Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
110 Bourgogne
Région Bourgogne France-Comté
Criquet Magazine
Lycée Saint-Joseph de la Salle
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
chambre des métiers et de l'artisanat
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat
logo-110-bourgogne-ok.png

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Une rareté, encore une décidément, évolue sur les routes du département septentrional de la Bourgogne. Mais, peut-on raisonnablement parler de véhicule ordinaire ? Ce n’est ni une automobile. Pas davantage une grosse cylindrée, bien campée sur ses deux roues !

BREVE : Ce moyen de locomotion très étrange muni de trois roues a pour nom de baptême le « Slingshot ». Littéralement, le « lance-pierre » dans la langue de Shakespeare !  

Son constructeur n’est autre que l’américain POLARIS. Une enseigne méconnue du grand public qui s’est pourtant spécialisée depuis des lustres dans la conception de véhicules de loisirs motorisés. La société a su aussi abattre la carte de la diversité en devenant propriétaire de marques de moto (Indian, Victory) et de voiturettes électriques. De celles qui fleurissent sur les nationales françaises lorsque le capital de points sur le permis de conduire a fondu comme neige au soleil ! A l’instar de la française AIXAM MEGA qui en est une de ses ramifications en Europe.

 

 

 

Fabricant de quads et de motoneiges pour le marché nord-américain, POLARIS possède toutefois 25 % des parts de la société KTM, entité autrichienne bien connue des motards.

Si ce joujou vous interpelle (on peut en voir un exemplaire stationné en permanence devant la devanture d’un restaurateur de Brienon-sur-Armançon), il vous en coûtera une enveloppe financière de près de 30 000 euros pour se faire plaisir. Histoire de se démarquer des autres, assurément !

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

L’univers ambiant baigné de la douce lumière de l’astre diurne évoque un décorum aux consonances typiquement asiatiques. Un Bouddha en majesté trône au-dessus du bureau de l’esthète sous la forme d’un portrait photographique conçu en triptyque. A proximité : une plantureuse statue de geisha rassure le visiteur qui pourrait craindre l’exercice inattendu de l’hypno-massage. C’est l’un des particularismes de ce professionnel du bien-être Eric GAILLARD qui s’est installé à Auxerre en février dernier…

AUXERRE : Fonctionnel depuis le 01er février, ce nouveau cabinet de massages détente et bien-être, énième établissement de la sorte dans le microcosme local, possède néanmoins sa part de vrais mystères et d’originalité profonde.

Primo, grâce au parcours si atypique et caractéristique de son personnage principal qui lui a prêté vie. Secundo, via le panel éclectique de son offre de services qui confère à l’ensemble ce petit supplément d’âme qui frise avec l’insolite, voire le surprenant.

Admirateur du journaliste américain Mark TWAIN, l’hôte de cet havre de tranquillité visant à la plénitude absolue cite volontiers la référence littéraire d’Outre-Atlantique dans ses propos : « Dans vingt ans, vous serez plus déçus par les choses que vous n’avez pas faites que par celles que vous avez faites : alors, sortez des sentiers battus et mettez les voiles en explorant, rêvant et découvrant… ».

Une incitation ouverte à l’onirisme qui peut se prolonger dans les moments de pure détente que peut accorder Eric GAILLARD à sa clientèle. Ici, dans cet espace aux coloris sable rappelant les tonalités Zen, cet ancien maître d’hôtel et aide-soignant fait des merveilles avec ses mains pour vous remettre sur pied en apportant détente et relaxation occasionnant un bien-être physique et moral salvateur.

 

La quête d’un meilleur sommeil et d’une circulation sanguine plus fluide…

 

Handicapé par la période de confinement qui lui aura valu bien malgré lui un repos forcé de plusieurs semaines, le professionnel des arts de vivre de l’Yonne a rouvert boutique le 18 mai dernier. Un mal pour un bien en définitive car le stress aidant, nombreuses furent les demandes de rendez-vous qui en résultèrent.

Même si la période estivale imprime aujourd’hui un léger et naturel ralentissement dans sa phase de progression, le garçon conserve la foi en son art et la fibre passionnelle dans ce métier qu’il aura mis si longtemps à découvrir.

« Dans ma carrière, j’ai toujours eu besoin d’être au contact et au service des autres, concède-t-il, les métiers de l’hôtellerie m’ont plu et j’y ai acquis une solide expérience relationnelle. Mon dernier emploi dans la filière de la santé m’a tout naturellement conduit vers une formation d’assistant de vie aux familles, l’équivalent du métier d’auxiliaire de vie… ».

Accumulant des stages et des immersions dans le milieu spécifique des EHPAD, Eric GAILLARD s’est tourné progressivement vers l’apprentissage des modelages et les techniques de massages à dispenser auprès des résidents.

La recherche d’un sommeil plus réparateur à prodiguer, l’optimisation de la circulation sanguine et lymphatique à assurer ne possèderont bientôt plus de secrets pour cet être curieux de nature en soif d’apprendre.

« J’ai eu souvent l’opportunité de recevoir des massages, précise-t-il, c’est tout naturellement que j’ai souhaité, à mon tour, en faire profiter autrui. La pratique de différentes typologies de massages a pu orienter mes choix professionnels… ».

 

 

La pratique de la relaxation se déploie auprès des entreprises…

 

Si la gent féminine fréquente avec assiduité son cabinet, il n’est pas rare d’y croiser aussi des hommes et des adolescents, accompagnés obligatoirement d’un adulte, venir se détendre. Le spectre de prestations est éclectique.

Le futur diplômé d’une formation en shiatsu (son cycle pédagogique débutera dès septembre pour s’achever trois années plus tard par le précieux sésame opérationnel…) décline des massages relaxants aux huiles essentielles, aux pierres chaudes, à la bougie, en phases sectorielles selon les membres à travailler (dos, jambes, mains, visage, crânien) et en posture dos assis.  

Le shiatsu du dos, méthode issue de la pratique chinoise, utilise la pression du toucher et les étirements sur l’ensemble du corps afin de rétablir la circulation des énergies.

Mais, incontestablement, le nec plus ultra de ce copieux menu du lâcher-prise recommandable envers les plus nerveux demeure l’hypno-massage. Le bénéficiaire profite des bienfaits d’un massage emprunté au shiatsu couplé à l’hypnose de relaxation. Bref : du cousu main pour vivre un instant de pur bonheur qui ne peut appartenir qu’à vous !

Au cabinet, en entreprise (la pratique de la relaxation est en voie d’expansion dans la sphère économique) mais aussi à domicile, Eric GAILLARD se pare de tous les atouts stratégiques existants pour exercer ce besoin quasi viscéral de transmettre le bien-être par simple touché. Une expérience à vivre sans modération.

 

En savoir plus :

Plusieurs formules sont proposées par Eric GAILLARD, notamment un programme articulé autour de quatre modules différents (détente, découverte, énergétique et détente/énergie).  

Les barèmes tarifaires oscillent entre 30 et 60 euros selon la durée des prestations.

Un contact : www.ericmassages89.com

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Le groupe industriel du Sénonais a géré du mieux qu’il a pu l’épisode imprévisible de la pandémie de coronavirus. Sans connaître les affres de la fermeture de son site et en poursuivant ses activités professionnelles selon les besoins du marché. Une gestion en bon père de famille de la part de son dirigeant…

SENS : Si tout se passe pour le mieux au niveau de la conjoncture, le spécialiste du ballon d’eau chaude sanitaire devrait reprendre le cours de son existence à la normale dès le mois de septembre.

C’est ce qu’a confié il y a peu son dirigeant Pascal CHAROT qui aura su gérer avec calme et pragmatisme la profonde crise sanitaire traversée par les milieux entrepreneuriaux. Il se sera appuyé sur beaucoup de discernement et surtout une saine prudence.

La société industrielle du nord de l’Yonne a poursuivi ses activités durant cette période très complexe, en anticipant et en gérant ses stocks au mieux.

Le mois de septembre est donc attendu avec une relative impatience pour le dirigeant de l’entité qui a pris la décision de décaler quelque peu ses projets d’investissements, toujours très importants pour rester au sommet de la compétitivité.

 

 

 

Motif de satisfaction essentiel pour Pascal CHAROT : l’emploi n’aura pas été remis en cause dans son unité de production à la suite de cette épidémie.

« Nous ne sommes pas dépendants des banques, devait-il préciser en substance, ce qui en filigrane signifie que l’entrepreneur possède toute la latitude requise et la trésorerie nécessaire pour faire face à des situations complexes comme celles vécues en ce premier semestre 2020.

Si la prudence demeure le maître-mot de ce sage de l’industrie, il n’empêche que l’entrepreneur de l’Yonne se projette déjà avec réel enthousiasme à horizon 2021 puisque le lancement d’un nouveau produit, comprenant une évolution technologique majeure, est maintenu en janvier.

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Le premier adjoint de la Ville de Sens en charge de l’urbanisme, des grands projets structurants et de la gestion patrimoniale soutient activement le concours « GPS Drawing ». Il se déroule jusqu’au 07 septembre 2020 (cf : voir article publié dans nos colonnes). Il précise que Carine DEMOGET, responsable du SIG (Système d'information géographique) de la Communauté d’Agglomération du Grand-Sénonais  et son équipe sont à l’origine de cette initiative très en vogue par-delà les frontières icaunaises.

INTERVIEW : Quel est votre rôle au sein de ce projet ?

Nous, en tant qu’élus, on promeut l’initiative. Mais après, ce sont les services de la ville qui vont regarder, analyser. Il y a aura un petit jury qui décidera qui a gagné.

 

Est-ce que ce concours est né en raison du contexte sanitaire ou bien était-il prévu avant l’épidémie ?

 

Il était prévu avant. Mais avec la crise sanitaire, on a perdu un peu de temps. L’avantage c’est que, comme c’est un jeu qui se pratique plutôt en été, la période est propice.

 

Quel est l’objectif de cette manifestation, hormis créer une animation ?

 

Le premier des objectifs, c’est de faire découvrir cet outil qu’est le SIG (Système d’information géographique) car il est en ligne maintenant. L’idée est que tout le monde puisse s’en saisir.

Le deuxième des objectifs, c’est d’encourager la pratique de la randonnée, pour l’agglomération. On ne peut pas juste raisonner à l’échelle de la commune. On demande aux gens de s’amuser avec l’outil à l’échelle de tout le territoire. Comme ça, ils pourront probablement découvrir des choses qu’ils ne connaissent pas, des communes, des sentiers et voir le territoire un peu différemment. Et pas l’habituelle contrée, quand on va faire un tour le long de l’Yonne...

Est-ce que cela signifie que le SIG et l’outil Géo-Sénonais sont peu connus des habitants ?

 

Oui exactement, voire pas du tout. Je pense que les notaires doivent l’utiliser, les agents immobiliers, les gens qui font un peu d’urbanisme, etc. Les particuliers, pas spécialement. Pourtant, c’est à leur disposition justement. Toutes les personnes qui ont un projet immobilier, par exemple, ont besoin de savoir quelle zone est constructible, celles qui ne le sont pas. Ils peuvent aussi avoir envie de savoir quels sont les projets immobiliers à proximité.

 

En quoi est-ce important que les particuliers connaissent ce service ?

 

Pendant très longtemps, quand les habitants avaient une question relative à la géographie du territoire, ils passaient par les services. En fait, il y a une autre logique. Aujourd’hui, au sein de l’agglomération, mais aussi au sein d’autres communes, qui consiste à faire ce qu’on appelle de l’open data.

On va mettre à disposition du citoyen le plus de données possibles et transparentes, non pas pour le rendre indépendant et ne plus s’occuper de lui, mais pour qu’il ait le droit d’avoir un maximum d’informations sur le territoire.

On peut aller encore plus loin. Par exemple, tous ces outils, comme INFOGREFFE aussi, permettent aux Sénonais de savoir qui entreprend, quelles sont les entreprises légales, etc.

Ça contribue à amener de la transparence sur l’état d’urbanisation de la ville. Je vais peut-être un peu loin mais c’est pratiquement un outil de démocratie locale.

 

Pensez-vous participer vous-même à ce défi ?

 

Alors, je peux participer, mais je ne peux pas gagner. Peut-être... Je ne suis pas un grand randonneur... je vais y réfléchir. Mais comme c’est une jolie initiative, je vais peut-être faire une forme simple...

 

Propos recueillis par Floriane BOIVIN

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Les bons résultats commerciaux obtenus par le C5 AIRCROSS justifient la création de nouveaux postes en août sur l’une des unités de production française du groupe automobile. Ainsi, ce sont cinq cents collaborateurs qui seront recrutés pour développer une équipe de nuit…mais uniquement par le biais de l’intérim.

PARIS : L’information a été confirmée par l’Agence France Presse (AFP) ce vendredi 24 juillet par la direction du groupe automobile PSA Peugeot Citroën implantée en Bretagne.

Le site industriel de Rennes devrait recruter environ cinq cents collaborateurs à la mi-août afin de relancer les activités nocturnes de son unité de production. La raison principale en est le succès du nombre de ventes rencontrées par le C5 AIRCROSS.

 

 

 

 

 

 

Ce retour à l’emploi confirme un retour progressif à la normale des activités. Les nouvelles recrues, uniquement des intérimaires, seront affectées aux équipes de nuit. Quatre équipes travaillaient jusque-là sur ce site avant la crise sanitaire.

Le mois dernier, PSA annonçait la reprise soutenue de ces activités sur le site industriel de Sochaux dans le Doubs. Là-aussi, le groupe automobile avait eu recours à l’emploi intérimaire remettre son outil de production en ordre de marche.

Source : AFP.

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil