Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-ccap-vital-sante-auxerre.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-ccap-vital-sante-auxerre.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Le préfet de l’Yonne, Patrice LATRON, et le président du Conseil départemental, Patrick GENDRAUD, ont respecté la tradition des vendanges dans les jardins de la préfecture à Auxerre…

AUXERRE : Les ceps de vigne, plantés dans les jardins de la préfecture de l’Yonne en 2010, ont fait l’objet d’une attention particulière de la part des élus du Conseil départemental et des représentants de l’Etat.

Maniant le sécateur avec aisance et dextérité, le préfet Patrice LATRON, accompagné dans un geste similaire par le président du Département Patrick GENDRAUD, ont montré l’exemple lors de ces vendanges traditionnelles, placées sous le signe de la convivialité et de la détente.

Exploitant ces quelques arpents de vigne, c’est le viticulteur de Chablis, Yvon VOCORET, qui donnait le « la » et expliquait la technique de la coupe des grappes de raisin lors de cette manifestation, synonyme de rentrée des classes pour les élus et représentants institutionnels de notre territoire.

Conscient que le monde de l’agriculture suit une constante évolution et se transforme dans son approche fonctionnelle afin de répondre aux enjeux sociétaux et consuméristes de demain, l’assureur mutualiste régional adapte sa stratégie et ses produits aux besoins de ses partenaires naturels. Le président de la Fédération départementale des caisses de l’Yonne, Pascal MAUPOIS, a profité de son point presse trimestriel pour rappeler les caractéristiques et les enjeux de ces engagements vis-à-vis des professionnels de la filière. Avant de procéder au renouvellement des partenariats qui l’unissent avec les principaux acteurs agricoles du territoire…

AUXERRE : Invitant les journalistes à le rencontrer lors de la seconde conférence de presse de son mandat, le nouveau président de la Fédération départementale des caisses de l’Yonne de GROUPAMA Paris Val de Loire Pascal MAUPOIS a tenu à officialiser la nature des partenariats que le leader de l’assurance et de la prévoyance entretient avec les acteurs économiques de la filière agricole.

Aux côtés du directeur des établissements de l’Yonne, Jacques BLANCHOT, le président, lui-même issu du sérail de l’agriculture en sa qualité de céréalier, convia le secrétaire régional et président de l’Yonne des CUMA, Walter HURE, le représentant de l’exécutif des Jeunes Agriculteurs, Maxime BOUCHER et le binôme à la tête de la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA), Damien BRAYOTEL. Ce dernier était accompagné de son nouveau directeur, Philippe LOUSSET. Toutes ces personnalités devaient prendre part à cet exercice de communication orale.

Le point d’orgue de cette rencontre, placée sous le signe des relations publiques et de la convivialité, se concrétisa par le paraphe des documents officiels au terme de cette entrevue.

Des conventions de partenariat ouvertes à tous les secteurs économiques…

Ce geste symbolisa la reconduction effective de ces trois partenariats. D’une durée de deux à trois ans, selon l’antériorité de leurs modalités administratives, ces conventions traduisent l’entente cordiale qui perdure depuis moult années (peut-être dès l’origine de la création séculaire de l’assureur mutualiste en 1870) entre les spécialistes de l’assurance/prévoyance et les acteurs économiques de leur cœur de cible historique, à savoir les milieux agricoles et viticoles.

Elles ne sont plus les seules par ailleurs. Ouvertes aux autres secteurs de l’activité économique (bâtiment, industrie…), les conventions déclinées par GROUPAMA Paris Val de Loire incluent dorénavant des structures emblématiques de certains corporatismes à l’instar de la CAPEB (Confédération artisanale des petites entreprises du bâtiment), du commerce et de l’industrie orienté vers de petites structures professionnelles (CPME) ou vers l’insertion via des organismes référents à l’image de la BGE (anciennement Boutique de Gestion).

Une complémentarité intéressante qui s’applique au sein même du conseil d’administration de l’assureur mutualiste. Comme devait le préciser Pascal MAUPOIS lors de son propos introductif, « des représentants des Jeunes Agriculteurs et de la CAPEB travaillent en qualité d’élus dans cette entité décisionnelle ».

Expliquant la nature de ces partenariats, basés objectivement sur la déclinaison de produits assurantiels mais aussi de prestations et de services à destination des entreprises tout secteur confondu ainsi que les particuliers et les collectivités, le président de la Fédération départementale des caisses de l’Yonne résuma une évidence en une seule donnée statistique. 25 % du chiffre d’affaires de GROUPAMA Paris Val de Loire (environ 630 millions d’euros) provient du fondement historique de l’agriculture et de la viticulture.

Des partenaires satisfaits de leur relation professionnelle…

« Depuis 55 ans, les CUMA (Coopératives d’utilisation de matériels agricoles) entretiennent des liens privilégiés avec les responsables de l’assureur mutualiste, expliqua Walter HURE, l’un des signataires de ces conventions, nous avons pour objectif d’acquérir du matériel en commun et de venir en accompagnement des agriculteurs lors de projets de développement et renouvellement de matériels ».

Devant la prééminence des besoins, GROUPAMA Paris Val de Loire propose une extension des garanties souscrites par les chefs d’entreprises aux dirigeants de ces CUMA, par le biais de la responsabilité civile de ses dirigeants.

Du côté des Jeunes Agriculteurs et de son président, Maxime BOUCHER, l’indice de satisfaction se situe à l’identique. Si le syndicat promeut les installations et les modèles économiques en visant le renouvellement générationnel, il s’appuie aussi sur les outils mis en place par le partenaire assureur. A commencer par la charte « Terre Entreprise » qui offre son lot d’avantages concrets dont une réduction tarifaire sur les risques d’assurance, soit de manière linéaire de près de 30 % durant cinq ans, soit de façon progressive selon le compte d’exploitation de la structure.

« En outre, ajouta Jacques BLANCHOT, il existe d’autres manières de soutenir les jeunes à l’installation grâce au diagnostic prévention sur les sinistres physiques et incendies, des aides pour doubler les indemnités journalières en cas de pépin, la valorisation des objets connectés, le soutien humain avec l’association de remplacement de l’Yonne en cas d’heureux évènements ou de besoin de coupure »…

La charte aux vertus salvatrices a même été étendue aux 243 paysagistes et des milieux hippiques (130 centres équestres) du département.

Une complémentaire santé spécifique aux anciens exploitants agricoles…

Quant à la FDSEA de l’Yonne, qui a pour vocation de défendre les adhérents et de communiquer vers le grand public sur les nombreux métiers de l’agriculture, elle jouit d’excellentes relations avec son partenaire mutualiste. Si l’essence de ce partenariat se conçoit comme une forte plus-value autour de la communication (présence commune à la Foire Saint-Martin à Auxerre, accueil envisageable sur le stand de l’assureur à la Foire exposition d’Auxerre…), GROUPAMA Paris Val de Loire a également initié une offre spécifique à destination des anciens exploitants agricoles. Sous la forme d’un contrat collectif maladie avec l’application de tarifs préférentiels depuis mars 2018.

« Nous rencontrons un franc succès autour de cette nouvelle proposition, concède Jacques BLANCHOT, des rencontres vont être prochainement organisées à Auxerre, Chablis et Sens afin d’en expliquer les fondamentaux auprès des affiliés de la FDSEA. Un partenariat, c’est aussi cela : avoir un contact direct avec un interlocuteur, de pouvoir le rencontrer physiquement et surtout de régler un problème avec beaucoup de simplification et de facilité… ».

Des propos prononcés en guise de conclusion avant que les signataires de ces trois conventions ne se retrouvent autour de la table, afin d’apposer leurs griffes sur les documents.

 

Les épicuriens et amateurs de savoureuses recettes n’auront pas manqué de saluer la venue de l’illustre représentant de la gastronomie française de passage il y a quelques jours à Auxerre à l’occasion de la sélection départementale du concours des Meilleurs Apprentis de France, dans la catégorie cuisine. Le chef étoilé qui a su redorer le blason du célèbre établissement parisien pendant treize années avait endossé sa vêture de président d’un jury d’exception aux côtés de ses pairs. Ces derniers lui ont rendu un vibrant hommage au CIFA de l’Yonne…

AUXERRE : Pointure experte de la haute gastronomie tricolore à travers le monde et en France, Marc MARCHAND a posé quelques heures durant ses valises en terre icaunaise à l’occasion de la sélection départementale du concours des Meilleurs Apprentis de France, dans sa discipline de prédilection : la cuisine.

Président du jury officiel de cette session où s’affrontaient huit jeunes candidats, l’ancien chef étoilé du « MEURICE », l’un des palaces parisiens reconnus dans la sphère internationale du luxe et des arts de vivre, s’est livré avec professionnalisme et extrême courtoisie au jeu de la dégustation et de la vigilance dans le respect des règles de l’art d’Escoffier.

Premier commis au célèbre « Georges V », Marc MARCHAND a effectué ensuite une éblouissante carrière parmi le sérail de la gastronomie nationale et internationale. Exerçant avec passion et humilité ce métier qui procure tant de sensations gustatives aux plus fins gourmets !

Un chef qui a exercé aux quatre coins du monde…

Habitué des concours et des palmarès, lui-même champion de France de cuisine artistique, lauréat du fameux « Prosper Montagné », ce club gastronomique hors pair qui vante les subtilités exquises du goût et de la qualité, Marc MARCHAND a également travaillé avec le regretté Joël ROBUCHON, récemment disparu.

Membre de l’Académie culinaire de France, le chef étoilé a pris un réel plaisir à participer à ce jury auxerrois de très belle facture. Lui qui a exercé la maîtrise de son savoir-faire aux quatre coins de la planète : à Tokyo, à Pékin, à Los Angeles ou à Punta del Este, en Uruguay.

Ses pairs régionaux, dont Daniel AUBLANC, président de l’Amicale des Cuisiniers de l’Yonne et Jean-Marie LAMOUREUX, le vice-président de l’association et formateur au CIFA, tous deux auréolés de nombreuses distinctions culinaires nationales, devaient lui rendre un vibrant hommage au terme de la cérémonie de remise des prix.

Par l’intermédiaire de son antenne régionale, l’INSEE a publié les dernières tendances concernant l’activité hôtelière de notre territoire. Des chiffres qui traduisent une légère érosion de ce secteur économique au second trimestre malgré la forte présence de la clientèle étrangère…

DIJON (Côte d’Or) : Par comparaison avec la même période observée en 2017, la fréquentation hôtelière en Bourgogne Franche-Comté a connu un tassement entre les mois d’avril et de juin de cette année.

Manque à l’appel : la clientèle française. Celle-ci a rétrogradé de manière significative sur l’ensemble des huit départements de Bourgogne Franche-Comté. Même la forte progression de la clientèle internationale n’aura pas suffi pour compenser cette baisse importante. Pourtant, les Allemands, les Belges et surtout les Chinois continuent de visiter en masse notre région : leurs nuitées ont connu une forte expansion.

Ce sont les ressortissants Allemands qui auront été les plus nombreux en termes de nuitées hôtelières au cours de ces douze derniers mois en Bourgogne Franche-Comté, avec 97 200 nuitées soit une évolution de + 7 % par rapport à l’exercice antérieur. Ils sont talonnés par les Chinois (+ 13,2 %) et les Belges (+ 4 %). Notons la bonne fréquentation des Britanniques et des Néerlandais. Et le retour providentiel des Américains (+ 21,3 % de nuitées), ces derniers ayant longtemps boudé le sol français par crainte d’hypothétiques attentats.

Etat des lieux par départements

Si la Bourgogne Franche-Comté totalise près de deux millions de nuitées sur cette période avec un taux d’occupation de 58,6 % (+ 0,2 % de hausse par rapport à la période similaire en 2017), le département de Côte d’Or conserve toujours une très nette avance vis-à-vis des autres territoires qui forment notre contrée. Les atouts de la capitale des Ducs de Bourgogne pèsent lourdement dans la balance in fine, avec un total de 697 900 nuitées pour un taux d’occupation de 63,6 %.

La Saône et Loire se situe en seconde position sur l’échiquier purement bourguignon (398 100 nuitées pour un taux d’occupation de 59,1 %). Viennent ensuite l’Yonne (214 000 nuitées pour un taux d’occupation de 58,1 % - assez prêt de la Saône et Loire) et la Nièvre, qui n’a enregistré que 123 300 nuitées pour un taux d’occupation de 52,9 %.

A noter que ces quatre départements connaissent une petite poussée haussière de leur taux d’occupation par rapport à la même période de 2017.

 

 

A quelques jours de l’ouverture de la 88ème édition de la Foire commerciale d’Auxerre, la seconde en Bourgogne en nombre de visiteurs accueillis sous une structure couverte, le directeur de Centre France Parc Expo explique sa stratégie en matière de programmation et de communication. Deux axiomes complémentaires de poids dans la balance de la réussite et du futur succès de cet évènement populaire, qui marque le début de la nouvelle saison pour le centre d’exposition auxerrois…

AUXERRE : L’objectif est double pour le responsable de Centre France Parc Expo avec l’organisation de la 88ème Foire exposition : conforter l’évènement dans sa posture de premier évènementiel commercial sur le territoire de l’Yonne et lui garantir une notoriété suffisante en sa qualité d’organisateur de spectacles vivants. D’ailleurs, cette année, ils seront au nombre de cinq, proposés au quotidien durant la manifestation. Leur thème évoquera la richesse musicale et artistique de la Disco, une période faste ayant sublimé les années 1975/1985, avant qu’elle ne s’étiole de façon subite et définitive.

Mais, que les nostalgiques des paillettes, des light-shows et des voix haut perchées à la BEE GEES se rassurent, ils ne devraient pas être déçus par le copieux cocktail que leur ont concocté Guy ROS, Sébastien FUENTES, son directeur-adjoint et leur équipe pour le contenu de la partie festive de l’évènement.

Une aire de stationnement de 800 places à proximité de l’entrée…

Entre les bonnes affaires que les visiteurs sont en droit d’attendre de leur découverte des 160 stands tenus par des professionnels de la France entière et le programme des réjouissances, l’apothéose risque d’être au rendez-vous ! A l’intérieur parmi les différents univers du complexe qui a subi sa cure de jouvence à l’automne 2017 ; mais aussi sur le parvis. Le réaménagement des zones de stationnement, nouveauté de cette édition 2018, constituait l’une des priorités voulues par l’hôte de ces lieux.

« Gagner en accessibilité demeurait la priorité, insiste Guy ROS, il fallait que les visiteurs puissent stationner au plus près de l’entrée principale de la foire. La zone située à côté de l’infrastructure qui accueillait jusqu’alors les exposants de l’extérieur (jardinage, véranda, pôle automobile…) deviendra le parking officiel de l’évènement, pourvue de 800 places. Avec les autres espaces identifiés dans un périmètre proche, ce sont plus de mille places qui seront ainsi à disposition… ».

Un service supplémentaire et gracieux offert aux potentiels trente mille visiteurs qui sont attendus durant ces cinq jours (12 au 16 septembre). Revendiquant son désir de renouveler les exposants (de 20 à 30 % à chaque nouveau rendez-vous), Guy ROS prône que chacun doit vivre un moment d’éclectisme durant cette foire.

« On essaie toujours de trouver dans le domaine de la gastronomie et des vins des spécialistes des saveurs d’ailleurs. La variété évite toute forme de lassitude : c’est fondamental quand il y a récurrence annuelle d’un évènement… ».

Gratuite, la Foire d’Auxerre le restera. Y compris lors de ses nombreux divertissements. En particulier, les concerts autour de cette thématique fédératrice de la Disco.

« Des animations pléthoriques seront proposées sur ce souvenir musical qui reste très vivace dans nos consciences, ajoute le directeur de Centre France Parc Expo, je peux vous citer pêle-mêle des projections de film, un bar karaoké, une exposition dévoilant CD et vinyles de l’époque, des affiches de concert. Le public changera d’époque dès qu’il pénétrera dans cet espace découverte qui n’a rien de kitsch pour y retrouver les chanteurs et les groupes vedettes de cette période : ABBA, BEE GEES, Donna SUMMER, CERRONE, Patrick JUVET, Giorgio MORODER, ELO (Electric Light Orchestra) ou encore EARTH, WIND & FIRE. Trois artistes devraient capter davantage l’intérêt de cette foule : SHEILA, Claude FRANCOIS et BONEY M… ».

L’exposition dévoilée sur 300 mètres carrés pourrait devenir itinérante par la suite au sein du groupe de presse CENTRE France dont sa filiale évènementielle organise l’importante foire de Limoges au printemps (100 000 visiteurs).

Un évènement économique aux fortes retombées locales…

S’il est difficile de posséder une estimation au cordeau du chiffre d’affaires généré par la foire auprès de ses exposants, en revanche, on sait que plus de 500 personnes professionnelles sont présentes sur le site. D’où une poussée consumériste obligatoire dans le landerneau qui se traduit par une fréquentation accrue via les postes de l’hôtellerie et la restauration, les débits de boisson, les distributeurs de tabac, les commerces de proximité.

« L’impact est considérable, affirme Guy ROS, les retombées économiques sont trois fois supérieures à la normale pour les commerces auxerrois en période de foire… Plus la foire se développe et plus il y aura des effets bénéfiques ».

Cette année, pour la 88ème édition, Guy ROS n’a pas hésité à s’adjoindre les services d’un directeur artistique pour la création graphique de l’affiche et des supports de communication. Celle-ci a été très largement déployée sur le département de l’Yonne, l’est du Loiret et sur une frange de la Nièvre.

 

 

Page 1 sur 18
Bannière droite accueil