Avec Yannick JADOT, « Europe Ecologie Les Verts » n’obtient que 4,6 % des suffrages lors des dernières présidentielles. EELV n’a plus ni monopole ni copyright sur les propositions écologistes. Tous les partis y vont de leurs programmes, de leurs nuances et de leur couleur politique. Le réchauffement climatique est pourtant un enjeu capital pour la survie de notre planète. Le problème de nos « Verts », c’est qu’ils nous rendent daltoniens. Surtout quand certains de leurs leaders annoncent des propositions fanatisées, en déconnection totale avec les réalités économiques.

TRIBUNE : Ils l’ont tous décrété : le programme d’EELV doit être mis en place, tout de suite. Arrêter immédiatement les centrales nucléaires ! Ils font fi des conséquences sur l’emploi. Et on se chauffe comment ? On fait des feux de camp et on appelle Hugues AUFFRAY pour réchauffer l’ambiance ? Certains veulent interdire la viande : quelles en seraient les conséquences économiques pour l’une des filières phares de l’artisanat ?

Avec Sandrine ROUSSEAU, nous sommes encore plus proches d’un totalitarisme « vert » que d’une réflexion sereine sur notre avenir. A l’heure de la guerre en Ukraine et d’une inflation galopante qui n’en finit pas, il semble évident que déposer des lois sur l’interdiction des corridas ou sur un délit de «non partage des tâches ménagères », fait partie de notre survie !

Notre prétendue écologiste écorche systématiquement les blancs, hétéros, capitalistes et racistes. On pourrait sourire compte tenu du fait qu’en bons latins, nous avons une grande propension à générer des lois que nous nous mettons immédiatement à transgresser.

Ne nous y trompons pas, les « Verts » nous présentent un monde totalitaire, un parti quasi « sectaire » lorsque Sandrine ROUSSEAU déclare : « la vie privée est politique » !

 

Traquer le comportement des hommes dans les alcôves…

Attention danger : on veut nous faire croire que l’Etat doit imposer les règles de vie. Une législation appropriée qui nous indique la manière de manger, le choix des biens de consommation, ce que nos paysans doivent produire… et demain ? Les positions possibles du Kâma-Sûtra ?!

A travers un féminisme hystérique, l’Etat sera autorisé à pénétrer jusque dans les alcôves pour traquer les soi-disant « ignobles » comportements des hommes. Dans le même temps, nos « verts » subventionnent allègrement tout ce qui concerne l’ouverture totale de nos frontières, les associations « LGBT » et autres « FEMEN ». Tout ça sur fond d’égalitarisme et de néo marxisme !

Il faut préserver les libertés individuelles en limitant les caméras à usage policier afin de faciliter la délinquance : vols, viols et trafics en tout genre (voir la ville écolo de Grenoble !). Il sera interdit d’acheter des sapins de Noël mais d’acquérir, sur fonds publiques, de jolis sapins en métal (voir la ville écolo de Bordeaux), interdit aussi de vendre des cravates ou des « donuts » (voir la ville verte de Strasbourg)…  Crèches de Noël, attention danger !

 

Des positions intolérantes qui affaiblissent les Verts…

 

Pour eux, il existe des raisons supérieures qui doivent surpasser le dérisoire respect de la vie privée.

Toutes ces prises de position ont considérablement affaibli le rôle possible des « Verts » en France.

En Allemagne, les écologistes constituent une force de propositions et d’actions qui œuvre au sein de l’Etat. En France, pour EELV, toute participation gouvernementale est proscrite si l’Etat n’applique pas l’ensemble de leur programme, ils pensent que ce serait une compromission ! Finalement, leur programme est une pollution pour notre civilisation…

Si Jean-Jacques ROUSSEAU appartient au siècle des Lumières, chez Sandrine, il y a en revanche quelques coupures de courant !

 

Jean-Paul ALLOU

 

 

« Aux armes, citoyens ! ». Oui, mais là, s’arrête la chanson. Alors qu’il circule dans l’Hexagone près de six millions d’armes à feu non déclarés, l’Etat a décidé de remettre un peu d’ordre dans la maison. Comment ? En organisant via les préfectures une campagne de sensibilisation nationale, baptisée « Opération d’abandon simplifié » débutant ce vendredi pour courir jusqu’au 02 décembre inclus. D’ici là, les particuliers, détenteurs de ces armes à feu trouvées ou acquises par héritage, sont invités à régulariser leur situation. Sans craindre les fourches caudines de la Justice, ni de l’Administration !

 

AUXERRE : Six millions d’armes à feu sont détenues par les Français sans qu’il n’y ait véritablement de trace administrative officielle. Une lacune que le ministère de l’Intérieur et des Outre-Mer, avec le concours du ministère de la Justice, a décidé de combler, en mettant en place une vaste campagne de sensibilisation auprès de leurs possesseurs, les invitant à s’identifier avec leur matériel, photos de l’armement et carte nationale d’identité à l’appui.

Jusqu’au 02 décembre inclus, trois cents points de collecte, répartis aux quatre coins de l’Hexagone, accueilleront les propriétaires de ces armes à feu en proposant deux options éventuelles : l’abandon sine die de ce matériel, peut-être devenu trop encombrant et inutile – les services dédiés procèdent à leur récupération pour centralisation avant leur destruction sur le site spécifique implanté à Poitiers -, ou de le conserver chez soi mais en le signalant avec un enregistrement déclaratif officiel.

Naturellement, le département de l’Yonne est concerné par le déroulé de l’opération. Comme devait la présenter avec moult détails le préfet Pascal JAN, jeudi tantôt lors d’une conférence de presse, se déroulant dans son bureau.

Trois site seront ouverts sur notre territoire : l’un à Sens – au commissariat -, l’autre à Avallon – la brigade de la Gendarmerie nationale -, le troisième à Auxerre – là aussi au commissariat-.

 

Alimenter le nouveau système d’information sur les armes, le SIA…

 

Concrètement, en se rendant sur l’un de ces points d’accueil, il sera possible pour les possesseurs de ces armes de s’en dessaisir en les remettant aux représentants des forces de l’ordre ou de les faire enregistrer dans le nouveau système d’information sur les armes (SIA) avec l’aide des agents de préfectures et sous-préfectures.

Des procédures de mise en règle simplifiées, purement administratives et gratuites, sans qu’il n’y ait la moindre contrainte judiciaire.

 

 

 

C’est la première fois qu’une telle initiative est déclinée sur le territoire français. Ces armes peuvent être des fusils de chasse – ceux datant aussi des deux dernières guerres mondiales -, de poing, de collection, ou utiliser à des fins sportives par les adeptes de compétitions de tir. Les personnes peuvent être en possession de ces pièces suite à leur acquisition mais aussi par le biais d’un héritage.

« Ce n’est pas une opération de police, rassure le préfet de l’Yonne, l’opération se justifie par un souci de transparence afin de récolter des renseignements, devant nourrir le système d’information, SIA. En fait, c’est surtout une opération de confiance que nous portons là vis-à-vis des citoyens disposant d’armes et qui souhaitent régulariser leur situation ».

 

Le principe du « aller vers », appliqué avec cette opération…

 

Une opération qui avait déjà été testée avec efficience il y a peu dans les DOM-TOM et que Pascal JAN qualifie « d’aller vers » les citoyens. Un principe que le Président de la République Emmanuel MACRON a déjà usité à maintes occasions.  

Une trentaine de personnes seront mobilisées cette semaine sur cette opération de collecte un peu particulière. Une opération qui pourrait se réitérer chaque année à l’automne.

Il est bon de rappeler que posséder une arme de manière irrégulière est passible d’être sanctionné par une peine de prison de cinq ans et une amende de 75 000 euros selon les informations affichées sur le site du ministère de l’Intérieur.  

 

 

En savoir plus :

 

Pour toute question sur le déroulé de cette opération, les usagers sont invités à contacter la préfecture de l’Yonne au numéro suivant : 03.86.72.79.29.

La directrice de cabinet du préfet de l’Yonne, Marion AOUSTIN-ROTH, se déplacera le samedi 26 novembre au commissariat d’Auxerre afin de soutenir les effectifs mobilisés et veiller au bon déroulement de cette opération.

 

Thierry BRET

 

C’est sûr, au vu des conditions climatiques particulièrement humides de ce samedi de la mi-novembre, les bottes étaient de circonstance pour découvrir en toute quiétude la production arboricole des pépinières NAUDET. Qu’importe ! Ministres – au nombre de deux –, élus territoriaux et représentants des corps institutionnels étaient parés de leurs précieux atours pour cette pose nécessaire en terre de l’Yonne à l’occasion d’un déplacement officiel où fut annoncé le soutien à la filière « Graines et plants forestiers » de la part de l’Etat avec cinquante millions d’euros injectés à la clé…

 

CHEU: Lauréate du programme France Relance, les pépinières NAUDET pourront se targuer, avec le recul, d’avoir accueilli un jour sur son exploitation icaunaise deux représentants du gouvernement. Ce qui n’est pas chose courante, doit-on avoué ! En effet, dans le cadre du chantier de la planification écologique se rapportant à la forêt, Sylvie RETAILLEAU, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et Marc FESNEAU, son homologue de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, avaient choisi l’un des sites de la société pour y effectuer leur déplacement conjoint dans l’Yonne. Une immersion ô combien importante, à plus d’un titre.

En guise de hors d’œuvre, le tandem gouvernemental avait effectué dès le prime matin, une étape dans la capitale de l’Yonne. Dans les locaux de la préfecture, où ils eurent tout le loisir de pouvoir échanger avec les représentants départementaux de la filière forestière. De celle qui intervient en amont, c’est-à-dire les grainetiers, les pépiniéristes, les reboiseurs, les acteurs qui interviennent sur les chantiers en forêt.

Une filière des graines et des plants forestiers qui représente un maillon essentiel pour la réussite de la transition écologique. Une transition nécessitant un soutien en termes d’investissements, de recherche et de développement.

La feuille de route ministérielle est simple : elle vise à repenser la forêt de demain, sous toutes ses composantes, tant en amont qu’en aval. Par le prisme de la replantation de la forêt hexagonale, comme l’envisage avec vigueur le Président de la République. Une politique qui est appliquée depuis peu par la cheffe du gouvernement Elisabeth BORNE, et son gouvernement.

 

Une enveloppe de 50 millions d’euros pour rebâtir la forêt de l’Hexagone…

 

A cette occasion, une annonce capitale pour la filière aura été lâchée par les visiteurs parisiens. Le PEPR, programme et équipement prioritaire de recherche, qui s’intègre dans le cadre du plan France Relance 20230 a été dévoilé à l’auditoire icaunais. Un dispositif devant favoriser le renouvellement et l’adaptation de la forêt au changement climatique, qui se traduit par l’injection de 50 millions d’euros à sa réussite.

Ce programme sera assuré en matière de recherche publique par l’INRAE (Institut de recherche public pour un développement cohérent et durable de l’agriculture, l’alimentation et l’environnement) comme pilote en lien étroit avec le CNRS, le CIRAD et le GIP ECOFOR.

Naturellement, tous les acteurs de la filière bois seront associés à ce projet qui poursuit trois objectifs majeurs : assurer la vitalité à long terme des écosystèmes forestiers et de leurs services associés, concilier l’offre et la demande de services et produits issus de la forêt, développer, enfin, une gouvernance partagée des forêts alors que l’agriculture, la forêt ou les besoins urbains peuvent se concurrencer les espaces.

 

 

Un appel à projets favorable aux pépinières NAUDET…

 

Autre nouvelle importante pour les représentants de la filière forestière du cru : l’annonce de la seconde vague de lauréats englobant les spécialistes du reboisement, ainsi que de l’appel à projets graines et plants, proposés dans le cadre de France Relance 2030.   

Conséquence : 94 nouvelles entreprises dont les pépinières NAUDET – elles sont une dizaine d’unités à en profiter en Bourgogne Franche-Comté - vont ainsi bénéficier de 5,3 millions d’euros de subventions de l’Etat afin d’assurer la modernisation et l’augmentation de leurs capacités de production.

Quant à l’appel à projets, il concerne les semenciers. Il a été lancé en début de semaine pour assurer la modernisation de leurs infrastructures tout en leur permettant de diversifier l’offre en production de semences forestières, source de résilience des peuplements forestiers renouvelés. Des annonces qui ont sans doute rassuré les professionnels de la filière…

 

Thierry BRET

 

 

L’accompagnement, l’écoute et l’engagement. Des mots qui sont en similitude avec le parcours exceptionnel de l’invitée d’un soir. Celle qui honore de sa présence l’évènement commémoratif du trentième anniversaire. Un sérieux bail, d’ailleurs, pour les acteurs du Comité pour l’insertion professionnelle des travailleurs handicapés de l’Yonne. Un acronyme à retenir, CITHY par tous et que Virginie DELALANDE, en conférencière hors pair qu’elle est, aura su assimiler…

 

VENOY : Ce ne sont pas de simples bougies décoratives posées sur un gâteau d’anniversaire qu’auraient pu souffler les responsables de la structure associative, CITHY, lors de leurs retrouvailles chaleureuses afin de célébrer les trente ans d’existence, accueillies dans cet antre de l’évènementiel que représente la salle des fêtes des Joinchères. Mais, ils auront plutôt déclenché un véritable feu d’artifice de bonheur et d’espoir intérieur grâce à une manifestation conçue comme on les aime. Simple, sincère, humaniste, conviviale.

Devant un public tout acquis à leurs causes, représentatif des nombreux partenariats et soutiens additionnés de-ci, de-là dans l’Yonne, Daniel CARTEREAU, président de la structure associative et David SAUTEREAU, directeur, ont donc en parfait maître de cérémonie de la séance déroulé leur feuille de route. Celle de la présentation scénographique d’une entité trentenaire qui en l’espace de trois décennies aura accompagné  la bagatelle de 16 000 personnes atteintes d’un handicap, permis de travailler avec 6 000 employeurs, en maintenant plus de deux mille emplois locaux tout en favorisant 8 000 recrutements de trois mois et plus, bien évidemment encadrés de très près. Bref, un vrai travail d’orfèvre destiné à un public parfois en grande déshérence professionnelle et qui n’en demandait pas tant !

 

 

« Accompagner, c’est être là et soutenir les plus fragiles… »…

 

L’accompagnement. C’est l’histoire, l’ADN, la source originelle de cette association résolument dynamique. Celle qui conjugue différents dispositifs indispensables au retour vers la vie active. Chacun de ces outils sera présenté à l’aide de courtes vidéo – David SAUTEREAU aux manettes de la technique a sans doute raté sa vocation de réalisateur de courts-métrages tant il s’appuie sur les images afin d’illustrer ses propos ! – qui conforte le rôle essentiel d’un acteur incontournable de l’employabilité des personnes victimes de handicap.

Des vidéos qui mettront en exergue, témoignages concrets en substance, le poids de CAP EMPLOI 89, de PAVA, de L’H’ACTIVATEUR ; autant de moyens appliqués au quotidien pour extraire ces personnes de l’ornière dans laquelle les aléas de la vie peuvent les maintenir.

 

« Accompagner, c’est être là, ajoute un David SAUTEREAU, prolixe le micro en main, c’est permettre de soutenir les plus fragiles et les emmener vers la réalisation d’un projet dans la vie active… ».

CAP EMPLOI 89, une signature connue et reconnue de bon nombre de décideurs économiques qui n’hésitent pas à s’en référer dans le cadre du recrutement, de l’insertion, du maintien dans la durée des travailleurs parmi leurs effectifs.

 

 

L’audace doit faire des merveilles…

 

L’écoute est ensuite aborder. « Ecouter la différence de l’autre, parfois dans le silence, offre l’opportunité de lever les freins à l’emploi, ajoute le jeune homme, n’oublions pas que nous évoluons dans une société qui est encore source de discrimination. Tout doit aller vite, il faut que tout entre dans des cases, et pourtant, cette écoute est fondamentale pour rétablir une relation de confiance dans l’accompagnement entre les personnes atteintes d’un handicap et les valides… ».

Reste l’engagement. « L’audace doit faire des merveilles pour que les acteurs de la vie s’engagent aux côtés des publics handicapés, souligne le directeur décidément en verve de CITHY, faisant référence à Virginie DELALANDE, invitée d’un soir.

Puis, il sera temps de présenter chacun des membres de cette incroyable équipe.  

Avant que ne prenne la parole l’une des femmes plébiscitées par le magazine « FORBES » en 2020 – excusez du peu ! -, une Virginie DELALANDE plus inspirante que jamais ! Coach, conférencière, auteur de son état : un joli cursus pour celle qui fut connue et se révéla à nous comme étant la première avocate sourde profonde de l’Hexagone !

 

Thierry BRET

 

 

Le grand écrivain Gabriel GARCIA MARQUEZ avait coutume de dire que « tout le monde a trois vies : une vie publique, une vie privée et une vie secrète. » Comment trouver sa route quand on passe parfois ainsi subitement, de l’ombre à la lumière ? Comment en qualité d’élue conjuguer vie professionnelle et engagement politique, tout en préservant son univers marital ? Autant de thèmes abordés cette année lors des « Entretiens d’Auxerre », avec notamment le témoignage de la sénatrice de l’Yonne Dominique VERIEN et l’interview vidéo de Mazarine PINGEOT, écrivaine et philosophe, dont l’enfance invisible vola un jour en éclat, après que fut dévoilée sa filiation avec un Président de la République qui avait pour nom François MITTERRAND…     

 

AUXERRE : Passer ainsi de façon brutale de l’ombre à la lumière, sans y être vraiment préparée est un exercice périlleux reconnaît la fille de l’ancien président, devenue très vite l’objet de tous les regards, de toutes les rumeurs et des conversations : « un objet économique qui à une époque, faisait vivre certains organes de presse..., soulignant dans un sourire, « être démonétisée aujourd’hui ! ».

Mazarine PINGEOT se veut confiante : « la vie privée a été récupérée par l’espace public mais pas nécessairement l’intimité et d’une certaine manière, les frontières se redessinent… ».

Reste que l’exposition au monde est un exercice dangereux : « vous donnez quelque chose aux autres sur laquelle vous êtes dépossédée de votre pouvoir… ». Une indistinction entre espace public et privé, qui à ses yeux est incompatible avec toute activité politique : « d’abord, je ne trouve pas très intéressant que l’on puisse interroger ainsi la vie privée des personnages publics, sauf à considérer que cela participe au message politique. Je ne vois pas non plus en quoi cela éclaire, mais au contraire, pense que la politique en est rabaissée… ».

 

 

La vie publique est tellement chronophage qu’elle met à mal la vie privée…

 

Siégeant depuis cinq ans sur les bancs du Sénat, Dominique VERIEN fait partie de ces élus de terrain qui ont à cœur de sillonner leur circonscription pour en prendre le pouls. Une activité particulièrement chronophage le week-end, pouvant si l’on n’y prend garde, mettre à mal toute vie privée. L’élue de Puisaye le reconnaît : « avant de pouvoir aller vers des fonctions nationales qui pour le coup sont assez prenantes, il est clair que ça ne peut se faire sans l’accord de l’autre au risque de ne pas durer longtemps et se solde par un divorce ! ».

La politique occupe une telle place lorsqu’elle se professionnalise, qu’il est parfois difficile pour le conjoint ou la conjointe de ne pas être partie prenante, au moins pour ne pas mettre en péril la vie de couple : « on sait séparer vie privée et vie publique, mais cette dernière est tellement chronophage que si l’on veut parvenir à se voir, il accepte de me suivre parfois le week-end… » .

Avouant d’un trait d’humour, qu’il lui est plus facile de le convaincre à l’accompagner lorsqu’elle se rend à la Fête des vins de Chablis ou à la Foire aux truffes de Noyers que pour poser une première pierre !

 

 

 

 

 

L’affaire CLINTON-LEWINSKY a bouleversé l’ordre des choses…

 

Dans un tout autre registre, la journaliste et réalisatrice Mireille DUMAS, dont les émissions ont fait les belles heures de France Télévisions, a apporté son témoignage sur sa perception de l’intime.

Présentée par l’ethnologue Pascal DIBIE comme « une portraitiste de notre époque », l’animatrice pour qui, « tout ce qui est humain ne m’est pas étranger… » est devenue célèbre avec des programmes de fin de soirée dont tout le monde se souvient : « Bas les masques ! », « La vie à l’endroit » ou encore, « Vie privée, vie publique ».

Avant elle, nombre de sujets comme l’homosexualité, les violences faites aux femmes, la transsexualité étaient tabous à la télévision : « nous étions dans une société où la parole était donnée à ceux qui avaient le pouvoir de la prendre, intellectuels, milieux bourgeois, on n’entendait pas les anonymes parler de leur vie… ».

La fin des années 90 avec notamment l’affaire CLINTON-LEWINSKY a bouleversé l’ordre des choses : « pour la première fois, la vie privée d’un homme politique était mise sur la place publique. Des questions se sont posées et ont changé la donne, comme de savoir jusqu’où on peut aller dans la transparence, ce qu’il faut dire ou ne pas dire… » ;

Pour Mireille DUMAS, les frontières s’installent naturellement, dès lors que ses invités venus témoigner le font dans une démarche volontaire et personnelle : « après, cela se fait à l’intuition, je sentais jusqu’où je pouvais aller et quand je ressentais être à la limite, je n’y allais pas… ».

Comme de tradition, le sujet des « Entretiens 2023 » retenu par l’équipe du Conseil scientifique a été dévoilé à l’issue de cette édition. L’an prochain, les invités débattront sur le thème : « Où va le monde ? Penser, s’engager, résister ». Avec, mais faut-il s’en réjouir, matière en la demeure !

 

Dominique BERNERD

 

 

Page 1 sur 324

Articles

Bannière droite accueil