Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
110 Bourgogne
Région Bourgogne France-Comté
Criquet Magazine
Lycée Saint-Joseph de la Salle
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
chambre des métiers et de l'artisanat
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat
logo-110-bourgogne-ok.png

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Seuls 16,3 % des logements de notre territoire peuvent souscrire à un abonnement donnant accès à la fibre optique. Sachant que 31,8 % des foyers du reste de l’Hexagone y ont accès avec aisance et, ce depuis longtemps. Le constat est plutôt éloquent. En occupant la 13ème et dernière place du classement des régions françaises en matière d’équipement numérique, la Bourgogne Franche-Comté accuse un sérieux retard préjudiciable à son développement. Tant au niveau économique puisque ce critère d’accessibilité à cette technologie moderne est requise pour toute installation de nouvelles entreprises que pour l’optimisation de la qualité de vie de ses habitants. Ces derniers, ulcérés par la faiblesse du réseau Internet, perdent patience et ne comprennent pas ce hiatus qui les différencie des autres citoyens…

DIJON (Côte d’Or) : En termes d’éligibilité des logements à la fibre optique, la région Bourgogne Franche-Comté enregistre les plus mauvais résultats nationaux selon le dernier baromètre établi par le comparateur d’offres Internet, ZONEADSL.

A raison d’une livraison de statistiques trimestrielles depuis 2015, cette structure officielle publie un état des lieux complet de la couverture numérique en France. Région par région, département par département.

Pour se faire, l’organisme s’appuie sur les données analytiques fournies l’organisme de référence en France, l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes). Ainsi que celles qui émanent des opérateurs, eux-mêmes, positionnés sur ce segment.

Au quotidien, qu’il s’agisse d’un usage personnel ou professionnel, les utilisateurs sont confrontés à la fracture numérique sur le territoire. Il est parfois impossible de capter le moindre signal Internet depuis son ordinateur.

 

milieu articles

Les acteurs institutionnels ont repris la main…

Las, les habitants de la région ne savent plus à quels saints se vouer pour que la situation s’améliore. La technologie du Très Haut Débit (THD) se révèle être une denrée rare, quasi impossible à posséder chez soi ou sur son lieu de travail.

L’explication à ce curieux dysfonctionnement qui plonge la Bourgogne Franche-Comté vers l’arrière-ban des territoires à la pointe des équipements technologiques se résume en une ligne : la faible densité du nombre de ses habitants pour les opérateurs historiques.

Ces derniers ont privilégié leurs investissements dans les régions plus peuplées disposant de meilleurs atouts. Laissant le champ libre à des réseaux d’initiative privée (RIP) qui doivent en assumer le relais.

Pour remédier à cela, afin de récupérer le retard accumulé depuis des lustres, les acteurs institutionnels (Région, Département, certaines Communautés de communes dont celle du Tonnerrois dans l’Yonne) ont repris à leur compte des initiatives permettant de rétablir les équilibres. Selon des plans et des schémas qui s’inscrivent a contrario dans la durée. Il faudra donc s’armer de patience en Bourgogne Franche-Comté pour espérer bénéficier un jour ou l’autre de la fameuse 4G !


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Saluée par le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Baptiste LEMOYNE, à la clôture des Assises de l’énergie, la démarche qualité suivie par le SDEY se concrétise par l’obtention d’une certification officielle. Validée par le Bureau VERITAS, l’initiative fera l’objet d’une remise de diplôme officielle lors de la cérémonie des vœux le 16 janvier 2019 à APPOIGNY…

MONETEAU : Aux côtés de la journaliste de BFM, Nathalie CROISE, spécialiste dans les enjeux du développement durable et de l’économie verte, le représentant du Bureau VERITAS, leader mondial dans l’évaluation de la conformité et de la certification, a expliqué face à un parterre d’élus et d’institutionnels les motivations ayant poussé le SDEY dans cette démarche.

Soucieux d’offrir un service public d’une qualité irréprochable, le Syndicat départemental d’énergies de l’Yonne a opté pour la mise en place d’un parcours analytique devant déboucher in fine sur une certification validée par un organisme indépendant.

Le syndicat de toutes les énergies de l’Yonne, opérationnel depuis le 01er janvier 2014 à la suite du rapprochement fusionnel de 23 organismes locaux, avait choisi cette voie afin de mutualiser les ressources locales pour agir de manière plus équitable sur l’ensemble du territoire icaunais.

milieu articles

Une année de travail complexe pour optimiser la qualité…

Or, investir chaque année et répondre aux besoins des communes de l’Yonne dans le domaine des énergies supposaient également de pouvoir offrir un service public d’une extrême qualité. Ce sérieux est désormais reconnu.

Après une longue période, soit une douzaine de mois, de réorganisation de son mode opératoire, le Syndicat départemental d’énergies de l’Yonne a atteint ses objectifs de certification.

C’est une belle récompense pour cet acteur clé de l’économie départementale, pourvoyeur d’emplois et propriétaire de kilomètres de réseaux basse et moyenne tension électrique. Précisons que le syndicat gère également pour le compte des communes le réseau du gaz.

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

En matière de consommation d’énergie, les collectivités doivent elles-aussi se mettre au diapason de la réalité environnementale. Et de la maîtrise de leur budget tout en garantissant un service de qualité à leurs administrés. Selon différents scénarii qui ont servi de trame de réflexion lors des nombreux débats ayant ponctué ce huitième rendez-vous d’une riche intensité. Déclinées par le Syndicat départemental d’énergies de l’Yonne (SDEY), ces assises annuelles de belle facture intellectuelle ont une nouvelle fois rempli leurs missions. Celles de présenter des solutions concrètes aux élus afin d’anticiper la saine gestion de la consommation énergétique de demain…

MONETEAU : Consacrées au principe de l’autoconsommation d’électricité, les huitièmes assises du Syndicat départemental d’énergies de l’Yonne font figure chaque année à pareille époque de laboratoire grandeur nature. Un think tank à dimension humaine au service des communes de notre territoire.

L’organisme présidé par Jean-Noël LOURY (voir son intervention) a une fois de plus réussi son pari. Faire salle comble dans le complexe du Skénet’Eau. Soit une jauge de plus de trois cents personnes qui, pour la plupart, étaient issus des rangs des élus communaux et territoriaux.

Certains étaient également accompagnés de techniciens. Celles et ceux qui sont concernés directement par la maîtrise de la consommation électrique à l’heure du développement durable et des enjeux environnementaux liés à la sauvegarde de la planète.

Comme devait le marteler à maintes reprises le président du syndicat, « nous construisons ensemble l’Yonne énergétique de demain ». Un avis ô combien partagé par l’édile de Monéteau, vice-président du Conseil départemental, Robert BIDAUT, qui avait le plaisir d’accueillir une nouvelle fois cet évènement prospectiviste dans sa finalité.

Plusieurs interventions, entre débatteurs de bon aloi, permettaient de pointer du doigt des sujets devant faciliter la transition énergétique des communes à plus ou moins longue échéance. En particulier, l’optimisation énergétique, un nouveau service dorénavant apporté par les services du syndicat départemental icaunais.

Que ce soit de petites localités ou des agglomérations de plus grande importance, chaque responsable, à leurs têtes, doit aujourd’hui se poser les bonnes interrogations. Comment faire baisser sa facture énergétique en ne remettant pas en péril la qualité du service ?

L’accompagnement des communes : la priorité du SDEY…

Le syndicat de la Bourgogne septentrionale développe depuis plusieurs mois un nouveau service dont sont bénéficiaires ses adhérents. L’apport instructif de deux conseilleurs en énergie partagés a permis d’identifier une dizaine de communes, prêtes à franchir le cap de la consommation énergétique autrement. Un bilan énergétique aura convaincu leurs élus d’appréhender différemment sur cette ligne budgétaire importante de leur budget. « Optimiser sa consommation énergétique, c’est surtout identifier la manière dont on peut réaliser des économies », devait préciser Jean-Noël LOURY.

Partant du postulat, confirmé par les résultats d’un sondage national, que l’idéal de vivre en zone rurale était partagé par 81 % de nos concitoyens, le président du Syndicat départemental d’énergies de l’Yonne affirma avec volonté qu’il était nécessaire de disposer d’un territoire champêtre moderne. « 56 % des Français considèrent par ailleurs qu’il y a un très net déclin dans les campagnes au niveau des équipements technologiques », devait-il souligner ensuite.

Investir dans les réseaux intelligents…

Depuis que le syndicat ne forme plus qu’une seule et unique entité fonctionnelle à la suite du regroupement des 23 syndicats d’électrification, le SDEY n’a de cesse de se préoccuper de l’aménagement du territoire de l’Yonne. Dès lors, différents réseaux dits intelligents y ont été déployés. A l’instar de l’installation des 115 bornes de charges pour les véhicules électriques ou depuis peu de l’auto-partage, une procédure mise en place sous la forme d’un service public par la commune de Perrigny sur Armançon. Sans omettre l’autoconsommation d’électricité.

Ces assises annuelles auront démontré la vitalité de ce syndicat d’énergies qui n’est, grâce au professionnalisme et à l’expertise de ses nombreux collaborateurs, jamais à court d’idées. Ni de projets…


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Peu de professionnels de la filière sonore sont référencés en Bourgogne Franche-Comté. Un état de fait dommageable qui n’a pas empêché Serge GARCIA, cheville ouvrière de l’organe qui assure aujourd’hui le développement économique de la filière de l’acoustique et du vibratoire dans l’Yonne, de créer et de porter le concept « défiSON ». C’est dans le cadre de son programme précurseur et unique que la Communauté d’agglomérations du Grand Sénonais et la Chambre de Commerce et d’Industrie initient le projet de journées professionnelles S.E.N.S. (Sens Electronique Numérique Son). Celles-ci se dérouleront les 17 et 18 octobre.

SENS : Entre « défiSON » et la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, l’entente cordiale entamée il y a cinq ans a donné naissance à un partenariat constructif l’identique d’une vieille histoire d’amour. Il aura fallu un peu de patience et beaucoup d’abnégation avant qu’elle n’engendre un concept digne de son rang, qualifié par les observateurs de très haute envergure nationale.

Ces deux jours de rencontres entre exégètes de disciplines technologiques pointues et des faiseurs de l’économie territoriale représentent une réelle opportunité pour le territoire icaunais. Une brillance dont se fera l’écho les plumes expertes de la presse spécialisée. Mais, aussi les réseaux bien intentionnés des cercles industriels.

Et même, s’il y a déjà eu par le passé des conférences passionnantes sur les progrès industriels liés à l’emploi de ces procédés acoustiques et vibratoires, jamais « défiSON » n’avait connu un telle aura.

Ni une notoriété comparable qui lui permette de jouer désormais dans la cour des grands aux côtés de deux partenaires institutionnels emblématiques, le Grand Sénonais et la CCI, embarqués de concert dans le déroulé de ce projet.

Les meilleurs spécialistes français de la filière son…

Car, accueillir sur le même site, icaunais de surcroît, des références nationales, toutes spécialistes incontournables de ces filières, la plupart méconnues du grand public, autour de tables de conférences, d’ateliers démonstratifs et de stands d’exposition est un audacieux pari, tenté dans un esprit coopératif et constructif.

L’évènement est de taille. Mieux : sa conception est unique en France. Le CSTB (le Comité scientifique et technique du bâtiment) n’avait à titre d’exemple jamais eu l’opportunité de prendre part à un tel rendez-vous dans l’Hexagone ! C’est pour dire !

« Nous avons sélectionné les meilleures pointures de ces filières, explique Serge GARCIA, elles auront libre cours de pouvoir exposer leurs points de vue auprès d’un public cosmopolite composé d’industriels, de représentants institutionnels, de professionnels de santé et d’étudiants. Ne serait-ce que le volet médical qui y sera abordé. Les visiteurs, y compris les particuliers, ne peuvent être qu’intéressés par la somme de renseignements et de phases évolutives envisagées demain… ».

Ces journées professionnelles permettraient-elles d’avoir une vision prospectiviste hétéroclite de ce que seront les traitements de certaines pathologies à brève échéance ?

« Dans le domaine de la santé, quand on sait que l’on peut soigner différemment des pathologies sérieuses comme les cancers du sein ou de la prostate par l’emploi de procédés à base d’ultrason, il est capital de le faire savoir autour de soi, commente Serge GARCIA. Il nous est apparu nécessaire de partager ces informations auprès d’un très large public. Et de lui expliquer ce que sera la médecine de demain… ».


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Portées par la Communauté d’agglomérations, en étroite osmose avec la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, les journées professionnelles des 17 et 18 octobre consacrées aux applications de l’électronique, du numérique et du son dans les domaines de la signalétique et du médical accueilleront la fine fleur hexagonale des exégètes de ces disciplines méconnues du grand public. Pourtant, ce rendez-vous conçu dans le cadre de « défiSON », le programme de développement économique des filières du sonore et du vibratoire dans l’Yonne, concerne le commun des mortels. Qu’ils soient interpellés de manière professionnelle ou intéressés par les déclinaisons thérapeutiques qui en résultent…

SENS : L’acronyme de l’évènementiel a été finement ciselé par ses concepteurs. Faisant allusion avec un zeste d’originalité et d’imaginaire au lieu géographique, la ville de Sens qui recevra la première édition d’ici quelques jours. S.E.N.S. (pour Sens Electronique Numérique Son) aura le particularisme avantageux de s’ouvrir à la fois aux dirigeants et cadres d’entreprises mais aussi au grand public dont les étudiants. Invité à se rendre à la salle René BINET, ce public y vivra des moments exceptionnels autour des applications concrètes de l’usage de l’environnement sonore, agrémenté d’électronique et du numérique, en entreprises. Mais aussi dans le domaine de la santé.

Pour la première fois en France, au détour de la fréquentation de l’espace rencontres et informations ou de l’espace d’affaires, la filière son s’appréhendera parmi toutes ses diversités. Notamment les thérapies sonores qui se dévoileront aux profanes.

Une révolution thérapeutique à connaître par tous…

Contrairement à l’imagerie acoustique, servant aux échographies et au diagnostic, l’emploi des ultrasons est aujourd’hui largement usité dans certains traitements délivrés par ces ondes sonores. Cela provoque une onde de choc suite à l’émission d’un signal qui permettra de soigner des calculs rénaux. L’échauffement de l’ultrason s’applique à la physiothérapie, la rhumatologie, l’urologie et même l’ophtalmologie.   

Bref, une révolution thérapeutique que les organisateurs de la manifestation souhaitent partager à la connaissance des patients. Mais, également aux professionnels de santé.

Lors de ce deux journées, les visiteurs découvriront des appareils et machines dont les prouesses techniques en matière d’acoustique et ultrasonore satisfont déjà les industriels, les chefs d’entreprises issus du secteur du bâtiment ou les acteurs de la sphère sanitaire et médicale.

Ce dernier point ne peut manquer d’interroger le public sur les pratiques de demain. La présence de trois grands laboratoires français, INSERM, le Lab TAU et le CEA Saclay feront l’objet de conférences passionnantes. Au total, une trentaine d’entreprises, universités et laboratoires ont confirmé leur participation.

Les plus jeunes bénéficieront de stands destinés à présenter les filières de formation conduisant à la pratique de ces métiers de l’électronique, du vibratoire et même des transports.

Une expérience unique à vivre : les structures sonores BASCHET…

« Il est interdit de ne pas toucher ! ». Cette phrase incitative à braver les interdictions titillera la curiosité des visiteurs. Quatorze petites structures, instrumentales, offriront une belle découverte de l’art sonore à réserver aux petits mais aussi aux plus grands. Ces derniers pourront contempler à satiété cinq grandes œuvres sonores conçues par les frères BASCHET lors de ces deux journées d’enrichissement intellectuel. Enfin, la découverte du son BINAURAL s’effectuera en présence de l’Agence du Verbe.

Journées professionnelles S.E.N.S. 17 et 18 octobre de 9h30 à 18 heures salle des fêtes René BINET à SENS (accès libre).

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil