Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png

Accueillant un public de particuliers et de professionnels désireux se poser dans un cadre cosy et intimiste après le travail, le site autrefois popularisé par la cuisine gastronomique du chef Julien MARTINAT renaît enfin de ses cendres après plusieurs mois d’absence dans le microcosme des arts de vivre de l’Yonne tel un Phénix ambitieux. Ouvert depuis le 12 décembre, et après de sérieux aménagements en termes de décorum et d’ergonomie, le SO FOLIE, piloté par Sonia, ancienne cadre commerciale, est désormais la propriété de l’un des représentants du domaine viticole familial Roland CHAMPION, Vincent, négociant et producteur en vins de champagne. Celui-ci mise beaucoup sur les potentialités offertes par cet établissement qui s’identifie sous le vocable de bar à champagne et de bar à vins bon chic, bon genre…

AUXERRE : Erigée en 1853, la fameuse bâtisse sise au bord de l’Yonne, avenue du Maréchal Juin, présente une ligne architecturale connue de bon nombre d’Icaunais. Par le truchement de sa célèbre tour crénelée qui est identifiable à l’approche de ce lieu patrimonial très intéressant au plan immobilier. Un lieu discret et authentique qui dégage d’excellentes vibrations en rapport avec la nature.   

Or, ce somptueux endroit au charme bucolique, entouré d’une surface de terrain, plus de trois mille mètres carrés propices au développement d’une belle végétation, est de nouveau accessible à celles et à ceux qui désirent se l’approprier comme un passage obligé pour y goûter quelques moments d’un repos salvateur après une harassante journée de travail. Le SO FOLIE constituera dorénavant ce havre de paix idyllique et attendu, implanté à quelques encablures du cœur de la ville d’Auxerre…

Fournisseurs en vins de champagne entre 2012 et 2015 de ce lieu qu’ils qualifient de « magique », Sonia, la gérante de l’enseigne et Vincent CHAMPION, le nouveau propriétaire, ont eu vent que l’établissement était disponible sur le marché des acquisitions après la mise en liquidation du restaurant gastronomique. Il n’en faudra pas plus pour que ce tandem de professionnels aguerris craque pour cet édifice au style si caractéristique.

S’en suivent alors d’importants travaux. Une enveloppe financière de belle facture est alors investie pour modeler le bâtiment et ses extérieurs à l’image de ces deux entrepreneurs qui veulent redonner son lustre à cet ensemble imaginé au XIXème siècle. Quatre mois plus tard, le résultat est à la hauteur de leurs espérances même si certains aménagements subsistent.

Eduquer au partage et à la connaissance du champagne

La capacité d’accueil de l’endroit a évolué à la suite de ce sérieux lifting assuré par des artisans du cru. Une quarantaine de personnes peuvent ainsi bénéficier du confort optimal de la véranda, cet espace de lumière et de vie qui se projettent vers le parc. Conçue à l’automne dernier, elle complètera le futur aménagement de la terrasse qui offrira d’intéressantes perspectives sur le panorama de la ville. L’accès aux personnes en mobilité réduite a nécessité la création d’un passage spécifique à travers le parc ombragé. La pièce servant de lieu de réception et de bar est pourvue d’un éclairage violet qui confère une atmosphère des plus agréables au cadre. Chaleur, convivialité, intimité…l’environnement du SO FOLIE invite à la plénitude de l’âme et de l’esprit. D’autant que le fond musical sonore, un mix de morceaux jazzy et à la coloration sud-américaine, donne le ton. La présence de musiciens est prévue de façon régulière à la manière des ambiances feutrée du style « piano-bar » que la clientèle des grandes métropoles affectionne lors de prolongements nocturnes en seconde partie de soirée.

« Nous espérons entériner un partenariat avec les musiciens du conservatoire d’Auxerre, explique Sonia, à décliner lors de soirées à thème. La diversité musicale sera mise en exergue afin de fédérer des cibles éclectiques mais désireuses de profiter de ce lieu pour prendre le temps de découvrir un nouveau millésime. Qu’il s’agisse de champagnes (rosé, cuvées de référence, spécial club, bouteilles de prestige issues de la production du domaine Roland CHAMPION) ou de vins.  Certes, le consommateur trouvera une carte hétéroclite de produits du terroir local. Mais, sa préférence gustative l’amenant à boire du bordeaux ou des crus issus de la production étrangère sera exaucée. Même les aficionados de whiskys originaires du Japon pourront être comblés !

Instaurer la pratique des arts de vivre en changeant les mentalités…

« Nous ne nous fixons pas de règles précises en matière pédagogique autour des produits à découvrir, affirme Sonia, notre envie est de satisfaire les inconditionnels de certains produits caractéristiques mais aussi d’initier celles et ceux qui veulent en savoir plus sur d’autres variantes… ».

A terme, et selon l’ampleur que prendra le succès de ce bar à champagne, premier du genre sur l’Auxerrois, les responsables du SO FOLIE, concept autofinancé par leurs soins sans le recours d’aides spécifiques, envisagent de créer de trois à cinq emplois.

Quant au cadre stratégique de l’entreprise, il a été défini lors de la rédaction de leur business plan en mettant en exergue la valorisation du lieu à l’aide de séances régulières d’afterwork. Avec la ferme intention de faire bouger les lignes de la pratique des arts de vivre dans l’Yonne et, pourquoi pas, de changer quelque peu les mentalités et les codes. Un ambitieux programme, sans aucun doute, dont les atouts, les enjeux et l’envie sont en possession de ce duo qui en fait son cheval de bataille professionnelle…

Le Pôle Formation Nièvre Yonne était le théâtre ce mercredi 17 janvier d’une bien étrange affaire, mêlant des aspects ludiques et pédagogique de la part d’une centaine de jeunes collégiens en provenance du collège Pierre Larousse de Toucy. Objectif pour ces classes de sixième à travers un jeu de rôle insolite grandeur nature : la découverte des filières de l’industrie technologique, porteuses d’emplois, et accessibles pour tous…

AUXERRE : Permettre aux jeunes collégiens de construire, dans le cadre du programme «  Avenir », leur parcours d'information, d'orientation et de découverte du monde économique et professionnel de la sixième à la terminale : telle était la genèse explicative de cette action pour le moins originale vécue dans les locaux du Pôle Formation Nièvre Yonne cette semaine.

Reprenant les codes ludiques d’un jeu, déjà mis en place en 2017 et qui avait intéressé plus de 600 collégiens Icaunais, le Pôle Formation Nièvre Yonne a réitéré l’expérience en conviant plus d’une centaine de jeunes adolescents à dénouer le fil ténu de cette intrigue.

Celle-ci était exposée en préambule des investigations par les formateurs du centre : « le robot « R2D2 », conçu par les enseignants du centre de formation avec leurs apprentis en chaudronnerie et électrotechnique, ne fonctionne plus. Qui est le coupable de cette énigme ? ».

Les collégiens en quête de réponses concrètes…

Divisés en trois grandes équipes, les élèves devaient successivement analyser les pièces à conviction et faire face aux différents suspects afin de déterminer l’auteur de ce méfait, en y ajoutant des interrogatoires.

Ne pouvant s’aventurer seul dans ce complexe, les détectives en herbe ont été accompagnés durant toute la partie du jeu par des collaborateurs du Pôle Formation Nièvre Yonne.

Au terme de leurs diverses pérégrinations sur le site, l’ensemble des collégiens a été rassemblé dans l’amphithéâtre afin de procéder à un débriefing, devant conduire à connaître l’odieux coupable du forfait !

Une note démonstrative, c’est-à-dire l’entrée en action du fameux robot, ponctuait ce rendez-vous récréatif et intelligent qui aura ô combien passionné les adolescents

Immerger les plus jeunes aux potentialités réelles de l’industrie

Pour l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie (UIMM) de l’Yonne qui travaille en étroite osmose avec le Pôle Formation 58-89 et la cellule des Relations écoles entreprises, ce jeu intègre le processus de développement d’actions qui visent à faire découvrir aux plus jeunes la richesse et l’éclectisme des métiers des industries technologiques.

Les formateurs profitent de ces séances ludiques pour glisser quelques messages où il est question également des diplômes, du CAP au BAC +5, qui permettent d’accéder au monde professionnel plus vite par la voie de l’alternance, tout en développant de larges compétences recherchées par les entreprises.

Quant au grand public, il sera lui-aussi convié à découvrir l’ensemble des domaines auxquels forme le Pôle Formation 58-89 lors de traditionnelles portes ouvertes. Elles seront programmées le samedi 03 février, de 9h à 16h30 sur les trois sites de formation à Auxerre, Sens et Nevers.

Le vingtième événementiel porté par l’association Femmes Egalité Emploi (FETE) s’adresse plus particulièrement aux jeunes filles en âge de fréquenter les établissements scolaires du second cycle ainsi que les femmes en quête de projet professionnel. Concocté ce samedi 20 janvier avec la présence et le soutien de nombreux partenaires du territoire de l’Yonne, ce rendez-vous annuel montre par le biais de témoignages concrets que d’autres filières sont empruntables dans le choix de l’orientation afin de déboucher vers des métiers qui valorisent aussi les représentantes de la gent féminine. Marraine de la manifestation, Annie PARTOUCHE, inspectrice d’académie et directrice académique des services de l’Education nationale de l’Yonne, encourage fortement cette politique de mixité qui redonne une réelle ambition aux jeunes filles…

APPOIGNY : Entre 9h30 et 12h30, l’Espace culturel d’APPOIGNY au nord de la capitale de l’Yonne ne devrait pas désemplir. Comme à l’accoutumée depuis plusieurs éditions, Femmes Egalité Emploi (FETE) y organisera son fameux Carrefour des Carrières au Féminin, l’un des premiers rendez-vous intéressants en ce début d’année côté orientation et formation.

Manifestation départementale ayant pour objectif de présenter aux jeunes filles scolarisées et étudiantes mais aussi aux femmes en recherche d’emploi toute la panoplie de possibilités existantes en matière de métiers, ce salon offre un regard opportun sur des filières auxquelles le public féminin ne penserait pas de prime abord.

Il s’agit en règle générale de professions recouvrant divers domaines scientifiques ou techniques, y compris ceux des nouvelles technologies. Statistiquement, les jeunes filles s’orientent pour l’essentiel vers un nombre restreint de métiers. Si la santé tient toujours la corde dans le choix exprimé en fin de classe de troisième, que dire de la coiffure, de l’enseignement, du social ou encore du secrétariat !

Ce temps-là est révolu et l’association FETE, pilotée dans l’Yonne par Claire DUCHET, entend bien le faire savoir. Une conférence de presse a permis cette semaine à la marraine de ce vingtième événement de réagir à son organisation.

Annie PARTOUCHE, inspectrice d’académie et directrice académique des services de l’Education nationale de l’Yonne, devait souligner, « qu’il y avait encore beaucoup à faire pour les jeunes filles car certaines ne s’autorisent pas tout à fait à ouvrir leurs esprits dans cette direction favorable à l’uniformisation des métiers ».

Pas d’ostracisme sur les filières professionnelles en France

Tous les métiers sont ouverts aux filles et aux garçons dans notre pays. Et ces derniers utilisent grandement le spectre des possibilités offertes par des kyrielles de corporations. C’est loin d’être le cas chez les jeunes filles. Une situation complexe qui induit des conséquences logiques sur l’insertion professionnelle des femmes dans la vie active puisqu’elles y connaissent davantage de périodes de chômage que les hommes, voire dans certains cas la déqualification de leurs métiers strictement féminins. Un état de fait qui ne peut manquer d’interpeller l’inspectrice d’académie.

« En termes de sociologie où il est important d’insuffler de nouvelles ambitions professionnelles, il y a un vrai travail à mener auprès des jeunes filles. C’est par le biais de ce type d’opération publique que nous allons montrer la dynamique de ce département qui regorge de ressources et de personnes impliquées. Il y a une véritable qualité relationnelle et de partenariat dans la réalisation de ce carrefour des carrières... ».

Travailler sur une ambition choisie et non subie…

Parmi la cinquantaine de métiers présentés au public, plusieurs d’entre eux offriront une porte de sortie inéluctable aux stéréotypes habituels et aux clichés. Ainsi, une surveillante pénitentiaire, une œnologue, une biologiste, une menuisière, une conductrice de train, une militaire ou encore une dirigeante d’entreprise de construction expliqueront dans le moindre détail ce quotidien qui les passionne.

Cet évènement concret où les parents peuvent se rendre car il y a un vrai besoin d’encouragement des familles se conçoit chaque année avec le concours de la Région, la Direction régionale aux droits des femmes et à l’égalité, l’Education nationale, le Conseil départemental et le Fonds social européen.

Comme devait le préciser en guise de conclusion l’inspectrice d’académie de l’Yonne, « il est nécessaire de travailler avec les jeunes sur une ambition choisie et non subie, de leur permettre de rêver, de se projeter, et se dire qu’il est possible de tout faire dans le monde professionnel… ».

Des paroles à propager autour de soi dans certains cénacles quand on sait en Bourgogne que trois-quarts de la population active féminine est concentrée sur douze types de métiers alors que la même proportion d’hommes se répartit sur une quarantaine de filières…

Le 13 octobre 1918, de nouvelles infrastructures, celles que nous connaissons aujourd’hui en lieu et place du complexe de l’Abbé Deschamps, accueillaient les équipes sportives de ce jeune club baptisé AJ Auxerre, apparu en 1905. Cent années plus tard, alors que la formation professionnelle sous la houlette de son nouvel entraîneur franco-uruguayen Pablo CORREA s’apprête à livrer une rencontre importante chez le voisin du Loiret, l’US Orléans, les dirigeants envisagent de commémorer l’évènement de la meilleure manière qu’il soit : par le biais d’un événementiel digne de ce nom et en présence des partenaires chinois…

AUXERRE : 2018 deviendra-telle l’année des jolies réussites pour l’unique club professionnel de football de l’Yonne ? Après la tonitruante victoire acquise lors de la 21ème journée de Ligue 2 aux dépens de Niort, obtenue sur un score sans appel de cinq buts à rien, l’AJA s’enflammera-t-elle comme autrefois lorsqu’elle disputait sous les ors de la Champions League des rencontres européennes aux souvenirs mémorables ?

Il faudra bien sûr s’armer de patience et s’accorder encore beaucoup de temps avant de retrouver, peut-être un jour, l’élite et les soirées sportives d’antan. Certes, mais obtenir du temps, c’est ce que réclame précisément le nouvel homme fort du club, le coach Pablo CORREA. Petit à petit, il pose sa stratégie et met en place une méthodologie qui lui a déjà souri par le passé. Lorsqu’il officiait dans un poste similaire au service de l’AS Nancy Lorraine.

« Il serait dangereux de croire pour notre collectif que l’ensemble des 17 rencontres à disputer d’ici le terme de ce championnat se conclura sur le même résultat. Moi, je suis là pour que le groupe soit réaliste et qu’il prenne confiance en lui. Mais, pas de manière irréfléchie… ».

 Privilégier la recherche de la régularité et non celle de la performance…

L’un des maîtres mots qui revient sans cesse dans le discours du franco-uruguayen, c’est l’humilité. Rappelant qu’il est impératif de faire abstraction du classement, Pablo CORREA défend une ligne pragmatique qui consiste à considérer match après match la teneur et les potentialités de l’adversaire sans trop se projeter sur les conséquences finales. « Nous ne devons pas nous tromper d’objectifs : chaque victoire doit nous insuffler de nouvelles forces permettant d’accroître les bases d’une future réussite… ».

Ce vendredi, à l’extérieur, dans ce court déplacement à Orléans qui ferait presque office de derby, l’AJ Auxerre a bien l’intention d’abattre ses atouts cartes sur table et de ne pas faire de la figuration face à un concurrent à sa portée. Le quatorzième du classement ne représente pas un seuil insurmontable. Néanmoins, les protégés de Pablo CORREA devront retrouver le chemin des filets. Comme ils l’ont fait à cinq reprises face à Niort. Confirmant ainsi ce renouveau que beaucoup de supporters espèrent.

« L’équipe doit retrouver une vraie dynamique, sa cohésion et poursuivre sur cette voie, ajoute le coach qui compte autant sur les velléités offensives de son attaque que le sérieux de sa défense. Nous attendons de nos joueurs une progression semaine après semaine. Je ne voudrais pas que les joueurs soient battus sans qu’ils n’aient rien essayé pour contrer l’adversaire… ».

Dans la capitale du Loiret, l’AJ Auxerre n’endossera pas le maillot de favori de cette rencontre un peu particulière. Orléans demeure un club très difficile à manœuvrer sur sa base arrière avec de belles qualités offensives. Hormis quelques absences imputables à de mauvaises grippes, le coach emmènera avec lui dix-neuf garçons. Même si le onze du début de match risque de ressembler à s’y méprendre à celui de la précédente rencontre.

Evoquant les tenants et aboutissants du mercato d’hiver et après une rencontre avec les dirigeants liés au recrutement, Pablo CORREA reste sur l’expectative. « Tous les problèmes ne sont pas résolus. Même si nous avons besoin d’un nouveau joueur pour renforcer la ligne de l’attaque, il faut aussi considérer que l’intégration d’un nouveau membre en cours de saison n’est jamais chose aisée. Nous sommes vraiment en réflexion sur ce point à l’heure actuelle… ».

L’AJ Auxerre affrontera-t-elle une équipe chinoise en 2018 ?

Quelques jours auparavant, lors de la séance de vœux aux partenaires, le président Francis GRAILLE a évoqué les surprises majeures de la future année. Et son désir, aux côtés de l’actionnaire James ZHOU, de vouloir faire fructifier de la manière la plus fervente possible ce rapprochement avec la Chine depuis que les intérêts de l’industriel asiatique convergent avec ceux du club bourguignon.

Cela prendra forme sous différents aspects. D’une part, Bernard DAVID, le responsable du centre de formation du club devrait effectuer en janvier une première séance de formation dans l’ex-Empire du Milieu. Quant à l’intégration du premier joueur professionnel chinois en France, elle entre dans le domaine du possible au sein de l’AJA. Mais, rien ne devait filtrer quant à l’exactitude de la date sur cette nouvelle digne d’un scoop !

En revanche, le centenaire du stade de l’Abbé Deschamps, lui, sera bien célébré dans le courant 2018. Francis GRAILLE ayant désigné un responsable, un « Monsieur centenaire », qui se chargera de gérer le dossier d’organisation du projet. Parmi les réjouissances possibles : une rencontre footballistique opposant l’équipe première à une formation chinoise. Exotisme et attractivité garantis !

La capitale de l’Yonne septentrionale sera le théâtre d’un évènement majeur en cette journée du vendredi 19 janvier. Près de 2 000 élèves, issus des classes de première et de terminale des établissements publics et privés de la ville convergeront vers le gymnase des lycées JANOT et CURIE à Sens pour y découvrir l’alléchant programme de ce rendez-vous destiné aux scolaires en quête d’inspiration mais aussi aux familles. Deuxième du nom, il aura pour objectif de présenter un panel éclectique de cursus pédagogiques pouvant être suivis dans le département. Un concept singulier qui aura favorisé l’union sacrée entre l’Education nationale, le monde de l’économie et les élus pour affirmer l’attractivité du territoire à travers la formation…  

SENS : Plutôt que de s’expatrier comme par le passé vers Paris, Troyes ou Dijon, pourquoi ne pas poursuivre des études supérieures sur le territoire qui vous accueille, en l’occurrence celui de l’Yonne ?

Partant de ce simple postulat, et en intégrant le paramètre que les jeunes générations ne sont pas forcément les plus informées des possibilités pédagogiques existantes au plan local, la Communauté d’agglomération du Grand Sénonais, la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne et les Lycées de Sens ont pris la sage décision d’unir leurs efforts. Et de mutualiser ainsi leurs moyens afin d’organiser cet événement unique qui devrait apporter son lot de réponses concrètes à ses participants.

Un copieux programme en perspective pour les premières et les terminales

Si cette animation adoubée par Marie-Louise FORT, présidente du Grand Sénonais et maire de la ville, Alain PEREZ, président de la CCI de l’Yonne et Armand RIQUIER, proviseur des Lycées JANOT et CURIE s’adresse en priorité aux lycéens des établissements scolaires traditionnels qu’ils soient publics et privés, soucieux de se doter des renseignements les plus aboutis sur l’offre existante, elle permettra aussi d’accueillir 80 élèves de terminale de la Maison familiale rurale de GRON et du lycée professionnel privé Sainte-Colombe.

Une cinquantaine de formations post-bac bénéficieront de la présence de leurs promoteurs pédagogiques et de leurs formateurs pour faire toute la lumière sur les débouchés envisageables une fois les jeunes gens insérés dans la vie active.

La matinée favorisera l’accès aux classes de première. Une option qui s’est avérée indispensable pour le proviseur des lycées JANOT et CURIE, Armand RIQUIER. Il souhaitait offrir davantage de temps aux élèves dans le cadre de leur choix d’orientation.

Quant à la présence de professionnels, venus parler de leurs corporations, elle confère à l’événement un intérêt supplémentaire. Des industriels de la plasturgie, des experts-comptables et des représentants du secteur bancaire iront à la rencontre des futurs étudiants. Notons aussi la présence des responsables d’établissements d’enseignement supérieur situés à Troyes : une participation qui prend toute sa légitimité dans le cadre du pôle métropolitain mis en exergue avec la Ville de Sens depuis peu. Le CIO proposera en parallèle un focus explicatif sur l’une des préoccupations estudiantines du moment : l’évocation de « PARCOURSUP » et de son mode opératoire au niveau des choix d’orientation.

« Supprimons les murs et bâtissons des ponts… »

Observant les timides effets de la reprise économique, le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie, Alain PEREZ, insista cependant sur l’inadéquation chronique entre l’offre et la demande.

« Désormais, il nous faut anticiper les besoins des structures professionnelles en essayant de vaincre les vieux tabous habituels au niveau de l’enseignement. Cela passe par la valorisation des métiers manuels et de leur gratification aux yeux de tous ».

Ponctuant d’un exemple, il devait évoquer les dernières Rencontres régionales de l’industrie (RIDY) du mois d’octobre où in situ plus de 90 offres d’emploi avaient été proposées par les sociétés exposantes au cours de cette seule journée.

Appelant à « supprimer les murs tout en bâtissons des ponts », le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie s’est dit très satisfait d’être associé à la conception de ce deuxième Forum de l’enseignement supérieur. Et pourquoi pas de réfléchir lors d’une édition future de clôturer ledit événement en présence de l’ensemble des industriels du Sénonais à l’instar des fameuses « Nuits de l’Orientation » que la chambre consulaire a su décliner avec succès durant plusieurs saisons au Village d’entreprises de Sens ?

Pour conforter les propos optimistes du président PEREZ, soutenus également par l’édile de Sens Marie-Louise FORT, le proviseur des deux lycées de Sens confirmait qu’à ce jour, toutes les sections professionnelles de ses établissements étaient pleines y compris les filières techniques et industrielles dont la chaudronnerie et la maintenance.

« N’oublions jamais qu’un jeune qui est aujourd’hui pourvu d’un BTS industriel possède deux fois moins de chance de se retrouver au chômage lors de son intégration dans la vie active que celui qui ne détient qu’un BTS traditionnel… ». Des partenaires qui étaient vraiment à l’unisson au terme de leur conférence de presse…

Articles

Bannière droite accueil