Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté

SENS : Week-end prolixe en perspective à Sens avec l’organisation de cet événementiel insolite qui a pour objectif de mettre sous le feu des projecteurs les professionnels de la mode.

Dès vendredi, les somptueux salons de l’hôtel de ville accueilleront un défilé de mode avec la présence de nombreux partenaires du secteur vestimentaire et économique.

Le lendemain, les artisans d’art du Sénonais convieront le public autour d’une exposition-vente, sous la mezzanine du marché couvert de 10 à 18 heures. Avant que la soirée ne se termine de manière gastronomique et ludique en se sustentant et en dansant à l’occasion d’un grand bal des fleurs, avec la présence de l’orchestre « Entre Nous » dès 20h30…

Désireuse de rallier les visiteurs de l’Aube, du Loiret, de la Seine et Marne, et ceux de l’Yonne, vers cette sympathique animation, l’association « Cœur de Ville », attend beaucoup plus de ce rendez-vous.

Conçue en partenariat avec la Ville de Sens, la Fashion Week représente un moment d’échange, de partage et de connaissances à vivre entre un public de curieux et les professionnels de la filière. Sa finalité repose sur la présence d’espaces participatifs afin d’apporter des réflexions pertinentes sur ces métiers, en plus du plaisir des yeux.

Les organisateurs espèrent un véritable engouement de la part des particuliers et des étudiants, mais aussi des représentants de la vie professionnelle du territoire, à l’égard de ce projet...

 

Malgré la présence d’une quarantaine de pays, la jeune société des cousins, Alexis et Vianney MADELIN, a réussi à tirer son épingle du jeu en empochant deux très belles distinctions à l’International Beer Challenge et aux World Beer Awards. Ces épreuves récompensaient les meilleures recettes mondiales de bières artisanales à Londres. Un joli accessit à la certification de boissons élaborées à partir des produits de l’agriculture biologique…

 CHABLIS : Les meilleures bières blondes de France se nomment « Porte Romane » et « Moulins des Fées ». Et ces recettes si sympathiques en vertu gustative, conçues paradoxalement sur une terre universellement ancrée dans le domaine viticole, proviennent de la Brasserie de Chablis, la jeune structure portée depuis plus d’un an par la famille MADELIN.

Les cousins, Alexis et Vianney, viennent encore de faire parler d’eux dans le paysage brassicole. De la manière la plus élogieuse possible. Ils ont glané deux titres honorifiques obtenus au cours de challenges internationaux qui se déroulaient il y a peu dans la capitale du Royaume-Uni.

Ces distinctions leur permettent de gagner des labels très intéressants, mettant en valeur leur savoir-faire de brasseurs qui emploie des produits biologiques référencés comme le malt, le houblon et les épices pour composer leurs recettes.

A la conquête de l’Empire du Soleil levant…

Les jurys de ces challenges qui avaient lieu en simultanée à Londres ont su apprécier à leur juste valeur les bières artisanales que les deux garçons prennent un malin plaisir à concocter. Cet ancrage territorial autour du Chablis a su séduire les importateurs du…Japon. Non seulement, les consommateurs nippons possèdent un faible pour les vins du terroir de l’Yonne mais ils semblent désormais succomber, aussi, à ses bières artisanales.

Très aromatiques, équilibrés et sans trop d’amertume, les breuvages fabriqués par les jeunes gens connaissent une forte poussée consumériste dans le pays du Sud-est asiatique. Recherchés par les importateurs, toujours en quête de nouveaux produits étrangers, les bières commercialisées sous la marque « MADDAM » (la juxtaposition des deux patronymes des cousins), rencontrent le succès chez les revendeurs de Tokyo.

Plutôt prometteur quand on sait que la SARL au capital de 10 000 euros n’a vu le jour que depuis octobre 2016 !

Les trois bières standard d’une qualité identique s’exportent vers le Japon, cible privilégiée des deux cousins, mais aussi vers la botte transalpine. 50 000 bouteilles ont été conditionnées au mois d’août, prêtes à inonder ces marchés exotiques. Mais, Alexis et Vianney n’occultent pas de leurs objectifs l’Hexagone et son fort potentiel de développement.

Augmenter la capacité de production à 100 000 bouteilles annuelles…

Qu’elles soient blondes, blanches ou ambrées, les bières MADDAM possèdent des identifications locales, ce qui n’enlève en rien leur finesse et leurs qualités. La restauration, les bars à vin mais aussi les cavistes et les épiceries fines ainsi que les chaînes de magasins biologiques constituent le cœur de cible privilégié de leur mode de distribution sur le territoire français.

Pourvue dorénavant d’une boutique, attenante au lieu de production, la BRASSERIE de CHABLIS envisage de produire 100 000 bouteilles dès l’année prochaine. L’acquisition d’un nouveau groupe d’embouteillage et de conditionnement, pouvant gérer plus de deux mille bouteilles par heure, apportera une nette valeur ajoutée à l’outil de production. En 2017, 500 hectolitres de bières artisanales ont été conçues sur l’unité de Chablis. L’enjeu de la future saison sera d’augmenter la capacité annuelle à 900 hectolitres.

Restaurée grâce au travail pugnace et opiniâtre de l’association icaunaise « Urgences Patrimoine », qui encourage la pratique du bénévolat et du mécénat de compétences, la célèbre toile, œuvre majeure de l’art sacré datant de la fin du XVIème siècle, sera de nouveau visible dans la petite église de cette localité de l’Yonne. Le tableau réintégrera sa place en bonne et due forme ce samedi 07 octobre lors d’une cérémonie officielle organisée dès 15h30 pour célébrer sa restauration.

BEAUMONT : Ce travail de rénovation de très belle facture a pu se concevoir gracieusement avec le concours de bénévoles, ceux de l’association dirigée par Alexandra SOBZACK.

Très abîmé, le chef d’œuvre a pu ainsi bénéficier de l’expertise aguerrie d’une  spécialiste en restauration de toiles, Angélique DEMEERSSEMAN.

L’association locale, les Amis de Sainte-Barbe, s’est mobilisée afin de restaurer et sauvegarder l’édifice. La demande de devis initiale s’élevait à 13 000 euros. Une enveloppe financière, jugée trop onéreuse pour que la structure associative puisse la prendre à sa charge.

Intervention gracieuse d’une restauratrice d’œuvres d’art…

Contactée, Alexandra SOBZACK, responsable de l’entité « Urgences Patrimoine », se proposa alors de faire réaliser l’opération de réhabilitation de cette œuvre dans le cadre du mécénat de compétences. Une restauratrice de grand talent, Angélique DEMEERSSEMAN, entra ensuite dans le jeu et accepta sans hésitation d’apporter sa dextérité à la cure de jouvence de cette œuvre.

«  Ce genre d’opération, réalisée à titre gracieux, n’enlève pas de travail à un artisan, puisque de toute façon, les moyens financiers de l’association des amis de Sainte Barbe ne permettaient pas d’engager une somme aussi importante, explique Alexandra SOBZACK, dans le cas où nous n’aurions pu concevoir cette opération, le tableau aurait fini par être détruit... ».

Et la présidente d’Urgences Patrimoine d’ajouter : « Ce n’est pas parce que le travail est réalisé dans le cadre du mécénat de compétences, qu’il n’est pas de grande qualité. Ce n’est pas un travail effectué au rabais. Cette action prouve au contraire qu’il existe encore beaucoup d’artisans et d’artistes passionnés et désintéressés, prêts à mettre leurs talents, leurs compétences et leur temps au service du patrimoine en péril. C’est ainsi que les mots « altruisme » et « transmission » retrouvent toutes leurs lettres de noblesse et je m’en réjouis… ».

Un projet fédérateur autour de la sauvegarde du patrimoine…

A l’occasion de cette cérémonie, la présidente de l’association évoquera le lancement d’une grande opération, baptisée « Un geste à l’édifice ». Elle devrait sensibiliser le plus grand nombre d’artisans de la région, prêts à s’investir à ses côtés, en faveur de la sauvegarde du patrimoine.

Quant à l’association des Amis de Sainte Barbe, à l’origine de cette judicieuse initiative, elle conviera samedi après-midi tous les amoureux de la culture, des œuvres artistiques et du mécénat à assister à cette triomphale résurrection en l’église de Beaumont. Un événement, qualifié de très important pour les passionnés de sauvegarde de ce patrimoine rural si riche…et pour les habitants de la commune, fiers de retrouver leur « Couronnement de la Vierge » à sa place dans la chapelle Sainte Barbe…

Les travaux d’enfouissement des réseaux filaires numériques traduisent la volonté des pouvoirs publics d’accélérer le plan France Très Haut Débit sur le territoire de l’Yonne. La commune de La Ferté Loupière a été choisie pour recevoir le déploiement des premiers effets de cette montée en puissance qui donnera à l’avenir un accès plus rapide au téléphone fixe, au multimédia et à la télévision. Une trentaine d’autres chantiers sont prévus d’ici la fin de l’année, constituant ainsi la première étape de ce vaste projet vers l’extension du numérique en zone rurale…

 

LA FERTE LOUPIERE : Pilote et disposant de la seule compétence pour pouvoir le faire, le Département de l’Yonne a décidé de prendre le taureau par les cornes et de lancer un programme ambitieux, initié en trois phases de cinq ans, à travers l’entité « Yonne Numérique ». Ce RIP, pour Réseau d’initiative publique, permettra aux termes des différentes étapes d’adaptation et d’aménagement sur le terrain d’octroyer de très belles opportunités aux utilisateurs de communication à haute technologie. Qu’ils soient professionnels ou particuliers, tous devraient bénéficier dès lors, et ce dans un  delta de 15 à 18 mois après travaux, de davantage d’aisance dans les tuyaux afin de faire circuler leurs précieuses informations.  

Une trentaine de chantiers pour la première tranche…

Dans l’absolu, la trentaine de chantiers, constituant la première étape de ce plan mûrement réfléchi, sur lesquels seront enfouis de manière progressive les câbles pouvant contenir plusieurs fourreaux modifieront la physionomie de notre territoire en matière d’accessibilité à cette technologie très performante. Le haut débit offrira à ses usagers 3 Mbits à la seconde. Quant au très haut débit, les résultats seront dans les mêmes proportions temporelles puisqu’il sera question d’atteindre 30 Mbits en un laps de temps record !

Autant dire le paradis retrouvé sur Terre, pour celles et ceux qui ne cessent de se plaindre continuellement de la lenteur du système qui rame après le seul envoi d’une photographie à haute définition ou d’un document PDF un peu trop lourd !

La fluidité des émissions/réceptions deviendra alors un jeu d’enfant dans les pratiques courantes qu’il s’agisse de navigation web, de télévision (le 3D relief sera enfin disponible dans les campagnes grâce au Très haut débit), des échanges informatiques avec la possibilité d’adresser des données volumineuses ou pour les entreprises, le développement de la vidéoconférence.

Une enveloppe globale de 274 298 euros hors taxes…

C’est en juin  dernier que le Conseil départemental de l’Yonne avait défini les premières zones géographiques devant bénéficier de ces aménagements essentiels. Si le projet global de « Yonne Numérique » s’élève à plus de 55 millions d’euros, avec l’implication de différents acteurs institutionnels dont les EPCI et la Région, le chantier de raccordement de la commune de l’Aillantais nécessitera in fine une enveloppe budgétaire de 274 298 euros HT.

