Parfum de reprise bien avant l’heure, mardi soir dans l’une des rues de la capitale de l’Yonne, la rue Saint-Germain qui était coupée à la circulation à cet effet. La Jeune Chambre Economique d’Auxerre y organisait avec une expérience aguerrie son rendez-vous habituel, « Tous les vingt du mois, un vin du coin ».

AUXERRE : Convivialité et sobriété demeurent les maîtres mots de la récurrente manifestation déclinée chaque vingt du mois par l’antenne auxerroise de la Jeune Chambre Economique. Pour autant, sobriété ne signifie pas abstinence !

Les participants de cette édition aoûtienne, très populaire auprès du public puisqu’environ quatre-vingts personnes y prenaient part en s’installant à leur aise au beau milieu de la rue Saint-Germain coupée à la circulation, se délectèrent d’excellents crus. Ceux produits en l’occurrence au domaine éponyme de Bernard CANTIN, viticulteur à Irancy.

Bourgogne rosé à la robe pastel, irancy grande côte, Palotte ou cuvée Emeline constituèrent d’agréables mises en bouche pour faire saliver les papilles gustatives des épicuriens profitant de cette fin d’après-midi.

Traditionnellement ouverte aux adeptes de la détente d’après travail, l’animation mensuelle de la JCE Auxerre représente un socle inéluctable et promotionnel pour les vignerons de notre territoire. Un coup de pouce élémentaire à la qualité d’un savoir-faire bien établi et d’une méthode de vinification à redécouvrir sans cesse.

Des rouges gouleyants à la belle robe pourpre régalaient avec modération des convives à cent mille lieues des imprégnations professionnelles ordinaires. Les verres de rosé savamment garnis offraient leurs saveurs rafraîchissantes à de jeunes femmes parlant en toute décontraction et trinquant entre elles.

La magie de ce rendez-vous où se côtoient diverses strates de la vie économique, intellectuelle et sociétale d’Auxerre opère toujours au gré de ces ponctuations calendaires régulières.

Le mois prochain, les salons de l’hôtel Le MERCURE serviront de point d’ancrage à la future réception qui puise sa philosophie dans l’absence de toute prétention verbeuse lors d’une réunion où il serait d’ailleurs inutile de figurer.

Ici, on vient au rythme d’un métronome pour entretenir des liens d’amitié. Voire nourrir et construire son réseau personnel de relations publiques en intelligence…

Bref : le b.a.-ba de la communication en somme.

 

Les ouvrages industriels intéressent-ils les fervents adeptes d’un tourisme insolite dans l’Hexagone ? Sans ambages, la réponse est positive ! Pour s’en convaincre, un chiffre est à retenir. En 2018, ce sont en effet plus de 350 000 personnes qui ont ainsi découvert avec appétence les sites du producteur et fournisseur d’électricité EDF. L’ouverture d’un premier circuit conçu autour des énergies renouvelables en Bourgogne Franche-Comté (entre Crescent et Massangis dans Yonne) est révélatrice de la volonté pédagogique actuelle qui sied si bien à la stratégie de ce groupe. Explication de texte fournie par le délégué régional EDF : Yves CHEVILLON…

Dijon (Côte d’Or) : Opérationnel depuis la mi-juin, le premier circuit EDF des énergies renouvelables en Bourgogne Franche-Comté éclaire le grand public sur les modes de fabrication de l’électricité. Production hydraulique avec le barrage de Crescent ou alimentation issue de la centrale solaire de Massangis livre ainsi leurs secrets les plus intimes. D’ordinaire, ils étaient bien gardés !

Oui mais voilà, les temps changent dans ce secteur industriel. Et aujourd’hui, la promotion de l’électricité « décarbonée » s’inscrit parmi les exigences prioritaires en termes de communication. Voire de sensibilisation la plus large possible.

Pour promouvoir auprès de nos concitoyens, rien de tel que de démontrer ! C’est l’adage dans lequel s’est engouffrée bille en tête la direction régionale d’EDF. Et ce, depuis pas mal de temps déjà.

Le fournisseur d’énergie est désormais la seconde entreprise la plus visitée de France. Les Journées de l’industrie électrique, dont la neuvième édition a été organisée les 15 et 16 juin, l’ont attesté. Les Français veulent en savoir plus, voire toujours plus, sur la fée électricité et ses sources.

Pas étonnant que le groupe ait eu envie de proposer une offre « touristique » originale dans l’Yonne. Ce département dispose de deux sites exceptionnels où se produisent l’énergie renouvelable de manière complémentaire selon Yves CHEVILLON, délégué régional EDF Bourgogne Franche-Comté.

« Ces moyens de production doivent s’adosser à d’autres modes productifs afin d’être disponibles à tout moment et dans la quantité requise. Le nucléaire et l’hydraulique de barrage qui permet de stocker l’eau (par ricochet de l’électricité) assurent de manière continuelle l’équilibre entre l’offre et la demande sur l’ensemble du territoire national. Tous ces moyens ne s’opposent pas les uns aux autres. Ils sont complémentaires… ».

 

 

Contribuer à l’attractivité touristique locale : nouvelle mission d’EDF ?

Dans l’absolu, on pourrait être très surpris de la démarche actuelle mais celle-ci obtient déjà des résultats tangibles auprès du public.

« Les ouvrages industriels passionnent les Français, observe le délégué régional du groupe, montrer les différentes sources énergétiques sur un même territoire, c’est aussi illustrer la diversité de ses ressources, de ces atouts. Mais, cela prouve aussi notre dynamisme car un tel circuit correspond à une initiative parmi d’autres… ».

EDF est ouverte à une collaboration étroite avec les acteurs départementaux et locaux du tourisme et de l’environnement. La promotion de ce circuit en dépend.

Une autre raison qui explique le bien-fondé de cette offre si atypique puise ses explications dans la pédagogie. Celle à destination des scolaires.

« Nous espérons que ce circuit suscitera des vocations auprès des jeunes filles et garçons, argumente Yves CHEVILLON, pour qu’ils s’engagent dans ces métiers d’avenir liés au développement des énergies renouvelables… ».

Une première en France à Montbard avec une formation spécifique…

Proposé en priorité aux collégiens et lycéens, le concept traduit l’expertise et la variété des métiers de la  filière énergétique. Car, pour Yves CHEVILLON, l’avenir se prépare ici, au contact des jeunes générations.

« La palette de nos métiers est large : techniciens d’installation, d’exploitation, de maintenance, mais aussi développeurs de projets, ingénieurs, chercheurs,…nos besoins sont croissants ! ».

Motiver les jeunes pousses est une chose ; les former en est une autre.

« Dès la rentrée, ajoute Yves CHEVILLON, la Région avec l’Académie et EDF proposeront au lycée Eugène Guillaume de Montbard une formation de technicien de conduite et de maintenance de centrale solaire. Ce sera la première du genre en France… ».

Plus qu’une simple transmission de savoirs, EDF souhaite apporter sa pierre à l’édifice en préparant les consciences, par le prisme de ce tourisme novateur et de l’éducation, aux opportunités qui se profilent à nous à brève échéance dans le cadre de cette révolution énergétique…

 

Les bénévoles de l’association culturelle se détendent autour de sympathiques agapes dans l’enceinte de l’édifice moyenâgeux qui abrita jadis la famille de Courtenay. Un repos ô combien salvateur et convivial, certes, mais de courte durée ! Avant que ne revienne le temps de la mobilisation générale prévue du 26 juillet jusqu’au 03 août. Tout sera fin prêt pour accueillir la compagnie « Les Baladins du Château » et leur traditionnelle programmation de qualité autour d’un vaudeville endiablé, œuvre de l’auteur britannique Ray COONEY…

DRUYES-LES-BELLES FONTAINES : Le mot d’ordre est à la mobilisation dans les rangs des « Amis du Château ». Après la venue de la formation pop rock celtique, « ARCY d’ICI », (subtile allusion sémantique à la référence du hard-rock australien « AC/DC ») le 29 juin, la structure associative locale plante un nouveau décor dans l’antre de l’édifice historique de la comtesse Mahaut de Courtenay. Celui du théâtre, une tradition estivale qui perdure avec brio depuis plusieurs années.

Chargés des aspects logistiques de ce récurrent rendez-vous de très belle facture, les adhérents de l’organisme à vocation culturelle et patrimoniale accueilleront le public, amateur de quiproquos et de portes qui claquent lors de cinq représentations, données en plein air.

Il est vrai que la troupe des Baladins du Château se produit chaque été dans sa cour de prédilection. Le jeu des comédiens trouve en cet endroit un lieu propice et une résonnance particulière à l’expression de leur talent.

Piochant dans l’éclectique répertoire de l’auteur anglais, Ray COONEY, considéré à juste titre comme le « Feydeau britannique », les artistes s’intéresseront cet été aux « Espèces menacées ».

Loin des poncifs habituels faisant référence à la cause environnementale, il sera davantage question d’espèces d’une toute autre nature, en vérité. De celles qui circulent dans des attachées-case. A grandes brassées de millions !

Intrusions successives d’un couple d’amis inopportuns, présence d’un policier douteux et subversif, irascibilité permanente d’un chauffeur de taxi en proie au stress ou maniaquerie dépressive d’un commissaire de police un brin tatillon sur les procédures : aucun ingrédient du vaudeville exprimé dans son pur classicisme ne manque pour faire de ce spectacle créé initialement en 1994 à Londres une vraie réussite faite de rires et de plaisir !

Cerise sur le gâteau : le truculent auteur de cette pièce qui fit aussi sa renommée n’oublie pas de saupoudrer des scènes déjà cocasses et ubuesques par l’arrivée d’un tueur à gages bien décidé à récupérer son dû ! A savoir, une mallette garnie de petites coupures. Bref : on ne devrait reprendre son souffle et ses esprits décontenancés par tant de rebondissements inattendus qu’au terme de deux heures de représentation totalement désopilantes.

« Espèces menacées », pièce de Ray COONEY

Par les Baladins du Château

Séances : les vendredi 26 et samedi 27 juillet, jeudi 01er août, vendredi 02 et samedi 03 août 2019 à 21h30 dans la cour du château.

Réservation : 03.86.41.51.71.

Mail : les-amis-du-châCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

L’implantation d’un pylône, permettant l’accès à la téléphonie en 4G, sur le site ouvre de réelles perspectives de développement pour l’infrastructure touristique de l’Yonne. Celle-ci reste une destination très prisée des touristes du monde entier. Ces derniers ne comprenaient pas que l’accès à Internet et aux liaisons téléphoniques leur soient jusqu’alors refusés, faute de réseau. Le Moyen-Age dans sa version la plus palpable en quelque sorte à l’heure de la modernité ! 

TREIGNY : Cela fait vingt-deux ans que la responsable du site médiéval bourguignon attendait ce moment ! Celui de pouvoir maîtriser pleinement les outils issus des nouvelles technologies de communication, et ce, à bon escient.

Autant dire que Maryline MARTIN a savouré ces instants ; ceux de l’inauguration officielle de ce premier pylône de téléphonie 4G mutualisé et financé par les quatre opérateurs historiques du secteur d’activité. Cela se déroulait jeudi 11 juillet.

La présence de deux ministres, Julien DENORMANDIE, en charge de la Ville et du Logement, et du secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Baptiste LEMOYNE, aura, n’en doutons pas,  accentué ce trait jubilatoire.

Grâce à la 4G, enfin déployée sur le chantier en perpétuel mouvement de Guédelon, ce sont plus d’une centaine de collaborateurs qui profiteront des avantages offerts par cette technologie téléphonique poussée à son paroxysme.

Que dire, des milliers de touristes qui déferlent au beau milieu de cette forêt de Treigny et qui ne seront plus coupés du reste du monde dorénavant.

Chaque saison, près de soixante mille enfants déambulent dans cet espace verdoyant à l’ambiance historique en quête de découvertes insolites. Ces sorties scolaires passionnent les têtes blondes qui se prennent à rêver pour celles et ceux qui ont l’imaginaire débridé.

Grâce au réseau téléphonique, leur sécurité sera assurée à son maximum sur le site désormais. Enfin, pour couronner le tout, la responsable du concept historique et touristique de l’Yonne envisage de la création d’une application qui informera sur les grandes étapes vécues sur le chantier.

 

 

Acrobate, clown, jongleur, danseur, dresseur ou musicien : les artistes atypiques de cette troupe talentueuse de l’Yonne méritent amplement le détour. Cet été, ces saltimbanques aux multiples facettes ont choisi de célébrer leur vingtième année d’exercice en représentation à demeure sous leur chapiteau avec leur public…A voir et à apprécier !

PIFFONDS : Le spectacle d’été du Cirque Star ne doit se manquer sous aucun prétexte. D’autant qu’il a pour objectif d’honorer sous le signe de la nouveauté, le vingtième anniversaire de la fameuse troupe icaunaise. Celle-ci accueillera le public sous son chapiteau dès ce samedi 06 juillet en fin d’après-midi. Mais, que l’on se rassure les retardataires auront la faculté d’applaudir la troupe et leur « Fiesta », appellation de leur nouvelle représentation, tout l’été.

La dizaine d’artistes délivreront en guise de préambule sous cet environnement de toile, et ce dès 16 heures, une multitude d’attractions avant de laisser la place au spectacle, à proprement parlé. Il devrait ravir petits et grands.

Il s’agira en fait d’un florilège nourri de tours, d’acrobaties et de numéros dont les artistes ont le secret. Ces derniers les peaufinent avec pugnacité et conscience depuis fort longtemps.

Des artistes éclectiques aux multiples spécialités…

Soutenu par le Conseil départemental de l’Yonne, l’ADAMI et le Centre des Arts Scéniques, le cirque se compose de Claire SIMON, une intrépide trapéziste et acrobate burlesque baptisée sur scène « Miss Clara » ; de Stéphane PHILIBERT (« Ferdinand »), un savoureux clown capable de jouer d’un instrument de musique et de jongler ; de Charline KANDILLIAN (« La décoratrice »), acrobate à corde volante et jongleuse de son état ; Andreu CASADELLA dit « Lapinou », trapéziste washington, acrobate et danseur ; Sandra BONOMI dit « La Cousine » (hula hoop et jongleuse) et « DJ Axel », soit Axel LANCOUTIN qui, outre son rôle de chanteur, est également le régisseur son et lumière de ce spectacle qualitatif à l’influence parfois onirique faisant la part belle à l’imaginaire.

D’autres personnes s’ajoutent à cette troupe. Elles y ont une partition très importante : Séverine BIGE, en charge de la communication, Vincent MIGNOT et Damien GUILLAUME dont les interventions diverses sont très précieuses dans la physionomie de ce spectacle.

La célèbre ritournelle affirme que l’«on n’a pas tous les jours vingt ans… ». Pourtant, la belle équipe du Cirque Star démontre tout le contraire au détour de ces représentations scéniques de bel aloi…

Cirque Star 

Réservations :

Le Petit Launay

89330 PIFFONDS

Tel : 03.86.86.44.87.

Portable : 06.80.20.23.50.

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Page 1 sur 37
Bannière droite accueil
Bannière footer