Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

C’est un habitué des lieux ! La capitale de l’Yonne, Auxerre, ne possède plus de secrets pour le toujours sémillant personnage. En octobre dernier, c’est aux côtés de la Ministre de la Santé, Agnès FIRMIN LE BODO et de David GUILLET, président de la Fédération des Communautés Professionnelles Territoriales de Santé, que le sympathique responsable de l’association, HANDIDACTIQUE, prenait la parole à la tribune d’AUXERREXPO. Cette fois-ci, à l’invitation du directeur de la CPAM 89 Gilles BROSSARD, Pascal JACOB est venu présenter avant signature par une douzaine de partenaires les vertus de sa fameuse charte au nom de son fils Romain. Un document qui vient en aide aux personnes en situation de handicap…

 

AUXERRE : Il a le tutoiement facile et l’aisance verbale qui l’accompagne avec bonheur. Pas de doute, le très dynamique Pascal JACOB sait apporter une touche de fantaisie, voire de légèreté inhabituelle mais ô combien salvatrice pour détendre l’atmosphère, même d’une réunion de travail très officielle autour de la santé !

Le regard se veut malicieux. L’attitude est sincère et positive avec son prochain. Du charisme, il en a à revendre ! Cela ne peut que conforter la cause qu’il défend, avec une dextérité remarquable et une volonté de fer aussi solide que le pommeau de sa canne qui ne le quitte jamais. A la tête de sa structure associative, HANDIDACTIQUE, Pascal JACOB a acquis une solide réputation auprès du sérail institutionnel et politique national de ne rien lâcher pour que les personnes en situation de  handicap bénéficient des droits similaires aux personnes valides en cas de soins. Sa voix porte jusqu’à l’Elysée où il possède ses entrées !

La « Charte Romain JACOB », ce concept fédérateur permettant à l’ensemble des acteurs de la filière sanitaire de l’Hexagone de s’engager à l’amélioration de l’accès aux soins et à la santé des personnes handicapées, est devenu son cheval de bataille au quotidien. Normal, que ne ferait pas un père dans sa motivation profonde pour honorer la mémoire d’un fils, aujourd’hui disparu, qui a connu le handicap ?    

Là, dans l’une des salles de réunion du centre hospitalier auxerrois, Pascal JACOB explique, convainc, stimule, encourage, dynamise la rencontre avec les représentants d’une douzaine de structures,  totalement inféodées à la cause des soins et à leurs accès. Il écoute, aussi ce que les représentants de l’ARS ou du Conseil départemental de l’Yonne, par la voix de l’une de ses élues, Catherine MAUDET, ont à dire. La personnalité du jour interpelle un médecin, sollicite le représentant d’une association pour requérir son avis, se tourne vers Gilles BROSSARD, patron de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie, pour commenter une information intéressante.

 

Auxerre, plaque tournante des grandes causes au service du handicap ?

 

« J’ai été marqué par Auxerre, précise-t-il en aparté, lors de son interview, avec mes parents, on s’y arrêtait lorsque l’on partait en vacances il y a soixante ans ! C’est une ville absolument géniale, entourée de beautés, de richesses patrimoniales… ».

Notre première rencontre eut lieu il y a quelques mois, en novembre 2022, au sein du complexe cinématographique auxerrois. A l’invitation de la CPAM de l’Yonne, la projection d’un moyen métrage : « Même pas peur ! ». Une ode à la tolérance et à la bienveillance envers ces personnes en situation de handicap, qui le stipulaient clairement via les images diffusées devant un public ému et attentif : « Nous sommes des personnes avant tout, bien avant d’être des handicapées ! ». Plusieurs séquences de ce film, réalisé en 2015, se déroulèrent dans la cité préférée de Paul Bert.

« J’ai été très fier de présenter les gens de la région qui ont contribué au succès de ce film en y apportant leurs témoignages, concède-t-il, Auxerre est une  terre d’accueil des personnes différentes car la population de l’Yonne est très accueillante et accompagnante… ».

C’est aussi dans la capitale icaunaise qu’ont eu lieu les accords avec l’Etat, les CPTS et HANDIDACTIQUE, signés à l’automne 2023, lors d’instances nationales exceptionnelles.

« Il y a beaucoup de travail à faire, ajoute les yeux brillants Pascal JACOB, pour concrétiser toutes les envies qui ont été débattues aujourd’hui lors de ce séminaire si important, organisé avec la Caisse Primaire d’Assurance Maladie de l’Yonne. Je salue le nombre de personnes présentes, candidates à la construction de nouveaux projets, favorisant l’amélioration de l’accès aux soins de toutes les personnes atteintes d’un handicap… ».

 

 

L’accompagnement des handicapés, une question de bon sens !

 

Pour corroborer ces dires, les représentants des douze structures ayant adopté la fameuse charte prennent la pose derrière un fac-similé de grande taille du contenu de cette convention, le temps d’être immortalisés sur smartphone et appareil photographique.

« Ce n’est que le début, plaisante Pascal JACOB, cette signature va en appeler beaucoup d’autres. Ce sont surtout des signatures qui donnent envie ! Elles sont le fruit d’un travail en commun, dont les griffes de chacun des signataires ont été apposées en bas d’un parchemin... ».

Une manière solennelle de s’engager sur le mode pluriel en faveur des personnes handicapées qui connaissent une réelle problématique en France dans l’accès aux soins.

« En fait, répond Pascal JACOB, la plupart des problèmes d’accès aux soins des personnes en situation de handicap s’identifient à l’accompagnement. Quand on vit avec un handicap, on a plus besoin d’être accompagné pour aller se soigner. De même, on a plus besoin de prévention, plus besoin de prendre soin de soi… ».

Un constat qui n’a eu de cesse de s’observer aux quatre coins du pays au cours de ces dernières années. 50 % des personnes handicapées abandonnent leurs soins dentaires – ils sont souvent prescrits avec une kyrielle de rendez-vous – faute d’accompagnement.

 

 

Objectif d’ici l’été : cinquante départements signataires de la charte

 

Du côté des urgences, Pascal JACOB pointe du doigt les difficultés du système.

« Avant la COVID, il n’y avait aucun refus de patients dans les services des urgences, souligne-t-il, 5 % des personnes vivant avec un handicap sont refusées aujourd’hui par les services des urgences en France. Je me bats à travers cette association, HANDIDACTIQUE pour que les accompagnants puissent aller avec le malade handicapé au plus près des soins… ».

80 % des personnes souffrant d’un handicap ont besoin de se rendre auprès des urgentistes pour se rassurer et recevoir des soins, mais elles n’ont pas forcément besoin de soins hospitaliers.

 « Il est nécessaire aujourd’hui de disposer de lieux spécifiques pour accueillir des personnes handicapées et de les rassurer même par téléphone dans cette France du XXIème siècle, poursuit Pascal JACOB, afin d’éviter de les diriger vers les urgences car elles se sentent perdues dans cet environnement peu adapté pour les recevoir... ».

A date, vingt-sept départements tricolores ont déjà signé la « Charte Romain JACOB » : l’objectif de cinquante déclinaisons de la sorte est programmé d’ici l’été 2024. Ce qui comble de joie un Pascal JACOB ragaillardi et plus que jamais pugnace dans sa volonté d’y parvenir grâce à ses nombreux partenaires qui lui ouvrent grand les bras. Vivement sa prochaine visite ! Elle est déjà programmée à l’automne prochain, histoire de tirer les premiers enseignements de ce qui vient d’être mis en place ces jours-ci…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Le système bancaire français est sur la sellette. Certaines sont fragilisées par les crises économiques successives. D’autres risquent peut-être de fermer leurs portes dès cette année. Heureusement, il existe aussi des banques très solides ! Les plus fragiles font l’objet de griefs récurrents de leurs clients. Le plus souvent, ils sont relatifs à des propositions commerciales exacerbées ou à des produits qui ne conviennent pas, tant sur l’épargne que sur les crédits.

 

TRIBUNE : Suite à l’effondrement des marchés boursiers, les pertes considérables par les assurances-vie entraînent souvent la mise en cause de sous-informations ou de conseils inadaptés. Notons que les conseillers des banques ne peuvent en aucun cas s’engager sur des conseils boursiers directs. Ils engagent leurs responsabilités. Il y a quelques années, un établissement fut condamné à indemniser des particuliers qui avaient subi de fortes pertes sur leurs SICAV.

