Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Le site est un vivre ensemble permanent. Bien mieux qu’une ponctuelle et brève fête des voisins qui ne revient qu’une fois l’an. Une ancienne commanderie templière sert désormais de point d’ancrage aux désirs de convivialité de la population, depuis le 06 mai. Et ce, jusqu’au 29 juillet prochain. Un plaisir qui se partage en famille et avec des amis entre victuailles appétissantes du terroir, des nectars du cru des plus sympathiques, une omniprésence artistique qui s’affiche aux quatre coins du bâtiment, y compris à l’extérieur. Quant à l’atmosphère ambiante, elle est limite exotique et entraîne l’imaginaire du côté de Marrakech ou à Montmartre, selon les goûts et l’inspiration…

 

SAINT-BRIS-LE-VINEUX : Le clavier du piano se dévoile au premier regard dès que l’on pénètre dans cet antre culturel nimbé d’une certaine pénombre très agréable à l’œil. Parmi le « fatras » volontaire d’objets hétéroclites qui ornementent la grande salle faisant office de lieu d’accueil. De plantes vertes en tableaux picturaux, de céramiques aux œuvres d’art, de prises de vues vigneronnes accrochées à leurs cimaises – il faut prendre le temps d’admirer les jolis clichés de la talentueuse Flavie CULOT, codirigeante de la société VINO UP qui nous a d’ordinaire plutôt habitué à parler de vin à défaut de focale et de photographies ! -, des poufs aux tapis orientaux respirant bon le cuir de l’Atlas du royaume chérifien : on se croirait presque dans la caverne d’Ali Baba, la veille d’une porte ouverte jute avant les soldes !

 

Un plaisir hédoniste juste le temps d’un été ?

 

Que nenni, « ma brave dame » ! Bienvenue dans le nouvel établissement à vocation commerciale de la localité viticole de l’Auxerrois ! Un bar, de surcroît ! Rien d’étonnant à cela surtout si l’on désire découvrir dans les règles de l’art de la dégustation œnologique des crus de ce terroir si prisé des Icaunais. Un bar, oui mais éphémère ! Avec une date de péremption à la clé ne devant pas excéder le 29 juillet, en principe. Etrange et pour le moins curieux paradoxe, par ailleurs, que le choix avéré de cette date butoir alors que la haute saison touristique battra son plein dans ce joli village de Saint-Bris qui porte bien son nom avec sa référence vigneronne gouleyante.

Mais, peut-être que cela évoluera en termes de timing, surtout si le succès est au rendez-vous. Et cela semble être déjà le cas.

L’inauguration officielle du nouvel endroit festif et branché de l’Auxerrois, le 06 mai, l’atteste après le succès observé au niveau de l’affluence. L’initiative prise par deux des habitants de la commune – encouragée à 100 % par le maire Olivier FELIX qui a mis à disposition un bâtiment communal non occupé – de vouloir créer cet espace propice à la détente, au farniente et à l’amusement – présence de musiciens, d’artistes de rue – est probante. Un zeste d’hédonisme qui ne durerait donc que le temps du chant des cigales ? Pas possible, voyons !

 

 

Une contribution collective avec l’implication des villageois…

 

L’établissement, baptisé « L’Eph » - oui, c’est peut-être un tantinet trop simpliste pour en définir sa raison sociale ! -, est promis à de belles et longues soirées estivales devant s’étendre hors les murs jusque dans la rue, au beau milieu de la petite place centrale du village où se concentrent toutes les échoppes stratégiques de la bourgade. Il y a un petit côté Montmartre qui sied bien à l’ensemble, la cohorte de Japonais affublés de leur Nikon en moins !

Le concept se veut collectif. Tout le monde – les villageois – ont contribué à son ouverture en y apportant sa pierre angulaire à l’édifice. Objet décoratif après objet fonctionnel. Ici, des coussins. Là, de vieux meubles qui créent une atmosphère surannée à l’ensemble. Dans un recoin, des transats. Des verres, des lampes, des bibelots, de la verdure naturelle et végétalisée. Il y a aussi des bouquins rangés dans une bibliothèque. On peut se sustenter d’un fromage de chèvre en provenance de la production de Claire GENET – de succulentes réalisations fromagères qui sont souvent primées dans les concours nationaux comme le Salon de l’Agriculture -, découvrir un blanc local – les domaines ne manquent pas -, avaler une pâtisserie en laissant filer le temps. Tranquille et en parfaite sérénité avec sa conscience. Le Graal a porté de main…

 

 

Au nom de la cohésion sociale et de l’attractivité de nos campagnes…

 

La « fée Mélusine » qui a permis cela d’un seul coup de baguette magique avec une bonne dose de volonté à revendre et de conviction profonde se nomme…Anne-Charlotte LAUGIER. Tiens, tiens, l’écrivaine à l’imaginaire si fécond et totalement débridé – la saga dithyrambique de la pétulante « Pétasse » servie à toutes les sauces humoristiques et cocasses de l’existence le prouve – a donc fait une sacrée entorse à son emploi du temps pourtant très serré.

Outre des séances de dédicaces qui la promènent aux quatre coins de l’Hexagone et ce jusque sur la Côte d’Azur – le dernier volet de la trilogie de son caricatural personnage est aussi décapant et irrésistible que les deux précédents opus – elle a eu le temps, en compagnie de l’une de ses connaissances locales, Driss – il est également commerçant à Saint-Bris – de phosphorer sur le concept de ce bar éphémère novateur, décidément ne ressemblant à rien d’autre d’existant dans l’Yonne.

 

 

 

Logique que les médias nationaux et régionaux (France Info, Ouest-France, France 3…) entrent depuis l’ouverture dudit établissement dans cette brèche béante de l’information sensationnelle pour en humer la substantifique moelle nourricière !

Réimplanter un bar avec une telle déontologie et la participation de tous, même de courte durée en zone rurale, ferait presque figure d’évènement hexagonal devant subjuguer les Gaulois réfractaires à la morosité, par Toutatis !

Un concept peu ordinaire qui pourrait d’ailleurs faire des émules dans bien des endroits de nos campagnes, qu’ils soient touristiques ou pas !

Et si le projet initial du bar éphémère se muait en un développement durable de son existence au nom du retour en grâce de la cohésion sociale et de joyeuses retrouvailles au fin fond de la ruralité ?

Personne, c’est sûr, ne s’en plaindrait ; encore moins les empêcheurs de tourner en rond qui ne savent plus apprécier les justes valeurs cardinales de la convivialité…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Exigeant. Voire qualifié par certains des observateurs de « défavorable ». Tel aura été le contexte économique ayant bercé les activités des milieux bancaires en 2022 dans l’Hexagone. Un contexte où nul n’a pu se soustraire, y compris au plan régional, où l’envolée inexorable de l’inflation a laissé de sérieuses traces dans les comportements consuméristes tous secteurs confondus. Président du Conseil d’Orientation et de Surveillance (COS) de la Caisse d’Epargne de Bourgogne Franche-Comté, Eric FOUGERE, a fait part de ses ressentis en préambule de la présentation annuelle des résultats de l’établissement mutualiste…

 

DIJON (Côte d’Or) : Il aime se confronter à cette typologie d’exercice, le président du COS de la Caisse d’Epargne de Bourgogne Franche-Comté. Un rendez-vous collectif où il prend un malin plaisir à discuter avec la presse afin de donner son point de vue, sans arrière-pensée, sur une actualité économique et sociétale qui, à dire vrai, au-delà de sa richesse ne manque pas ni de piquant. Ni d’imprévus !

Tout en laissant libre cours à l’échange constructif, en appui de moult questions posées par les représentants de la presse régionale. Dont ses acteurs n’hésitent pas à multiplier les kilomètres depuis la Franche-Comté voisine ou la Bourgogne septentrionale afin de ne pas perdre une miette, même minuscule, de cette rencontre annuelle, où se décortique avec minutie comme un savoureux homard agrémenté de sa mayonnaise faite maison, le moindre élément informatif !

Bon, c’est sûr ! Les journalistes qui côtoient le personnage depuis sa prise de fonction officielle, datant du 30 avril 2019, savent pertinemment que le président du Conseil d’Orientation et de Surveillance de Bourgogne Franche-Comté n’est jamais avare en la matière, côté arguments et explications de texte. Alors quand il commence à poser les jalons initiaux de ce que sera cette antépénultième conférence de presse à laquelle il participe aux côtés du président du Directoire Jérôme BALLET, on sait de quoi il en retourne !

 

Un exercice de style savamment maîtrisé pour évoquer les résultats…

 

Membre du Conseil d’Orientation et de Surveillance du groupe BPCE – organe décisionnel commun à la Caisse d’Epargne, la Banque Populaire et NATIXIS -, Eric FOUGERE est un habitué aguerri de ces rendez-vous oratoires servant à faire toute la lumière sur la stratégie de l’entreprise. Elles sont cordiales, polies, courtoises, pédagogiques, lissées. Mais, ici, on fait fi de la polémique et de l’attaque frontale envers des représentants entrepreneuriaux de la dynamique régionale dont notre territoire ne pourrait évidemment se passer. Qu’il s’agisse des particuliers, des entreprises et des collectivités.

Parfois, l’humour n’est jamais très éloigné des propos entendus. Surtout quand on sollicite le binôme de cette grande maison très prisée des épargnants qui autrefois faisait référence à l’un des animaux qui s’épanouit dans nos sous-bois – le fameux écureuil – réputé économe en « noisettes » !

A la sempiternelle question, pourquoi les Français pensent que les banquiers ne prêtent jamais d’argent quand on en a besoin, le tandem de répondre que les offres de prêts sont bel et bien là, pléthoriques, sur les différents marchés mais qu’a contrario, les demandes ne sont plus aussi soutenues qu’auparavant…la crise de confiance et la crise économique sont passées par là.

Un item taillé sur mesure pour le directeur financier du groupe viticole LATOUR implanté à Beaune – l’un des plus grands domaines de Bourgogne avec ses cinquante hectares -, qui est également membre du Directoire de la fameuse maison.

Somme toute, quoi de plus logique pour Eric FOUGERE d’aborder cette conférence de presse devant dévoiler les bilans et perspectives de l’établissement financier aux termes de l’exercice 2022 en évoquant le niveau d’inflation actuel qui bouleverse bon nombre de paramètres.

 

Des ambitions volontaristes de conquête en 2023 à l’identique de 2022…

 

« On ne connaissait pas, depuis si longtemps, la présence d’un niveau aussi élevé d’inflation, devait-il souligner, C'est un contexte sociétal où on a eu aussi des tensions sur les matières premières, les approvisionnements, la facture énergétique. Une problématique de poids qui n’aura pas manqué d’impacter une banque comme la Caisse d'Epargne de Bourgogne Franche-Comté, qui dispose d'un réseau de 182 agences. Mais, ce contexte inflationniste a aussi touché les clients... ».

Pourtant, la Caisse d’Epargne BFC tel le roseau de la célèbre fable a su plier avec efficience pour faire le dos rond au plus fort de la crise (on pense immédiatement à celle de la COVID) en attendant la sortie de cette période trouble, sans avoir à subir les aléas de la cassure définitive. Bien au contraire !

« D’un point de vue financier, nous sommes solides, renchérit le président du COS, nous avons conforté notre capacité à prêter et celle à pouvoir financer des projets. D’ailleurs, n’avons-nous pas réalisé notre plus gros volume de prêts immobiliers en Bourgogne-Franche-Comté, soit un peu plus d'1,7 milliard d’euros ! ».

Alors, frileuses les banques régionales en matière de crédits immobiliers ? Que nenni !

« C'est vrai qu'il y a les paroles, ajoute Eric FOUGERE, mais il y a aussi les actes ! Nous, même si on a réalisé notre plus grosse année de crédits immobiliers en 2022, nous conservons toutes nos ambitions pour faire de même en 2023 ! ».

Des propos qui confirment que la Caisse d’Epargne BFC a donc rendu une brillante copie à l’issue de l’année écoulée.

« C’est un exercice solide, insiste Eric FOUGERE, il traduit nos ambitions vis-à-vis de l’économie régionale et montre notre volonté d’être la banque de référence en faveur de l’attractivité de notre territoire ».

Une posture qu’endosse volontiers l’établissement dans son rôle d’acteur complet de vecteur dynamique du territoire. « On l’a montré en 2022, on va continuer à le montrer en 2023 dans ce contexte plus que défavorable ! ».

 

Le kafkaïen équilibre entre les ressources et les crédits à distribuer…

 

Quant à la hausse rapide des taux d’intérêts, Eric FOUGERE, en bon analyste financier qu’il est, veille au grain.

