Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png

Personnage emblématique de la vie politique de notre territoire, l’Auxerrois qui fut le plus jeune conseiller municipal de la capitale de l’Yonne de 1989 à 1995, se lance un nouveau défi : celui de la bataille des Européennes. C’est toujours sous l’étiquette du Mouvement démocrate (MoDem) dont il est l’incontournable leader dans le département que l’adjoint au maire d’Auxerre a été investi sur la liste nationale, RENAISSANCE, pilotée par Nathalie LOISEAU…

AUXERRE : Agé de 58 ans, le cadre bancaire et supporter actif de l’AJ Auxerre ne désarme pas dans son engagement au service des citoyens. Cette fois-ci, le représentant charismatique du MoDem de l’Yonne s’intéresse aux échéances européennes, celles du 26 mai, lui qui a déjà participé à plusieurs joutes électorales depuis ses débuts dans le sérail politique en 1989.

Conseiller départemental de l’Yonne, Pascal HENRIAT a décidé, à la demande du MoDem, mais aussi de La République en Marche, d’Agir-la droite constructive et du Mouvement radical, de rejoindre la liste nationale des 79 prétendants au suffrage européen, fédérés sous le sigle RENAISSANCE.

L’entité est structurée sous le sceau du rassemblement de compétences et de l’engagement à l’action présidentielle. Le candidat Icaunais y figurera en 58ème position.

Une liste ouverte à l’éclectisme…

Il ne sera d’ailleurs pas le seul à vouloir défendre les couleurs du landerneau nord-bourguignon sur cette liste pro-européenne puisque la conseillère départementale et membre du parti Agir-la droite constructive, Irène EULRIET, y est également présente.

Maire de La Ferté-Loupière, et docteur en sociologie, l’élue du canton de Charny qui avait failli créer la surprise lors de l’élection au perchoir départemental, obligeant un troisième tour de scrutin très serré face au président Patrick GENDRAUD, y occupe la 49ème place.

Les deux candidats de l’Yonne retrouveront sur la liste RENAISSANCE des personnalités politiques et de la société civile de premier plan, à l’instar de Pascal CANFIN, ancien directeur général de WWF France, de la navigatrice Catherine CHABAUD, l’ex-président des Jeunes Agriculteurs Jérémy DECERLE ou encore l’avocat Jean VEIL, fils de la regrettée Simone VEIL, européenne convaincue.

Rappelons que l’une des pierres angulaires de cette liste, la sénatrice et ancien édile de Strasbourg, Fabienne KELLER (Agir-la droite constructive), visitera deux journées durant les 03 et 04 mai l’Auxerrois, à l’invitation de Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI, président de la Communauté de communes de Puisaye-Forterre, élu régional et responsable départemental du mouvement Agir-la droite constructive.

 

 

Les cendres de Notre-Dame de Paris s’étant à peine refroidies, le président de la République s’est donc exprimé devant tous les Français. Puis, les postes de télévision se sont éteints. Les journalistes, éditorialistes et pseudo-penseurs de tous poils se sont précipités sur leurs porte-plumes et claviers d’ordinateur tandis que les ténors et même les mini-sopranos des partis politiques ont donné de la voix. Déclenchant de facto une avalanche de commentaires, d’analyses, de jugements et, surtout, de critiques, de remontrances, de récriminations, de blâmes…comme il est d’usage dans de telles circonstances dans notre pays. Restons Français !

TRIBUNE : De prime abord, traçons les grandes lignes de ce qui a été annoncé par l’occupant de l’Elysée. En guise de préambule, une baisse d’impôts de cinq milliards d’euros. Il faut ajouter à cela l’allongement du travail. Car, on ne peut envisager sciemment une autre alternative que celle de cotiser davantage même si l’âge de départ à la retraite reste inchangé.

En d’autres termes, cela signifie résoudre le problème de la quadrature du cercle. Parmi les autres préconisations présidentielles qui entreraient en vigueur au fil des mois : l’introduction d’une dose de proportionnelle aux prochaines élections ce qui va permettre au Rassemblement national (RN) mais aussi à d’autres composantes politiques de figurer au Parlement comme l’avait si bien organisé en son temps le président François MITERRAND. Côté retraite, un minima sera fixé à mille euros. La création de nouveaux bureaux d’accueil dans toute la France, maintenant on appelle cela les « territoires », est également prévue.

Inutile de continuer cette énumération à la Prévert ! Référez-vous à votre quotidien habituel. Et oublions, au passage, le déficit du budget de l’État qui s’est élevé à 76 milliards en 2018, les réformes structurelles dont on nous rabat les oreilles depuis des décennies, le classement « PISA » de l’OCDE sur l’éducation qui situe la France à une médiocre vingt-sixième position sur soixante-dix pays, la dette qui s’élève à 2 200 milliards d’euros et que, soi-disant, les générations futures devront s’acquitter. Ou encore la fin de non-recevoir de Annegret KRAMP-KARRENBAUER, la nouvelle présidente de la CDU allemande, aux propositions de réforme sur l’Europe suggérées par notre président de la République. Et revenons-en simplement aux Français.

Comment convaincre des « Gaulois » qui n’entendent plus la voix présidentielle ?

Que pensent-ils de tout cela ? Pour le savoir, il suffit d’une baguette magique qui s’appelle les sondages. Celui réalisé par l’institut Odoxa Dentsu Consulting est révélateur des atermoiements de l’opinion publique et des sentiments que les Français éprouvent à l’issue de cet exercice oratoire présidentiel.

76 % des Français ne sont pas rassurés par ce qu’ils ont entendu. 59 % considèrent que le président n’a pas su tirer les leçons du Grand Débat. 54 % pensent qu’il n’a pas compris les préoccupations des Français. Là, j’émets une hypothèse : seul Dieu, s’il existe, et sous toutes ses variantes religieuses, me paraissent en mesure de tirer une leçon claire et, mieux encore, de rassembler un ensemble de propositions susceptibles d’être réalisées. « Va, ta foi t’a sauvé ! » (Marc 10 : 46-52).

milieu articles

En résumé, et sans l’once d’une surprise, les Gaulois ne sont ni convaincus, ni rassurés et, probablement, ni calmés par les mots du président de la République. Les « Gilets Jaunes » vont reprendre leur farandole hebdomadaire, devenu leur idiome expressif dans la rue tandis que les « Black-blocs » continueront de tout casser en dépit du bons sens.

Le paiement des pensions alimentaires : une mesure fondamentale

Toutefois, il y a une mesure remarquable dont on peut s’étonner encore que tous les ministres de la Justice, le Syndicat de la Magistrature et les différents représentants de la gouvernance étatique qui avaient en charge la question de la famille, ont toujours feint d’ignorer : c’est celle du paiement des pensions alimentaires.

Voilà un drame national qui concerne plus d’un million et demi de familles monoparentales. Le gouvernement s’inquiète enfin du paiement de ces pensions mensuelles, véritables bouées de sauvetage de nombreux parents en détresse qui élèvent parfois en solitaire leur progéniture.

Quelques chiffres : il y a en France deux millions de familles monoparentales. Parmi celles-ci, 80 % sont représentées par une mère isolée. Et ces femmes courageuses, presque toujours en difficulté et, pour beaucoup d’entre elles, souvent dans la détresse matérielle et morale, doivent exercer, comme le disait l’une d’entre elles, trois métiers : leur activité professionnelle, leur rôle de mère et la fonction du père absent.

Rappelons également que 70 % environ des emplois à temps partiel contraint sont occupés par des femmes à l’heure actuelle.

Voilà donc une mesure essentielle qui tombe à point nommé. Et on peut rendre grâce au président Emmanuel MACRON d’avoir vu juste dans son degré d’application. Et là, je pose deux questions fondamentales : comment se fait-il que des juges prennent des décisions ? Et qu’ils ne se soient jamais inquiétés de leur application ?

Doit-on y voir présentement l’inconsistance de tout cet aéropage de ministres et moralistes en charge de cette question ?

Dernier point : cette annonce sera-t-elle réellement suivie d’effet ? Plutôt que d’avoir des doutes, qui semblent légitimes tant les textes législatifs sont parfois galvaudés, pourrait-on recevoir de réelles garanties sur leurs applications ?

Emmanuel RACINE

 

En paraphant une convention de partenariat avec le Département et le Comité départemental Olympique et Sportif (CDOS) de l’Yonne, l’AJA s’engage à mettre à la disposition des sportifs inscrits sur les listes du ministère des Sports ses infrastructures. L’accord court jusqu’en 2024, date des Jeux Olympiques d’été, organisés dans la capitale française. Une manifestation universelle dont aimerait bien bénéficier en matière de retombées économiques et touristiques notre territoire…

AUXERRE : Aider les sportifs de l’Yonne à participer et à briller lors des épreuves des Jeux Olympiques de Paris en 2024 : c’est l’une des raisons qui justifie ce rapprochement significatif entre trois partenaires étroitement liés que sont le Conseil départemental de l’Yonne, le Comité départemental Olympique et Sportif de l’Yonne et l’AJ Auxerre Pro.

L’objectif n’a rien d’irréalisable, bien au contraire. Après l’accueil de l’équipe de France féminine de football, opposée à la formation japonaise en avril, et la venue de l’équipe chinoise qui peaufinera sa phase préparatoire avant le prochain mondial, la capitale de l’Yonne souhaite s’inscrire dans la durée. Pour conforter son envie d’ouverture à l’international. Et accroître ainsi une certaine notoriété, inféodée à la qualité de ses infrastructures.

L’officialisation de cette stratégie supposait la contractualisation d’un document. C’est chose faite depuis le 19 avril, date à laquelle le président du Département Patrick GENDRAUD et le responsable du CDOS de l’Yonne, Patricel HENNEQUIN, ont apposé au bas d’un opuscule leurs signatures aux côtés de celle du président de l’AJ Auxerre, Francis GRAILLE.

L’AJA qui dispose d’un complexe de très belle facture, souhaite le mettre également à disposition d’autres structures sportives locales. A l’instar du Rugby Club Auxerrois. Les joueurs du RCA, en attente de la fin des travaux de leur stade, profitent déjà depuis plus d’un an des infrastructures ergonomiques et fonctionnelles du club de football professionnel.

 

La sénatrice du Bas-Rhin et ancien maire de Strasbourg a répondu favorablement à l’invitation des représentants locaux des composantes de la liste RENAISSANCE. Positionnée à la septième place de cette construction électorale novatrice qui fédère quatre formations politiques (LAREM, MODEM, Mouvement radical et AGIR-la droite constructive), Fabienne KELLER concentrera son temps de présence à la découverte d’une exploitation agricole, la visite d’une usine innovante dans son mode de management, avant de discuter avec des représentants de la filière viticole. Le point d’orgue de cette immersion politique en Bourgogne du Nord sera la tenue d’une réunion publique à Coulanges-la-Vineuse…

AUXERRE : L’ancien édile de Strasbourg, élu au Sénat depuis 2004, et figure emblématique de la politique nationale, Fabienne KELLER, effectuera un déplacement en terre icaunaise les 03 et 04 mai prochains.

Même si l’emploi du temps découlant de cette immersion en Bourgogne du nord n’est pas encore détaillé, la visite revêt de la plus haute importance pour les troupes en présence dans le landerneau, celles de la liste RENAISSANCE, à quelques jours du scrutin.

Rappelons que celle-ci se compose de quatre formations politiques ayant décidé d’unir leurs efforts dans un tronc commun, favorable à l’Europe : La République En Marche, le MoDem, Agir – la droite constructive et le Mouvement radical.

Engagée depuis de nombreuses années en politique, l’Alsacienne Fabienne KELLER a occupé des fonctions importantes au sein de l’UDF (Union pour la démocratie française) avant de rejoindre les rangs de l’UMP (Union pour un mouvement populaire).

milieu articles

Un meeting public en guise de point d’orgue…

De facto, elle deviendra l’une des figures de proue des Républicains qu’elle quittera à la fondation du nouveau parti, institué par l’actuel ministre de la Culture, Franck RIESTER, Agir-la droite constructive.

Membre fondatrice de cette formation, Fabienne KELLER a expliqué à maintes occasions à la presse que « Agir se situait loin des postures identitaires, eurosceptiques et très conservatrices incarnées par l’actuel président des Républicains, Laurent WAUQUIEZ… ».

Rendre possible les réformes pilotées par le gouvernement d’Edouard PHILIPPE intègre les priorités de ce parti qui soutient l’équipe ministérielle en place à travers le droit du travail, l’éducation ou sur sa vision européenne.

Candidate placée en septième position sur la liste RENAISSANCE pour représenter les Français au Parlement européen, Fabienne KELLER profitera de cette visite de deux jours en terre icaunaise pour échanger avec ses habitants sur l’Europe et la mobilité en zone rurale. Et d’y tenir un meeting public le 03 mai à 19 heures à la salle des fêtes de Coulanges-la-Vineuse.

 

Le leader charismatique de la formation du centre-droit avait biffé parmi ses objectifs de campagne de faire une halte médiatique dans l’Yonne. L’évènement se déroulera ce vendredi au siège de la permanence de la présidente de l’Union des Démocrates et des Indépendants (UDI), Dominique VERIEN à Auxerre. Un retour sur ce territoire, quelques semaines après une première visite à Vézelay, lors de la Saint-Vincent de Bourgogne. Cette visite s’apparente à un signe fort destiné à l’unique représentante Icaunaise de cette liste aux échéances européennes du 26 mai : l’élue du Département, Catherine DUBOIS-MAUDET, placée en dix-huitième position…

AUXERRE : La conseillère départementale de Brienon-sur-Armançon, Catherine DUBOIS-MAUDET, bénéficie avec la visite de son leader national, Jean-Christophe LAGARDE à Auxerre ce vendredi 26 avril, d’un sérieux coup de pouce. Tant sur le plan de la visibilité et de l’audience, du fait de la médiatisation de cette visite que d’un encouragement personnel prodigué par son chef de file à son égard. Dans les starting-blocks de cette course européenne depuis quelques jours, la seule candidate icaunaise de la formation du centre-droit sera aux côtés de deux autres ténors de l’UDI de l’Yonne, la sénatrice et présidente du mouvement dans le département Dominique VERIEN, et le député André VILLIERS, pour accueillir le patron de ce parti profondément européen qui ambitionne quelques velléités heureuses lors de ce scrutin.

Un point presse entre actualités européennes et…nationales…

Le président de l’Union des Démocrates et des Indépendants éprouverait-il un faible affectif pour notre territoire ? Toujours est-il que le député de la cinquième circonscription de la Seine-Saint-Denis qui critique vertement le manque de projet politique du président de la République, ne boude pas son plaisir de revenir sur les terres du tandem Dominique VERIEN/André VILLIERS, deux fidèles alliés de sa ligne stratégique. Lors du point presse, concocté par les arcanes départementaux du mouvement vendredi, la tête de liste de l’UDI balayera les grands sujets d’actualité. Ceux ayant un rapport direct avec l’Europe (il vient de proposer de lancer une mission de médiation de l’Union européenne visant à protéger les ONG qui agissent à l’apaisement des tensions et à prévenir toute forme de discrimination ethnique sur le délicat dossier du Haut-Karabagh), mais aussi nationaux. Au lendemain de la conférence de presse d’Emmanuel MACRON, on suppose que Jean-Christophe LAGARDE devrait faire part de ses commentaires avisés sur l’après Grand Débat et les propositions concrètes dévoilées la veille par le pensionnaire de l’Elysée.

Articles

Bannière droite accueil