Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
110 Bourgogne
Région Bourgogne France-Comté
Criquet Magazine
Lycée Saint-Joseph de la Salle
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
chambre des métiers et de l'artisanat
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat
logo-110-bourgogne-ok.png

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

L’un des leaders mondiaux de l’assurance et de la prévoyance renforce son potentiel humain en ce milieu d’année 2019. Pour se faire, elle est en quête de différents profils sur l’ensemble de l’Hexagone. Dans l’Yonne, six agents salariés sont ainsi vivement recherchés. En parallèle, il y a aussi la possibilité pour des agents mandataires, c’est-à-dire des personnes bénéficiant d’un statut d’indépendants actifs, de faire carrière au sein du groupe. Là aussi, une demi-douzaine de postes est à pourvoir sur le département le plus septentrional de Bourgogne. Explications…

AUXERRE : Petite séance explicative dans les salons du Maxime à Auxerre. Là, aux côtés de Franck DOGIMONT, inspecteur manager commercial et responsable départemental de l’Aube, et de Grégoire JAKUBOWSKI, inspecteur conseil salarié du réseau AXA Epargne et Protection dans l’Yonne, quelques personnes écoutent avec grand intérêt une explication de texte suffisamment détaillée et fournie pour qu’ils en assimilent le moindre des enjeux.

AXA France Vie recherche des collaborateurs. Mais pas n’importe lesquels. Celles et ceux qui possèdent, outre les vertus commerciales requises, un sérieux sens du relationnel et des réseaux. Car, pour répondre aux critères de sélection correspondant à la fonction d’agent mandataire, il faut parmi les prétentions à posséder une sacrée dose de tout cela.

Présent sur toute la France, les agents mandataires représentent AXA auprès des clients. Ils sont au nombre de 1 400 à ce jour. Ils évoluent sur un marché à forte progression : celui de la protection sociale et patrimoniale.

« La dépendance s’intègre parmi les grandes priorités de demain, confie Franck DOGIMONT, ce marché est très porteur et permet d’envisager de réelles opportunités de développement… ».

Exerçant son activité dans un périmètre proche de chez lui, l’agent mandataire se constitue et dynamise son propre réseau qu’il met en relation avec les spécialistes de la compagnie d’assurance.

« Ces collaborateurs reçoivent une formation pratique et théorique dispensée par nos soins dans la région, ajoute Grégoire JAKUBOWSKI, cette activité est adaptée tout particulièrement pour celles et ceux qui souhaitent disposer de leur temps libre tout en consacrant deux journées minimum par semaine pour développer leur rémunération… ».

Précisément, celle-ci peut être attractive. Elle est constituée de commissions et de primes liées à la conquête de nouveaux clients. Sachant que la première année, le nouvel impétrant dans ce système collaboratif profite d’un accompagnement personnalisé.

 

   

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

L’enseigne de Patrick PELONERO et des frères TRAORE s’appuie les relais offerts par la communication numérique pour optimiser ses parts de marché en créant le buzz. Notamment autour de la consommation importante de ses produits. En France comme à l’international puisque le groupe possède désormais quelques vitrines en Belgique et au Maroc. Depuis peu, le nouvel établissement de Sens a intégré l’escarcelle copieuse du groupe, qui pourrait atteindre trois cents espaces de restauration rapide d’ici la fin de l’année…

IVRY-SUR-SEINE : Chaîne internationale de restauration rapide, O’TACOS est devenue en un laps de temps relativement court, depuis 2007, l’un des chantres des tacos à la française. En France mais aussi chez nos voisins d’Outre-Quiévrain, avec une vingtaine d’établissements, au royaume chérifien. Voire un peu plus loin, aux Etats-Unis ou au sultanat de BRUNEI !

L’enseigne leader sur son marché s’est ainsi spécialisée dans une gamme de produits déclinés selon plusieurs tailles, permettant de mélanger jusqu’à quatre viandes dans ses tortillas.

Le must de cette opportunité culinaire à multiples strates, selon des variantes XXL, demeurant le « Gigatacos ». C’est une offre où le client affamé ou en mal d’originalité peut ingurgiter un tacos contenant plus de deux kilogrammes et demi de steak haché !

L’initiative a même suscité des concours alimentaires ponctuels où une frange de la clientèle se lance des défis afin de publier sur les réseaux sociaux le fruit de leur exploit, visuels et commentaires à l’appui. Un succès garanti après coup : avec plus de 2,5 millions de clics !

Les dirigeants du groupe, sous contrôle stratégique du fonds d’investissement belge KHARIS Capital et ce depuis mai 2018, ne se privent pas de reconnaître le bien-fondé de cette communication bon enfant mais surtout efficiente parmi la cible privilégiée que constituent les jeunes consommateurs. L’utilisation des réseaux sociaux l’est ainsi à bon escient.

Salariant plus de mille collaborateurs, O’TACOS sert plus de dix millions de repas à l’année.

Un article réalisé en partenariat

avec la Communauté du Grand Sénonais et la Ville de Sens.

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Thérapeute du bien-être, pratiquant le don du magnétisme, la chef d’entreprise d’Auxerre entend bien valoriser son métier si atypique et insolite parmi toutes les sphères du réseautage existant. Il est vrai qu’exercer la profession de magnétiseuse peut surprendre à bien des égards dans le microcosme parfois très hermétique de l’entrepreneuriat. Soutenue par BGE Nièvre Yonne à l’installation de sa structure, Lyvia ROBERT a choisi d’intégrer un réseau 100 % féminin, Femmes Leaders Mondiales. Une expérience qu’elle vit comme une opportunité heureuse à l’affirmation de sa crédibilité de chef d’entreprise à part entière…

AUXERRE : Exerçant son métier depuis le 01er octobre 2017, Lyvia ROBERT n’est pas une chef d’entreprise ordinaire. Elle a pour vocation d’user de son fluide naturel, un don qu’elle a découvert en 2016, pour prodiguer le bien-être autour de soi. A l’heure où le stress, et son corollaire qui en dépend, le burn-out, se propagent à une affolante vitesse de croisière parmi les diverses strates de tous les milieux professionnels confondus.

Issue des phases sélectives des Moissons de l’Emploi (l’opération portée avec réussite par la Maison de l’Emploi et Pôle Emploi), la jeune femme est repérée par BGE Nièvre Yonne, qui lui prépare un avenir meilleur. Là, elle y suit le parcours qui mène à la conduite effective d’un vrai projet d’entreprise. Une étape obligatoire dont elle bénéficie avant d’ouvrir son cabinet.

Désireuse d’explorer des chemins de traverse qui lui sont encore méconnus, Lyvia entreprend de se rapprocher des réseaux d’affaires. Intéressée par le BNI, elle n’hésite pas à s’immerger, en y adhérent, au mouvement international des Femmes Leaders Mondiales.

Félicité par la présidente mondiale Nicole BARBIN…

Interprétant son acceptation parmi cette association non sectorielle comme un signe de crédibilité positive.

« J’ai vécu cette intégration comme un véritable encouragement, confie-t-elle, une vraie valorisation de mon activité professionnelle, qui se résume le plus souvent dans l’esprit des gens à de la simple arnaque. Au sein de Femmes Leaders Mondiales, je profite d’un équilibre, d’une dynamique qui me permet de me projeter vers l’avant. En relevant les défis et les challenges que je m’impose. Cela tombe bien puisque le thème retenu lors du prochain Congrès mondial du mouvement qui sera accueilli à Auxerre (10 et 11 octobre) sera consacré au mot « oser » ! ».

Lyvia ROBERT a été adoubée dans l’Yonne par deux marraines dont la responsable de la délégation icaunaise de la structure, Charline LENFANT. Elle a eu le bonheur d’être reconnue en tant que telle par la présidente internationale de FLM, Nicole BARBIN. De passage à Auxerre avec son staff, cette personnalité éminente du mouvement peaufinait les ultimes préparatifs logistiques du futur congrès mondial. Un événement que ne manquera pour rien au monde la nouvelle jeune recrue !


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

La méga-fusion entre FIAT, CHRYSLER et RENAULT est mort-née. Nous l’avons échappé belle ! On comprend qu’au départ les dirigeants de Renault aient pris en considération une telle proposition. On ne comprend pas que les dirigeants de Fiat aient oublié que le constructeur de l’Hexagone était imbriqué dans toutes sortes de liens avec Nissan et Mitsubishi. On comprend que les nouveaux dirigeants de Renault et le ministre français de l’économie, Bruno LE MAIRE, aient voulu réfléchir avant de sauter le pas. On ne comprend pas en revanche que les dirigeants de Fiat leur aient envoyé un ultimatum…

TRIBUNE : Le ministre de l’économie, Bruno LE MAIRE, s’est rendu à Belfort où, le moins que l’on puisse dire, c’est que l’accueil n’a pas été très chaleureux lors de cette visite impromptue. Mille emplois qui disparaissent en si peu de temps après qu’on ait claironné la cession du département énergie d’Alstom à General Electric et fait chanter le nombre d’emplois qui seraient créés, ça donne à réfléchir… Imaginez si le même scénario se dupliquait avec Renault !

La semaine dernière, lorsque l’on rêvait encore à des lendemains chantants en trois langues, nous avons rappelé l’histoire de plusieurs symphonies qui sont devenues de sinistres cacophonies. Pour les Français qui n’ont pas la mémoire courte, des images devaient revenir à l’esprit. En 1980, le futur Premier ministre d’une gauche qui allait revenir au pouvoir défilait avec les ouvriers de la sidérurgie à Denain en clamant : « Non seulement il ne faut pas réduire les capacités de nos usines mais il faut les augmenter ! ».

Il n’y a pas d’échec dont on ne puisse tirer parti…

Trois ans plus tard, il devait rentrer le week-end de Matignon à Lille en hélicoptère ; l’autoroute étant barrée pas les ouvriers des usines sidérurgiques du Nord. Beaucoup avaient alors compris que « les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent ! ». Depuis quarante ans c’est en millions que se comptent les disparitions d’emplois dans l’industrie française. Tout simplement parce que l’on n’a pas encore compris que dans l’industrie s’applique cette dure loi de la civilisation : « La continuité dans l’effort ». C’est évidemment différent des règles du poker.

Certains pensent que cette affaire est un échec. Prendre le temps de réfléchir ne m’a jamais paru être un échec. Bien au contraire ! Mais pour celles et ceux qui ont ce sentiment, je rappellerai le mot de Richelieu : « Il n’y a pas d’échec dont on ne puisse tirer parti… ».

Quelle était l’une des raisons avancées en faveur de cette méga fusion ? Oublions les billevesées de synergies, tarte à la crème qu’on nous a trop souvent servie et revoyons la belle antienne : la voiture électrique et l’auto-autonome.

Cela nécessite des investissements colossaux, paraît-il. D’où l’idée de la mégafusion pour dégager ces fonds.

À propos des voitures électriques, permettez-moi une digression qui va vous interpeller : comment est fabriquée l’électricité qui va faire rouler ces voitures magiques non polluantes ? En France avec des usines nucléaires auxquelles l’Allemagne a renoncé ! Elle a justement relancé ses centrales à charbon à base de lignite à forte émission de carbone ! Comprenne qui pourra ! Surtout dans un pays où les écologistes forment un parti qui vient de remporter un succès considérable aux dernières élections européennes.

Instaurer un outil commun à la dimension européenne…

Soyons sérieux. A-t-on besoin de fusionner en quelques semaines trois entreprises hétérogènes, issues de trois pays et donc de trois cultures différentes pour investir dans la voiture électrique ?

Ne pourrait-on pas réfléchir quelques instants et s’inspirer de celui qu’on appelle le père de l’Europe, Jean Monnet, et ses grands associés, le Belge Paul Henri Spaak et l’Italien Alcide de Gasperi ? Ils ont créé la CECA. C’est-à-dire la Communauté européenne du charbon et de l’acier. Et cela, à une époque où, à la sortie de la guerre, cela allait « à rebrousse-poil des esprits ».

Alors, pourquoi ne pas tenter de mettre sur pied la CEVEA. Une Communauté européenne de la voiture électrique et autonome. Est-il invraisemblable d’imaginer qu’un homme audacieux prenne son bâton de pèlerin comme le fit Jean Monnet en son temps et aille voir les dirigeants de BMW, Mercedes, Audi, Volkswagen, Volvo, Skoda, Peugeot, Seat ou Fiat ?

Comme disait Diogène à Athènes, sur l’Agora, « je cherche un Homme ! ». Un qui posséderait ce profil de fédérateur et d’unioniste autour d’un projet intelligent…

Emmanuel RACINE


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Le Comité auxerrois de La République en Marche fourbit ses armes en proposant dès lundi sa première grande initiative en vue des prochaines échéances électorales. A savoir les municipales du printemps 2020. Relayé via les réseaux sociaux, un questionnaire de deux pages, articulé autour d’une vingtaine d’interrogations ouvertes, circulera auprès de celles et ceux des citoyens qui souhaitent faire connaître leurs inquiétudes mais surtout leurs attentes sur la manière de gérer et administrer la ville. Conçu de manière collective par une quinzaine de représentants de LREM Auxerre, ce document servira de trame analytique pour les futurs candidats de la formation présidentielle…

AUXERRE : Ils sont déjà nombreux dans les starting-blocks, les prétendants à la succession de l’édile Guy FEREZ, prêts à jaillir pour prendre part à la course du futur scrutin municipal.

Depuis cet automne, plusieurs candidats n’ont pas fait ombrage de leurs prétentions et se sont lancés dans une compétition qui s’annonce d’ores et déjà rude, concurrentielle et passionnante. Multipliant rencontres, contacts et tractages, sans que la campagne officielle n’ait été encore déclarée.

Du côté de la formation porteuse de l’idéologie présidentielle, les choses bougent en ce mois de juin. Du moins, au sein du Comité auxerrois de La République en Marche. Bien préparer ces échéances électorales, jugées capitales au niveau de ses enjeux, passe nécessairement par un audit de la population. Une prise de la température dont les états-majors attendent les enseignements pertinents avec beaucoup d’impatience.

Dès lundi, une enquête d’opinion, accessible sur les réseaux sociaux et le site officiel du parti politique majoritaire au plan national, posera le premier jalon constructif de cette stratégie, vouée à la recrudescence de la communication.

Elaboré par une quinzaine de membres de ce comité et validé par le délégué général de LREM, Stanislas GUERINI, ce document de deux pages accueille une vingtaine d’interrogations ouvertes.

Après une pause estivale, l’enquête verra son épilogue en septembre…

Propreté, sécurité, environnement, numérique, dépendance, enfance, transport, emploi, économie…la plupart des items, inhérents à la fonctionnalité administrative d’une ville y figurent en bonne place.

A chaque questionnement, il existe diverses manières de pouvoir s’exprimer en cochant la case appropriée. L’enquête se veut généraliste. Elle aura surtout valeur de test pour le futur ticket LREM qui se lancera dans l’investiture.

Baptisé « Auxerre ma ville, votre avis, vos attentes… », ce sondage bénéficiera en parallèle de séances de boîtage conçues dans les différents quartiers de la cité icaunaise.

Après une pause de quelques semaines liée à l’environnement estival, la diffusion de ce document se poursuivra dès la rentrée de septembre. Ses commentaires et réponses feront l’objet d’une analyse détaillée avant la fin de ce mois.

milieu articles

Avant que n’en soient publiquement restituées ses composantes. Sans doute à la mi-octobre. Par voie de presse, dans un premier temps. Puis, sous la forme de réunions publiques qui tombent sous le sens côté agenda puisque les différents acteurs de ces municipales 2020 seront alors pleinement mobilisés dans leur campagne.

Dans la logique des choses, les éléments de réponse recueillis serviront de base élémentaire à la constitution d’un programme. Celui porté par la candidate ou le candidat ayant obtenu l’investiture officielle de LREM pour conquérir la capitale de l’Yonne.     

Déjà des velléités d’endosser l’habit de candidat dans les rangs…

Or, l’ouverture de la commission d’investiture au sein du parti présidentiel s’est faite le lundi 03 juin. Plusieurs options existent quant au choix du prétendant définitif. Mais, d’ores et déjà, l’un des chefs de file du comité d’Auxerre, l’ancien candidat aux législatives Nordine BOUCHROU, a fait connaître ses velléités conquérantes. Le chef d’entreprise s’est positionné officiellement pour jouer un rôle de tout premier plan dans cette campagne, devenant ainsi candidat à l’investiture.

Aux côtés de la conseillère départementale de l’Yonne Malika OUNES et du co-animateur En Marche à Auxerre, Jean-Pierre NAUDIN, avec lesquels il a élaboré le questionnaire, pourrait-il travailler à la mise en place d’un ticket mutualiste ? Ou aborder ces échéances en qualité de tête de liste ? Obtiendra-t-il enfin la bénédiction des instances nationales pour y parvenir ?

On ne devrait pas tarder de connaître les réponses à ces questions qui apparaissent déjà cruciales dans le paysage politique auxerrois…

Pour accéder à ce questionnaire :

https://www.askabox.fr/repondre.php?s=241090&r=SP5WkTPytzGG


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil