Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png

L’agglomération auxerroise veut profiter des investisseurs et entrepreneurs de la région de l’Ile de France pour ancrer de nouvelles entreprises sur son territoire. Son meilleur atout, désormais, s’identifie grâce à cette bande de terre de 50 hectares, située en bordure de la nationale 6, sur la commune d’Appoigny. Après la pose de la première pierre, le 20 juin dernier, le site évoluera très vite au niveau de sa configuration et de ses aménagements pour devenir le projet le plus ambitieux en cours sur le territoire régional. A terme, ce sont 1 200 salariés qui pourraient y travailler parmi plus d’une trentaine de sociétés…

APPOIGNY : Représentant un investissement de 30 millions d’euros, le nouveau Parc d’activités économiques de l’Auxerrois fait figure aujourd’hui de réalisation sans commune mesure avec les autres chantiers en cours de l’agglomération. Conçu dans un souci respectueux de l’environnement, le projet offrira 36 lots, variant de 1 500 à 20 000 mètres carrés, pour accueillir ses occupants.

La présence d’une offre hôtelière importante, à proximité, de même que l’accès à la bretelle de l’autoroute A 6 (Auxerre Nord) apportent une complémentarité, pouvant être intéressantes à l’heure des choix pour les entrepreneurs.

A l’instar de la qualité de vie sur son lieu de travail. Un argument que n’ont pas manqué d’évoquer les personnalités politiques et institutionnelles lors de la pose inaugurale de la première pierre le 20 juin dernier.

Les premières entreprises sont attendues au début de 2019…

Ce sont plus particulièrement les PME/PMI à forte valeur ajoutée qui constitueront le cœur de cible de la phase commercialisation de ce projet d’envergure. L’agence spécialisée dans l’accompagnement des entreprises, Yonne Développement, en assurera la démarche promotionnelle auprès de cibles préalablement identifiées. Parmi celles-ci, les structures qui exercent leurs activités professionnelles dans le domaine du e-commerce, de la logistique ou des technologies. Le besoin de délocalisation des dirigeants de la Grande Couronne francilienne représente des opportunités à ne pas négliger au vu de la hausse du foncier. Certaines entreprises de l’Yonne en instance de déménagement devraient elles-aussi profiter de l’aubaine pour s’y installer.

La période estivale sera propice à divers aménagements sur le site avec les travaux de terrassement, la pose des systèmes anti-bruit, l’édification de bassins permettant de récupérer les eaux pluviales.  Chaussées et voiries sont prévues à l’automne. Quant à l’installation de la fibre optique (vecteur essentiel de la dynamique numérique de ce site), elle est programmée au printemps 2019. Quelques mois avant l’arrivée des premiers résidents.

Côté environnemental, le site bénéficiera d’une démarche poussée. Les espaces publics, les voies de dessertes, les aires de stationnement mutualisé ont fait l’objet d’une recherche paysagère spécifique. Prairie, talus, fossés, plans d’eau, alignements et densité végétale feront la part belle à la biodiversité, aux espaces verts publics et à la mobilité douce. 3 200 arbres et arbustes seront pré-plantés avant l’exploitation de la zone.

Le début d’une nouvelle ère pour le développement économique…

Quant à l’énergie durable, elle sera largement plébiscitée par les entreprises, nouvellement installées.

Treize ans après la genèse du projet, la construction de ce parc d’activités est enfin effective malgré une longue période de fouilles archéologiques, conduites depuis 2015. L’outil, une fois opérationnel, maintiendra l’agglomération auxerroise au premier rang de pôle économique du territoire et créera de la richesse au niveau de l’emploi. Ce réajustement du degré de fonctionnalité des équipements du territoire viendra compléter des offres déjà existantes en faveur de l’économie comme le Tiers Lieu Les Riverains, la pépinière de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, l’incubateur du futur Pôle environnemental, prévu dès 2019.

Ce futur parc augure, c’est certain, une ère novatrice et dynamique en faveur du développement économique de l’Auxerrois…

La première société professionnelle spécialiste de la formation dans les milieux du transport et logistique, de la manutention, des travaux publics, du bâtiment et de la sécurité se prépare à vivre de nouveaux challenges sous la forme de belles perspectives dès la saison prochaine. S’il est encore trop tôt pour les déflorer publiquement, ils engendrent d’ores et déjà de réels besoins en matière de recrutement. Avec des postes à pourvoir de manière immédiate, surtout dans le domaine commercial…

AUXERRE : L’antenne icaunaise du groupe FORGET FORMATION recrute. Prioritairement, afin de croître son effectif de commerciaux au sein de sa structure qui est localisée à Auxerre.

Anticipant l’avenir qui devrait s’avérer positif, le responsable de cette structure dispensant des formations dans les filières des métiers du transport, de la logistique mais aussi de la sécurité et de la manutention, Benoît DRILLIEN, propose, à titre d’exemple, un emploi de commercial terrain de façon immédiate.

Le poste concernerait une personne d’expérience, déjà familière à la vente de produits mettant en exergue les cycles pédagogiques comme peuvent l’être ceux proposés par ce type d’entreprise (une soixantaine de produits différents). Le rayonnement géographique se rapporterait à l’intégralité du territoire départemental même si le poste est attribué à la seule et unique agence que possède pour l’heure FORGET FORMATION dans l’Yonne, c’est-à-dire à Auxerre.

Proposer les nouvelles offres de service de cette structure ambitieuse…

La feuille de route est simple en cette année 2018 pour l’antenne icaunaise de ce groupe national : élaborer de nouvelles offres de service à partir de projets très ambitieux.

Référence professionnelle exerçant depuis 1951 en France, FORGET FORMATION a enregistré une forte hausse de ses activités au cours des deux derniers exercices, dépassant dans l’Yonne les deux millions d’euros de chiffre d’affaires. En 2017, le site icaunais employait une quinzaine de collaborateurs. Au plan national, FORGET FORMATION dont le siège social est basé à Rennes, s’appuie sur un effectif de 350 salariés dont 220 formateurs experts qui sont répartis sur les 22 centres français. La PME réalise un chiffre d’affaires de 23 millions d’euros à l’année.

La société cible 95 % des entreprises industrielles devant respecter des obligations réglementaires en matière de transport et logistique (habilitation électrique, chariot élévateur, etc.). Elle dispense plus de deux millions d’heures de formation chaque année, accueillant ainsi 55 000 stagiaires. En 2018, plus de cinq mille clients ont accordé leur confiance à cet organisme.

L’officier de 34 ans, responsable de la Mission de développement du volontariat et des actions menées en direction de la jeunesse, prendra le commandement dès le 01er août d’un centre de secours à Lille, suite à une très belle promotion. Le Dijonnais laissera derrière lui un bilan très flatteur et le souvenir d’un professionnel tout acquis à la valorisation des sapeurs-pompiers et de leurs rôles stratégiques sur le territoire…

AUXERRE : Retour à la case départ ou presque pour le capitaine Christophe DI GIROLAMO ! Arrivé dans l’Yonne aux premiers jours de l’année 2017, le jeune officier bourguignon avait quitté la région de Valenciennes, plus exactement la ville de Saint Amand les Eaux, où il dirigeait le centre de secours, pour vivre de nouvelles expériences en Bourgogne.

Le hasard ferait il fait bien les choses ? Après la réussite d’un concours interne, lui permettant au passage de glaner ses galons de commandant, ce professionnel des sapeurs-pompiers repartira d’ici quelques jours dans le département du Nord.

Affecté dans l’un des trois centres de secours de Lille (celui du cœur de ville qui emploie plus d’une centaine de pompiers professionnels), Christophe DI GIROLAMO relèvera les défis qui l’attendent avec ce nouveau poste de management.

L’un des premiers dossiers qu’il aura à gérer concernera la fameuse et populaire « Braderie de Lille », un évènement où se pressent des milliers de visiteurs dans les rues de l’hyper centre.

Un double bilan positif au terme de sa mission…

Quant à la question de la promotion du volontariat et de la reconnaissance de ces recrues indispensables pour grossir les rangs des centres de secours auprès des milieux de l’entreprise, elle ne constituera plus la priorité du nouveau challenge qui se présente désormais à lui.

Depuis 2017, âux côtés du colonel hors classe Jérôme COSTE, le capitaine DI GIROLAMO avait pour objectifs de faire connaître auprès d’un large public de profanes les fondements des missions relevant du volontariat. Son travail qu’il avait souhaité dès lors très participatif en réunissant plus d’une centaine de personnes inspirées par ce sujet devait se concentrer sur l’adoption du Plan Action Volontariat 2020. Ce dernier devant être officiellement présenté en février de cette année avec l’ensemble des partenaires de l’Etat et du Département auprès des acteurs de l’économie.

L’une de ses réussites aura été ce rapprochement auprès de ces milieux professionnels encore trop inféodés à des idées reçues. Notamment les absences répétitives de salariés qui feraient montre de volontarisme pour sauver son prochain.

Des opérations de sensibilisation destinées aux collèges et lycées…

Prenant la thématique à rebrousse-poil, en démontrant les avantages pour les employeurs de s’appuyer sur des femmes et des hommes sapeurs-pompiers volontaires, il en a résulté des signatures de convention avec des entreprises et des collectivités. Les Missions locales et les chambres consulaires ont emboîté le pas dans la valorisation de ce plan, déclinant leurs services afin d’aider les jeunes recrues volontaires à trouver un job, de surcroît à pérenniser l’existant.

Les adolescents n’ont pas été oubliés dans cette grande stratégie de communication et de sensibilisation à la cause des soldats du feu. Ainsi, le capitaine et ses équipes prirent le temps de consolider des partenariats solides avec les acteurs assurant les vertus du Service civique.

Aujourd’hui, à l’heure du bilan, et à quelques jours de son départ, Christophe DI GIROLAMO peut apprécier cet élan de sympathie et la véritable dynamique qui ont été créés autour des sapeurs-pompiers volontaires dans le département. Tant auprès des collégiens et lycéens que dans le monde plus hermétique des entreprises et celui des collectivités.

Une seule ombre subsiste au tableau : le successeur du nouveau promu au grade de commandant (il n’est pas encore nommé à l’heure actuelle au sein du SDIS 89) poursuivra-t-il sur cette lignée avec autant de maîtrise et d’enthousiasme ?

Faire une carrière professionnelle au sein de ce corps militaire ne s’apparente pas à une simple utopie ni à un caprice pour bon nombre de jeunes gens du territoire de l’Yonne. Ce mois-ci, trois nouveaux contrats d’incorporation ont été signés dans les locaux du CIRFA, le Centre d’information et de recrutement des forces armées départementales à Auxerre. En parallèle, une séance de sensibilisation collective était organisée à Migennes auprès d’une dizaine de jeunes adultes, visiblement très enthousiastes d’en savoir davantage sur les métiers militaires…

AUXERRE : Bacheliers, étudiants ou personnes dénuées de tout diplôme, les jeunes en quête d’expériences professionnelles se disent intéressés par les pistes envisageables au sein de l’Armée de terre.

Interpellée par les nombreuses opportunités offertes par le corps militaire, cette génération n’hésite pas à pousser les portes du CIRFA, le Centre d’information et de recrutement des forces armées afin de se forger une opinion aboutie sur les éventuels débouchés.

Une dizaine de participants ont suivi une séance explicative proposée à Migennes il y a quelques jours. Accueillie par le responsable du CIRFA, l’adjudant-chef Bruno NIRLO, l’assistance a pu en tout état de cause écouter les commentaires de l’officier recruteur sur les besoins actuels de l’Armée de terre en matière de recrutement. Cette séance collective où la parité était significative aura permis à chacun de repartir muni de bases informatives précieuses.

Trois nouveaux engagements officiels à Auxerre…

En parallèle, dans les locaux du CIRFA à Auxerre, trois nouvelles recrues devaient confirmer leur choix après avoir suivi le protocole d’intégration habituel. Ils ont paraphé leur contrat d’engagement pour une durée de trois ans au sein de leur régiment respectif.

Ce fut le cas de Scotty, vingt ans, détenteur d’un bac pro. Il a opté pour un poste d’opérateur en télécommunication au sein de l’état-major à Poitiers. Lui-même bachelier, Pierre, vingt ans, a rejoint le 13ème bataillon des Chasseurs Alpins à Saint-Alban Leysse pour y vivre de nouvelles aventures montagnardes : celle de combattant.

Il y est accompagné par Kévin, 17 ans, détenteur du brevet, qui a décidé de quitter l’Yonne pour voir les cimes alpestres. De superbes paysages qui sont plus en phase avec ses aspirations professionnelles du moment…

Malgré la période caniculaire et les exploits des footballeurs de l’équipe de France en Russie qui sont dans tous les esprits, les protégés de Pablo CORREA retrouvent progressivement le chemin des pelouses avec sérénité et enthousiasme. La nouvelle saison approche à grands pas. Et le moral se situe sur le curseur du beau fixe pour les dirigeants, qui ont renouvelé  leur confiance envers le coach et leurs joueurs avant que ne débutent les nouvelles joutes passionnantes du championnat de France de Ligue 2…

AUXERRE : Alors que les Français commencent à égrener le compte à rebours les amenant petit à petit vers la période tant espérée des vacances estivales, la reprise des entraînements parmi les pensionnaires de la Ligue 2 du championnat de France s’inscrit dans la réalité.

Depuis une quinzaine de jours, les sportifs de l’AJA ont retrouvé les pelouses de l’Abbé Deschamps. Des séances agréables et instructives qui sont toujours pilotées par le coach franco-uruguayen Pablo CORREA.

« Si certains membres de notre effectif ont été sollicités pour partir vers un autre projet de club, le meilleur des recrutements, c’est aussi de conserver nos joueurs… ».

Se prêtant au jeu de la conférence de presse, aux côtés du président Francis GRAILLE et de Cédric DAURY, le directeur sportif, le coach, arrivé dans l’Yonne à l’intersaison hivernale, repart avec de réelles ambitions pour l’exercice 2018/2019.

« Cette année, lâche-t-il, nous allons donner davantage de nous-même et revoir notre attitude défensive qui aura encore plus d’ambition… ».

Jouer le haut de tableau…

Très heureux de reprendre les rênes de l’équipe première, le coach nourrit de bons espoirs sur son groupe qui enregistrera l’arrivée de trois à cinq nouvelles pierres dans son jardin. « La présence d’un nouveau praticien qui supervisera le centre de formation et les aspects médicaux du groupe sera un indéniable atout… ».

Côté recrutement, quelques noms sont d’ores et déjà annoncés, de joueurs en provenance de Nancy ou de Bourg. Il reste cependant des postes très précis à cibler. Mais, une chose s’avère certaine : le début de cette nouvelle saison ne ressemblera pas à celle vécue antérieurement.

« Il n’y aura pas autant de changement parmi l’effectif, concède le coach rappelant que quatorze joueurs avaient été concernés par ces évolutions. On a prévu de resserrer le groupe et de réduire un peu la voilure. L’objectif étant d’améliorer certains postes, notamment défensifs… ».

Plus ambitieuse que la saison dernière, la formation proposée par Pablo CORREA  veut jouer le haut de tableau dans le futur classement. Peut-on raisonnablement envisager un accessit pour la division supérieure, pour autant ?

« Tout ce que je peux dire, c’est que nous allons nous doter de tous les moyens pour être parmi les premières places du classement… ».

Un message partagé par le président Francis GRAILLE et Cédric DAURY qui se sentent très motivés par l’écriture de ce scénario qui pourrait nous être proposé dès ce mois d’août.

Plusieurs matches amicaux ont d’ores et déjà été inscrits au programme de cette phase préparatoire, agrémentée de six semaines de travail physique intense. Chambly, Béziers, Le Havre et les voisins de Troyes (ex-Ligue 1) seront des partenaires idéaux en terme de rencontres amicales servant à jeter les fondamentaux de la nouvelle équipe.   

Un nouveau départ, une nouvelle conscience…

L’entraînement comprendra aussi des exercices de conservation du ballon, du travail d’endurance avec une mise au vert physique, nécessaire à la cohésion du groupe. Les aspects tactiques y seront aussi abordés.

A propos du groupe, Francis GRAILLE a confirmé que l’actionnaire chinois, James ZHOU, « laissait toute la latitude aux dirigeants de se constituer un effectif susceptible de prétendre aux récompenses cette saison ».

Sans qu’il n’y ait la place, pour autant, au recrutement de quelques noms ronflants et retentissants, juste pour se faire plaisir…

Le président fit également un état des lieux succinct sur le déroulé des travaux d’aménagement actuels. Ils concernent principalement la rénovation d’un terrain d’entraînement.

Faire table rase du passé en s’inscrivant dans un nouveau départ : c’est un peu le leitmotiv des trois acteurs essentiels du club. Une structure dans laquelle les anciens joueurs et les nouvelles recrues adhèrent au projet. Ils ne sont pas les seuls : la DNCG (Direction nationale du contrôle de gestion) a également rendu un avis favorable en validant le dossier financier présenté par les dirigeants. Confirmant au passage la bonne gestion de l’association sportive auxerroise…

Articles

Bannière droite accueil