Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-ccap-vital-sante-auxerre.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-ccap-vital-sante-auxerre.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Prescrits par un praticien pour des raisons médicales, les arrêts de travail poursuivent leur constante progression sur notre territoire. Les premiers mois de 2018 ne dérogent pas une règle déjà observée l’année dernière. L’évolution se situe à 3,2 % de mieux par rapport à l’exercice antérieur, avec une forte poussée des arrêts maladie supérieurs à trois mois (6,7 %). Dans le même temps, les arrêts pour cause d’accident de travail ont augmenté de 7 % par rapport à 2016. Conséquence directe : le coût croissant qui est supporté par la Caisse primaire d’assurance maladie. Les indemnités journalières se sont envolées.  Pour atteindre au terme de l’exercice 2017, près de 62 millions d’euros sur le seul département de l’Yonne…

AUXERRE : « Quand on est malade, on reste à la maison et on se soigne ». Péremptoire, le message adressé par la Caisse primaire d’assurance maladie aux assurés est on ne peut plus clair ! Avec un débours précis de 61 734 000 euros de dépenses annuelles, les arrêts maladie grèvent fortement le budget de l’ancienne Sécurité sociale sur le territoire septentrional de la Bourgogne.

Connaissant toujours une forte augmentation d’année en année, les arrêts de travail entrent aussi dans le collimateur des services de contrôle de l’organisme financeur. Les fraudes sont récurrentes. Ce que ne tolère plus la CPAM de l’Yonne qui intensifie les vérifications à domicile…

L’organisme insiste désormais aux détours de ses campagnes de communication et de ses conférences de presse sur les droits et les obligations des personnes en arrêt de travail. La dernière d’entre elles rappelait avec véhémence parmi les arguments évoqués qu’un arrêt de travail n’est pas approprié pour pratiquer le jardinage, exécuter des travaux de maçonnerie à la maison, partir en vacances ou encore assister à des spectacles !

Une statistique retiendra l’attention des journalistes témoins de ces échanges instructifs : celui de 24 % d’absences injustifiées de la part des personnes indemnisées.

Les contrôles vont s’intensifier dès la rentrée…

Insistance vigoureuse de la part des responsables de la Caisse primaire d’assurance maladie de l’Yonne sur le fait que les contrôles existent (ils vont se propager dès l’automne prochain sur l’ensemble du territoire) et que les personnes arrêtées se doivent de respecter des horaires de présence à leur domicile, de 9h à 11h et de 14h à 16h, y compris les week-ends et les jours fériés. Quant aux convocations faites par un service médical, elles doivent être scrupuleusement respectées. Sous peine de remettre en cause l’arrêt de travail. Mais, force est de constater que depuis cinq ans, les dépenses continuent de progresser de manière constante dans le département.

« La prescription inadaptée d’arrêts de travail peut avoir des conséquences économiques, médicales et sociales fâcheuses qui ne doivent pas être prises à la légère, précise Etienne BERROUET, directrice adjointe de la CPAM de l’Yonne, de toute manière, l’arrêt de travail ne constitue pas une solution durable… ».

Dans l’Yonne, 14 699 salariés ont bénéficié au moins d’un arrêt indemnisé au cours des quatre premiers mois de l’année 2018, dont 12 288 pour maladie, 1 836 en raison d’un accident du travail, 218 pour un accident de trajet et 373 pour des maladies professionnelles.

« Le prolongement non justifié d’un arrêt de travail représente un frein à la reprise d’une activité professionnelle, continue Mme BERROUET, à terme, cela peut entraîner des effets délétères sur la vie du patient avec la désocialisation, la précarité, voire le licenciement… ».

A ce titre, la CPAM accompagne les assurés concernés par un arrêt de longue durée. Histoire de remettre la personne vers le retour progressif à l’emploi. Sur le territoire, 8 % des arrêts maladie indemnisés ont une durée ininterrompue de plus de six mois et représentent 52 % des indemnités journalières versées.

La Bourgogne Franche-Comté, seconde région de France où les arrêts de travail sont les plus nombreux…

L’Yonne représente l’un des départements les plus touchés par cette recrudescence des arrêts de travail observés au cours de ces dernières années. La hausse des dépenses d’indemnités journalières excède les 6,1 % en 2017. Un chiffre qui place le département au-delà de la Bourgogne Franche-Comté (+ 5,3 %) qui se positionne pourtant sur la seconde marche du podium national, et de l’Hexagone, avec une augmentation de 4,6 % des dépenses.

D’autres régions se situent dans le haut du panier. C’est le cas notamment de Nouvelle Aquitaine, qui précède notre contrée, mais aussi Pays de la Loire, Normandie et Bretagne. Curieusement aux idées reçues, PACA, l’Ile de France et…la Corse ferment le ban !

Il existe une explication rationnelle à cela. Les réformes des retraites ont conduit les salariés à différer leur départ hors de la vie active à minima 62 ans et non plus à 60 ans. Davantage de sexagénaires restent désormais en activité : ils peuvent éventuellement présenter un arrêt de travail s’ils sont fragilisés.

Associé pour la première fois sur les championnats du monde de la discipline, catégorie kayak biplace sur la distance de 500 mètres, le tandem auxerrois se nourrit d’excellentes ambitions à quelques semaines de ce rendez-vous estival au Portugal. Les deux athlètes de l’OCKA possèdent déjà un sérieux palmarès à eux deux qui devrait les placer dans la peau de favoris potentiels avant cette course tant attendue par les spécialistes…

AUXERRE : Nouveau venu au sein de l’Olympic Canoë Kayak Auxerrois (OCKA) depuis le début de la saison, Francis MOUGET justifie sa présence en terre icaunaise par son désir de pouvoir travailler avec l’ancien champion du monde, Cyrille CARRE, figure emblématique du club de l’Yonne. Aujourd’hui, cet attelage qui n’a rien de providentiel force le respect de son entourage par l’entraînement intensif qu’il s’impose.

De grandes échéances attendent ce duo cette saison. Les deux garçons possèdent à leur actif une belle brassée de breloques qu’elles soient mondiales, européennes et nationales. Qui plus est, Cyrille CARRE a encore le goût bien ancré au fond du palais de ces joutes extraordinaires accomplies parmi les plus grandes références de la discipline lors des Jeux Olympiques de Pékin et de Londres où il décrochera une méritoire 6ème place lors de la grande finale sur le bassin olympique.

Avec les Mondiaux en point de mire (l’épreuve se déroulera du 24 au 26 août au Portugal), les deux sportifs de haut niveau se fixent de sérieux objectifs. Leur bateau pourrait peut-être bien tutoyer les sommets et, pourquoi-pas, ramener à la France la plus belle couleur de ses médailles.

Sélectionnés tous les deux en équipe nationale, Cyrille et Francis auront aussi l’opportunité de pouvoir s’exprimer dans d’autres courses, en monoplace sur mille mètres pour Cyrille mais aussi avec des partenaires différents dans le cas de Francis. Associé à Franck LEMOIL, avec lequel il a terminé à la troisième place d’une manche de coupe du monde en K2 sur 200 mètres, l’ex-pensionnaire du club de Nancy ne cache pas son envie de glaner un podium, si ce n’est le titre.

Si l’on ajoute la prometteuse comparse de club, Eugénie DORANGE, elle aussi très ambitieuse sur ces compétitions internationales, l’OCKA dispose d’un trio de choc pour conquérir les étoiles qui mènent à la renommée. Les kayakistes de l’Yonne n’ont pas fini de nous surprendre…

Le réseau leader de l’équipement et de la prestation de santé à domicile en France, créé en 1993 sous une autre dénomination, s’est rapproché de PLATINA EQUITY SOLUTIONS. Cette structure gère le programme d’investissement en private equity de family offices européens, dont le capital est confié par d’anciens entrepreneurs. En prenant une participation majoritaire au sein de CAP VITAL SANTE, PLATINA EQUITY SOLUTIONS investit aux côtés du fondateur de l’entreprise, Régis NAULIN, et du management de cette société à la tête d’un réseau de 250 vitrines commerciales spécialisées dans la vente et la location de matériel médical à destination des personnes âgées et des handicapées, adhérentes à ce réseau.

NITRY : Disposant d’une couverture nationale qui lui permet de générer un chiffre d’affaires de 150 millions d’euros, CAP VITAL SANTE est en croissance soutenue depuis sa création. La société de tête du réseau, dans laquelle PLATINA EQUITY SOLUTIONS investit, fournit des prestations de services à ses adhérents : marque, négociations avec les fournisseurs, informatique, formation, assistance commerciale, publicité, communication et logistique.

Par cette opération, PLATINA EQUITY SOLUTIONS se positionne sur un marché stratégique, dans lequel son équipe avait déjà étudiée plusieurs opportunités au cours de ces trois dernières années. L’objectif de cet investissement est de donner à la société CAP VITAL SANTE les moyens nécessaires pour financer son développement, notamment en apportant davantage de services à valeur ajoutée aux magasins adhérents et en optimisant le réseau.

Un acteur incontournable du secteur du maintien à domicile et des personnes âgées en France…

Intervenants sur l’opération pour PLATINA EQUITY SOLUTIONS, Charles DUBAR et Christophe GICQUEL expliquent : « Le marché du maintien à domicile profite de bons « drivers » sociétaux et économiques, liés au vieillissement de la population et au souhait des seniors de vieillir à domicile. Le secteur, encore aujourd’hui essentiellement composé de magasins indépendants, va être amené à davantage se concentrer et se professionnaliser dans les prochaines années. Nous sommes convaincus que CAP VITAL SANTE, compte tenu de sa taille et de la qualité de son réseau, est d’ores et déjà très bien positionné pour tirer profit de la croissance et des évolutions de son marché… ».

PLATINA EQUITY SOLUTIONS met en œuvre des solutions sur mesure, souvent pour des durées plus longues que celles des fonds traditionnels en apportant des fonds propres à des entrepreneurs et à des managers qui portent une vision innovante de leur activité et un plan d’action pour conduire les changements. L’entité peut ainsi investir dans des opérations de transformation atypiques : consolidation sectorielle, réorganisation financière et/ou opérationnelle, financement de nouvelles initiatives, capital développement, simplification de tour de table, transmission en plusieurs étapes.

PLATINA EQUITY SOLUTIONS est mandatée pour investir et gérer activement un montant global de capitaux de 150 millions d’euros dans des opérations requérant un investissement unitaire en fonds propres ou quasi fonds-propres allant jusqu’à 30 millions d’euros.

Une étape clé dans le développement de CAP VITAL SANTE…

Gérant-fondateur de CAP VITAL SANTE, Régis NAULIN a réagi à cette prise de participation. « Cette opération est fondamentale pour le développement de notre structure. Notre société recherchait un partenaire financier pour l’accompagner dans sa structuration et son expansion. PLATINA EQUITY SOLUTIONS est particulièrement adaptée à notre projet par leur connaissance du secteur, par la souplesse de leur intervention en termes de durée d’investissement, comme par leur expérience de l’accompagnement et de la structuration de PME en forte croissance… ».

L’un des objectifs avoués de CAP VITAL SANTE est justement de positionner ce réseau comme une entité extrêmement professionnelle, tout autant que citoyenne. « Elle ne doit plus être reconnue uniquement sous un label purement commercial, ajoute Régis NAULIN. Il s’agit pour nous de continuer de renforcer cet esprit de citoyenneté et de solidarité qui lui est propre, via des partenariats avec les associations préoccupées par la situation des personnes handicapées en France, notamment des seniors. Nous continuons très régulièrement de faire monter l’expertise de nos équipes sur le terrain afin que la notion d’offre globale ne soit justement pas qu’une simple notion ! ».

Pour mémoire, la plateforme nationale de CAP VITAL SANTE à Nitry a réalisé 8 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017 et a connu une progression de 15,17 % par rapport à l’année antérieure. Trente-deux personnes y exercent leur savoir-faire professionnel. Deux nouveaux collaborateurs ont rejoint l’équipe l’année dernière…

Principale opposante de Laurent WAUQUIEZ, fustigeant la pratique de certaines dérives parfois trop droitières au sein de sa famille politique, Les Républicains, Valérie PECRESSE a décidé de prendre la tangente. Il y a douze mois, elle a créé son propre mouvement idéologique, « Libres ! ». Clin d’œil astucieux à cette date anniversaire, c’est précisément au début de ce mois estival que Valérie LEUGER-DORANGE et Clarisse QUENTIN, toutes deux conseillères départementales de l’Yonne, ont choisi pour implanter de manière officielle ce nouvel outil politique sur leur territoire de prédilection. Premières priorités pour les deux jeunes femmes : convaincre autour d’elles de la pertinence de cet organe et accueillir les adeptes d’une droite sociale, humaine et régalienne…

AUXERRE : L’une s’investit beaucoup à Sens ; l’autre occupe pugnace le terrain sur Auxerre. Les deux ont d’un commun accord décidé de vivre une aventure politique qui leur ressemble au sein d’un nouveau mouvement créé par une femme de conviction, l’ancienne ministre Valérie PECRESSE, présidente de la région Ile de France.

C’est en juillet 2017 que l’ex-figure de proue du gouvernement de François FILLON fait entendre la voix de la dissonance dans la sphère politique à droite. A contrario de quelques-uns de ses condisciples qui préfèrent jeter l’éponge en rejoignant la Macronie ou en prenant du recul vis-à-vis des instances suprêmes du parti, à l’image de Xavier BERTRAND, l’ex-élue des Yvelines se lance dans un ambitieux pari.

Constituer son propre mouvement d’idées qui prend la forme sans le vouloir d’un véritable courant politique agrégé aux Républicains mais qui pourrait à terme la propulser sur le devant de la scène nationale dès les Présidentielles 2022…

Un organigramme qui sera fin prêt dès la rentrée…

Rejetant de manière catégorique les orientations actuelles instaurées par Laurent WAUQUIEZ, soit la radicalisation des Républicains vers une droite plus dure et populaire aux confluents des pensées frontistes, Valérie PECRESSE sait que, pour réaliser ce parcours sans-faute qui pourrait la conduire in fine à l’Elysée, l’essaimage de ses idées devient une impérieuse nécessité au plus près de ses compatriotes.

Référentes départementales de ce mouvement dans l’Yonne, Valérie LEUGER-DORANGE et Clarisse QUENTIN (cette dernière est également la porte-parole nationale) ont été adoubées par la chef de file lors de la semaine nationale des cadres de « Libres ! » à Orléans le 24 juin dans l’optique de structurer cet appareil dans la Bourgogne septentrionale.

Depuis, les deux jeunes femmes ne sont pas seules à piloter cet esquif. Lancien maire de Vézelay, le docteur Bernard CHARDON et l’ex-coprésident des jeunes Républicains dans l’Yonne, Matthieu ROY, par ailleurs conseiller municipal de Chéu, ont décidé de rejoindre le noyau dur de cette fusée en construction, prête pour le décollage dès la rentrée.

Devenir la droite des solutions et des propositions…

Présentant le contenu de leurs réflexions lors d’une conférence de presse, organisée à Auxerre, Valérie LEUGER-DORANGE et Clarisse QUENTIN ont justifié leurs engagements au sein de « Libres ! ». « Les Français ne font plus confiance aux partis politiques traditionnels. Ils aiment se retrouver au sein de mouvements qui portent des idées et des valeurs. Notre cible de conquête est simple : le Centre droit, Les Républicains qui ne se reconnaissent pas dans le programme trop à droite de Laurent WAUQUIEZ et les déçus de La République en marche, de plus en plus nombreux… ».

Autre priorité : le rajeunissement des cadres. Seuls 2 % des adhérents des Républicains sont âgés de moins de 25 ans. Quant au candidat FILLON, il n’avait recueilli que 6 % d’adhésion de la part des moins de 35 ans lors de la dernière présidentielle.

Cependant, les deux élues LR du Département ne souhaitent pas une scission avec leur famille politique d’origine, représentée dans l’Yonne par le député Guillaume LARRIVE.

« Nous voulons à travers ce mouvement d’idées associées tempérer la dérive droitière de notre parti qui s’accentue depuis la prise de pouvoir de Laurent WAUQUIEZ. Le seul moyen d’empêcher le départ en masse de nos militants qui ne se retrouvent pas cette ligne politique est de leur proposer une alternative qui n’ajoute pas de la division à la division. En choisissant le prisme de la concertation et du dialogue serein où tous les grands sujets de société (communautarisme, radicalisation, sécurité…) seraient abordés en parfaite quiétude d’esprit. Nous prônons les vertus d’une droite sociale (en rappelant que ce mot n’est pas l’apanage des seuls socialistes), qui relance la méritocratie, l’espérance et place l’humain au cœur de la vie économique. Le temps de la droite des slogans et de la simple opposition non constructive est aujourd’hui révolue… ».

Une méthodologie de travail ouverte aux échanges d’idées et à la construction positive…

Puiser les idées aux sources de la vie quotidienne des Français, c’est-à-dire directement depuis le terrain, représente la base de travail qui fait foi au sein de ce jeune mouvement qui dévoilera ses arcanes fonctionnels dès le mois de septembre. Ainsi, les élus locaux mais aussi les citoyens lambda ayant choisi de rejoindre « Libres ! Yonne » seront invités à prendre part à des commissions thématiques. Dans l’unique but de valoriser les idées et les talents.

Ces idées seront ensuite utilisées à la rédaction de propositions qui alimenteront des cahiers spécifiques sur les grands sujets d’actualité. Elles seront transmises aux parlementaires qui pourront s’en inspirer dans les textes de loi ou des amendements.

Prononçant le haro contre une communication « à la papa », synonyme de ringardise et d’inefficacité, les deux conseillères départementales de l’Yonne s’appuieront sur une stratégie digitale à base de réseaux sociaux et d’outils multimédia. Enfin, des lieux d’échanges, ouvert à celles et à ceux qui ont des choses à dire, seront proposés sous la forme « apéro Libres ! » à travers le territoire icaunais.

Le 25 août, Valérie LEUGER-DORANGE et Clarisse QUENTIN se rendront à Brive la Gaillarde pour y suivre un nouveau séminaire des cadres de ce mouvement. Ce sera l’ultime tour de chauffe pour s’y ressourcer auprès de la chef de file nationale, avant de plonger dans le grand bain du prosélytisme tous azimuts prévu dès cet automne dans leurs zones d’influence respectives…

Avec sa vingtaine de vitrines commerciales réparties à travers la France, des salons de coiffure qui revendiquent un positionnement haut de gamme sur ce marché, YSEAL représente une très belle réussite de l’entrepreneuriat. Elle est la résultante du travail accompli par ses deux responsables, Laurent PICOUET et de son épouse, Patricia. Concept apparu dans l’Yonne, YSEAL ne cesse dès lors de progresser. Cette ascension lui permet aujourd’hui de travailler avec des références majeures de la coiffure et de la cosmétique internationale telle que L’OREAL…

AUXERRE : Grâce à la déclinaison de son nouveau concept sorti de l’imaginaire en 2014, la franchise YSEAL ne cesse depuis de proliférer et de gagner de nouvelles parts de marché. Déclinant de multiples prestations et services résolument orientés vers la qualité et le bien-être de sa clientèle, le groupe multiplie les ouvertures de nouveaux salons. Les plus récentes l’ont été à Sens au mois de novembre ainsi que dans la capitale de la région Aquitaine, Bordeaux, quelques jours avant les fêtes de fin d’année.

Implantées en zones péri-urbaines, ces vitrines ergonomiques offrent ainsi un outil idéal pour les franchisés, tentés par l’esprit de cette aventure. A raison de deux à trois inaugurations annuelles, YSEAL tend petit à petit une toile d’araignée opérationnelle dans l’Hexagone. L’Yonne, base arrière naturelle, reste représentative de cette marque, qui possède ses entrées dans les milieux de la coiffure française.

Une actualité importante avec le groupe L’OREAL…

Depuis le 01er mai, YSEAL a intensifié ses relations avec le poids lourd mondial de la cosmétique. Quatre salons de l’entreprise ont ainsi été sélectionnés par les bureaux d’étude du géant à l’occasion du lancement d’une nouvelle collection de produits végétaux : une gamme de coloration à base d’indigo, cassia et henné, destinée à la clientèle vegan.

Les commerces de Troyes, Saint Par au Tertre, Gronfeville l’Orcher, dans la périphérie du Havre et la structure des Clairions à Auxerre ont accueilli ces nouveaux produits sur leurs étals, ceux de la ligne BOTANEA. Lors du récent Congrès mondial de L’OREAL, les salons de coiffure de la franchise furent ovationnés pour cette étape collaborative importante pour les deux parties.

Une consécration pour le couple PICOUET qui a intégré en début d’année une autre référence internationale de la cosmétique et de la coiffure parmi ses partenaires, l’enseigne KERASTASE.

Enregistrant une hausse de son chiffre d’affaires de près de 2 % cette année, YSEAL emploie aujourd’hui un effectif de 130 collaborateurs.

Page 1 sur 36
Bannière droite accueil