Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

L’infanterie, les sapeurs-pompiers de Paris ou encore l’arme blindée et la cavalerie demeurent les secteurs privilégiés des jeunes gens qui orientent leurs choix professionnels vers le milieu militaire. Cela a encore été le cas le 03 mars dernier au CIRFA d’Auxerre à l’issue de l’étape d’intégration…

AUXERRE : Ils sont âgés de 21 à 23 ans. Des garçons fiers de leur nouvelle carrière qu’ils ont choisi d’embrasser afin de connaître le goût exaltant de l’aventure !

Prises en charge par le CIRFA, le Centre d’information et de recrutement des forces armées de l’Yonne, dirigé par l’adjudant-chef Bruno NIRLO, ces recrues viennent de parapher leur contrat d’engagement qui les lie avec l’Armée de terre, selon des périodes à géométrie variable, qui peuvent aller de douze mois à cinq ans.

Ainsi, Lionel et Jean-Baptiste, tous deux âgés de vingt-cinq ans, gagneront Villeneuve Saint-Georges comme lieu de garnison durant un an en qualité de sapeurs-pompiers.  

De leurs côtés, Irmin et Matis, respectivement âgés de 21 et 22 ans, ont signé un contrat de cinq ans au sein du 92ème RI (régiment d’infanterie) à Clermont-Ferrand.

Affecté parmi le 126ème régiment d’infanterie de Brive-la-Gaillarde, Léon, 24 ans, aura le temps d’apprécier son nouveau contrat : il s’est engagé pour une durée de trois ans.

Jeune Auxerrois de 23 ans, Lucas souhaitait servir dans les blindés. Il rejoint le régiment de Mourmelon-le-Grand qui accueille cette spécificité.

Quant à Julian, à 23 ans, il consacrera les huit prochaines années de son existence aux chasseurs alpins en s’enrôlant dans le 13ème bataillon de Saint-Alban-Leysse.

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Le cliché a déjà fait le buzz sur les réseaux sociaux. Assis côte-à-côte sur un canapé bleu azur, on y voit le candidat de la droite et du centre à la ville d’Auxerre en grande conversation style explication de texte avec la présidente de la région Ile-de-France. En toile de fond de cet entretien, outre le soutien de la présidente du mouvement « Libres ! », il aura été question de la place légitime que pourrait occuper la capitale de l’Yonne et son bassin en France, au-delà de ses frontières tant au plan économique que culturel et touristique…

PARIS: Faire de l’attractivité économique de l’Auxerrois l’une des priorités majeures de la future mandature municipale reste le credo du candidat de la droite et du centre, Crescent MARAULT.

Outre le rayonnement naturel de la capitale de l’Yonne, hors de ses frontières, la mesure serait très positive pour l’emploi et l’essor des structures entrepreneuriales qui évoluent dans le département.

Aussi, lors de cette rencontre à l’initiative du candidat de l’Yonne ce mercredi 04 mars à Paris, le prétendant au fauteuil de maire a pu exposer les perspectives d’un rapprochement avec l’Ile-de-France, la région la plus puissante en matière économique de notre territoire.

« L’image d’Auxerre à véhiculer hors de l’Yonne est essentielle pour recruter de nouveaux talents professionnels au sein de nos entreprises tout en favorisant l’installation de nouveaux habitants et capter les flux touristiques, explique celui qui souhaite développer une campagne de marketing territorial à destination des jeunes ménages vivant dans la grande métropole.

 

Valérie PECRESSE sera sollicitée sur un certain nombre de dossiers…

 

Une heure durant, la cheffe de file du mouvement « Libres ! » s’est entretenue avec l’élu de l’Yonne sur la stratégie de développement à base de relations claires et abouties à exercer avec le Grand Paris. En lui accordant au passage son soutien de principe pour son acte de candidature.

Le transport, la formation professionnelle mais aussi la culture et le tourisme auront été les autres items importants qui furent abordés lors de cet échange que Crescent MARAULT a qualifié de très constructif à l’issue.

S’il est élu, le candidat du rassemblement des forces de droite et du centre a promis de solliciter l’égérie de la droite républicaine et patronne de la région limitrophe à la nôtre sur plusieurs dossiers devant être traités de manière coopérative.

Continuant à travailler son maillage national dans l’intérêt de la ville dont il pourrait assurer la gouvernance au soir du 22 mars, Crescent MARAULT s’entretiendra avec le maire de Troyes, le Républicain François BAROIN, d’ici quelques jours. Une entrevue lui permettant de renforcer les synergies avec l’Aube voisine…

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

C’est un projet novateur et éco responsable que nous propose Jef GUILLON et Estelle BEAUVAIS, fondateurs de la société de production, « Le Cœur de l’Homme ». A travers leur concept qui n’a rien d’utopique, baptisé « CONSTELLATION Studios », le duo souhaite répondre à une urgence en France. Ils ont décidé de créer un complexe de plateaux de tournage cinématographique. Celui-ci offrira des solutions logistiques, techniques et financières aux productions qui prennent en compte les contraintes écologiques, sociales et économiques de demain...

JOIGNY : Actuellement, le gros du chantier se porte sur les maquettes conçues par Jef GUILLON. Le projet est estimé à 30 millions d’euros. Il pourrait être financé par un fonds public mais également avec de l’argent privé.

Le plus urgent, aujourd’hui, est pouvoir répondre à l’appel à projets du « CNC plan studio ». L’idéal sera de créer un annuaire pour recenser les acteurs du territoire de la région Bourgogne Franche-Comté œuvrant dans le domaine du cinéma, de l’audiovisuel ou du spectacle (actifs ou en formation). Qu’ils soient basés sur notre contrée ou désireux de la rejoindre.

D’ailleurs, les personnes ayant ce profil sont invitées à participer à la soirée de présentation le 19 mars de 17h à 18h au cinéma Agnès Varda à Joigny. Elles peuvent s’inscrire sur le lien suivant : www.constellation-studios.com.

Comme l’explique Estelle BEAUVAIS, « aujourd’hui, beaucoup de tournages se font en extérieur, avec toutes les contraintes que cela implique : météo, scènes de nuit plus compliquées à réaliser par rapport à la loi du travail, effets spéciaux…Les plateaux permettent de se replier en cas de mauvais temps, pour y tourner des scènes de nuit en journée, etc. ».

Beaucoup de films d’initiative française sont ainsi réalisés à l’étranger. Faute de structures opérationnelles en France qui ne peuvent accueillir des équipes, particulièrement pour le tournage en décor d’où l’intérêt de la création de ces « Backlots ».

 

 

 

Le Jovinien, endroit logique pour la création de cette plateforme…

 

Tout est prévu dans le projet. De grands plateaux existent. Dont un espace spécifique de trois mille mètres carrés. Ce serait le seul et unique en France qui comprendrait une salle de projection, une zone de stockage des décors, avec un « Backlot » de 36 000 mètres carrés.
Cela permettrait de fabriquer et de stocker de très grands décors. Des ateliers offriraient la possibilité de construire des décors et des costumes où prennent place des bureaux de production, des studios de post-production, du son… Le concept prévoit aussi un restaurant qui privilégiera les produits locaux et la culture du potager mis en place.
On devrait également y trouver un magasin de première nécessité, une micro-crèche, un hôtel, un vrai lieu de vie, qui fonctionne comme un petit village à dimension humaine.
Tout a été réfléchi pour accueillir aux mieux les équipes de tournage qui pourront s’installer sur des périodes pouvant couvrir jusqu’à plusieurs mois. Mais aussi la vingtaine de personnes qui travailleront en permanence sur place à la maintenance des studios, des espaces verts et la gestion du lieu.

 

 

 

La proximité de la gare, à 1h15 de Paris, et de l’aérodrome de Charbuy offrent d’incomparables atouts au montage de ce dossier.

D’où l’intérêt de le situer dans le Jovinien où se sont récemment installés les fondateurs de ce projet avec leur société de production. Ils ont pu en mesurer l’avantage, étant tous les deux de Paris et y travaillant régulièrement.

Il faut dire qu’à eux deux, ils possèdent un panel technique très éclectique leur permettant de bien connaître le milieu du cinéma et des tournages : designer graphique, directeur artistique, compositeur de musique de films, réalisateur, entre autres de films documentaires, pour les institutions, et publicitaires.

Une large palette professionnelle qui devient un atout supplémentaire. Un pôle formation serait également envisagé : il accueillerait une nouvelle génération de techniciens spécialisés dans le travail des grands plateaux. Ce qui sera alors une première en France.

 

Maryline GANDON

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

L’industrie 4.0, à base de haute technologie, se présente comme l’un des atouts majeurs de la nouvelle ère industrielle qui se présente à nous. Un irréductible passionné de robotique collaborative, et de surcroît jeune entrepreneur de son état, Ned CEKIC relève le défi dans le nord de l’Yonne depuis le 01er janvier. Proposant à l’aide de sa structure l’usage de la cobotique et l’application de ses vertus aux industriels qui ont besoin d’améliorer leur processus de fabrication…

COURTOIS-SUR-YONNE : A 46 ans, Ned CEKIC présente un profil professionnel hautement qualifié. Ingénieur en robotique et en informatique industrielle, le néo-entrepreneur maîtrise son sujet sur le bout des ongles.

Logique, il a bénéficié en amont d’une longue expertise de plus de deux décennies parmi des poids lourds incontestables de l’entrepreneuriat à la française : les groupes ALSTOM et SAINT-GOBAIN !

Aujourd’hui, seul, il endosse la vêture d’un dirigeant de société, une SAS, au format et à la cible parfaitement bien étudiés. Pas étonnant que l’association INITIACTIVE 89 ait flashé sur son projet, minutieusement élaboré, et approuvé par l’intermédiaire de l’un de ses conseillers, Julien LACOMBE.

Associer l’emploi qui n’a rien de futuriste de la robotique à la vision créative des entrepreneurs industriels afin que ces derniers améliorent leur mode opératoire de fabrication ne pouvait passer inaperçu dans le sérail icaunais. Le dossier se distinguait nécessairement des autres, posés sur le coin d’un bureau !

 

 

 

 

INITIACTIVE 89 s’est engouffré tout de go dans la brèche. Mais, la structure associative départementale ayant pour vocation d’accompagner les porteurs de projets via l’obtention de prêts d’honneur n’est pas la seule.

Portée sur les fonts baptismaux au premier janvier dernier, NEED ROBOTICS ambitionne de devenir très vite, et sur un plan hexagonal, une entreprise novatrice et performante. Contributrice de solutions mûrement réfléchies auprès d’industriels qui souhaiteraient éviter que leurs opérateurs ne multiplient les tâches répétitives et pénibles, ou ne portent des charges trop lourdes, synonymes de TMS (les fameux troubles musculaires du squelette).

 

 

De multiples débouchés pour asseoir sa suprématie technologique…

 

Le CETIM (Centre technique des industries mécaniques) s’intéresse de très près à cet entrepreneur à l’esprit vif qui espère une ramification rapide de son activité dans un rayonnement de deux cents kilomètres autour de sa base arrière et qui le restera : le Sénonais.

Paraphé le 08 janvier dernier, un premier contrat d’ingénierie lie la jeune start-up de l’Yonne au puissant groupe SAINT-GOBAIN WEBER. Ned CEKIC ne pouvait pas mieux démarrer sa nouvelle carrière d’entrepreneur avec autant de sérénité.

Mais, le garçon entrevoit d’autres possibilités collaboratives du même aloi avec le concept de cobotique dont il assure la promotion. Les secteurs de la santé, de la médecine, de la viticulture, de l’industrie mécanique représentent autant de filières potentielles où les débouchés offrent une sérieuse opportunité de s’affirmer.

Sachant que le coût de cellules robotisées est amortissable assez rapidement pour les PME qui opteraient dans l’achat de ces solutions pratiques (entre 80 et 100 000 euros).

 

 

Conceptualisé à partir d’une imprimante 3D, avec l’aide de partenaires (UR, YASK), l’appareil robotisé intègre après quelques mois de fabrication le site industriel de l’acquéreur afin de pallier aux manques, le plus souvent de personnel.

Une demi-douzaine d’emplois pourrait être créée d’ici cinq ans par le président de la SAS. Les profils sont déjà connus : commerciaux, automaticiens, projeteurs dessinateurs techniques, service après-vente…

 

  

Levées de fonds et partenariat utile avec les étudiants…

 

Stratégiquement, NEED ROBOTICS s’appuiera dans le cadre de son développement sur la présence d’un « tech-center » (un local de deux cents mètres carrés sera nécessaire pour accueillir les techniciens) qu’il suffira ensuite de positionner au bon endroit. Sans doute en Côte d’Or, voire en Saône-et-Loire afin de répondre aux exigences sectorielles imputables à la région Bourgogne Franche-Comté.

Quatre agences compléteraient ce maillage tactique en parallèle. Elles seraient implantées dans le Loiret, la Seine-et-Marne, l’Aube et l’Yonne, qui conserverait le siège social de la société.

Précisons qu’une première levée de fonds aura permis à l’entrepreneur de bénéficier de précieux subsides (40 000 euros) de la part du réseau Entreprendre Bourgogne et d’INITIACTIVE 89. La BPI et la Région ont également été sollicités.

Désireux aussi de transmettre son savoir aux plus jeunes des générations, Ned CEKIC s’est rapproché de l’IUT licence professionnelle robotique et industrie de Reims avec lequel il a développé une convention de partenariat.

Côté performance, il espère atteindre les deux millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici 2025. Il ne serait pas surprenant qu’à cette date il dépasse aisément les objectifs fixés…

 

 

Un article réalisé en partenariat avec INITIACTIVE 89…

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Pas étonnant que l’on en voit partout, à chaque carrefour, à chaque coin de rue ou sur la moindre portion d’autoroute ! Le produit phare du constructeur au lion a réalisé avec son modèle 3008 les meilleurs scores de production de l’année 2019 ! Soit près de 260 000 véhicules qui sont sortis tout droit des unités de production de Sochaux…

PARIS : Indéniable succès pour le constructeur national. Le SUV le plus fabriqué en France l’an passé aura été le fameux 3008 à la ligne si caractéristique. Le produit devance la Toyota Yaris dans l’Hexagone.

A raison de mille véhicules jour, le site de Sochaux a élaboré depuis son origine plus de 23 millions d’automobiles.

 

 

Depuis son lancement survenu en 2016, la Peugeot 3008 s’assimile à un véritable succès de la marque, permettant au constructeur français d’occuper une place privilégiée parmi les leaders de ce segment en Europe.

Rappelons qu’en 2017, le véhicule obtenait le titre de voiture de l’année à l’issu d’un vote exprimé par 58 journalistes européens de vingt-deux nationalités. Le modèle a glané au total 63 distinctions dans le monde. Pourvu que cela dure !

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil