Dans le cadre de notre développement, nous recherchons des correspondants rémunérés, contacter Thierry Bret 06.20.31.05.53

C’est le dégoût absolu dans toute sa splendeur. A faire révulser les âmes trop sensibles des honnêtes gens. L’ignominie révélée à cœur ouvert visant une fois encore cette espèce humaine, dite « intelligente et de savoirs », qui sombre de Charybde en Scylla un peu plus chaque jour vers une médiocrité sans fond.

Et si Dieu avait créé ce monde si merveilleux sans la moindre présence de l’homme à la surface du globe ? Ce serait incontestablement le paradis pour l’existence animale qui souffre de cette cohabitation sans partage de moralité, de valeurs et de respect.

L’homme est un être sans foi ni loi. Le plus grand des prédateurs de cette planète qui aime s’entre-tuer à tout crin sans motif apparent et anéantir tout ce qui y vit paisiblement : les minéraux, les végétaux, les animaux…Bref, la nature si belle qui nous entoure. Qui se délite, inexorablement.

Mais, de jardin d’Eden, il n’y en a point pour nos amis les bêtes. Les sauvages comme les domestiques dont certaines sont qualifiées de nuisibles par le diktat de la sacro-sainte bien-pensance humaine.

Espèce vénérée par de nombreuses civilisations qui nous ont précédées (les Egyptiens, les Perses…), le chat est à titre d’exemple l’animal de compagnie par excellence de millions de foyers. Son ronronnement rassure. Sa vitalité émerveille. Son comportement est sociable. Beaucoup plus que certains humanoïdes de la pire espèce dont la bêtise frise avec l’abrutissement total !

 

 

 

Se créer une nouvelle discipline sportive : le tir sur chats…

 

 

Auriez-vous encore des doutes sur les vertus moralisatrices et les comportements décérébrés de nos congénères ? Alors, plongez votre regard aiguisé sur les sites de défense animale où pullulent des photographies horribles, immondes, à la limite du supportable, de chatons et de chats amputés de leurs membres grâce à la « connerie » de nos soit disant frères de sang !

Leur imaginaire pour détruire tout ce qui est indésirable à leurs yeux est sans limite. Depuis les boulettes nocives, infestées de produits toxiques, jetées çà et là dans la nature aux pièges qui broient mécaniquement les membres d’animaux condamnés à mourir sur place.

Bravo à l’humain pour le bienfait apporté à la sauvegarde de l’environnement, synonyme d’un zéro pointé sur toute la ligne !

Mais, il y a pire encore ! Celles et ceux qui ont troqué la sauvagerie aveugle du piège métallique aux dents acérées ne laissant que peu de chances à leurs petites victimes pour le tir à la carabine.

C’est sûr : en période de confinements à haute dose, il était grand temps de se créer de nouvelles disciplines sportives en choisissant comme cibles préférentielles, les chats !

Ces nemrods de pacotille qui n’y connaissent rien à rien dans l’art séculaire de la vénerie où le respect de l’animal existe, tirent sur tout ce qui bouge à proximité de leurs jardins, de leurs champs, dans une ruelle, à la lisière d’un bois…parce qu’un malheureux chat supposé « nuisible » ose s’aventurer sur leur précieux territoire existentiel.

 

 

Une pétition et un club de soutien pour que justice soit rendue !

 

C’est sans doute ce qui est arrivé au pauvre « Turbo » qui de ses quatre pattes initiales lui permettant de vadrouiller à sa guise autour de son périmètre vital n’en possède désormais plus que trois.

Après avoir essuyé le tir abject d’un féru de la gâchette facile, un « John Wayne » de nos campagnes qui se croit encore au temps du Far-West ou s’imagine en « Rambo » purificateur !

En convalescence après son opération, « Turbo », fort heureusement, se tirera de cette mauvaise épreuve en demeurant à jamais…infirme.

Victime expiatoire de la cruauté gratuite infligée par l’homme à l’animal. Et le coupable, dans tout cela ? S’en sortira-t-il en toute impunité prétextant un quelconque acte de folie non répréhensible par la justice ? Ou bien fera-t-il amende honorable lorsqu’il devra expliquer son forfait en assumant ses actes et en étant puni comme il se doit ?

Car, derrière ce geste d’une rare stupidité, il y a aussi mise en danger d’autrui. Et si la balle tirée pour abattre « Turbo » avait ricoché sur un arbre pour se figer dans la gorge d’un enfant, jouant comme c’était le cas au moment des faits à proximité de la scène de ce drame sordide.

Aujourd’hui, les maîtres de « Turbo » sont décidés à utiliser les voies procédurales pour ne rien lâcher dans ce dossier. Parce que malheureusement, chats et chiens sont des centaines d’innocentes victimes chaque année en France à subir les foudres assassines de ces sanguinaires qui se sentent puissants parce qu’armés.   

Trois associations défenseuses de la cause animalière leur ont emboîté le pas en se portant partie civile après le dépôt d’une plainte : ce sont « Trois P’tits Chats », les « Chatsleureux » et « Respectons ».

Parallèlement, depuis un mois, circule sur la toile une pétition de soutien à cette initiative et de protection envers « Turbo ». Près de 1 500 signatures y figurent déjà tandis que la « Turbo Family’s » accueille près de 700 membres !

Ces chiffres ne demandent qu’à grossir pour que toute la lumière soit faite sur ce fait divers odieux et qu’enfin tombe de manière inéluctable la sentence devant punir le coupable ! Un procès qui fera peut-être jurisprudence à l’avenir pour celles et ceux qui ne respectent pas les animaux…

 

En savoir plus :

https://www.facebook.com/groups/476755530186295/?ref=share

 

Thierry BRET

 

 

 

Ultime ligne droite pour EFC Prévention ! Une veillée d’armes vécue avec impatience par son dirigeant Ludovic BERTEAU. Celui-ci concrétisera ce mercredi 28 avril le lancement de sa chaîne d’information, accueillie sur « Youtube ». Objectif : distiller à l’aide d’une dizaine d’épisodes un contenu informatif approprié pour faire toute la lumière sur la prévention des risques professionnels. Novateur dans la cité de Nicéphore NIEPCE !

 

CHALON-SUR-SAONE (Saône-et-Loire) : Nom de baptême de ce média flambant neuf accueilli sur une plateforme numérique : « Pause Prévention ». Vocation : informer par le prisme d’une dizaine de rendez-vous la sphère entrepreneuriale sur les risques professionnels. La tasse de thé de la société EFC Prévention.

Les trois coups de cette nouvelle aventure digitale seront donnés ce mercredi 28 avril dès 10 heures.

Chaque épisode de ce feuilleton au scénario sans fausse note abordera l’un des nombreux items relatifs à ces risques professionnels dont la TPE de Bourgogne du Sud a fait son cœur de cible.

Parmi les thématiques traitées, citons la sécurité au travail, l’évaluation des risques professionnels, les démarches de prévention, la reconnaissance de son organisation en matière de santé, sécurité et transmission d’entreprise, etc.

Diffusée de manière hebdomadaire chaque mercredi à pareil horaire, la série va permettre à EFC Prévention de faire connaître le métier d’intervenant en prévention des risques professionnels (le fameux acronyme IPRP) autrement !

 

 

Opérationnelle depuis 2016, la structure pilotée par Ludovic BERTEAU, l’une des figures de la Jeune Chambre Economique de Bourgogne-Franche-Comté puisqu’il en est l’un des vice-présidents, aura reçu le soutien de la CPME de Saône-et-Loire pour mener à bien ce projet insolite.

Membre de l’organisation patronale, l’entreprise jouit de l’un des bureaux de la vénérable institution à Chalon pour y réaliser ses tournages réguliers.

Auteure et scénariste de talent, Axelle GASNE a apporté son précieux concours dans la conception du projet un brin novateur. Quant à Mélanie DELAUDE, jeune graphiste possédant une créativité débordante, elle fera germer toute son imagination. A consommer sans l’once d’une modération !

 

En savoir plus :

https://www.youtube.com/channel/UC7ICqretyDAH5Gq6vun5WeQ

 

Thierry BRET

 

 

 

Drôle de semaine que celle qui vient de s’écouler dans l’Hexagone en matière de décisions judiciaires ! Par deux fois, on a pu constater que tout ne tournait pas forcément bien rond au sein de la vénérable institution.

Celle qui peut être à la fois fort clémente pour ne pas trop alourdir la peine des condamnés ; celle qui, a contrario, peut se révéler plus inflexible dans certains dossiers qui nécessiteraient pourtant un zeste de légèreté.

Dire qu’il y aurait aujourd’hui des trous dans la raquette au sein du système judiciaire français serait un doux euphémisme. Surtout que le problème ne date pas d’hier côté laxisme et incohérence à l’énonciation de certains verdicts. Mais, là, en l’espace de quarante-huit heures, l’opinion publique a pu se mettre sous les dents un double cas d’école à faire pâlir tous les étudiants en faculté de droit qui rêvent de porter un jour la robe d’avocat et de juge !

Vu de l’extérieur, cela ne peut que susciter de l’inquiétude pour les citoyens que nous sommes tous ! Deux affaires ont fait la une de la rubrique juridique cette semaine avec des verdicts qui étaient très attendus pour toutes les parties en présence dans le prétoire. Deux affaires qui in fine auront déclenché les foudres de bon nombre d’observateurs, consternés par ce qu’ils ont entendu.

 

 

Casser du « flic » en toute impunité est-ce désormais possible ?

 

 

Le procès de Viry-Châtillon n’aura satisfait personne. Beaucoup de relaxes parmi les supposés agitateurs de ces faits qui se sont révélés au final extrêmement graves pour les victimes.

Des représentants des forces de l’ordre qui ont failli y laisser leur peau après l’incendie pour deux des leurs bloqués dans leur véhicule de fonction.

Il y aura bien quelques condamnations de principe pour ces jeunes délinquants qui ont bravé l’ordre public sans aucune circonstance atténuante mais l’on retiendra surtout le nombre d’acquittements prononcé par la justice, « faute de preuves » selon le verdict officiel.

 

 

 

Question liminaire à l’annonce de ce verdict édifiant : peut-on s’en tirer finalement à bon compte après avoir voulu casser du « flic » en toute impunité en France et passer à travers les mailles bien trop grosses de la nasse judiciaire qui s’étiole au fil des ans ?

Je vous laisse le soin selon votre propre discernement d’y apporter la réponse que vous souhaitez !

 

 

Prendre des substances pour simuler la folie et obtenir l’irresponsabilité…

 

 

Mais, le second verdict de la semaine où la Justice n’a pas nécessairement gagner en lettre de noblesse est encore plus révoltant aux yeux de beaucoup. Que l’on soit de confession juive, musulmane, protestante, catholique, annamite, agnostique ou athée ! 

Sarah HALIMI, israélite de religion, n’avait rien demandé à quiconque. Isolée dans son petit appartement bâti dans une HLM de la banlieue francilienne, elle prodiguait ses conseils et sa gentillesse à celles et ceux qui en avaient le plus besoin.

Des paumés, des chômeurs, des étrangers, des SDF, mais aussi ces Français qui connaissaient comme elle des fins de mois difficiles et dénués d’argent.

Mais, chose que connaissait pas son agresseur qui lui rendait visite très souvent en sa qualité de voisin : on peut naître juif et ne pas posséder la moindre des richesses, si ce n’est celle du cœur et de l’hospitalité.

Parce qu’il était sous l’emprise de stupéfiants (une forte absorption de cannabis) qui lui aurait procuré des bouffées délirantes le faisant passer à l’acte, le meurtrier de Sarah HALIMI l’a rouée de coups, avant de la jeter par-dessus le balcon du troisième étage de son appartement. Le préjudice du vol, car il y en aura bel et bien un de constaté par les forces de l’ordre, s’élève à une poignée d’euros…

On connaît la suite judiciaire de ce tragique feuilleton médiatique : la Cour de cassation a confirmé que l’auteur présumé du meurtre de la sexagénaire, survenu en 2017 à Paris, était irresponsable pénalement.

Entraînant depuis une vague d’émotion et de colère en France, rassemblements et manifestations revendicatives à la clé en cette journée dominicale du 25 avril pour que la Justice revienne sur sa décision, mais aussi en Israël où pourrait être rejugé ce procès.

L’Etat par la voix du locataire de l’Elysée a fait entendre qu’il ne comprenait pas une telle décision. Alors que l’affaire a été reconnue comme antisémite par les jurés ! Emmanuel MACRON a demandé au garde des Sceaux de procéder à changement de la loi concernant l’irresponsabilité pénale de ce type de meurtriers. Fous et responsables de leurs actes !

Mais, on le sait, en France, on ne juge jamais les simples d’esprit ni les personnes dénuées de raison. Pourtant, l’assassin a choisi volontairement d’avaler des substances illicites en forte quantité, qui l’ont rendu fou. Un fou remis en liberté même s’il a été placé en centre hospitalier sous étroite surveillance…Comme tant d’autres de ces criminels qui commettent de plus en plus de tels actes odieux. Il est temps que la Justice se remette enfin en question…  

 

Thierry BRET

 

Le « faire savoir » est incontestablement l’un des axes de réflexion prioritaires qui titille à l’heure actuelle les esprits véloces des membres du mouvement citoyen de Bourgogne-Franche-Comté. D’autant qu’avec l’amorce de la probable reprise des activités, le calendrier 2021/2022 risque de connaître une recrudescence de manifestations dont il faudra assurer la promotion. A commencer par le Congrès régional, voire une Convention nationale pouvant être accueillie à Auxerre en 2022…

 

AUXERRE : Certes, il existe une kyrielle de réseaux sociaux pour véhiculer ses communications vers le plus large public possible. Mais, les adhérents de la Jeune Chambre Economique de Bourgogne-Franche-Comté le savent pertinemment en leur for intérieur : informer par ce canal numérique n’aura jamais le poids d’un vrai relais médiatique.

En conséquence, une douzaine de leurs représentants se sont penchés sur la question du nécessaire développement de leurs relations avec la presse lors d’un webinaire, proposé ce mardi 20 avril en début de soirée. Une idée qui avait été suggérée en amont par le vice-président de la structure associative régionale, le Chalonnais Ludovic BERTEAU.

En charge du développement et des partenariats de la vénérable institution, l’ancien président de la JCE de la sous-préfecture de Saône-et-Loire a donc bâti un projet favorisant le contact quasi direct mais derrière un écran interposé avec un représentant de la sphère médiatique (en l’occurrence votre serviteur) et une douzaine de membres, tous enclins à en découvrir davantage sur les us et coutumes de la corporation. Une caste professionnelle qui fait parfois montre d’hermétisme avec les représentants de la JCE, souvent assimilée à la famille des clubs services.

 

Des évènements d’envergure sur l’exercice 2021/2022 à promouvoir auprès des médias…

 

Naturellement, les interrogations fusèrent durant cet entretien de près d’une heure et demie, où il fut principalement question de l’opportunité de se doter d’un fichier presse actualisé, voire personnalisé, et de stratégies à décliner autour de l’envoi de l’inévitable communiqué de presse aux médias.

Quelles informations indiquées sur ledit document afin de capter l’intérêt des journalistes ? Comment les rendre attractifs sachant que pléthore de ces envois tombent au quotidien dans les boîtes mails des professionnels de la presse écrite, radiophonique, audio et numérique ? Comment entretenir des relations pérennes et sérieuses avec les observateurs de l’information en travaillant sur la confiance ?

Bref, ce fut autant de thématiques passionnantes qui s’égrenèrent au fil de la conversation. Des éléments de réponse furent annotés consciencieusement par le rapporteur de la soirée, Ludovic BERTEAU en personne qui se chargea ensuite de les résumer à l’instant  crucial de la conclusion.

Le panorama des futures échéances évènementielles incite forcément les membres de la JCE à accroître leurs liens avec la presse ; d’autant que l’organisation du congrès régional se confirme à Auxerre pour la fin de l’année. Le club local a même candidaté pour obtenir l’accueil d’une convention nationale courant 2022. Sachant que pour l’heure, seule la capitale de l’Yonne a déposé un dossier de candidature.

Les relations avec la presse vont devenir très vite une priorité pour les clubs que compte la Jeune Chambre à l’échelle régionale en vue de ce copieux planning.

 

Thierry BRET

 

Mais jusqu’où la bureaucratie, fléau légendaire de la gouvernance de l’Hexagone, sombrera-t-elle dans la plus parfaite des incongruités ? Il faut croire que nos brillants technocrates, fraîchement émoulus des grandes écoles ne mettent jamais les pieds hors des murs de leurs cossus bureaux parisiens une fois leurs fonctions professionnelles à assumer !

A force de ne pas respirer l’air frais de la divine province et de ne pas bénéficier de la précieuse vitamine D de l’astre diurne, ils pondent des directives à qui mieux mieux, qui aujourd’hui plus que jamais frisent avec un abêtissement des plus absolus dans leurs applications. Faisant passer les Français pour des moutons de panurge et les oies blanches pour des modèles de vertu !

Le confinement nous a déjà démontré via ses épisodes successifs les incohérences de cette technocratie jacobine qui décide de tout, envers et contre tous, depuis la capitale sans l’once d’une consultation populaire qui serait pourtant ô combien souhaitable.  

Mais, depuis que les commerces de proximité ont été catalogués en castes dites « essentielles » et « non-essentielles » ; alors là, on touche le fond. Celui des fosses abyssales des océans exotiques à près de vingt mille mètres sous les eaux !

Depuis quand un simple balaie brosse et une petite pelle en plastique pour ramasser la poussière, voire se débarrasser des déjections canines de votre animal de compagnie posées dans un coin de la cuisine, et que l’on peut acquérir à son aise dans les grandes surfaces, possèdent plus d’importance qu’une indispensable paire de souliers interdite à la vente ?

Depuis que le gouvernement de Jean CASTEX a décrété mordicus que les magasins de chaussures n’incorporaient pas la liste des boutiques de première nécessité en cas de crise majeure !

Les diplômés de type baccalauréat plus x années d’études qui nous régentent devraient revoir leur copie stratégique avant de se prononcer sur des décisions inaudibles qui in fine ne tiennent pas la route.

Il faudrait les renvoyer derechef à leurs chères études, niveau seconde avant baccalauréat sans mention avec un précis d’économie sous leur nez. Là, ils y découvriraient les fondements même de l’économie moderne qui reposent sur trois grands principes consuméristes : se nourrir, se loger, se vêtir.

Or, ce dernier point semble avoir été totalement oublié par les ronds de cuir qui s’affairent dans les alcôves ministérielles et leurs antichambres. Se vêtir ne représente pas une nécessité aujourd’hui à leurs yeux. Un comble quand on les voit porter beau devant les caméras de télévision, en paradant avec leurs costumes sombres, chemises blanches et cravates noires de rigueur ! Même par 40 ° Celsius !

 

 

Avoir le droit de s'acheter des chaussures ou un pull...

 

Est-ce à dire que le quidam de base n’a pas le droit de s’acheter un pantalon, ni un pull, encore moins une paire de baskets à sa guise ? On ne peut répondre que par l’affirmative en cette période saugrenue où les neurones de certains semblent s’être évaporés définitivement comme la neige au soleil !

Sur le principe bassement fallacieux d’une pseudo-équité envers les indépendants du commerce qui se voient privés d’exercer leur métier depuis des semaines, la grande distribution n’est plus autorisée à vendre lesdits produits (chaussures, vêtements, mais aussi les jouets) dans leurs rayonnages abondamment garnis.

Occultant lesdites gondoles par des banderoles rouge et blanche qui interdisent l’accès à ces produits vilipendés aux consommateurs.

Dans le même temps, et profitons-en gaillardement, les caddies des chalands peuvent se remplir à la louche de pelles en plastique, de bêches, de pioches, de balaies brosse, de tringles à rideaux, de tubes de colle, de bottes en caoutchouc etc.

Que des produits de première nécessité qui, comme chacun a pu le constater à l’usage sont indispensables à la vie des citoyens que nous sommes en période de guerre contre le virus, convenez-en !

Il serait grand temps que nos gouvernants reviennent avec réalisme et sérieux à notre quotidien. Et pense enfin à celles et ceux de nos concitoyens qui ont besoin d’une paire de chaussure ou de vêtements neufs ne serait-ce que pour se présenter à un entretien d’embauche afin de les sortir de l’ornière de la crise économique qui pointe à l’horizon.

Alors, mesdames et messieurs qui nous gouvernent, laissez de côté vos pelles et vos balaies brosse dans leurs rayonnages et donnez-à celles et ceux qui en ont le plus besoin de quoi marcher vers leur avenir et leur destinée !

Des vêtements et des chaussures pour que les actifs relancent la vie économique de ce pays !

 

Thierry BRET

 

 

Page 1 sur 64

Articles

Bannière droite accueil