Outre l’ouverture d’une tranchée de 80 centimètres de profondeur facilitant la pose de la boucle locale en cuivre, la construction d’une dalle de béton qui recevra l’armoire du point de raccordement mutualisé (PRM) haute de deux mètres, complètera ce dispositif.

Cette armoire, bientôt située en face de la mairie locale, disposera d’un double compartiment destiné aux connexions et aux opérateurs. C’est l’antenne régionale du Loiret de l’entreprise de BTP SOBECA qui a été retenue sur appel d’offres pour accomplir ces divers travaux dans l’Yonne.

Désireuse d’implanter de nouveaux commerces de proximité au centre-ville, l’agglomération de l’Yonne propose un appel à candidatures destiné aux porteurs de projets locaux. Elle s’appuie aussi sur un partenariat insolite, conçu avec le propriétaire d’un ancien fonds situé 59 avenue Jean Jaurès. Le but de ce concept est de créer les conditions idoines à l’installation de nouveaux magasins et surtout à la réussite des futurs commerçants…

MIGENNES : « Si le dispositif fonctionne bien, nous serons enclins à promouvoir l’installation d’autres « Commerces en test » » sur la commune ». Le service communication de la Ville de Migennes traduit à travers ses écrits l’optimisme qui prévaut autour du lancement de ce nouveau concept. Il vise à développer le retour des petits commerces en centre-ville.

Disposant d’une ancienne boutique située sur l’une des artères principales de Migennes, la Ville souhaite créer les conditions optimales à l’accueil de nouveaux professionnels. Le propriétaire de ce fonds laissé vacant s’engage à fournir un emplacement refait à neuf et prêt à l’emploi. Il se réserve le droit d’appliquer un loyer modéré pendant la première année d’exploitation, suivi d’un loyer progressif, à partir d’un bail jouant sur la souplesse et qui garantit une période d’essai avant que le professionnel ne s’engage totalement. L’absence de droits d’entrée ou de frais d’agence immobilière complète ce panel de possibilités attrayantes.

Au terme de la période d’essai, si celle-ci se révèle concluante, le porteur du projet commercial choisit alors de poursuivre durablement l’aventure professionnelle dans laquelle il s’est engagé via un bail classique (3, 6 ou 9 ans) auprès du propriétaire.

Présence d’un coach personnalisé pour accompagner le projet

Mais, au-delà de l’aide apportée par le bailleur, le futur commerçant bénéficiera d’autres accompagnements. En particulier de ceux d’un coach personnalisé !

Celui-ci interviendra en soutien de l’initiative à travers un suivi adapté comprenant des formations, des conseils techniques, ainsi qu’une aide dans les démarches administratives. Voire un appui à la recherche de financements pour faciliter le démarrage de l’activité et surtout la pérenniser.

Le nouveau commerçant sera assuré de profiter de conditions avantageuses autour de prestations de services déclinées par des compagnies d’assurances et des établissements bancaires, séduits par cette formule. Un accord a été paraphé avec la Banque populaire de Bourgogne Franche-Comté et l’assureur AREAS. Côté communication, l’entreprise LOOK PUB proposera des tarifs préférentiels à son futur partenaire.

De nombreux partenaires associés au concept

D’autres acteurs économiques se sont engagés sur ce dispositif novateur en Bourgogne septentrionale : c’est le cas de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne mais aussi de l’association des commerçants, « ACTIV Migennes » ou du cabinet d’expert-comptable PINEAU. L’agence de développement INITIACTIVE 89 a décidé de transmettre sa valeur ajoutée au projet.

Dans l’absolu, les dossiers de candidature et le cahier des charges peuvent être retirés auprès de la chargée de mission au développement économique Aurélie HAERINCK dès que possible, sachant que les dossiers seront à remettre en mairie avant le 31 octobre. Le premier « Commerce en test » devrait ouvrir courant novembre ; une fois que la Commission des affaires économiques de la Ville aura examiné et statué sur l’ensemble des dossiers reçus…

Articles

Bannière droite accueil