« Je ne parle pas d’une hausse importante des taux d'intérêt, parce que je fais la distinction entre la valeur absolue du taux d'intérêt et la rapidité avec laquelle on est arrivé à ce niveau-là. Ce qui est plus difficile à gérer en termes de transition, c'est le fait de passer de 0,5 à 3 % en un an. C'est ça, la difficulté pour nous…parce qu’il faut bien savoir que c'est avec les dépôts qu'on fait des crédits. Des crédits à taux fixe, principalement des crédits immobiliers. Or, dans une activité comme la nôtre, ces crédits à taux fixe sur l'immobilier sont bas. C’est ce qu'on a connu ces dernières années et sur de longues périodes, avec un financement qui provient de ressources que représentent les dépôts de nos clients effectués sur des livrets. Mais, du fait de l’inflation, ces mêmes livrets voient leur taux de rémunération monter rapidement. C’est donc ce décalage-là, entre une ressource qui coûte cher et des crédits qui ont été fait à des taux pas chers, où se créé une perturbation dans la rentabilité des banques… ».

Une situation durable ou très provisoire dans le temps ? Le président du COS estime que ce contexte si particulier ne durera pas.

« Cela ne doit pas nous faire dévier de notre cap, affirme-t-il. Mais, cette perturbation va tout de même nous accompagner au cours de ces prochains mois… ».

Il en faut tout de même plus pour que la stratégie du groupe bancaire soit mise à mal. Les responsables de la Caisse d’Epargne ont décidé en toute connaissance de cause de maintenir le cap en 2023, sans en dévier la trajectoire du moindre degré malgré cet afflux de vents contraires, considérant que la situation actuelle correspond à un épiphénomène violent.

Or, devenir la banque de référence de l’économie régionale reste un credo à appliquer au quotidien pour les collaborateurs du groupe. Un leitmotiv qui pourrait presque s’inscrire en lettres d’or sur le fronton des 182 agences d’un établissement qui annonce ne vouloir fermer aucune de ses vitrines commerciales et qui déroule un vaste programme de rénovation de 5 millions d’euros annuels concernant certaines d’entre elles au cours de ces prochaines semaines. Pas de doute : la Caisse d’Epargne ne connaît pas la crise et le fait savoir autant dans ses paroles que dans ses actes !

 

Thierry BRET

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

C’est un rendez-vous que les épicuriens et esthètes de la gastronomie française ne manqueront sous aucun prétexte. Une immersion de plusieurs minutes au cœur de ce groupe entrepreneurial de renommée universelle, fleuron des arts de la table de la Bourgogne Franche-Comté. TF1 diffuse ce dimanche à 18h20 dans « Sept à Huit » un reportage consacré au groupe Bernard LOISEAU, dont la pérennité est assumée aujourd’hui par ses deux filles, Blanche et Bérangère…

 

SAULIEU (Côte d’Or) : Entre deux reportages consacrés l’un au souvenir du charismatique leader de « QUEEN », Freddy MERCURY, et la violence urbaine qui se banalise à Marseille, cité endeuillée au quotidien par des assassinats crapuleux sur fond de trafic de stupéfiants, les aficionados de l’émission culte de TF1 (« Sept à Huit ») – présentée par Harry ROSELMACK depuis septembre 2010 -, se plongeront dans l’univers gourmand de l’un des temples de la gastronomie universelle, le groupe Bernard LOISEAU.

L’émission de ce dimanche 09 avril proposera à partir de 18h20 une immersion au sein de la société tenue jadis par Dominique et Bernard LOISEAU, le regretté chef qui nous a quittés il y a maintenant deux décennies dans de tragiques circonstances.

 

 

Un reportage qui ne doit rien au hasard, au-delà de l’hommage rendu à ce personnage mythique de la gastronomie hexagonale.

Car, parmi l’actualité du groupe LOISEAU, il y a l’ouverture le 21 avril prochain de « LOISEAU du Temps », un nouvel établissement sis dans la ville chère à Victor HUGO, Besançon.

Après sept mois de travaux, le groupe LOISEAU ouvrira cette nouvelle vitrine culinaire – une formule « bistrot » de chic et de charme situé dans le « Conservatoire » de la ville -, venant étoffer ainsi l’offre déjà existante, comprenant à Saulieu « Le Relais Bernard LOISEAU » avec ses deux hôtels, son spa et ses deux restaurants, à Beaune « LOISEAU des Vignes » et à Dijon « LOISEAU des Ducs ». Un cinquième établissement qui méritait bien un sacré coup de projecteur de la part de TF1, presque à l’heure du dîner…

 

Thierry BRET

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

A moins de cinq cents jours de l’évènement, la radio du service public, fidèle à sa déontologie, ne pouvait passer outre sur le traitement informatif de ce rendez-vous séculaire pour la France. A l’été 2024, Paris sera le centre du monde, l’Yonne, l’une des articulations de cette colonne vertébrale qui accueillera la flamme de l’olympisme. Durant les 18 mois qui nous séparent du coup d’envoi de ces Jeux, France Bleu Auxerre proposera une émission thématique spéciale (« 100 % Yonne 2024 ») comme elle sait si bien le faire. Invités à l’appui…

 

BRIENON-SUR-ARMANCON : Pour ouvrir le bal sonore de cette séquence initiale, diffusée entre 18 h et 19 h, dès ce mercredi, qui d’autres, hormis le Conseil départemental de l’Yonne, auraient pu s’exprimer sur le sujet ? Les esprits chafouins ne manqueront pas de glisser subrepticement le nom du Comité départemental Olympique et Sportif de l’Yonne (CDOS).

Bingo ! Son président, Patrice HENNEQUIN, était précisément l’un des invités constituant le premier quatuor de témoins, interrogé par la toujours pertinente et souriante Nathalie RIVAUD, lors de l’enregistrement de la prime émission à découvrir sur les ondes de France Bleu Auxerre, demain en début de soirée.

Aux côtés du président du Département, Patrick GENDRAUD – très à l’aise derrière un micro ! – et du vice-président en charge de ce dossier au sein de l’exécutif icaunais, François BOUCHER, le responsable du CDOS, à l’instar de son homologue du club d’archers, « La Sentinelle », purent expliquer avec moult détails les enjeux de ce programme « Yonne 2024 » qui verra dans l’absolu le passage de la flamme olympique sur notre territoire.

 

Un concept radio pour raconter une histoire servant à fédérer…

 

Né de la rencontre de François GIUSEPPI, nouveau responsable d’antenne de France Bleu Auxerre et de Philippe LALA – l’une des chevilles ouvrières de ce projet « Yonne 2024 » qui œuvre aux côtés du directeur général des services de l’institution départementale, Mathieu CHARTRON -, à l’issue de la soirée de présentation accueillie en novembre dernier au Domaine viticole de Jean-Marc BROCARD, ce concept radiophonique servira de rampe de lancement à une multitude d’initiatives et de manifestations afin de créer une dynamique départementale autour de ces Jeux.

Un projet, finement ciselé, qui a fait tilt dans l’imaginaire fertile de l’ancien journaliste de « RMC Sports », désormais, aux manettes et poisson pilote décisionnel du premier média radiophonique du département.

 

 

 

Raconter l’actualité du sport, sous le prisme des analyses et des témoignages, pour en constituer une histoire fédératrice avec un fil conducteur cohérent, s’applique déjà à celle qui émane depuis si longtemps de l’AJ Auxerre, emblématique structure footballistique que l’on ne présente plus.

Avec l’émission « 100 % AJA », doublement hebdomadaire les lundis et vendredis en soirée, France Bleu tient en haleine des centaines d’aficionados du club mythique de Bourgogne, friands de nouvelles fraîches et d’indiscrétions.

 

 

Etre un accompagnateur sociétal et de proximité pour France Bleu Auxerre…

 

L’émission « 100 % Yonne 2024 » est du même acabit dans sa construction. A ceci près qu’elle va ouvrir le spectre de la couverture informationnelle à l’ensemble des clubs sportifs du territoire, dont les disciplines concernées par l’olympisme.

Cela comprendra des portraits d’athlètes, potentiellement sélectionnés pour les Jeux parisiens, la présentation des clubs, mais aussi toutes les animations réalisées lors de ces dix-huit prochains mois sous l’égide de ces J.O. Qu’elles soient culturelles, associatives, pédagogiques, institutionnelles, économiques aussi puisque le curseur de l’information se déplacera vers les milieux entrepreneuriaux du cru, ceux qui soutiennent cette vaste opération de séduction voulue par le Conseil départemental qui en reste le maître d’œuvre.

Une mise en bouche radiophonique assurée avant l’été, histoire de prendre ses repères vis-à-vis du futur évènement, qui se prolongera dès la rentrée de septembre, chaque mercredi en fin d’après-midi. Proposant du direct depuis ses studios auxerrois, mais également en immersion parmi la cohorte de clubs qui développent la pratique de nombreuses disciplines dans l’Yonne, l’émission sera incitative à la découverte d’activités physiques, telles qu’elles sont applicables dans les milieux scolaires, associatifs, auprès des seniors, voire en entreprises.

Une démarche éthique qui répond à la mission de service public incarnée par cet organe médiatique, de jouer un rôle d’accompagnateur sociétal et de proximité de son auditoire. Le plus important des radios de l’Yonne, du reste, en termes de fréquentation quotidienne

L’épilogue de ce projet ambitieux et novateur pour la direction de France Bleu Auxerre s’achèvera avec le passage à l’acte de l’ouverture de ces Jeux que Paris espérait obtenir depuis…1924.

 

En savoir plus :

« 100 % Yonne 2024 », une émission à retrouver sur les ondes de France Bleu Auxerre chaque mercredi de 18 h à 19 h.

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

« Quand deux préfets se rencontrent, qu’est-ce qu’ils se racontent ? » ! Le prétexte sémantique à cette visite du haut fonctionnaire de l’Etat en terre icaunaise, lundi après-midi à Auxerre, aurait pu inspirer cette phrase introductive, digne des virevoltants chansonniers de « La Revue de Presse », incontournable émission du paysage audiovisuel national que les seuls initiés – et bénéficiaires – de la chaîne « Paris Première » peuvent écouter à loisir ! Plus sérieusement, la venue de Franck ROBINE, préfet de Région, permettra de faire un point d’étapes sur les grands dossiers de l’Yonne suivis par l’Etat…

 

AUXERRE: Le 09 novembre dernier, une date forte en symbole pour les fidèles (ils sont toujours légion dans l’Hexagone) se réclamant encore de l’idéologie politique de feu le Général de GAULLE décédé à l’automne 1970, le nouveau préfet de Région, Franck ROBINE, effectuait son premier déplacement dans la zone la plus septentrionale de son territoire : le département de l’Yonne.

Un secteur dont il connaissait évidemment les grandes caractéristiques informatives, comme tout à chacun à la façon de cartes postales évidentes, entre Chablis et ses nectars à l’universalisme affirmé, Auxerre et son mythique club de football le plus souvent associé à la presque légendaire silhouette de son ancien entraîneur, Guy ROUX et Vézelay, dite la « Colline éternelle » sublimée par l’édification au Moyen-Age de sa célèbre basilique romane en souvenir de Marie-Madeleine, reconnue depuis par l’UNESCO.

Ce jour-là, le successeur de Fabien SUDRY, accompagné du  préfet de l’Yonne Pascal JAN, avait pris soin de s’immerger en profondeur parmi les dossiers importants dans lesquels l’Etat régional et l’Etat départemental sont investis, entre Auxerre, capitale du territoire à découvrir, et Vézelay où la délégation était accueillie par le maire de la localité, Hubert BARBIEUX.

 

 

L’Yonne et son fort potentiel d’attractivité économique et touristique…

 

On peut citer, pêle-mêle, l’évolution architecturale du quartier de Sainte-Geneviève avec l’ANRU, la rénovation du quartier du Batardeau sur les quais de l’Yonne, la station hydrogène implantée non loin de la pépinière d’entreprises de la CCI, l’Opération Grand Site (OGS) de Vézelay et sa mise en application, etc.

Lundi 13 mars, le préfet de Région Franck ROBINE – il s’en entretiendra par ailleurs face à la presse en début d’après-midi à la préfecture – dressera un état des lieux précis sur ces différents projets en les réactualisant quatre mois après son dernier déplacement.

Lui qui avait reconnu lors de sa précédente visite le fort potentiel de ce territoire en termes d’attractivité tant économique que touristique avait promis de revenir sous peu. Cette deuxième immersion concrétise ainsi la promesse faite d’alors !

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil