Un large sourire s’affiche sur son visage respirant enfin la sérénité. Jusqu’au terme de l’énoncé du verdict, le lauréat du concours du « Un des Meilleurs Apprentis Cuisiniers de France » de l’Yonne, proposé par les Maîtres Cuisiniers de France, aura retenu son souffle. Craignant d’être coiffé sur le fil par l’audacieux Gaëtan GUIGNARD, son dauphin qui le talonnera de peu. Sublimant le jury par leurs prouesses culinaires respectives, les deux compères défendront les couleurs de l’Yonne lors de l’épreuve régionale le 03 octobre à Auxerre…

 

AUXERRE : Pas facile de prendre part à une joute sélective de l’un des concours de renommée internationale devant d’illustres prédécesseurs, esthètes de la gastronomie qui ont su donner tant de lettres de noblesse à cet art de vivre à la française ! Dont l’inénarrable Stéphane DERBORD, président du jury, maître cuisinier de France, étoilé fort prisé à Dijon (et ailleurs !), et de surcroît membre auditeur de l’Académie culinaire nationale.

Il suffisait d’examiner les visages juvéniles de chacun des six candidats, un brin crispé avant de recevoir les résultats pour comprendre les enjeux réels qui se tramaient lors de cette soirée. Participer à ce challenge de haute volée comme peut l’être une sélection départementale à un concours de meilleur apprenti de France organisé par les Maîtres Cuisiniers de France se mérite. Sachant que le rendu officiel validé par le jury peut bouleverser une existence.

 

 

Une belle brochette de chefs parmi le jury…

 

Sagement alignés en rang d’oignons durant la phase préliminaire de la manifestation, ces jeunes gens revêtus de leurs habits d’apparat écoutaient avec beaucoup d’attention la moindre des paroles prononcées lors des allocutions. Celles-ci devant apporter un éclairage précis sur les qualités émérites de ces as de la cuisine, réunis ce soir-là au CIFA de l’Yonne. Une belle brochette de personnalités qui constituaient le jury officiel.

Impatients d’en savoir connaître davantage sur leur classement au terme de cette folle journée dure psychologiquement, les candidats rongeaient donc leur frein. Ruminant tous les scénarios possibles quant à la victoire finale et à l’attribution du titre de « meilleur apprenti cuisinier » de l’Yonne.

 

Une avalanche de retrouvailles culinaires à vivre au CIFA cette saison…

 

Organisé conjointement par l’Amicale des Cuisiniers de l’Yonne – la structure est depuis le 01er janvier présidée par Jean-Marie LAMOUREUX qui a succédé à Daniel AUBLANC – et le CIFA dont les deux responsables, chantres de l’excellence à tout crin dans la formation Michel TONNELLIER, président et Marcel FONTBONNE, directeur étaient présents, ce concours ouvre le bal de la saison gastronomique.

Un nouvel exercice où la mise en bouche fut très appétissante et que l’on nous promet déjà intense en retrouvailles avec plusieurs challenges culinaires intéressants devant être accueillis dans le « saint des saints » de l’orientation et de la formation icaunais dont la troisième édition de l’IRON COOK !

On notera au passage que le centre de formation auxerrois accueillera le 03 octobre la sélection régionale de ce concours de cuisine, un terrain de jeu idéal pour les deux qualifiés de l’Yonne qui y défendront nos couleurs, Paul CHAMEROY et Gaëtan GUIGNARD.

 

 

 

En savoir plus :

 

Les résultats :

1er Paul CHAMEROY (QUILLIN traiteur),

2ème Gaëtan GUIGNARD (Domaine du Roncemay),

3ème Mathis GEORGES (Restaurant Le Bourgogne),

4ème ex-aequo : Moussa CONDE (Restaurant du Canal à Migennes), Lucian LEGRAS (Auberge du Cheval Blanc à Charny-Orée-de-Puisaye) et Kylian JAYOL (Auberge de la Vanne).

Mention spéciale pour la jeune Cathy BOUILLERY du Restaurant chez Gusto qui n’a pu concourir pour raison de santé.

 

Les membres du jury :

 

Stéphane DERBORD, président du jury, maître cuisinier de France et membre auditeur de l’Académie Culinaire de France,

Daniel AUBLANC, commissaire du concours, président d’honneur de l’Amicale des Cuisiniers de l’Yonne,

Philippe GHERARDI et Mathias OJALVO, jury de production,

Stéphane DERBORD, Michel GAUTHIER, Manu DELANNOY, Gilles GOURDIN, Dominique COURTAIN et Marcel FONTBONNE, jury de dégustation.

 

Thierry BRET

 

L’attente, de prime abord. Déjà fort longue au bout d’une demi-heure à faire le pied de grue sur le parvis ensoleillé et chaud de la salle des fêtes à Augy. La petite localité, à l’initiative de son maire Nicolas BRIOLLAND, est donc le théâtre de ces discussions, proposées sans doute à bâton rompu. Rien ne filtre pour l’heure de ce que peut être la nature de ces entretiens entre des élus de l’Agglomération et les grévistes, les premiers depuis le début de ce conflit social qui empoisonne l’existence des Auxerrois...

 

AUGY : Rongeant leur frein devant l’une des entrées de la salle des fêtes de la commune, les journalistes attendent avec une relative impatience – c’est le propre de la profession ! – que les choses se décantent à l’intérieur de l’édifice. L’une consulte sa montre pensant sans doute à l’heure stressante du bouclage. L’autre pianote avec maîtrise un court texte sur son portable, annonciateur d’un futur rendez-vous. Tandis que les deux jeunes femmes de France 3 vérifient l’état de leur matériel, prêt à fonctionner.

Votre serviteur discute le bout de gras avec l’un des élus locaux qui espère en croisant les doigts que les choses vont enfin bouger au sortir de cette initiative dans l’intérêt de ses concitoyens. Ironiquement, et comme pour rappeler la pertinente réalité de la problématique vécue dans l’Auxerrois depuis le 07 juillet, deux sacs poubelles jonchent le sol à nos pieds avec insolence. Ont-ils été déposés là sans qu’il n’y ait de pur hasard juste avant la fameuse rencontre ?

 

 

Dix-sept élus de toutes obédiences politiques enfin réunis…

 

A l’intérieur de l’édifice aux fonctions polyvalentes, on sait déjà que 17 des 29 élus qui composent le conseil communautaire de l’Auxerrois ont pris place autour de la vaste table de réunion. Ils entourent, on le saura après coup, la petite délégation d’éboueurs grévistes. Une chose est certaine : tous ont accepté de se rencontrer en répondant favorablement à l’invitation de Nicolas BRIOLLAND, édile d’Augy, et porte-fort de cette réunion plus ou moins formelle. Une réussite à l’actif de l’instigateur de ce rendez-vous ayant pour vocation d’accélérer le processus de sortie de crise.

Nicolas BRIOLLAND le confirme lui-même, « face à un conflit qui dure, voire qui perdure depuis le début de l’été, l’idée était de mobiliser un certain nombre d’élus afin de confronter nos points de vue par rapport à la situation actuelle ».

Avec en filigrane, évidemment, l’ébauche de plusieurs pistes de réflexion, pouvant mener vers la sortie de crise ? Toutefois, prudent, le maire demeure un tantinet réaliste : « les dix-sept élus présents à cette réunion ne sont pas décisionnaires en tant que tels… ».

Des élus de toutes obédiences politiques confondues qui, selon le maire d’Augy, soutiennent en règle générale les décisions prises par le président de la communauté auxerroise, Crescent MARAULT, qui lui était absent.

 

Un échange nécessaire et inédit qualifié de constructif…

 

En revanche, Lionel MION, neuvième vice-président de l’Agglomération en charge précisément de la gestion des déchets et des déchetteries, a bien assisté à ces entretiens. 

« Nombre d’élus ont pu mieux mesurer la problématique existante en écoutant les doléances des éboueurs grévistes, ajoute Nicolas BRIOLLAND, il était donc nécessaire de réunir tous les acteurs de ce dossier autour de la même table… ».

Une réunion qui aurait pu se dérouler beaucoup plus tôt dans le temps, selon le maire d’Augy qui avait déjà dès le mois de juillet souhaité une rencontre avec les élus pour examiner le contexte et les possibles solutions.

Prenant sa part de sa responsabilité, le maire d’Augy a finalement décidé d’agir en appuyant sur l’accélérateur, conviant les représentants des vingt-neuf communes à se retrouver ce lundi 22 août dans sa commune pour cet échange inédit, qualifié de « constructif ».

Un relevé de conclusion va être établi au terme de ce premier échange sans animosité aucune –celui-ci se serait déroulé dans un état d’esprit convivial - qui en appelle d’autres nécessairement de l’avis du maire. L’objectif étant de mobiliser le président de l’Auxerrois le plus rapidement possible autour d’une table avec les agents grévistes du service collecte des déchets afin de réfléchir sur un protocole d’accord qui serait ensuite validé à la date du 05 septembre. Une échéance que Crescent MARAULT avait fixée afin de retrouver lors d’une réunion les éboueurs grévistes.

 

 

Un conflit à remiser aux calendes grecques après le 05 septembre ?

 

Selon Nicolas BRIOLLAND, « tout est négociable en ce qui concerne les revendications des grévistes, à partir du moment où les élus valideront un projet qui pourra s’équilibrer financièrement, l’idée n’étant de ne pas évoluer vers des données qui mettraient en péril les finances des administrés… ».

Toutefois, le maire d’Augy estime que plusieurs de ces revendications sont déjà actées dans les faits, même si la prudence prédomine quant à l’engagement financier réel de la collectivité.

Optimiste de nature, l’élu communautaire de l’Auxerrois se veut rassurant quant à la résolution de crise du conflit. «Autour de la table, nous étions dans un état de construction collective pour résoudre les problèmes qu’il s’agisse de la délégation de grévistes ou les élus… ».

Reste désormais à contractualiser en bonne et due forme toutes ces paroles pavées de bonnes intentions en convainquant les absents afin que ce long conflit social ne soit plus qu’un mauvais souvenir pour les Auxerrois dès les premiers jours de la rentrée. Et pourquoi pas, à partir du 05 septembre, voire même avant ?

 

Thierry BRET

 

Le chiffre a été révélé par le sondage Opinion System, commandé par l’AFIB, l’Association Française des Intermédiaires en Bancassurance. Depuis le 01er janvier, 45 % des prêts immobiliers sont refusés – soit près d’un dossier sur deux – à cause du taux d’usure. Une mesure de protection des consommateurs qui bloque l’attribution de ces crédits. Il faut bien l’admettre : les meilleures années pour acheter un bien immobilier sont désormais derrière nous. En outre, il est bien plus difficile d’emprunter de nos jours…

 

TRIBUNE: En préambule de cet article, un peu de mémorisation ! Qu’est-ce que le taux d’usure ? Il correspond au taux maximum au-delà duquel les banques ne peuvent pas prêter de l’argent. Réévalué tous les trois mois par la Banque de France, il a pour objectif de protéger les consommateurs en empêchant les banques d’appliquer des taux trop élevés. Le taux d’usure est égal au taux moyen appliqué lors du trimestre précédent, augmenté d’un tiers.

Pour comprendre pourquoi ce taux d’usure pose un problème, il faut se pencher sur son mode de calcul. La Banque de France le détermine chaque trimestre en faisant la moyenne des taux pratiqués par les banques les trois mois précédents, puis la majore d’un tiers. Depuis le 01er juillet, il est ainsi fixé à 2,57 % pour les prêts immobiliers de vingt ans ou plus. Ce garde-fou est censé protéger les ménages de taux abusifs : lors de la négociation d’un prêt immobilier, un banquier veille à ce que le taux annuel effectif global (Taeg) de son emprunteur, c’est-à-dire à l’ensemble des coûts du crédit (taux nominal proposé par la banque mais aussi assurance, frais de garantie…), n’excède pas le taux d’usure. Or, le problème que l’on rencontre actuellement est que les taux immobiliers augmentent plus vite que le taux d’usure et ce dernier devient alors un frein à l’emprunt.

 

Les 30-55 ans sont les plus impactés par les refus de crédit…

 

Selon le sondage d’Opinion System, la tranche des 30-55 ans est la plus impactée par cet effet de ciseaux entre le taux d’usure et les taux immobiliers puisqu’elle concerne 51 % des prêts refusés dont 71 % pour l’acquisition d’une résidence principale.

Jérôme CUSANNO, président de l’AFIB, s’inquiète non seulement pour les acheteurs mais aussi pour toutes les professions impactées : « Les ventes dans l’immobilier ancien et dans le neuf sont déjà touchées. Les constructions aussi, ce qui risque d’impacter aussi le BTP, premier employeur de France, mais aussi les notaires et les droits de mutation qui tombent dans les caisses de l’État ».

Les refus de prise en charge demeurent massivement répandus chez bon nombre d’établissements financiers, très peu de banques restant disposées à prendre des dossiers. Les banques font toutefois quelques exceptions pour certains clients disposant d’un dossier de qualité supérieure (revenus importants et apport personnel conséquent).

Or, la  crainte aujourd’hui, c’est que tout l’écosystème de l’immobilier, toutes les professions et les salariés, soient impactés par ce problème de taux de l’usure si on n’y remédie pas rapidement. C’est non seulement les agences immobilières qui sont concernées mais aussi tout le secteur du BTP qui risque de pâtir de la raréfaction des crédits. Parmi les solutions préconisées, citons la modification du calcul du taux d’usure et placer définitivement l’assurance emprunteur en dehors du calcul du Taeg.

 

 

De nombreux spécialistes optent pour cette formule car le coût de l’assurance est totalement déconnecté des mouvements de taux. Il ne dépend que du profil individuel du « risque emprunteur ». Cela génère des injustices en excluant des personnes de la propriété au prétexte qu’elles sont plus âgées ou ont des problèmes de santé.

 

 

Aujourd’hui, le marché de l’immobilier est en chute progressive même dans certaines villes où les prix sont de plus en plus élevés. Cependant, l’inflation est sur la table des négociations : de nombreux acquéreurs abandonnent leur achat car aucun bien ne correspond à leur projet. La hausse des prix de l’immobilier, la hausse des taux de prêt, la hausse de l’inflation et la baisse du pouvoir d’achat vont réduire gravement les projets d’acquisitions immobilières.

Les taux des crédits : une courbe qui grimpe progressivement…

 

Quant aux taux d’intérêt des crédits immobiliers, ils étaient en dessous ou légèrement au-dessus de 1 % en 2021. Ils ont remonté et la tendance semble s’inscrire dans la durée. En septembre 2021, ils étaient de 0,87 % sur 15 ans, 0,99 % sur 20 ans et 1,16 % sur 25 ans. En 2022, Ils sont tous repassés au-dessus de la barre symbolique de 1 %, pour se hisser en moyenne à 1,36 % sur 15 ans, 1,49 % sur 20 ans et 1,59 % sur 25 ans. Pour les perspectives, on estime les taux futurs seront compris entre 1,65 % et 2,29 % selon les durées de crédit. Notons également que s’il existe des classements de banques en matière de concurrence sur les taux d’emprunts, il faut préciser qu’il est nécessaire de négocier une demande de crédit en premier lieu avec sa banque et qu’un taux est négociable, quelle que soit la banque…

 

Y-a-t-il une bulle immobilière ?

 

Quid des perspectives de marché pour les mois à venir ? « Y-a-t-il une bulle immobilière en France ? Non ! tranche Jean-Marc TORROLLION le président national de la FNAIM. Et pour causes : la hausse des prix est demeurée, en France, plus raisonnable que dans d’autres pays (soit + 20 % sur dix ans), le niveau d’épargne des Français reste élevé, l’endettement correct et le chômage à un niveau relativement faible. « En termes d’alternative de placement, l’immobilier reste toujours très intéressant », remarque le président de l’organisation.

Reste que la FNAIM table sur une baisse du volume transactionnel, en 2022, compris entre 8 % et 10 % par rapport à 2021, pour revenir ainsi à son niveau de 2019. Et d’en arriver à cette conclusion : « Le marché de l’immobilier est entré dans une zone de turbulence… ».

Méditons enfin ce célèbre dicton français : « quand le bâtiment va, tout va ». Tellement, vrai !

 

Jean-Paul ALLOU

 

Alors que le conflit social qui oppose le service public de la collecte des déchets aux autorités de l’Agglomération auxerroise perdure depuis le 07 juillet, au grand dam des habitants des vingt-neuf communes qui voient leurs poubelles débordées de sacs noirs, Auxerre Ecologie Solidarités et l’Assemblée Populaire d’Auxerre ont décidé de reprendre la main en tentant de débloquer une situation pour le moment stérile. Deux rassemblements citoyens, placés sous le sceau protestataire, seront ainsi organisés ce mercredi. Dont l’un, se déroulera juste sous les fenêtres de l’Hôtel de ville…Ambiance !

 

AUXERRE: Déposer des sacs poubelles sur le parvis de la mairie de la capitale de l’Yonne pour faire bouger les lignes ? Curieuse suggestion, en vérité sur le papier ! Pourtant, l’initiative pour le moins insolite dans les faits devrait devenir une réalité tangible ce mercredi sur le coup des dix-huit heures, à la demande d’Auxerre Ecologie Solidarités.

En effet, le mouvement associatif auxerrois le préconise dans un communiqué, publié sur les réseaux sociaux ce week-end. Un document explicité par l’un de ses porte-paroles, Denis MARTIN.

Après le concert de casseroles organisé à l’approche des fêtes de fin d’année sous les fenêtres de l’hôtel de ville l’hiver dernier, Auxerre Ecologie Solidarités réitère ce principe d’actions publiques en incitant la population des vingt-neuf localités de l’agglomération de l’Auxerrois à prendre part à un rassemblement où chacun amènerait son sac poubelle sur place.

 

 

« Faute de dialogue social, les poubelles s’entassent dans les rues, précise le texte adressé également à la sphère médiatique, c’est pourquoi en soutien aux grévistes du service public « Collecte des déchets », nous proposons ce rassemblement citoyen afin que le maire d’Auxerre et président de la Communauté d’agglomération de l’Auxerrois Crescent MARAULT ouvre immédiatement des négociations… ».

Pour l’heure, tout dialogue avec les agents du service de collecte des déchets serait refusé, selon les propos de Denis MARTIN.

Une autre initiative, portée par l’Assemblée Populaire d’Auxerre (APA), se tiendra en parallèle dès 11 heures au piquet de grève de la rue Guynemer à Auxerre. Une opération qui s’inscrit dans la même veine que la première citée avec un objectif similaire : faire plier la collectivité communautaire en la forçant à s’asseoir à la table des négociations. Avec pour l’heure aucune certitude sur la suite à donner à ces mouvements d’humeur…

 

Thierry BRET

 

 

Le beau et le sacré, exprimés dans toute leur splendeur reviennent comme chaque été avec sa kyrielle d’émotions sur la Colline éternelle. Voilà ce que propose, aux mélomanes avertis mais aussi aux néophytes en quête de découvertes initiatiques et de profondes introspections, ce festival de référence, vingt-deuxième du nom, sur le registre de l’art vocal. Concoctée par « La Cité de la Voix », la manifestation accueillera du 25 au 28 août le gotha international des interprètes et musiciens de cette discipline…

 

VEZELAY : Les augures sont de la partie. En recevant en son sein une nouvelle édition de ces fameuses Rencontres Musicales à la renommée dépassant le simple cadre de l’Hexagone, Vézelay peut s’enorgueillir de proposer une partition artistique de très belle facture. Lui permettant de s’inscrire via ce festival parmi les rendez-vous incontournables de l’été. Hors des frontières de l’Yonne…

Avec cette vingt-deuxième manifestation – gage de pérennité, l’évènement commence à prendre de la bouteille en se bonifiant au niveau de sa qualité et de son éclectisme d’année en année -, c’est le signe symbolique de la réussite qui auréole l’ensemble. Ce vingt-deuxième rendez-vous est à biffer sur les agendas, du 25 au 28 août. Il comprend une vingtaine de récitals qui seront interprétés par la fine fleur des artistes et instrumentistes à la notoriété internationale évoluant dans ce milieu parfois hermétique du classique.

Profitant des joyaux du patrimoine architectural historique que sont la basilique Sainte-Marie-Madeleine et la plupart des églises romanes de la contrée, le festival est dédié à l’un de ces arts majeurs, le chant, et est l’œuvre du centre national d’art vocal, « La Cité de la Voix ».

On y retrouvera à la plus grande satisfaction du public d’audacieux talents en devenir aux côtés de musiciens aguerris et confirmés. Dans une programmation qui s’articulera autour d’inspirations baroques et sacrées, entre traditions et intimités, entre mémoire et exploration, sans omettre pour autant de remarquables incursions vers le répertoire des musiques du monde. Bref, un kaléidoscope subtil de plages musicales puisant ses sources entre les XIXème et XXème siècles.

 

 

La démocratisation de l’art vocal vers le plus grand nombre…

 

Chaque année, en provenance des quatre coins de l’Hexagone, ce sont plus de six mille mélomanes qui arpentent les rues de la Colline éternelle et ses environs pour assister à l’un des concerts, composant ce très dense programme. Ciselé à la perfection par le directeur de La Cité de la Voix, François DELAGOUTTE.

Ce dernier a gâté une fois de plus celles et ceux des spectateurs qui aiment la diversité. Voire l’insolite avec des immersions réussies dans le patrimoine vocal de la Bulgarie, de la Lettonie, du peuple tzigane, mais aussi du baroque, du sacrée et du contemporain. Un melting-pot universaliste qui sied magnifiquement bien à l’endroit, plébiscité par l’UNESCO, étape inéluctable du tourisme spirituel.

Preuve avérée que La Cité de la Voix cherche par tous les moyens à vulgariser le plus possible l’art vocal vers de nouveaux mélomanes : la série de concerts qui parsèmera la future saison 2023 en l’honneur des BEATLES où les musiciens classiques reprendront à cœur joie certains morceaux d’anthologie des « Quatre de Liverpool » – on peut penser immédiatement à « Yesterday » à placer dans ce répertoire-.

 

     

Telles de jolies fleurs en pleine éclosion…

 

Mais, revenons à cette programmation estivale. Certains artistes se produiront pour la première fois en terre de l’Yonne méridionale. Ce sera le cas de Reinoud VAN MECHELEN qui ressuscitera l’œuvre de Pierre JELIOTE, éminent haute-contre ayant inspiré Jean-Philippe RAMEAU ; Paolo ZANZU faisant miroiter « Esther » une œuvre majeure du compositeur allemand HAENDEL pourtant peu interprétée avec le concours divin du jeune chœur de Paris qui l’accompagnera ; le talentueux claveciniste Bertrand CUILLER qui réunira dix voix solistes exceptionnelles autour du poignant « Stabat Mater » de Scarlatti ; Bruno KELE-BAUJARD qui fera honneur au « Codex Caioni » avec l’ensemble ZENE.

Mais aussi des chefs et ensembles prestigieux fidèles au festival à l’instar de Mathieu ROMANO avec l’ensemble AEDES et les Compagnons des Siècles, Sigvards KLAVA qui dirigera le chœur de la radio lettone. Quant à Giulio PRANDI  - sa prestation magnifique clôturait le festival la saison dernière –, il sera au pupitre pour conduire le chœur GHISLIERI sur un chemin constellé d’étoiles : POULENC, TCHAIKOVSKI, ROSSINI, BRUCKNER…Ou encore Magali LEGER qui redonnera vie à l’inoubliable Joséphine BAKER le temps d’une soirée.

 

 

En savoir plus :

L’intégralité du programme des Rencontres Musicales, soutenues par France Musique...

Jeudi 25 août

14h30 | Avallon, Mairie, salle des maréchaux,

Nicolas Dufetel & Guy Gosselin, musicologues

Mise en oreille du concert de 16h

Partez à la découverte des œuvres que vous allez écouter en concert, à l’aide de clefs simples et de nombreux exemples sonores à l’appui.

16h | Avallon, collégiale Saint-Lazare

A Nocte Temporis | Reinoud Van Mechelen, haute-contre et direction musicale

Jéliote, haute-contre de Rameau

Vedette des opéras de Rameau, Pierre de Jéliote est indéniablement l’un des plus grands chanteurs hautes-contre de tous les temps. Fort de ses qualités vocales éblouissantes, le ténor belge Reinoud Van Mechelen lui rend un hommage magistral au gré d’un florilège d’airs du compositeur dijonnais et de ses contemporains. Un délice de haute-volée… À la française !

 

Jean-Philippe RAMEAU (1683-1764) : extraits de Hippolyte et Aricie, Les Fêtes d’Hébé, Dardanus, Platée, Zoroastre, Castor et Polux, les Boréades

François Colin DE BLAMONT (1690-1760) : extrait de Les festes Grecques et Romaines

François REBEL (1701-1775) et François FRANCŒUR (1698-1787) : extrait de Scanderberg

Charles-Louis MION (1699-1775) : extrait de Nitétis

Pierre DE JÉLIOTE (1713-1797) : extrait de Zélisca

Antoine DAUVERGNE (1713-1797) : extrait de Les Amours de Tempé

Jean-Joseph CASSANÉA DE MONDONVILLE (1711-1772) : extrait de Daphnis et Alcimadure

Pierre-Montan BERTON (1727-1780) : extrait de Érosine

Jean-Benjamin DE LA BORDE (1734-1794) : extrait de Ismène et Ismenias

18h | Vézelay, terrasse de la basilique

Ana Carla Maza, voix & violoncelle

Roger Mas, piano

Marc Ayza, batterie

Luis Guerra, percussions

Bahía

Unanimement saluée pour son charisme, sa maturité et sa créativité, la pétillante chanteuse et violoncelliste virtuose Ana Carla Maza poursuit sa route en quartet avec Bahía, ode à son quartier d’enfance et à la folle sensation cubaine entremêlée d’embrassades vibrantes à ses voisins d’Amérique latine.

