Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png

Le bilan est extrêmement positif pour la marque aux chevrons au terme de l’année 2017. Avec plus de 270 000 immatriculations, véhicules particuliers et utilitaires compris, CITROEN enregistre une nette croissance en volumes de 5 % par rapport à l’année antérieure. Cette poussée expansionniste sur le segment des utilitaires est très significative de l’état de santé radieux du constructeur français qui affiche une hausse de 10,5 % de ses résultats. L’offensive entamée depuis plusieurs saisons à la conquête de nouvelles parts de marché devrait se renforcer cette année avec les ventes de nouveautés très attendues comme la C 3, le SUV C3 AIRCROSS et le JUMPY. Trois produits qui constituent des atouts majeurs dans la gamme innovante du constructeur…

PARIS : Les dirigeants du constructeur automobile CITROEN ont dû sabler le champagne au terme de l’exercice 2017 en affichant vraisemblablement des mines réjouies à la lecture des premiers bilans. Sur l’ensemble de l’année, et malgré deux jours ouvrés de moins qu’en 2016, la marque française a vu ses immatriculations globales (véhicules particuliers et utilitaires) croître de 5 % en France. Cette performance est d’ailleurs comparable à celle du marché.

La bonne tenue de la nouvelle C3, avec 67 000 immatriculations

Sur le marché des voitures particulières, le constructeur national a enregistré plus de 201 000 immatriculations au cours de ces douze derniers mois. Soit une augmentation de 3,3 % comparativement à l’exercice 2016. Le succès de la nouvelle C3 qui représente à elle seule une vente sur trois pour le groupe sur le marché des particuliers est remarquable. 67 000 modèles de ce véhicule auront ainsi été écoulés en 2017…

Quant au dernier né, le nouveau SUV C3 AIRCROSS, commercialisé depuis le mois d’octobre, il se positionne déjà comme la deuxième meilleure vente de CITROEN avec 8 600 immatriculations. Sur le même registre, il faut signaler l’excellente performance de la citadine C1 : une hausse de 8,4 % et du ludospace BERLINGO avec 9,2 %. Mention spéciale également au duo des monospaces C4 Picasso qui s’est maintenu à près de 40 000 immatriculations malgré une concurrence accrue.

CITROEN gagne 0,5 point de pénétration sur le marché des utilitaires

Le segment des véhicules utilitaires légers intéresse au plus haut niveau les responsables de CITROEN. La marque a totalisé près de 69 000 immatriculations en 2017, soit une croissance de 10,5 %, supérieure à celle du marché (+7%). Cette belle performance est notamment portée par le succès de la nouvelle C3 Société qui, avec plus de 8 600 immatriculations, permet au constructeur de croître de 15 %. Par ailleurs, l’ensemble des fourgons de la gamme a contribué à la croissance de la marque, au premier rang desquels on trouve la version retravaillée du JUMPY qui obtient une forte croissance de 38,2 %. Conséquence : cela lui permet de gagner 0,8 point de part de marché. Des résultats très encourageants auxquels il faut ajouter les performances remarquées du BERLINGO (+3,6 %) ou encore du JUMPER (+12,7 %).

Trois petits tours de piste et puis s’en va. Certes, pas de manière définitive, mais juste de façon aléatoire afin de recharger les accus et de mieux s’investir aux préparatifs de la probable édition 2019, accueillie à Toucy. Faute de solides soutiens émanant de partenaires professionnels, issus de la filière des services à la personne, le directeur régional de PRESENCE VERTE Bourgogne, Pierre HIPEAU, a abandonné avec regrets et par jet de l’éponge l’idée d’écrire le quatrième volet consécutif de la saga « MARCHENSOL » le 23 septembre en Puisaye comme il avait été préalablement annoncé par voie de presse. Le peu d’enthousiasme des partenaires à constituer un comité de pilotage qui aurait eu pour mission de coordonner la logistique de cet évènement caritatif en faveur des malades d’Alzheimer a conduit sine die le responsable du rallye solidaire à prendre une décision irréversible : son annulation en 2018. Et de programmer son retour à l’automne 2019 en revoyant peut-être la formule…

AUXERRE : Avant même qu’il ne bascule au seuil de l’an neuf, Pierre HIPEAU devait prendre aux termes des ultimes jours de 2017 une résolution importante concernant le porte-étendard communicatif de son association, MARCHENSOL, en annonçant son report inéluctable de douze mois.

Cassant ainsi, et par la force des choses, la cadence annuelle qu’il s’était imposé à lui-même ainsi qu’aux équipes collaboratrices de PRESENCE VERTE de concocter chaque année ce rassemblement familial et sportif au service d’une cause juste. Le soutien par le don de soi en y participant et par le versement d’une obole à l’inscription au profit de la structure qui défend les intérêts des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, France Alzheimer 89.

Trop esseulé pour assumer une telle charge de travail…

Ce n’est pas de gaité de cœur que le directeur régional du spécialiste de la téléassistance, à l’origine de ce concept depuis 2015, a entériné sa décision. S’appuyant sur les échanges constructifs qu’il a eus avec son conseil d’administration, au demeurant très satisfait de l’orientation positive prise par cet évènement depuis sa création, le responsable de ces randonnées pédestres de la solidarité souhaitait, en revanche, davantage d’implications de la part de ses partenaires professionnels qu’il côtoie de manière quotidienne dans son activité.

Pour l’organisateur de ce concept original qui avait vu la présence de 700 participants lors de l’édition 2016 sur l’idyllique parcours dessiné au cœur du vignoble de Chablis et de 400 marcheurs et coureurs mobilisés l’année suivante à Auxerre, la charge de travail était trop importante à assumer seul. Tant au plan moral avec la pression constante que l’on imagine aisément dès que le compte-à-rebours était enclenché qu’au niveau du temps nécessaire à la conception du projet d’un exercice à l’autre car trop chronophage au final.

Seconde interrogation de poids pour ce féru de randonnée et de trail : comment concilier la saine gestion de l’événement qui nécessite une rigueur extrême dans sa phase organisationnelle et conduire la destinée, en parallèle, d’une entité, certes associative, mais qui gère le destin professionnel de onze salariés et réalise plus d’un million d’euros de chiffre d’affaires à l’année ?

Un sérieux dilemme qui pouvait trouver un semblant de réponse avec la mise en place d’un comité de pilotage faisant office d’organe décisionnaire.

« Le postulat était simple, explique Pierre HIPEAU, il s’agissait seulement de créer un groupe de travail à l’aide de cinq personnes issus du sérail des services à la personne pour conférer un cadre exécutif à l’ensemble… ».

Le silence de partenaires peu enclins à s’investir ?

La douzaine d’entreprises partenaires reçoit ensuite l’invitation par mail à rejoindre ce comité sur la base du volontariat le 19 décembre dernier. Quelques jours plus tard, Pierre HIPEAU ne pourra que déchanter : hormis une réponse qui s’avère positive, personne ne répondra à la sollicitation d’intégrer l’outil directif du concept.

Un tantinet amer, Pierre HIPEAU, n’en reste pas moins lucide et n’incrimine pas ses interlocuteurs restés « muets » : « Tous ont des occupations importantes qui génèrent du chiffre d’affaires tout en assurant la gestion du personnel. MARCHENSOL est une indéniable réussite au niveau de sa répercussion populaire et médiatique mais je n’ai pas réussi à créer l’adhésion des partenaires professionnels autour de ce concept et de sa marque. C’est dommageable à plus d’un titre. Aujourd’hui, je ne peux plus assumer seul la coordination de cette manifestation ; mes partenaires ont été informés de ce besoin de réfléchir à plusieurs strates. Or, ils ne se sont pas manifestés… ».

De guerre lasse, Pierre HIPEAU n’a alors d’autres alternatives que de botter en touche. Prévenant au passage l’ensemble de ses partenaires institutionnels et bénéficiaires de l’œuvre de ce report. Et d’envisager le retour en grâce de son concept à l’automne 2019.

« D’autant qu’il était prévu de compléter le programme de nos randonnées habituelles avec un parcours vélo grâce à une collaboration active avec le Comité de la Franck Pineau et son président, Serge LE DOUSSAL, concède Pierre HIPEAU, la ville de Toucy se prêtera très bien à cette nouvelle configuration… ».

Désireux de mûrir avec beaucoup de recul la prochaine édition, le responsable de PRESENCE VERTE Bourgogne en arrêtera les lignes fondamentales au sortir de l’été 2018. Un laps de temps qu’il juge indispensable à ses yeux pour remodeler un concept qui a encore beaucoup à apporter dans le paysage de la solidarité de notre territoire…

Accueilli sur le site industriel de BERNER France, le président de l’antenne départementale icaunaise du Réseau ENTREPRENDRE Bourgogne, Vincent PICQ, expliquait lors de la cérémonie des vœux face à ses adhérents le credo de cette structure associative dynamique qui a été permis de créer plus de 2 500 emplois en Bourgogne depuis 2002 : la détection et l’accompagnement de nouveaux talents professionnels. Ce fut aussi l’occasion pour le nouveau directeur général, Arnaud GRAVET, opérationnel depuis le mois d’octobre, de se présenter et de saluer son prédécesseur André RENARD…

SAINT-JULIEN DU SAULT : Profitant d’une visite de l’immense site du spécialiste de la distribution multicanale de la filiale française de l’industriel d’Outre-Rhin, le responsable du réseau ENTREPRENDRE Bourgogne dans l’Yonne, Vincent PICQ, formulait ses vœux de bonne année ce jeudi 11 janvier devant un parterre composé d’une soixantaine de personnes.

Le patron du groupe SCHIEVER ne manqua pas de rappeler les fondamentaux de ce mouvement qui compte à ce jour près de cent soixante-dix membres sur la partie bourguignonne du territoire régional.

Confirmant l’imminence de deux nouvelles antennes en Saône et Loire avec sa tête André RENARD qui en pilotera la destinée et dans la Nièvre où un entrepreneur venu de Paris dirigera les opérations, Vincent PICQ expliqua les motivations de ce réseau qui, au plan national, fédère plus de 11 000 chefs d’entreprise.

17 dossiers ont été acceptés en 2018 dont 4 dans l’Yonne

« Il nous faut écrire une nouvelle page de l’humanisme où l’homme peut se transcender en exprimant sa passion d’entreprendre, son envie de créer et de transmettre son savoir » affirma le leader charismatique de l’entrepreneuriat Icaunais.

Puis, il devait ajouter que le réseau ENTREPRENDRE Bourgogne s’emploierait toujours à soutenir les initiatives des créateurs et repreneurs d’entreprise et à les accompagner. Une introduction aux commentaires succincts sur 2017.

« Nous avons étudié 43 projets de dossiers au cours de l’exercice écoulé, précisera-t-il, 17 d’entre eux ont abouti et ont été suivis par notre équipe encadrante dont 4 pour le seul département de l’Yonne… ».

Quant au taux de pérennité de ces affaires soumises à la sagacité des membres du réseau, il s’élève à 95 %.     

« Je profite de la circonstance, devait insister le président du réseau dans l’Yonne, pour remercier les quatre délégués d’ENTREPRENDRE Bourgogne qui effectuent un travail exceptionnel sur cette partie septentrionale de la région : Sophie BERNARD, Alain BOUNON, Alain PETIT et Guy CRISTIAN. L’objectif que nous nous sommes fixés en 2018 est de recruter une quinzaine d’adhérents supplémentaires… ».

En 2016, le réseau ENTREPRENDRE Bourgogne avait distribué 5,5 millions d’euros de prêts d’honneur à de jeunes entités en phase de développement, avec 4 200 heures de bénévolat consacrés par ses adhérents. Le réseau a récolté plus de 3,5 millions d’euros de cotisations depuis 2002. Il souhaite optimiser ses  potentialités au cours des prochains mois…

Début avril, ces jeunes gens commenceront une formation initiale de cinq semaines pour acquérir les gestes élémentaires de secourisme et de lutte contre l’incendie. Une fois ce stage effectué, ils renforceront l’un des six centres de secours du département disposant d’une garde postée, la plus proche de leur domicile…

AUXERRE : Le premier cycle incitatif auprès des jeunes volontaires du service civique à rejoindre le corps des sapeurs-pompiers de l’Yonne s’était soldé au mois d’octobre dernier par le succès de sept candidats, heureux de renforcer le dispositif de recrutement du SDIS.

Ces nouvelles recrues, aptes et volontaires pour participer aux missions de secours à personnes, avaient permis de combler les carences en effectif de certains centres de notre territoire dont Sergine et Villeneuve la Guyard.

Le SDIS a choisi de réitérer l’expérience en ouvrant dix nouveaux postes opérationnels dès le printemps. D’ores et déjà, les candidatures peuvent être adressées au Service départemental d’incendie et de secours de l’Yonne à Auxerre d’ici le 23 février. La phase de tests se déroulant le mois suivant…

S’inscrivant dans le cadre du plan d’actions « Volontariat 2020 », dont le lancement officiel sera assuré par le préfet Patrice LATRON en février 2018, cette initiative auprès des jeunes du service civique vise à développer et pérenniser la notion de volontariat dans le département de l’Yonne. Il sera possible pour ces jeunes gens, de poursuivre en parallèle leurs missions puisqu’ils seront affectés dans le centre de secours volontaire le plus proche de leur domicile.

L’immersion de 24h/semaine dans ces centres permettra aux jeunes adeptes du volontariat de développer leur expérience professionnelle et d’acquérir de nouvelles compétences. Quant au SDIS de l’Yonne, il désire accompagner ces jeunes dans leur projet professionnel, en leur proposant un nouveau savoir-faire et en développant un savoir être…

Plus que jamais, ce leader européen de la distribution multicanale place ses clients au cœur de sa stratégie et de ses actions favorables à son développement. En accueillant cet ingénieur qualifié de l’UTC de Compiègne et titulaire d’un MBA de l’IAE de la Sorbonne à la direction générale de sa filiale française, le groupe allemand, présent dans vingt-cinq pays européens et fort d’un chiffre d’affaires excédant le milliard d’euros, s’enrichit de l’expérience et de la culture e-commerce de ce professionnel qui a effectué toute sa carrière chez RS COMPONENTS, distributeur de produits électroniques, électromécaniques et industriels. En outre, Didier GOGUELIN assurera également la fonction de vice-président de la région Europe du Sud…

SAINT-JULIEN DU SAULT : Principal objectif pour le nouvel homme fort de BERNER France : accompagner le plan de transformation digital du groupe dans ses filiales européennes. Un challenge professionnel à la portée de cet éminent spécialiste de la culture e-commerce qui doit conduire l’enseigne industrielle vers une dynamique de croissance et de profit à travers le Vieux continent.

Ancien auditeur, contrôleur financier et directeur financier au sein de nombreuses entreprises, Didier GOGUELIN poursuivra sa carrière en gravissant divers échelons à partir de 1995 au sein de RS COMPONENTS, une structure référente sur le segment de la distribution de produits électroniques, électromécaniques et industriels. Récemment, il aura même assuré la vice-présidence des ventes sur le marché EMEA (Europe Middle East Africa).

Asseoir le leadership du groupe et renforcer sa transformation numérique

Nommé à la direction générale de la plus grande filiale du groupe allemand aux cinquante succursales et aux 8 500 collaborateurs, Didier GOGUELIN fera même d’une pierre deux coups puisqu’il héritera en parallèle de la vice-présidence de la région sud-européenne (Espagne, Portugal,…) où il aura à cœur d’exercer ses talents et compétences.

Bénéficiant de la confiance du « Chief operating officer », Carsten RUMPF, le nouveau dirigeant de BERNER France devra asseoir le leadership de la structure sur l’ensemble de la chaîne de valeur du parcours client. En renforçant la stratégie de transformation numérique de l’entreprise.

« Ce sont les fondamentaux pour construire une relation pérenne et efficace avec les clients, les collaborateurs et les partenaires du groupe, selon les commentaires du responsable allemand.

Une entreprise qui dispose d’une force de frappe commerciale riche de 1 000 collaborateurs…

Fondée en 1957 par Albert BERNER à Künzelsau, l’entreprise industrielle dont le siège est aujourd'hui à Cologne est devenue un acteur européen incontournable de la distribution multicanale de produits de fixation, d’outillages et de consommables destinés aux professionnels du bâtiment, de l’automobile et de l’industrie.

Installée dans le département de l’Yonne depuis 1969, BERNER France réalise un chiffre d’affaires consolidé de 226 millions d’euros tandis que celui de la région Europe du Sud représente 400 millions d’euros.

Mille cinq cents personnes exercent leur savoir-faire au sein de la filiale française dont mille commerciaux. Ils ont pour objectif de répondre aux attentes de plus de 100 000 clients…

Articles

Bannière droite accueil