Comme à l’accoutumée, l’Yonne sera à l’honneur au Salon de l’agriculture 2020. Le carrefour international accueillera différents acteurs de notre savoir-faire artisanal au cours de deux journées de mise en valeur organisées sur le stand régional Bourgogne Franche-Comté les 27 et 28 février.

PARIS : Cinq thématiques serviront de fil d’Ariane à ces retrouvailles annuelles vécues sur le fameux salon professionnel francilien. « Goûter », « Visiter nos pays », « Déguster », « Picorer » et « Découvrir » seront les mots d’ordre de cette concentration de savoir-faire artisanal qui permettra aux nombreux visiteurs de cette exposition universelle, consacrée à l’agriculture et à ses diverses filières de se forger leur propre opinion.

Durant deux journées, dans le hall 3 de l’immensité du parc des expositions de la Porte de Versailles, différents ambassadeurs de notre patrimoine n’hésiteront pas à se surpasser pour vanter les mérites et les bienfaits de ce terroir, bourguignon, dont nous sommes fiers, cela va de soi !

Côté cuisine, c’est le chef du « Moulin de la Coudre », bel établissement « Logis de France » à VENOY, Jean-Pierre VAURY, qui régalera les curieux de recettes culinaires icaunaises, à base de produits salés et sucrés dont il a le secret.

 

 

L’opportunité sera aussi donnée d’apprécier la succulente saveur d’un morceau de Soumaintrain, accompagné de son verre de l’AOC Irancy avec une animation proposée par le groupement « Gastronomie et Promotion des produits régionaux ».

Il y sera également présenté un livret de jeux à vocation ludique et pédagogique grâce auquel les jeunes pousses à l’instar des adultes découvriront les différentes étapes de fabrication des fromages.

 

Yonne Tourisme assure la promotion de ces prochains rendez-vous…

 

Autre suggestion découverte intéressante : le pop-corn 100 % made in Yonne, concocté avec minutie et originalité par la maison GRAMM’S. Les frères RIVALLAIN devraient remporter tous les suffrages des adorateurs de cette confiserie agréable à croquer en bouche.

On notera aussi les préparations à base de légumes secs de la ferme de Bruno MEAN (Cruzy-le-Châtel) –lentilles, pois chiches, graines de courge, coriandre – ainsi que les gourmandises à base de miel de l’apiculteur Adérald CARON (ADE FABRIK), localisé à Charbuy.

Notons la participation des artisans de pratiques séculaires et ancestrales : celles des esthètes des métiers anciens qui exercent leur labeur à la construction du château d’inspiration médiévale de GUEDELON.

Quant à l’agence de développement économique, YONNE TOURISME, elle figurera, quoi de plus normal, en bonne posture sur ce stand afin de présenter ses futures opérations telles que « Vélo et Fromage » ou la fameuse « Family Week », qui sera déclinée à la Grange de Beauvais les 28 et 29 mars prochains.

 

 

Veiller à la bonne santé financière de la commune tout en proposant des perspectives d’avenir, autour de l’amélioration de la qualité de vie, du développement économique et de la préservation de l’environnement : le programme du maire sortant de la localité de Puisaye-Forterre ne souffre d’aucune ambiguïté stratégique dans ses choix. Il illustre tout simplement la continuité de son action…

DRUYES-LES-BELLES-FONTAINES : Il ne fallait pas être prophète en son pays pour deviner que Jean-Michel RIGAULT, édile de l’une des bourgades à la typicité reconnue dans l’Yonne pour la richesse de son patrimoine touristique, se présenterait sur la grille de départ des futures échéances électorales au printemps.

Le maire sortant s’il n’a pas encore tiré les enseignements définitifs du précédent bilan est d’ores et déjà entré en campagne, à la tête d’une liste de onze personnes, inféodées à la bannière « Continuons ensemble pour notre village ».

L’analyse tactique de ce credo évocateur ne nécessite pas de se conforter sur l’avis appuyé d’un politologue averti : la  poursuite des orientations déjà mises en place lors de la précédente mandature anime bel et bien le chantier qui attend cette équipe si elle obtient le maximum de suffrages au soir des 15 et 22 mars.

En l’occurrence, priorité à la solidarité, au développement économique qui puise l’essentiel de ses ressources sur la découverte du site et de ses potentialités d’hébergement, au respect de la nature et de l’environnement. Des items qui ne peuvent trouver leur totale cohérence qu’avec le soutien légitime, imputable à un partenariat fructueux qui est engagé avec la Communauté de communes de Puisaye-Forterre.

 

Une liste équitable entre actifs et retraités…

 

Rappelons que Jean-Michel RIGAULT, en sa qualité de vice-président en charge de l’essor touristique au sein de cette institution, y joue un rôle prégnant. Nombreux furent les efforts déployés autour de cette thématique (le tourisme) dans la localité cette année qui possède avec son château représentatif de l’art architectural du Moyen-Age une pièce maîtresse à faire valoir.

Soucieux de l’implication participative de ses administrés, l’élu de Forterre invite les habitants (ils n’excèdent pas les trois cents âmes à l’année) à enrichir et examiner les propositions qui seront faites lors de futures réunions publiques. Pour cela, il compte sur la mobilisation de tous : structures associatives, représentants du monde économique (si, si, il y en a !), bénévoles, citoyens, à se manifester.

Quant à l’équipe, structurée autour de l’aura de ce professionnel navigant de l’aviation civile aujourd’hui à la retraite, elle oscille entre actifs (artisan, fonctionnaires, milieu agricole…) et inactifs (retraités de la fonction publique territoriale en grande majorité).

Mais, tous, n’ont qu’un seul dénominateur commun qui les pousse à agir : le bien-être et le dynamisme de leur charmante localité !

 

L’Europe du quotidien ne se résume pas à la seule machinerie bruxelloise et à ses lourdeurs administratives indigestes à la compréhension pour le commun des mortels. Pas plus que le rejet de sa politique collective vécue à la sauce britannique ! Heureusement, il existe ERASMUS. Le fameux programme pédagogique décliné sous le prisme des relations internationales. Pro-européen dans ses applicatifs journaliers, le lycée des métiers de l’hôtellerie-restauration Vauban à Auxerre en connaît tous les bénéfices. La réception récente d’une délégation ibérique composée d’une dizaine d’élèves cuisiniers et de deux enseignants en est encore une preuve palpable…

AUXERRE : Rares sont les établissements pédagogiques implantés dans l’Hexagone à être labellisés et reconnus par l’Europe. Cocorico ! L’Yonne possède l’une de ces pépites dans son escarcelle. Le lycée des métiers Vauban qui multiplie les contacts tous azimuts aux quatre coins du continent pour y établir des liens pérennes par le biais de l’enseignement et des échanges de savoir. Grâce aux fonds alloués dans le cadre du programme éducatif européen, ERASMUS. Soit une coquette enveloppe budgétaire de 90 000 euros !

République tchèque, Italie, Luxembourg, Angleterre, Belgique, Espagne…les couleurs s’affichent délibérément en faveur de la construction de cette Europe estudiantine qui ne demande que cela.

 

 

La mobilité des adultes représente aussi l’une des clés de voûte primordiales dans cet édifice grandeur nature. Une architecture qui nécessite, certes du temps et de l’investissement personnel (n’est-ce pas Capucine VIGEL – bouillonnante chef de file de cet établissement peu ordinaire), pour un résultat des plus satisfaisants.

Demain, ce sont trois nouveaux délégués de l’établissement qui s’envoleront pour l’Allemagne où ils seront accueillis à Berlin en vue de tisser de futurs liens pédagogiques avec leurs homologues locaux.

 

 

Des déplacements à travers l’Europe qui deviennent constructifs…

 

Dernièrement, c’était dans l’antre pantagruélique du Parlement européen à Bruxelles que se projetait la directrice du lycée Icaunais pour plaider la cause de cette mission utile à tous : les étudiants, leurs familles qui applaudissent des deux mains, les enseignants jamais à court d’idées mais aussi les partenaires institutionnels et associatifs qui suivent de près ces initiatives porteuses d’échanges.

Aussi, cela ne fut pas surprenant le moins du monde que la municipalité auxerroise donne l’accès dans l’un de ses salons d’honneur à la délégation espagnole en provenance du lycée hôtelier de Santo Domingo de la Calzada, il y a peu.

Immergés une semaine durant, ces jeunes gens, maîtrisant semble-t-il les rudiments de la langue de Molière, ont eu le loisir de découvrir la ville partenaire avec laquelle leur établissement entretient d’amicales relations depuis 2017. Au-delà du tourisme d’usage, ces jeunes gens ont eu les faveurs de la Ville d’Auxerre en prenant part à une réception officielle à laquelle participait un large pourcentage d’élus municipaux.  

Discours emplis de messages empathiques, échanges de présents dont quelques bouteilles du précieux nectar élevé dans la Rioja, cette région viticole qu’affectionne tout particulièrement l’édile d’Auxerre Guy FEREZ, cadeaux de bienvenue : rien ne manquait à cet accueil placé sous le sceau de la convivialité et de l’amitié entre peuples européens.

Bref : ce fut un excellent moment de partage que seul le rapprochement entre deux pays frères du Vieux Continent peut engendrer…

 

 

 

Les voyages de groupes se traduisent par une fréquentation de plus de 5 000 visiteurs à l’année. Un chiffre non-négligeable pour la présidente de l’agence de développement touristique, Yonne Tourisme, Anne JERUSALEM. Grâce au club « Yonne Escapades », un outil constitué en décembre 2017, les professionnels de la filière et leurs partenaires se dotent de tous les moyens nécessaires pour faire progresser leurs potentiels…

TANLAY : Ils ont pour origine l’Aube, le Loiret, la Seine-et-Marne, Paris. « Ils » : ce sont les adeptes des séjours en groupes qui profitent d’un comité d’entreprises ou d’une structure associative pour découvrir un territoire nouveau. Une manne de visiteurs qui se comptabilise par dizaines lorsqu’ils descendent de leur bus.

Entre l’Yonne et cette typologie de touristes, l’hyménée ne date pas d’hier. Cela fait bientôt trente ans que nos instances touristiques départementales travaillent cette cible, une véritable niche, pour assoir la régularité de leurs visites. Avec bonheur, semble-t-il.

Coordonné avec Yonne Réservation, ce club spécifique aux groupes a même vu le jour à l’hiver 2017. « Yonne Escapades » puisque tel est le nom de baptême de ce concept, accueille aujourd’hui une douzaine de membres. Ce sont des professionnels, convaincus par la pertinence de l’initiative, adoubée par l’agence Yonne Tourisme.

Ce club se définit comme un laboratoire d’idées, un espace de coopération étroit entre les diverses composantes : des hôteliers/restaurateurs, des producteurs locaux, des viticulteurs, des gestionnaires de sites patrimoniaux et culturels.

 

Déjà des suggestions pour prolonger l’action en 2020/2021…

 

Susciter de nouvelles opportunités et développer la clientèle de groupes demeurent néanmoins l’unique priorité. Au terme de ces deux premières années d’existence, plusieurs projets d’actions ont émergés : les uns sous l’angle purement formatif (approche des tendances nouvelles sur le marché) ; les autres par le biais d’un concept original fait de rencontres, les Cafés du mardi.

Le premier Salon des professionnels du tourisme de groupes correspond à la concrétisation physique d’une mutualisation des besoins (voir l’article).

« Ce club est voué à grossir, confie Anne JERUSALEM, présidente de l’agence Yonne Tourisme, à l’issue de l’évènement, il est un moteur de cette démarche implicative… ».

 

 

 

Dernièrement, une réunion de concertation a eu lieu entre les membres de ce club qui ne compte pas rester là. Même s’il est encore trop tôt pour annoncer précisément le fil des opérations qui seront déclinées sur l’exercice 2020/2021.

Cependant, les partenaires et Yonne Réservation demeurent à l’affût de toutes nouvelles suggestions. A commencer par celles qui pourraient concerner la création d’offres spécifiques à destination du quatrième âge, la conception d’un document de présentation dudit club, voire la mise en place d’offres innovantes et exclusives pour tous ses membres.

Autant de pistes de réflexion que les acteurs du tourisme passeront au peigne fin dans les proches semaines. Une chose est sûre : il en sortira toujours quelque chose de positif et de concret.

 

 

Le cadre architectural du Château de Tanlay constituait déjà un avant-goût plutôt prometteur des diverses possibilités touristiques offertes par notre territoire en matière d’accueil et de découverte. La vingtaine d’exposants Icaunais n’eut pas à se plaindre de l’initiative heureuse déclinée par les groupes « Yonne Escapades » et « Yonne Réservation » lors de ce salon professionnel. Contacts et rendez-vous ponctuèrent une animation riche d’enseignements…

 

TANLAY : Cela s’appelle un workshop. Un véritable prétexte pour joindre l’utile à l’agréable afin de réaliser du business. Et surtout assurer la promotion de ses activités professionnelles dans un domaine bien précis, en l’occurrence celui du tourisme.

Dans une ambiance « bon enfant » et des plus sympathiques (rien que la vision mirifique de ce haut-lieu patrimonial méritait amplement le détour), tous les ingrédients étaient ainsi réunis pour faire de cet évènement, premier du nom sur notre département, un succès.

Ce salon des professionnels du tourisme, concocté par les groupes « Yonne Escapades » et « Yonne Réservation », aura été en tout point fort probant pour ses visiteurs.

Des autocaristes, des agents de voyages, des représentants de comités d’entreprises, des amicales, des associations…bref, le potentiel idoine pour initier ce que l’on nomme communément des séjours en groupes !

Une mine d’or à exploiter pour les professionnels de ce secteur économique qui ne peuvent désormais plus négliger un tel filon. 

 

 

Des échanges productifs et fructueux en rendez-vous…

 

La vingtaine d’exposants ayant joué le jeu n’aura nullement regretté cet après-midi convivial, passé en si bonne compagnie. Des contacts : ils en eurent à foison !

Distribution de cartes de visites, dégustation de produits, remise de documents et de flyers, prise de rendez-vous, voire contractualisation immédiate à l’aune de la nouvelle saison : les adhérents du club « Yonne Escapades » ont eu le loisir de rencontrer et de discuter avec les véritables acteurs (les donneurs d’ordre) de ce marché en pleine expansion en France.

Face à eux, une trentaine d’organismes collectifs friands de ces séjours de groupes piochaient çà et là, au détour des stands, le fruit de leurs envies.

Ici la découverte de l’Abbaye de REIGNY (Louis-Marie MAUVAIS, son propriétaire figurait parmi les présences afin d’informer au mieux des potentialités d’accueil offertes par son établissement séculaire), là la sémillante Eglantine BORGNAT qui expliqua les secrets d’une vinification réussie ou encore la maison RABUAT, incontournable producteur de foie gras local dont les épicuriens raffolent.

Signe de l’intérêt grandissant que l’Yonne confère à ses visiteurs : deux tiers de ces quémandeurs d’informations provenaient de territoires limitrophes !

Preuve que quand on aime, on ne compte pas ! Ni les kilomètres ni les distances à parcourir pour se procurer l’information idoine devant transformer les rêves en réalité.

Ceux de vivre très prochainement un merveilleux séjour en terre de l’Yonne !

 

 

Page 1 sur 44

Articles

Bannière droite accueil