


En ces années sans autoroute, l'axe Paris-Côte d'Azur est devenu la grande route française de la gastronomie. En 1953, Michelin décide que l'établissement de Simone et René HURE vaut le voyage et décroche les prestigieuses triples étoiles. On s'y régale alors de quenelle de homard à  la crème, de truite fourrée au fumet de Meursault et de poulet en civet au vieux Bourgogne. Sans oublier le « Dolce Borghese », un dessert d'anthologie !

A la fin des années 60, cette belle maison perd sa troisième étoile. La seconde perdurera une vingtaine d'années jusque vers les années 1985, qui verront l'avènement de jeunes cuisiniers icaunais : Marc MENEAU et Michel LORAIN. Puis, ce sera la fin des étoiles Michelin, pour cette maison au passé chargé d'âme, qui sera cependant  mentionnée au Michelin jusqu'au début des années 2010. Quel noble parcours !

 

 

Et pourquoi pas l’appellation « 1805 » plutôt que « 1815 » !

 

De cette maison fermée et à l'abandon, le couple COHEN a eu le courage et la témérité aussi, de croire en son avenir. Madame aime les lapins, ces petites poteries en attestent ! Depuis peu, chambres et restaurant sont ouverts à la clientèle, pour le plus grand plaisir des Avallonnais, mais pas que ! Sinon, comment dire : le courage financier est une chose, et l'amour de la bonne cuisine, une autre.

La première formule-déjeuner est ici à 29 euros. Le choix est fait du menu à 82 euros, intitulé « 1815 » (on eût préférés « 1805 » et Austerlitz,  mais l'histoire en ainsi faite !). Le service, avec une douzaine de couverts, semble aimablement débordé ! Il en sera ainsi durant tout le repas, à l'attente parfois un brin longuette entre deux assiettes. L'un des souriants chefs de rang ressemble quelque peu au chanteur STROMAE !

 

 

 

Des accompagnements pas forcément adaptés…



A l'apéritif, l'Américano commandé se fait attendre. Le barman l'a confondu avec...un café, passons ! La salle est belle avec ses boiseries soignées et ses tapisseries au plafond. Les pains et le beurre en accompagnement sont plutôt bons. En première entrée, l'escalope de foie gras de canard poêlée et la sauce l'accompagnant, un brin acide, constituent une entrée en matière plutôt solide !

L'autre entrée, les pleurotes, semble un brin imprécise et confuse entre crème  de chou-fleur et écume de parmesan. La seconde entrée, la « seriole ikejime » (pratique nipponne) est un plat agréable et bien assaisonné, plutôt plaisant à consommer. Mention vineuse spéciale pour le Pouilly-Fuissé de Jacques SAUMAIZE, fort gouleyant !

Enfin, nos plats principaux arrivent, toujours servis dans de jolies assiettes. Déceptions à l'unisson pour le ris de veau à la texture bizarroïde. Si le lieu jaune est impeccablement poêlé, on y retrouve l'écume de parmesan (????) qui couvre l'esprit des agrumes de l'assaisonnement. L'accompagnement des lentilles ne semble pas le plus adapté.

 

 

Une bonne chose que cette réouverture

 

Julien COHEN passe de table en table, organise les visites des lieux, et évoque avec enthousiasme les nouveautés à venir, tel le bar. Quant au dessert à base de fraise, il est pâteux et imprécis au plan gustatif. Le café est servi dans de jolies tasses à bord fin, accompagné par de bonnes pâtes de fruit. 
C'est une bonne chose que la réouverture de cet établissement réputé, porteur d'une belle histoire culinaire et qui devra peut-être désormais s'employer avec le temps, à se faire une belle place au sein des tables locales réputées. Paris ne s'est pas fait en un jour, Avallon, non plus !

 

 

En savoir plus :

 

Les - : le service est un brin évanescent.

Les + : le cadre est fort joli.

 

 

Contact :

 

Hostellerie de la Poste

13, place Vauban

89200 Avallon

Tel : 03.86.34.16.16.

Menu-déjeuner à partir de 29 euros.

 

Gauthier PAJONA

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Leur credo, c’est l’accompagnement dans la lutte contre la pauvreté. Celle qui touche de plein fouet aujourd’hui bon nombre de professionnels de l’agriculture qui ne peuvent plus subvenir à leurs besoins. Un vrai fléau, y compris dans l’Yonne. Partenaire historique de cette filière, l’assureur mutualiste régional a donc remis un chèque de 500 euros lors d’une rencontre à son siège auxerrois avec l’antenne icaunaise des Agriculteurs Français et Développement International (AFDI)…

 

AUXERRE: L’antenne en Bourgogne Franche-Comté a vu le jour en 1981. Force est de constater, plus de quarante ans plus tard, que le combat mené par la structure se poursuit. Tant la situation est difficile de nos jours pour une multitude de professionnels de la filière agricole dans l’Hexagone. La vocation de l’association « AFDI » (Agriculteurs Français et Développement International) est précisément de lutter contre la précarité vécue par les acteurs de la profession. Mais, aussi la défense de l’agriculture familiale…

Porteurs de valeurs solidaires, n’hésitant pas à le faire savoir auprès des plus jeunes qui empruntent les cursus scolaires les menant vers les lycées et centres de formation agri-viticole, les représentants de l’antenne icaunaise de la structure ont reçu des mains de Pascal MAUPOIS, président de la fédération des caisses locales de GROUPAMA  Yonne et du directeur d’établissement Yonne et Seine-et-Marne, Ludovic DAME, un fac-similé de chèque d’un montant de 500 euros, lors d’une convention de partenariat entre les deux structures. Une somme utile aux actions de l’AFDI…

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

A croire que parmi le cortège des suiveurs officiels, ces personnalités de la sphère politique et institutionnelle présentes lors de l’inauguration de la 94ème Foire exposition d’Auxerre, il y en a des plus malines et plus gourmandes que d’autres pour se rendre d’emblée sur l’un des stands les plus prisés de cet évènement, et ce depuis des lustres : à savoir celui de l’Amicale des Cuisiniers de l’Yonne ! En témoigne ce cliché pris sur le vif et surtout derrière les fourneaux !

 

AUXERRE : L’Amicale des Cuisiniers de l’Yonne à la foire exposition auxerroise ? C’est bien plus qu’une tradition annuelle, c’est un lieu de passage obligatoire pour toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans les valeurs de l’art culinaire régional, défendu par l’ensemble de ces toques, anciennes ou gloires actuelles, de la gastronomie icaunaise.

Alors retrouver des figures politiques et institutionnelles du landerneau aux abords de ce stand très animé et odorant – voire précisément de l’autre côté de l’atelier afin d’y déguster quelques succulents plats en préparation en guise de mise en bouche – n’a donc rien de surprenant !

 

 

Celles et ceux qui ont su « flairer » le bon coup (et surtout les suaves fragrances de recettes savamment mitonnées par la bande de Daniel AUBLANC et de Jean-Marie LAMOUREUX – on rencontrera au passage l’ami Pascal GUELLEC ! – afin de les goûter en priorité !), se nomment Céline BAHR, Guillaume LARRIVE, Jean-Pierre RICHARD et Francis HEURLEY !

Pris la main dans le sac ? Que nenni ! Plutôt la fourchette à la main ou presque pour apprécier les plats d’une Amicale des Cuisiniers au top de sa forme et de sa…popularité !

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Indéniablement, c’est un sérieux plus pour optimiser l’attractivité touristique du territoire. Surtout pour les adeptes de « slow » tourisme, cette pratique itinérante toute en douceur et très en vogue que l’on peut pratiquer, entre autres, via l’usage du cycle. Le vélo, parlons-en justement ! La Communauté de communes de Puisaye-Forterre l’encourage fortement. Depuis la récente inauguration d’une portion de sept kilomètres entre Dammarie-sur-Loing (Loiret) et Rogny-les-Sept-Ecluses, un itinéraire à vocation internationale qui relie le nord de la Norvège à l’ouest de l’Espagne, en passant par Saint-Jacques-de-Compostelle. Et tout çà, depuis le sud-ouest de l’Yonne !

 

ROGNY-LES-SEPT-ECLUSES : Dans le jargon technique, on appelle cela une « vélo-route ». Un ruban d’asphalte interminable qui permet aux cyclistes de tous horizons de s’adonner à leur discipline préférée en ne se cantonnant pas à circuler sur quelques kilomètres seulement. Imaginez le tableau ! A l’aide de cette « EuroVélo 3 » - le clin d’œil à l’européanisation du cycle de loisir pour celles et ceux qui veulent bien s’y mettre et ne craignent pas d’avaler des kilomètres ! -, il est désormais possible depuis l’ouest de notre territoire – pour les plus courageux d’entre nous et si le cœur vous en dit - de rejoindre par le nord la ville de Trondheim en Norvège et par le sud le Cap Fisterra espagnol, dans la province de La Corogne.

Il y a une poignée de jours, la collectivité communautaire de Puisaye-Forterre a ainsi procédé à l’inauguration de ce tronçon de sept kilomètres permettant aux cyclotouristes de venir faire un petit tour en toute sécurité du côté de l’Yonne occidentale. Des travaux d’aménagement devant s’étirer sur un semestre avant d’arriver à ce résultat définitif. Pour mémoire, cette « EuroVélo 3 » court sur 1 700 kilomètres à travers l’Hexagone : elle est surnommée la « Scandibérique », contraction logique entre Scandinavie et péninsule ibérique.

 

 

 

Avec cette inauguration – elle a été rendue officielle le 23 avril dernier -, la CCPF marque son attachement à la promotion de la culture et du patrimoine (les cyclistes fréquentant cette longue piste fleurant bon les vacances et la villégiature peuvent y découvrir des lieux patrimoniaux emblématiques), à la mobilité durable (le vélo) et au tourisme, engendrant nécessairement des retombées économiques. Des items prégnants et surtout stratégiques pour accroître l’essor attractif de ce territoire déjà bien côté par une clientèle internationale lors des périodes de vacance. Du pain bénit, donc et par ricochet pour tout ce qui est commerce et artisanat dans le secteur géographique.

Côté financement, cet aménagement écologique et environnemental atypique aura coûté 1,235 million d’euros, avec les aides salvatrices du fonds européen Leader (669 000 euros) et les subsides du Département de l’Yonne, soit 128 000 euros. Parallèlement, une commande artistique fut faite au sculpteur Jean-Michel UNGER, à l’été 2023. Utilisant des matériaux locaux et durables, ce dernier se lance dans la conception de « L’Arbre aux Poissons », installé non loin du canal de Briare, une représentation en acier d’un arbre dont les extrémités des branches sont habillées d’éléments mobiles, les fameux poissons. Un clin d’œil à la symbolique chrétienne puisque la vélo-route européenne peut nous mener du côté de Saint-Jacques-de-Compostelle, terre de pèlerinage ? Peut-être ? Ou peut-être pas ?

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99
Page 1 sur 131

Articles

Bannière droite accueil