Il est nécessaire d’être vigilant sur les crédit-relais qui sont victimes de la crise immobilière. L’avance consentie pour acheter un bien immobilier est mise à mal quand il faut vendre sa résidence pour acquérir le nouveau bien.

Du côté des frais, on assiste à une multiplication exponentielle de ces derniers au niveau de certaines banques. Il s’agit notamment des frais de retraits d’espèces en agence, des frais de mise à disposition de chéquiers… À cela, s’ajoute la pratique tarifaire des commissions d’intervention. Des pratiques qui permettent à certaines banques de compenser des manques à gagner ailleurs…

 

Les banques les moins exposées en cas de crise

 

Un certain nombre de normes comptables et financières sont imposées aux banques. Leurs liquidités et le niveau de fonds propres sont déterminants pour analyser le risque. Dans ce cadre, le Crédit Agricole et le Crédit Mutuel reçoivent la palme du meilleur ratio de solvabilité. Si la BNP est dernière au classement, elle reste bien au-delà des ratios exigés par le Comité de Bâle (Comité de référence international). BNP Paribas représente actuellement la plus grande banque européenne avec un actif total de plus de 2,9 milliards de dollars, ce qui constitue une des composantes de la richesse d’une banque.

Mais, les grandes banques françaises ont bien résisté aux chocs et aux difficultés pour leurs revenus en 2023, grâce à des fondamentaux sains et à la vigueur des résultats dégagés en 2021 et 2022, indique « Fitch Ratings » (célèbre agence de notation).

 

Des banques qui ferment leurs portes

 

Le début de l’année 2024 est loin de se présenter comme des plus prospères pour le secteur qui risque d’enregistrer plusieurs fermetures d’agences bancaires et de banques. Secouées de plein fouet par la crise, trois banques ont annoncé, en effet, la cessation de leur activité cette année.

Les conséquences de la crise financière qui sévit depuis 2023 sont déjà palpables. On est même en plein dans le concret puisque la HSBC a déjà confirmé la cessation des activités de sa branche locale au 01ᵉʳ janvier 2024.

HSBC pour les particuliers, c’est désormais le clap de fin. C’est dire la dureté de la crise qui n’a pas épargné le géant britannique, qui cède ses produits et autres services proposés à « My Money Group », sous la marque Crédit commercial de France (CCF). Au-delà des services et de ses 800 000 clients, « My Money Group » reprend la totalité des agences d’HSBC ainsi que ses 3 900 salariés. Ce qui permettrait aux clients de garder même leurs conseillers. Les anciens clients de HSBC peuvent opter pour aller vers le CCF. Pour cause, le CCF appartient à HSBC ! Quant à « Orange Bank », elle devrait être bientôt reprise par BNP Paribas.

 

 

 

Son sort est déjà scellé même si la date de sa fermeture n’est pas encore annoncée avec exactitude. C’est courant 2024, indique-t-on toutefois. En juin 2023, la disparition programmée d’Orange Bank a été annoncée. Le repreneur est déjà connu : il s’agit de BNP Paribas avec qui des discussions sont en cours pour finaliser la reprise. À peine six ans après son lancement, la banque en ligne de l’opérateur téléphonique se retrouve ainsi sur le point d’éteindre ses enseignes. Il ne reste que le temps de finaliser les pourparlers engagés avec BNP Paribas, en vue de garantir « une solution de continuité pour les clients d’Orange Bank ».

Aucun risque, en revanche, pour les clients d’Orange Bank qui pourront accepter ou non leur transfert de compte vers la BNP. En fait, les 800 000 clients d’Orange Bank devraient passer chez Hello Bank, la banque en ligne de BNP Paribas. Un transfert toutefois conditionné par un accord préalable de chaque client, puisque toute personne détentrice d’actifs chez Orange Bank devrait présenter une demande d’ouverture de compte chez Hello Bank.

 

 

« Ma French Bank », la dernière à avoir fait l'annonce de sa fermeture

 

« Ma French Bank » est la troisième banque en ligne dont la cessation d’activité est à l’étude. La Banque postale en a fait l’annonce mercredi 20 décembre 2023. « Malgré un succès indéniable auprès des clients, Ma French Bank n’a pas atteint la rentabilité et n’a pas encore trouvé son modèle économique », expliquait la banque, filiale du groupe La Poste, à travers un communiqué de presse mis en ligne, en mettant en exergue un contexte concurrentiel très difficile qui nécessite des investissements massifs. Or, cette « orientation n’apparaît plus compatible avec le plan stratégique du groupe ».

Quant à la fermeture des guichets, c’est un vrai tabou dans les banques. L'explosion du numérique dans les usages quotidiens provoque une baisse de la fréquentation des agences de 5 % par an depuis bientôt dix ans. Les 37 000 agences qui font travailler 250 000 salariés, sont trop nombreuses. Les banques sont face à un choix cornélien : fermer les moins rentables, au risque de quitter des territoires ruraux, ou fermer certaines agences en ville, là où les banques gagnent le plus d'argent.

« La fermeture de 20 % à 30 % des agences d'ici à cinq ans est tout à fait réaliste », estiment plusieurs dirigeants.

Malgré tous ces mouvements, il n’y a aucune crainte à avoir pour les clients des banques françaises, d’autant plus que les garanties offertes par l’Etat, en cas de faillite bancaire, sont importantes.

Il nous reste une solution : créer sa propre banque, 8 millions d’euros suffiront et une dizaine de millions pour affronter les exigences du lancement administratif et commercial de l’entité !

Dans ce cas, retenons cette pensée de Paul-Loup SULITZER : « Sachez une chose : un banquier ne vous prête de l'argent que dans la mesure où vous n'en avez pas besoin... ».

 

Jean-Paul ALLOU

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Le rendez-vous est incontournable. Il est ouvert à toutes celles qui sont en quête d’un emploi. Mais aussi de précieux renseignements qui peuvent les orienter vers une carrière professionnelle adaptée à leurs désirs. Positionné sur le versant féminin du travail, le traditionnel « Carrefour » concocté par FETE (Femmes Egalité Emploi) se rappelle à nous pour une vingt-sixième édition.

 

APPOIGNY : On y parlera orientation. Logique, c’est la base vitale de toute réflexion pertinente permettant de mieux cerner le début d’une carrière. On y évoquera les filières professionnelles. De celles que l’on réserve d’ordinaire, et à tort, à la gent masculine, alors que souffle le vent de la démocratisation des métiers. Histoire d’informer et de guider toutes ces jeunes filles qui se dirigent majoritairement vers un nombre restreint de professions. On pense immanquablement à la santé, le social, le secrétariat, l’enseignement…A croire que le milieu du travail ne serait pas unisexe ?!

Depuis plus d’un quart de siècle, FETE bataille fermement à grand renfort de communication et d’évènementiels de la sorte pour casser les codes et changer les mentalités. Des messages forts qu’il est nécessaire de véhiculer auprès des collégiens et surtout de leurs parents !   

D’ailleurs, tout est dit dans cet acronyme. FETE pour Femmes Egalité Emploi. Plus qu’une mission à mener au quotidien à l’échelle régionale, c’est un vrai sacerdoce qui est porté là par ces équipes, prônant la bonne parole de l’intégration professionnelle multistandard. Dont Claire DUCHET, cheffe de file de la structure associative, dans l’Yonne depuis moult années.

« Cet évènement existe pour montrer que d’autres métiers sont possibles pour les femmes. Qu’ils ne sont ni plus ni moins difficiles à apprendre et à exercer et qu’ils peuvent être intéressants, valorisants… ».

Et surtout plus ouverts sur l’emploi que les pistes habituelles !

Pour preuve, l’échantillonnage de cette édition 2024. Une cinquantaine de métiers y seront placés sous le feu nourri des projecteurs. Des métiers de la veine classique (experte comptable, géomètre experte, ingénieure…) mais également des spécificités professionnelles plus surprenantes à l’instar de surveillante pénitentiaire, de conductrice de car ou de militaire.

Les partenaires institutionnels de ce rendez-vous ne s’y sont pas trompés. Ils seront encore nombreux à soutenir la judicieuse initiative ayant pour objectif de favoriser l’insertion professionnelle des femmes qui connaissent malheureusement davantage le chômage et la déqualification dans les filières dites féminines.

 

En savoir plus :

 

Carrefour des Carrières au Féminin organisé par FETE

Espace culturel Appoigny

Route des Bries

Entrée libre

Samedi 27 janvier 2024 de 09h à 12h00.

 

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Crescent MARAULT et le journaliste Nelson MONFORT ont fait le show à Auxerrexpo devant plus d’un millier de personnes, lors de la traditionnelle cérémonie des vœux. L’occasion pour le maire d’Auxerre et président de l’agglomération, d’une mise en perspective des chantiers en cours ou à venir et autres projets pour le territoire, avec pour fil rouge de la soirée, le sport, année olympique oblige. Une soirée qui fut émaillée de quelques surprises, imprévues parfois, comme ces interventions sonores de manifestants hostiles à des projets qui à leurs yeux « piquent » un peu… 

 

AUXERRE : Rendre le territoire « attractif » et lui donner les moyens de jouer dans « la cour des grands »... Un message relayé à plusieurs reprises par le maire-président de l’Auxerrois tout au long de la soirée, qui a dressé un état des lieux exhaustif des différents chantiers en cours, dont certains sont prévus s’achever cette année, à l’image de celui de la place Leclerc en centre-ville, rendue aux piétons à l’été prochain après des travaux de végétalisation et l’installation d’une fontaine.

Autre chantier d’envergure livrable à l’automne, « si tout va bien » tempère Crescent MARAULT, celui de la rénovation complète de la mythique salle Vaulabelle, « salle emblématique du patrimoine auxerrois », pour un montant de plus de 2 millions d’euros. La fin de la première tranche de rénovation du cloître de l’abbaye Saint-Germain est, elle aussi, programmée pour l’été 2024, avant d’importants travaux de couverture et l’installation d’ascenseurs, « pour faire de ce bijou, la locomotive touristique de l’Auxerrois », avec en ligne de mire l’objectif de 150 000 visiteurs par an, contre moins de la moitié aujourd’hui.

L’occasion pour le maire d’Auxerre, jamais avare en la matière, d’adresser une petite pique à son prédécesseur : « c’est une « vieille dame », on en a pas assez pris soin et il y a urgence ! ». En perspective également, le réaménagement des haltes nautiques réparties sur six communes de l’agglomération (Gurgy, Saint-Bris-le-Vineux, Augy, Monéteau, Champs-sur-Yonne, Vincelles), pour une offre de service en réponse aux attentes des adeptes du tourisme fluvial, ainsi que le développement du tourisme d’affaires sur le site d’Auxerrexpo, au travers de séminaires professionnels, en complémentarité avec l’offre touristique dédiée aux particuliers.

 

 

Une belle dynamique sur l’Auxerrois ces deux prochaines années…

 

Autre projet dans les cartons de la mairie, pharaonique celui-ci, visant à transformer entièrement le site Batardeau-Montardoin. Un ticket ambitieux à 150 millions d’euros, prévu débuter par la démolition à l’automne, de l’un des trois silos emblématiques du quartier, celui avec la fresque, fragilisé par le temps. Une réflexion est à l’étude pour une éventuelle réhabilitation des deux autres édifices en logements ou bureaux, ce qui constituerait une première à l’échelle du département comme de la région : « ce sont au total sept hectares pour lesquels on veut repenser l’aménagement urbain en intégrant les enjeux de la transition écologique ». Un chantier qui passera par une dépollution des friches industrielles présentes et une « désimperméabilisation » des sols, avant la création d’un mixte résidentiel englobant logements, commerces et services. Avec pour finalité, d’en faire un éco-quartier autonome en énergie, alimenté en chaleur par une partie des déchets auxerrois. Là encore, rendez-vous fin 2024 déclare Crescent MARAULT : « on sera peut-être alors en capacité de proposer les perspectives de ce que pourrait être cet aménagement. Quand on parle de prémices de crise économique, je ne suis pas inquiet pour l’Auxerrois vu l’ampleur des dossiers que l’on va soutenir et développer. Je pense qu’il y aura une belle dynamique dans les deux prochaines années… ».

 

 

 

Top 14, Paris-Nice : Auxerre, ville du sport en 2024 !

 

Côté sportif, la soirée a donné lieu à quelques surprises, comme le nom donné à la nouvelle piste d’athlétisme du Stade Auxerrois, dont le parrain ne sera autre que l’ancien champion olympique du 110 mètres haies, Guy DRUT qui, dans un message vidéo, a annoncé sa présence le 15 mai prochain pour l’inauguration. L’occasion pour un autre « Guy », emblématique entraîneur de l’AJA, de saluer un ancien champion, passé par le Stade Auxerrois et sacré champion de France du 1 500 mètres en 1973 : « Jean-Louis BENOIT était à 13 ans pupille à l’AJA, avant de rejoindre la section athlétisme. Plus tard, alors qu’il travaillait chez FRUEHAUF, il prenait à cinq heures du matin pour ensuite prendre sa voiture et se rendre en banlieue parisienne où il participait à une course… ». Un défi à relever pour les centaines de sportifs s’entraînant à longueur d’année sur une piste dont le nouveau revêtement n’a rien à envier à celui du Stade de France, selon la présidente de la section athlétisme, Françoise GALLI.  

C’est désormais officiel : le temps d’y jouer deux matchs de championnat, le Racing 92 va troquer son stade habituel de Paris-La-Défense-Arena pour celui de l’Abbé Deschamps. L’actuel leader du Top 14, rencontrera Bayonne en terre auxerroise le 11 mai prochain, suivi d’un match contre Pau le 02 juin. Le président des « ciel et blanc », Laurent TRAVERS, présent à la soirée avec plusieurs joueurs de l’équipe, dont le talonneur Camille CHAT, natif d’Auxerre, souhaite que le public soit au rendez-vous : « vous êtes toujours derrière l’AJA et bien pour une fois, on vous demande d’être derrière le Racing 92, qui porte les mêmes couleurs.  Et j’espère bien que le 11 mai prochain on pourra fêter la remontée d’Auxerre en Ligue 1 ! ». Et peut-être espérons-le, par la même occasion, le maintien du Rugby Club Auxerrois en Fédérale 2… Avant le monde de l’ovalie, c’est celui du cyclisme professionnel qui fera son grand retour dans le paysage auxerrois, avec une étape contre la montre en équipe le 05 mars prochain dans le cadre de la course Paris-Nice. Peut-être une forme d’ultime répétition, avant d’accueillir prochainement une étape du tour de France ?

 

 

Sur la scène, un numéro de duettistes bien rodés !

 

Dans un peu plus de six mois, la flamme olympique illuminera le ciel parisien. Son relais passera dans l’Yonne le 11 juillet prochain, avec sept étapes au programme. « Belle façon de mettre en valeur les pépites de notre département » selon le maire de Pont-sur-Yonne et premier vice-président du Conseil départemental Grégory DORTE. Un enthousiasme pas au goût de certains opposants présents dans la salle, qui ont tenté de faire connaître leur point de vue sur l’argent ainsi dépensé : « 180 000 euros, ça pique ! ». Une « bronca » qui n’a semble-t-il guère troublé le maire d’Auxerre et co-animateur de la soirée, profitant de l’occasion pour tacler ses « fidèles » contestataires : « on a des comptables ce soir ! Je crois que c’est ma collègue du PCF, je reconnais la voix. Elle a fait toutes mes réunions, je m’y suis adapté, je la salue et la remercie car elle donne beaucoup d’échos à nos projets, c’est plutôt quelque chose de positif… ». Pas certain que la récipiendaire apprécie !

Si nombre d’élus d’opposition étaient absents ou excusés ce jeudi, Mani CAMBEFORT, élu du groupe « Pour Auxerre » a marqué de sa présence la soirée. Peu enclin toutefois, à adresser un satisfecit au maire et à son équipe : « sur le fond, on n’a pas appris grand-chose et même si on peut en apprécier certains passages, sur la forme, ça reste un spectacle. La question étant de savoir si le maire d’une ville doit ou non se donner en spectacle ? A chacun son avis sur la question… On nous a annoncé monts et merveilles mais l’année 2024 ne sera pas seule à être olympique, je pense que la dépense de ce soir le sera aussi, ainsi que la dette de la ville, on le souligne suffisamment. Quand la fête sera finie et que les lampions seront éteints, on fera les comptes… ».

Des critiques à mille lieues de la satisfaction affichée par les deux co-animateurs de la soirée qui ont, il faut le reconnaître, réussi le pari de tenir le « timing ». Aidés en cela par le fait que Nelson MONTFORT ne s’est pas cru obligé de pratiquer son exercice favori, à savoir la traduction en anglais de tous ses propos, « namely the translation of all his words » !

Un numéro de duettistes au final bien rôdé, façon « Chevallier et Laspalès », la barbe en moins, même si quelques progrès restent à faire dans l’exercice du « moonwalk » cher à feu Michael JACKSON ! Un peu plus de 21 heures, la troisième mi-temps peut enfin commencer, autour d’un buffet très convoité. Certains esprits taquins reconnaissant n‘être venus que dans cet objectif, mais après tout, l’accessibilité au dit buffet pouvait se révéler assez sportive !  Peut-être une future discipline olympique ?

 

Dominique BERNERD

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

En pleine lumière, Arminda GUIBLAIN ! Seule, au pupitre, face à la foule des grands jours, à l’occasion de la traditionnelle cérémonie des vœux. Mais, pas seule sur la scène du SKENET’EAU ! Adjoints et conseillers formant l’ossature de l’équipe municipale l’avaient rejoint dans cette mise en scène, bien léchée, où il était de bon ton d’être présent afin de profiter de la connaissance des projets et perspectives à venir. Un exercice oratoire qui fut maîtrisé par la conseillère départementale lors de cet inventaire à la Prévert 2024 !

 

MONETEAU : Avant de monter sur l’estrade, elle peaufine une ultime fois ses notes. Quelques mots avec son entourage proche, histoire de se rassurer, avant de se lancer dans le grand bain : celui de la séance des vœux, où tous les regards de l’assistance – une belle mobilisation des habitants ! – convergèrent vers elle. Madame le maire avait choisi judicieusement un ensemble rouge vif du plus bel effet, idéale parure venant contrastée avec le noir ambiant de l’espace scénique. Les projecteurs vinrent l’accueillir dès qu’elle prit place derrière le pupitre. En rouge et noir : quel décorum !

D’entrée de jeu, Arminda GUIBLAIN persiste et signe : « Un an s’est écoulé et mon engagement, le nôtre avec mon équipe, continue toujours intensément pour mieux vous servir ». Histoire de couper court à toutes polémiques politiciennes qui n’ont pas lieu d’être en pareille circonstance !

Objectif de cette intervention – elle durera montre en main près de trente minutes ! -, énumérer la liste des projets, de leurs avancements, preuve que le service public est là, aux côtés des administrés.

En préambule, l’élue de l’Yonne évoque un nouveau service, en appui de la préfecture : « la délivrance des cartes d’identité et passeport passera dès la semaine prochaine à trois demies journées ouvertes au public... ».

 

La collecte des déchets s’invite dans le déroulé

 

Sereine, l’édile remercie d’amblée chaleureusement tous les agents municipaux pour leur travail et leur esprit d’équipe. Informer, rassurer, tranquilliser sont ces credo, dans cet exercice public qui n’est jamais chose aisée.

« Nous sommes conscients des défis auxquels nous devons faire face, et c'est avec une responsabilité sérieuse que nous prenons des décisions basées sur des analyses approfondies. Nos choix visent à assurer la sécurité, à favoriser le progrès et à maintenir la qualité de vie dans notre commune. Sachez que chaque action est entreprise avec transparence comme principe fondamental... ».

C’est dit. Puis détaillant une feuille de route éclectique, comprenant plus de 80 actions à mettre en musique (selon son expression), Arminda GUIBLAIN s’attardera sur les différents domaines suivants : les travaux de voirie, la rénovation du patrimoine et économie d’énergie, l’environnement et cadre de vie, la culture et la communication, les affaires sociales, le sport et la vie associative, l’enfance et la jeunesse, les finances, et surtout le projet phare, le pôle de services de la Commanderie et ses évolutions récentes.

Toutefois, l’oratrice fit une légère entorse à son ordre du jour tel qu’il fut présenté. Faisant un nécessaire focus sur le dossier brûlant qui perturbe depuis plusieurs semaines les habitants de l’Auxerrois : la collecte des déchets. Lors du dernier conseil communautaire, la maire de Monéteau a fait part de son opposition à ce projet, votant contre au moment du scrutin.

« Mon choix reposait sur plusieurs inquiétudes, concernant les personnes âgées, les personnes à mobilité réduite, les personnes sans moyen de locomotion, les emplacements de tous ces Point Apports Volontaires, la propreté autour et surtout les coûts financiers… ».

Arminda GUIBLAIN avait même suggéré le report de cette délibération ; une préconisation qui ne fut pas retenue. On connaît la suite…

Puis, l’élue de souligner : « Aujourd’hui, certains se mobilisent pour contester ce résultat. Mais, mon rôle en tant que maire est de tout mettre en œuvre pour travailler avec les services de l’agglomération pour que le moment venu cela se passe dans les meilleures conditions possibles.  Mais je vous rassure, il faut savoir que cela va demander un investissement important tant financier, qu’humain, que vingt-neuf communes sont concernées, et cela ne va pas se faire d’un coup de baguette magique ! ».

Au moins, cela a le mérite d’être limpide dans la bouche de l’intervenante. Cette dernière, pour clore cet aparté, ne se positionnera pas dans les premières à tenter l’expérience !

 

 

Le Pôle de service de la Commanderie : le gros morceau de la soirée

 

Pour les seniors, les nouvelles sont bonnes. Le projet de résidence de la Jonchère devrait voir le jour avec une quarantaine de logements spécialement conçus pour eux. Une infrastructure qui devrait s'intégrer harmonieusement dans le tissu actuel du quartier, avec une ouverture sur l’Yonne. Une initiative qui ne se contente pas de répondre aux besoins immédiats mais vise à créer un espace durable et écologique. Date de livraison : 2025.

Un bonheur ne venant jamais seul, un second dossier est en cours d’études. Il s’agit de la résidence seniors SERENYA. Plus qu’un lieu de résidence, c’est une communauté évolutive qui permettra aux résidents de maintenir une vie autonome. Flexible, le concept donnera l’opportunité de pouvoir changer d'appartement en fonction des besoins de santé. En lien avec ce projet, la réalisation d’une micro-crèche. Objectif : encourager l’intergénérationnel. Enfin, sur cette même rive, la gauche, un autre projet de crèche à proximité de de la zone commerciale des Macherins est à l’étude

Côté implantation culinaire : un projet de restaurant est à l’étude à la place de l’ancien restaurant « Le Mendes » avec des travaux de réhabilitation, prévus cette année.

Le gros morceau de la soirée devait suivre en plat de résistance. A savoir, le Pôle de service de la Commanderie. « Nous avons deux opportunités de projets à saisir, précise Mme GUIBLAIN, et je rappelle que ce projet incarne notre engagement à améliorer la qualité de vie de chacun d'entre vous, en offrant des services essentiels au même endroit tout en maintenant la cohérence, la sécurité mais également en plaçant nos enfants au cœur de nos préoccupations… ».

De quoi s’agit-il, précisément ? De décliner sur un même endroit, la convergence de plusieurs services essentiels, avec dans l’offre, une salle de réception, des salles pour les associations, des salles à la location, et bien sûr un commerce de proximité. En sus, la réouverture de la station-service avec en plus des bornes de recharges électriques, et une nouvelle station de lavage étoffent le concept. Fluidifier et sécuriser la circulation routière, aux abords de ce site, feront aussi partie des priorités. Reste la création d’un vrai pôle consacré à l’enfance. Il verrait le jour au foyer communal.

« En effet, aujourd’hui le centre de loisirs des minots, les services périscolaires du soir et du mercredi, la zone ado, sont déjà regroupés à cet endroit, constate Arminda GUIBLAIN, c’est par conséquent une véritable opportunité que de créer la cantine scolaire des élémentaires et les salles d’activités périscolaires des maternelles à cet emplacement… ».

Dès lors, le temps des études de faisabilités, études préliminaires, rédaction d’un programme, consultation et choix d’un maître d’œuvre, avant la réalisation du projet, devrait rythmer ce dossier. Une ambitieuse réalisation qui confèrera une image plus dynamique et valorisante en entrée du centre-bourg. D’autres réalisations existent en 2024 sur la commune : nous y reviendrons plus en détail ultérieurement…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil