Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png

L’exercice n’est pas aussi anodin qu’il n’y paraît. D’autant que pour l’interlocuteur principal de cette cérémonie des vœux, il y aura forcément l’ombre de son prédécesseur qui planera avec insistance au-dessus des têtes du public. Celui de la population sénonaise et de ses diverses composantes qui en constituent le socle, soit des acteurs de la vie institutionnelle, politique, économique, associative et citoyenne, réunis ce samedi 07 janvier...

 

SENS : Plus que jamais, la solennité sera de mise lors de la cérémonie protocolaire des vœux concoctée par la Ville de Sens. Une manifestation traditionnelle qui dans un récent passé a été considérablement perturbée par la crise sanitaire et ses délicates périodes de confinements depuis 2020.

Une célébration qui permet en règle générale à l’édile de la capitale septentrionale de l’Yonne de brosser bilans et perspectives, tout en souhaitant le meilleur aux habitants de la place.

Un exercice de style dans lequel excellait Marie-Louise FORT. Trop tôt disparue, à l’automne dernier, la regrettée personnalité de la vie publique icaunaise sera pourtant dans toutes les mémoires au moment où Paul-Antoine de CARVILLE, son successeur, prendra la parole, samedi peu avant midi dans les grands salons de l’hôtel de ville.

 

 

Cette cérémonie sera la première adresse à l’ensemble de la population sénonaise de la part du jeune élu de Sens, investi dans ses nouvelles responsabilités depuis le 07 octobre dernier.

C’est certain, l’ombre de Marie-Louise FORT sera bien présente dans l’immense pièce aux richesses décoratives murales. Qui pourrait l’oublier par ailleurs ?   

Paul-Antoine de CARVILLE profitera également de ce temps de parole public pour évoquer les actions qu’il souhaite décliner avec l’ensemble de l’équipe municipale durant l’année 2023. Histoire de bien nous rappeler que malgré tous les aléas de l’existence, la vie reprend ses droits et doit se poursuivre inlassablement…

 

En savoir plus :

Cérémonie des voeux de la Ville de Sens

Samedi 07 janvier à 11 heures dans les grands salons de l'hôtel de ville.

 

Thierry BRET

 

Accompagner les établissements scolaires du public s’inscrit parmi les prérogatives principales de la Région Bourgogne Franche-Comté. On le sait, la ligne budgétaire accordée par l’organe institutionnel est importante pour améliorer la qualité de vie des élèves et étudiants mais aussi des enseignants chaque année. Un effort qui est également consenti auprès des établissements issus du privé. Ce qui n’est pas une surprise en soi, comme devait le rappeler la conseillère régionale Isabelle POIFOL-FERREIRA, inaugurant le nouveau foyer des BTS, du groupe scolaire Saint-Joseph-la-Salle à Auxerre.

 

AUXERRE; Ce serait presque une lapalissade. La jeunesse représente l’un des socles essentiels des nombreuses missions régaliennes assurées par le Conseil régional sur notre territoire.

L’une de ses représentantes, la conseillère en charge de la Culture, Isabelle POIFOL-FERREIRA – figure de la vie politique auxerroise par ailleurs- assistait il y a peu à la cérémonie inaugurale du nouveau foyer devant accueillir lors de séances salvatrices de repos et de moments de ressource bien mérités, les étudiants des deux sections BTS du groupe scolaire Saint-Joseph-la-Salle. Celles et ceux qui suivent les cursus de commerce international et de formation à la filière du notariat.

Une phase d’officialisation où l’élue icaunaise qui connaît particulièrement bien l’établissement, l’ayant déjà visité à maintes reprises, devait rappeler que « l’éducation et la formation représentaient l’avenir des jeunes générations… ».

Très surprise, mais de manière agréable, d’avoir été accueillie par des étudiants posés et polis – le savoir-vivre est une règle de bonne conduite inculquée dans l’établissement catholique de la capitale de l’Yonne -, Isabelle POIFOL-FERREIRA a félicité les responsables du groupe lasallien pour la qualité de l’enseignement proposé en ces murs.

« Nous avons pour obligation de nous occuper des conditions de travail et à leurs améliorations des étudiants reçus dans les établissements publics, souligna-t-elle, mais aussi de soutenir celles et ceux qui fréquentent aussi les établissements privés car ces derniers contribuent à dispenser un enseignement qualitatif… ».

Et de ponctuer ainsi ses propos par la formule suivante, « si l’on est bien accueilli dans un établissement scolaire, c’est qu’il s’y passe de belles choses… ».

Avant de visiter la nouvelle extension de ce bâtiment, ouvert depuis le printemps, qui occupe deux niveaux de surface avec une mezzanine du plus bel effet, Isabelle POIFOL-FERREIRA devait insister sur la nécessité de pouvoir disposer à Auxerre de telles infrastructures permettant d’accueillir et de fidéliser des étudiants dont le département a grandement besoin afin de mieux rayonner au niveau de son attractivité. Qu’elle soit éducative, voire économique, il va de soi…

 

Thierry BRET

 

Trêve des confiseurs oblige, la galerie auxerroise Hors Cadre referme temporairement ses portes à partir de ce jour jusqu’à…l’année prochaine. Sempiternelle tradition, ô combien respectée par bon nombre de nos concitoyens ! Toutefois, il ne faudra pas patienter trop longtemps avant de pouvoir replonger dans l’univers artistique fertile que sait nous concocter Nathalie AMIOT. « Trous Noirs », l’exposition du moment servie par la photographe Ursula KRAFT, restera à l’affiche jusqu’à la mi-janvier avec ses interrogations « cosmiques » qu’elle suscite…

 

AUXERRE: Réouverture de la galerie, le 04 janvier 2023 ! Oyez, oyez, qu’on se le dise, braves gens et au gui l’an neuf ! Comme le précise l’adage à pareille époque. Et si vous aviez manqué par inadvertance ou pour n’importe quelle raison que ce soit la phase liminaire de l’exposition à l’affiche au 49 de la rue Joubert, vous avez toujours la possibilité de vous y rendre dès le quatrième jour de l’an nouveau, soit à partir de mercredi.

Une prolongation, plutôt bienvenue, au plan culturel de poursuivre avec délectation et mystères cette rencontre peu ordinaire mêlant l’insolite, l’étrange, le profond, peut-être le métaphysique à certains endroits, en découvrant les œuvres atypiques de l’artiste originaire d’Allemagne, Ursula KRAFT.

Une bouillonnante trentenaire très créative et à l’imaginaire fécond, native de Stuttgart, mais bel et bien installée en terre de Bourgogne depuis près de quatre ans. Juste un peu avant la crise sanitaire après avoir quittée Paris.

 

Une invitation visuelle à pénétrer dans un monde inconnu…

 

Une chose est certaine avec Nathalie AMIOT, gestionnaire experte de cette galerie associative Hors Cadre qui porte bien son appellation, rien n’est jamais pareil à chaque rendez-vous artistique. De surprises en étonnements, de réflexions en sentiments, il faut prendre le temps d’humer les tendances et de se cultiver des différences d’une manifestation à l’autre pour faire le tour de la question en matière culturelle. L’offre est riche et se veut éclectique. Surprenante parfois comme ces séries de clichés originaux, constituant l’exposition « Trous Noirs ».

L’artiste, Ursula KRAFT, s’explique sur la genèse de ce travail abouti qui occupe depuis le 19 décembre la galerie auxerroise.

« Lorsque le premier cliché scientifique d’un trou noir cosmique a été réalisé, cela m’a donné l’envie de concrétiser cette construction mentale hybride dans un projet artistique… ».

Un sujet qui touché par la grâce photographique de la jeune femme évoque autant l’intime que le corps et les rapports existants avec l’espace-temps, le cosmos ou la Terre. Cette exploration nous invite à pénétrer dans un monde inconnu. Elle est mise en relation avec des bribes de textes et citations parcourant les murs entre les différents clichés.

 

 

L’astronomie comme source d’inspiration artistique…

 

Fascinée par ce qui existe dans l’univers, Ursula KRAFT livre par ailleurs quelques notions subtiles et instructives, des codes bien utiles en la matière, pour mieux appréhender le fruit de ce travail de très belle facture.

« Sagittarius A est le trou noir le plus proche du centre de la Voie Lactée, à environ 26 500 années-lumière de la Terre, précise-t-elle pédagogue, pour illustrer l’immensité des trous noirs – rappelons qu’ils absorbent la lumière – disons simplement que la Terre, à l’échelle inversée, peut se loger dans un trou de 1,8 cm… ».

Faisant varier les échelles de perception, à l’instar d’un zoom dont elle maîtrise l’usage avec dextérité, l’artiste propose une analogie fine et adroite entre territoires physiques et psychologiques, à partir de prises de vues personnelles que la photographe a réalisées à l’abord de gouffres naturels ou artificiels, mais aussi d’orifices corporels comme cette bouche si caractéristique formant un « O » avec ses lèvres, ouverture insondable vers cet inconnu qui aspire…

 

Des faisceaux lumineux et une ambiance sonore pour accompagner la visite…

 

L’extérieur de la galerie – ses vitrages – a été obstrué par une enveloppe noire, un film opacifiant l’intérieur du centre d’art contemporain auxerrois, le plongeant dans une pénombre propice à la découverte sensorielle et intimiste de l’œuvre de l’artiste. Une mise en scène des plus logiques puisque la perception du temps ou de sa définition est presque omniprésente dans le travail d’Ursula KRAFT.

Les œuvres bénéficient de la présence de faisceaux lumineux qui sont dirigés sur la surface mate des tirages photographiques, disposés de manière oblique ou perpendiculaire au mur. A même le sol, certaines pièces supposent une contorsion des visiteurs afin de mieux les contempler.

« C’est une manière de rappeler que le bord d’un trou noir cosmique est son point d’accroche, souligne l’artiste d’Outre-Rhin, le dernier seuil stable avant l’abîme… ».

Les visiteurs perçoivent en arrière-plan un tapis sonore quasi imperceptible en référence avec le « son de l’univers » qui les emporte d’une analogie à l’autre lors de ce lent cheminement. Impression étrange de se promener dans une autre dimension spatio-temporelle.

Une façon astucieuse de visualiser et de contextualiser les pourtours de ces « trous noirs », décidément au centre de tous les intérêts. Qu’il s’agisse de cette fameuse bouche grande ouverte qui avale ou qui dévore selon son interprétation, déjà évoquée par ces lignes – « la porte des enfers, selon DANTE » - ou du pavillon d’une oreille, chemin de traverse menant vers l’inconscient. Que dire de l’image d’un vagin, symbole des expériences les plus intimes et de leur amnésie.

Même la mythologie japonaise – la référence concerne « Awa no Iwato », la grotte où se cache la déesse du soleil-  fait office de point de repère judicieux auprès d’un public admiratif à initier et qui veut comprendre le sens profond de toutes ces représentations aux coloris si impénétrables…

 

 

En savoir plus

« Trous Noirs », une exposition photographique signée Ursula KRAFT

Galerie Hors Cadre à Auxerre

49 Rue Joubert

Du mercredi 04 janvier au samedi 14 janvier 2023

De 14h à 18h

Entrée libre.

 

Thierry BRET

 

 

 

 

C’était presque Noël avant l’heure pour quatorze demandeuses d’emploi de l’Yonne devant recevoir leurs diplômes qui sanctionnaient la formation au métier de secrétaires de mairie. Un cursus pédagogique proposé par la délégation départementale du Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT). Au terme de 400 heures de cours, alternant théorie et pratique, ces lauréates ont pu enfin obtenir leurs précieux sésames…

 

AUXERRE: Proposé en 2022 en partenariat avec la Région Bourgogne Franche-Comté, les Centres de gestion, Pôle Emploi et le CNFPT, le dispositif est enfin arrivé à son terme en ce mois de décembre. Précisément à la date du 16. Un chiffre porte-bonheur pour quatorze femmes de notre département, toutes lauréates de ce précieux diplôme qui vient clore un cycle de quatre cents heures de formation à vivre en alternance.

Positionnés sur les fondamentaux du métier de secrétaire de mairie, les cours ont été assurés en phase théorique dans les locaux auxerrois du Centre National de la Fonction Publique Territoriale mais également relayés sur le terrain, pour sa partie pratique, directement dans les mairies.

Sur les quatorze lauréates, six d’entre elles débuteront dès janvier un contrat leur permettant de se réinsérer dans la vie active. Les autres personnes sont en bonne voie et ne devraient pas attendre trop longtemps avant de mettre en pratique le savoir acquis durant cette formation.

Dispensé depuis plusieurs années, ce cursus permet à des communes, essentiellement situées en milieu rural de disposer, à son issue, de personnels qualifiés pour exercer le métier de secrétaire de mairie.

Ces missions permettent l'accès à un emploi pérenne à court et à moyen terme au sein d'une collectivité et/ou d'un établissement pour la quasi-totalité des stagiaires au regard des besoins important du département.

 

Thierry BRET

 

 

 

L'inauguration du barreau routier de la déviation sud de Sens, d'une longueur de 7,2 km, ou 7 200 mètres souvenir de l'arithmétique à l'ancienne, a eu lieu il y a peu. Il n'est pas si courant, en France, d'ouvrir de nouvelles routes, et peut-être pareil événement,  car c'en est un, aurait mérité un brin de couverture médiatique supplémentaire...

 

SENS : Attendue de longue date, cette route aurait germé dès la fin des années 60 dans la tête de Roger TREILLE, visionnaire maire de Paron, commune désormais délestée d'un flot quasi ininterrompu de camions. Aux hebdomadaires réunions de chantier, un jour, on en vit même un plan datant de 1976 !

Il était grand temps que les divers ouvrages d'art préalablement construits de façon isolée en pleine campagne, voient enfin passer du trafic, retrouvant ainsi leur vocation originelle.

Bravo au président Patrick GENDRAUD d'avoir concrètement relancé en 2018, ce projet ensommeillé ! Les chargés de mission départementaux, en charge du suivi du chantier, Ludovic NIEZ, puis Adrien JEAN, furent des plus efficaces, agissant avec pragmatisme quant à des aspects moins visibles mais indispensables : on pense notamment à l'écoulement de l'eau pluviale.

 

 

Félicitations aussi à David SCHAAP, ingénieur de l'entreprise EUROVIA, pour  son efficace coordination d'équipes, menées de main de maître par le sympathique Johann ! Un véritable chef de chantier de terrain.

On a aussi une pensée pour Louis, Didier et les autres de l'entreprise GOSSIAUX, qui édifièrent l'OA6, le terme d'ouvrage d'art étant ici aussi des plus adaptés !

Enfin, la tradition de fin de chantier fut respectée avec le fameux gigot-bitume, aussi rosé que goûteux. Plat surprenant s'il en est…

Le nord de l'Yonne a une légitime raison de se réjouir de cette nouveauté routière, sur laquelle la maréchaussée ne devrait pas tarder à trouver ses marques d'ailleurs !

Bonne route,  et à bientôt dans le Sénonais ou le Gâtinais !

 

Gauthier PAJONA

 

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil