Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
110 Bourgogne
Région Bourgogne France-Comté
Criquet Magazine
Lycée Saint-Joseph de la Salle
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
chambre des métiers et de l'artisanat
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat
logo-110-bourgogne-ok.png

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Concilier l’aspect ludique à la pédagogie. La belle initiative que voilà ! Surtout dans le domaine de la prévention des risques professionnels et la sensibilisation aux gestes à connaître en matière de sécurité. Le tout s’agrémente d’un challenge, concernant tous les acteurs de la filière. « 100 minutes pour la vie ». Il est décliné depuis quatre éditions par l’OPPBTP, l’Organisme professionnel de prévention du Bâtiment et des Travaux Publics, à l’échelle hexagonale. Sa cérémonie des récompenses régionales s’est déroulée il y a peu à l’amphithéâtre de La Brosse…

 

VENOY : Sur la grille de départ, ils étaient plus de 15 000 jeunes à concourir. A l’échelle de l’Hexagone, il va de soi. Vu du prisme de la Bourgogne Franche-Comté, six ont pu valider des récompenses territoriales. Dont un apprenti. C’est le jeune Jérémy qui a remporté le premier lot, un splendide VTT, de quoi lui donner des ailes supplémentaires pour grimper quatre à quatre les quelques marches le conduisant sur la scène de l’amphithéâtre du groupe CFPPA 89 La Brosse. Signalons que deux candidats de l’établissement de l’Yonne ont même pris part au concours national, terminant à la sixième place, toutes sections confondues.

Une dizaine d’établissements, des centres de formation professionnelle, de notre contrée ont tenté leur chance lors de cette quatrième édition d’une challenge un peu particulier mais ô combien important autour de la sensibilisation aux risques sécuritaires dans les métiers du bâtiment et des travaux publics, le fameux « 100 minutes pour la vie ».

 

Une véritable résonnance auprès des apprentis de la filière

 

A l’origine, le concept a vu le jour grâce à l’OPPBTP, l’organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics. Il s’est déroulé l’hiver dernier, entre janvier et février ; permettant ainsi au corps enseignant, aux équipes éducatives des établissements participants, aux élèves et apprentis de se mobiliser pleinement autour de ce défi visant à renforcer l’ancrage des bonnes pratiques au niveau de la sécurité. Indispensable, de nos jours…

De l’avis des spécialistes de la filière, et notamment des représentants de l’Ecole des Travaux Publics de Bourgogne Franche-Comté, MM. MILLOT et PONS qui avaient effectué le déplacement, ce concours possède une certaine résonnance en termes de notoriété.

Coachés par l’équipe de formateurs du pôle travaux publics du CFPPA 89, les 19 élèves de seconde année, c’est-à-dire les apprentis du CAP Constructeurs de Routes et Aménagements Urbains, ont pris plaisir à participer à ce challenge. Une réussite au niveau de la motivation puisque deux d’entre eux, comme nous l’avons écrit, se sont même rendus à la finale nationale qui était accueillie à Arras les 27 et 28 mars, rassemblant de fait les douze meilleures équipes du pays.

 

 

 

Sensibiliser à la sécurité : primordial sur les chantiers !

 

Dans les faits, les participants devaient répondre correctement à une cinquantaine de questions liées à la prévention des risques professionnels. Voire parfois à des mises en situation façon étude de cas !

Les organisateurs nationaux de ce concours ne peuvent que se frotter les mains : depuis ses origines, ce sont plus de 230 000 jeunes gens ayant opté pour l’apprentissage qui ont ainsi concouru à ce challenge.

Côté récompenses, il y avait de quoi allécher les jeunes candidats avec à chaque fois dans toutes les régions de France la remise de prix très corrects comme un VTT électrique (c’est le jeune Jérémy qui en a donc hérité par chez nous !), une caméra Go Pro ou un mini-projecteur vidéo pour le troisième du podium !

 

 

Côté accessits, c’est la deuxième année consécutive où l’Ecole des Travaux Publics de Bourgogne Franche-Comté et le CFPPA 89 La Brosse gagnent ce challenge régional.

« La sécurité est primordiale dans les travaux publics, elle est primordiale d’être inculquée dès l’apprentissage…, soulignera l’une des représentantes de l’Ecole des TP BFC.

Présent à la remise des prix, le vice-président du Conseil départemental de l’Yonne Christophe BONNEFOND s’est félicité à son tour des excellents résultats du groupe pédagogique, implanté sur sa commune, d’autant que deux jours auparavant le CFA agricole, cher à Hélène TREMBLAY-DECULTOT sa responsable, avait déjà raflé toutes les distinctions du concours des espaces verts et jardin régionales.

« Là, je reviens pour les prix au CFPPA 89, et cela fait plaisir de voir cette réussite avec un établissement de cette qualité ! Je suis très fier de cela…».

Une réussite presque insolente, non ?!

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Ultime ligne droite pour les représentants des Républicains afin de convaincre les plus indécis des électeurs avant le seul et unique tour de ces élections européennes se déroulant dimanche 09 juin. Ce soir, au Grenier à Sel d’Avallon, l’un des colistiers de François-Xavier BELLAMY, le maire de L’Haÿ-les-Roses Vincent JEANBRUN analysera le contexte actuel et les enjeux de ce scrutin aux côtés du président des LR 89, l’ancien député Guillaume LARRIVE…

 

AVALLON : Il est pourtant situé en dernière position de la liste aux 81 patronymes des Républicains, le président du groupe majoritaire au Conseil régional d’Ile-de-France Vincent JEANBRUN, mais cela ne l’empêche nullement de mouiller la chemise en multipliant meetings et rencontres avec les électeurs depuis le lancement de cette campagne.

Effectuant le déplacement dans la partie méridionale de l’Yonne, ce lundi soir, du côté de la salle du Grenier à Sel à Avallon, l’édile de la localité de L’Haÿ-les-Roses participera à l’une des dernières joutes verbales avec le public. Celui-ci, venu le questionner sur les enjeux et perspectives de ces échéances européennes et parler, évidemment, du programme de son poulain, un François-Xavier BELLAMY que les militants et sympathisants de droite s’accordent à trouver « excellent » dans la manière dont il mène sa campagne, notamment dans les débats télévisés, où il fait montre de la connaissance des dossiers mais aussi de son sens de la répartie face à ses adversaires politiques. Même les plus farouches ! On aura pu en juger la semaine dernière encore sur le dernier plateau, concocté par LCI.

Ce lundi, Vincent JEANBRUN retrouvera le patron des LR de l’Yonne, un certain Guillaume LARRIVE omniprésent – on ne cesse de le voir partout depuis plusieurs semaines dans son territoire de prédilection, à croire qu’il est déjà en campagne ! – et qui interviendra sur une thématique ô combien d’actualité : « émeutes, insécurité, immigration : où va la France ? ».

Le dénominateur commun entre ces deux personnalités de droite n’est autre que la plume et la délivrance d’idées sur le papier. L’élu francilien a publié il y a peu « Les Deux France » ou il évoque celle du chaos qui côtoie celle du sursaut. Quant à l’ancien parlementaire de la première circonscription, il a entamé une vaste série de séances de dédicaces à la suite de la parution de son dernier opus, « Immigrations, l’heure des décisions ». Des échanges de points de vue qui devraient être convergents quant aux solutions à envisager, c’est sûr !

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Les perspectives en termes d’embauches sont excellentes pour cet acteur majeur de la transition énergétique. EDF table sur le recrutement de près de 20 000 collaborateurs en 2024 ! Une preuve, s’il en est, de dynamisme pour le groupe qui veut augmenter ses volumes d’intégration de nouveaux salariés afin de répondre à ses besoins en compétences industrielles, techniques et numériques dans la durée. Une stratégie dont le ruissellement concerne aussi la Bourgogne Franche-Comté où 650 recrutements sont prévus d’ici la fin d’année…

 

DIJON (Côte d’Or) : Qu’on se le dise : le groupe EDF recherche aujourd’hui des femmes et des hommes engagés au service de la transition énergétique  dans tous les métiers et filiales (ils sont nombreux !) présents sur le territoire de la Bourgogne Franche-Comté. Avec comme trajectoire d’atterrissage en fin d’année, l’accueil de 650 nouveaux collaborateurs ! Une tendance similaire à celle de l’Hexagone puisque le spécialiste de la transition énergétique souhaite incorporer dans ses rangs, près de vingt mille personnes cette année ! Dont dix mille nouveaux salariés en contrat à durée indéterminée, 4 500 issus de l’alternance et cinq mille stagiaires.

Rien que le volet du nucléaire est prometteur en matière de futures embauches. EDF et ses diverses composantes devraient renforcer leurs effectifs de 4 500 nouveaux collaborateurs en 2024. Que des postes proposés en CDI !

Du côté de l’hydraulique et des énergies renouvelables, ce n’est pas mal non plus avec un millier de jobs supplémentaires à mettre dans l’escarcelle du groupe. Trois mille postes sont à pourvoir du côté de DALKIA, la filiale des services énergétiques du groupe ; tandis qu’ENEDIS espère en pourvoir 1 500 d’ici le terme de l’année. Outre les embauches fermes et définitives, garanties par cette typologie de contrat de travail, EDF priorise aussi sur la recrudescence des jeunes talents, en matière d’intégration, via l’alternance et la pratique des stages, comptabilisant ainsi environ dix mille demandes cette année.

 

 

La part belle est faite à la féminisation, aussi !

 

Côté profil, dans un contexte économique de relance du programme nucléaire, de développement des énergies renouvelables et de reprise des investissements dans l’hydraulique, EDF table sur des candidatures de niveau Bac pro (15 %), Bac + 2 + 3 (45 %) et ingénieurs ou diplômés de l’université pour 40 %. Quant aux alternants et stagiaires, ils deviennent à l’issue de leur formation des candidats prioritaires pour les emplois en CDI dans les domaines techniques.

Ne se fermant aucune porte, le groupe recherche aussi en complément des professionnels possédant un acquis dans la maintenance et l’exploitation des sites de production, le pilotage de projet pour le programme nucléaire, le numérique ou les métiers des services énergétiques.

La part de la féminisation est également mise en exergue au sein de l’entreprise, y compris dans ces nouveaux postes à pourvoir. Elle est passée de 25 à 30 % en deux ans, une dynamique devant s’amplifier dans les années à venir. Idem pour les personnes en situation de handicap, y compris dans les métiers techniques.

Rappelons que le groupe emploie déjà 179 000 salariés à date. Et ce n’est pas fini, semble-t-il !

Un appel est donc lancé pour toutes celles et tous ceux qui croient en la transition énergétique et son avenir : postulez et apportez vos compétences pour relever les défis de demain !

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

C’est presque un doux euphémisme que de le dire ! A date, une chose s’avère malheureusement observable : la billetterie des Jeux Paralympiques de Paris 2024 qui se dérouleront du 28 août au 08 septembre, semble être totalement grippée au niveau de ses ventes. Atone, même, à la limite de la déroute car les spectateurs de l’Hexagone comme ceux d’ailleurs ne se pressent pas sur les précieux tickets pour les acquérir. Et ce ne sont pas les prix ultra compétitifs proposés dès 15 euros qui inversent pour l’heure la tendance générale. Une situation qui provoque l’inquiétude, voire l’incompréhension des organisateurs de ces Jeux : ils ne s’attendaient pas à un tel revers…de la médaille, passez-moi l’expression !

 

Le monde d’aujourd’hui, c’est le « Dallas » d’hier…

 

Mais, au fond, est-ce si étonnant que cela, dans notre société si impitoyable, où le regard des autres peut se montrer très cruel et intolérant sur celles et ceux qui « possèdent des différences » physiques ou intellectuelles ? Ceux qui ne leur ressemblent pas, en définitive, dans la vie de tous les jours…

Ce ne sont pas les deux tiers des 2,8 millions de billets encore disponibles qui prouveront le contraire ! Le monde d’aujourd’hui, c’est le « Dallas » d’hier, comme on le voyait sur les écrans cathodiques des téléviseurs il y a quelques décennies de cela où le méchant « JR » incarnait les pires valeurs de l’homme, entre vanité, orgueil, puissance, suffisance et mépris pour celui qui lui était inférieur.

Qui se soucie réellement du sort de ces personnes en situation de handicap dans cette société très individualiste, incivique et devenue trop agressive à chaque coin de rue ? Hormis les personnes qui sont concernées de très près et dans leur chair par cet état de fait parce qu’il touche un membre de leur famille ; hormis ces rares acteurs institutionnels et politiques qui  se retroussent véritablement les manches pour faire bouger les lignes de cet inébranlable monolithe sociétal et changer les paradigmes parce qu’ils y croient ; hormis, enfin, les représentants d’un certain milieu associatif qui sont plus enclins à verser dans la solidarité et l’altruisme, voire la bienveillance, qu’autre chose.

 

Dans le brouillard, des initiatives éclairées !

 

Bien sûr que tous ces acteurs existent en France comme ailleurs, mais ils ne sont pas légion. Et la reproduction de leur modèle de pensée si salvatrice auprès des plus jeunes n’est pas garantie à l’heure de la console de jeux et des réseaux « asociaux » !

Aussi, l’initiative prise parfois par des clubs services, à l’instar de la grande soirée conférence concoctée par le Rotary Doyen d’Auxerre, ce vendredi soir, offre une réelle vitrine, une opportunité heureuse et bénie des dieux sur un sujet le plus souvent occulté des mass médias.

Le handicap. Qu’en dire ? Qu’en penser, en vérité ? Surtout si cela ne nous concerne pas en direct. Et sans tomber ouvertement dans le pathos, la précarité et le misérabilisme à faire les choux gras de certaines presses à sensation ou de plateaux de télé-réalité aux contours tellement nauséabonds…

Concevoir une « soirée de gala » – le titre, à tort, pourrait s’avérer un tantinet trop pompeux, excessif et se limiter uniquement à une certaine frange de la notabilité d’une ville – pour y discuter de ces « choses-là » n’est pas aussi évidente à réaliser.

Car au-delà des actes, louables on s’en doute, il faut trouver les mots. Les paroles justes, les témoignages à fleur de peau, les idées claires qui font mouche dans tous les cœurs. Pour qu’ils puissent résonner longuement ensuite dans les neurones titillés de ces convives qui ne doivent pas se contenter de se sustenter entre amis de manière agréable, juste pour refaire le monde à leur manière entre la poire et le fromage.

 

 

 

Le handicap en mode gaité et bonheur, ça existe !

 

Le handicap est une thématique beaucoup  trop sérieuse pour la prendre à la légère, elle mérite toute la lumière qui doit lui être faite. De la lumière, parlons-en ! Ce fut un festival d’arguments, un feu d’artifice de paroles, avec le témoignage vibrant de Catherine MAUDET, vice-présidente du Conseil départemental de l’Yonne, évoquant le rôle si précieux et à l’écoute de la MDPH, la Maison Départementale des Personnes Handicapées, et de ses personnels investis. Tel que cela se vit dans l’Yonne.

Ce fut celui du docteur Joël LAPORTE, psychiatre passionné qui décortiqua dans les moindres détails les affres de la maladie d’Alzheimer et ses troubles. Des propos faisant écho à ceux tenus un instant auparavant par Gérard CLEMENCELLE, vice-président de la vertueuse association « France Alzheimer 89 », et le rôle déterminant et si peu connu des aidants.

Et à celui de deux sportifs, se mouvant dans leurs fauteuils, qui évoquèrent avec le sourire et de la timidité pour l’un leur…joie de vivre en pratiquant des activités physiques même de haut niveau. L’interlocutrice possédant même plusieurs titres de championne de France au tir à l’arc !

Le handicap, en mode gaité, entre espoir et opportunité : du pur bonheur à glisser entre les oreilles ! Ca fait chaud à l’âme…

Car, bien sûr, nul valide ne doit ignorer que demain, ce sera peut-être lui qui sera assis dans ce fauteuil roulant si « monstrueux » à croiser sur un trottoir ou cette personne amputée d’un membre à la suite d’un accident de la circulation, désireuse de se rendre à un concert ou à une représentation théâtrale, et jugée par les autres, parce que considérée comme une « bête de foire » que l’on doit cacher….

 

 

Valides et invalides ont les mêmes droits d’existence

 

Parce qu’il demeure toujours en nous, le « regard des autres ». Certes, il y a eu des avancées mais ce n’est pas suffisant, au goût de la sénatrice de l’Essonne Jocelyne GUIDEZ qui a déjà légiféré sur le sujet du handicap. Et ce, dès 2018. Un handicap qui nous concerne tous. Chose que l’on aurait tendance à oublier. Un handicap que la parlementaire connaît très bien, en rapport à sa propre nièce, et dont elle parlera avec beaucoup de tendresse et d’émotion.

Ce « regard de l’autre », si dur, si éprouvant, si injuste, si méchant pour la personne observée et ses proches, il doit impérativement changer. Parce que valides et invalides ont les mêmes droits d’existence sur cette Terre. Les mêmes envies et les mêmes passions, en respirant le même oxygène. Et que cette soirée imputable à un club service du Rotary a tout fait pour nous le rappeler…à raison !

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Originaire d’Arras et ne se prédestinant absolument pas pour exercer un métier dans cette filière, la jeune femme gagne aujourd’hui sa « croûte » dans le…fromage ! Surtout depuis qu’elle a épousé son mari, Jean-François, qui est un esthète en la matière en étant affineur. De passage à Auxerre en qualité de présidente du jury du 24ème Concours régional des fromages fermiers, elle nous livre ses impressions. Interview !

AUXERRE : Avez-vous fait de belles découvertes lors de concours ?
En fait, j’ai fait le concours de ma table où l’on avait une dizaine de fromages à goûter et ensuite, je suis allée faire le tour de toutes les autres tables, tant qu’à faire ! (Rires). J’attends le palmarès avec les noms des producteurs car pour certains, j’aimerais bien les avoir en cave, chez moi. Dans notre région, peu de chèvres ou alors très chers, contrairement à ici, où ce matin ils étaient très nombreux, avec cette particularité en Bourgogne, d’être typés « charolais », présentant une pâte très dense et déjà très « goûtue », même quand c’est jeune… ». Alors pour répondre à votre question, oui, j’ai découvert beaucoup de pépites…

Vous connaissiez déjà ces fromages emblématiques de notre région que sont le Soumaintrain, l’Epoisse, le Chaource, le Saint-Florentin… ?
Pour certains, je les ai même déjà en affinage chez nous. J’étais un peu déçue en arrivant ce matin car seulement trois Soumaintrains sur la table et aucun Epoisse ! Un fromage que j’aime particulièrement affiner. Certains confrères vont jusqu’à six mois, je crois que je vais tenter l’expérience. J’affine aussi tout ce qui est « Charolais », « Bouton de culotte mâconnais », « Chaource » également, que j’aime beaucoup travailler en association avec des produits du Nord. Même si les « vrais » fromagers vous disent que le fromage est un produit à part entière, qui se suffit à lui-même, sans besoin d’y associer autre chose… ».

 

 

Une question que l’on a dû vous poser déjà des centaines de fois : quel est votre fromage préféré ?
Je dirai que cela dépend du moment de la journée. J’aime énormément les fromages Suisses, les « pâtes dures », mais pas tous les jours car très puissants en goût, contrairement au Saint-Nectaire dont je mange un morceau chaque matin parce qu’il est « facile, tout en douceur, crémeux, sans complexité, un fromage « bonbon » ! Je n’ai hélas pas toujours à dispo des chèvres « Charolais », à la pâte très dense, au goût très « champignon », même lorsqu’ils sont jeunes. Des fromages que je vais plutôt déguster à l’apéritif, avec du miel parfois, j’aime beaucoup…

D’autres « coups de cœur » parmi les fromages étrangers ?
La France est le plus beau pays de la gastronomie. Je le pense vraiment, mais nous restons un peu sur nos acquis aujourd’hui face à des pays émergents et si l’on ne bouge pas, on risque de se faire talonner ! Comme le Saint-Nectaire, j’adore le Gorgonzola, qui se mange avec juste l’envie de se réconforter, sans réfléchir… J’aime bien aussi le « Manchego » ou parmi les fromages anglais, le « Shropshire », qui n’est pas un AOP, mais un « Stilton » façon colorée. D’autre aussi comme le « Fribourg » d’alpage, mais là, il faut du temps pour réfléchir et bien le savourer… ».

 

Dominique BERNERD

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil