Le business center de la Banque Verte continue de se remplir en Côte d’Or. Dernièrement, ce sont six entreprises supplémentaires qui ont rejoint la dizaine de structures aux secteurs d’activités et aux profils variés déjà présentes en ce lieu de la technologie et de l’innovation. Prouvant de manière inéluctable la pertinence du concept sur le territoire régional…

DIJON (Côte d’Or) : Excellente idée que ce Village by CA Champagne Bourgogne ! Depuis sa création, le concept peut s’enorgueillir d’avoir accueilli une quinzaine de start-up issues des secteurs de l’alimentation/nutrition, santé/médical, industrie, gastronomie…

Ces entités aux ambitions prometteuses figurent aux côtés de deux partenaires résidents et acteurs incontournables de la Bourgogne Franche-Comté que sont VITAGORA et la Food Tech.

Facilitateur du développement des entreprises, le Crédit agricole Champagne Bourgogne s’est fait l’écho récemment de l’agrandissement de ce site avec l’accueil de six nouvelles entreprises.

Ces nouveaux occupants sont MEREMPSA, Le GRAND VERRE, LIFE LOVING FOOD, COCOLIS, BEBE SOON et ORA VITIS.

Ces sociétés interviennent respectivement dans les domaines du recrutement dans la santé, la distribution pour rendre le vin français plus accessible aux jeunes Américains, l’utilisation de protéines végétales en guise d’alternatives aux viandes animales, la livraison de colis, l’organisation de week-ends bien-être pour futurs parents et le développement commercial des domaines viticoles.

D’autres structures devraient les rejoindre au cours de 2020…

 

Ils sont sept, à ce jour, à avoir rejoint de manière formelle la structure signataire de la charte d’engagement avec l’Etat, dont les travaux n’ont autres objectifs que de favoriser l’inclusion des personnes précaires vers l’emploi. Certes, le chiffre apparaît comme minimaliste. Mais, il n’est pas représentatif de l’engouement suscité par une démarche, née de l’initiative nationale, « La France, une chance ; les entreprises s’engagent », définie le 17 juillet 2018 par l’Elysée…

AUXERRE : Au cœur de l’été 2018, le chef de l’Etat s’était entretenu avec une centaine d’entrepreneurs à l’Elysée sur la nécessité absolue d’initier de nouvelles réflexions et méthodologies favorables à l’emploi.

La suggestion élyséenne était simple : faire que les décideurs économiques s’impliquent davantage à ses côtés pour inverser les courbes jusque-là inexorables du chômage en France.

L’idée étant ensuite de décliner l’initiative en l’adaptant au contexte de chaque département dans la perspective de mobiliser dix mille entreprises au terme de l’opération. Des structures issues du vivier des PME, ETI, filiale des grandes sociétés.

Dans un souci de formalisation et de praticabilité de l’initiative, les préfets prirent ensuite le relais, devenant les porte-étendards de la décision présidentielle. En ce qui concerne l’application du projet dans l’Yonne, une réunion liminaire eut lieu le 30 septembre 2019 à la Maison des entreprises à Auxerre.

 

 

Une présentation détaillée des objectifs par le préfet le 30 septembre…

 

Ce jour-là, devant un auditoire bien fourni composé d’acteurs économiques mais aussi de représentants du milieu associatif, furent explicités les mesures et dispositifs permettant de développer l’inclusion professionnelle.

Jamais avare de son temps de présence à consacrer au terrain, le préfet de l’Yonne, Patrice LATRON, anima aux côtés de nombreux référents économiques du territoire une séance de travail exploratoire où il fut permis d’identifier différents axes de réflexions devant être approfondis un peu plus tard lors d’ateliers thématiques animés par les leaders d’un futur club, avec l’appui des services de l’Etat.

La réunion devait se conclure, précisément, sur l’identification des têtes de pont qui auraient à conduire par la suite ce nouveau club de réflexions. Trois chefs d’entreprises s’identifièrent par leur intérêt accordé à la constitution de ce « thin tank » à l’icaunaise.

Le premier à avoir prestement levé la main fut Jacques BLANCHOT, directeur d’établissement de l’Yonne de l’assureur mutualiste, GROUPAMA Paris-Val-de-Loire. Directeur du site industriel avallonnais de Pneu LAURENT, Arnaud MALECAMP lui emboîta le pas. Il manquait à ce tandem de volontaires une contribution féminine : elle se manifesta en la personne d’Emmanuelle BONNEAU, présidente de la société artisanale évoluant dans le secteur du bâtiment, BC Entreprise.

Les trois leaders de l’opération prirent le soin de se retrouver à maintes reprises de façon informelle pour discuter et mieux appréhender la tâche qui leur était confiée.

Treize leviers servirent de trames initiales à l’élaboration d’un futur cahier des charges opérationnel devant voir le jour sur 2020.

Sachant que la mobilisation des entrepreneurs, appelés à rejoindre le trio pilote, repose sur quatre finalités essentielles en terme d’actions : la découverte de l’entreprise pour bien s’orienter et se former ; le développement de passerelles vers l’emploi durable pour les plus vulnérables ; l’accompagnement des personnes habitants dans les territoires les plus fragiles (notamment les quartiers prioritaires de la ville, les zones de revitalisation rurales, les territoires enclavés) et l’accès aux produits et services de base pour les personnes les plus démunies.

 

 

Une multitude de thèmes analysés devant aboutir à des préconisations tangibles…

 

Plusieurs de ces treize leviers ont été regroupés par pôles d’affinité afin de ne pas trop complexifier une procédure qui aurait pu alourdir le principe et décourager les bonnes âmes solidaires de cette action.

Toutefois, à la lecture des premières indications qui en découlent, on peut dire que le Club d’entreprises, cette fois-ci officialisé depuis le vendredi 22 novembre grâce à la signature de la convention de soutien avec l’Etat, abordera des thématiques éclectiques et inéluctables à la réussite en matière d’insertion professionnelle.

Rapprochement entre l’Education nationale et le monde de l’entrepreneuriat, développement de l’apprentissage, accompagnement des jeunes vers l’emploi, partenariats avec les réseaux de l’inclusion, valorisation des personnes handicapées intégration des talents dont ceux des réfugiés ou résolution de l’éternel problème de mobilité et d’hébergement constituent une photographie précise vers laquelle devront s’activer les participants de ce vaste chantier.

L’un de ces items, la mobilité et le logement, essuiera les plâtres lors d’une réunion de travail ouverte le 19 décembre prochain où beaucoup de choses devront être mises sur la table afin de trouver des préconisations sérieuses qui fassent évoluer les lignes. Ce seront alors les vrais débuts de ce club où la mobilisation des entreprises doit être totale…

 

 

 

Capitaliser sur l’indépendance financière de la gent féminine représente l’un des axes stratégiques décalés mais surtout pertinent mis en exergue depuis peu par deux agents généraux d’assurance Icaunais. Ils exercent leur savoir-faire sur l’Auxerrois et le Sénonais depuis 1989. Xavier HEBERT et Louis BONNINGUES agissent comme de véritables précurseurs sur ce sujet. Parmi leurs multiples domaines d’intervention assurantielle, les deux partenaires déclinent des « Rencontres faites pour elles ». Un concept équivalent à des journées informatives où le poids de la liberté budgétaire version féminité a la part belle…

AUXERRE : Donner à la femme toute sa légitimité en matière d’indépendance pécuniaire en lui prodiguant les conseils idoines et en lui créant une gamme de produits appropriés. C’est le pari ambitieux mais réaliste dans lequel se sont engouffrés deux exégètes de l’assurance et de la prévoyance de l’Yonne, agents généraux d’assurance pour le compte du groupe AXA, Xavier HEBERT et Louis BONNINGUES.

Les deux garçons se connaissent bien. Ils pratiquent les règles de l’art de ce métier depuis une trentaine de saisons déjà. Autant dire qu’ils maîtrisent parfaitement bien leur sujet !

Si le basique de leurs fonds de commerce s’oriente vers des cibles plutôt conventionnelles, du particulier à l’entrepreneur (artisan, profession libérale, industriel ou dirigeant de PME), l’intérêt croissant accordé à la cible féminine dans son mode de fonctionnement consumériste et actrice de son indépendance financière a germé petit à petit dans leurs esprits.

Dans l’absolu, cela se renforcera par ailleurs en 2020 avec des cycles événementiels autour de thèmes spécifiques ayant trait à cette actualité.

Le concept des « Rencontres faites pour elles » ne se cantonnera pas à la seule agence auxerroise où les duettistes exercent leur travail. Le second lieu de rendez-vous est identifié à Sens où les deux agents généraux possèdent une structure complémentaire.

 

Une année 2019 charnière pour ces duettistes de la filière assurantielle…

 

D’ordinaire, Xavier HEBERT intervient sur les aspects management des équipes (plusieurs collaborateurs travaillent à leurs côtés), la gestion patrimoniale, le marché des particuliers ou la gestion privée. Louis BONNINGUES s’occupe plus particulièrement des relations entretenues avec le monde économique et institutionnel. Dernièrement, le chef d’entreprise a assuré une conférence sur la responsabilité civile du dirigeant face aux membres du MEDEF de l’Yonne.

Depuis octobre, le tandem possède avec la toute nouvelle vitrine commerciale d’Auxerre un cadre ergonomique et fonctionnel implanté astucieusement sur l’une des accès pénétrants vers le cœur de ville.

Un espace de travail qui ne peut que favoriser leur épanouissement tant au plan des résultats comptables que personnel.

Côté emploi, la structure s’est adjoint les services de deux nouvelles collaboratrices cette année. L’une ayant un profil de commerciale ; l’autre est positionnée sur la gestion des sinistres.

Associés depuis 2014, Xavier HEBERT et Louis BONNINGUES n’auront pas hésité également à investir pour se doter de l’infrastructure foncière dont ils sont les heureux propriétaires.

Elle leur permet aujourd’hui de rayonner de plus en plus loin autour de l’Auxerrois. Bref, l’itinéraire radieux de ces deux entrepreneurs auxerrois devrait se poursuivre de manière radieuse l’année prochaine…

 

 

Porter au pinacle de la réussite et de la reconnaissance les artisans et commerçants qui se distinguent au quotidien dans leur travail est l’une des prérogatives essentielles de ce concours national concocté depuis moult années par le réseau des Banques Populaires. Pour ce faire, celui-ci reçoit l’inconditionnel soutien de partenaires : la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, l’U2P (Union des entreprises de proximité) et de l’organisme de cautionnement, SOCAMA. Quatre entrepreneurs de l’Yonne ont ainsi été plébiscités au terme de cette édition qui aura confirmé leur talent…

AUXERRE : Le cérémonial annuel ne change pas d’un iota d’un rendez-vous à l’autre. Mais, pourquoi en serait-il autrement puisque la formule se veut concise, distrayante et conviviale pour les heureux récipiendaires de ces récompenses honorifiques.

D’ailleurs, on ne compte même plus le nombre d’éditions de ce concours si prisé ; tant le prix Stars et Métiers s’inscrit désormais dans le marbre de ces animations évènementielles qu’il ne faudrait manquer pour rien au monde.

Au vu de la densité de personnes présentes dans la salle de réception du Manoir de HAUTERIVE qui accueillait ce nouveau challenge, le succès était déjà significatif avant même que ne débute le protocole officiel de remise des trophées.

Organisé conjointement par le réseau des Banques Populaires (en l’occurrence localement celle de Bourgogne Franche-Comté qui gère le territoire de l’Yonne) et la chambre consulaire de Métiers et de l’Artisanat, ce prix a pour objectif de faire toute la lumière sur l’excellence et l’innovation dans l’un des secteurs entrepreneurial les plus dynamiques en France, celui de l’artisanat.

On aurait parfois tendance à l’oublier de nos mémoires mais la filière artisanale demeure porteuse en emplois et créé de la richesse avec plus de 300 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel.

Chaque année, ce sont près de 100 000 personnes qui se lancent dans l’aventure en qualité de chef d’entreprise en exerçant leur savoir-faire dans l’une des centaines de possibilités professionnelles existantes dans ce vaste panel de métiers.

Bref : l’artisanat ne déroge pas à la signification tangible de son célèbre slogan qui en terme de communication, mais pas seulement, en fait encore à l’heure actuelle la première entreprise de l’Hexagone.

C’est aussi pour ces différentes raisons que des représentants de l’U2P (Union des entreprises de proximité) ou de la SOCAMA, l’organisme de cautionnement de la filière artisanale, sont parties prenantes dans cette manifestation permettant de plébisciter la quintessence de la filière.

 

 

 

Un palmarès où les métiers de bouche sont à l’honneur…

 

Que faut-il retenir, pour autant, de cette édition 2019 vue par le prisme du territoire de l’Yonne ?

Primo, toutes les catégories de cette épreuve n’ont pu être récompensées comme il se doit par un coup de projecteur. En effet, et malheureusement comme un peu trop souvent depuis quelques années, l’une des quatre disciplines (la catégorie export) n’a pu délivrer de vainqueur.

Faute de dossiers de candidature, en amont. Est-ce à dire que les artisans/commerçants du département le plus septentrional de la Bourgogne Franche-Comté éprouvent de réelles difficultés à explorer les marchés à l’international ? Sans doute alors que l’Yonne bénéficie de la proximité limitrophe de l’Ile-de-France et de ses innombrables opportunités offertes en termes de voies de communication.

 

 

Secundo : les quatre lauréats appelés à recevoir leur précieux accessit sont issus de la filière des métiers de bouche ! Traiteurs, fromagers et boulangers composent le contenu de ce palmarès, certes de très belle facture qualitative à l’énoncé du pédigrée des gagnants, mais un brin réducteur sur le fond quand on connaît l’éclectisme offert par les métiers de l’artisanat.

Pour mémoire, la filière englobe plus de 250 professions distinctes inclues dans de grandes familles sectorielles que sont l’alimentation, les services et le bâtiment. Secteur qui a lui seul regroupe 40 % des TPE et PME en France !

 

 

De belles vitrines pourvues d’un savoir-faire aguerri…

 

Ceci dit, il n’y a rien à redire sur le choix avisé du jury professionnel qui aura eu à départager en amont les dossiers de candidature.

Le grand prix de l’Innovation revient à la fromagerie LEROUX à Brion, et à son responsable, Pascal LEROUX, fromager affineur que bon nombre d’épicuriens de la région apprécient pour la succulence de ces produits vendus sur les marchés.

Deux prix « Entrepreneurs » ont fait des heureux : la Farandole Gourmande avec Didier BARJOT à Saint-Georges-sur-Baulche qui a développé depuis quelques années son service traiteur et les frères MAGNONI de Pont-sur-Yonne, tous deux charcutiers-traiteurs. Volubiles sur scène, Jérôme et Stéphane qui ne cessent de tester de nouvelles recettes ont eu le loisir de mettre l’eau à la bouche d’un public de connaisseurs.

Enfin, la catégorie « Responsable » a auréolé la boulangerie PARIS de Saint-Bris-le-Vineux et son jeune dirigeant, David PARIS. Un vrai capitaine d’entreprise comme il aime à se définir qui a envoyé l’un de ses apprentis concourir au Meilleur Apprenti de France la saison dernière, avec une quatrième place nationale à la clé.

Précisons, pour être tout à fait complet, que la Banque populaire Bourgogne Franche-Comté accompagne aujourd’hui un artisan sur trois sur son périmètre géographique, dans leur projet de création, de développement et de transmission.

Soit plus de 32 000 professionnels qui ont ainsi pu financer près de 11 000 projets en 2018 pour un montant de 630 millions d’euros.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après quarante-deux années de bons et loyaux services, le directeur départemental de la Banque de France dans l’Yonne tire un trait définitif sur une carrière intense vécue au sein de cette institution du modèle bancaire national. Faisant valoir ses droits à la retraite, il arrêtera ses activités fin novembre avant de gagner sa terre d’attache préférée : le Poitou-Charentes…

AUXERRE : Dans une vie antérieure, le toujours dynamique cadre de la vénérable maison bancaire exerçait ses activités professionnelles en qualité de comptable chez un fabricant de textile, spécialisé dans les manteaux en vison !  

Pour autant, c’est au cœur de l’univers économique et prospectiviste de la Banque de France que le sympathique Jean-Claude BOUEROUX accomplira la majeure partie de sa carrière professionnelle avec un sens aigu du perfectionnisme.

Les hasards de l’existence l’amèneront à prendre la direction départementale de l’Yonne en favorisant son installation à Auxerre.

Jeudi soir, en présence d’une cinquantaine de personnes réunies dans les nouveaux locaux flambant neufs de la structure, Jean-Claude BOUEROUX a pris soin de remercier l’ensemble des collaborateurs ayant exercé à ses côtés.

Un au revoir qui ne se mue pas nécessairement en un adieu définitif même si le responsable de l’établissement retournera vivre dans l’une des régions de l’Hexagone qui lui tient particulièrement à cœur car il y possède moult attaches familiales, le Poitou-Charentes.

Il devrait y cultiver le goût de l’altruisme et de la générosité auprès de milieux associatifs ; sans omettre la transmission de son savoir d’analyste économique et statistique auprès des milieux professionnels qui lui en feraient la demande.

Son successeur, Xavier DUALE, adjoint à la direction départementale de la Banque de France de l’Aube, assistait à cette agréable cérémonie.

En provenance de Troyes, ce dernier occupera ses nouvelles fonctions de directeur départemental de l’Yonne à partir du 02 décembre prochain.

Jean-Claude BOUEROUX, figure éminemment conviviale de la sphère économique, laissera d’excellents souvenirs dans le landerneau pour celles et ceux qui ont eu à la côtoyer.

 

Page 1 sur 22
Bannière droite accueil