Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Concocté en partenariat avec le Bottin Gourmand et le Crédit agricole Champagne Bourgogne, le concours des Talents Gourmands joue avec les nerfs des candidats. Ces derniers devront se disputer le titre suprême de l’édition 2018…au premier trimestre de l’année prochaine. A la suite du report, non imputable aux organisateurs de l’évènement. Dès lors, la pression psychologique est maintenue pour les finalistes régionaux qui sont répartis dans trois catégories : agriculteurs, artisans des métiers de bouche et restaurateurs.

DIJON (Côte d’Or) : Les futurs prétendants aux Talents Gourmands 2018 doivent encore s’armer d’un peu de patience avant de toucher le Graal. Les neuf finalistes du terroir de Bourgogne Franche-Comté devaient en découdre lors des finales âprement disputées le 19 novembre. Mais, le sort en a été autrement. Les organisateurs devant se résoudre à bouleverser leur agenda et à annuler sine die la manifestation prévue dans l’Aube.

Mais, cela n’est que partie remise. Comme devait le confirmer le service communication du Crédit agricole Champagne Bourgogne, via un communiqué de presse diffusé la semaine dernière.

Proposé dans de nombreux territoires de l’hexagone, ce challenge n’a d’autres objectifs que de valoriser et mettre à l’honneur les professionnels de la filière artisanale.

Ainsi, des centaines de candidats s’inscrivent en tentant leur chance et en comptant sur leur savoir-faire pour séduire le jury, composé de spécialistes. Rien que dans notre contrée : ce sont près de 40 agriculteurs/viticulteurs, mais aussi des artisans de métiers de bouche et des restaurateurs qui se sont référencés.

milieu articles

Des récompenses numéraires et de la publicité pour les lauréats…

Puis, la sélection s’est faite par terroir. Neuf finalistes ont donc été sélectionnés pour leurs aptitudes et qualités professionnelles, et leur capacité à travailler et à sublimer les produits régionaux. Parmi lesquels, trois agriculteurs/viticulteurs, trois artisans des métiers de bouche et trois restaurateurs.

Une fois la nouvelle date connue, le jury sera à pied d’œuvre pour départager ces valeureux concurrents. Les trois vainqueurs, issus de cette sélection régionale, recevront une récompense appréciable de la part du Crédit agricole Champagne Bourgogne.

L’établissement bancaire remettra aux lauréats une enveloppe de 3 000 euros et leur offrira des encarts publicitaires dans la presse régionale. Mais, un bonheur ne venant jamais seul, d’autres dotations, fournies par les différents partenaires liés au concept, viendront grossir le bas de laine des heureux vainqueurs de l’édition 2018. Les autres finalistes n’y perdront pas au change puisqu’ils repartiront avec une récompense de mille euros.

Parmi la liste des neuf finalistes, figurent trois entrepreneurs de l’Yonne : Alexandre RIVALLAIN, de la confiserie « Maison GRAMM’S » à Auxerre et Aymeric LUCZKIEWICZ, artisan à la tête de la SARL PYNEAU PRUNUTZ à Chablis (spécialité de gougères). Tous deux concourront dans la même catégorie : les artisans des métiers de bouche.

Quant à Jean-Raphaël PERSANO, restaurateur de la « Table du Martin Bel Air » à Saint-Martin du Tertre, il affrontera d’autres confrères dans la catégorie propre à sa filière professionnelle. A contrario, aucun candidat icaunais n’a été retenu dans la catégorie des agriculteurs…

 

Près de 160 000 visiteurs ont arpenté les travées de cet évènement qui faisait la part belle à l’Italie pour son édition 2018. Comme à l’accoutumée, et à la totale satisfaction de ses organisateurs, la Foire internationale et gastronomique de Dijon a tenu ses promesses et rempli ses objectifs, malgré un jour d’ouverture en moins par rapport à 2017…

DIJON (Côte d’Or) : Que ce soit dans le secteur de la restauration et de l’alimentation, ou dans celui de l’équipement de la maison et de la personne, la traditionnelle foire de la capitale régionale a connu le succès.

Analysant les informations statistiques inhérentes à l’évènement, la direction de Dijon CONGREXPO a confirmé par la voix de François CONTET la bonne tenue de ce 88ème rendez-vous.

En effet, la foire internationale et gastronomique a maintenu son nombre de visiteurs. Soit une jauge de 160 000 personnes à l’instar de ces dernières saisons. A l’énoncé de ce résultat positif, le directeur de la structure organisatrice n’occultait pas sa satisfaction.

Un pavillon d’honneur assailli par le public…

Un satisfecit partagé par l’ensemble des exposants qui avaient pris soin de dévoiler leurs nouveaux produits et prestations sur les stands.

Le pays hôte, l’Italie, a su lui aussi capter l’intérêt de ses aficionados. Celles et ceux qui désiraient retrouver les senteurs et saveurs d’une cuisine méridionale, élaborée toute en finesse et avec de la subtilité jusqu’au fond de l’assiette.

Littéralement pris d’assaut par le public, le pavillon d’honneur n’aura jamais désempli. A la grande joie des exposants qui se sont dits ravis de leur présence en ces lieux.

milieu articles

« Le succès a été tel, précise François CONTET, qu’il est envisagé pour les prochaines éditions de créer un espace dédié à leur pays en dehors du pavillon de l’invité d’honneur ! ».

Preuve que la réussite était totale sur ce site particulièrement apprécié des gourmands et gourmets.

L’Italie a su remporter tous les suffrages de popularité !

D’ailleurs, en parallèle, le salon VINIDIVIO, consacré aux vins du Piémont, a connu une hausse spectaculaire de sa fréquentation, dépassant de 14 % la précédente édition, avec plus de 2 300 visiteurs en quatre jours.

Quant aux animations qui se sont déroulées dans le cadre des Rencontres Gourmandes, mises en exergue par l’Amicale des cuisiniers de la Côte d’Or, elles ont comme de coutume enthousiasmé les férus de bonne table. Certains épicuriens n’ont pas hésité à prendre quelques cours de cuisine auprès des chefs.

Côté concours, toujours plus nombreux d’une année à l’autre, ils ont permis à de nouveaux talents de pouvoir s’exprimer avec maîtrise et dextérité. Permettant aussi à cet évènement d’atteindre un autre de ses objectifs.

Enfin, pour les puristes qui en ont apprécié la quintessence culinaire, précisons que la Table de Lucullus a su retrouver ses attraits d’antan que beaucoup regrettaient avec une once de nostalgie.

Désormais, la direction de Dijon CONGREXPO regarde déjà l’avenir et l’horizon 2019 avec la future foire qui se déroulera du 31 octobre au 11 novembre.

Le sinistre ayant entièrement ravagé les infrastructures de la Maison Pascal CAFFET au mois d’octobre provoque des répercussions en cascade. Au-delà de ce que l’on pouvait imaginer. Parrain de la 4ème édition du traditionnel concours des Talents Gourmands, porté par le Crédit agricole Champagne Bourgogne, le champion du monde des desserts et Meilleur ouvrier de France de Troyes a dû jeter son tablier, provisoirement, dans l’optique de pouvoir soutenir l’évènementiel de manière optimale. Le report de la manifestation est devenu une priorité pour les organisateurs de cet encouragement aux valeurs sûres de l’artisanat.

DIJON (Côte d’Or) : Il faudra attendre le premier trimestre 2019 pour connaître enfin le verdict des Talents Gourmands,…édition 2018 !

Un incendie a totalement détruit les structures professionnelles dont le laboratoire technique, du parrain de la future manifestation, Pascal CAFFET. Et compte tenu du caractère délicat de la situation, le Crédit agricole Champagne Bourgogne a préféré décaler l’évènementiel à une date ultérieure.

milieu articles

Celle-ci n’est pas encore connue. Mais, selon la direction de la Communication de l’établissement bancaire, tout porte à croire que la remise des prix devrait être effective, et en présence de l’intéressé au milieu du premier trimestre 2019.

Entre-temps, Pascal CAFFET aura retrouvé le dynamisme dont il a le secret pour illuminer de sa présence cette manifestation très prisée des représentants des milieux économiques de la région.

 

Accueillie dès lundi dans les locaux de l’Institut Français de Bucarest par l’ambassadrice de France Michèle RAMIS, la délégation des maires et élus de PUISAYE-FORTERRE entamera pendant plusieurs jours le second volet de son 29ème cycle de formation, placé sous l’égide des « Entretiens de CHAMPIGNELLES ». Cette étape à l’international aura pour toile de fond la découverte de l’organisation territoriale de ce pays latin aux profondes affinités avec l’Hexagone…

CHAMPIGNELLES : Chaque année en période automnale, les « Entretiens de CHAMPIGNELLES » proposent un cycle de formation, ouvert aux élus des communes de PUISAYE-FORTERRE. Une initiative qui prend ses contours sous la forme d’un triptyque de belle facture et d’une rare intensité au niveau intellectuel et informatif.

De ces séances pédagogiques autour d’un thème majeur aux multiples conférences ouvertes avec des débats en s’octroyant les bénéfices d’une présence physique, assurée par des exégètes dans leur spécialité, permettent in fine d’offrir un panorama non exhaustif de sujets de réflexion, qui touchent de près ou de loin la fonction d’élu. Un rôle, qui est désormais de plus en plus complexe à tenir dans un paysage institutionnel en profonde évolution.

Ces exercices, où l’oralité a la part belle, se complètent toujours, et c’est même devenu la marque de fabrique de ces « Entretiens » toujours très prisés de ses suiveurs, par l’organisation d’un voyage de plusieurs jours dans un pays de l’Union européenne. Histoire de s’enrichir des acquis et expériences des autres peuples. Histoire, également de réaffirmer son identité et ses racines profondes à l’Europe, à quelques semaines d’une échéance déjà jugée capitale pour notre devenir et qui se déroulera au printemps 2019.

milieu articles

Une immersion pour mieux appréhender le système roumain…

Contrée éminemment stratégique de par sa configuration géopolitique, la Roumanie sera donc la destination à l’étude cette année pour les élus Icaunais qui y séjourneront du 04 au 07 novembre. L’ex-pays de l’Est, ancienne tour de contrôle de la garde prétorienne de Moscou du temps de la dictature funeste de Nicolae CEAUSESCU, a amorcé depuis la chute du dictateur et de son épouse un net redressement de ses infrastructures, tant au plan économique que sociétal.

Considérée comme le pays le plus francophone de l’Europe de l’Est (le Français demeure la seconde langue la plus enseignée dans les établissements scolaires), la Roumanie pourrait se comparer à une contrée cousine grâce à ses nombreuses attaches, même si le niveau de vie reste en bien deçà de celui vécu par nos concitoyens.

Sur place, la délégation des élus de l’Yonne profitera de séances de travail enrichies de contacts, concoctées avec les services de l’ambassade de France à Bucarest. Ainsi, les élus découvriront les arcanes de l’organisation administrative et politique de cet état qui a rejoint l’Union européenne en 2007. Même s’il s’est vu refuser à l’entrée dans l’espace Schengen, en raison de l’opposition de la France, de l’Allemagne et des Pays-Bas, le pays des Balkans ne désespère pas un jour infléchir cette tendance. Les élections présidentielles, prévues en 2019, changeront peut-être la donne dans les intentions de la future gouvernance ?

Des échanges seront également programmés avec les responsables roumains de l’association des communes et celle qui accueille les localités rurales. Le volet institutionnel et économique ne sera d’ailleurs jamais très éloigné de ces discussions passionnantes, porteuses peut-être de nouveaux projets.

Une actualité importante que la rédaction de PRESSE EVASION vous relatera en étant immergé durant ce séjour au plus près de ces échanges nourriciers et constructifs…

Un bonheur n’arrive jamais seul, c’est bien connu. Directeur du théâtre d’Auxerre, Pierre KECHKEGUIAN l’a constaté à son avantage il y a peu. En parallèle de la tenue de « QUINTESSENCE », des rencontres autour du spectacle vivant en Bourgogne Franche-Comté qui furent un succès en réunissant plus de 150 professionnels, le mentor du site culturel auxerrois s’est vu décerner l’appellation de « scène conventionnée d’intérêt national » pour son établissement, une reconnaissance saluant la qualité de son programme d’actions artistiques et culturelles. A propos, notamment, de la mention « Art et Création »…

AUXERRE : Attribué pour une période de quatre ans, cet accessit prétexte à la signature d’une convention courant octobre honore ce haut lieu culturel de notre territoire. Celle-ci a été établie entre le ministère de la Culture, AIDA (Association icaunaise de diffusion artistique) et le théâtre auxerrois. Jusque-là soutiens indépendants de la structure, les collectivités locales, la Ville d’Auxerre, la Région Bourgogne Franche-Comté ainsi que le Conseil départemental de l’Yonne, signataires de ce document, sont désormais partie prenante de ce concept.

Dans le cas présent, c’est la mention « Art et Création » qui a suscité de l’engouement auprès des experts autour de l’attribution de ce nouveau critère qualitatif. L’appellation « scène conventionnée d’intérêt général », mis en place en mai 2017, contribue à l’essor de la politique nationale de soutien à des structures de création et de diffusion artistique.

Concrètement, elle a pour vocation d’identifier et de promouvoir un programme d’actions artistiques qui présente un intérêt général pour le développement de la participation et à la diversité culturelles d’un territoire.

Le théâtre d’Auxerre a été choisi pour l’accomplissement de ce travail durable auprès des artistes, en les accompagnants et en facilitant leur création. Parallèlement, le théâtre poursuivra son implication dans une démarche de développement et de sensibilisation des publics du territoire.

milieu articles

Une appellation qui fait office de certification…

Seuls cinq théâtres de Bourgogne Franche-Comté possèdent désormais ce titre distinctif de « scène conventionnée d’intérêt général ». L’obtention de cette légitimité artistique et culturelle traduit la reconnaissance d’un travail qualitatif où le foisonnement d’idées et de projets fait florès. La culture essaime. Y compris vers les milieux ruraux, grâce à la réalisation de spectacles assurés hors les murs.

Expliquant le choix de la mention « Art et Création » parmi d’autres possibilités thématiques, Pierre KECHKEGUIAN devait préciser que celle-ci correspondait le plus à la faisabilité des opérations entreprises depuis plusieurs années. « Nous ne sommes pas encore prêts pour développer la mention « Art et Territoire », par exemple… ».

Carrefour d’accueil important pour les compagnies théâtrales, Auxerre représente une étape majeure, en résidence ou en compagnonnage, pour ces artistes, d’ici ou d’ailleurs, qui souhaitent travailler en parfaite quiétude d’esprit leurs projets.

« Adeptes du théâtre vivant, poursuit Pierre KECHKEGUIAN, nous sommes favorables à une scène qui devient une référence en termes d’éducation culturelle, en incitant les jeunes artistes à s’impliquer dans la durée. Nous aidons bon nombre de projets sur le territoire icaunais et travaillons en parfaite osmose avec certaines compagnies… ».

Un intérêt qui a été partagé par la représentante de la DRAC (Direction régionale des Affaires Culturelles). Comme cette dernière devait le préciser lors de sa prise de parole : « Le département de l’Yonne est un territoire qui attire toute notre attention. L’Etat est là pour garantir l’équité artistique et culturelle et se satisfait de cette reconnaissance d’intérêt national obtenu par le théâtre d’Auxerre… ».

Quant à la Ville d’Auxerre, son élue a confirmé son total soutien à l’Association icaunaise de diffusion artistique (AIDA), représentée par sa présidente George BASSAN. « Les efforts réalisés autour d’une programmation éclectique et tout public favorisent l’ouverture de la culture en direction de la jeunesse et de spectateurs qui ne sont pas uniquement des amateurs éclairés. C’est la force de ce site d’exception… ».

 

Page 1 sur 25
Bannière droite accueil