19h | Vézelay, Cité de la Voix, grange

Nicolas Dufetel & Guy Gosselin, musicologues

Mise en oreille du concert de 21h

Partez à la découverte des œuvres que vous allez écouter en concert, à l’aide de clefs simples et de nombreux exemples sonores à l’appui.

21h | Vézelay, basilique Sainte-Marie-Madeleine

Le Stagioni | Paolo Zanzu, direction

Rachel Redmond, soprano

Carlo Vistoli, contre-ténor

Zachary Wilder – Nicholas Scott, ténors

Lisandro Abadie, baryton-basse

Le jeune chœur de Paris | Richard Wilberforce, direction

Esther

georg friedrich haendel

D’abord un masque composé entre 1718 et 1720 à Cannons, Esther est le premier oratorio anglais de l’histoire où peinture des passions, splendeur des chœurs et raffinement de l’orchestre annoncent les grandes œuvres londoniennes de Haendel. Accompagnés par une distribution d’exception, Paolo Zanzu et Le Stagioni font leurs premiers pas aux Rencontres musicales en redonnant vie à cet ouvrage fondateur, où amour et justice triomphent de tous les maux.

 

Vendredi 26 août

8h | Vézelay, terrasse de la basilique

Antoine Jomin

Qi gong en musique

Le Qi gong, pratique corporelle taoïste qui associe mouvements lents et exercices respiratoires vous mènera sur le chemin d’une harmonie entre le corps et l’esprit pour débuter la journée en douceur et avec énergie !

9h | Tharoiseau, domaine La Croix Montjoie

Ana Carla Maza

Petit déjeuner en musique

Nous vous invitons à partager un moment de convivialité autour d’un café/croissant… en musique !

10h30 | Vézelay, salle Clavel

Avec Svent du groupe Ommm

Atelier de chant – Human beatbox

Avec ses plus de 10 ans d’expérience, l’atelier proposé par Svent est une petite initiation au monde du human beatboxing. La voix est un instrument aux possibilités presque illimitées, sa malléabilité est mise à l’épreuve quotidiennement dans la discipline. Avec cet atelier, il s’agit de partager une manière de décrypter la musique et les sons qui nous entourent, de comprendre les différents mécanismes physiques pour exprimer ces rythmes qui nous habitent et créer de la musique tous ensemble.

Atelier ouvert à tous, à partir de 11 ans.

12h | Vézelay, terrasse de la basilique

Chet Nuneta

Maita Chén

À la frontière entre musiques du monde et musiques actuelles, Chet Nuneta cultive fougueusement son goût du métissage avec cet hommage à la terre mère, puissant écho aux luttes féminines et aux voix qui défendent notre environnement naturel.

Apéro-concert pour la plus grande joie de vos papilles et de vos oreilles, venez prendre un apéritif agrémenté d’un concert gratuit.

14h30 | Vézelay, cour du centre Sainte-Madeleine

Marcela & Aven Khelas

Atelier de danse tsigane

Venez partager un moment de rencontre avec les artistes et découvrir leur univers en attendant le rendez-vous de samedi soir, à ne pas manquer !

Atelier ouvert à tous sans prérequis. Inscription obligatoire au 03 86 94 84 40.

14h30 | Vault-de-Lugny, salle des fêtes

Nicolas Dufetel & Guy Gosselin, musicologues

Mise en oreille du concert de 16h

Partez à la découverte des œuvres que vous allez écouter en concert, à l’aide de clefs simples et de nombreux exemples sonores à l’appui.

16h | Vault-de-Lugny, église Saint-Germain d’Auxerre

Le Caravansérail | Bertrand Cuiller, orgue et direction

Maïlys de Villoutreys – Aleksandra Lewandowska – Hasnaa Bennani – Grace Durham, sopranos

Léandro Marziotte – Paul Figuier, contre-ténors

Thomas Hobbs — Valério Contaldo, ténors

Benoît Arnould – Nicolas Certenais, basses

Stabat Mater

scarlatti

Désignée comme « sublime poème de la douleur » par Vincenzo Bellini, la séquence du Stabat Mater fut une source inépuisable d’inspiration pour nombre de compositeurs. Incomparable chef-d’œuvre pour dix voix solistes, celui de Domenico Scarlatti constitue l’une des plus poignantes expressions des souffrances de Marie révélant tout à la fois la personnalité et les couleurs du maître italien, si chères et si familières à Bertrand Cuiller.

18h | Vézelay, terrasse de la basilique

Quatuor Balkanes

Martine Sarazin – Milena Jeliazkova, sopranos

Diana Barzeva, mezzo

Milena Roudeva, contre-alto

Apolonia

Chants bulgares millénaires, mélodies populaires et compositions originales composent le bouquet bigarré d’Apolonia, du nom du petit paradis de la mer Noire dans lequel ces quatre voix féminines aux timbres fascinants vous entraînent… Laissez-vous porter !

19h | Vézelay, Cité de la Voix, grange

Nicolas Dufetel & Guy Gosselin, musicologues

Mise en oreille du concert de 21h

Partez à la découverte des œuvres que vous allez écouter en concert, à l’aide de clefs simples et de nombreux exemples sonores à l’appui.

21h | Vézelay, basilique Sainte-Marie-Madeleine

Chœur de la Radio Lettone | Sigvards Kjava, direction

A Mercy of Peace

Justesse, équilibre, sensibilité sont parmi les qualités remarquables des voix divines du Chœur de la Radio Lettone qui compte parmi les plus prestigieuses formations chorales européennes. Guidées par Sigvards Kļava, elles révèlent ici la spiritualité profonde de deux monuments de la musique - Bruckner et Tchaïkovski - souvent confrontés par le biais de leurs inoubliables symphonies. Une prière grandiose, entre dévotion et aspirations à de nouvelles floraisons liturgiques

 

Piotr Ilitch TCHAÏKOVSKI (1840-1893) : Liturgie de Saint-Jean-Chrysostome

Anton BRUCKNER (1824-1896) : Motets latins : Locus iste, Virga Jesse, Christus factus est, Salvum fac populum tuum, Ave Maria, O Just

22h30 | Vézelay, jardin de la terrasse

Les Itinérantes

Manon Cousin

Pauline Langlois de Swarte

Élodie Pont

À la lanterne

Suivez Les Itinérantes dans les jardins de la colline inspirée pour une escapade musicale nocturne envoûtante, où créatures enchantées et odes à la nature se racontent, se rencontrent, et s’illuminent à la lueur des lanternes...

 

Samedi 27 août

8h | Vézelay, terrasse de la basilique

Antoine Jomin

Qi gong en musique

9h | Saint-Père, roseraie de Val en Sel

Voice Messengers

Petit déjeuner en musique 

Nous vous invitons à partager un moment de convivialité autour d’un café/croissant… en musique !

10h30 | Vézelay, salle Clavel

Quatuor Balkanes

Atelier de polyphonies bulgares

Le chant bulgare profane a traversé les siècles en sauvegardant son originalité. Largement diffusé en France depuis une vingtaine d’années, il reste cependant énigmatique pour les oreilles occidentales. Cette musique populaire et traditionnelle, qui s’est transmise oralement pendant les siècles, continue de toucher tous les publics grâce à sa forte charge émotive. Lors de cet atelier, les chanteuses du quatuor Balkanes vous proposent quelques clés pour comprendre et interpréter des chants traditionnels des Balkans.

Atelier ouvert à tous sans prérequis.

12h | Vézelay, terrasse de la basilique

Ommm

Jusqu’ici

Composé de quatre chanteurs, d’un human beatboxeur et d’un dubmaster, le groupe vocal français Ommm aime repousser les limites du chant a cappella et se plonger dans les rythmes puissants. Après deux albums, de nombreux prix remportés et plusieurs tournées internationales, le groupe Ommm revient avec un nouveau répertoire pop en français à découvrir !

Apéro-concert pour la plus grande joie de vos papilles et de vos oreilles, venez prendre un apéritif agrémenté d’un concert gratuit.

14h30 | Vézelay, cour du centre Sainte-Madeleine

Marcela & Aven Khelas

Atelier de danse tsigane

Venez partager un moment de rencontre avec les artistes et découvrir leur univers en attendant le rendez-vous de samedi soir, à ne pas manquer !

Atelier ouvert à tous sans prérequis. Inscription obligatoire au 03 86 94 84 40.

14h30 | Vault-de-Lugny, salle des fêtes

Nicolas Dufetel & Guy Gosselin, musicologues

Mise en oreille du concert de 16h

Partez à la découverte des œuvres que vous allez écouter en concert, à l’aide de clefs simples et de nombreux exemples sonores à l’appui.

16h | Vault-de-Lugny, église Saint-Germain d’Auxerre

Ensemble Zene | Bruno Kele-Baujard, direction

Zsuzsanna Vàrkonyi soliste

Transylvania

Trois siècles avant Kodály et Bartók, le vicaire général Kájoni János de Transylvanie entreprend un relevé à grande échelle des musiques de l’Est européen dont le codex éponyme nous livre un instantané inédit. Fier de ses racines, Bruno Kele-Baujard puise dans ces sources la matière d’un itinéraire musical haut en couleurs au cœur du royaume de Hongrie, entre tradition et réinvention, teinté des sonorités et des influences multiculturelles d’un répertoire oublié.

 

Anonymes : extraits du Codex Caioni, Chorea Polonica, Lepus intra sata quiescit, Dádé Zingaricum

Johann Joseph FUX (1660-1741) : Symphonia ex C Turcaria”

Anonyme : chant populaire tsigane, Bajba, Bajba Pelom

Anonyme : extrait du Codex Caioni, poème de Balassi BÁLINT (1554-1594), Bocsásd meg Úristen

Anonymes : extraits du Codex de János MADÁCH-RIMAY (1570-1631), Pöngését koboznak, Ó, mely csudálatos Isten

Anonyme : extrait du Codex Vietoris, Caioni, Magyar tàncok

Philippe HERSANT (1948) : sur le poème de Balassi BÁLINT (1554-1594), Bocsásd meg Úristen
création mondiale

18h | Vézelay, terrasse de la basilique

Ensemble Contraste

Magali Léger, soprano

Paris mon amour

Son pays, c’est Paris ! Un tour de chant pour revivre la complicité magique de la mythique chanteuse, danseuse et meneuse de revue Joséphine Baker avec son public, inspiré de son concert d’adieu à l’Olympia en 1968.

19h | Vézelay, Cité de la Voix, grange

Nicolas Dufetel & Guy Gosselin, musicologues

Mise en oreille du concert de 21h

Partez à la découverte des œuvres que vous allez écouter en concert, à l’aide de clefs simples et de nombreux exemples sonores à l’appui.

 

21h | Vézelay, basilique Sainte-Marie-Madeleine

Ensemble Aedes | Les Siècles | Mathieu Romano, direction

Marianne Croux, soprano

Stabat Mater

poulenc

Fidèles complices, Aedes et Les Siècles s’associent dans l’interprétation d’un monument de la musique sacrée, le Stabat Mater de Francis Poulenc, compositeur fétiche de l’ensemble depuis ses débuts. Dépassant la vision de la Vierge éplorée, la lecture de Mathieu Romano trace ici un véritable chemin de foi, jalonné d’espoir, de désolation, de confirmation et de ferveur jusqu’à l’éclosion de la parole de Marie, portée en message d’espérance face à la révélation divine.

 

Clément JANEQUIN (1485-1558) : O doulx regard, o parler

Rodion SHCHEDRIN (1932) : L’ange scellé, premier mouvement

Carlo GESUALDO (1566-1613) : Sparge la morte al mio signor

Arvo PÄRT (1935) : The deer’s cry

Charles IVES (1874-1954) : The unanswered question

Olivier MESSIAEN (1908-1992) : Poèmes pour Mi : L’épouse

Francis POULENC (1899-1963) : Stabat Mater

22h45 | Vézelay, terrasse de la basilique

Marcela & Aven Khelas

Marcela Cisarova, chant

Benoit Vincent, guitare & chant

Loran Bozic, violon

Yoann Godefroy, contrebasse

Charles Lamouroux, guitare & derbouka

Ersoy Kazimov, percussions

Ana Talabard – Alissa Doubrovitskaia, danse

Michto Drom

bal tsigane

Entourée de ses amis, Marcela Cisarova, chanteuse tsigane d’origine Kalderash vous invite à danser au rythme d’un savant mélange entre folklore et modernité des pays d’Europe centrale et de l’Est. Un bal détonnant de joie sous le signe du partage !

Dimanche 28 août

8h | Vézelay, terrasse de la basilique

Antoine Jomin

Qi gong en musique

10h | Vézelay, basilique Sainte-Marie-Madeleine

Ensemble Aedes | Mathieu Romano, direction

Messe

11h | Saint-Père, église Notre-Dame

Ensemble Masques | Olivier Fortin, clavecin, orgue et direction

Élodie Fonnard, soprano

Romain Bockler, basse

Cantate participative BWV 32

Rejoignez Olivier Fortin et l’ensemble Masques autour d’une rencontre originale et participative avec Jean-Sébastien Bach ! Le principe ? Les musiciens interprètent la cantate et comptent sur vous pour chanter avec eux le choral final.

 

Jean-Sébastien BACH (1685-1750) : Liebster Jesu, mein Verlangen, BWV 32

13h | Vézelay, terrasse de la basilique

Voice Messengers

avec la participation de chanteurs stagiaires *

Comme le temps passe

Alliant l’esprit des big bands de jazz et polyphonie vocale, l’ensemble Voice Messengers s’impose depuis bientôt 30 ans par sa musicalité, son swing et son brio vocal. Ils nous présentent Comme le temps passe, leur nouvel album, hommage à leur fondateur Thierry Lalo. Au menu : standards revisités, arrangements inédits, grands moments de poésie et de folie... le tout avec une mise en scène épatante ! Et pour que la fête soit encore plus grande, le groupe invite sur scène les chanteurs amateurs qui ont suivi le stage du festival avec eux. Savourez !

* Participez au concert des Voice Messagers après deux journées de travail (ven. 26 & sam. 27) autour des polyphonies jazz arrangées pour l’occasion. Inscriptions sur lacitedelavoix.net ou au 03 86 94 84 40. Tarif : 80€.

14h30 | Vézelay, Cité de la Voix, grange

Nicolas Dufetel & Guy Gosselin, musicologues

Mise en oreille du concert de 16h

Partez à la découverte des œuvres que vous allez écouter en concert, à l’aide de clefs simples et de nombreux exemples sonores à l’appui.

16h | Vézelay, basilique Sainte-Marie-Madeleine

Coro Ghislieri | Guilio Prandi, direction

Marie Lys, soprano

José Maria Lo Monaco, mezzo-soprano

Edgardo Rocha, ténor

Christian Senn, baryton

Francesco Corti, piano

Deniel Perer, harmomium

avec la participation de l’ensemble vocal Anima (Guillaume Labois, direction)

Petite messe solennelle

gioachino rossini (1792-1868)

Mondialement réputé dans le cénacle de la musique ancienne, le chef italien Giulio Prandi s’attèle ici à l’un des der- niers péchés de vieillesse du maître bel cantiste pour clore cette édition du festival. L’occasion de redécouvrir ce joyau incontournable du répertoire sacré au plus proche de sa version d’origine : lumineux dans son esprit chambriste et profondément spirituel dans la recherche aboutie d’une voie pure et authentique. « Sacrée musique » !

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil